@Mymy je comprends l'idée, c'est pour ça qu'à l'origine quand le témoignage a été publié j'avais décidé de m'abstenir de poster mon commentaire parce que je pouvais m'en passer et survivre, et que dans le fond je comprends le témoignage de cette Mad et je suis aussi passée à peu près par là (et si elle me lit je préfère préciser que je n'ai effectivement rien contre elle personnellement et j'espère que mes remarques ne l'ont pas blessée, je ne pense pas du tout que c'est une horrible personne).
Mais le problème c'est que le lendemain il y a eu le Génération Mad, alors on est plusieurs a avoir finalement craqué notre slip. Perso c'est l'assemblage des deux qui a fait que j'ai trouvé ça lourd.
Je n'ai pas l'impression que ça puisse montrer aux gens que la sexualité est fluide ou qu'elle peut changer, parce que le truc de la fille hétéro qui a une expérience homosexuelle mais revient à sa vie hétéro c'est déjà un schéma qui me paraît tout à fait courant et admis, voir souhaitable parce que c'est "cool" (et je précise, je ne dis pas que la Mad qui a écrit ce témoignage est hétéro ou whatever, je schématise et je dis juste que si on regarde la trame de son récit ça ne change pas de tout de ce qu'on voit d'habitude quand on parle de "lesbienne" : 1 - hétéro -> 2 - peut être amoureuse d'une fille -> 3 - retourne avec un garçon.
Pour moi ça n'est pas exceptionnel parce que l'issue (de ce témoignage en tout cas, qui ne va pas forcément représenter la vie entière de l'autrice j'en suis consciente), ben c'est qu'elle retourne avec un garçon, même si elle dit que ça peut changer, que c'est fluide et qu'elle ne se met pas dans une catégorie, ben globalement ça rejoint les millions de récits de "phase lesbienne".
Je ne dis pas que ça en est une en vrai, mais ça peut agrémenter le moulin de la théorie de la phase. Du coup je ne vois pas trop ce que ça peut apporter, mais c'est peut-être parce que je ne suis pas hétéro que je n'arrive pas à comprendre le truc, je sais pas.
Pareil pour le génération Mad : les filles hétéros qui ne sont "pas fermées à une relation avec une autre fille", ça ne me paraît pas exceptionnel, j'ai même l'impression que ça a tendance a devenir la norme, mais pour autant ça ne supprime pas la lesbophobie. ça rend juste ça admis pour un temps (avoir une "expérience" avec une autre fille), et de toute façon ça a toujours été admis puisque c'est même pas une vraie sexualité alors c'est quand même pas bien grave et c'est même un peu cool, dixit les rageux homophobes.

:fleur:
 
Je me permets de donner mon point de vue qui rejoint celui d'autres madz ici. Je pensais au début de ma lecture (du témoignage) que c'était une histoire similaire à la mienne et dans laquelle j'allais me reconnaître, puisque jusqu'en première je n'avais "aimé" que des garçons avant de tomber très amoureuse d'une fille. Mais là où ça diverge, c'est que moi ça a été un déclic pour comprendre ma sexualité. J'ai compris à ce moment là que si j'avais "aimé" (je mets aimé entre parenthèses car j'ai compris seulement avec les filles ce qu'était le sentiment amoureux) des garçons, c'est parce que j'avais essayé de me conformer à l'image de la femme parfaite que véhiculait la société.
Or, même si je ne blâme absolument pas cette madmoizelle pour son parcours et ses sentiments (ils sont légitimes et normaux), le fait d'avoir eu cette "expérience homosexuelle" avant d'en "revenir" à l'hétérosexualité, je trouve moi aussi que ça donne un côté "exceptionnel" à l'homosexualité féminine. C'est un peu comme si c'était un truc à tenter une fois dans sa vie, comme un saut en parachute. Et dans ces cas là, c'est admis par la société : les parents qui disent "oh, ça lui passera", les amis qui trouvent ça cool. Or il n'y a rien d'exceptionnel dans le fait de tomber pour une fille quand on est une fille, même si c'est passager, même si c'est pour la vie.
Cette expérience a surement été marquante pour la mad qui a témoigné, je ne dis pas le contraire, mais ça reste personnel, et je ne trouve pas que ça fasse avancer le débat ni la lutte contre l'homophobie, ça pourrait même tendre à être le contraire :/
(pas le temps de me relire, excusez mes éventuelles fautes)
 
Euh quand on est hétéro il n'y a pas vraiment la question d'assumer ou pas... :shifty:
Ca dépend, de quoi tu parles? Assumer le fait d'être hétéro en général ou assumer sa sexualité hétéro?
Moi je me considère comme 'hétéro' : je peux être attirée par les filles mais je tombe amoureuse des garcons, il n'en reste pas moins que ma sexualité est difficile à assumer comme beaucoup de sexualités le sont mais je pense que tu parles du fait d'être hétéro en général non? Là je suis d'accord avec toi il n'y a pas besoin d'assumer quoi que ce soit (encore qu'il ne faut pas neg quelqu'un qui pour une raison x ou y aurait du mal à assumner) . Mais rentrer dans les détails de sa pratique de l'hétérosexualité en disant ou on se trouve sur le spectre (on peut être hétéro et autochorisexuel -partiellement mon cas-, ou demi-sexuel, ou assexuel etc etc etc) peut être compliqué pour peur que l'on soit légèrement à l'écart de la norme.

Mais ca me permet de rebondir sur là ou je voulais en venir : depuis quelques années, et c'est un phénomène que j'encourage, la parole s'est énormément libérée. Je vais parler du spectre hétéro et seulement du spectre hétéro, je n'ai pas les connaissances suffisantes pour prétendre parler pour le spectre homo ou bi ou pan.

Depuis quelques années donc, à moins que ce soit moi qui atterrisse, on commence à expliquer aux jeunes que leur sexualité, leur appartient et ne doit pas correspondre à une norme (OUF ENFIN). Des pratiques ou des comportements jusque là marginalisés, alors que courant, sont sortis du placard, je pense notamment au domaine de l'asexualité, de la demi sexualité et à l'inverse le poly-amour, l'amour fluide... Bref on en parle et on apprend à assumer. On voit fleurir énormément d'excellents sites millitants ou du moins informatifs qui apprennent à toutes les sexualités à s'assumer.

C'est de là que résulte l'article de cette madz je pense, l'envie elle aussi de raconter ou elle s'était un moment trouvé sur le spectre, partager son expérience comme des centaines de gens qui ont un jour "dévié de la norme" (Hello le monde entier!) et veulent dire : C'est OK, et si ca m'a plu c'est le plus important et ca m'a appris des choses sur moi même, m'a fait du bien etc etc...

Le fait que ce soit super agacant pour ceux qui tombent par défaut amoureux de leur sexe, je le concois parce que le problème de cet article c'est qu'il ne peut pas parler à tout le monde. Parce que cet article est hétérocentré. Je pense que c'est bien de faire des articles hétérocentrés, des articles homocentrés et des articles pour tout le monde mais celui ci ne pouvait pas se prétendre généraliste.
Le fait qu'elle soit tombée amoureuse d'une fille ca n'a rien de chelou, mais c'est vrai que lorsqu'on est 100% habitué et attiré par un genre cela peut surprendre de changer de goût d'un coup.
Ca vaudrait peut être le coup de faire aussi un article par exemple sur une madz homo qui un jour aurait crushé sur un gars? Ou en tous cas multiplier les expériences de tout le monde... Parce qu'au final même si ca agace, à raison, ce genre de témoignages - pas celui ci en particulier- font quand même beaucoup de bien à beaucoup de monde en remettant en question le concept d'une sexualité unique, la même pour tout le monde. Et quand on voit la culpabilité que des désirs "déviants" (laissez moi rire) font naître chez beaucoup de gens, ca vaut peut être le coup de multiplier les témoignagnes qui confirment que c'est ok, qu'on a fait de mal à personne et que l'important c'est que cela nous ait fait du bien.

Désolée, mon message est un peu confus mais je me pose de plus en plus de question sur ce fameux "spectre", que l'on soit homo, hetero, bi, pan... il est tellement large qu'il est souvent difficile de se définir totalement et surtout de l'exprimer correctement.
 
Dernière édition :
Moi je me considère comme 'hétéro' : je peux être attirée par les filles mais je tombe amoureuse des garcons, il n'en reste pas moins que ma sexualité est difficile à assumer comme beaucoup de sexualités le sont mais je pense que tu parles du fait d'être hétéro en général non? Là je suis d'accord avec toi il n'y a pas besoin d'assumer quoi que ce soit (?encore qu'il ne faut pas neg quelqu'un qui pour une raison x ou y aurait du mal à assumner?) . Mais rentrer dans les détails de sa pratique de l'hétérosexualité en disant ou on se trouve sur le spectre (on peut être hétéro et autochorisexuel -partiellement mon cas-, ou demi-sexuel, ou assexuel etc etc etc) peut être compliqué pour peu que l'on soit légèrement à l'écart de la norme.
Dans ce cas tu ne subis pas de discriminations parce que tu es hétéro mais parce que tu as des pratiques/et ou des fantasmes /et ou des attirances jugées homosexuelles. Donc c'est quand même de l'homophobie.
De même, une personne asexuelle et hétéro-romantique va être discriminée parce qu'elle est asexuelle et pas parce qu'elle est hétéro, donc c'est de l'acephobie/du prude shaming.
Personne n'est discriminé parce qu'il est hétéro donc ce n'est pas la sexualité hétéro qui est difficile à assumer, c'est tous les aspects de la sexualité d'une personne qui ne rentrent pas dans l'hétéronorme, et comme tu le dis même les personnes hétéro peuvent dévier de cette norme (des fois même plus que des personnes homo/bi à mon sens), mais en soi être hétéro reste un privilège.
 
Dernière édition :
Alors faut quand même pas pousser, il y a de la discrimination PARTOUT et même quand on est hétéro on peut être discriminé. Il suffit d'avoir une tête pas assez lesbienne ou gay dans un bar homo et hop c'est parti pour se faire mal parler par le serveur par exemple (et j'en ai pour preuves plusieurs expériences d'amis ou de moi dans le Marais/dans la rue quincampoix à l'époque où il yavait un bar lesbien). La discrimination peut se trouver partout.
C'est vrai, c'est comme expérimenter "la discrimination anti blanc", ca peut arriver et ce n'est pas agréable, mais le fait d'être hétéro fais quand même de toi un privilégié qui sera beaucoup, beaucoup, BEACOUP moins discriminé que quiconque qui ne l'est pas.



Comme @Sharon Stone te l'a, très justement, précisé ce que tu évoques n'est pas une difficulté à assumer l'hétérosexualité en elle-même. L'hétérosexualité (en elle-même donc, des gens qui auraient pour des raisons x ou y es difficultés à assumer leur sexualité en elle-même ne sont pas concernés par le fait d'assumer leur hétérosexualité) n'a pas à être assumée. Elle est déjà vue comme l'orientation "de base", par défaut, de tout le monde.
Oui et tu remarqueras d'ailleurs que dans mon message de base je fais le distinguo et demande à l'auteure du post précédent ce qu'elle a voulu dire. Je n'affirme pas que l'hétérosexualité est dure à assumer AU CONTRAIRE (voir messages ci dessous) j'interroge sur la définition qu'on a d'hétérosexualité ici.

Oui donc comme, on lui reprochait, cet article vient bien confirmer qu'être amoureuse d'une fille est "dévier de la norme". Je vais me répéter mais les lesbiennes/bi/pan ne veulent pas que l'on accepte qu'elles dévient de la norme, l'idéal serait justement que ce soit considéré, à juste titre, comme quelque chose de normal et d'intégré. Pas une tolérence. Donc cet article, en ce sens, est contreproductif.
Oui cet article est hétérocentré. Comme 99% des articles que l'on peut trouver dans les magazines et sur Madz (et je suis généreuse pour les 1%). C'est juste un nouvel article hétérocentré qui parle d'une relation homo. Encore un point de vue hétéro sur l'homosexualité, il y a donc une espèce de domination de position génante qui est répétée encore et encore.
Déjà avant de continuer je veux que tu saches que je ne fais pas dans la condescendance et que je n'essaie pas de te dire que "tu as tort tu as mal regardé attend je vais t'expliquer" juste je donne mon point de vue.

Quand je dis "dévier de la norme" d'abord il ne faut pas nier qu'une norme nous est imposé, à tous, et qu'il faut pas mal de facteurs pour parvenir à s'en dégager. Par défaut, tous, on nous a longtemps élevé dans une idée que l'hétéronormativité était la norme (du coup même moi, qui suis pourtant hétéro je ne suis pas "dans la norme" puisque ma sexualité est aussi différente que celle qu'on attend). De plus l'hétérosexualité c'est sa norme à elle puisqu'elle n'a connu que ca. En ressentant autre chose elle dévie de sa norme.
Mais c'est le problème comme on a dit que l'article soit totalement hétérocentré, encore une fois et je ne suis même pas d'accord avec toi quand tu dis que l'article parle d'une relation homo puisqu'il s'agit à mon sens d'une jeune fille qui a kiffé sur une fille. Comme je pense que c'est arrivé à la plupart d'entre nous.
Du coup c'est un article d'hétéro, pour les hétéros.
Mais quand t'as passé ta vie à entendre dire que ta sexualité était hors norme je comprends que t'aies pas envie de recevoir des lecons de sémantiques sur "nan mais sur sa norme rapport à elle hétéro mais ca veut pas dire que...". Ca agace, point.



Là encore je vais répéter ce que l'on a déjà dit ici, sur l'article Génération Madz et sur le VPH, mais il est déjà très bien accepté pour une fille d'être "un peu bi" de pouvoir être attirée par une fille (sans pour autant être lesbienne attention). Au contraire, ça tend à devenir la norme. Ce témoignage n'est qu'un nouveau témoignage de ce genre : être hétéro, découvrir que l'on peut être attirée par une fille (sans passer à l'acte/avoir une mise en couple), et retourner sur la voie hétérosexuelle (mais en se déclarant ouverte à autre chose hein). Un témoignage vraiment intéressant et pertinent sur la question aurait été, par exemple, de voir la madz se mettre en couple avec cette fille ou, au moins, d'être vraiment amoureuse (car même le titre de l'article est trompeur : elle dit elle même ne pas avoir été vraiment amoureuse mais plutôt attirée). Ou un témoignage d'un mec hétéro qui aurait d'un coup été attiré par un mec. Parce que là, c'est vraiment tabou et très peu montré. Alors qu'une fille attirée par une autre, tu ouvres n'importe quel magazine féminin et tu trouveras des trucs là dessus (tant que ça reste de l'attirance passagère et que la fille revient avec des hommes, évidemment)
Alors je suis d'accord avec toi sur l'intérêt du témoignage.
Alors oui c'est probablement bien accepté les filles un peu "bi", mais mon message était général, je ne parle pas de miley cyrus qui roule des pelles a lily rose depp, mais des - et c'est pour ca qu'on en revient au fait que l'article est hétérocentré- multiples facettes du spectre hétéro. Et crois moi ce n'est pas parceque c'est "à la mode" ou que c'est trop cool les filles bi (je trouve que s'inventer une sexualité fluide pour paraitre cool c'est justement antinomique) que tout est facile à assumer. Tu as beau vivre dans un environnement ouvert (encore que c'est pas le cas pour tout le monde) tu as toujours le fantome de ton éducation, de trucs que t'as entendu petit... Qui t'empêchent parfois d'assumer le truc le plus "ok" du monde... Le truc c'est que la c'est pas factuel, c'est plus de la question du ressenti. Et il y en a qui vont ressentir de l'agacement (normal) et d'autres du soulagement. Et pas du soulagement parce que "Ouf alors c'est pas mal de kiffer une fille?", parce que ca on le sait hein, mais du soulagement de pouvoir enfin commencer a s'assumer vraiment dans une sociéte qui ne laisse personne le faire sans lui casser les pieds.
 
Je me trouve embêtée avec cette expression "un peu bi" parce que, si je comprends bien que ça veut dire "presque exclusivement hétéro", je trouve que ça n'a pas de sens. On est "beaucoup bi" quand notre attirance est à 50/50 ? Et si on penche plus du côté homosexuel, on est quoi du coup ?

Je sais que personne ici ne pense à mal en utilisant cette expression, et même que son emploi est plutôt ironique. N'empêche que ça me questionne quand même beaucoup comme expression. :hesite:
 
Je réponds également à @Rose.Hybrideet @ErwanAime



Oui tout à fait ça arrive. Je ne vois pas pourquoi cela arriverait seulement dans un sens. A partir du moment où une minorité se rassemble, elle en devient une majorité dans un lieu donné. Dans ce lieu donné, à partir du moment où une communauté devient une majorité elle peut discriminer une minorité qui est au même endroit. Ça s'est toujours vu partout ! Et sur n'importe quoi ! En poussant ta logique (et en prenant un autre exemple pour prendre du recul) c''est comme dire que des juifs qui subissent l'antisémitisme ne pouvaient pas être racistes oO Excuse-moi, mais j'estime que c'est toi qui fait preuve de sophisme. Poussons plus loin : si ces mêmes juifs (racistes donc...) discriminent le goy qui traîne dans le coin, est-ce que je dois vraiment me poser la question de pourquoi il est éventuellement mal reçu ?!

S'il y a des endroits LGBT+, pour moi c'est pour que tout le monde se sente à son aise par rapport à ce qu'il peut montrer de sa sexualité, quelque soit son bord. Dois-je m'empêcher d'y aller avec mon copain si une amie veut aller à tel bar LGBT+ avec sa copine en notre compagnie ? Non, ça ne doit pas arriver. Pour moi une communauté ne doit pas se renfermer sur elle-même et malheureusement on peut avoir parfois cette impression.

J'estime que quand j'ai été avec une fille pendant plusieurs années, et que certaines de mes "amies" lesbiennes me disent clairement "tu es passée du côté sombre de la force" parce que je suis avec un gars à l'heure actuelle, j'appelle ça, même si c'est dit sur le ton de l'humour, de la discrimination. Surtout quand, comme par magie, je ne suis plus invitée aux soirées entre filles. J'ai eu des réflexions du style "maintenant au lit ça va être très vanille", comme si mes relations sexuelles "hétéros" seraient forcément moins biens, trop classiques. Tiens j'ai même un autre exemple d'une copine lesbienne que je n'ai pas vu depuis des années qui m'a écrit des SMS hier pour avoir des nouvelles, elle a rien à foutre que je me pacse bientôt avec mon copain avec qui je suis depuis 5 ans, mais par contre elle se renseigne lourdement quand est-ce que j'ai couché la dernière fois avec une fille et que ça doit sans doute me manquer...
J'ai déjà vu à de nombreuses reprises des comportements changés (dans un sens + positif, d'un seul coup j'étais "digne d'intérêt") de personnes non-hétéros qui apprenaient que j'avais eu des relations lesbiennes pendant plus de 6 ans. En quoi ma sexualité devrait changer l'attitude de la personne en face de moi (qu'elle soit hétéro ou non) ? Elle ne devrait changer en rien.

De par mon expérience dans des discussions avec des amis ou des connaissances, j'ai eu souvent l'impression d'être beaucoup + jugée sur ma sexualité par des personnes LGBT que par des hétéros cisgenres. Peut-être parce que la pression sociale empêchent de plus en plus ces derniers de crier leurs jugements haut et fort, et franchement tant mieux. En revanche je trouve que donner ce statut de cygne blanc de la communauté LGBT, parce qu'elle a été victime de discrimination, n'est pas normal.
Je ne dis pas que je n'ai jamais été victime d'homophobie. A l'époque où j'étais avec une fille, j'ai souvent eu des remarques terribles d'un médecin pour les tests MST, des remarques qui m'ont fait peur dans la rue, l'inquiétude d'avoir fait un geste un peu trop câlin dans le métro, les regards appuyés, les remarques sexuelles déplacées...

Après je ne vais pas débattre 107 ans avec toi à ce sujet car je ne changerai pas d'avis - souvent ce genre de débats amènent à essayer d'écraser l'autre par arguments logiques ou non, et ce n'est pas mon but. Mon opinion s'est faite sur mon expérience personnelle ; sans doute en aurais-je d'autre qui me feront peut-être changer d'avis, je ne suis pas butée ! J'ai écrit ce message pour faire comprendre que toutes discriminations existent. Et c'est parce que certaines personnes ne veulent pas les voir/décident qu'elles ne peuvent pas exister que j'en ai été victime. Le mépris de l'hétérosexualité peut exister. On a pas besoin de se faire tabasser pour être victime.
Personnellement je t'invite à lire le topic du racisme anti-blanc pour comprendre à quel point tes plaintes contre "l'hétérophobie" sont franchement très malvenues: c'est globalement la même problématique.


Je trouve aussi tes exemples bancals: on peut être victime de discrimination et doit même discriminer des gens, personnes n'a dit le contraire. Y'a des homos racistes, des musulmans antisémites, des juifs homophobes, etc, et aussi des homos biphobes, follophobes, homophobes ayant intériorisés l'homophobie, etc. Personne ne nie ça, c'est plutôt courant.

Par contre non, l'hétérophobie, ça n'existe pas comme l'homophobie, la biphobie, etc. Tu compares des choses pas comparables: ce que tu décris ce ne sont PAS des discriminations systémiques.
Le topic que j'ai linké explique ça mieux que moi.
 
@Salpêtre : je me permets d'essayer de te répondre : je pense que "un peu bi" c'est quand une personne d'un certain genre est la majorité du temps attirée par le genre "opposé" (une femme le plus souvent attirée par les hommes), mais parfois, la personne est attirée par une personne du même genre. Donc bi à "tendance hétéro". (j'appellerai ça comme ça pour plus de clarté, même si la personne reste bi).
Ou inversement, une personne qui est attirée la majorité du temps par des personnes de même genre (un homme qui est attiré par les hommes par ex), mais qui parfois sera attirée par des personnes du genre "opposé". Ici, plus bi à "tendance" homosexuelle.
Du coup "beaucoup bi" même si j'ai jamais entendu ça XD, ça serait pour quelqu'un qui est attiré(e) aussi bien par son genre que par le genre opposé.
Enfin c'est comme ça que je le vois. J'ai une amie qui se dit justement "un peu bi", car elle préfère les femmes 8/10 disons, mais parfois, elle va tomber pour un homme, mais ça reste rare, c'est pour ça qu'elle dit "un peu" :)
J'espère que je n'ai invalidé personne, n'hésitez pas à me reprendre !
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes