La grossesse accidentelle, vue par les hommes : témoignages rares sur un sujet tabou

26 Novembre 2013
1 294
7 703
2 064
Lyon
@Anaïsse Arf quelle situation, plein de courage à toi... le manque de communication a sa responsabilité, mais c'est aussi lui qui ne prend pas du tout ses responsabilités... quand tu le décris j'ai l'impression qu'on parle de quelqu'un qui a 20 ans, alors qu'il a à peu près ton âge non ? Quand tu vois sa réaction, sa façon de voir les choses, tu es sûre que c'est avec une personne comme ça que tu as envie de faire ta vie et fonder une famille ? En tout cas tu as la possibilité de prendre du temps pour y réfléchir, à 4 semaines de grossesse, même s'il faudrait que tu te poses la question de la méthode que tu souhaites utiliser dans le cas où tu ferais une IVG.

Si tu le souhaites on peut en parler sur ce topic, tu as sinon le topic sur L'IVG dans la partie "prise de tête de madz", ou par mp, si tu en as envie je peux t'apporter un peu d'aide, la situation n'est pas la même que celle que j'ai vécu mais je reconnais des interrogations que j'avais quand j'y étais confrontée.

Plein de courage :calin:
 
4 Juin 2015
75
209
684
31
Je trouve qu'il y a quand même un lien entre pudeur et genre, c'est assez courant que les mecs aient du mal à exprimer leurs sentiments (autrement qu'en gueulant et en tapant). Il y a plein d'expériences qui montrent qu'on a tendance à modeler les enfants selon le genre qu'on leur attribue, ça n'est donc pas surprenant qu'en bout de ligne les hommes cis cachent davantage ce qu'ils ressentent que les autres personnes.

Mais justement alors, ce n'est pas le genre en lui-même qui mène à la pudeur, mais le regard de la société sur ce genre.

Ah je viens de voir que @Lily Lou l'a déjà dit ^^
Par contre, je ne suis pas sûre que le modelage vienne plus du sexe assigné que du genre (bien sûr chaque personne est unique et a sa façon de réagir consciemment ou non). Est-ce qu'une personne transgenre ne va pas essayer de mieux coller à l'image de son genre ?
Mais bon, que l'influence soit en lien avec le genre ou le sexe, c'est toujours le prisme de la société qui transforme ça en caractéristiques classées...
 
  • Big up !
Réactions : Asilentio et Lily Lou
13 Janvier 2011
4 350
39 760
5 664
@Anaïsse je n'ai pas compris, tu lui a dis clairement que tu avais envie d'avoir un enfant avec lui au moment de changer de contraception et il était d'accord ou c'était juste un sous-entendu? (tu as voulu changer de contraception pour avoir un enfant et lui a compris que tu voulais changer de contraception... pour changer de contraception?)

J'ai l'impression que c'est pas tant sa "responsabilité face au choix" qui entre en jeu dans votre situation qu'une communication claire de votre part à tous les deux sur votre désir (ou non) d'avoir un enfant très prochainement, non? :hesite:

Bon courage en tout cas :fleur:
 
20 Avril 2010
318
814
2 984
LYON
@Anaïsse je n'ai pas compris, tu lui a dis clairement que tu avais envie d'avoir un enfant avec lui au moment de changer de contraception et il était d'accord ou c'était juste un sous-entendu? (tu as voulu changer de contraception pour avoir un enfant et lui a compris que tu voulais

Quand j'ai arrêté la pilule, ce n'était pas dans le but d'avoir un enfant mais de me détoxifier un peu et de reprendre le contrôle de mon cycle, qui était faux depuis 16 ans. Et je lui ai clairement dit que cela présentait un risque et il l'a accepté, il m'a dit "ok de toute façon si ça me dérange je n'ai qu'à trouver mon propre moyen de contraception"! super réaction, vraiment, j'étais agréablement surprise. Et puis nous parlions souvent d'avoir des enfants ensemble, il y en a beaucoup autour de nous, il adore ça. lI me connaît et sait que je n'ai jamais négligé ma contraception ou fait n'importe quoi en considérant que l'avortement serait une contraception d'urgence! (même si je n'aurai pas hésiter à avorter à d'autres moments de vie ou avec d'autres personnes). A 33 ans on ne voit plus les choses de la même façon, je n'aurai jamais pensé dire ça, mais pour ma part le coup de l'horloge biologique, ça a marché. Alors comme j'étais avec un homme que j'aime, qui est intelligent et responsable, que notre vie allait bien, qu'on a même une pièce en plus dans l'appart, deux salaires...j'ai pas trouvé nécessaire de lui demander de signer un papier au moment où il a de son propre chef, décidé de ne plus pratiquer le "retrait" ou de lui offrir un bouquin sur la reproduction :). Pour moi ça voulait dire "bon c'est encore plus risqué, mais c'est un risque que je veux prendre". Et visiblement non, il n'arrive pas encore aujourd'hui à m'expliquer ce qui lui est passé par la tête, de croire que "JE maîtrisais la situation".
J'espère avoir été plus claire.
:fleur:
Et je suis d'accord qu'il y a un défaut de communication ;)
 
7 Septembre 2011
5 838
73 848
6 644
Paris
@Anaïsse :hugs:

Du coup mon son de cloche est 1 peu differente puisque mon histoire l'est... Si vous voulez que je mette le reste en spoiler avec 1 TW vous me dites. Je suis sur un clavier qwerty donc je n'ai pas les accents.

Je suis tombee enceinte par accident deux fois, une fois en 2011 sous pillule du lendemain et une fois en 2017 sous DIU.
Pour la premiere grossesse il etait evident que j'avortais (j'etais pas stable, pas en couple, paumee), la deuxieme il etait evident que je le gardais (et on demandait pourquoi on ne parlait pas de foetus, je suis d'accord avec ca! Mais dans le cas ou on decide de continuer la grossesse on s'est projete, et "le" n'est plus un foetus mais son futur bebe) puisque mon age, ma situation amoureuse et financiere me permettaient d'accueillir un bebe selon mes criteres.

On m'a souvent dit pour la grossesse n1 comme pour la n2 que j'avais eu de la chance, que les deux geniteurs (il ne s'agit pas de la meme personne) avaient vraiment ete supers... EUH WHAT? Pour moi ils se sont comportes normalement.
Pour la premiere, j'ai trouve le "responsable" plus perturbe que moi, il a mis du temps a s'en remettre, ca a du remettre plus de choses en questions pour lui, peut etre du fait qu'il etait legerement plus age? Je ne sais pas. Je constate qu'on a vecu un peu les choses chacun dans notre coin, alors que paradoxalement cet evenement nous a rapproche sur le long terme et qu'on en parle sans tabou aujourd'hui (et qu'on en parle aussi avec le pere de mon bebe qui arrive bientot. Oui on est sans gene chez nous!) . Comme on n'etait plus en couple avec cet homme, que notre histoire ne pouvait pas redemarrer, sous aucun pretexte (il n'etait pas amoureux de moi et ne se voyait pas faire sa vie avec moi, ce qui me semble deja etre un excellent critere pour ne pas vouloir d'enfant avec quelqu'un) le choix m'a parut evident.
Il m'a dit que quel que soit mon choix il le respectait, je me suis demande plus tard si il ne me donnait pas a demi mot son consentement pour continuer cette grossesse... Mais 6 ans apres, je sais que c'etait la meilleure chose a faire. J'ai donc fait les choses un peu dans mon coin, je ne voulais pas vraiment de lui et je pense que lui considerait que si j'avais besoin de lui je demanderais. Ca m'allait je ne me sentais pas abandonnee. Je ne pouvais pas mener cette grossesse a terme et qu'il soit avec moi le jour J ou pas ca ne changeait rien. J'ai juste ete tres surprise par la suite de realiser a quel point ca l'avait touche. Finalement une fois la chose finie pour moi c'etait fini, lui j'ai l'impression qu'il a mis du temps a passer a autre chose mais il ne m'en parlais pas vraiment sur le coup. C'est vraiment des mois voire des annees plus tard que j'ai compris que ca l'avait vraiment marque meme si 6 ans plus tard on sait tous les deux que c'etait la bonne decision (je suis tellement plus heureuse aujourd'hui, lui c'est plus complique mais ca n'a rien a voir avec cet IVG meme si du coup quand on est dans des periodes compliques on a tendance a se dire "et si ca avait ete autrement, serais je plus heureux aujourd'hui?" alors que pour moi c'est clair que non!).

Pour la deuxieme, c'etait plus "complique" car je voulais garder le bebe (a l'epoque je ne disais pas bebe, je faisais bien attention de dire embryon). Or pour moi la regle c'est : Si un des deux ne veut pas mener la grossesse a terme, on ne mene pas la grossesse a terme.
Cet avis n'engage que moi. Je n'ai aucun jugement pour celles qui gardent un enfant malgre l'avis defavorable de leur partenaire. Peu importe qui ne le veut pas, je trouve ca difficile de faire venir un enfant au monde quand un des deux geniteurs y etait farouchement oppose.
Attention! Pour moi il y a plein de facons differentes de "vouloir" la venue d'un bebe, on peut etre le bon copain qui "rend sciemment service", un coup d'un soir qui dit OK sansavoir necessairement envie de trop s'inverstir mais qui le sait et est en paix avec ca, le donneur de sperme, un mec qui dit "je veux qu'on se separe mais j'accueillerai ce bebe comme il se doit et je vais l'aimer!" ... L'important pour moi c'est que quand le bebe se pointe on puisse lui dire, dans la mesure du possible, que les deux cotes genetiques responsables de sa venue au monde etait d'accord avec ca. Meme si il ne devait pas connaitre son geniteur (pour le cas d'un coup d'un don de sperme, le donneur de base etait d'accord et c'est ce qui compte) puisqu'un geniteur ne fait pas un parent, on est d'accord!

Il se trouve que mon copain voulait de cette grossesse et de l'enfant qui allait en decouler, ca a rendu les choses faciles pour tout le monde. Je ne suis pas sure qu'on aurait survecu a un IVG mais j'aurais respecte son choix. Je lui ai dit que moi j'etais pour le garder mais que du coup le choix lui revenait.
Ca m'aurait fait horriblement mal, mais je n'aurais pas eu envie de demarrer une nouvelle vie basee sur un "Ton pere (ou ta mere) ne voulait pas que tu naisses", Je trouve aussi que demander de l'argent a un homme qui a clairement refuse la grossesse c'est pas reglo.

Je suis profondemment feministe, je suis ecoeuree par le nombre d'hommes qui finalement se debinent une fois bebe arrive parceque "ah finalement c'est trop dur" ou parceque "en fait ils n'etaient pas prets" (et la mere alors? Elle a pas le droit de pas se sentir prete elle?). Mais dans le cas ou on peut encore agir sur le deroulement d'une grossesse, si un des deux n'en veut pas, c'est cette personne qui doit primer. Femme ou homme. Devoir interrompre une grossesse dont on voulait c'est terrible mais a mon avis moins terrible que de naitre en sachant que la moitie de ton patrimoine genetique ne voulait vraiment vraiment pas de toi.

Et ca m'avait choque a l'epoque que mon compagnon ne m'ait pas propose de payer la moitie de mon DIU et de sa pose (non remboursee a l'epoque soit une centaine d'euros). J'avais les sous mais sur le principe j'avais trouve ca moyen. meme si au moins on en avait longuement parle avant et apres et qu'il s'etait implique dans ma contraception (en me demandant des le debut comment je souhaitais proceder, en ayant toujours des capotes a dispo...)
 
30 Décembre 2013
1 174
9 267
5 154
@Mozart Hella Apparemment tu n'as pas saisi le troll (non parce que je pensais que tu trollais mais visiblement, c'est un double discours, autant pour moi). Sinon, ça ne t'est pas venu à l'esprit qu'il puisse y avoir un échec de contraception où, ça aussi, c'est uniquement valable pour les femmes ? Un jeune de 15 ans qui n'a pas vraiment d'expérience à ce niveau et débute ses premières relations, expérience qui ne s'acquiert pas à l'école, les relations humaine, ça ne s'apprend pas comme des math on peut sensibiliser tout au plus (et des pédiatres l'ont expliqués mainte et mainte fois... oui j'anticipe parce que je te vois venir). Le préservatif craque et il se retrouve à 15 ans avec un enfant sur le dos. Tu comptes faire quoi ? Forcé un mineur à accepter un gosse ? C'est bien beau de parler de privilégié mais la vraie vie, ce n'est pas un forum de discussion. C'est pas juste les hommes, les femmes... d'autant plus que la jeunesse, en matière de privilège, ça se pose là quoi. L'étudiant qui bouffe des pâtes tout les soir qui boss pour payer ses études et qui à coté devrait en plus payer une pension pour un gosse qu'il n'a jamais voulu, c'est du féminisme çà ? :hesite:
Mais heu la grossesse accidentelle, elle se fait à "deux"
OK le préservatif à craqué, ça arrive aussi à la fille avec qui il y a eu un rapport. Le garçon ne veut pas d'enfant (car financièrement ça va pas et il n'est pas pret n'en veut pas ou en tout cas pas avec la fille en question, bref milles raisons).
A priori à cet age là, il y a peu de chances que la fille veuille avoir un enfant. Donc deux possibilités : soit elle veut et peut avorter, dans ce cas tout va bien (même si ça reste une épreuve pour les deux en question)
Soit elle ne veut ou peut pas avorter. Pourquoi? Déjà ce n'est pas par ce que tu ne veut pas d'enfants que tu es OK pour avorter. Ca peut être une question de religion, mais aussi de ressenti personnel. Un enfant au conditionnel c'est différent que d'avoir un foetus dans le ventre et savoir que si tu ne fais rien tu as de grandes chances d'avoir un bébé. Il n'y a pas tout le monde qui est pret à avorter, ça peut être compliqué. Dans ce cas quoi, tu voudrais la forcer à avorter? A subir une opération qui n'est pas anodine (ou la prise de médicaments), potentiellement traumatique (surtout si ça ne vient pas d'elle)? Utiliser un "chantage" à base de "OK tu avorte pas mais ensuite tu te démerdera financièrement" (déja que dans ces cas en général elle se démerde pour l'élever)?
Ensuite, c'est possible qu'elle ne puisse pas. Déjà, il faut que elle s'en rende compte à temps (pas toujours évident à cet age). Que elle ai une situation familiale qui lui permette ça, avoir un minimum d'acompagnement, à cet age c'est quand même un acte pas "évident". Que elle passe par les mailles du filet (tomber sur un site pro-vie quand tu tape "IVG" sur google, te faire culpabiliser, savoir où aller, prendre des RDV médicaux, ect ...) et gérer tout ça à 15 ans.
Bref elle se retrouve avec un bébé sur les bras. Et si elle n'a pas la famille pour assurer derrière ça veut dire probablement laisser tomber les études, bosser, vivre des aides. On est deux pour faire un bébé mais dans ces cas où il n'est pas désiré et où le père ne veut pas entendre parler d'un enfant dans la plupart des cas bah c'est la mère qui assume tout, si le père n'en veut pas bah il se casse et voila, c'est une jeune fille qui va gerer un nourisson, puis élever un enfant. Même dans les cas où il est désiré c'est souvent elle qui fait le plus gros du boulot et qui met de coté sa carrière.

Alors bah oui, la fille (mineure aussi) elle n'a pas toujours le choix, elle se retrouve souvent à accepter un gosse. Le gars, déjà dans la plupart de ces cas là, ne s'en occupe pas du tout donc le seul impact qu'il a c'est payer une pension (certes ce n'est pas anodin quand on est étudiant, mais ça l'est encore moins de devoir éveler un gamin seule).
Enfin on dirait que tu en parle comme si la fille avait tout fait pour avoir un enfant. Bah non, l'accident elle l'a subis aussi, elle a du gerer une grossesse, un accouchement, gerer un nourisson ... Ne pas avorter ne veut pas dire vouloir un enfant.
Je ne parle évidement pas des cas où la fille aurait "piégé" son partenaire pour avoir un enfant, mais ce n'est pas le sujet ici
 
30 Janvier 2015
14
32
674
30
Maintenon
Bonjour,

Je voulais juste apporter un témoignage par rapport à un commentaire que j'ai lu plus haut qui posait des questions sur l'implication de l'homme dans la gestion de la contraception de la femme (je me souviens qu'il y avait beaucoup de questions type "Est-il allé acheter ma pilule un jour ? Non" mais peut-être que j'extrapole, pardonnez-moi si c'est le cas).

Je suis avec mon copain depuis 5 ans. Aujourd'hui nous sommes dans une situation où il est en recherche d'emploi et moi en contrat dans une structure (très peu chez moi, je vais le week-end souvent chez mes parents, etc). Je suis également la première petite amie qu'il n'ait jamais eu (il a 30 ans et moi 24). Petit à petit dans notre relation il s'est intéressé à tout ça (rendez-vous chez la gynéco, ordonnances pilules et toutes les conséquences qu'il pourrait y avoir sur ma santé/sur notre sexualité/sur notre futur de tout cela). Aujourd'hui je pense qu'il est calé sur toutes les options possibles pour les périodes de règles et toutes les possibilités de contraception. On a choisi ensemble au moment où on avait envie de sa passer de la capote, quelle contraception on allait mettre en place. Il se trouve qu'on a choisi la pilule micro-dosée par commodité et par rapport à mon état de santé perso (je sais à quel point la pilule c'est mauvais pour les femmes mais il se trouve que ça m'aide également sur certains points donc je ne m'en plains pas). Et mon copain, aujourd'hui va plus souvent que moi à la pharmacie pour aller chercher ma pilule, c'est lui qui gère mon stock de protection hygiénique parce qu'il gère les courses, j'ai toujours un mot sympa quand on rentre de soirée ou de sortie après l'heure où je prends ma pilule (type "Tu y as bien pensé, ça va ?", ou même il me l'amène avec un verre d'eau pendant que je démaquille, j'insiste parce que c'est vraiment pas oppressant, pas du type OMG j'veux pas qu'elle oublie sa pilule, non moi je le ressens vraiment du genre " We're all in this together") et les quelques fois où ça nous est arrivé d'oublier, il me proposait toujours d'aller acheter pilule du lendemain ou test de grosses ou les deux ou tout ce que je veux quoi.

Du coup vraiment si un jour il se révèle que je suis enceinte, moi je ferai rien sans savoir ce que lui ressent et pense. J'estime qu'il a tout autant le droit que moi d'avoir une opinion sur ce sujet, ne serait-ce qu'au vu de la façon dont il s'implique dans notre contraception (et notre sexualité mais c'est une autre histoire). Vraiment moi je le considère presque comme plus féministe que moi, parce que j'ai jamais eu la sensation d'avoir à le forcer, d'avoir à lui "faire comprendre" ou d'être dans le débat (suis-je claire ? j'ai l'impression de l’idolâtrer au lieu de faire passer mon idée lowl). C'est le type de personne qui se sent mal d'être dans le groupe privilégié, qui cherche à se mettre à la place des femmes et qui a juste besoin d'une main tendue et de médiateurs de ces savoirs et de ces questionnements là. Du coup j'estime que beaucoup d'hommes sont dans ce cas-là, n'osant pas chercher la main tendue mais l'espérant quand même. Et pour moi ce genre d'articles, c'en est une, au même titre que l'heure sur le Hastag Metoo pendant la Nuit Originale.
 
7 Septembre 2011
5 838
73 848
6 644
Paris
@Cequizz apres il y a differentes situations, dans une situation comme "la notre" je me permet de dire la notre car je me reconnait dans ton histoire puisque mon copain aussi etait tres implique dans la question de la contraception, et que je nous vois vraiment comme une equipe (pour le DIU j'aurais aime qu'il me propose de lui meme en fait, mais si j'avais demande il aurait paye) pour moi il avait autant voix au chapitre que moi.
Cela dit meme si les deux partenaires ne sont pas impliques ensemble, je pense que ca reste important que les deux geniteurs aient leur mot a dire.
 
30 Janvier 2015
14
32
674
30
Maintenon
@Destiel Mok´ , oui je suis tout à fait d'accord avec toi sur la pluralité des situations ^^. Je voulais vraiment poser ma pierre en mode Sam Gamgie : " Il y a du bon en ce monde Monsieur Frodon", ^^. Et aussi parce que je suis persuadée que c'est "trop facile" de balancer toutes nos vérités (et ce sont bien des vérités hein, je ne veux pas minimiser le féminisme et ses constats) à la tronche des hommes sans jamais leur jeter avec des bouées de sauvetages ou des échelles pour qu'ils remontent à la surface (en gros ce que je disais avec la médiation des savoirs et expériences). Parce que bon, aujourd'hui un homme qui réalise tout ça, j'imagine même pas comme il doit être perdu et en colère (contre lui-même en plus). Je compare ça un peu au moment où moi j'ai découvert le racisme et à quel point j'étais privilégiée d'être une fille blanche. Bah honnêtement ce jour-là moi si personne ne m'avait tendu la main en mode "si si tu peux dépasser ça, t'es pas archi conditionnée par ta couleur de peau et tu peux ne pas te comporter comme une privilégiée" bah peut-être que j'serais restée dans mon racisme ordinaire par manque de courage et de clefs pour commencer à changer.

Et effectivement je pense qu'ouvrir la porte aux émotions et ressentis des hommes, c'est leur ouvrir le droit à l'erreur (parce qu'une émotion c'est faillible) et donc en même temps, le droit d'apprendre et de changer. Après, dans le cas d'une grossesse accidentelle, c'est sûr que l'enjeu est peut-être trop important pour leur accorder le droit à l'erreur, mais leur accorder le droit de ressentir c'est déjà une main tendue.
 
1 Octobre 2015
6
98
364
28
Je trouves ca quand même extrême de dire que la decision d'un avortement appartient à la femme. Ca peut paraître choquant ce que je dis mais pour moi le sujet principal là est plus "nous allons peut être avoir un enfant, nous deux" que "ces 9 mois de grossesses se passent dans mon corps à moi" bien sur que ce paramètre est important aussi. Mais la décision "bébé ou non " revient autant à l'homme qu'à la femme. Il sera papa aussi. Après bien sur, si les deux ne sont pas d'accord alors oui ca me choquerait qu'une femme soit obligée d'avorter si l'homme n'en veut pas ou de le garder s'il le veut. Mais l'homme aussi ! Vous imaginez le drame ! Deja un avortement c'est dur même quand c'est choisi. Mais alors imaginez l'homme qui veut le garder de voir (ou juste de savoir voilà) sa copine se faire avorter.. je sais pas. Lorce que les deux ne sont pas du même avis c'est juste tragique et je n'ai pas d'avis tranché sur cette partie. Je trouvais juste important de preciser dans la généralité que l'homme va devenir père autant que la femme mère donc ce n'est pas aussi simple que "mon corps mon choix".
 
  • Big up !
Réactions : Asilentio
16 Septembre 2012
1 910
10 883
5 674
En meme temps, le poids de la responsabilite d'un enfant est moins mise sur le pere que la mere. Le pere du futur enfant s imagine juste jouer avec, tandis que la mere doit penser a tout, les taches, les sorties, les visites chez le docteur, les devoirs.... La vie du pere n'a pas a vraiment changer, il peut continuer son boulot et gravir les echelons tranquilou, tandis que le salaire de la mere crashe. Sans compter que si le pere ne veut plus l'etre, il peut se barrer, tandis que la mere se retrouve seule avec l'enfant et son salaire crashe.
Donc oui, pour moi, a la fin, cest la femme qui choisit avant tout.
 
9 Mars 2014
4 004
33 365
4 674
lutinreveurblog.wordpress.com
C'est la femme qui subit la grossesse et les risques, l'homme n'a pas son mot à dire car il ne subit aucun risque. Oui parce que, en France le taux de mortalité maternelle est encore très élevée...
L'homme qui devient père n'a pas son mot à dire, une discussion peut être faite mais c'est normal que la décision finale revienne à la mère. Sinon ça serait une entrave directe au droit de la femme à faire ses propres choix en ce qui concerne SON corps.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes