Commentaires sur J’ai ouvert mon couple, et je l’ai très mal vécu

22 Juin 2018
240
1 971
824
38
Parce que franchement, continuer quand la personne a l'air aussi ambivalente, c'est très bof. Mais surtout potentiellement ça (re)-traumatise.
Encore faut-il que la personne soit honnête avec l'autre.
J'ai pas lu l'article (je ne lis aucun article de Madmoizelle) mais des extraits donnés dans les commentaires plus haut, si l'Autriche du témoignage essaie de se "de construire" on peut penser qu'elle ne fait pas part de ses difficultés à son conjoint ou même si elle le fait, qu'elle le pousse quand même à continuer pour qu'elle s'habitue.

J'ai été (et suis encore) comme ça.
La différence c'est que le concept de couplé ouvert, il vient de moi, j'avais toujours penser mon couplé comme libre et devant la différence de libido, j'ai poussé mon mec à aller voir ailleurs.
Pas de bol, après des mois de recherches de son côté, quand il a enfin matché avec quelqu'un, moi j'étais au 30ème dessous et là personne qu'il a rencontré... Il s'avère que c'est pas DU TOUT une personne (et son entourage avec) faite pour notre couple.
J'ai extrêmement mal vécu cette première expérience d'ouverture. Je suis tombée très très bas au niveau moral, ma psy a eu peur de ne pas me récupéré, on a failli se séparer avec mon conjoint, il 1 fait une dépression aussi (il allait pas forcément très bien non plus avant) bref, c'était la grosse merde.
Et pourtant, tout en lui disant que ça allait pas, j'ai insisté pour qu'il continue. Parce qu'il avait le droit d'avoir ses potes à lui, parce que je l'avais poussé à, parce que je voulais moi réussir à accepter la choses et à (re)prendre le contrôle de mes émotions.

Ce n'est que quand j'ai accepté que j'avais pas ce contrôle, que le problème venait de trop loin pour le régler comme ça que j'ai compris que l'ouverture du couple était pas pour moi. Du moins pas comme ça et pas à ce moment là.

On a pu refaire une tentative plusieurs mois après, je l'ai bien mieux vécu même si ça a été court parce que la meuf a rencontré quelqu'un et voulait être monohgame avec ce mec.
Depuis, pas eu d'autre match alors on attend que l'occasion se présente à nouveau. Mais je suis confiante en moi, et je sais que maintenant, je le vis beaucoup mieux.

Bref, on peut avoir une expérience désastreuse de l'ouverture du couple sans que ça "condamne" à la monogamie.
Par contre, faut savoir accepter ses propres limites et accepter que c'est quelque chose de personnel. Ce n'est pas une compétition ou une case à cocher pour être "la parfaite féministe déconstruite".
Et ca peut n'être que partie remise !
 

Coco.lalie

But what is puzzling you is the nature of my game
1 Mars 2016
183
988
1 664
31
Paris
Je suis d’accord avec vous qu’elle n’a pas l’air sereine sur le sujet et que le questionnement sur le couple ouvert n’est peut-être pas sa priorité…
Après, pour être en couple ouvert aussi, j’ai eu aussi un coup de mou la première soirée que j’ai passé seule pour ça.
On était en couple depuis quatre ans déjà et c’est moi qui avait proposé qu’on ouvre notre couple, pour tout un tas de raisons. J’étais super d’accord sur le concept donc. Et c’est moi la première à avoir daté d’autres personnes. Mais oui, le premier soir toute seule, j’ai un peu psychoté à imaginer sa soirée et à me dévaloriser. Heureusement, mon copain a été adorable en rentrant et m’a beaucoup rassurée.

Le conseil que je donnerais avec l’expérience, c’est vraiment de s’écouter, de ne pas se forcer et de ne pas hésiter à « imposer » une règle un jour donné, ça peut arriver de ne pas vouloir que l’autre découche parce qu’on est triste ou qu’on a ses règles ou que sais-je, même si d’habitude l’autre peut découcher, et c’est pas grave !
 
26 Septembre 2014
225
1 266
3 014
Encore faut-il que la personne soit honnête avec l'autre.
J'ai pas lu l'article (je ne lis aucun article de Madmoizelle) mais des extraits donnés dans les commentaires plus haut, si l'Autriche du témoignage essaie de se "de construire" on peut penser qu'elle ne fait pas part de ses difficultés à son conjoint ou même si elle le fait, qu'elle le pousse quand même à continuer pour qu'elle s'habitue.

J'ai été (et suis encore) comme ça.
La différence c'est que le concept de couplé ouvert, il vient de moi, j'avais toujours penser mon couplé comme libre et devant la différence de libido, j'ai poussé mon mec à aller voir ailleurs.
Pas de bol, après des mois de recherches de son côté, quand il a enfin matché avec quelqu'un, moi j'étais au 30ème dessous et là personne qu'il a rencontré... Il s'avère que c'est pas DU TOUT une personne (et son entourage avec) faite pour notre couple.
J'ai extrêmement mal vécu cette première expérience d'ouverture. Je suis tombée très très bas au niveau moral, ma psy a eu peur de ne pas me récupéré, on a failli se séparer avec mon conjoint, il 1 fait une dépression aussi (il allait pas forcément très bien non plus avant) bref, c'était la grosse merde.
Et pourtant, tout en lui disant que ça allait pas, j'ai insisté pour qu'il continue. Parce qu'il avait le droit d'avoir ses potes à lui, parce que je l'avais poussé à, parce que je voulais moi réussir à accepter la choses et à (re)prendre le contrôle de mes émotions.

Ce n'est que quand j'ai accepté que j'avais pas ce contrôle, que le problème venait de trop loin pour le régler comme ça que j'ai compris que l'ouverture du couple était pas pour moi. Du moins pas comme ça et pas à ce moment là.

On a pu refaire une tentative plusieurs mois après, je l'ai bien mieux vécu même si ça a été court parce que la meuf a rencontré quelqu'un et voulait être monohgame avec ce mec.
Depuis, pas eu d'autre match alors on attend que l'occasion se présente à nouveau. Mais je suis confiante en moi, et je sais que maintenant, je le vis beaucoup mieux.

Bref, on peut avoir une expérience désastreuse de l'ouverture du couple sans que ça "condamne" à la monogamie.
Par contre, faut savoir accepter ses propres limites et accepter que c'est quelque chose de personnel. Ce n'est pas une compétition ou une case à cocher pour être "la parfaite féministe déconstruite".
Et ca peut n'être que partie remise !
Merci pour ton partage.
Pour préciser mon propos précédent : je ne dis pas que ça condamne à une issue particulière, je dis que c'est pas super éthique comme comportement (de mon point de vue).
C'est différent.
 
13 Mars 2015
219
1 452
2 324
34
Je pense que surtout pour la témoignant ce n'était pas du tout le moment de se lancer dans ce gros changement. Elle était en dépression, je ne pense pas que ça soit le meilleur moment dans sa vie pour tenter pour la première fois quelque chose avec autant d'implication émotionnelle.
J'ai l'impression surtout qu'elle a fait ça en espérant inconsciemment que son compagnon ne la trompe pas comme l'ancien. Si le couple est ouvert se n'est plus de la tromperie en soi.
J'espère que depuis elle va mieux Et qu'elle a retrouvé un bon équilibre.
 

Kettricken

Hate is always foolish. Love is always wise
13 Avril 2011
3 595
48 212
5 664
@poulaga de ce que je lis, dans certains milieux militants, ouverts etc... certains mecs vont mettre la pression à leur nouvelles copines pour ouvrir le couple. Sans avoir l'air d'y toucher, avec tout un discours sur la "déconstruction" et le fait que ça soit plus éthique de ne pas être en couple monogame.
J'imagine bien que ça reste marginal, mais ça existe (tout comme il est mal vu dans certains milieux spécifiques d'avoir des enfants).

Moi ce que je lis comme soucis dans ce témoignage, c'est que l'autrice semble beaucoup s'oublier. Ou plutôt, elle semble énormément lutter contre elle-même. Et je ne vois pas trop pourquoi en fait.
Et franchement, si je voyais que ma compagne le vivait tellement mal, je crois que j'aurais envie de mettre une pause à cette histoire de couple ouvert le temps d'en discuter. Je ne pense pas que je pourrais aller rencontrer d'autres gens sachant que ça fait souffrir la personne que j'aime
Mais bon, je suis sans doute biaisée étant fondamentalement monogame
 
26 Septembre 2014
225
1 266
3 014
Effectivement déjà entendu parler (sans l'avoir vu), et ça comme toute manipulation et comme toute pratique insistante dans une relation affective c'est tout sauf éthique.
Mais ça relève davantage du partenaire toxique que d'une pression sociale où la non-monogamie serait la norme, non ? (perso je n'ai jamais connu de tel milieu, en tout cas chez les hétéros)
Et je me demande dans quelle mesure c'est répandu, parce que pour traîner avec des gens de gauche radicale/anarchistes et pour avoir beaucoup de potes de type hippies (donc je serais pile dans le milieu concerné en théorie), j'en entends parler uniquement sur internet. Mais peut-être que j'ai juste beaucoup de chance de ne pas tomber sur des gens toxiques dans mon entourage


Pareil, ça j'en entends parler, je veux bien te croire, mais je ne le vois jamais dans la vraie vie. Quel genre de milieux ? Si je me souviens bien, tu parlais de ton groupe d'amies, à tendance féministe ?

En fait peut-être qu'on n'est pas en désaccord ; perso je me sens marginalisée parce que quand on regarde la société en général la norme sociale qui concerne une majorité de gens c'est le couple monogame et le projet d'avoir des enfants, et par ailleurs il doit exister des dynamiques très locales d'opposition à ce mode de vie et c'est juste que je ne les ai jamais vues
Je peux témoigner puisque j'étais dans ce cas.
Pour moi c'était beaucoup dans les cafés poly et les milieux sexpo. Toujours aujourd'hui dans mes potes et amis, la plupart sont dans des relations non exclusives. Ce genre de milieu existe mais c'est clairement marginal.

Par contre, qu'on soit dans un milieu où c'est la norme ou pas, on peut quand même se retrouver face à ces injonctions simplement en se renseignant un peu. Par exemple j'avais lu le livre La Salope Ethique, ce libre est BOURRE d'injonctions à la non-monogamie, il est présenté comme une bible dans certains milieux. Ca fait flipper. Si tu commences à te renseigner et que tu tombes là dessus, c'est facile de tomber dans ce genre de schémas. Surtout si de base tu n'as pas trop confiance en toi et que tu cherches un modèle, et si en plus tu es dans une relation toxique ça peut faire un combo ultra destructeur.

Je trouve que de manière générale dans le milieu poly il y a une grosse injonction à ""déconstruire"" le sentiment de jalousie, qui serait uniquement une construction sociale. On parle pas ou peu du fait que parfois c'est juste une limite, et que dépasser ses limites c'est vraiment pas une bonne idée (pourtant on retrouve ce genre de discours pour la sexualité, mais bizarrement les limites émotionnelles auraient un autre mode de fonctionnement).

Honnêtement dans mon entourage j'ai au moins une 10n de personnes qui ont eu le même vécu que moi. Quasiment que des femmes. Et plein d'autres qui sont heureux·ses dans des schémas non-exclusifs.
 
Dernière édition :
12 Mars 2018
951
15 829
1 564
29
Pareil, je trouve ça jugeant.
à la lecture de l'article, on ne sait pas si le problème c'est que c'est le copain qui a insisté, ou si c'est l'autrice qui n'a pas exprimé ses doutes. (cela dit je suis ok avec le "pas de décision sur une relation sans consentement enthousiaste des deux parties" évoqué par une de mes VDD ; si la copine avait l'air mi-figue mi-raisin le mec n'aurait pas dû se lancer c'est vrai. Mais on n'a pas assez d'infos je trouve)

Je pense que c'est la manière dont je l'ai formulé qui pèche : j'ai l'air de viser explicitement le partenaire de l'autrice du témoignage et c'est vrai qu'on a pas assez d'informations sur ce que lui pensait de tout ça. Il est vrai qu'il ne semble pas l'avoir forcée dans ce but et que la décision d'ouvrir leur couple semble émaner de leur volonté à tous les deux. Il est vrai aussi que le mec aurait pu se poser davantage de questions en voyant que sa copine était littéralement en PLS après qu'il est revenu de sa nuit avec son autre partenaire. Après, effectivement, on en sait rien. Peut-être qu'il a effectivement soulevé le problème mais que l'autrice a choisi de ne pas partager ses tourments, ou qu'elle a coupé court à la discussion en mode "mais non tout va bien". Elle a l'air de s'imposer le truc comme un sacerdoce donc peut-être ne veut-elle même pas admettre à son copain que ça lui provoque du mal-être.

Ce qui m'a dérangée, c'est la tournure globale de l'article où l'autrice présente ses difficultés à se faire à la situation comme une défaillance exclusive de sa part à elle. Si elle ne supporte pas l'idée que son partenaire entretienne d'autres relations amoureuses et/ou sexuelles, c'est un manque de sa part à elle, c'est pas qu'elle n'y a pas assez mis du sien. Il faut qu'elle fasse plus d'efforts, alors qu'elle est déjà littéralement au fond du trou. J'y ai vu une tentative de rationaliser sans s'écouter vraiment. Et ça m'alerte, oui, car comme je l'ai expliqué, c'est pas la première fois que je vois ça et ça me serre le coeur. Disons que ça me met direct la puce à l'oreille et que mon premier réflexe c'est de vérifier à quel point la situation est choisie et non subie. Je me demande tout de suite si quelque part ça arrange pas un peu aussi son copain qu'elle réagisse de la sorte et qu'elle prenne tout sur elle, car la situation en l'état est confortable surtout pour lui. J'ai un avis biaisé par mon expérience, certainement, comme nous tous.tes, j'imagine.

Je vois la démarche d'ouvrir son couple comme une collaboration entre les deux partenaires, pour accueillir ensemble les émotions qui pourraient en découler, négatives ou pas d'ailleurs. C'est pas juste l'un qui s'épanouit dans la situation et l'autre qui prend sur lui de son côté.

Evidemment qu'il y a des connards partout, y compris dans le polyamour. Mais y compris aussi dans le couple hétéro monogame tout ce qu'il y a de plus tradi ; pour autant quand il se passe un abus dans un couple monogame, personne ne commente en généralisant "le problème c'est la monogamie"

Sauf qu'il ne me semble pas avoir dit non plus que le problème c'était le polyamour :hesite: Ou alors je me suis mal exprimée. Le polyamour n'est pas problématique en soi. Je connais des personnes qui ne se sont jamais reconnues dans le schéma de la relation monogame exclusive qu'on nous présente comme la seule voie valable à suivre depuis le berceau. Elles sont senties réellement libérées en découvrant qu'il était possible de mener ses relations amoureuses/affectives/sexuelles sous un autre mode.

J'attirais davantage l'attention sur une tendance de se servir de l'éthique globale généralement associée au polyamour pour faire avaler des tas de couleuvres à son ou sa partenaire. J'entends bien à la lecture de tes commentaires que ce n'est pas quelque chose que tu as particulièrement observé dans les cercles que tu fréquentes. Qu'il peut y avoir une pratique réellement saine du polyamour et de la non-exclusivité. Et tant mieux ! (on dirait que c'est ironique :yawn: mais vraiment pas !) Mais, en ce qui me concerne, je t'assure que j'ai bien plus souvent rencontré le schéma inverse. Pas seulement sur internet (d'ailleurs, le fait que l'expérience soit relatée via internet ne la rend pas moins réelle), mais aussi dans mon entourage IRL. Je prétends pas que c'est forcément représentatif de la totalité des personnes qui pratiquent le polyamour. Mais, de mon expérience, c'est une tendance suffisamment marquée pour que ça me donne envie d'attirer l'attention là-dessus.

Que la monogamie soit la structure dominante, je suis d'accord. Que l'attitude que je déplore relève davantage d'un problème de mentalités toxiques qu'un problème avec le polyamour en lui-même, je suis d'accord aussi. Ça veut pas dire qu'il ne faut pas en parler, et dénoncer.
 
Dernière édition :

Kettricken

Hate is always foolish. Love is always wise
13 Avril 2011
3 595
48 212
5 664
Pareil, ça j'en entends parler, je veux bien te croire, mais je ne le vois jamais dans la vraie vie. Quel genre de milieux ? Si je me souviens bien, tu parlais de ton groupe d'amies, à tendance féministe ?
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.


Effectivement déjà entendu parler (sans l'avoir vu), et ça comme toute manipulation et comme toute pratique insistante dans une relation affective c'est tout sauf éthique.
Mais ça relève davantage du partenaire toxique que d'une pression sociale où la non-monogamie serait la norme, non ?
Pour moi, globalement, le couple est un lieu dangereux de manipulations possibles :shifty: Et je dis ça en étant depuis 10 ans dans un couple heureux. Mais dès qu'une amie se met en couple, je me mets en mode vigilance :yawn:
Je ne pense pas que le couple non-monogame soit par essence plus à risque que le couple monogame. Simplement, peut-être que les stratégèmes utilisés par les manipulateurs sont différents
 
22 Juin 2018
240
1 971
824
38
Je me demande tout de suite si quelque part ça arrange pas un peu aussi son copain qu'elle réagisse de la sorte et qu'elle prenne tout sur elle, car la situation en l'état est confortable surtout pour lui. J'ai un avis biaisé par mon expérience, certainement, comme nous tous.tes, j'imagine.
Ça, sans avoir son point de vue à lui, on ne le saura jamais.
Pour avoir été dans la même situation que l'autrice, mon mec le vivait pas bien du tout. Il était face à une girouette qui savait pas ce qu'elle voulait, qui lui disait de continuer à voir ces gens parce qu'il devait vivre sa vie tout en lui disant combien elle en chiait quand il était avec eux. Il était face à une tête de mule qui lui donnait des ordres contradictoires. Il était aussi paumé que moi mais ça, c'était pas forcément facile à voir pour moi tout en étant "évident". Un vrai gloubiboulga émotionnel où on a failli se perdre tous les deux, dans tous les sens du terme.

Peut-être aussi que son conjoint a très conscience que sa copine va mal et que ça le mine aussi et qu'avec cette autre, il arrive à souffler un peu et prendre du temps pour lui.
C'est dur à entendre, surtout quand on va mal, et qu'on va encore plus mal avec une expérience de changement dans le couple qui ne tourne pas bien, mais on doit accepter que l'autre puisse trouver un espace/du repos/etc avec quelqu'un d'autre que soit (fin, perso, ça a été très très très dur d'accepter ça)
 
26 Septembre 2014
225
1 266
3 014
Merci pour vos réponses !


OK, mais ce ne sont pas déjà des poly qui vont dans les cafés poly ?
Je veux dire, on peut parler de pression à sortir de la monogamie dans des milieux destinés aux gens qui ne sont déjà pas monogames ?


Et il y a une pression envers les gens qui sont exclusifs ? (edit : j'ai relu ton témoignage en première page ; c'était ton partenaire qui t'avait mis la pression ?)
Dans mon groupe de potes par exemple on est une majorité de célibataires et CF, mais on est bienveillant.e.s envers celleux qui ne le sont pas (mais encore une fois j'ai peut-être juste beaucoup de chance)

En tout cas j'en retiens que finalement c'était peut-être pas plus mal d'être sex-positive et non-monogame seule dans mon coin ; le milieu n'a pas l'air de faire rêver :cretin:
Niveau militantisme j'ai + fréquenté des partis / ONG / associations de gauche en général


@Clèves merci pour les précisions, je pense qu'on est d'accord sur le fond :)
Juste ce passage :

Effectivement il y a des témoignages réels sur internet, je me méfie juste de l'effet "bulle" et de l'effet emphase/exagération par lequel les réseaux sociaux sont capables de faire passer un fait divers exceptionnel pour un phénomène général.
Je pense par exemple à la théorie de la "pression à transitionner" de la part des TERFs. à lire les TERFs sur internet ce serait un fléau pour la société, alors que quand on parle avec les concerné.e.s et qu'on regarde les stats tout vient infirmer cette théorie.
Du coup, quand on me dit "pression sociale" pour adhérer à quelque chose qui va au contraire contre les normes sociales et expose à du jugement voire de la discrimination, je m'interroge :hesite:
Dans les cafés poly il y a beaucoup de personnes "en questionnement" ou en tout début d'ouverture du couple, pas forcément que des polys expérimentés. Plein de personnes y vont pour tater le terrain, comprendre si ça leur correspond ou pas.

La personne qui m'a le plus mis la pression c'est mon copain oui. Mais ce qu'il me disait entrait vachement en écho avec des choses qu'on peut entendre dans le milieu poly de manière générale. C'est pas forcément que les gens me mettaient volontairement la pression ; mais si je partageais que j'avais du mal à gérer une situation émotionnellement, les personnes allaient souvent m'orienter vers "apprends à déconstruire ta jalousie" plutôt que "apprends à poser tes limites". Et donc ça ça a joué dans le fait que je reste dans cette situation longtemps.

Je vais donner un exemple concret. Une fois j'ai partagé à une amie que je vivais mal un truc dans ma relation, que je me sentais jalouse d'une situation. Elle m'a partagé une "fiche" qui était censée nous aider à gérer la jalousie. Je crois d'ailleurs que ça venait du livre La Salope Ethique mais je n'en suis pas certaine, c'était il y a plusieurs années. En gros dans cette fiche il y avait plein d'exercices qui étaient censés t'aider à "remonter à la source" de ta jalousie et ensuite apprendre à la gérer. Le but final étant que l'émotion disparaisse pour que tu puisses laisser faire ce que ton/ta partenaire a envie sans jamais lui mettre de contrainte. Tout ça sous couvert de "tes émotions t'appartiennent".

Ce que je veux dire c'est que les gens ne mettent pas forcément une "pression" parce qu'ils sont méchants ou fermés d'esprit. Cette personne je la connais bien et on est toujours amies, c'est une personne que j'apprécie beaucoup et elle m'a soutenue quand je suis redevenue monogame. Mais parfois sans s'en rendre compte on peut renforcer des schémas toxiques. Je trouve ça très vrai dans le milieu poly où finalement on n'apprend pas aux gens à respecter leurs limites où celles des autres. Alors oui c'est pas tous les poly qui font ça, mais c'est quelque chose qui revient beaucoup. J'ai trouvé qu'il y avait une culture du dépassement des limites personnelles. Perso je trouve ça malsain.

Dis moi si ce que je dis n'est pas clair.
 
Dernière édition :
12 Mars 2018
951
15 829
1 564
29
@poulaga Oui je suis d'accord avec toi sur le fait qu'il faut relativiser l'idée d'une "pression sociale" au polyamour : c'est clair que l'écrasante majorité des modèles sociaux valorisent le couple monogame. Je pense que ce dont on parle concerne davantage des cercles minoritaires, plutôt dans la mouvance féministe, LGBT, etc, enfin des milieux où on a tendance à remettre en question le fonctionnement de la société (je schématise, bien sûr, c'est pour dresser un tableau global), et où effectivement on peut être tenté d'étendre la notion de "déconstruction" à tous les aspects de notre vie.

Il n'en reste pas moins qu'effectivement, on prend un monogame et un polyamoureux et on les lâche au hasard dans un lieu social random (genre une terrasse de café) pour parler de leur expérience, le polyamoureux a bien plus de chances de voir son mode de vie remis en question ("mais si vous couchez avec d'autres personnes c'est que vous être pas vraiment amoureux/qu'il y a un problème dans votre relation/que vous êtes qu'un plan cul, etc") que l'inverse.

@Arsinoée Je suis partagée sur ton deuxième paragraphe. Qu'on accepte que l'autre puisse trouver du réconfort auprès de quelqu'un d'autre quand on va très mal et qu'iel est désemparé.e, bien sûr, mais on est pas tenus d'accepter qu'il y ait un lien amoureux et/ou sexuel avec ladite personne. A fortiori si ça alimente d'autant plus nos angoisses. J'aurais tendance à dire qu'il faut éviter de s'en rajouter sur le dos quand on va très mal. Après c'est très personnel, bien sûr, mais perso je préfèrerais faire une pause dans notre relation plutôt que de me forcer à accepter que l'autre entretienne une autre relation amoureuse si c'est déjà précisément ce qui me fait souffrir (ou que ça y contribue, du moins, les troubles mentaux sont rarement uni-factoriels).
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes