Commentaires sur La Petite Sirène en live-action : ces adorables réactions d’enfants au trailer vont vous faire fondre

9 Mars 2018
68
783
744
C'est comme vouloir du réalisme pur et dur avec les sirènes, qui ne ressembleraient pas du tout à Ariel, dessin animé ou film, avec des films comme Hercules qui se repose sur de la mythologie, ou des contes comme Blanche-Neige, etc. Ca n'a pas pour but d'être réaliste. D'ailleurs, dans la réalité, les lions ne parlent pas et ne présentent pas à l'aide d'un singe un héritier à tout les animaux qui s'inclinent devant.

Je ne comprends vraiment pas pourquoi vouloir du réalisme dans ce genre de films pour enfants. C'est juste une histoire. Pour l'époque, je trouve même que Nala fait justement partie des héroines Disney qui commencent à se démarquer des demoiselles en détresse plutôt passive même si pour moi, ça avait commencé dès 1985. Le film s'appelle Le roi lion, pas La reine lionne, donc c'est effectivement un lion qui finit roi. Je ne trouve pas ça choquant puisque c'est l'histoire d'un prince héritier depuis le début. Si on m'avait présenté ce film quand j'étais enfant et qu'en cours de route, le prince héritier perd complètement sa place parce que Nala le lui pique, ben j'aurais trouvé ça injuste. C'était le prince héritier. Elle n'était pas la princesse héritière. Je pense que vous oubliez un peu vite que c'est une histoire pour les enfants quand vous regardez tout ça avec des yeux d'adulte. Ce qui comptait, c'était le voyage de Simba, son évolution, son combat.

Comme pour Raiponce. La thématique du film n'est pas de dire que les mères sont toxiques. Ce n'est même pas sa vraie mère mais une personne qui la kidnappe pour l'utiliser ! C'est aussi important de montrer qu'une figure parentale peut être toxique. On retrouve ça aussi avec la père d'Ariel, pourtant, puisqu'il se montre très toxique au début avec sa fille. Accuser Disney de vouloir faire passer les mères pour des castratrices, quand elles ne sont pas mortes, c'est oublier que les pères soient aussi souvent absent, morts, ou n'ont pas un rôle toujours glorieux.
Plutôt d'accord, bien qu'à mes yeux un regard adulte n'a rien de contradictoire avec dessin animé pour enfants. C'est plutôt le cynisme qui a tendance à vouloir faire ce genre de parallèles et symboliques. C'est une étape nécessaire dans la construction de l'esprit critique je suppose, mais je trouve ça bien qu'un adulte puisse apprécier une œuvre enfantine sans perdre son regard adulte / son expérience. Parce que hélas, ce ne sont pas les oeuvres crasses et infantiles qui manquent, à destination des enfants...

C'est d'ailleurs assez ironique que je me retrouve à la défense des DA de Disney alors que je ne suis pas très tendre envers cette entreprise à rêves habituellement. En vrai je trouve beaucoup de critiques justifiées, le féminisme étant loin d'être la préoccupation première du studio (ce qui n'est pas synonyme de mal absolu), j'y vois beaucoup de choses qui sentent le phormol. En vrai je n'ai vraiment découvert les DA de Disney que ado/adulte, ayant été touchée par la grâce en visionnant enfant le plus beau film du monde (en toute objectivité :d). Le voyage de Chihiro m'a fait tomber dans l'univers de Hayao Miyazaki quand j'étais petite et face à ses films, le studio Disney a certes un charme certain, mais fait pâle figure. (Toujours en toute objectivité haha)
 
Dernière édition :
M

Membre supprimé 364647

Guest
@Mentalofresh J’ai un peu de mal à voir en quoi c’est la même chose de critiquer une représentation totalement patriarcale des lions et s’indigner contre une sirène noire

Y a méprise. Je soulignais que si on faisait une sirène réaliste, elle ne ressemblerait pas du tout à ce qu'on voit dans les films. On en parlait quelques pages plus tôt donc je vais éviter de tout répéter.

J'ai vu Le roi lion au cinéma aussi, je te rassure, mais je n'avais pas du tout en tête des idées comme "les représentations genrées". Tout ce que j'ai vu, c'était une histoire. Parce que le cinéma a toujours été que ça pour moi : des histoires fictives. C'est peut-être parce que j'ai eu la chance d'avoir un parent qui aimait énormément le cinéma et qu'il m'a appris à aimer le cinéma pour ce qu'il est, ou peut-être parce que je ne considère pas que le cinéma est politique ou devrait être politique. Peut-être aussi parce qu'enfant, la politique était à cent lieues de mes préoccupations. Je suis en tout cas contente que Le roi lion n'avait pas dépeint une réalité naturelle comme tu dis, j'aurais été terrifiée devant et je n'aurais pas compris pourquoi Disney nous avait fait un tel film.


@Issunn Pareil en fait, Disney n'est pourtant pas un studio que je défends habituellement, loin de là, j'ai même tendance à le bouder. :yawn:
 

Kettricken

Hate is always foolish. Love is always wise
13 Avril 2011
3 597
48 244
5 664
@Issunn je suis totalement d'accord avec ce que tu dis de Raiponce, de Mulan et du droit d'une oeuvre a existé par elle-même. Et d'une femme forte à épouser un homme.
Fun fact : Disney a fait Mulan pour appaiser la Chine après la sortie de 7 ans au Tibet
 

Kettricken

Hate is always foolish. Love is always wise
13 Avril 2011
3 597
48 244
5 664
Mince j'avais pas vu qu'il y avait d'autres réponses avant d'écrire le message précédent, d'où le doublon, désolée
@Issunn moi j'ai découvert Miyazaki à la sortie de Princesse Mononoke, c'était pas vraiment la même ambiance :lunette:
J'ai longtemps dit aussi que je préférais Ghibli à Disney mais force est de constater que j'adore les chansons de certains Disneys. Et que je trouve qu'ils se sont amélioré sur certains points. J'avais adoré quand ils ont sorti coup sur coup la Reine des Neige et Maleficient qui disaient tous les deux : l'amour n'est pas que l'amour entre un homme et une femme. L'amour d'une soeur, d'une figure maternelle, d'une amie... c'est tout aussi important
 
9 Mars 2018
68
783
744
Mince j'avais pas vu qu'il y avait d'autres réponses avant d'écrire le message précédent, d'où le doublon, désolée
@Issunn moi j'ai découvert Miyazaki à la sortie de Princesse Mononoke, c'était pas vraiment la même ambiance :lunette:
J'ai longtemps dit aussi que je préférais Ghibli à Disney mais force est de constater que j'adore les chansons de certains Disneys. Et que je trouve qu'ils se sont amélioré sur certains points. J'avais adoré quand ils ont sorti coup sur coup la Reine des Neige et Maleficient qui disaient tous les deux : l'amour n'est pas que l'amour entre un homme et une femme. L'amour d'une soeur, d'une figure maternelle, d'une amie... c'est tout aussi important
On ne peut pas retirer à Disney que leur DA sont family friendly. C'est sûr que c'est compliqué de montrer Princesse Mononoke à un gamin de 6 ans:yawn:

On critique probablement Disney de manière aussi dure parce que c'est un studio qui se revendique lui-même comme le phare de la jeunesse. J'ai beau être en amour avec le cinéma de Miyazaki, il faudrait une sacrée dose de mauvaise foi pour prétendre que Disney fait de mauvais films. Je ne suis pas étonnée que l'on en retienne les chansons qui sont tout simplement emblématiques.
Le message me semble en effet important. Mais je n'ai pas aimé Maléfique. Je ne suis pas sûre de savoir pourquoi, sans doute parce que je trouvais dommage que le studio refuse de se mouiller en faisant de son personnage une vraie méchante. Je crois que j'aurais préféré une version où le film raconterai comment une femme est devenue cruelle et malfaisante à cause de la violence et se la cruauté qu'on lui a fait subir. Et que c'est la compassion et le pardon qui permettent d'ouvrir la voie vers la paix. Ouaaais j'aurais voulu un Kirikou en fait... Je suppose que ça mérite que j'y réfléchisse !
 
5 Août 2021
364
2 878
194
30
Il me semble que scénario du Roi Lion tire une bonne partie de son inspiration de Hamlet de Shakepeare. Je comprend pas pourquoi il faudrait comparer le film avec le comportement réel des lions.

Parce-qu'on pourrait faire la même avec tous les Disney. Les fées et les sirènes n’existent pas donc exit La belle au bois dormant, La petite sirène, Pinnochio, Cendrillon. Les animaux de parlent pas donc exit Oliver et compagnie, Rox et Roucky, La belle et le Clochard, Frère des Ours, Tarzan. Les monstres n'existent pas donc adieu Hercule et Monstre et Compagnie.

Ça n'a jamais été le but de Disney de faire des Dessins animés réalistes. Et honnêtement qui aurait voir un dessin animé de Disney pour y voir une histoire réaliste?

Je suis entièrement d'accord que les DA de Disney ont généralement mal vieillis, surtout en considérant l'évolution de la société et de la "place des femmes" dans celle-ci. Mais j'arrive pas à comprendre les arguments avancés sur ce sujet.

Quand je vois des arguments du genre "les lionnes vivent groupes et les lions sont solitaires donc Simba n'aurait n'aurait dû devenir roi" je me dit que c'est poussé un peu loin pour un film où les dit-lions parlent et vivent en monarchie. Je pense pourvoir dire sans me tromper que les réalisateurs et scénaristes de ses films se foutent un peu du réalisme.

Une société secrète de souris qui viennent en aide aux enfants maltraités? Une souris détective privée? Des chats qui jouent du jazz? Mickey Mouse? Disney n'a jamais laissé entendre qu'il retranscrivait avec fidélité les comportements animaliers dans ses films.
 
Dernière édition :
16 Février 2009
1 907
24 316
5 694
@Bloem @MorganeGirly me corrigera si je me trompe, mais je ne crois pas que le fond de son propos soit de dire que si Disney fait un film sur les lions, il faudrait qu'il colle fidèlement à l'état de la recherche sur les mœurs des félins dans la savane. C'est surtout l'écart entre la réalité du mode des vies des lions et l'interprétation qui en est faite qui est souligné ici, parce que cette interprétation est imprégnée de stéréotypes genrés. Plus exactement, regarder comment vivent réellement les lions à l'état sauvage permet de mesurer à quel point Disney a projeté le fonctionnement de notre propre société sur eux, quitte à totalement inverser les rapports de force qui prévalent normalement. Le roi lion ne dit pas grand chose des vraies moeurs des lions telles qu'observées par les biologistes (et c'est pas spécialement ce qu'on attend de ce film), par contre il en dit trèèèèèès long sur nous et sur la société de l'époque en particulier.

Je ne pense pas que l'alternative se joue entre d'un côté, un film ultra réaliste VS un film subvertissant la réalité au profit du patriarcat. Entre les deux options il y a un champ des possibles en termes de scénarii, qui est très large. Plutôt que d'imaginer une société léonine 100% dominée par les mâles et où les femelles sont passives, on aurait pu attribuer un rôle un peu plus actif aux personnages féminins pour établir un peu plus d'égalité. Par exemple Nala est plus fûtée et adroite au combat que Simba quand ils sont lionceaux, mais une fois adultes, l'ordre "naturel" des choses est rétabli dans la scène où ils se retrouvent dans l'oasis et où c'est Simba qui a le dessus quand ils se battent. Même enfant, j'ai toujours compris cette scène comme "fini de déconner, maintenant que Simba est un mâle adulte, il prend la position de dominant qui lui revient de droit et Nala est remise à sa place de femelle et donc de subalterne". A minima, le film pourrait aussi expliquer pourquoi les femelles ne se rebellent pas plus contre Scar malgré leur supériorité numérique, au lieu de tenir pour acquis que, comme ce sont des femelles, elles sont de toute façon vouées à se soumettre à n'importe quel mâle.

L'autre "piège" du film, c'est qu'il se veut beaucoup plus naturaliste (au sens artistique) que des DA comme Bernard et Bianca par exemple. Quand tu vois des petites souris habillées en humains, participer à des réunions d'une société secrète, sauver des enfants, etc. tu sais très bien en tant que spectatrice, que l'intention n'est pas d'être réaliste. L'anthropomorphisation est totalement assumée et identifiée et acceptée par le public. Dans Le roi lion, c'est moins le cas. Je ne vais pas dire que quand j'ai vu le film à sa sortie à l'âge de 6 ans, je l'ai pris pour un documentaire sur la vie des lions, hein! J'étais bien consciente que c'était fictif et que des lions qui parlent, qui se font conseiller par un oiseau ou qui s'allient à un phacochère et un suricate, ça n'existe pas :cretin: Par contre, la horde est quand même présentée dans son milieu naturel et les dessinateurs se sont certainement inspirés de vrais lions pour animer les personnages et reproduire à l'écran leur façon de se mouvoir pour courir, chasser, sauter, se battre, rugir... Je me rappelle par exemple de la scène où Sarabi fait la toilette de Simba, qui parait tellement juste en termes d'animation, qu'on la croirait directement tirée d'un documentaire animalier. D'une certaine façon (et c'est tout le talent de Disney), les "vrais lions de la vraie vie" sont présents dans le film, et dans un contexte de nature qui se veut totalement dénué de présence humaine. Même le décor parait "réaliste" en termes de faune, de végétation, de lumière, de bruitages, etc. Et c'est là toute l'ambiguité du film, puisque même si Le Roi lion se veut réaliste sur le plan de l'animation et de l'environnement dans lequel les lions évoluent, comme le dit @MorganeGirly, au niveau des interactions, des actes et de la hiérarchie sociale, ils reprennent non pas la réalité comportementale des lions observée scientifiquement, mais plutôt les croyances populaires sur le sujet, notamment le fait que le lion est le roi de la savane et des animaux, que les troupes de lions sont organisées autour d'un mâle oisif qui va se nourrir des proies chassées par les femelles, etc. Il y a d'ailleurs fort à parier que ce sont précisément ces croyances qui ont conduit à choisir d'adapter Hamlet sous les traits de lions, plus que n'importe quelle autre espèce animale. Quel autre animal sauvage est considéré comme un "roi" à la tête de dynastie, dans l'imaginaire occidental?
Pour résumer, sous couvert de représenter fidèlement des lions dans la savane, on va leur prêter des comportements propres à la société humaine. En d'autres termes, l'anthropomorphisation est d'autant plus subtile qu'elle va être dissimulée par le "naturalisme" du cadre et des personnages, même si on est d'accord qu'à aucun moment Disney ne prétend être totalement réaliste non plus.

Tout ça pour dire qu'en sortant du film, tu ne crois certes pas que les lions parlants existent, par contre tu peux potentiellement être confortée dans l'idée que dans la nature, les lions sont des animaux sociaux dont les relations sont structurées par la domination des mâles sur les femelles. En tout cas, absolument rien dans le film ne vient questionner ça. Comme je le disais, on n'attend pas forcément de Disney qu'il nous fasse un cours de sciences naturelles sur les lions, par contre il prend pour argent comptant des mythes et croyances populaires qui vont servir un récit ultra patriarcal, le tout serti dans un écrin de "réalisme" au sens où les lions dessinés à l'écran reproduisent très fidèlement la "gestuelle" de lions en chair et en os, alors que dans les faits, leurs relations sont calquées sur celles des humains. Donc finalement, avec son récit pseudo-naturaliste sur les lions, Disney va non seulement relayer l'ordre établi dans les sociétés patriarcales, mais il va en plus le naturaliser, en faire quelque chose de normal et immuable, puisque la domination des mâles sur les femelles s'observerait également dans la nature de façon innée.
 
Dernière édition :

Mijou

Pouet Pouet
14 Septembre 2018
1 017
7 639
1 164
Clermont-Ferrand
Merci @Issunn pour ton message sur Mulan, très intéressant.

[EDIT : Concernant Raiponce, le personnage de la Mère Goethel est hyper travaillé, mais effectivement, malsain. Alors oui en tant qu'oeuvre, c'est intéressant, mais tout le problème justement, c'est que Disney, ce n'est pas une suite d'oeuvres indépendantes, c'est tout une machine à divertissement, un gage de qualité en terme de réalisation, un marchandising derrière, etc... A mon époque, aller voir le Disney à Noël, c'était un rendez-vous qu'on ne manquait jamais, on chantait les chansons dans la cour de l'école, on allait chez les un.e.s et les autres pour se passer les VHS en boucle, c'était le thème de nos soirée déguisée, du spectacle de fin d'année, etc... Et dans une telle dynamique d'industrie, si tu as UN DA qui sort un peu du lot (et encore je ne suis pas forcément d'accord pour Raiponce), ça ne vaut pas grand chose face au poids écrasant de tous les autres... Et d'ailleurs le succès de ceux-là est tout relatif par rapport aux autres, cf Moana.]

J'avoue avoir pris les premiers exemples qui me venaient à l'esprit, qui me dérangeaient dans leurs propos sans que je sache exactement l'analyser et sur lesquels LCEP a fait des articles (décidément encore :cretin:), qui a chaque ligne lues ou presque me faisaient dire "mais oui, c'est CA qui me dérange" (c'est pour ça que je cite beaucoup ces articles, ils ont fait écho à ce que je pensais sans arriver à me le formuler).
Concernant la Reine des Neiges, j'ai tellement pas accroché et failli m'endormir que j'ai peiné à le finir et je ne l'ai vu qu'une fois. Mais enfin, sur la trouzaine de Disney depuis la création du studio, même si il y en a seulement un ou deux qui sont "pas si pires" (et encore, j'attends l'analyse grattée en profondeur), ça ne pèse pas tellement dans la balance...

Par contre, Moana/Vahiana, là, c'est vraiment vraiment une belle réussite.

Il y a des articles sur ce site sur Mulan, Coco ou Raiponce justement... et sur le Roi Lion, qui est un parfait exemple du mécanisme qui me dérange au fond chez la plupart des Disney, et que @MorganeGirly et @Pipistrelle. ont expliqué bien mieux que ce que j'essayais de faire.

Cette façon insidieuse de présenter une vision de la société de façon "réaliste" tout en distordant les faits scientifiques/historiques en se cachant derrière le fait d'être une fiction, j'appelle ça le "paradoxe Puy du Fou" :cretin: : mettre en avant l'argument historique ou réaliste pour vendre une prouesse artistique et/ou immersive (comme dans le cas du Roi Lion qui a été une petite révolution artistique à l'époque de sa sortie, comme le disait @MorganeGirly, ce n'est d'ailleurs pas pour rien qu'il reste ultra culte encore aujourd'hui, il a marqué toute une génération) en la plaçant comme inédite ou mieux que ce qui existe déjà (et le faire très bien, ça n'est pas la question)... puis se retrancher derrière l'excuse du divertissement fictionnelle lorsque les incohérences (complétement stratégisées, puisqu'elles servent une idéologie) sont pointées du doigt.

C'est trop facile de jouer sur les deux tableaux, du coup, c'est une forme de propagande qui me met profondément en colère, d'autant plus lorsqu'il s'agit d'enfants.

[EDIT : Personnellement je n'arrive pas à mettre mon cerveau sur pause pour juste profiter du divertissement, mais j'aurais préféré ça quand je me suis rendue au Puy du Fou, vraiment, car j'ai payé bien trop cher du coup pour me faire évangéliser....:slap:
C'est pour ça que pour moi, si, le cinéma est bien politique car il raconte une époque et propose un modèle de société, de valeurs, etc... particulièrement lorsqu'il s'adresse à des enfants. Et même si on ne conscientise pas le truc, ça nous imprègne quand même, en ça c'est de la propagande.]

Alors certes, les Disneys ne sont pas tous aussi "réalistes" ou "historiques" (quoique presque toujours adaptés d'oeuvres déjà existantes et fortement marquées dans un contexte culturelle ou historique), mais effectivement, à l'époque d'âge d'or de Disney, la sortie du nouveau Disney pour les fêtes de Noël était l'évènement familial de l'année car le studio trustait la représentation pour les enfants dans les médias (ce qui est nettement moins le cas aujourd'hui). Et à l'époque on nous vendait un certain réalisme ou une inspiration historique (en plus des autres déjà cités, Hercules, Pocahontas, le Bossu de Notre Dame, etc...)

Nous sommes toutes une génération à avoir grandi avec ce modèle-là en modèle dominant de façon écrasante... et je trouve ça super sain de le questionner aujourd'hui, parce qu'il a nettement contribué à renforcer des modèles des enfants de l'époque, et de fait en dit long (selon moi) sur la société des adultes d'aujourd'hui.
 
Dernière édition :
  • Big up !
Réactions : Loecho

Aesma

Poutou Partout, Le Pen Nulle Part
23 Janvier 2014
7 703
34 712
4 104
@Mijou Alors je n'ai pas dit que le coup du soutif n'était pas problématique, mais que c'était un bon compromis au vu de l'époque et s'agissant d'un Disney. (Et même pour un film d'aujourd'hui ça me semblerait un peu illusoire même si très chouette, que la protagoniste porte des soutifs en fonction de si elle en a envie ou pas - après j'avoue que je mate pas les seins des héroïnes, c'est juste particulièrement flagrant pour Ariel qui ne porte que ça)

Ma série préférée au monde c'est Scrubs qui est incroyable sur bien des sujets, parle en profondeur de plein de choses, arrivent à être drôle et émouvante. MAIS. C'est une série du début des années 2000 et le traitement des caractères féminins si novateurs pour l'époque (les personnages d'Elliott et Carla qui sortent des carcans et restent "justes" en tant que représentations de femmes) restent horriblement sexistes (l'intégralité des love interest du protagoniste sont des petites blondes maigrichonnes), on peut aussi ajouter l'homophobie et la grossophobie au palmarès. Est-ce que je suis présentement en train de me regarder pour la 10e fois l'intégral parce que c'est ma série doudou ? Oui.

On peut aimer une oeuvre tout en reconnaissant ses torts qui ne sont parfois même pas justifiables par l'époque et le contexte de sa création (coucou Harry Potter)

Oui Ariel ne lit pas 36 romans, ne fait pas le tour du monde et passe tout son temps à séduire le Prince dés qu'elle pose un pied sur terre. Fin bon rappelons que dans le Disney elle a un délai de 3 jours pour le séduire (et au final la période de ""séduction"" ne dure que 2 jours puisque le 3e est consacré au mariage du Prince et de Vanessa)

J'irais même plus loin en disant que finalement, c'est Ariel qui provoque une situation catastrophique (la sorcière qui finit par s'emparer du pouvoir du Roi pour faire régner la terreur sur les océans) par pur égoïsme (elle veut retrouver son Prince à tout prix) et c'est uniquement grâce au Prince (qu'elle n'arrête pas d'appeler au secours pendant le dernier quart d'heure) que le monde est sauvé.... Bof du coup, j'aurais préféré voir Ariel sauver la situation en réparant ses erreurs.
Alors autant je trouve que c'est parfaitement le cas dans Rebelle et c'est problématique à souhait autant je ne comprends pas trop quelles erreurs Ariel auraient à réparer ? Son erreur c'est d'avoir voulu une autre vie ? De s'y épanouir ? Et oui et non sur Ariel qui passe le dernier quart d'heure en jouvencelle en détresse, elle se montre encore une fois active en prenant une barque pour aller prévenir Éric qu'il va épouser Ursula et ça a été redit mais elle le sauve durant la bagarre.

Mais du coup, appeler un film "la petite sirène", vouloir prétendre raconter l'histoire de cette jeune fille... et en fait raconter celle de son père... Est-ce qu'on peut faire moins patriarcal que cela ?
Dans les derniers Disney-Pixar on a bien Coco où l'on suit un jeune garçon alors que l'histoire est celle d'une autre personne. Sachant que Triton ou "Coco" ne font que de brèves apparitions dans les 2 films, j'entends tout à fait que pour Coco il y ait certaine glorification de l'image du père mais le fait d'avoir donner précisément ce titre-là au film a une grande importance (il aurait tout aussi bien pu s'appeler Fiesta de los muertos ou un truc sur la musique mais lui donner le nom de Coco ça fait tourner tout ce qui se passe autour de ce caractère)

Sur l'histoire du mariage final, clairement l'essentiel des Disney se finissent sur un mariage (y compris des trucs qui n'ont rien à voir avec des princesses genre Robin des Bois ou le Roi Lion), la grosse différence dans la Petite Sirène c'est que son père est un personnage de premier plan, je rejoins complètement les analyses de @Peutwishia & @Kettricken sur le fait que la personne qui a fait des erreurs dans cette histoire c'est lui, et le fait qu'il assiste au mariage est essentiel (l'approbation qu'il donne à Ariel c'est en lui donnant des jambes, le mariage il est + spectateur, et qu'il donne des jambes ou non à Ariel elle ne lui était déjà plus "acquise" depuis bien longtemps, si il accepte de la laisser rejoindre le monde des humains c'est au contraire pour éviter de la perdre totalement)

Je trouve que cela est insidieux car c’est moins « flagrant » que ce que ça a pu être dans les Disney les plus anciens, où le studio y allait vraiment avec ses gros sabots. Là c’est de façon beaucoup plus détournée et moins facile à voir. Donc gros sentiment de manipulation, et j'avoue que c'est quelque chose qui me révolte au plus haut point, surtout lorsque ça touche des enfants, très maléables et perméables.
Je ne le vois pas du tout comme ça, pour moi Disney ne bosse pas à la gloire du patriarcat (du capitalisme oui beaucoup).

Leur objectif premier c'est de faire de l'argent et iels font beaucoup d'efforts aujourd'hui pour proposer de nouveaux modèles, pas pour se racheter une conscience mais juste pour être en phase avec le public d'aujourd'hui - sachant que les équipes de prod ont également évoluées, les personnes qui ont produit Blanche-Neige sont toutes mortes, et celles qui bossent actuellement au studio ont grandies avec les même Disney que nous et ont très certainement eu une VHS du Roi Lion sous leur sapin pour Noël.

Les constructions patriarcales ne se défont pas en un jour. Disney avance avec la société (américaine) et est aussi féministe que Schiappa :lunette: Oui montrons des personnages de femmes fortes (Genre Elsa !) mais en même temps rappelons que la famille c'est + important que de s'émanciper ! Là où je pourrais faire des reproches à Disney c'est de faire du pinkbaiting pour des trucs tous nazes "Regardez on a mis un personnage gay dans le remake de la Belle et la Bête !!!" "Hein ?! Euh.. Où ça ?" "Mais si le mec s'appelle Lefou et il est content de danser avec un autre mec !!! C'est trop gay !" :rolleyes: Pareil, là on a un bisou lesbien dans Buzz l'Éclair, c'est tellement audacieux que c'est entre 2 figurantes et que la scène a été construite pour que le baiser puisse être édité à l'envie pour éviter la censure. Parce qu'être progressiste c'est bien si c'est pour faire de la thunasse, mais faut pouvoir le retirer pour pas perdre les sous des personnes qui sont ultra conservatrices - le beurre, l'argent du beurre toussa toussa.

Tiens d'ailleurs je lis tous les commentaires là et je réfléchis en même temps et j'ai vraiment l'impression qu'il y a eu un gros tournant ces dernières décennies dans Disney, là où pour les vieux Disney on avait une recherche de l'amour, la valeur commune de tous les Disney récents est : la famille. Ce qui est à la fois un chouille patriarcal et vieux jeu et en même temps plutôt "adapté" pour des enfants. Le twist de la Reine des Neiges étant le paroxysme de cette nouvelle idéologie.

Sur le Roi Lion, oui bien sûr y a pas besoin que ce soit réaliste, que serait ce dessin-animé sans ce couple homoparentale inter-espèce que représente Timon et Pumbaa ? Maaaaaais j'avoue que ça m'a limite gêné de voir que Nala était + forte au combat que Simba, si elle est si forte pourquoi elle va pas casser elle-même la gueule de Scar ? Parce que c'est Simba l'héritier du trône ? J'y vois moins une glorification du patriarcat que de la monarchie, les hyènes sont gouvernées par Scar mais la "cheffe" de la bande est bien Shenzi, une femelle. Y avait une vidéo de Bolchegeek là-dessus, je me souviens pas de tout mais j'avais bien aimé. Et je redécouvre qu'il y en avait une sur les princesses Disney.

Et sur le côté "réaliste" je trouve justement que le Roi Lion 2 l'est bien + puisqu'il montre une figure de matriarche antagoniste assez chouette.

EDIT : Ah purée, comme j'ai rattrapé 4 pages d'un coup y a une partie de mon message qui a sauté, c'était sur la mort d'Ursula. Je conçois très bien le pénis métaphorique et la mort violente mais j'avoue que j'ai du mal à voir ce qui aurait pu être fait d'autre. La spécialité de Disney c'est les chutes mortelles, l'écrabouillage par les rochers ou le ricochet magique qui fait partir la Némésis en fumée. Je me souviens avoir été particulièrement saoulée par le Voyage d'Arlo parce que j'ai vraiment eu l'impression de revoir les scènes de différents Disney parus avant. Là la mort reste originale, on est au beau milieu de la mer, on a une vilaine sorcière géante et maléfique contre par de pauvres êtres sans pouvoirs. On va pas la noyer, y a pas trop de rochers à lui jeter sur la gueule, y avait le ricochet magique mais en même temps utilisé un bateau pour la tuer c'est pas si con et ça reste cohérent avec l'univers. Bon après c'est vrai que si on cherche des symboles phalliques on va en voir partout, on range les épées dans un fourreau pour autant c'est un peu abusé de voir toutes les morts par épée comme un symbole du patriarcat (dans Star Wars ça s'embroche à tour de bras, les sabres lasers sont + là pour être des armes un peu stylées que comme des zizis métaphoriques - même si un peu aussi, mais Star Wars serait super nul si y avait que des pistolets lasers)
 
Dernière édition :

Aesma

Poutou Partout, Le Pen Nulle Part
23 Janvier 2014
7 703
34 712
4 104
Tiens j'y réfléchissais et j'avais envie de comparer Mérida et Ariel.

Ce sont deux ados "rebelles" qui cherchent l'émancipation sachant que pour Mérida on y va vraiment avec la subtilité d'un tractopelle. Leurs parents les enferment toutes les 2 dans des attentes complètement en rupture avec leurs souhaits et elles vont toutes les 2 se mettre en danger elles et leurs familles en essayant de réaliser leur rêve.

Sauf que. Un truc qui me gêne ÉNORMÉMENT c'est que la violence de Triton mène Ariel à se faire manipuler par Ursula qui est une méchante sorcière qui souhaite prendre sa revanche sur son père, là où Mérida cherche elle-même la sorcière qui n'est jamais présentée comme une méchante, pire, elle est pas là pour profiter de sa naïveté mais pour lui donner une leçon ?! :non: Et la personne montrée comme "méchante" et qui doit réparer ses erreurs (à savoir s'être disputée avec sa mère :facepalm:) c'est Mérida ?

On voit vaguement une progression chez sa mère aussi mais quand Ariel souhaite son émancipation cela la rend heureuse et elle ne change aucunement ses plans à la fin du dessin animé. Mérida enchaine les emmerdes dés son voeu exaucé.

Si on regarde ça du point de vu "Quel message on essaye de faire passer aux enfants ?", dans le cas de Rebelle on a vraiment un sous-texte à base de "C'est cool d'être une femme forte mais il ne faudrait surtout pas entrer en rupture totale avec ta mif" ce que je comprends d'un côté, tout le truc c'est de faire des compromis des 2 côtés maaaais La Petite Sirène me semble + juste, ta famille devrait te soutenir et te comprendre et tu as le droit de partir surtout si ça devient toxique. Et ce qui est ouf c'est que y a 20 ans d'écarts entre ces 2 films et pas dans le sens auquel on pourrait s'attendre. Je trouve vraiment La Petite Sirène bien + moderne sur son fond que Rebelle.
 

Absol-626

Ne citez pas mes spoilers! merci.
3 Juin 2020
269
3 284
544
@Aesma
Je trouve ton analyse de Rebelle plutôt intéressante et j'avais envie de rebondir dessus.
Je ne pense pas que Mérida soit montrée comme "méchante" dans l'histoire, mais plutôt immature.
Elle a des rêves, des ambitions, des envies, et elle va tout faire pour les réaliser mais sans penser aux conséquences de ses actes et sans réfléchir pleinement à ce dans quoi elle s'engage.
Effectivement elle cherche elle même la sorcière et décide elle même de lui demander un sort contre le premier avis de la sorcière elle même!
La sorcière la met pourtant en garde en lui disant qu'il n'y a eu que des problèmes avec les conséquences de ses sorts, mais Mérida n'écoute rien.

Au fur et à mesure du film elle va se rendre compte qu'elle a été injuste avec sa mère, et elle va comprendre que sa mère a toujours voulu le meilleur pour elle.
Certes elle ne s'est pas préoccupé des attentes de la jeune fille, mais une fois qu'elle comprends que sa fille n'est absolument pas heureuse dans ce carcan là, elle l'accepte et finit par remettre en question toute sa façon de voir la vie de reine/princesse.

Je pense que le film Rebelle est vraiment très bien tourné, parce qu'il montre qu'on peut vouloir s'émanciper mais qu'il faut garder à l'esprit que les plus vieux ont plus de recul sur les choses et sur les situations.
Et il montre aussi qu'en tant que parent on devrait écouter ce que nos enfants veulent vraiment et les accompagner sur le bon chemin pour s'épanouir plutôt que de vouloir les forcer à être ce que nous on a décidé qu'ils seront.

Je trouve le film Rebelle bien plus subtil que la petite sirène, justement.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes