tamago;3886538 a dit :
Sinon, pour poursuivre sur le sujet, je ne sais pas ce que vous en pensez mais j'ai l'impression que le sujet du viol est très présent en ce moment. Alors j'ignore si c'est un phénomène de mode actuellement chez les salauds, si c'est dû à la crise, si c'est l'évolution de notre monde qui le fait augmenter, ou si c'est simplement qu'on se décide enfin à aborder le sujet de façon plus sérieuse dans les médias... mais c'est quand même la troisième fois qu'on lis un article sur Mademoizelle à ce sujet depuis le début de l'année...et nous ne sommes qu'en janvier.

Je ne sais pas si l'Etat compte faire quelque chose d'efficace pour lutter contre cette épidémie, comme sensibilisé les jeunes dès le collège au respect de l'autre... mais si rien n'est fait va-t-il falloir que les femmes se montrent plus agressives et sur la défensives dès qu'elles sortent pour se protéger des agressions ?
Il est hors de question qu'on s'impose un couvre-feu, ou qu'on sorte habillées en nones pour aller en boîte comme si c'était NOUS les coupables... je pense que les femmes n'ont pas fini de se battre pour leurs droits.
Je pense pas qu'il y ait plus de viols qu'avant, je pense davantage qu'on ose enfin en parler. Et c'est plutôt positif.
Par contre la réaction politique tarde à venir... voire même on recule, avec la loi sur le harcèlement sexuel déclarée contraire à la constitution... bizarrement, une proportion anormalement élevée de plaintes pour harcèlement sexuel concernaient des élus, ou grands patrons. Bref, on est en effet loin d'avoir fini de se battre pour nos droits.
 
peroxysome;3879935 a dit :
ce témoignage pousse à réfléchir... L'alcool, la nuit, le viol se banalise... ça arrive trop souvent. Plus souvent qu'on ne le croit...
La fille n'est pas tout à fait d'accord mais tant pis.
En même temps, avec sa jupe courte et son déhanché sexy elle la bien cherché hein !

Bravo pour ton courage, le courage d'avoir dit non, de t'être défendue jusqu'au bout, le courage d'être partie. C'est déjà beaucoup.

Il y a un peu plus d'un an il m'est arrive quelque chose de similaire... j'étais bien éméchée, lui aussi. J'ai dit non plus d'une fois mais il insistait lourdement... puis j'ai craqué, j'ai laissé faire pour être débarrassée... ça fait plus d'un an et j'y pense encore régulièrement. Je veux effacer cette soirée de ma mémoire, je tente de me persuader qu'il ne s'est rien passé. Je n'en parle pas, mais j'ai appris que lui en parlait... il a couché avec moi dit-il. Moi j'ai mis un an avant d'avoir un autre rapport. J'ai aussi eu ce truc de ne plus vouloir plaire, fuir les regards, m'habiller mal, ne plus me coiffer.  ça commence à passer.
Le pire c'est que c'est un ami ... enfin c'était.

Mais voilà, moi aussi je me suis sentie coupable, coupable de l'avoir embrassé, coupable d'avoir mis cette robe, ces talons et de m'être maquillée.
Je me suis sentie coupable d'être une salope. Comme il l'a dit : "t'as couché avec X et Y tu peux très bien coucher avec moi !!!!"
Enfin ce soir là, je continue de m'en persuader, il ne s'est rien passé.

(ça fait du bien d'en parler.)
J'ai lu attentivement ton témoignage, et je risque d'en choquer quelques unes, mais j'ai deux choses a dire:

-je ne mettrais pas ton expérience au meme niveau qu'un viol au sens le plus pur du terme, pourquoi avoir cédé plutot que d'etre partie? il t'a menacée? si oui,je comprend, si non, j'avoue que je suis perplexe...

Cela dit, ne te traite pas de salope, c'est pas ce que tu as été, tu as été fragile dans ce cas précis, voila tout.
 
renny;3888789 a dit :
peroxysome;3879935 a dit :
ce témoignage pousse à réfléchir... L'alcool, la nuit, le viol se banalise... ça arrive trop souvent. Plus souvent qu'on ne le croit...
La fille n'est pas tout à fait d'accord mais tant pis.
En même temps, avec sa jupe courte et son déhanché sexy elle la bien cherché hein !

Bravo pour ton courage, le courage d'avoir dit non, de t'être défendue jusqu'au bout, le courage d'être partie. C'est déjà beaucoup.

Il y a un peu plus d'un an il m'est arrive quelque chose de similaire... j'étais bien éméchée, lui aussi. J'ai dit non plus d'une fois mais il insistait lourdement... puis j'ai craqué, j'ai laissé faire pour être débarrassée... ça fait plus d'un an et j'y pense encore régulièrement. Je veux effacer cette soirée de ma mémoire, je tente de me persuader qu'il ne s'est rien passé. Je n'en parle pas, mais j'ai appris que lui en parlait... il a couché avec moi dit-il. Moi j'ai mis un an avant d'avoir un autre rapport. J'ai aussi eu ce truc de ne plus vouloir plaire, fuir les regards, m'habiller mal, ne plus me coiffer.  ça commence à passer.
Le pire c'est que c'est un ami ... enfin c'était.

Mais voilà, moi aussi je me suis sentie coupable, coupable de l'avoir embrassé, coupable d'avoir mis cette robe, ces talons et de m'être maquillée.
Je me suis sentie coupable d'être une salope. Comme il l'a dit : "t'as couché avec X et Y tu peux très bien coucher avec moi !!!!"
Enfin ce soir là, je continue de m'en persuader, il ne s'est rien passé.

(ça fait du bien d'en parler.)
J'ai lu attentivement ton témoignage, et je risque d'en choquer quelques unes, mais j'ai deux choses a dire:

-je ne mettrais pas ton expérience au meme niveau qu'un viol au sens le plus pur du terme, pourquoi avoir cédé plutot que d'etre partie? il t'a menacée? si oui,je comprend, si non, j'avoue que je suis perplexe...

Cela dit, ne te traite pas de salope, c'est pas ce que tu as été, tu as été fragile dans ce cas précis, voila tout.
Pardon renny mais je ne suis pas de ton avis.
Pour moi, c'est un viol à partir du moment où elle a dit non clairement. Moi, j'ai mis du temps à comprendre que ce n'était pas parce que quelqu'un parlait fort ou avec assurance qu'il avait raison et moi tort.
On ne sait pas non plus toujours comment réagir, surtout éméchée.
Heureusement pour moi, je ne me suis jamais retrouvée dans une situation de ce type. Mais il y a quelques années, je ne savais pas vraiment dire non. Je me souviens, petite, d'avoir donné à des filles un objet auquel je tenais, parce qu'elles étaient plus grandes que moi et qu'elles insistaient beaucoup. Elles ne m'ont même pas menacée; mais elles parlaient plus fort, elles étaient plus sûres d'elles. Et je ne comprenais pas que j'avais le droit de dire fermement "Il n'en est pas question".
Bon, je l'ai dit, j'étais petite, et mon but n'est pas (mais alors vraiment pas !) de mettre ça sur le même plan qu'un viol. Simplement de dire que tout le monde n'a pas toujours l’aplomb nécessaire pour refuser de céder et partir.
Et puis ce n'était sûrement pas ton but, mais je trouve que ce message peut être un peu culpabilisant. Je pense que peroxysome regrette déjà de n'être pas partie.
Mais je rejoins renny sur le dernier point : tu n'as certainement été une salope, peroxysome. Il a abusé de la situation. Tu n'es pas coupable. Tu aurais d'ailleurs tout à fait le droit de porter plainte. (Tu peux toujours le faire aujourd'hui; tu le sais probablement mais le délai pour un viol c'est de dix ans (je crois; plusieurs années en tout cas))
Et je voudrais t'exprimer tout mon soutien et te souhaiter d'être heureuse à nouveau (pardon si c'est dit un peu maladroitement).

Quand à la Madz qui a témoigné, je pense, comme sans doute beaucoup d'autres Madzs (pas eu le courage de tout lire...) qu'aller témoigner serait un geste courageux et utile. Mais je suis consciente que c'est très difficile. Je ne peux pas dire comment j'agirais à ta place. J'aimerais croire que j'irais porter plainte, mais honnêtement, je n'en sais rien. Je ne pense pas qu'on puisse juger sans avoir vécu une telle situation.
Dans tous les cas, je trouve que tu as déjà été très courageuse de réagir comme tu l'as fait et de témoigner ici. Alors merci à toi. Quoi que tu fasses, saches que je suis de tout coeur avec toi.

(Pardon, j'avais posté mon 1er message par erreur alors qu'il était pas fini)
 
Dernière édition :
  • Big up !
Reactions : MinetteA
lune-bleue;3893242 a dit :
renny;3888789 a dit :
peroxysome;3879935 a dit :
ce témoignage pousse à réfléchir... L'alcool, la nuit, le viol se banalise... ça arrive trop souvent. Plus souvent qu'on ne le croit...
La fille n'est pas tout à fait d'accord mais tant pis.
En même temps, avec sa jupe courte et son déhanché sexy elle la bien cherché hein !

Bravo pour ton courage, le courage d'avoir dit non, de t'être défendue jusqu'au bout, le courage d'être partie. C'est déjà beaucoup.

Il y a un peu plus d'un an il m'est arrive quelque chose de similaire... j'étais bien éméchée, lui aussi. J'ai dit non plus d'une fois mais il insistait lourdement... puis j'ai craqué, j'ai laissé faire pour être débarrassée... ça fait plus d'un an et j'y pense encore régulièrement. Je veux effacer cette soirée de ma mémoire, je tente de me persuader qu'il ne s'est rien passé. Je n'en parle pas, mais j'ai appris que lui en parlait... il a couché avec moi dit-il. Moi j'ai mis un an avant d'avoir un autre rapport. J'ai aussi eu ce truc de ne plus vouloir plaire, fuir les regards, m'habiller mal, ne plus me coiffer.  ça commence à passer.
Le pire c'est que c'est un ami ... enfin c'était.

Mais voilà, moi aussi je me suis sentie coupable, coupable de l'avoir embrassé, coupable d'avoir mis cette robe, ces talons et de m'être maquillée.
Je me suis sentie coupable d'être une salope. Comme il l'a dit : "t'as couché avec X et Y tu peux très bien coucher avec moi !!!!"
Enfin ce soir là, je continue de m'en persuader, il ne s'est rien passé.

(ça fait du bien d'en parler.)
J'ai lu attentivement ton témoignage, et je risque d'en choquer quelques unes, mais j'ai deux choses a dire:

-je ne mettrais pas ton expérience au meme niveau qu'un viol au sens le plus pur du terme, pourquoi avoir cédé plutot que d'etre partie? il t'a menacée? si oui,je comprend, si non, j'avoue que je suis perplexe...

Cela dit, ne te traite pas de salope, c'est pas ce que tu as été, tu as été fragile dans ce cas précis, voila tout.
Pardon renny mais je ne suis pas de ton avis.
Pour moi, c'est un viol à partir du moment où elle a dit non clairement. Moi, j'ai mis du temps à comprendre que ce n'était pas parce que quelqu'un parlait fort ou avec assurance qu'il avait raison et moi tort.
Si on a
mais elle n'a pas dit non la jeune fille, elle dit elle meme avoir cédé pour qu'on lui foute la paix.

attention avec les mots, pour moi un viol c'est quand on ne veut pas, qu'on le signifie a corps et a cris, qu'on se débat, pas quand on accepte a contre coeur.

c'est d'une extrême violence qd  meme attention, mais le viol c'est encore autre chose. A moins qu'il y ai des nuances dans le viol.
 
renny;3893264 a dit :
lune-bleue;3893242 a dit :
renny;3888789 a dit :
peroxysome;3879935 a dit :
ce témoignage pousse à réfléchir... L'alcool, la nuit, le viol se banalise... ça arrive trop souvent. Plus souvent qu'on ne le croit...
La fille n'est pas tout à fait d'accord mais tant pis.
En même temps, avec sa jupe courte et son déhanché sexy elle la bien cherché hein !

Bravo pour ton courage, le courage d'avoir dit non, de t'être défendue jusqu'au bout, le courage d'être partie. C'est déjà beaucoup.

Il y a un peu plus d'un an il m'est arrive quelque chose de similaire... j'étais bien éméchée, lui aussi. J'ai dit non plus d'une fois mais il insistait lourdement... puis j'ai craqué, j'ai laissé faire pour être débarrassée... ça fait plus d'un an et j'y pense encore régulièrement. Je veux effacer cette soirée de ma mémoire, je tente de me persuader qu'il ne s'est rien passé. Je n'en parle pas, mais j'ai appris que lui en parlait... il a couché avec moi dit-il. Moi j'ai mis un an avant d'avoir un autre rapport. J'ai aussi eu ce truc de ne plus vouloir plaire, fuir les regards, m'habiller mal, ne plus me coiffer.  ça commence à passer.
Le pire c'est que c'est un ami ... enfin c'était.

Mais voilà, moi aussi je me suis sentie coupable, coupable de l'avoir embrassé, coupable d'avoir mis cette robe, ces talons et de m'être maquillée.
Je me suis sentie coupable d'être une salope. Comme il l'a dit : "t'as couché avec X et Y tu peux très bien coucher avec moi !!!!"
Enfin ce soir là, je continue de m'en persuader, il ne s'est rien passé.

(ça fait du bien d'en parler.)
J'ai lu attentivement ton témoignage, et je risque d'en choquer quelques unes, mais j'ai deux choses a dire:

-je ne mettrais pas ton expérience au meme niveau qu'un viol au sens le plus pur du terme, pourquoi avoir cédé plutot que d'etre partie? il t'a menacée? si oui,je comprend, si non, j'avoue que je suis perplexe...

Cela dit, ne te traite pas de salope, c'est pas ce que tu as été, tu as été fragile dans ce cas précis, voila tout.
Pardon renny mais je ne suis pas de ton avis.
Pour moi, c'est un viol à partir du moment où elle a dit non clairement. Moi, j'ai mis du temps à comprendre que ce n'était pas parce que quelqu'un parlait fort ou avec assurance qu'il avait raison et moi tort.
Si on a
mais elle n'a pas dit non la jeune fille, elle dit elle meme avoir cédé pour qu'on lui foute la paix.

attention avec les mots, pour moi un viol c'est quand on ne veut pas, qu'on le signifie a corps et a cris, qu'on se débat, pas quand on accepte a contre coeur.

c'est d'une extrême violence qd  meme attention, mais le viol c'est encore autre chose. A moins qu'il y ai des nuances dans le viol.
Mais elle a dit non, plusieurs fois même ! Elle a fini par céder peut-être mais elle a exprimé son refus à plusieurs reprises.
 
@renny , @Lune Bleue et @Barcelona :

Je ne sais pas non plus si on peut parler de viol pour ma petite histoire car c'était un ami et il n'y avait pas de vrai violence physique.

J'ai dis non à plusieurs reprise, pendant toute la soirée en fait, mais ça n'empêchait  pas les demandes répétées et les mains beaucoup trop baladeuses, donc au final, on s'est retrouvés isolés je-ne-sais-plus comment et j'ai cédé, mais j'ai vite stoppé le truc car je ne voulais vraiment pas. Je me suis faite engueulée d'avoir dis stop aussi vite d'ailleurs ...

C'est vrai que j'ai été faible. J'aurais certainement pu éviter ça. Mais j'étais bourée. C'est peut être ce qui fait de moi une coupable un peu mais en même temps, c'était chez un ami, c'était la fête.

J'ai au moins tiré quelque chose de "positif" , boire moins, là c'était pas "grave" mais ça aurait pu l'être dans d'autres circonstances.
 
@renny et @barcelona : j'ai édité mon premier post (je l'avais envoyé par erreur la première fois alors qu'il n'était pas fini) et il me semble que :
- comme l'a dit Barcelona, peroxysome a dit non plusieurs fois
- un viol c'est un rapport sexuel non consenti par l'un des partenaires non ? (je ne connait pas la définition exacte). Donc à partir du moment où elle n'était pas consentante, pour moi, il y a viol. Qu'est-ce que vous en pensez ?
 
peroxysome;3893456 a dit :
@renny , @Lune Bleue et @Barcelona :

Je ne sais pas non plus si on peut parler de viol pour ma petite histoire car c'était un ami et il n'y avait pas de vrai violence physique.

J'ai dis non à plusieurs reprise, pendant toute la soirée en fait, mais ça n'empêchait  pas les demandes répétées et les mains beaucoup trop baladeuses, donc au final, on s'est retrouvés isolés je-ne-sais-plus comment et j'ai cédé, mais j'ai vite stoppé le truc car je ne voulais vraiment pas. Je me suis faite engueulée d'avoir dis stop aussi vite d'ailleurs ...

C'est vrai que j'ai été faible. J'aurais certainement pu éviter ça. Mais j'étais bourée. C'est peut être ce qui fait de moi une coupable un peu mais en même temps, c'était chez un ami, c'était la fête.

J'ai au moins tiré quelque chose de "positif" , boire moins, là c'était pas "grave" mais ça aurait pu l'être dans d'autres circonstances.
Je n'avais pas vu ce post en envoyant mon deuxième message ^^.
Je crois vraiment que tu n'étais pas coupable, ni d'être bourrée, ni de ce qui s'est passé après. C'est lui qui ne t'a pas respectée, qui a refusé d'entendre que tu ne voulais pas.
Et ça me fait un peu halluciner qu'il ait osé t'engueuler pour avoir dit stop aussi vite. Tu n'as pas eu envie de lui foutre un poing dans la gueule ? Je ne dis pas ça pour porter un jugement ni rien, c'est juste que moi, ça m'aurait vraiment énervée je crois, alors que c'était lui qui t'avait forcée et tout...
Et le fait que ce soit un ami n'empêche pas du tout qu'il y ait viol ! Au contraire ! Je-ne-sais-plus-combien-mais-beaucoup-% de femmes sont violées par leur conjoint ou par des proches, et dans le cas du conjoint, c'est même une circonstance aggravante devant la loi.
Tant mieux si c'était pas "grave" comme tu dis, mais ça reste traumatisant non ? L'impression que ça me donne (et vraiment pardon si je juge trop vite ou ne comprend pas) c'est que tu cherches à minimiser un peu ce qui s'est passé, comme si en les niant les choses pouvaient disparaître. Mais bon, je ne peux pas savoir hein, je ne suis pas dans ta tête. C'est simplement que j'ai déjà vu des gens nier un évènement de ce type dans l'espoir que si l'on n'en parle pas ce soit comme si rien ne s'était passé. Mais c'est douloureux de refouler ce genre de trucs ou de les garder pour soi. (Encore une fois, désolée si je suis à côté de la plaque)

(Et juste, pour citer, il faut tout écrire en minuscules et mettre des - au lieu des espaces)
 
@lune-bleue (merci de m'avoir expliqué comment mentionner le gens au passage ^^)
je me disais bien que ton premier message n'était pas finit. Alors pour répondre :

[font='Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif]Je n'avais pas vu ce post en envoyant mon deuxième message ^^.
Je crois vraiment que tu n'étais pas coupable, ni d'être bourrée, ni de ce qui s'est passé après. C'est lui qui ne t'a pas respectée, qui a refusé d'entendre que tu ne voulais pas.
Et ça me fait un peu halluciner qu'il ait osé t'engueuler pour avoir dit stop aussi vite. Tu n'as pas eu envie de lui foutre un poing dans la gueule ? Je ne dis pas ça pour porter un jugement ni rien, c'est juste que moi, ça m'aurait vraiment énervée je crois, alors que c'était lui qui t'avait forcée et tout…
[/font]


[font='Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif]J'ai été en colère mais après. Sur le moment, avec l'alcool, tout ça, je n'avais pas les idées suffisamment claires pour bien réagir. Mais après, le lendemain j'ai passé ma journée à repenser à cette soirée avec le fameux "j'aurais du dire/faire ça ... " C'est bête mais je manque cruellement de cran (et encore que ça commence à venir) alors quand je suis dans une situation désagréable dans laquelle je devrais m'imposer, j'y arrive pas. C'est toujours après coup que je regrette et que je repense à la façon dont j'aurais dû agir. Enfin je pense qu'on est beaucoup comme ça !
Et le fait que ce soit un ami n'empêche pas du tout qu'il y ait viol ! Au contraire ! Je-ne-sais-plus-combien-mais-beaucoup-% de femmes sont violées par leur conjoint ou par des proches, et dans le cas du conjoint, c'est même une circonstance aggravante devant la loi.
Tant mieux si c'était pas "grave" comme tu dis, mais ça reste traumatisant non ?[/font]


[font='Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif]Oui assez. Surtout qu'il a eu des propos assez vexants et diminuants. Une bonne claque dans l'estime de soi (puis il faut dire que je suis très sensible à ce qu'on pense/dit de moi) [/font]

[font='Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif] L'impression que ça me donne (et vraiment pardon si je juge trop vite ou ne comprend pas) c'est que tu cherches à minimiser un peu ce qui s'est passé, comme si en les niant les choses pouvaient disparaître. [/font]

[font='Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif]Oui non mais c'est tout à fait ça. C'est un truc que je fais très souvent dédramatiser, oublier des situations que je juge désagréables. Je le fais pour tout. J'ai un peu du mal à affronter la réalité quand elle ne me plaît pas. Cette histoire par exemple, j'en ai jamais parlé, je l'ai "oublié" (même si j'y repense très souvent, dans mes rêve parfois aussi) j'ai tout mis dans un coin de ma tête.[/font]

[font='Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif] Mais bon, je ne peux pas savoir hein, je ne suis pas dans ta tête. C'est simplement que j'ai déjà vu des gens nier un évènement de ce type dans l'espoir que si l'on n'en parle pas ce soit comme si rien ne s'était passé. Mais c'est douloureux de refouler ce genre de trucs ou de les garder pour soi. (Encore une fois, désolée si je suis à côté de la plaque)[/font]

[font='Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif]Oui, parce que même si on y pense plus, il y a toujours un espèce de mal être qui persiste plus ou moins consciemment 
(Et juste, pour citer, il faut tout écrire en minuscules et mettre des - au lieu des espaces)[/font]
 
@lune-bleue (merci de m'avoir expliqué comment mentionner le gens au passage ^^)
De rien :)
je me disais bien que ton premier message n'était pas finit. Alors pour répondre :
[font='Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif]Je n'avais pas vu ce post en envoyant mon deuxième message ^^.[/font][font='Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif]
Je crois vraiment que tu n'étais pas coupable, ni d'être bourrée, ni de ce qui s'est passé après. C'est lui qui ne t'a pas respectée, qui a refusé d'entendre que tu ne voulais pas.
Et ça me fait un peu halluciner qu'il ait osé t'engueuler pour avoir dit stop aussi vite. Tu n'as pas eu envie de lui foutre un poing dans la gueule ? Je ne dis pas ça pour porter un jugement ni rien, c'est juste que moi, ça m'aurait vraiment énervée je crois, alors que c'était lui qui t'avait forcée et tout…
[/font]


[font='Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif]J'ai été en colère mais après. Sur le moment, avec l'alcool, tout ça, je n'avais pas les idées suffisamment claires pour bien réagir. Mais après, le lendemain j'ai passé ma journée à repenser à cette soirée avec le fameux "j'aurais du dire/faire ça ... " C'est bête mais je manque cruellement de cran (et encore que ça commence à venir) alors quand je suis dans une situation désagréable dans laquelle je devrais m'imposer, j'y arrive pas. C'est toujours après coup que je regrette et que je repense à la façon dont j'aurais dû agir. Enfin je pense qu'on est beaucoup comme ça !
[/font]

Oui je connais ça aussi malheureusement... Ruminer après coup parce qu'on aurait mieux fait de dire ça/ pas dire ça/ agir autrement/ ect...

[font='Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif]Et le fait que ce soit un ami n'empêche pas du tout qu'il y ait viol ! Au contraire ! Je-ne-sais-plus-combien-mais-beaucoup-% de femmes sont violées par leur conjoint ou par des proches, et dans le cas du conjoint, c'est même une circonstance aggravante devant la loi.[/font]
[font='Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif]Tant mieux si c'était pas "grave" comme tu dis, mais ça reste traumatisant non ?[/font]


[font='Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif]Oui assez. Surtout qu'il a eu des propos assez vexants et diminuants. Une bonne claque dans l'estime de soi (puis il faut dire que je suis très sensible à ce qu'on pense/dit de moi)
[/font]

C'est difficile aussi de se pardonner à soi-même de pas avoir agi comme on aurait voulu agir...

[font='Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif]
L'impression que ça me donne (et vraiment pardon si je juge trop vite ou ne comprend pas) c'est que tu cherches à minimiser un peu ce qui s'est passé, comme si en les niant les choses pouvaient disparaître. 
[/font]


[font='Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif]Oui non mais c'est tout à fait ça. C'est un truc que je fais très souvent dédramatiser, oublier des situations que je juge désagréables. Je le fais pour tout. J'ai un peu du mal à affronter la réalité quand elle ne me plaît pas. Cette histoire par exemple, j'en ai jamais parlé, je l'ai "oublié" (même si j'y repense très souvent, dans mes rêve parfois aussi) j'ai tout mis dans un coin de ma tête.
[/font]

"Oublier" une situation trop douloureuse, c'est un mécanisme de défense qu'on voit assez souvent... Le cerveau se rend compte que là, stop, pas possible, on peut pas affronter ça, et il met en veilleuse... Mais rien ne disparaît, rien n'est réglé, c'est juste en attente. Moi j'ai fait un peu ça pour le divorce de mes parents je crois... Bon d'accord j'étais petite, mais je ne me souviens absolument de RIEN concernant cette époque. Mais j'ai vu une psy après, ça m'a aidé à mieux comprendre d'où venaient des émotions qui sortaient parfois sans trop que je voie pourquoi.

[font='Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif] Mais bon, je ne peux pas savoir hein, je ne suis pas dans ta tête. C'est simplement que j'ai déjà vu des gens nier un évènement de ce type dans l'espoir que si l'on n'en parle pas ce soit comme si rien ne s'était passé. Mais c'est douloureux de refouler ce genre de trucs ou de les garder pour soi. (Encore une fois, désolée si je suis à côté de la plaque)[/font]

[font='Helvetica Neue', Helvetica, Arial, sans-serif]Oui, parce que même si on y pense plus, il y a toujours un espèce de mal être qui persiste plus ou moins consciemment
[/font]

Oui voilà, c'est ça que je voulais dire. Moi des fois dans ce genre de situation je m'invente des rituels, pour me libérer de ma colère, pour me demander pardon à moi-même, pour reprendre confiance en moi ou juste pour me sentir mieux...

(Et juste, pour citer, il faut tout écrire en minuscules et mettre des - au lieu des espaces)

PS: on peut peut-être continuer la conversation en MP pour pas trop polluer le forum ? (Si c'est pas déjà fait ^^)
 
Pour continuer sur le débat démarré par ces derniers posts, à mon avis :

Un consentement sous la pression n'est pas un consentement.

Un refus est un refus. Comme on le voit dans certaines manifs : "NO MEANS NO."

Pour moi, il n'y a même pas à débattre. Si tu le fais sans envie et que tu l'as signifié explicitement, et que le mec insiste, c'est un viol. Un garçon, c'est presque comme une fille, c'est-à-dire que ça a un cerveau, et ça sait quand tu te forces. Comment peut-on croire qu'il ne s'agit pas d'un viol si l'on se sent à ce point sale et coupable après un rapport sexuel?

Vous n'êtes pas responsables!

Prenez soin de vous :)
 
V

versus

Guest
Beaucoup de viols, énormément de viols, la majorité des viols se passent sans coups, sans violence, sans cri.

Vous connaissez surement la stratégie de la mort simulée dans la nature. L'être humain a cette même stratégie. face à une situation dangereuse, le corps peut se paralyser, et le cerveau sécrète des hormones proche de la morphine afin d'anesthésier la douleur. C'est cela qui fait que beaucoup de victimes se retrouvent incapables de se souvenir de leur agression, ce qu'on appelle l’amnésie post-traumatique.

Le corps se défonce lui-même pour passer l'épreuve sans encombre. Il n'y a pas de "je suis faible", "je manque de volonté". Comme les dépendances et les réactions aux drogues divergent d'une personne à l'autre, on ne réagit pas tous aux sécrétions de notre propre cerveau.

Qu'a fait l'auteure de l'article, en rentrant chez elle ? Dormir. La morphine a fait son action après la baisse d'adrénaline.

Le viol touche à la vie. La réaction face au viol est celle de l'instinct de survie. On ne décide rien. On ne maîtrise rien. On a de la chance ou non. Il n'y a rien au delà de ça.
 
  • Big up !
Reactions : Lulla94 and MinetteA

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes