Commentaires sur Un parent sur deux trouverait « acceptable » de faire goûter de l’alcool aux mineurs pendant les fêtes

Kettricken

Hate is always foolish. Love is always wise
13 Avril 2011
4 201
55 654
6 414
@Zénon mon père avait fondé un centre de poste-cure de désintox. Et il m'a toujours dit que dans le cadre d'une drogue légale comme l'alcool, la répression totale est dangereuse. Il m'expliquait que une des communautés où on trouvait le - d'alcoolisme (sans banir l'alcool) était les juifs orthodoxes. Et que ceux-ci ont notamment pour habitudes de faire gouter assez tôt de l'alcool en petites quantités aux mineurs lors de grandes occasions. Alors que la communauté où on en trouve le plus sont les Irlandais (US je pense), où les mères sont terrifiées à l'idée que leurs enfants deviennent alcooliques (puisque c'est très présent dans la communauté) et que donc elles mettent une embargo total sur l'alcool. Jusqsu'au moment où leurs enfants deviennent adultes, ont soudain un accès illimité à une drogue qu'ils n'ont pas appris à gérer mais on apprit à voir comme un truc d'adulte et souvent à désirer.
Les études qu'il citait datent clairement (année 80-90). Mais à l'éopque en tous cas la conclusion des chercheurs étaient qu'il valait mieux accompagner et dépassionner la question de l'alcool tant que celui-ci était légal

Bon sinon mon père disait aussi que la prohibition aux USA s'était certes accompagnées d'une augmentation du crime et des risques de santé publiques liés au crime. Mais aussi que outre ces faits de violences, la santé générale de la population s'était améliorée. Et qu'on en parle trop peu


EDIT : zut j'avias pas tout lu et je vois seulement maintenant que ce type d'études a déjà été discuté, avec des exemples plus récents mais qui ont effectivement leurs propres biais : ici je parlais de faire gouter 1-2 gorgées de champagne aux grandes occasions. Pas de faire boire toutes les semaines ni certainement tous les jours (déjà que de base , boire tous les jours relèvent d'un rapport à risque à l'alcool)....
 
29 Mai 2023
4
30
14
Le manque de précision dans l'article et la caractérisation des chiffres qui y sont donné ne nous aident pas dans ce débat.
Personnellement à la lecture de l'article j'ai l'impression que la rédaction cherche à provoquer mon indignation devant les chiffres mentionnés, mais je n'arrive pas à me représenter la réalité des comportements décrits, ça ne suscite pas vraiment ma réaction.

"Faire goûter un verre exceptionnellement aux adolescents" pour moi ça ne veut rien dire : quel verre ? un verre entier ? un fond de verre ? un verre de cidre ? d'alcool fort ? et à quel adolescent ? 14 ans ? 17 ans ?


Comme ça a été dit ici, l'alcool est une drogue, aux conséquences néfastes sur la santé, et disponible en libre accès à peu près n'importe où. Il bénéficie en plus d'un ancrage culturel fort :
"C'est culturel", "c'est normal", "ça fait partie des rituels de société", "un verre de temps en temps ça ne fait pas de mal", "ça rend joyeux/ça détend"...

Dans ce contexte il me semble que les messages véhiculés dans les familles, et l'exemple donné au quotidien par des adultes ont une grand influence sur la future consommation d'alcool des jeunes.

J'aimerais savoir quel contexte accompagne les premiers "verres" évoqués dans l'article.

Je vois une énorme différence dans le message véhiculé selon que :
- les parents proposent un petite quantité à leur "grand" ado (16 ans par exemple) et signalent que c'est pour goûter, que c'est exceptionnel et que la consommation d'alcool doit rester exceptionnelle et modérée (et que leur comportement au quotidien va dans ce sens)
- ou que ce soit un rite de passage "tu es grand maintenant tu peux boire avec nous" et de nombreux évènements sont un prétexte à la consommation d'alcool dans la famille.

(je me rends compte après avoir décrit ces situations en exemple que finalement ça rejoint :
Que le sujet ne soit pas tabou, c'est très bien. Mettre le pied à l'étrier, c'est déjà plus discutable
)

Dans mon entourage, boire de l'alcool n'a jamais été promu comme un rite de passage, et je n'ai jamais vu personne de ma famille en état d'ivresse, donc je conçois que ma conviction qu'un "premier verre" puisse être "raisonnable" (sous condition d'éducation, de messages appropriés etc.) ne soit pas partagée par ceux ayant été confronté à une consommation malsaine chez leur proches.
 
9 Mars 2018
160
1 574
1 704
J'admets être mitigée sur le sujet. Vouloir bannir l'alcool pour les mineurs me semble un peu vain dans une société où il est banalisé et omniprésent. Peut-être que faire un effort soi-même en tant qu'adulte et ne pas en boire systématiquement lors d'événements festifs pourrait limiter l'association: fête=alcool ? Je suppose que c'est ce genre de biais qui pousse aussi les ados à s'y intéresser, au-delà de tout aspect transgressif. Je doute en tous cas qu'en faire un tabou ou un fantasme de la majorité soit une excellente idée. Mais dans une société qui promeut l'alcool et l'érige au rang de patrimoine culturel, on ne pourra pas le bannir ni même le diminuer drastiquement du jour au lendemain.

Ceci dit ça me fait quand même tiquer, cette banalisation totale. Des profs ont servi un verre de vin à un élève de 16 ans lors d'un concert de musique auquel j'étais, le mois dernier. Visiblement j'étais la seule à trouver ça perturbant.
 
30 Décembre 2013
1 192
9 457
5 154
@J_Serpentine
Pour le coup, attention avec les chiffres montrés : oui c'est "pas anodin" de consommer de l'alcool, surtout de façon très fréquente, ça ne veut pas dire que "tout verre" d'alcool est dangereux,
Les chiffres que tu montre sont pour une consommation tous les jours de au moins 1,3 verre d'alcool (ce qui est loin d'être "de temps en temps"), et en plus si on regarde les vrais chiffres d'augmentation de risque, ils sont tout de même assez peu significatif dans les papiers d'où ils viennent. Ils sont par exemple du même ordre de grandeur ou plus faible que les effets de consommation de charcuterie ou de sucre.

La consommation occasionnelle de l'alcool et du tabac n'ont rien avoir en terme d'impact sur la santé et de potentiel "addiction", évidemment que ça me choque de faire "tester" le tabac à un ado, par contre l'alcool beaucoup moins.

D'autant plus que au niveau même de l'inserm, il y a aussi des études sur les effets "positifs" d'un verre de vin (rouge) par exemple:
https://alzheimer-recherche.org/18822/bienfaits-du-regime-alimentaire-mind-sur-la-sante-cerebrale/

et quelques études en passant (que j'ai pas intensivement parcourus)
https://www.thieme-connect.com/products/ejournals/html/10.1055/s-0032-1315377 https://www.mdpi.com/2076-3425/12/3/360
https://www.mdpi.com/2072-6643/12/10/3082

L'alcoolisme est un vrai problème et il faut absolument sensibiliser les ado à ce problème, en revanche je suis pas sure que faire gouter un fin de verre de vin à un ado ce soit vraiment catastrophique.
 

Kettricken

Hate is always foolish. Love is always wise
13 Avril 2011
4 201
55 654
6 414
. Peut-être que faire un effort soi-même en tant qu'adulte et ne pas en boire systématiquement lors d'événements festifs pourrait limiter l'association: fête=alcool ?
Je suis entièrement d'accord avec ça... Mais aussi avec le fait qu'une fois adolescent, les parents seront peut-être moins le référentiel que les autres copains.
 

Raccoon_Jesus

It's not you, it's me. I have standards
27 Janvier 2014
2 918
107 461
6 614
La 1ère fois que j'ai bu de l'alcool c'était lors d'un repas de famille et je devais avoir 8 ou 9 ans. Evidemment, c'était juste tremper les lèvres. Vers 16 ou 17 ans, j'avais le droit de boire un verre de champagne ou de vin. Par contre, on n'était pas autorisée à boire de l'alcool fort avant la majorité donc pas de whiskey ou rhum à l'apéritif et pas d'eau-de-vie en fin de Personne n'est devenu alcoolique problématique. Je mets problématique parce que je pense à un comportement bien particulier : celui qui engendre des comportements destructeurs vis à vis de soi et d'autrui. J'admets que boire un verre de whiskey tous les soirs en rentrant du travail est problématique mais tant que ça n'engendre pas de la violence et que la personne s'en passe le week-end, c'est pas pire que de fumer 1 joint afin d'aller se pieuter.

A mon avis, si l'environnement familial a un rôle déterminant dans la possibilité d'une addiction future, c'est quand il y a des alcooliques notoires.
Sinon, je penserais plus sur la santé mentale.
Un sujet "sain" (c'est à dire bien dans sa peau, sans dépression ou autre maladie mentale) a quand même beaucoup moins de chance de développer un comportement problématique vis à vis de l'alcool (ou d'autres drogues - sauf tabac) qu'un sujet plus "à risque" et ce même si le 1er boit un verre de champagne tous les dimanches depuis ses 14 ans.
Je pense qu'il y a bien sûr des exceptions mais entre un contexte familial où on boit de l'alcool lors de moments de fêtes sans aller dans l'excès et un mal-être profond, j'ai pas besoin de réfléchir longtemps pour me dire lequel des 2 a des chances d'entrainer une addiction.

Après, j'ai un avis quand même assez unpopular pour la question des drogues. Je n'en consomme pas personnellement mais je pense que toutes les drogues devraient être dépénalisées au minimum (et oui ça vaut aussi pour l'héro ou le crack). Je trouve même l'idée des salles de shoot très bonne et non, je ne pense pas que ça encourage la consommation. Au contraire, ça peut offrir aux toxicomanes des environnements safes et encourager la réduction des risques.
De manière générale, traiter une personne addict comme une criminelle ne va pas l'aider alors en attendant que la personne veuille se soigner, autant l'accompagner (je ne parle pas de fournir de la drogue hein ! :lunette:) pour qu'elle prenne le moins de risque possible.
Et puis pas besoin d'héro ou de crack pour partir sur une épidémie d'addicts. Oui, Purdue, c'est à toi que je pense. :lunette:
 

Anechka

Fiodorophage
28 Janvier 2021
561
7 317
754
C'est marrant, parce que plus on essaie de mon convaincre que "baaah l'alcool c'est pas si grave" plus j'ai envie de penser le contraire :cretin:

Mais pour moi il est absurde de considérer le problème de faire gouter de l'alcool aux mineurs sans considérer plus globalement notre rapport à l'alcool en tant que société. Evidemment que c'est hypocrite de refuser tout alcool aux moins de 18 ans s'ils voient les plus de 18 ans en boire à la moindre occasion.

Je vois beaucoup parler du fait que faire gouter l'alcool aux jeunes les aiderait à "gérer plus tard", mais alors je ne vois pas du tout par quel mécanisme :hesite: Personnellement, j'ai appris à "gérer" l'alcool après avoir vomi quelque fois, et mes parents étaient bien loins XD
 
7 Septembre 2011
5 853
74 045
6 644
Paris
Je me rend compte que le côté culture de l’alcool pour justifier la prise me gêne un peu.
Je reste campée sur le fait que oui je ferais goûter à des grands pour pas diaboliser mais le côté “oh bah faut y passer” c’est pas du tout mon état d’esprit.
 
  • Big up !
Réactions : DamePatience et Lady_M
4 Juillet 2017
128
1 080
1 704
35
Je trouve que le sondage est quand même étrange dans le sens où "mineur" recouvre des réalités tellement différentes que ça perd tout son sens.

Je me rappelle de mes années de lycée (il y a 20 ans :vieux:) où, à 16 ans, il arrivait régulièrement que des personnes de ma classes sèchent les cours le vendredi matin parce que gueule de bois.

Dans ce genre de contexte, j'imagine bien les parents tenter de se faire respecter à coup de "non pas d'alcool pour toi" quand leur gosse boit déjà tout seul et sans contrôle avec ses potes...

Pareil quand on compare l'alcool avec de l'héroïne ou de la cocaïne : l'un se trouve dans tous les supermarchés et les autres sont illégaux, donc on est quand même bien davantage exposé à l'un qu'aux deux autres.

Et la cocaïne et l'héroïne ont des effets négatifs immédiats, là où l'alcool, c'est vraiment la dose qui fait le poison car il est intéressant de voir que les différentes études qui concluent à des effets délétères de l'alcool débutent à une consommation à 100g d'alcool par semaine, soit de 1,4 verre en moyenne par JOUR (!) et à ce niveau, le sur-risque observé chez les buveurs est minime.

Pour ceux que ça intéresse, l'étude Lancet sur le sujet, et un commentaire en français assez complet de cette étude


Je n'irai pas souligner qu'en dessous de 100g par semaine, on ne voit aucune augmentation de mortalité - et même une baisse de la mortalité cardiovasculaire - parce que ça serait occulter le risque qu'un jour la consommation ne soit plus modérée, mais à un moment, il faut aussi se détendre un peu quoi.

(@Gwen ap Fiàmh : quelle conso sans risque)

Jusqu'à récemment, on pensait que l'alcool était sans risque à 1 verre par jour et que les problèmes apparaissaient surtout au delà de 2 verres.
Avec cette étude, on sait que le curseur est un peu plus bas que ce qu'on pensait initialement, et que la zone "sans risque" est finalement pour une conso trois fois plus faible, soit finalement plutôt autour de 1 à 2 verres par semaine (50 à 100 verres par an), ce qui avait donné lieu à des articles de presse à l'époque.


Ok, l'alcool c'est un plus dangereux que ce qu'on pensait, et c'est bien de le savoir.

Pour autant, là on parle de faire boire 1 ou 2 verres à des ados pendant les fêtes (donc une fois par an), et parfois on parle juste de "goûter", donc dans tous les cas on sera très très en dessous d'un seuil néfaste, et les seuls risques sont indirects et éventuels.

Perso l'alcool, je le compare au sucre, parce que le sucre aussi à un pouvoir addictif, pire que la cocaïne.
De plus le sucre provoque des TAS de maladies (diabète, obésité, cancer, goutte...), provoque des millions de décès par an dans le monde, et pourtant on donne du sucre aux enfants dès l'âge de 1 an.

Du coup, je pense que la recommandation "à consommer avec modération" est parfaitement équilibrée, pour l'alcool comme pour le sucre, et c'est bien d'avoir une idée du seuil où les problèmes débarquent pour pouvoir adapter son comportement en conséquence.
Après, ça serait juste bien d'expliciter ce que "modération" veut dire concrètement, avec des chiffres (genre "moins d'un verre par jour")

Et pour les parents, quoi que vous fassiez ça sera toujours mal, donc faites au mieux hein, prenez soin de vous et de votre santé mentale et passez de bonnes fêtes sans vous prendre la tête :fleur:

Et pour info je ne bois jamais : mes parents ont pourtant essayé mais ils n'ont pas réussi : esprit de contradiction sans doute :taquin:
 
Dernière édition :

J_Serpentine

Allez, ouste, va away petit bird !
17 Décembre 2015
5 851
41 293
4 084
33
D'autant plus que au niveau même de l'inserm, il y a aussi des études sur les effets "positifs" d'un verre de vin (rouge) par exemple:
https://alzheimer-recherche.org/18822/bienfaits-du-regime-alimentaire-mind-sur-la-sante-cerebrale/
Ce n'est pas vrai en ce qui concerne l'étude citée. Elle ne démontre pas un effet positif du vin rouge; le régime MIND invite à une consommation modérée. Autrement dit, dans un pays qui valorise la consommation d'alcool, elle appelle à ne pas consommer plus d'1 verre par jour dans le meilleur des cas. Il est même précisé :
Par ailleurs, il est important de noter que la consommation de vin rouge est ici suggérée avec modération sans inciter à la consommation les personnes abstinentes.
Pour le vin, ce sont les polyphénols qui sont actuellement étudiés comme étant les molécules ralentissant Alzheimer; ce n'est donc pas l'entièreté du vin qui est bénéfique mais une famille spécifique qui, comme l'indique l'une des études que tu as donné, se retrouvent également dans le cacao, le thé, les pommes et les baies.
De ce que je vois des reviews sur le sujet "vin et Alzeihmer", il n'y a pour l'instant pas vraiment consensus sur le sujet.

Mais mon propos ne visait pas tant les adultes, encore moins les personnes âgées, que les mineurs.
A l'aube de 2024, il me semble que l'on s'accorde à dire que les femmes enceintes ne devraient pas boire d'alcool car elles encourent des risques. Pourquoi, une fois né, un enfant aurait-il un totem d'immunité jusqu'à ses 15/16 ans, alors que son cerveau se développe jusqu'à 25 ans ?
Pourquoi ne nous viendrait-il pas à l'idée de dire à une femme enceinte "Allez, un verre ça risque rien ! Moi, ma mère, elle buvait enceinte et je vais bien !" mais ça ne pose aucun souci de se dire "Allez, une gorgée par-ci par-là pour le gamin, ça ne risque rien !" ?

On est d'accord (et c'est même évident) qu'une consommation abusive, régulière ou ponctuelle n'a pas le même effet sur la santé. Mais dans tous les cas, il y a des effets, même à faibles doses, surtout chez les mineurs.

Les chiffres que tu montre sont pour une consommation tous les jours de au moins 1,3 verre d'alcool (ce qui est loin d'être "de temps en temps"), et en plus si on regarde les vrais chiffres d'augmentation de risque, ils sont tout de même assez peu significatif dans les papiers d'où ils viennent. Ils sont par exemple du même ordre de grandeur ou plus faible que les effets de consommation de charcuterie ou de sucre.
et @Gwen ap Fiàmh
Les chiffres cités sont bien dans leur contexte, j'ai laissé "quotidiennement" quand ça parlait de consommation quotidienne pour les adultes.
En revanche, les extraits sur la consommation des ados de 11-12 ans et les risques de dépendance plus tard n'ont rien à voir avec une consommation quotidienne. On est 5-6 paragraphes plus bas ("Des facteurs de risque de dépendance"). Et il est bien précisé dans l'étude :
Aucun repère de consommation n’est validé pour les plus jeunes, chez lesquels toute consommation peut être nocive en raison de la vulnérabilité accrue du cerveau en développement.
Je recite ce que j'ai déjà mis de l'étude :
faire goûter de l’alcool à un enfant facilite l’initiation de la consommation à l’adolescence et l’entrée dans un comportement de binge drinking.
C'est marqué en toute lettre : "goûter", pas "boire" !
***************************
Sur la question de : "est-ce mieux de boire quelques gorgées avec les parents pour développer une consommation modérée ?", j'ai trouvé quelques études (ici, ici, ici) qui penchent pour le "non, ça ne protège de rien du tout" (étude sur le "sipping" et non pas "drinking").
Parents may rationalize that they are teaching their children to drink responsibly, thereby reducing risk of alcohol-related consequences (Livingston et al., 2010). However, permission to drink at home (Jackson et al., 1999; van der Vorst et al., 2010) and explicit provision of alcohol (Komro et al. 2007; McMorris et al., 2011; Shortt et al., 2007) are prospectively associated with greater levels of adolescent alcohol use, heavy use, drunkenness, and drinking intentions. Our results contribute to this literature by showing that sipping before middle school (compared with not sipping) was clearly associated with subsequent alcohol use
These results, taken together, reinforce the notion that alcohol consumption leads to harm, and this is true regardless of the source of that alcohol—be it parents or others. In short, parental supply is not associated with any benefit (ie, reduction in drinking behaviours or harms). These results support the promotion of a precautionary approach to adolescent alcohol supply by parents; to reduce the risk of alcohol-related harm, parents should avoid supplying alcohol to children. Non-supply appears to be the safest option (obvious in some ways), if the parental and societal aim is to protect the health of adolescents and young adults.
(après, il existe peut-être des papiers disant l'inverse mais je n'ai pas le temps de faire une thèse dessus, mes posts sont déjà forts longs :yawn: )
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes