J'ai subi du harcèlement au travail — Témoignage

17 Mars 2012
8
60
664
Rennes
Quand je lis tous ces témoignages, ça me "rassure" presque quant à ma mauvaise expérience (le mot est mal choisi, je n'en avais pas d'autres!). J'ai vécu un cas de harcèlement moral l'an dernier, et je ne sais pas pour vous mais dans ces situations on a tellement l'impression d'être seul.e au monde, parfois.

Je ne vais pas rentrer dans les détails car je ne voudrais pas que ma situation soit trop reconnaissable, quoiqu'il en soit je travaillais au sein d'une toute petite structure et pour cause : j'étais la seule salariée. Je devais tout gérer : communication, administratif, programmation, logistique etc. Tout, de A à Z, quand bien même ce n'était pas dans la fiche de poste au départ. Ce qui en soi était très formateur puisque j'ai beaucoup appris sur le tas pour de nombre de missions, et donc très intéressant, s'est avéré être un enfer.

J'aurais du m'en douter dès le début lorsque, lors de mes premiers jours, un ancien collaborateur de mon patron est passé récupérer quelques affaires en me disant : "un conseil, va-t-en d'ici le plus vite possible." Je le pensais aigri, je n'ai pas fait attention. Mes doutes auraient pourtant du être piqués d'avantage lorsque j'ai fini par comprendre que mon patron s'était mis énormément de personnes à dos, qu'il parlait à certains comme à des chiens, et même... qu'il avait fini aux Prud'hommes (mais ce n'était pas sa faute. Ce n'était jamais sa faute). Bref il avait une personnalité extravagante, très singulière, complètement perché et avec une propension à tout savoir mieux que les autres. Au début ça se passait bien, et puis quand je suis rentrée d'une formation de comptabilité dispensée grâce à un dispositif Pôle Emploi, j'ai compris.... Tout m'est tombé dessus.

En pleine réunion avec d'autres collaborateurs, il s'est mis à me gueuler dessus, sous prétexte que je ne trouvais pas assez vite une pièce de dossier comptable. En me scandant que je devais savoir faire, puisque je revenais d'une formation de comptabilité de 10 jours. J'avais beau me révolter en lui disant que je ne pouvais pas devenir comptable en une dizaine de jours, lui me soutenait que si. Que j'étais incompétente, tout cela parce que en sus de ne savoir retrouver une pièce dans les temps, je n'ai pas su répondre à une question comptable pointue (sachant que je n'avais eu aucune base, en dehors de ma formation très courte)

Tout s'est précipité à partir de ce moment. Je croulais littéralement sous le boulot. Et monsieur, sous prétexte qu'il ne savait pas faire ou n'en avait pas l'envie, me donnait des choses à gérer alors que c'était à lui de s'en occuper (comme disons... la gestion des salariés. A savoir moi. SPOIL ALERT : je n'avais aucune formation RH, ce n'était pas du tout mon domaine). Sans connaître les bases de toutes ces choses, je me devais de me débrouiller autant que possible, sans quoi il me passait un savon. D'élément indispensable, j'étais soudain devenue celle par qui tous les travers arrivaient. Même si de base ce n'était pas ma faute, ça me retombait forcément dessus. J'allais au boulot avec la boule au ventre, je faisais des crises d'angoisse, bref, l'horreur. En février, je décide d'aller voir mon médecin et comme une courge je ne lui ai demandé de m'arrêter que trois jours car ma conscience professionnelle ne me permettait pas de prendre d'avantage de repos. Qui s'occuperait de tout le travail en mon absence ? La machine s'arrêterait de tourner, je ne le désirais pas.

Puis j'ai repris le travail, et là ça s'est précipité puissance mille. Je recevais des blâmes pour avoir posé mes congés au "mauvais moment".... sachant que ce n'était pas moi qui posais mes congés, mais lui ! Un jour, une personne à qui nous avions loué une salle (but premier de la structure) y donnait une représentation. Fait exceptionnel, je ne pouvais pas y être, ce soir là. Mais mon supérieur lui, y était. Et bien la personne y donnant son spectacle n'avait pas pris la peine de nettoyer la salle derrière elle. Pour autant, mon cher patron se trouvant là, ne trouva guère le courage de le prier gentiment de passer l'aspirateur. C'est bien moi qui, par mail interposé, ait été jugée responsable de ce petit travers ménager. Ca a été la goutte de trop ; tombée en dépression, j'ai été arrêtée jusqu'à la fin de mon contrat. Ce n'était pas mon but premier mais arrivée dans le bureau de mon médecin, je me suis mise à pleurer à chaudes larmes avant même de pouvoir lui expliquer ma situation, j'étais vraiment à bout. Je crois que, ayant déjà eu une mauvaise expérience lors d'un stage quelques années plus tôt, mon corps me criait "stop" (je ne parvenais plus à dormir ni à manger) J'ai été en contact avec les Prud'hommes mais je n'ai pas osé aller jusqu'à la confrontation. Car je croyais que le problème venait de moi, et pire encore : ma dépression n'étant pas "visible", je passais pour celle qui jouait la comédie (pas auprès de mes proches, heureusement). Puis un jour, j'ai été mise en contact avec la directrice de mon Pole Emploi qui a mis le mot sur ce souci : "harcèlement moral". Sans même que je ne lui explique de fond en comble, elle l'avait compris. Car ayant eu elle-même plusieurs échanges avec ce monsieur, elle l'avait trouvé très agressif et discourtois (et encore, c'est un euphémisme). En bref, elle avait bien cerné le personnage, contrairement à moi.

Ca a été difficile pour moi car dans ces moments là, on peut commencer à douter. On ne sait plus si ce sont nos compétences qui se trouvent être réellement mauvaises, ou si c'est la personne face à nous qui a raison. On n'a pas conscience d'être dans un engrenage de harcèlement, ça peut être très difficile de mettre un mot dessus. Fort heureusement, j'ai été soutenue par mes amis et mes proches, et je ne les en remercierai jamais assez. Alors oui, ce genre de situation peut arriver, malheureusement. Non ce n'est pas ad vitam (heureusement!). Mais surtout, entourez-vous. C'est important :loveeyes:
 
18 Décembre 2014
4
5
54
31
J'ai eu une expérience de 6 mois dans une association et je me demande si il s'agissait de harcèlement morale car c'était vraiment ait de façon .. caché ou vicieuse.
Dite moi ce que vous en penser ?

Toute d'abord pour un contrat de remplacement ( 6 mois ) j'ai réaliser une phase de "transition" avec la personne que je devais remplacer...
Cette personne était sensé m'aider pour que je puisse assurer son remplacement... à la place cette personne m'enfonçait à chaque fois et me rabaissait. Elle m'appelait tous le temps ( alors qu'elle savait que j'était en voiture ou en rendez vous) pour des questions vraiment stupides et m'envoyait des messages ( genre des pavé toutes les 50 seconde ) durants mes jours de repos pour bien me dire que j'avais merdé et que j'était vraiment incompétente.
D'autre part je remarquais que son comportement était pareil avec les personnes dont ont s'occupait. Elle était dans la toute puissance et tous sauf bienveillante...
A son départ, de nombreux incident se sont passer. Des vols, des dossiers disparus, des papiers très important envolé, les portes du locales ouverte le matin à mon arrivé bref ..

Après une grosse remise en question à ne pas arrêté de me ressasser toutes mes journées pour savoir si c'était moi qui merdais j'ai fini par en parler à ma direction ( non présente sur le site où je travaillais).
Ma direction à écouter mes remarques autant au niveau des incident que de sa façon de travailler très spéciale et ce fut fini.

Au final j'était contrôlé, épié, fliqué, par ma direction... A un tel point que j'ai fini par me mettre en arrêt maladie pendant presque trois mois car je ne dormais plus, et j'avais mal au ventre sur le trajet, je pleurais à chaque petite cause de stresse, BREF c'était vraiment dur...

Après mon arrêt maladie je décidais donc de partir à la fin de mon contrat alors qu'il y avait une grande possibilité pour un renouvellement.
C'est d'ailleurs pour cela que ma direction ne souhaitait pas me donné de date de fin de contrat. OUI OUI un CDD sans date de fin sa existe et c'est légale...
J'avais des tas de projet pour ma fin de contrat qui me permettait de tenir et au fur et à mesure il disparaissait car je ne savais pas quand était mon véritable départ..

Il y a des bon points sur cette expérience:

J'ai été bien soutenus par des collègues qui mon maintenus jusqu'au bout.
J'ai appris à prendre énormément de distance avec mon travail et j'ai appris à ne pas prendre les choses trop à coeur.

Car je dois préciser qu'au tous début ma direction était assez sympathique, très à l'écoute et limite amicale, MAIIIIIS en vérité ma direction était maternisante et infantilisante. VOILA LE COTÉ CACHÉ ET VICIEUX..

Voilà je tenais à partager cette expérience, je ne sais pas encore si c'est du harcèlement morale ou juste le monde du travail qui est comme sa en tout cas même si cela était dur j'ai tiré de bonne leçon de cette expérience.
 
15 Février 2016
3
7
14
32
Contente que ce genre d'article fasse enfin surface, on ne parle pas assez des alternants sur ce point là. On vente beaucoup l'aternance comme "La voie de l'insertion professionnel", dans tout les domaines et à tout les niveaux.
Mais on ne parle pas de la pression qui pèse sur beaucoup d'entre nous car "on joue notre carrière" et que du coup on ose pas parler.
Les entreprises pour beaucoup d'entre elles, avec ce que j'entend, use de ce pouvoir. Personnellement mon tuteur passe son temps à me comparer à d'autres, me rabaisser continuellement et me faire comprendre que suis une nulle et ça depuis plus de 2 ans (j'ai réalisé il y a peu de temps, la naïveté de mon âge peut être), son excuse ? Pour lui c'est la meilleure façon pour me tirer vers le haut. Et bien non je ne suis pas d'accord il faut arrêter de nous faire croire que c'est en nous écrasant qu'on va réussir, ça marche probablement pour certains, mais pour d'autres ça nous bouffe de l'intérieur et aujourd'hui je suis en fin de parcours et je me demande constamment "je vaut quoi au final", ma famille, mes amis, mon chéri ne reconnaisse plus la fille pleine de vie que j'étais avant. J'ai l'intention de me relever et de redevenir cette fille là mais toute cette expérience a surtout détruit mes ambitions et détruit la vision du métier qui me fessais rêver avant tout cela.
Il faut parler !! Au lieu de vouloir réformer l'orthographe (bien que je ne sois pas très douée ^^). Il serait plus intelligent de nous apprendre à faire face et savoir réagir à ce genre de situation, de savoir "être" face à des gens qui on 10-20-30 ans de plus que nous.
Voilà en tout cas chapeau bas à cette fille.
 
9 Mars 2015
25
35
174
36
Gilly
.
Ce qui est étonnant c'est que j'ai toujours été agréable avec tout le monde, j'ai toujours tenté de tout faire bien, j'ai fait tout ce qu'on me demandait dans ce stage: à savoir : je suis allée à la banque, aux impôts, au palais de justice, à la cour des comptes, à la chambre de commerce faire leurs démarches. Je fais l'accueil, le standard, les scans, le rangement des documents, l'archivage, le courrier, les envois fedex.
Sachant que j'ai eu trois placards remplis à rabord à archiver ce qui m'a pris deux mois sur un stage supposé de six mois à faire que ça. JE suis écoeurée.
J'ai décidé de partir au bout de quatre mois.

Et mon expérience ne s'arrête pas là : le patron fondateur de la boîte me drague ouvertement, et ça fait rire et jaser les autres. Ils m'ont prise en photo avec lui alors qu'il était avachie sur moi à mon bureau car il vient me voir souvent et s'envoie ça en se marrant.
Ce même boss m'a invitée à déjeuner et m'a fait des remarques sur mon physique (flatteuse mais déplacée), et m'a dit qu'il était chagriné que je parte, qu'il aimait ma présence pour finalement faire volt face et me dire que c'était une bonne chose car on pourra se voir une fois mon stage fini et que ce sera "plus simple".
L'ANGOISSE ! Il est tactile et carrément collant, mais c'est la seule personne qui me sourit, qui vient me voir ... L'enfer.
Je pense que j'ai attiré la haine de certains car les boss sont assez odieux et passent leur nerf sur eux mais pas sur moi avec qui ils sont adorables... Mais qu'est ce que j'y peux moi ?

Voilà mon expérience de merde, j'ai hâte de partir, parfois j'aimerais leur faire un coup bas, ou m'exprimer ouvertement sur cette expérience navrante...

En fait, j'ai eu le même genre de problème, c'est justement parce que tu fais trop bien ton boulot que ça les embête! Parce que si tu continues à si bien faire, les chefs vont finir par se demander à quoi elles servent ces bonnes à rien ^^ enfin certainement pas ton chef dégoutant, celui-là c'est un obsédé c'est clair! Je comprends parfaitement tes angoisses...
N'hésite pas à en parler justement, ça te fera du bien et puis surtout, tu finiras par te rendre compte que tu n'es certainement pas la seule dans le cas! Courage!
 
23 Juillet 2015
11
49
74
Bonjour à toutes et à tous,

Je suis confortée dans mon impression que le harcèlement moral et sexuel se banalise, c'est affligeant. J'y ai moi-même été confrontée à plusieurs reprises donc je compatis totalement avec les témoignages en présence.
Merci à l'auteure d'avoir posé des mots sur ce qu'elle a vécu et à chacune des filles en commentaire.

Pour répondre à @Bitonio, même si tu es en stage, tu es indemnisée lorsque tu es en arrêt maladie. Ce n'est plus ta boîte qui te paie, c'est la sécurité sociale, mais ça revient au même pour toi. Ce qu'il peut arriver, c'est que tes 3 premiers jours d'arrêt ne soient pas payés (on appelle ça des jours de carence), mais 3 jours de moins pour une fin de stage apaisée, je pense que ça vaut le coup :)

Nous vivons toutes et tous des moments compliqués au boulot, c'est inévitable car personne n'est parfait, ce qui me semble le plus important pour discerner une situation de harcèlement d'une situation de "recadrage" (tu as mal fait ton boulot, mais on va faire en sorte que ça change) c'est de se poser en soi-même la question "est-ce que ce que me dit mon/ma chef ou mon/ma collègue me permet de progresser ?". Si la réponse est "oui", ça va, ça veut simplement dire que je dois m'améliorer sur tel ou tel point, et surtout quand on est alternant et stagiaire c'est normal. Si la réponse est "non", il faut faire attention, car vous êtes peut-être en situation de harcèlement et il devient important de tout faire pour vous protéger.

Je ne suis pas une experte en la matière, mais je vais tenter de vous donner quelques conseils pour vous protéger :

1. Partir de l'entreprise -> c'est le plus évident, mais pas forcément le plus simple car, comme beaucoup l'ont dit, il y a souvent la carrière en jeu. Après, honnêtement, relativisons. Vous êtes en CDD/CDI ok, mais si vous êtes en stage ou en alternance, honnêtement, changer de job ne va pas vous empêcher d'avoir un parcours brillant. Vous êtes dans la période où trouver un poste est le plus facile car vous ne coûtez pas cher aux entreprises, profitez-en !

2. Faire miroir à la ou aux personne(s) qui vous harcèlent. Ma technique était parfois de reprendre des éléments de langage et de les retranscrire par mail pour signifier à la personne que j'allais mettre en oeuvre ce qu'elle avait demandé. Ex : Machin, suite à nos échanges de ce matin, j'ai bien compris qu'il était primordial pour toi de faire ci et ça comme ça, je te propose de faire un point sur mon prochain travail tel jour". C'est totalement neutre, mais ça a 2 intérêts : ça factualise votre situation (si jamais vous voulez aller jusqu'aux Prud'hommes) et ça peut amener à faire réfléchir la ou les personnes qui vous harcèlent.

3. Lorsque vous recevez des commentaires désobligeants, interrogez la ou les personnes sur comment il(s) ou elle(s) pensent que vous pourriez faire mieux. Ça vous permettra d'avoir des pistes de progression (et quand vous êtes en stage ou en alternance, vous pouvez jouer la carte à fond car vous êtes en situation d'apprentissage) car il ne faut pas oublier que beaucoup de manager/tuteurs ne savent pas faire des feedback utiles et, si c'est juste des remarques méchantes gratuites, la ou les personnes vont se retrouver assez bête(s).

4. Forcer la ou les personnes à factualiser ce qu'elles vous reprochent.
Souvent, mais pas toujours, ce genre d'harcèlement ne s'appuie sur aucun fait tangible. Donner des faits va obliger votre interlocuteur à moduler son propos. Ex : J'ai bien compris que tu trouvais que je travaillais lentement, mais à quel sujet penses-tu ? En combien de temps estimes-tu que j'aurais dû réaliser ce travail ?

5. En parler avec l'intéressé-e-s. On ne sait jamais. Le plus efficace dans ce cas est toujours d'être factuel, d'insister sur votre ressenti (et de ne pas mettre en cause les compétences de la personne), de l'interroger sur ce qui pourrait être mis en place pour que la situation s'améliore et d'apporter vous-mêmes des propositions. Ex : Ok, la qualité de mon travail ne te convient pas, du coup, ce que l'on peut mettre en place ce sont des points plus réguliers pour que j'aille tout de suite dans la bonne direction et s'assurer tout au long de mon travail que ce que je fais correspond à tes attentes.

6. Notez ce qu'on vous dit
. Comme l'auteure, prenez un carnet et notez ce que les personnes vous disent. Vous aurez plus de facilité à en parler à d'autres et à demander leur avis. Cela vous permettra aussi de tenter d'analyser les éléments de discours et de déceler les tentatives de manipulation. Par exemple, tout ce qui relève de la culpabilisation = manipulation (ex : "à cause de toi, on ne rendra pas le projet à temps", "tu nous as planté tel sujet"), tout ce qui relève de grandes vérités sans aucun fait = manipulation (ex : "tout le monde pense que tu es prétentieuse/fainéante").

7. Regroupez tous les éléments écrits qui indiquent un harcèlement. Ça vous permettra d'avoir des preuves si vous tentez les prud'hommes et ça vous aidera aussi à analyser et en parler cf point 6.

8. En parler aux RH. Effectivement, ça ne marche pas toujours, ils y en a de plus malins que d'autres (je suis bien placée pour le dire :) ), mais ça peut aider. Malgré tout, ils sont de plus en plus sensibilisés à ces problématiques et pour peu que vous ne soyez pas la première/le premier, ça peut faire bouger les choses. Pensez à venir armé-e : tous les éléments écrits que vous avez collectés, toutes les stratégies que vous avez tenté de mettre en place. N'oubliez-pas de mettre en avant le fait que vous souhaiteriez que la situation évolue : la RH n'est pas un psy, elle est là pour agir donc il faut la remettre dans ce rôle là. A la fin de l'entretien, vous pouvez mettre un petit coup de pression supplémentaire en restituant par écrit tous vos échanges, ça ne fait pas de mal et encore une fois ça pourra aider votre dossier.

9. Vous faire arrêter par votre médecin ou le médecin du travail. Allez-y franco et videz votre sac et votre mal être. Si votre médecin refuse, allez en voir un autre. Ne négligez-pas cette option, comme je l'ai dit plus haut, quel que soit votre statut, vous serez dédommagée pendant votre arrêt et il vaut clairement mieux prendre un temps pour se reposer et s'éloigner pendant ce genre de situation.

10. Montez un dossier pour aller aux prud'hommes. Ça peut faire peur et paraître compliqué, mais ça peut aussi vous permettre de légitimer ce que vous avez vécu. Si vous ne savez pas à qui vous adressez, n'hésitez pas à regarder votre contrat d'assurance habitation (ou celui de vos parents), souvent, une assistance juridique est comprise dans le tarif et une personne peut vous donner des conseils sur votre procédure juridique, le tout gratuitement (elle est pas belle la vie ?).

Courage à toutes et à tous en tout cas, j'espère que ces conseils pourront vous être utiles :)
 
M

Membre supprimé 155015

Guest
@Poppyflow merci pour tout ça.

Parfois je me tâte à aller aux prud'hommes, mais c'était il y a 3 ans, et mes autres collègues qui ont démissionnées pour les mêmes raisons refusent de replonger dedans :/ et c'était en Angleterre...

Je m'en veux. J'aimerais parfois envoyer un mail bien senti à mon ancien manager qui ne m'a pas soutenu. Il m'a montré de l'humanité certes, mais l'important c'était que je la ferme. Je suis en colère.
 
24 Novembre 2008
42
172
4 679
Clichy
Bonjour à toutes,

Tout d'abord merci pour ce témoignage qui permet de se rendre compte qu'on a pas été seule à vivre ce genre de merd**!

J'ai également vécu ce genre de situation lorsque j'étais en bac+3 au sein d'une petite structure.
J'étais aussi en alternance à cette période.
Pour ma part il s'agissait plus de harcèlement sexuel, un de mes collègues qui était très gentil dès mon arrivée à commencer à me balancer des vannes de cul ... ça me faisait rires mais au fil du temps il commençait à devenir lourd.
Il est ensuite passé à un niveau supérieur puisqu'un jour à ma pause déjeuner, j'étais assise en train de feuilleter un magazine et il est venu à mon niveau pour faire genre " je regarde en même temps ce que tu lis" mais il ne sait pas gêner pour se frotter sur mon côté, je n'ai rien compris à ce moment.
Gros traumatisme quelques heures plus tard puisque je venais de comprendre ce qu'il avait fait...puis toute la journée il passait devant mon bureau et me faisait des sourires bizarres, il m'envoyait des mails etc...
J'ai pété un câble et me suis mise en arrêt après cette journée.

J'en ai parlé à une amie car je pensais être fautive et elle m'a clairement dit que je devais en parler à mon tuteur.
J'ai suivi cette démarche, sauf que mon tuteur lorsque j'en ai discuté avec lui, m'a fait comprendre que c'était moi qui était en mode dragouille avec ce collègue ( il était quand même marié )... donc j'ai même pas cherché à comprendre, j'ai attendu patiemment en imposant un max de distance entre ce conn*** et moi.

J'ai attendu la fin de mon contrat et me suis tiré de cette boite.
 
  • Big up !
Réactions : copaulette
9 Mars 2014
4 008
33 409
4 674
lutinreveurblog.wordpress.com
@marcotte: Pour moi aussi tu as subis du harcèlement, de façon très vicieuse en plus. J'espère que tu vas mieux :hugs:
A partir du moment ou un job vous rend malade, vous angoisse, c'est qu'il y a un norme problème, ce n'est pas normal de faire des crises d'angoisses en pensant au travail. Je sais que même si des carrières sont en jeux, protégez-vous. Votre santé est plus importante que votre travail. On est vraiment dans une société qui valorise (à tort) plus que tout le travail au détriment de pas mal de choses et qui vous paralyse lorsqu'il s'agit de dire "stop".
Ces rôles sont attribuées depuis l'école, on est uniformiser et on en oublie les spécificités de chaque individus: ce qu'il faut c'est des résultats sinon next. Et bien sûre pas mal de gens croient à tort que le harcèlement au travail est "formateur" que mettre la pression sur les employés apportera de meilleurs résultats.
Vous remarquerez que c'est un peu la même chose avec une autre forme de harcèlement: le harcèlement scolaire: au début quand on commençait à en parlait, beaucoup disait: "mais ça leur forme le caractère": avec une mentalité comme ça qui perdure, c'est évident qu'il allait y avoir un gros problème dans le monde du travail. C'est vrai que c'est étrange de faire un lien entre harcèlement scolaire/harcèlement du travail mais encore aujourd'hui beaucoup de gens ne prennent pas ce genre de problème au sérieux. Et je ne parle même pas du harcèlement sexuel pour les filles qui commencent très tôt aussi et qui les suivent quasiment toutes leur vie, ce harcèlement dans les cours d'école qui est minimisé, voir encouragé ("mon fils t'es un homme")....Sans oublié les discrimination raciale, on parle souvent de discrimination à l'embauche mais j'ai également vu (il y a très longtemps) le témoignage d'une femme racisée qui travaillait dans une entreprise: elle subissait un joli cocktail de racisme et de sexisme et a fini en arrêt maladie avec une perte total de confiance en elle. Je me suis même demandais si les gens dans son entreprise étaient des êtres humains :oo::oo:

C'est pas pour rien si la France est le premier consommateur d'anti-dépresseur. Surtout que je connais des gens qui ont travaillés en Finlande, Suède, Norvège et qui m'ont dit que oui, le monde du travail est très dur chez eux et c'est très "facile" d'être licencié, mais qu'ils se sont sentis beaucoup plus en confiance et qu'ils n'ont jamais été harcelé comme ça avait été le cas en France. Après, je dis pas que les cas de harcèlement n'existent pas dans ses pays, ça serait complètement faux mais ils se donnent les moyens de lutter contre.
 

Andorinita

Couve une petite Chouquette <3
18 Décembre 2012
1 078
4 690
3 524
@Bitonio :hugs:C'est super que tu sois arrêtée. Ne te sens pas obligée d'y retourner "pour faire face" si tu ne te sens pas... Et je te conseillerais aussi d'arrêter de répondre au boss :erf: Ou bien de lui demander de manière polie de ne plus t'écrire ce genre de message complètement déplacés. En plus, ton stage est terminé, donc ça ne t'isolera pas plus... Courage :hugs:
 
  • Big up !
Réactions : Bitonio

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes