Commentaires sur Vidéo : voici ce qui se passe vraiment dans votre corps pendant une césarienne, et c’est impressionnant

6 Mars 2015
223
2 778
3 804
29
@Nefertii

Ça me gêne un peu, je n'ai vraiment pas l'impression d'avoir eu ce genre de propos. Quand j'ai écrit "magique" je parlais vraiment du mot qu'a posé une personne sur son vécu, je n'ai pas du tout ce vocabulaire pour décrire l'accouchement. D'ailleurs je n'envisage pas du tout mon accouchement comme un potentiel événement "magique", je pense que ça va être très intense, sûrement difficile, non seulement pour moi mais aussi pour mon bébé.

J'ai l'impression de passer pour une espèce de mystique, alors que même le terme "naturel" est rarement dans mon vocabulaire. Oui c'est "naturel" d'accoucher sans péridurale ou d'allaiter, mais c'est aussi "naturel" de mourir de certaines maladies qui se soignent très bien aujourd'hui. Donc jamais je n'utiliserai l'argument "c'est naturel donc c'est bien"...

Et dans l'histoire, c'est moi qui suis très terre à terre ; je ne parle pas d'une solution technologique qui par magie enlèverait la douleur sans aucun effet secondaire, je parle des conditions matérielles concrètes de grossesse des femmes. Quand il faut faire 2h de route pour aller à la maternité la plus proche, tu peux dans certains cas louper le coche, que ce soit trop tard pour avoir accès à la péridurale. Je pense qu'il faut aussi ne pas être franco-centrée, si une innovation médicale qui révolutionne l'accouchement est développée, ça va bouleverser les systèmes de santé dans le monde entier. Ce sont les femmes privilégiées et les femmes qui ont la chance d'être dans un pays avec une bonne sécurité sociale qui vont en bénéficier...

Je te rejoins tout à fait sur l'importance que toutes les femmes aient le choix, et puissent être dans des conditions de prendre les meilleures décisions pour elles et leur enfant. Dans notre pays, ces choix existent : la péridurale par exemple n'est pas une solution parfaite mais elle permet quand même de fortement diminuer les douleurs liées aux contractions. Pour autant, je pense que notre système de santé pourrait faire bien mieux pour accompagner les femmes enceintes et mettre toutes les ressources à leur disposition pour qu'elles aient réellement le temps et l'énergie mentale de se poser et de se demander "et moi, qu'est-ce que je veux ?"

Je ne pense simplement pas que l'option technosolutionniste soit pertinente dans ce cas. Les études montrent très bien à quel point le ressenti de la douleur liée à l'accouchement est variable en fonction du contexte (bienveillance/présence du ou de la partenaire, préparation mentale en amont, attitude du personnel médical, etc.) Une métaphore que j'avais trouvée intéressante est celle de la pénétration : en fonction du contexte, ça peut être la sensation la plus douloureuse comme la plus neutre (voire la plus plaisante mais là je n'idéalise pas assez l'accouchement pour pousser la comparaison jusque là XD). Si, comme c'est le cas dans notre culture, l'accouchement est présenté comme la pire expérience de douleur qui existe, l'anticipation peut automatiquement augmenter notre sensation de souffrance. Or, oui ça peut être une douleur insoutenable pour certaines, comme ça peut être bien vécu par une grande partie des femmes. On a toutes un rapport à la douleur différent, et nos corps réagissent tous différemment aux contractions, c'est pour ça que des solutions comme la péridurale et d'autres moins "médicales" existent et c'est tant mieux.

Je ne suis ni sage-femme, ni gynéco, ni pédiatre ni pédopsy, donc je serais très intéressée d'avoir des avis, mais ce que dit @A Kane me fait penser aux témoignages de dépression post-partum que j'ai pu lire. J'ai l'impression que dans de nombreux cas, ces femmes décrivent un sentiment d'étrangeté vis-à-vis de leur bébé, comme si elles avaient du mal à lier le foetus qui était dans leur ventre et l'être qui vient de naître. Est-ce qu'un accouchement "indolore", coupé de toute sensation, où la femme est presque dans un état d'inconscience, ne pourrait pas augmenter ce risque de ne pas réussir à faire le lien entre le bébé de l'intérieur et le bébé de l'extérieur ?

En tout cas l'idée d'une société où on parviendrait à supprimer la douleur me fait autant peur que celle d'une société où on pourrait supprimer la tristesse. C'est drôle parce qu'avant de tomber enceinte, je pense que je n'aurais pas du tout tenu le même discours, je n'aurais jamais cru vouloir essayer de me passer de péridurale par exemple. C'est vraiment chemin faisant, en me découvrant des forces et des faiblesses que je ne soupçonnais pas forcément, que j'ai déconstruit certaines choses. Et si j'opte finalement pour la péridurale je ne le verrais absolument pas comme un échec, j'espère simplement que ce sera ma décision et que je pourrai au maximum garder mon agentivité en la dosant comme je veux.

Ce serait intéressant d'enquêter auprès des personnes concernées (enceintes ou ayant accouché), pour leur demander leur opinion sur la question. D'après ce que j'ai lu et les témoignages que j'ai pu recueillir, quand l'accouchement est décrit comme un événement traumatisant c'est souvent lié à des facteurs extérieurs. Mais le moment de l'accouchement n'est pas forcément le plus difficile finalement, on me parle beaucoup de l'après, avec le corps physiquement éprouvé, toutes les attentes sociétales qui pèsent, la fatigue et l'angoisse face à un nouveau-né qu'on ne comprend pas, les changement dans le couple...

Bref, une innovation n'est jamais neutre et porte forcément des implications sociales, économiques, et un imaginaire. Dans ce cas, on serait dans un imaginaire où l'accouchement en tant que tel est un "problème" qu'il faudrait régler, alors qu'en améliorant les systèmes de santé le "problème" n'est plus du tout le même. On sait aussi que la surmédicalisation de la grossesse représente tout un business : la péridurale ou la césarienne sont des actes médicaux, alors qu'une femme qui accouche sans péridurale prive les personnels soignants d'un certain contrôle sur cet accouchement et rapporte peu aux cliniques et aux hôpitaux. Donc ce n'est pas anodin de pousser au développement d'une nouvelle solution technologique dans un monde où les services publics sont de plus en plus mis en difficulté.

Si on revient à la question de la souffrance, je pense par exemple aux douleurs de règle : il y a des médicaments qui existent pour mieux les vivre mais dans tous les cas ça reste un moment qui peut être fatiguant, et ça varie selon les personnes. Je préfère une société qui permette aux personnes avec utérus de se reposer 1 ou 2 jours dans le mois plutôt qu'une société qui nous mette à égalité avec les personnes n'ayant pas de règles en nous apportant des solutions médicales (qui auront de toute manière forcément certains effets secondaires). D'ailleurs, ça pourrait être contre-productif d'anesthésier totalement les douleurs de règle, puisque quand elles sont vraiment fortes on sait maintenant que ce n'est pas normal et que ça peut être pathologique. Donc comme le disait @Arsinoée on est dans un cas où la douleur est un indicateur important qu'il y a quelque chose qui ne va pas et qu'il faut consulter.

Edit : je rajoute juste que quand tu parles de "choisir la facilité", je pense que c'est un terme assez mal choisi. Je ne pense pas que le biberon soit toujours plus facile, chaque solution a ses avantages et inconvénients et chaque femme aura sa propre vision de ce qui est confortable pour elle et son bébé. C'est comme quand on parle d'accouchement par voie basse et accouchement par césarienne, il y a des avantages et des inconvénients dans chacune des méthodes, mais je ne pense vraiment pas qu'on puisse parler de "facilité" ni pour l'une ni pour l'autre... même dans le cas d'une anesthésie générale, comme ça a été dit, le post-partum peut être plus éprouvant physiquement.
 
Dernière édition :

Kettricken

Hate is always foolish. Love is always wise
13 Avril 2011
4 265
56 344
6 414
@Nefertii J'ia peut-être loupé le passage où tu en parles mais la solution dont tu parles, en quoi diffèrerait-elle de la péridurale ? Parce que clairement, selon comment elle est dosée, la péridurale peut enlever toute douleur.
Moi j'aurais pu me rajouter une dose de plus par heure, mais même sans le faire, j'avais juste 5-10 un peu inconfortable en fin d'heure

Chaque accouchement est différent mais y a quand même une chose qui m'a marqué dans le mien : je m'attendais à de la douleur, de la vraie. Et en fait, tout le travail a été plutôt inconfortable que douloureux. Pas dans le sens où "who ça va, c'est que de l'inconfort" mais dans le sens où c'était une sensation différente de la douleur. Une sensation inconnue. Ca tirait partout, ça contractait de manière étrange...
Et ça a d'ailleurs participé à mon choix de prendre la péridurale : je me voyais me battre comme une guerrière contre la douleur et en fait, c'était juste pénible, pas douloureux

Attention, ça n'est que mon expérience de personne qui a pris la péridurale à 4. Plein de femmes de mon entourage ont effectivement eu (très) mal sans péridurale.
Mais j'en connais au moins une ou deux qui n'ont pas eu mal du tout pendant le travail et à peine pendant l'accouchement

Mais mon message était : c'est difficile de se représenter ce qu'est un accouchement (d'autant qu'ils sont tous différents). Mais tous ne sont pas douloureux en tant que tels
 

Kettricken

Hate is always foolish. Love is always wise
13 Avril 2011
4 265
56 344
6 414
DP désolée
Sinon je suis assez d'accord avec @lazaretto qu'en France, la première urgence serait d'avoir des maternités. Je vis en Belgique et je suis juste effarée quand je lis que votre gouvernement veut offrir des nuits d'hotels aux femmes en fin de grossesse pour être près d'une maternité. Parce que c'est bien connu que les accouchements ont tous lieu à la date prévue. Et que si c'est pas le premier enfant, le père doit rester à la maison et donc la femme sur le point d'accoucher reste seule.
Et ici en Belgique, il faudrait déjà permettre un congé pré-accouchement de plus d'une semaine (techniquement on peut, mais du coup ça diminue le congé post-accouchement). J'ai travaillé jusqu'à 5 jours avant mon accouchement, j'en étais fière mais a postériori je le regrette. Si y a bien un moment dans la vie où le travail s'efface, c'est la naissance et la mort (ne me lancez pas sur le fait qu'on n'ait pas de jours de congé pour aller aux enterrements de nos proches qui ne sont pas de notre lignée directe).

@Nefertii A la fois je comprends totalement la peur de la douleur, et à la fois cette idée de faire en sorte que la grossesse et l'accouchement ne soient pas un big deal... ben j'avoue que ça me fait un peu peur dans le sens où je craindrais que ça soit une excuse pour nous obliger à faire comme si de rien n'était et à rester 100% productives
C'est un truc que j'ai pas mal ressenti les 2 premières années de vie de mon fils : l'obligation aussi bien au niveau du boulot que de certains amis de faire comme si ok j'étais devenue mère mais c'est pas si important, on continue (à bosser, à sortir etc)
Du coup ça m'interroge un peu
 
23 Octobre 2017
417
2 284
1 724
@lazaretto
Une amie a accouché il n'y a pas longtemps et elle a été très bien accompagnée par l'équipe et son conjoint (dit par elle). Toutefois elle m'a confirmé que ça avait été horrible, "une douleur que tu ne peux même pas imaginer" avant la péridurale. Et après la péridurale, la douleur s'estompe mais reste présente et elle a cru qu'elle allait faire un arrêt cardiaque au moment de pousser.

Je ne nie pas que ça doit être pire pour celles qui sont mal accompagnées ou qui doivent dormir à l'hôtel la veille mais il n'empêche que ça peut être traumatisant pour certaines personnes sans qu'il y ait un mauvais entourage.

De toutes façons je trouve que tout acte médical invasif sans anesthésie générale c'est similaire à de la torture et proche de pratiques d'un autre temps.
Quand j'apprends que certaines personnes se font enlever les dents de sagesse en cabinet je frémis. Même sans douleur, sentir qu'on t'arrache les dents... et pourtant il y a des gens qui ça ne semble pas déranger. Donc je comprends pourquoi certaines femmes soient OK avec la façon dont on met au monde les enfants au 21e siècle.

Par contre le fait qu'il y ait une avancée médicale dans un pays et pas un autre ne me semble pas être problématique. Oui dans les pays riches on est mieux soignés, il y a des appareils de pointe que ne peuvent pas se permettre des hôpitaux des pays pauvres et des médecins sûrement mieux formés.
Toutefois ce n'est pas parce que les pays pauvres ne peuvent pas se permettre une nouvelles technologie qu'on doit retarder nos avancées. A moins que j'aie mal compris ton propos?

@Kettricken
En soi, retirer la douleur d'un acte pourrait rendre la récupération plus facile et peut-être que la reprise du travail ne serait pas aussi pénible. Maintenant c'est pas la douleur post-partum qui empêche quelqu'un d'être au top de sa forme mais le fait de devoir s'occuper d'un bébé h24.
Rendre l'accouchement indolore ne changera rien en ce point donc je ne vois pas pourquoi la société attendrait plus des mères.
Et je ne suis pas d'accord sur la pression mise sur les mères, enfin j'ai l'impression que c'est l'inverse. Mais on n'a peut-être pas le même ressenti. Certaines mères se plaignent d'avoir été abandonnées par leurs amies mais leurs amies célibataires ne sentent plus incluses non plus, plus les mêmes sujets, sûrement plus les mêmes peurs ni les mêmes aspirations. La fracture est des deux côtés pour ma part.

@A Kane
Je ne comprends pas pourquoi il faudrait absolument comparer toute pratique avec sa version maléfique du passé. Si jamais les vaccins avaient été utilisés de manière diabolique par le passé, refuserait-on aujourd'hui tous les vaccins?

Je n'ai pas de solution à la grossesse et l'accouchement sans douleurs, je ne suis ni chercheuse ni scientifique mais j'ose espérer que la médecine ne se repose pas sur ses acquis et ne cherche pas à trouver de meilleures solutions pour le futur parce qu'on a déjà un truc qui marche plus ou moins. J'espère qu'on cherche toujours.
 
6 Mars 2015
223
2 778
3 804
29
@A Kane

C'est super intéressant, merci d'avoir pris le temps de me répondre !

@Nefertii

Je ne dis pas du tout qu'il faille arrêter d'améliorer les choses ici parce que d'autres pays n'y ont pas accès. Je dis que dans une configuration avec des ressources limitées (en temps, en argent, en nombre de cerveaux disponibles), je préfèrerais qu'on ne disperse pas les efforts et qu'on se concentre sur le fait de rendre notre système de santé plus égalitaire et notre monde du travail plus adapté aux femmes enceintes et ayant accouché. Je vais encore faire une métaphore foireuse, mais les efforts déployés à trouver des solutions technologiques de substituts aux pesticides peuvent aller à l'encontre de changements systémiques, de reconception plus large des systèmes productivistes agricoles. Je ne crois pas qu'on puisse faire les deux à la fois.

En fait je comprends tout à fait ce que tu dis sur la douleur, d'ailleurs j'ai détesté me faire enlever les dents de sagesse par anesthésie locale et j'aurais largement préféré être endormie XD Jusqu'à mes 14/15 ans je mettais de la crème anesthésiante avant mes prises de sang, bref clairement je ne me définirais par comme une guerrière ! mais j'ai l'impression que certaines expériences de vie (palu par exemple ou différentes chutes un peu violentes parce que je ne suis pas douée) m'ont permis d'avoir un tout petit peu moins peur et de relativiser même si je reste assez douillette.

Personne n'aime souffrir mais je vois que dans ton cas il y a un rapport particulier à la douleur, que tu perçois comme quelque chose d'insurmontable. J'espère ne pas être maladroite et n'hésite pas à me rembarrer si je le suis, mais est-ce que cette appréhension forte que tu as ne pourrait pas faire l'objet d'un travail au niveau psychologique ? Même avec les avancées médicales dont on bénéficie actuellement, il n'y a pas de solution parfaite contre la souffrance, elle peut être limitée mais elle existe toujours. Et même le jour où on arrivera vraiment à la faire disparaître, je reste persuadée que ce ne sera pas sans contrepartie. (l'exemple de l'anesthésie générale dont parlait @A Kane, qui peut rendre la récupération plus difficile notamment) Rien ne sera jamais absolument parfait, on est toutes faites différemment et même une super solution contre la douleur peut moins bien marcher le jour J sur telle personne, ou ne pas être mobilisable pour plein de raisons différentes ; quand des êtres vivants sont impliqués il y a toujours de l'imprévu, des choses qu'on ne contrôle pas. C'est pour ça que dans tous les cas, quel que soit le type d'accouchement souhaité par une personne, ça semble important de se préparer physiquement et psychologiquement à l'intensité de ce moment.

(et au sujet du postpartum, il y a bien un réel effet physique sur les femmes au-delà du fait d'avoir à s'occuper d'un bébé : il faut se remettre des points de suture, d'un éventuel déchirement, des hormones en pagaille, le corps doit se remettre en place après avoir vécu une transformation sans précédent... c'est pour ça que dans certaines cultures, la femme ne fait plus rien pendant 1 mois, on lui file son bébé pour qu'elle l'allaite mais c'est la famille qui s'occupe de tout)
 
28 Août 2020
281
1 934
504
@Nefertii
"En soi, retirer la douleur d'un acte pourrait rendre la récupération plus facile et peut-être que la reprise du travail ne serait pas aussi pénible. Maintenant c'est pas la douleur post-partum qui empêche quelqu'un d'être au top de sa forme mais le fait de devoir s'occuper d'un bébé h24." (je copie colle car je ne sais pas comment faire une citation)

je ne suis pas d'accord avec cette phrase, en fait je pense que c'est même l'inverse:
A l'instant où le bébé sort, la douleur cesse (je parle hors médicalisation) et en post partum tu as quelques contractions gérables avec du doliprane ; par contre si tu passes par une césarienne avec anesthésie générale comme tu le proposes pour ne pas souffrir, effectivement sur le moment tu ne sentiras rien mais par contre les douleurs de la reconstruction et de la cicatrice vont durer plusieurs mois voire plusieurs années chez certaines femmes.

Donc au final je ne vois pas l'intérêt d'un point de vue uniquement de limitation de la douleur.
La douleur peut aussi être causée par les déchirures ou les interventions externes type épisio mais encore une fois le meilleur moyen d'éviter tout ça c'est de limiter la médicalisation. Plus ça se passe physiologiquement plus il y a de chance que la récupération soit hyper rapide et sans douleur sur les jours/semaines qui suivent.

ça peut te paraître contradictoire mais au global si ton objectif est la limitation de la souffrance, il vaut mieux avoir mal quelques heures en ayant des outils pour gérer et ensuite une super récupération que vouloir absolument tout enlever et risquer des complications plus douloureuse sur le long terme.
 
8 Avril 2022
81
436
214
A toutes, merci pour ces discussions très riches !
Pour avoir été réveillée pendant qu'on m'operait, j'avais une trouille bleue avant d'y aller, mais pendant la préparation au bloc j'ai parlé avec l'infirmière, la sage-femme et l'anesthésiste, c'est eux qui sont de ton côté du (très grand et très opaque) rideau. Ils m'ont passé de la musique que j'avais choisie et étaient super gentils.
En plus de ça, j'avais demandé beaucoup de discrétion aux médecins car j'ai le vocabulaire donc j'avais peur d'avoir des images mentales traumatisantes gravées pour toujours. Ils ont très bien respecté ma demande, je n'ai presque rien entendu. A part l'épisode flippant, ça s'est très bien passé et je n'ai presque rien senti (zéro inconfort et zéro douleur). L'anesthésiste était aux petits soins, il m'expliquait les gestes de façon très délicate et gérait mon état général fragile.

La récupération post-op était aussi rapide (1h environ pour bouger à nouveau) et pas spécialement douloureuse. C'est le post partum qui m'a fait douiller par contre (tranchées et cicatrisation) mais les sages-femmes me donnaient tout ce dont j'avais besoin.

À l'inverse, ça peut être assez traumatisant de se faire endormir dans un moment de grosse urgence et de se réveiller sans savoir ce qui s'est passé entre deux, ce qui est arrivé à son bébé, etc.
Justement, à côté de moi, une dame se réveillait d'une césarienne code rouge (anesthésie générale), morte de peur et sous l'effet des sédatifs, demandait encore et encore où était son bébé et s'il était vivant. L'angoisse la plus totale. (Il allait bien).

Donc à choisir je garde ma rachi-anesthésie.

Quand j'apprends que certaines personnes se font enlever les dents de sagesse en cabinet je frémis
Hihihi on m'a retiré
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
En cabinet. Ce n'est pas très agréable mais pas si traumatisant, SAUF
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
.
En fait un stomatologue m'a dit que c'est beaucoup moins traumatisant physiquement en cabinet car le dentiste est obligé de faire attention.
Mais ce n'est pas toujours possible, et ça fait vraiment peur avant et pendant.
 

Kettricken

Hate is always foolish. Love is always wise
13 Avril 2011
4 265
56 344
6 414
@Nefertii Je suis désolée pour l'expérience de ton amie mais je crois que c'est plus l'exception quye la règle. En général, avec une péridurale, on n'a pas mal. Voir même on ne peut rien sentir suivant la dose, et ça, ça peut être discuté lors du rendez-vous avc l'anesthésiste avant.
Du coup je réitère ma question : en quoi la solution sans douleur serait différente ? Peut-être que ce dont tu parles, c'est une péridurale plus efficace (sans raté) et plus personnalisée selon le rapport de la personne à la douleur ?

, ce n'était pas une douleur aiguë, qui pour moi est réellement atroce. Les contractions, c'est très puissant, tes muscles travaillent à fond, ça fait mal, mais il y a vraiment un côté gérable, je trouve.
Voilà. C'est exactement ce que j'essayais d'expliquer sur le fait que l'accouchement et les contractions, c'est pas forcément douloureux. Et en plus j'ai pas eu mal lors des tranchées
Perso, je me suis fait enlever 3 dents en cabinet, et malheureusement aussi un kyste qui avait "mangé" toute ma machoire : donc on a du ouvrir toute la machoire et la recoudre. J'ai jamais autant eu mal qu'après la fin de l'anesthésie.
L'accouchement (le mien en tous cas), c'était vraiment une promenade de santé à côté.

Pour le fait que les ami.es célibataires se sentent aussi exclus quand une amie devient maman : oui je le conçois totalement (et ça arrive aussi lors de la mise en couple). De toutes façons, l'arrivée d'un bébé rebat complètement les cartes dans les relations. Mais au-delà de ça, je sentais une pression à "ne pas en faire un plat". J'étais hyper valorisée sur le fait de rester active, d'avoir une grossesse facile, de continuer à bosser jusqu'à la fin, de continuer à sortir après la naissance etc Et c'était sans doute gentil et supportif. Mais je sentais aussi que ça arrangeait tout le monde
Après mon inquiétude portait plutôt sur le monde du travail. C'est là que cette volonté de faire en sorte que la grossesse et l'accouchement soient aussi peu "prenant" que possible me tracasse.

Et aussi pour la liberté des femmes. Je me souviens avoir vu Amnesty International alerter sur la situation dans un pays d'AMérique du Sud (j'ai hélass oublié lequel) dans lequel plus de la moitié des accouchements se faisaient par césarienne sans que ça soit forcément le choix des femmes.
Pour des raisons d'économie des soins de santé et de confort des soignants, on faisait des césariennes à la chaine. Sans laisser le temps au bébé de sortir quand il est près, sans laisser le choix à la mère d'accoucher par voie basse. Parce que comme ça, les soignants sont pas sur le pont la nuit.

Par ailleurs, je suis d'accord avec mes VDD : en moyenne (pas systématiquement), on se remet bien plus vite d'un accouchement par voie basse que d'une césarienne. Comme je disais, j'aurais pu marcher direct après l'accouchement (je l'ai fait 2h après, sans soucis). L'accouchement fini, c'était terminé
Alors qu'avec une césarienne, il faut de toutes façons le temps que les tissus cicatrisent
 
27 Avril 2021
227
1 830
504
36
Sur la césarienne, il existe apparemment une façon de faire qui facilite la récupération : la césarienne extra péritonéale, qui coupe moins de couches de tissus corporels. Mais ça n'est pas beaucoup pratiqué en France...
Pour l'accouchement, j'ai accouché sans péridurale et j'en garde un très bon souvenir. Le fait de garder toutes les sensations permet aussi d'adopter plus naturellement la position la plus appropriée, et de pousser plus facilement au bon moment, ce qui je pense facilite la récupération car on ne force pas "dans une mauvaise direction" .
Puis la péridurale, même si c'est une invention formidable, à aussi des inconvénients : dépendance pour uriner et se mouvoir par exemple, et des ratés (ne marche que d'un côté, à fait une brèche)
 
27 Mars 2021
3
9
364
Attendez... c'est pas en anesthésie générale...?

Oh mon Dieu, plus j'en entends sur l'accouchement plus je trouve que ça doit être physiquement le pire moment de sa vie (oui oui je sais la joie d'avoir son bébé mais je parle de sensations).

J'espère qu'il y a des chercheurs dont le travail c'est de faire des recherches tous les jours sur comment rendre l'accouchement totalement indorlore. Genre j'espère qu'ils ne font que ça et font tout pour trouver la solution ultime, au moment de la première contraction jusqu'à la naissance. J'espère qu'on s'est pas arrêté à "peridurale et c'est tout, dossier bouclé", non non qu'on cherche toutes les voies possibles.
Si tu souhaites un jour devenir mère, je t'encourage vivement à faire des recherches concernant la grossesse, l'accouchement, l'allaitement et le postpartum. A moins que tu aies une grossesse à risque, en cas de problème de santé de ton côté ou celui du bébé, la surmédicalisation n'est pas nécessaire et peut au contraire être dommageable pour toi et pour l'enfant.

Je ne peux parler que de ma propre expérience et de celles de mes proches. J'ai fait énormément de recherches avant même d'être enceinte et j'ai très vite compris qu'un accouchement sans intervention médicale me correspondrait mieux, dans la mesure du possible (bisous Bliss et la Matrescence). Je suis privilégiée parce que ma grossesse était à bas risque et je vis dans un pays où l'accouchement à la maison est très bien encadré et gratuit. J'ai donc pu avoir l'accouchement que je voulais : dans mon environnement, avec mon mari, ma sage-femme (+ une deuxième sage-femme au moment de l'arrivée du bébé), dans les positions que je voulais, en prenant le temps pour que mon bébé descende. Comme une autre personne l'expliquait, les contractions ne sont pas vraiment douloureuses. C'est une sensation totalement nouvelle qui peut être déconcertante mais est parfaitement gérable à condition d'être bien préparée. J'ai pu gérer les contractions avec la respiration et tout ce que j'ai appris pendant les cours d'hypnonaissance (gratos ici aussi, merci l'Irlande).

Le travail a été long et fatigant et j'ai juste regretté de ne pas avoir dormi pendant le prétravail (j'étais beaucoup trop excitée et jai passé 3h dans mon bain à regarder H en checkant les forums). Ça a vraiment commencé le matin, j'étais à 3 vers 10h et à 7 vers 16h. J'ai pu chiller dans la piscine faite pour (ça calme vraiment les contractions de fou) jusqu'au moment de pousser qui a été assez rapide, je suis sortie et 1h après ploup mon fils est sorti aussi. Le passage de la tête ça brûle mais c'est le muscle qui s'étire donc c'est normal. Comme tout s'est fait en douceur et sans intervention, je n'ai pas eu de déchirure, pas d'épisiotomie et je montais les escaliers et gambadais littéralement 5 minutes après. J'ai eu des saignements similaires à des règles, j'ai à peine senti les trachées et grâce à l'allaitement mon utérus a vite retrouvé sa taille.

J'ai bien plus mal quand je vais chez le dentiste. Je pensais avoir peut-être idéalisé les choses mais j'ai revu ma sage-femme la semaine dernière (je suis de nouveau enceinte) et elle m'a confirmé que mon accouchement était top ('textbook perfect'). En revanche, c'est loin d'être la même histoire pour mes amies qui ont été déclenchées, ont choisi la péri ou ont dû subir une césarienne. Le temps de récupération est beaucoup plus long et il peut y avoir des séquelles sur le long terme. J'ai des amies qui souffrent encore de leur cicatrice de césarienne des années après.

Je ne vais pas m'étendre sur l'allaitement, mais je ne pense vraiment pas que donner le biberon soit plus facile. J'ai jamais eu mal en allaitant et j'ai eu la chance que mon fils n'ait pas de problème pour téter. Il n'y a pas plus easy que de juste sortir son sein et basta. Pas de biberons à préparer, stériliser, transporter, pas de lait à acheter et pas de risque que le bébé ne digère pas ce lait qui est fait pour un autre bébé animal. Sans compter les bienfaits à long terme sur la santé de l'enfant et de la maman. Mais encore une fois j'ai conscience d'avoir eu ce privilège d'un allaitement sans problème et d'un congé mat d'un an qui m'a permis au final d'allaiter mon fils plus de 2 ans.

On a énormément de chance d'avoir le choix en France, il faut juste prendre le temps de s'informer pour faire des choix éclairés. Pour certaines femmes l'idéal est une péri bien dosée, pour d'autres une césarienne programmée et pour d'autres un accouchement dit naturel.
 

Kettricken

Hate is always foolish. Love is always wise
13 Avril 2011
4 265
56 344
6 414
@Musmula Je vais quand même tempérer un peu parce que je trouve qu'il ne faut pas non plus partir dans le discours que si c'est naturel, c'est forcément plus facile, voir pire : """mieux"""*
Je connais aussi des personnes qui n'ont pas été déclenchée, qui n'ont hélas pas eu le temps de péridurale et pour qui ça a été extrêmement douloureux et violent. La préparation n'y changeait rien : quand tu passes de 2 à 10 en 30min-1h...
En parallèle, une amie a eu une césarienne en urgence (et quelque part ça tombait super bien car elle avait peur voir était dégoutée par l'accouchement voie basse) et elle s'en est remise super vite. En qlq jours elle était debout et 0 soucis.
Donc je témoignais qu'un accouchement voie basse avec faible péri pouvait super bien se passer, tu témoignes que sans péri aussi, mais je voulais dire qu'avec césarienne aussi ça pouvait très bien se passer
Tu dis que tes amies avec péri ont eu plus de difficulté : ça dépend aussi de la péri. La mienne était peu dosée et je marchais direct après l'accouchement sans soucis (et je me faisais engueuler par les SF :yawn: )

Pareil pour l'allaitement : j'ai allaité mais comme une femme sur 20, je produisais très peu de lait. Donc j'ai fait du mixte 6 mois. Ben les deux ont vraiment leurs avantages inconvénients. Notamment pour les touts-petits, le biberon permet plus de contact visuel.
Et quand on produit un peu peu, le biberon permet des plages plus longues sans manger, et donc parfois en dormant.
Perso, je conseille vraiment le mixte, le meilleur des deux mondes :cretin: Quand je sortais avec mon fils, je me tracassais jamais d'avoir un biberon. Et quand je sortais sans lui, je ne me tracassais jamais qu'il puisse manger en mon absence.
En parlant de s'informer, quand j'étais enceinte j'avais lu une revue d'études sur l'allaitement : ben y a très peu d'études, elles ont de tous petits échantillons et les bénéfices de l'allaitement étaient faibles et s'effacaient à l'adolescence. En gros tu évites qlq rhume. Par contre y avait un consensus sur l'intérêt du colostrum (1er lait qui n'est produit que qlq jours) et notamment pour les bébés prématurés. Mais sans que ça soit nécessaire d'en donner.

* J'ai arrêté d'écouter la matrescence pendant un moment quand elle a commencé à en faire des tonnes sur son 3ème accouchement et a gloussé de plaisir quand un gynéco lui disait qu'elle faisait parties des femmes spéciales qui connaissent ça :rolleyes:
 
Dernière édition :
23 Octobre 2017
417
2 284
1 724
Merci pour vos retours. Je suis sur le téléphone et c'est compliqué de citer tout le monde point par point.

La gestion de la douleur c'est propre à chacun et je fais partie des personnes hyper sensibles. Une douleur qui est peut-être 3/10 pour la majorité des gens, je vais la ressentir à 5/10 par exemple.
De plus quand celle-ci devient trop forte, j'ai tendance à vomir de manière compulsive et c'est extrêmement angoissant (surtout quand on est émétophobe).

On m'a retiré les dents de sagesse en anesthésie générale et c'était très propre, j'ai à peine gonflé, tout le monde me parlait des joues de hamster mais je n'avais rien eu et on m'a retiré les 4. Après j'avais une dose de cheval d'anti-douleurs donc ça a sûrement aidé.

Le fait d'avoir mal (en plus de ressentir plus fortement la douleur que les autres) m'angoisse et je peux entrer en état de panique assez rapidement. Je sais pas mais je crois que c'est pire pour le bébé d'avoir la tension à 15 et d'être entrain de perdre le contrôle.
On récupère peut-être moins bien après une césarienne mais j'imagine qu'avec des anti-douleurs ça passe et surtout on a le contrôle. Enfin je le vois comme ça, je préfère gérer plus lentement plus tard.

Pour le biberon c'est surtout pour que le père s'en occupe. Il y a sûrement plein de façons de s'impliquer pour le père quand la mère allaite mais moi je veux qu'il nourrisse le bébé. Si j'ai envie de me barrer toute un samedi après-midi pour décompresser, il doit pouvoir nourrir le bébé sans avoir à me demander quoique ce soit.
Les bénéfices du lait maternel me paraissent minimes et surtout ils mobilisent beaucoup la mère. J'ai été nourrie au biberon et j'ai chopé un rhume pour la première fois de ma vie en CP. Aussi, si on ne prend pas le 1er prix en super marché je pense qu'on peut trouver des alternatives de qualité et ce n'est que pendant 1 an ou 2 max. Et au moins le père n'aura pas le choix.

Enfin en tous cas on verra bien le jour J si je tombe enceinte un jour mais si je pouvais faire un malaise au moment des premières contractions et être réanimé qu'après la naissance, avec le bébé tout propre dans son berceau à côté de moi ce serait top haha. Il y aurait un côté un peu bébé né par magie mais ça m'irait tout autant.
 
  • Big up !
Réactions : Musmula et Kettricken

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes