nallie;4850776 a dit :
J'ajoute ma pierre à l'édifice, mes parents ont divorcé il y a 14 ans suite aux infidélités de mon père.
Je ne peux pas dire que j'ai été épargnée par ma mère, qui voyait en moi le seul interlocuteur possible pour exprimer sa douleur (j'avais 12 ans...). Sans vous inonder de détails, je vais partager avec vous mes humbles conclusions :

Je suis d'accord avec les Madz qui rappellent que la trahison est envers l'épouse et non les enfants.

NON, les parents ne sont pas parfaits, et pour ma part j'estime que devenir adulte suppose en partie d'accepter cet état de fait (peu importe le "degré" d'imperfection du parent, qu'il soit infidèle ou fumeur clandestin)

En ce qui me concerne je ne reproche pas à mon père d'avoir brisé son mariage avec ma mère, il disait être malheureux avec elle, c'est son droit le plus strict d'aller chercher le bonheur ailleurs.
Ce qui je lui reproche, c'est la manière dont il a orchestré la rupture et les conséquences que mon frère et moi avons du subir. Elle est là la différence fondamentale selon moi. Le parent a le droit au bonheur mais il ne doit pas oublier ses enfants en route...

Je prône la bienveillance envers la Mad qui a témoigné, car chaque situation est différente, chaque enfant est plus ou moins armé pour affronter cette situation, et puis nous sommes tous des êtres humains, on réagit comme on peut face à l'inédit :calin:
J'ai vécu la situation de confidente, bon bien plus tard que toi, quand ma mère m'a révélée les infidélités de mon père.
Il faut éviter de prendre parti, c'est certain mais lorsque la situation est criante d'injustice et que l'un de tes parents n'a pas l'air armé pour affronter cet obstacle, il est difficile d'être neutre.
J'ajouterai même que tout est tellement compliqué quand le "coupable", celui qui pourrit tout ce qu'il y a dans cette famille et pas seulement dans son couple, n'est pas vraiment un salaud. C'est tellement difficile de ne pouvoir s'empêcher d'aimer celui qu'on préférait détester. Pourtant, on culpabilise aussi de le juger, parce qu'on ne sait pas ce qu'on aurait fait à sa place.
 
Justement, je crois que ça fait partie de la maturité de perdre ses illusions sur ses parents et de savoir reconnaître quand ils se comportent mal envers leur famille. Je trouve inadmissible ces pères ou ces mères qui disparaissent et coupent les ponts avec leurs enfants, sous prétexte qu'ils sont "heureux" dans leur nouveau couple, ou ont créés une nouvelle cellule familiale (avec enfants). Ceux-là méritent d'être jugés, à mon sens, parce que les conséquences sur leurs enfants peuvent être désastreuses et la souffrance énorme. Ils ont été égoïstes, lâches ou malhonnêtes, ou tout cela à la fois, et si j'étais dans cette situation je crois que je ne pourrais jamais pardonner le parent qui m'aurait abandonné. Ou alors, très difficilement et au bout de plusieurs années.
Moi je ne peux pas pardonner le parent qui m'a abandonnée.
Comme beaucoup d'autres visiblement, j'ai vécu l'histoire du père infidèle. Ma mère en formation absente toute la semaine, moi à l'internat et mon frère envoyé à l'étranger après être tombé dans l'alcoolisme (à 17 ans ça fait rêver) et avoir été viré de son école (si c'est pas cacher la poussière sous le tapis au lieu de régler les problèmes...), il avait tout le loisir de se faire plaisir avec une autre femme. Ma mère m'a parlé de doutes qu'elle avait un jour, et c'était pas vraiment comme si mon père était quelqu'un de tendre et démonstratif, alors j'ai laissé glisser. Ca me regardait pas.
Et puis je suis tombée sur un mail d'elle dans la boite de réception familiale, putain de clampin incapable de faire dans la discrétion. J'ai montré le mail à ma mère, elle est restée digne, elle m'a dit de ne rien dire. J'ai rien dit.
Quand mon lycée a fermé pendant les grèves et que je me suis retrouvée à la maison, que je l'attendais toute la nuit avant d'aller me coucher à 6h du mat parce qu'il était pas rentré et qu'il me sortait des prétextes à deux noix, qu'il me prenait pour la conne de service, j'ai continué à rien dire.
Quand ma mère a fait la tournée de sa famille pour pleurer sur leur épaule parce qu'elle était terriblement amoureuse de ce connard, je l'ai suivie mais j'ai rien dit.
Quand mon frère est rentré de l'étranger pour découvrir que sa famille se barrait en cacahuète, parce que mon père passait déjà la moitié de son temps avec sa nana, j'ai rien dit.

Par contre, quand ma mère nous a appelés autour de la table mon frère et moi (alors que mon père était encore à pétaouchnok) et qu'elle nous a dit qu'elle allait partir, qu'ils allaient se séparer, j'ai dit "Enfin". J'ai ajouté "je pars avec toi" ou moment où mon frère disait "c'est ma faute" (dans le genre ruiné mon frère est gâté aussi).
J'avais 15 ans, j'étais une boule de colère contre mon père, je suis partie avec une valise... et il ne m'a jamais demandé de revenir, il ne m'a jamais dit "je suis tombé amoureux d'une autre femme, ça arrive mais dans tous les cas tu restes ma fille" (c'était juste tout ce que j'attendais), il a juste secoué la tête et soupiré "c'est ton choix". Trois ou quatre mois plus tard, je pouvais venir récupérer mes affaires qu'il avait toutes rangées en cartons pour installer le bureau de sa copine dans ma chambre (alors qu'une pièce relativement grande était déjà attribuée au rôle de bureau).

Mon père a fait son deuil de moi en trois ou quatre mois. Moi je suis passée par toutes les étapes du deuil, de la colère à la résignation pendant un paquet d'années. Ca va faire bientôt dix ans que j'ai un père qui habite à dix minutes de chez ma mère mais que je ne vois qu'une fois par an, et souvent, je pense que j'aurais préféré qu'il soit mort. Au moins, je ne me sentirais pas obligée de garder un contact avec lui par politesse et par peur des regrets.
Je ne le hais pas, je suis juste terriblement déçue qu'il n'ait pas tenu son rôle de père quand j'en avais besoin (quand mon frère en avait besoin), je suis aussi terriblement triste de ne plus avoir de père alors que sur le papier il est toujours là et je suis carrément dubitative quand je sais qu'il a eu une fille et qu'il va avoir un deuxième (quatrième, mais nous n'étions que des brouillons visiblement) bébé alors qu'il fait un père minable. Peut-être qu'avec l'âge il sera meilleur. Sait-on jamais.

Bref, je ne comprends pas celles/ceux qui disent que les relations entre parents ne regardent pas les enfants. C'est quoi pour vous le concept de famille ? Les enfants, c'est des animaux domestiques qui n'ont rien à faire dans la hiérarchie du couple ? Désolée que l'infidélité de mon père ait détruit ma vie, c'est une erreur de ma part, pardon.

Par contre, contrairement à la Madz du témoignage, j'aurais absolument pété un câble si ma mère était restée avec mon père. Je n'aurais pas pu. Et de façon égoïste, tout simplement parce que je ne supportais plus de vivre avec mon père (et qu'à 15 ans je risquais pas de vivre ailleurs qu'à la maison). Il me dégoûtait. Pas pour son infidélité en soit, je peux comprendre qu'on puisse tomber amoureux de quelqu'un d'autre, ça arrive, mais pour son indifférence totale à notre douleur et son manque de respect. Pour moi, cet homme est dénué d'empathie. Et j'ai beau ne le voir qu'une fois par an, à chaque fois j'espère quelque chose et à chaque fois, alors que je sais pourtant comment il est, je suis surprise, déçue et blessée.
Donc chère Madz, je te trouve très courageuse d'être restée dans cette ambiance (qui n'est sans doute pas comparable à la mienne mais qui doit être délicate)...:fleur:
 
Dernière édition :
  • Big up !
Reactions : jorda and Enlia
@Flo0 ,non les enfants ne sont pas des animaux domestiques et j'ai été très choquée d'entendre au boulot une mère dire à l'instit de sa fille que sa fille voulait savoir pourquoi ses parents avaient divorcé et qu'elle avait refusé de lui répondre prétendant que ça ne la regardait pas parce que c'est juste aberrant de dire une chose pareille de la part d'une mère. Bien sûr que les enfants sont concernés et souffrent et je ne doute pas que l'infidélité d'un parent puisse détruire une vie.
Pour autant,est-ce que ça leur donne le droit de se mêler de leur couple et d'intervenir directement? Je ne trouve pas. En plus,c'est glissant. Je doute que qui que ce soit donnerait le même droit de se mêler de sa vie de couple en échange,à partir du moment qu'ils sont personnellement concernés. Par exemple,certains grands parents ne voient plus guère voire plus du tout leurs petits enfants après la séparation des parents,ça les concerne donc au premier chef et pourtant,je ne crois pas que les grands parents aient quoi que ce soit à dire là dessus.
 
Déjà, courage à la Madz qui a posté le témoignage, parce que c'est clair que dans le genre situation pourrie, c'est une des pires !

Là où je suis partagée, c'est quant à l'attitude des enfants par rapport à l'adultère. J'ai moi aussi eu un père infidèle (oui, on fait dans l'original !), mais lui ça a été maîtresse, annonce de divorce à la smala au complet avec ma mère qui l'avait appris 30 minutes avant nous (appelons ça l'épisode 1), "rupture" avec la maîtresse pour garder notre vie (naïves que nous étions, ma mère ma soeur et moi on y a cru) et puis finalement, ma mère qui demande le divorce à l'amiable parce môssieur était retourné vers sa chère et tendre (épisode 2 donc).
Dans la première partie, mon père nous a appris son infidélité, et honnêtement je m'en foutais, car c'était le fait qu'ils se séparent qui m'a fait mal, pas qu'il trompe ma mère. Mais lorsqu'il nous a sorti le coup du "on efface tout et on recommence" et qu'on y a cru, c'est moi qui ait découvert qu'il trompait de nouveau ma mère (il m'avait passé son téléphone pour que je passe un coup de fil pour APB, et sa copine lui a envoyé un "je t'aime tellement, vite te voir" pile à ce moment). J'ai rien dit, même si sur le coup j'ai eu la nausée, et pendant 3 mois j'ai menti à ma mère, en regardant mon père minauder face à elle tout en sachant à quelle point il était faux cul. Ma mère a fini par intercepter du courrier et c'est là qu'elle s'est rendu compte du faux jeton que c'était. Quand elle nous a annoncé que c'était fini, je lui ai tout déballer et croyez moi que je m'en voulais à en crever de lui avoir menti comme ça.
Ok j'avais rien à me reprocher, mais ça a honnêtement était la pire période de ma vie, ces 3 mois à regarder mon père et à faire comme si tout était normal tout en sachant que ma mère se faisait rouler dans la farine de A à Z et sans oser rien dire à personne de peur d'aggraver les choses.
Alors que les enfants ne le prennent pas en compte lorsqu'ils ne sont pas "parties" au problème, oui, tout à fait d'accord, c'est le couple que ça regarde et les enfants n'ont pas forcément à être au courant (sans pour autant dire que ça ne les regarde pas comme dit précédemment, c'est un peu extrême comme solution). Mais quand c'est eux qui le découvrent (que ce soit voulu ou non), là ça devient clairement une donnée du problème, puisque c'est eux qui vont avoir une bombe à retardement entre les mains, et que c'est franchement pas plaisant comme sensation.

Là où l'adultère doit être mis de côté c'est surtout vis-à-vis des enfants qui ne seraient pas au courant, typiquement engager un divorce pour faute avec comme objectif de plumer l'autre: sympatoche l'image de cohésion familiale dites donc !
En gros, qu'il y ait de la rancoeur entre les parents, ouais, c'est logique, normal même j'ai envie de dire. Mais que ça se ressentent sur les enfants ensuite, c'est franchement pas top yé trouve !

Et des bisous à la Madz !
(et bonne année 2016 en presque avance !)
 
Je suis assez d'accord avec le message précédent.
Je pense que c'est tout à fait logique que les enfants s'en mêlent lorsqu'ils le découvrent. Et ce n'est sûrement pas en prétextant que ça ne les regarde pas que ça va les arrêter, vu que de leur point de vue, ça les regarde car leur famille est en danger.
Ils voient que quelque chose ne va pas dans leur famille et que ça semble assez préoccupant : ils n'auront qu'une envie, c'est d'éclaircir la situation. C'est tout à fait normal.

L'infidélité des parents ne concernent qu'eux, en théorie, sauf que ça a des répercutions sur toute la famille.
Ca a des répercutions déjà sur l'organisation familiale qui risque fort d'être chamboulée, ça a des répercutions sur certains membres de la famille qui peuvent éprouver un malaise en sachant que le comportement de X ou Y est étrange depuis quelques temps, et ça a aussi des répercutions sur la construction psychique des enfants pour qui la tromperie d'un des parents risque de sérieusement amocher la notion de confiance.
Ca induit donc bien plus de choses qu'une "simple" tromperie.
Je pense que se dire que les problèmes de tromperie ne concernent que les parents est faux à partir du moment où les conséquences de cette tromperie auront un impact sur les enfants, et que donc par conséquent, le parent trompeur devra rendre des comptes à l'autre parent mais aussi rendre des comptes aux enfants (car les laisser en plan dans l'incompréhension la plus totale en prétextant que c'est pas leurs affaires, je suis pas sûre que ça va régler quoi que ce soit, et je pense pas non plus que ça contribuera à améliorer leur image auprès des enfants).

Par exemple,certains grands parents ne voient plus guère voire plus du tout leurs petits enfants après la séparation des parents,ça les concerne donc au premier chef et pourtant,je ne crois pas que les grands parents aient quoi que ce soit à dire là dessus.
En fait, légalement, si. Les grands-parents ont des droits et devoirs envers les petits-enfants, tel que c'est inscrit dans la loi.
http://www.village-justice.com/articles/droits-devoirs-grands-parents-envers,15418.html
Après, la différence entre des enfants et des grands parents, c'est que les grands parents auront vécu leur vie, alors que les enfants sont encore en construction. On peut avoir ses raisons pour tromper l'autre, certes. Mais il ne faut pas s'imaginer que ça sera sans conséquences sur l'enfant. Du coup, le rôle des parents est aussi de préserver les enfants, sauf que je ne suis pas sûre du tout que c'est en cachant la vérité qu'on les préserve. Bien au contraire même : ça risque d'amocher sérieusement la notion de confiance qu'ils auront acquise.
Et puis par expérience, les situations de mensonge se retournent bien souvent contre la personne qui a menti. Tôt ou tard.
Vivre dans le mensonge est vraiment une expérience horrible que je ne souhaite à personne.
Dire à des enfants, comme on me l'a bien froidement dit à moi par exemple, qu'il y a "des questions à ne pas se poser", je refuse.
Personne n'a non plus le droit d'empêcher des enfants de s'inquiéter d'une situation, en premier lieu quand ça concerne leur famille.
Des parents veulent tromper leur conjoint? Soit, mais dans ce cas, qu'ils assument tous les aspects de leur tromperie, notamment dans le cas où elle est découverte, au lieu d'invoquer des arguments d'autorité.
 
  • Big up !
Reactions : Flo0 and Serpillère

Coco.lalie

But what is puzzling you is the nature of my game
Bonjour,

C'est la première fois que je commente un article alors que ça fait un moment que je suis MadmoiZelle de plus ou moins près (année de concours oblige ...). Mais l'article m'a (un peu trop) interpellée, j'ai lu quasiment tous les commentaires et je voulais ajouter ma pierre à l'édifice (comme si ça allait changer quoi que ce soit). Je remercie grandement la courageuse Madz qui a fait ce témoignage et je lui souhaite beaucoup de courage pour la suite.

Pour la faire courte, un peu avant mes 15 ans, mon père nous a annoncés (à ma mère, mon frère, ma soeur et moi) qu'il avait rencontré une autre femme dont il était amoureux et qu'il voulait partir vivre avec elle. Dans la théorie, cela ne concernait que ma mère, nous n'avions pas à nous en mêler, dans la pratique, c'est un peu plus compliqué.
D'une part, je ne suis pas d'accord pour dire que l'infidélité ne concerne que les parents. Bien sûr que ce sont leurs histoires de couple, qu'en tant qu'enfant on ne sait pas tout ce qui se passe, etc. Il n'empêche que quand on découvre l'infidélité d'un de ses parents (en l'occurrence le père), l'enfant est complètement concerné. c'est sa famille, son noyau, sa vie qui est en train de changer ; et bien souvent, de manière inconsciente ou non, on doit "choisir", se positionner face à cet élément.
C'est pour cela que je me suis sentie "trahie", pas dans le même sens que ma mère sans doute, mais trahie aussi. Mon père n'a jamais compris ce sentiment et a toujours essayé de le disqualifier, parce que "ça ne me concernait pas" justement. Sauf que si. J'ai été trahie ce jour-là parce que les valeurs de courage et d'honnêteté que m'avaient enseignées mon père étaient visiblement fausses puisqu'il ne les appliquait pas à lui-même. J'ai été trahie ce jour-là parce que la vision de la famille dans laquelle on m'avait fait grandir était fausse. J'ai été trahie ce jour-là parce que mon père brisait la famille et a tout fait reposer sur mes épaules. J'ai dû faire le deuil de beaucoup de choses ce jour-là et c'est ce qui fait que je me suis sentie trahie.
Quand on a découvert l'infidélité de mon père (et j'ai l'impression que c'est le cas pour beaucoup de celles qui ont témoigné dans ce sens), ma mère s'est en partie effondrée, elle ne s'y attendait pas, elle n'avait rien vu venir. Sauf qu'il a bien fallu continuer et que j'ai dû assumer plus de choses qu'une gamine de quinze ans n'a à le faire normalement. J'ai dû grandir, très vite parfois. Beaucoup d'ami-e-s me disent souvent que je parle comme si je n'avais jamais été vraiment une enfant, et j'ai souvent le sentiment d'avoir sauté des étapes pour "gérer" l'infidélité de mon père.
Cette infidélité a eu pas mal de conséquences sur ma vie d'adultes. Je mets un temps infini à faire confiance aux gens et particulièrement aux hommes avec qui je sors. Et même après avoir accordé ma confiance, j'ai peur qu'ils ne me fassent du mal en sachant ce que je suis. J'ai une peur panique de l'adultère et de l'abandon. Mon copain actuel a passé des mois à me rassurer, à me consoler, à essayer de me montrer qu'il n'est pas comme ça. J'ai peur de reproduire le couple de mes parents.

D'autre part, je suis d'accord pour dire que ce n'est pas bien de s'immiscer dans le couple des parents, qu'il faut les laisser gérer leurs problèmes entre eux. Mais quand on vit sous leur toit, qu'on subit les disputes, les changements d'humeurs, les crises de larmes des parents, on est censé-e-s faire quoi ? S'enfermer dans sa chambre, se boucher les oreilles et chanter très fort pour oublier que ça existe ? Félicitations à celles et ceux qui y arrivent, moi je n'ai jamais pu. Je n'ai jamais géolocalisé ou fouillé les mails (parce que je n'ai aucune compétence là-dedans) mais ça m'est arrivé de fouiner aussi, pour me confronter moi-même à cette réalité des choses, faire mon propre deuil, anticiper ce qui pourrait se passer, etc. Quand j'ai trouvé dans la salle de bains que sa nouvelle "compagne" y entreposait des tests d'ovulation pour faire des enfants avec mon père qui n'était divorcé que depuis quelques mois, ça m'a fait un choc mais j'ai eu le temps de digérer la nouvelle et de mieux "réagir" (quoique ...) quand mon père nous a annoncé qu'elle était enceinte, alors qu'il ne nous en avait jamais parlé auparavant. Et que celui qui n'a jamais succombé par curiosité lui jette la première pierre ...
Et puis, au moment du divorce de ses parents, il y a toujours un moment où il faut choisir : choisir avec quel parent on va habiter, choisir comment on le vit/digère, choisir comment on comprend la séparation. Personnellement, je n'ai jamais compris l'infidélité de mon père, j'ai trouvé ça facile de jongler avec les deux, de ne jamais parler des problèmes avec ma mère jusqu'à ce qu'il parte, de partir quand il était sûr que sa maîtresse voudrait bien de lui sur le long terme, etc. Je suis peut-être dans le jugement, mais franchement je m'en fiche, ça a été ma thérapie pour accepter ce qui s'était passé.
Quand mes parents ont divorcé, j'avais donc quinze ans et mes parents ont pensé que j'étais assez mature pour entendre certaines choses. Par nature même, je me suis immiscée dans leur couple, parce qu'on m'a prise pour confidente, parce qu'on m'a demandé mon avis, parce que j'étais assez grande pour comprendre la différence entre le désir, l'amour, la vie maritale ou le sexe.

Du coup, je trouve aussi que le témoignage peut avoir des aspects malsains, mais parce que la situation est malsaine. Son père a menti pendant des semaines, sans dire à sa femme qu'il y avait un problème, qu'il était attirée par une autre femme, comprendre pourquoi ça arrivait ; quand la Madz a découvert ce qu'il se passait, elle a dû se taire, faire semblant que ça n'existait pas, que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes ; et aujourd'hui encore, tout le monde le sait mais personne n'en parler, l'ambiance est ultra pesante et elle doit accepter la situation sans pouvoir en parler tous ces éléments me choquent bien plus que sa curiosité à fouiller ... Et à toutes celles et ceux que ça dérange parce que c'est hyper personnel et que ça ne concerne que les parents et que ça n'a pas été fait avec leur accord, euh, je ne vois pas le problème ... C'est un forum anonyme, elle n'a pas donné de détails précis (la ville, le lieu de travail, le nom, ce genre de choses) donc bon. Quand vous racontez vos aventures à vos ami-e-s, vous demandez à votre patron-ne, petit-e ami-e/coup d'un soir/plan cul, à l'inconnu-e qui vous a fait rire, si vous pouviez parler de lui ?
Voilà, premier commentaire, premier pavé ! Merci beaucoup MadmoiZelle pour tout ce que vous faites <3
 
Dernière édition :
J'ai tremblé en lisant cet article... tant de similitudes avec ma propre histoire. Je portais une admiration et un amour sans faille à mon père depuis toujours et mes parents étaient un couple simplement parfait, et un soir autour d'une raclette (!) la famille au complet, pâle les larmes aux yeux et la voix tremblante (et c'était la première fois que je voyais mon père fragile) il nous a révélé qu'il trompait ma mère. Cris, larmes, cris encore, la famille qui éclate. Le pire jour de ma vie. Le lendemain j'ai encore éclaté en larmes au téléphone avec ma mère et elle a ri en disant de ne pas m'inquiéter et qu'au final elle allait rester avec lui. J'avais 12 ans, j'en ai 24, nous n'en avons pas reparlé une seule fois depuis. Et pourtant j'y pense presque tous les jours. Cette histoire m'a laissé une impression de cauchemar : horrible, inacceptable, puis qui disparait d'un coup au lever du soleil. Nous ne saurons jamais toute l'histoire. Ma mère est restée pour ses 4 enfants, elle a une force incroyable, démesurée, elle a gagné toute l'admiration que je ne portais plus à mon père, deséquilibrant complètement la balance. Et j'ai dû faire face à cette haine intense venue se loger au milieu de tout l'amour que j'avais toujours porté à mon père. Je dois y faire face encore. Ça imprègne ma vision de l'amour, ma peur panique du mariage dont je rêvais tant. Ma pyramide familiale, les piliers de ma vie, se sont brisés ce jour là, m'ont fait chuter et je ne sais pas si je saurai un jour marcher sans vaciller. C'est si difficile..
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes