Commentaires sur Les bonnes raisons d’annoncer sa grossesse dès le début, sans attendre

25 Février 2013
13
76
4 664
Superbe article, je suis tellement d'accord avec Manon ! Lorsque je suis tombée enceinte j'avais en tête (et le papa aussi) cette superstition d'attendre la fin du premier trimestre. Mais nous avons rapidement décidé que le critère serait le suivant : les personnes sur lesquelles nous nous appuierions si quelque chose se passait mal seraient aussi les personnes à qui nous annoncerions la grossesse sans attendre les 3 mois.
Cela m'a beaucoup aidée de ne pas cacher ma grossesse, car les moments où nous nous sommes retrouvés avec des personnes qui ne le savaient pas encore pouvaient être dérangeants pour moi. Entre les restrictions alimentaires, les grosses fatigues, les nausées, etc. Je me retrouvais à devoir faire semblant que je me sentais bien alors que ce n'était pas forcément le cas, d'un coup devenir "compliquée" (ou en donner l'air) pour choisir les plats au bar ou au resto, etc. J'en suis maintenant à la fin de mon 4e mois et (je touche du bois) tout va bien, je ne regrette vraiment pas d'avoir pu partager ce que je vivais dès le début avec les personnes que nous avions choisies pour cela.
 
6 Septembre 2017
229
1 779
1 704
Autour de moi, dans ma famille, je constate que c'est un sujet tabou. Les premiers mois sont passés sous silence et il est interdit de parler des fausses-couches. Je trouve ça triste car j'ai appris les fausses-couches de personnes qui me sont chères assez tardivement et je n'ai donc pas pu les soutenir durant ces moments douloureux. Encore aujourd'hui on n'en parle pas.

De mon côté je suis allée à contre-courant. J'ai annoncé ma grossesse quasiment de suite à mes proches (famille et amis, même au boulot), et je ne regrette pas. Le premier mois, en pleine réunion de famille, j'ai eu de fortes contractions, j'ai passé la journée au lit à pleurer et à me tordre de douleur, j'avais très peur de faire une fausse-couche, bin j'étais bien contente que mes proches soient déjà au courant de ma situation, ils ont été plus compréhensifs et ont pris les choses plus à cœur que si j'avais eu des douleurs de règles par exemple.

Et de manière générale je trouve que c'est beaucoup plus apaisant d'en parler, ça fait moins de charge mentale à supporter, on peut être soi-même sans réfléchir à ce que l'un ou l'autre va penser si on ne boit pas d'alcool/on est fatigué/on n'a pas envie de sortir/on a des vertiges, etc.
 

Raccoon_Jesus

It's not you, it's me. I have standards
27 Janvier 2014
2 954
107 727
6 614
Quand ma sœur a eu son test positif, dans les heures qui ont suivi, elle l'a annoncé - dans cet ordre - à son copain, moi et ma mère. Pour elle, il était hors de question de ne pas partager avec nous sa joie et si elle faisait une fausse couche, ils savaient qu'ils pouvaient compter sur nous au cas où. Le reste de la famille proche l'a su après la 1ère écho (je me souviens que ma soeur me l'a annoncé vers mi décembre et notre père l'a su avec une écho un mois plus tard) donc avant la fin du 1ère trimestre et je crois que c'est à ce moment là que ses amies proches ont été mis au courant aussi.
Pour le reste, ça a dû être fait après le 3ème mois.

Bref pour moi, les femmes enceintes ne devraient pas garder ça secret au sein de leur couple Elles ne sont pas obligées de l'annoncer à tout le monde de suite mais je trouve ça bien d'avoir un petit comité de personnes très proche au courant. Que ça soit pour avoir du réconfort si ça se passe mal ou termine en fausse couche ou bien pour pouvoir partager sa joie avec plus de personnes.
Mine de rien, la société recommande de cacher un évènement de cette ampleur pendant 1 tiers de sa durée, c'est pas rien.
Et puis si mettre quelques personnes dans la confidence, ça peut aider à briser le tabou sur les fausses couches au 1er trimestre, c'est à prendre.
 

Kettricken

Hate is always foolish. Love is always wise
13 Avril 2011
4 223
55 923
6 414
Ben moi j'ai annoncé rapidement ma première grossesse à mes parents (et à une amie) et puis j'ai fait une fausse-couche et j'ai regretté de ne pas pouvoir choisir le moment où j'en parlais (j'ai pas pu le décider puisque mes parents me parlaient en considérant que j'étais enceinte donc fallait les détromper).
J'ai parlé de ma fausse-couche à tout le monde, mais pour certaines personnes, 'jen ai parlé un mois après. Et j'étais super contente de pouvoir choisir ce timing

Donc ma deuxième grossesse, j'ai attendu les 3 mois avant d'en parler. Et à refaire, je ferai apreil. C'est une période tangeante, et quand ça tourne mal, on a parfois besoin de le gérer à son rythme
 
30 Janvier 2009
5 117
18 751
6 144
34
Lille
Mon compagnon a annoncé ma grossesse à nos voisins (qui sont aussi des amis) le jour du test urinaire. Je pense qu'il avait besoin de communiquer cette information trop grande pour lui.
Ensuite on l'a annoncé aux amis au fur et à mesure qu'on les voyait durant le premier trimestre.
On ne l'a dit à la famille qu'après l'écho T1 car, autant les amis ça n'allaient pas changer leur vie, autant la famille, si. Je n'avais pas envie de leur faire alterner moment de joie intense et de tristesse intense si jamais avoir un enfant allait être compliqué.
 
10 Mars 2023
2
12
4
Alors moi je suis partagée. J'ai annoncé sans aucun regret ma grossesse à mes amis proches au bout d'un mois, parce que je ne me voyais pas garder ce "secret", que ça ne faisait pas longtemps que j'étais avec mon conjoint, et que j'avais besoin d'en parler, et surtout, parce qu'on se réunissait en festival, et un soir sans boire ok, mais deux, ils l'auraient dans tous les cas devinés;).
Ensuite, au travail, je pensais attendre les 3 mois, mais au final, au bout de 1 mois aussi, ma collègue m'annonce qu'elle est enceinte de un mois et elle voulait que je reprenne ces missions physiques. Donc j'ai décidé de le dire à ce moment la. C'était plus simple pour moi, pour l'entreprise et ça a été très bien accepté, même si vu que je ne parlais peu de ma vie privée, beaucoup pensaient que j'étais célibataire et bref j'avais beaucoup de questions du coup aha. Et dans la foulée, tout le monde était au courant.

Ensuite j'ai attendu plus de 4 mois pour mes parents parce que je voulais les voir en direct.

Et c'est top d'avoir été soutenu, d'avoir été comprise, du pourquoi j'étais si fatiguée, j'avais beaucoup de nausées. Bref c'était bien plus simple.

Par contre, si on se décide pour un second, je l'annoncerai quand même à beaucoup moins de monde tout de suite, déjà parce que j'aurais beaucoup moins besoin de soutien, mais surtout parce que j'ai trouvé ça si loooong 9 mois où on te pose toujours une question partout où tu vas sur l'avancée de la grossesse. Je SAIS que c'était trop gentil, hyper bienveillant, mais à force moi, ça m'ennuyait de passer par cette case de discussion obligatoire (d'autant plus quand le ventre se voit et là c'est même les inconnus qui te parlent de la grossesse). J'étais jalouse (on s'entend) de mon conjoint qui continuait sa vie normalement alors que moi, tout le monde me parlait de cette grossesse. Donc je suis partagée. J'ai adoré partagé très tôt (et avec le lot d'avantages que ça offre, et que j'ai beaucoup apprecié), mais pour une seconde grossesse, j'attendrai de ne plus avoir le choix aha (sauf au travail, où je demanderai juste aux collègues d'être discret, mais c'est forcément plus simple pour l'organisation), et puis le reste des gens, pour eux aussi une grossesse c'est long, donc au final ça peut attendre le 5eme mois aha
 
2 Octobre 2020
471
2 331
504
39
Je trouve que le titre ne va pas avec la conclusion de l'article ^^"

Faites comme vous voulez comme vous pouvez.

Je peux comprendre d'annoncer qu'on est enceinte" au monde entier"est source de joie et je peux comprendre également d'annoncer cette souffrance de la perte du bébé (oui de l'embryon mais j'imagine que dans la tête de la mère, ou en tout cas dans la mienne, c'était déjà mon bébé...) et je n'aurai pas les nerfs assez solide pour l'annoncer ou répondre aux questions "alors c'est pour quand ?" et être mal à l'aise car deuil pas forcément fait, l'autre en face est mal de faire mal et peut même maladroitement dire "la prochaine fois ça sera bon" (et si c'était pas le cas ? Et si ça fait déjà 3 fausses couches ?...)
Donc vraiment courage à toutes et tous car ce ne doit pas être évident et faites comme vous le souhaitez !!!
 
25 Mars 2021
298
4 493
504
44
Le cas ne s'est pas présenté pour moi, mais je pense que j'en parlerais à une ou deux amies proches rapidement. En revanche, pour la famille (large), c'est pas une histoire de "tabou", mais clairement je ne peux pas imaginer leur faire un yoyo émotionnel en mode "on se projette avec un neveu/nièce/petit-fils!" et "en fait non". (Surtout que certaines personnes de la famille seraient du genre - et c'est bien naturel - à étaler leur joie à la terre entière, et devraient ensuite à leur tour avoir à démentir ou annoncer la mauvaise nouvelle à tout le monde >_< )
Par contre, si je faisais une fausse couche, aucun tabou pour leur annoncer et rechercher du soutien (et uniquement à ce moment-là). Clairement je trouverais ça normal qu'un jour une amie/sœur/collègue/cousine/… m'annonce "j'étais enceinte de six semaines, j'ai fait une fausse couche, je me sens mal". (pour le coup je décorrèle complètement le "silence" des trois premiers mois du tabou sur la fausse couche)

On parle de grossesse mais c'est un peu comme toute situation "à risque" avec une très grande joie si ça marche ; certains préfèrent attendre d'être assez sûrs pour l'annoncer largement (sans question de "c'est un tabou lié aux femmes" ou autre).
(La comparaison est toute pourrie, mais je n'annoncerais pas à ma famille de la même manière "j'ai peut-être gagné au loto et je si c'est avéré vous emmène tous en vacances de rêve" et "j'ai gagné au loto, on y va les gars")
Il y a aussi peut-être l'envie de partager une joie "sans réserve"? (évidemment, après trois mois le risque n'est pas nul, mais il est moindre)
 

ShardsofaFox

I'm now becoming my own self-fulfilled prophecy
21 Juillet 2022
461
3 425
204
Je trouve que c'est très personnel, comme truc. Personnellement, j'ai parlé de ma fausse couche parce que j'essaie d'apprendre à verbaliser les choses qui me font du mal - chose que je me suis refusée très longtemps. Et je ne regrette pas, la prochaine fois j'attendrais peut être de voir si la grossesse est viable, ou pas, je verrai sur le moment. Je trouve que c'est une très bonne chose de libérer la parole et de se débarrasser de cette espèce d'omerta imposée autour des premiers mois (en plus avec parfois l'idée que ça peut "porter malheur", bonjour la pression), - d'ailleurs j'avais vu pas mal de vidéos à un moment, de personnes qui parlaient du fait qu'évoquer leur fausse couche était assez libérateur et leur avait permis de ne pas souffrir seul.e.s dans un coin, voire d'avoir un peu de répit au boulot parce que les collègues comprenaient parfois. Une amie à moi a fait 3 fausses couches avant de tomber enceinte, et elle en parle librement parce que justement elle a cherché à comprendre ce qui se passait dans son corps et le partage quand on pose des questions, et surtout elle a bien annoncé qu'elle était là si quelqu'un traversait la même chose et voulait en parler, soit pour consoler, soit pour "dédramatiser" en quelque sorte.
Mais évidemment il ne faut pas non plus que ça aille dans le sens inverse où tout le monde se voit obligé d'en parler à la seconde où le test est positif (parfois eux-même, parfois parce que le peu de personnes à qui on l'a dit va aller le raconter à tout le monde => )
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
Donc c'est très personnel, ça varie non seulement en fonction de la personne, de la relation entre les concerné.e.s par la grossesse, de tout ce qui entoure cette grossesse (est-elle désirée, arrive-t-elle à un moment où on n'y croyait plus, ou au contraire bien plus vite que prévu et on se sent débordé.e, quelle est la relation avec le géniteur/père etc.), mais également en fonction des expériences passées ou relatées, de pressions d'un côté comme de l'autre.
Et là où les gens m'agacent aussi, c'est qu'iels ont cette idée que parce qu'on en parle pas avant les trois mois, s'il y a fausse couche c'est moins grave :facepalm: Mais même sans en parler à l'entourage, en trois mois une personne enceinte peut totalement se projeter et être dévasté.e s'il y a un problème ça ne change rien :dunno: La seule différence vient du caractère de la personne, si iel préfère gérer seul.e histoire d'avoir de l'espace pour guérir ou si au contraire iel a besoin de soutien et d'en parler pour guérir.

Le plus important, c'est de respecter ce que veulent les concerné.e.s et de ne pas bouder ou râler si les personnes n'ont rien dit avant un certain temps (après tout, iels peuvent aussi tout simplement avoir envie de profiter de ce moment seul.e.s dans une petite bulle, sans les questions/demandes pressantes de l'entourage) et de ne pas mettre une pression monumentale non plus si les personnes décident de l'annoncer dès le premier jour avec des phrases comme "ça porte malheur" ou "tu vas faire quoi s'il y a fausse couche" :rolleyes: Bref la morale est plutôt simple en vrai : foutons la paix aux gens.

(Et là on parle de grossesse, mais c'est valable pour plein de trucs, les gens posent souvent des questions très indiscrètes voire décident pour les autres. J'ai connu quelqu'un qui s'est vu obligé d'annoncer qu'il était anciennement alcoolique et ne buvait donc plus de boissons alcoolisées après qu'on l'ait fait ch*er pendant une demi heure pour qu'il boive un truc qu'il refusait en boucle. Clairement il avait juste envie qu'on lui foute la paix et pouvoir juste boire des sodas tranquille en s'amusant avec ses amis. Mais non, les questions, la pression des gens autour l'ont forcé à parler de ça sans son consentement, juste pour qu'on arrête de l'emm*rder avec ça. C'est comme pour les personnes enceintes ou plein d'autres sujets, parfois on a beau poser des limites, l'entourage (ou même des semi-inconnu.e.s - pensée à cette personne qui ne me connaissait quasiment pas dans mon premier boulot et m'encourageait à retourner voir mon abuseur parce que "on n'a qu'un seul père dans sa vie" - oui fin le mien devrait être en prison à l'heure actuelle à cause de ce qu'il a fait à ma soeur, moi et ses propres soeurs donc bon :troll: .)

BREF, je digresse, mais le plus important pour moi c'est simplement de respecter ce que veulent les parent.es, et d'éventuellement signaler/montrer qu'on est là si la personne a besoin de parler, d'aide ou autre sans projeter des choses sur elleux ou donner des conseils non sollicités, même si on se pense bienveillant.e (en dehors des cas où la personne enceinte est dans une situation où sa vie est en danger bien sûr, à cause d'une relation ou autre) et/ou d'accepter et respecter une décision d'annoncer l'évènement après plusieurs semaines/mois. La grossesse c'est un truc assez unique qui concerne la personne enceinte surtout, et son/sa partenaire s'il y a, iel ne doit rien à personne et doit absolument avoir le droit d'en parler quand iel le souhaite/se sent assez safe pour le faire.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes