Il est intéressant cet article ! D'après cet article je suis le genre de personne à idéaliser les relations (pas que amoureuses) ; par exemple j'occulte la plupart des moments désagréables, négatifs et je ne garde en mémoire que les beaux moments. Je ne sais pas trop si c'est idéaliser une personne ou une relation mais je marche comme ça et c'est plutôt agréable de ne se souvenir que des bons moments, des trucs positifs ou joyeux. (Bon j'aiaussi qlqs mauvais souvenirs hein)

Big up à la photo ! Ça fait plaisir de voir autre chose que des couples hétéro quand on parle de couple, d'amour et de relations
 

TennanTen

Ne pas citer mes messages, svp merci :)
Est ce que ça partirait pas du principe que les trucs négatifs sont juste des petits défauts chiants ou des habitudes chiantes mais pas grave ?
"Il/elle ne range pas ses chaussettes", bon c'est chiant, mais pas grave en soit, une petite discussion ça peut aller.
"Il/elle est de mauvaise humeur ce matin", c'est un peu chiant mais pas grave, ça arrive.
"Il/elle a perdu le guide", c'est hyper embêtant (surtout si c'est un lieu où il est facile de se perdre) mais ce serait pas une raison pour cracher toute sa haine sur son/sa partenaire.
Parce que bon, idéaliser la personne avec qui on est en couple alors que celle ci abuse de nous (violence, pervers narcissique, etc.…) je suis pas sure que ce soit une bonne idée de dire "Oui mais c'est pas grave, mais il a telle qualité". Cette chose qu'on retrouve souvent chez des victimes d'abus =/
 
Les conclusions de l'étude ne me surprennent pas du tout. Je trouve que c'est très révélateur du fait qu'on ne tombe pas amoureux ou amoureuse d'une personne, mais plutôt de l'image qu'on s'en fait. Selon ce qu'on projette sur elle on n'éprouvera pas les mêmes émotions, alors que ça reste le même individu et que la seule chose qui change c'est notre point de vue. Je trouve que ça vaut la peine d'y réfléchir parce que c'est une idée qui est fondamentale dans plein de situations. Parfois il y a des gens qui rompent en reprochant des tas de choses à leur partenaire : qu'il ou elle a changé, a perdu telle qualité, a développé tel défaut, n'est plus le/la même qu'avant, etc. Alors que c'est juste le regard sur lui/elle qui a évolué. Au moindre signe d'essouflement des sentiments, à la moindre «baisse de régime» on peut se dire que tant pis, ça n'était pas la bonne personne pour nous et qu'il faut chercher le bonheur ailleurs. Sauf que si on croit que le vrai amour c'est 100% de bonheur tout le temps (ce qui est assez irréaliste en soi), et qu'on ne réalise pas la part qu'on joue là-dedans, on risque de reproduire le même schéma et d'enchaîner les relations peu satisfaisantes pendant longtemps.
C'est intéressant aussi de prendre conscience de ça quand on se fait larguer alors qu'on était en pleine phase d'idealisation. Une fois ça m'est arrivé et j'ai compris que si je souffrais autant, c'était en grande partie à cause de ce que j'avais moi-même construit dans ma tête et de ce que je projetais sur la personne en refusant de la voir dans sa globalité.
Hors relations toxiques, je trouve effectivement que cette capacité à voir le bon chez son/sa partenaire et à ne pas s'appesantir outre mesure sur ce qui nous plaît moins, c'est le secret des couples heureux sur la durée. Du coup ça relativise l'idée hyper angoissante selon laquelle les sentiments sont très volatiles et peuvent naître ou s'évanouir du jour au lendemain sans qu'on y puisse quoi que ce soit. Plus que les sentiments eux-mêmes, je pense que ce qui compte vraiment, c'est l'envie d'aimer en fait. La fin d'une histoire, c'est quand on n'a juste plus envie d'être avec telle personne pour une raison X ou Y. Du coup comprendre que ça vient de soi et qu'on a un rôle actif là-dedand rend la décision bien plus consciente et éclairée que si on l'attribue à la simple fatalité.
 
Dernière édition :
Je dois avouer que j'ai du mal avec la notion d'idéaliser. Pour moi, idéaliser, c'est se construire une image mentale erronée, se cacher la vérité, consciemment ou non. Par exemple, quand on est enfant on idéalise nos parents parce qu'iels sont notre point de chute / image d'attachement / protecteurices. Est-ce qu'on aime moins ses parents lorsqu'on se rend compte que ce sont des humain-e-s comme les autres? Sauf en cas de relation toxique, non, on a juste une affection qui change de forme.

En couple c'est pareil : comme au début tu ne connais pas bien ton-ta partenaire, tu projettes sur ellui tes attentes. Sauf que ça, ça ne tient pas sur la durée; avec le temps va tout s'en va tu apprends à connaître l'autre, y compris... ses défauts.
Et les défauts sont autant constitutifs de la personnalité que les qualités! Donc idéaliser, au bout d'un moment, ça ne tient plus.
J'ai l'impression que c'est bien souvent la cause de la fameuse "crise des 3 ans" : au-delà les gens se "découvrent", et ça ne marche plus.

Au contraire, je pense qu'il est important d'être le plus objectif possible sur comment est son-sa partenaire, défauts comme qualité, et de ne tomber ni dans l'idéalisation aveugle (iel est parfait et correspond en tout point à ce que je veux), ni dans le défouloir permanent (iel n'a que des défauts qui me lea rendent insupportable et je ne sais pas pourquoi je reste), mais un juste milieu qui fait que nos valeurs, notre façon de fonctionner, nos projets, nos idéaux, ce qui compte vraiment pour nous soit là. On peut tout à fait être conscient-e des efforts à fournir et y consentir, sans pour autant idéaliser l'autre, et je suis persuadée que sur du long terme, s'idéaliser l'un l'autre n'est pas franchement sain.

Parce que quand on est idéalisé-e ça met aussi une certaine pression. Et quand ça craque, ça fait mal, et on prend en pleine poire l'impression que l'autre ne nous aime pas vraiment, mais une sorte d’ersatz qu'iel s'est construit.

Si idéaliser c'est juste donner le juste poids aux bons côtés et aux mauvais côtés (ne pas ranger ses chaussettes vs être altruiste et généreux, trouver 1 semaine de vacances super même s'il y a eu 1 matinée un peu bof, etc.), là bien sûr c'est important, c'est même pour moi LA condition sine qua non d'un couple qui marche. Mais se faire une fausse image... Non.
 
J'ai la même réflexion que @PingouinMasqué. Pour moi l'idéalisation de la personne avec qui nous sommes en couple implique forcément tôt ou tard un retour à la réalité. Et alors, qu'est-ce qui se passe ? C'est tout de même une grosse fragilité pour un couple qu'on veut faire durer. C'est sûr qu'on sera plus satisfait du couple mais on se bercera aussi d'illusions qui ne pourront pas durer éternellement.

Sinon, je rejoins @PoussiM, merci pour l'illustration de l'article ! :top:
 
Mouais je suis pas sûre qu'idealiser son partenaire fonctionne, mon ex le faisait et il ne s'appelle pas ex pour rien de
Il m'idealisait et lorsque je faisais/disait quelque chose (Je ne parle pas forcément d'un trait de défaut qui ressortait, même si cela s'y applique aussi) qui sortait de cette islamisation, il dechantait, ne comprenait pas, me rapprochait même de lui avoir montrer un faux visage! On avait d'autres problèmes aussi ^^
Il idealisait aussi la relation de couple, il avait une idée précise de ce que devait être une relation et dechantait lorsque notre relation sortait de son idealisation!
 
Parce que quand on est idéalisé-e ça met aussi une certaine pression. Et quand ça craque, ça fait mal, et on prend en pleine poire l'impression que l'autre ne nous aime pas vraiment, mais une sorte d’ersatz qu'iel s'est construit.
Je me permets de citer ce passage de ton message que je trouve assez juste (et d'ailleurs je suis globalement d'accord avec ce que tu as dit) : personnellement, je trouve cette idée "d'idéaliser" l'autre un peu déprimante car à mes yeux une des composantes essentielles d'une relation amoureuse c'est d'apprendre à se connaître l'un l'autre tels qu'on est réellement, et pas de se construire une image de l'être aimé qui n'existe que dans notre esprit. C'est même une perspective assez angoissante pour moi :erf: Je suis consciente des limites du concept même d'aimer quelqu'un "tel qu'il est" puisque la réalité objective n'existe pas et qu'on est forcément passé au filtre du regard que quelqu'un pose sur nous. Pour autant, je crois sincèrement que l'idéalisation se heurte nécessairement à l'épreuve de la réalité à un moment ou à un autre et qu'on ne peut pas en rester éternellement à l'image qu'on se fait de l'autre. J'avoue que je ne vois pas trop d'intérêt à une relation amoureuse où chacun vit dans sa propre représentation mentale de ce que l'autre devrait être. L'intérêt de se lier avec autrui (pas forcément dans une relation de couple d'ailleurs) c'est d'aller à sa rencontre, et vice-versa.
 
Telle que écrite par l'article de Madmoizelle et par celui de l'APS, cette étude peut difficilement nous apprendre quoi que ce soit.
Déjà, ce ne sont que des couples volontaires, qui font une étude sur trois ans, donc clairement :
- on peut supposer que les couples en conflits ne se portent pas volontaires pour ce type d'étude, ou moins (ou alors il faudrait faire une étude pour être fixées sur la question)
- on peut aussi supposer que si vous n'êtes pas dans une perspective de relation à long terme, vous n'allez pas non plus vous porter volontaire (et pourtant Dieu sait que des couples "one shot" ont pu être parfaitement satisfaisant pour les deux partenaire et que certains se sont inscrits dans la durée)
- ce ne sont que des couples qui ont un projet de mariage
Donc déjà, on part pas avec un panel très net.

Ensuite, j'ai un peu de mal avec le type de critères descriptifs qui sont utilisés en exemple : "bosseur, athlétique, avec un grand sens de l'humour" et de quelle manière on peut évaluer la "réalité" de ces caractéristiques.
Il ne s'agit pas de savoir comment l'autre se perçoit : parce que notre perception de nous même est biaisée. Pas seulement par rapport à l'estime de soi mais aussi par rapport à notre éducation (par ex, je trouve mon mari très attentionné, alors que pour lui ces marques d'attention sont une norme inculquée par son éducation, donc c'est plutôt moi qui suis une rustre à ne pas me souvenir de notre date d'anniversaire de rencontre).
Il s'agit aussi de savoir quel est notre référentiel personnel pour telle ou telle qualité.
Par exemple, j'ai tendance à penser que quelqu'un qui est adhérent à plusieurs clubs de sport rentre dans la catégorie des gens "sportifs". Cela dit, j'ai moi-même une pratique sportive très régulière (4 à 5 fois par semaine). Mais je ne me décrirais pas comme sportive, parce que 1) je ne vise pas de performance, 2) cette pratique est surtout un moyen pour moi de cultiver un lien social et garder une certaine forme physique. Donc si on me demande "est-ce que quelqu'un qui fait 3-4 entrainements de sport par semaine est sportif pour toi ?" je dirais plutôt oui. Mais si on me demande "est-ce que tu te perçois comme sportive ?" je dirai plutôt non. Paradoxal n'est-il pas ?
On a des curseurs personnels pour la plupart des critères qui font que c'est difficile d'évaluer si on idéalise le partenaire ou si on a soi-même une échelle personnalisée trop fluctuante.

Par ailleurs, on peut tout à fait être conscient des défauts de notre partenaire (le rangement, la ponctualité, l'anaarchie alimentaire...) et pour autant considérer que ce-tte partenaire est adapté-e à nos attentes en la matière.

Donc, @Justine_ ça :
Pour ma part, jusqu’à présent, je pensais qu’avoir conscience des défauts et trucs relous de mon cher et tendre aiderait notre relation à perdurer.
c'est pas du tout contradictoire avec l'étude en question.

En revanche (je m'en voudrais d'écrire tout un post sans faire ma vieille conne :cretin:) ça :
Je n’hésitais pas à lui faire remarquer, donc, qu’il était un râleur de première et que sa tendance à ne pas ranger ses chaussettes n’était pas compatible avec sa volonté d’être féministe.
c-à-d faire remarquer à sa moitié des défauts, c'est possiblement un facteur de non satisfaction et de durée d'une relation. Tout comme se satisfaire d'une personne ne revient pas à se couvrir les yeux pour ne pas voir ses défauts, voir les dits-défauts ne revient pas à les reprocher régulièrement à la personne en question.
 
Pour moi, il est impossible d’idéaliser longtemps quelqu’un avec qui l’on vit. Comme il lui est impossible de nous idéaliser plus d’un certain temps ;)

La vie domestique et ses trivialités sont bien faites pour retirer toute notion d’idéal, je trouve. Cela dépend certes de la hauteur à laquelle on place cet idéal, mais jusqu’à présent pour moi c’est imparable : vivre ensemble = fin de l’idéal. C’est l’entrée dans la réalité et ma foi, il peut y avoir d’excellentes choses.:)

J’ai cessé d’idéaliser mon mari dès notre emménagement commun, rien qu’en constatant à quel point il peut être ronchon. Il a eu sa part de déconvenues aussi, le pauvre :red:. Voilà 15 ans de cela et nous nous aimons sincèrement, sachant tous deux à quoi nous en tenir :highfive:
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes