19...
et je retrouve dans les commentaires des mad' ayant eu un score faible a peu près ce que je ressens tous les jours...
je n'arriverai jamais à perdre mes 5kg en trop, je vais planter mes exams, parce que de toute façon j'y arrive jamais (ce qui est faux, mais bizarrement c'est comme ça que je le ressens...), si aujourd'hui je suis à peu près heureuse, ça veut dire que demain je vais déprimer...
et même quand je réussi des balèzes de trucs, genre gagner un concours scientifique international, traverser l'europe en bus sans avoir aucune idée du lendemain, etc, j'ai trop d'échecs en parallèle pour que les réussites augmentent le peu d'estime que j'ai pour moi.
donc un score qui correspond à ce que je sens au jour le jour, ma psy serait pas contente de moi!
Les mad' avec un bon score, help me, comment faites-vous pour vous motiver?
 
29... Et ça me correspond plus ou moins. En fait je suis super consciente du fait que je me déprécie sans cesse. Surtout sur le plan des études. J'ai vraiment très très bien réussi ma première année d'étude et ensuite, même si je suis toujours passée, j'ai eu des points que je considérais comme médiocres. Pendant deux ans ça a été une longue descente sur le point de la confiance en moi dans mes études. Rationnellement j'arrive à me dire que c'est parce que je n'allais jamais en cours et que j'étudiais tout en dernière minute mais ça m'a tout de même marquée sur le plan de l'estime de moi... Enfin j'arrive à contrebalancer le truc parce que j'en suis consciente et surtout parce que mes proches boostent mon SEP à ma place tellement c'est évident pour eux que je réussirai...
Ca n'empêche que j'ai toujours une boule au ventre en étudiant, cette petite voix qui me dit que j'y arriverai pas... Arf. Mais j'en suis consciente et j'y travaille! Ce serait tellement gai de retrouver ce sentiment de confiance et de simplement pouvoir me dire "si je travaille ça va aller!"...

Et j'admire l'état d'esprit de certaines madz qui ont fait péter les scores! Ca fait plaisir à lire!!!
 
J'ai eu 16...

Vous semblez manquer de confiance dans votre capacité de résoudre les situations avec succès. Vous pouvez avoir des difficultés avec la résolution de problèmes, craindre l'échec et avoir tendance à éviter d'essayer des solutions ou de vous fixer des buts intéressants qui représentent un défi. Les personnes qui ont un sentiment d'efficacité plus faible que la moyenne ont souvent tendance à être plus pessimistes et à avoir une estime de soi plus faible. Elles peuvent avoir tendance à être introverties et timides. Elles ont souvent un risque plus élevé d'anxiété, de dépression et d'isolement.
 
Tite29;2825015 a dit :
19...
et je retrouve dans les commentaires des mad' ayant eu un score faible a peu près ce que je ressens tous les jours...
je n'arriverai jamais à perdre mes 5kg en trop, je vais planter mes exams, parce que de toute façon j'y arrive jamais (ce qui est faux, mais bizarrement c'est comme ça que je le ressens...), si aujourd'hui je suis à peu près heureuse, ça veut dire que demain je vais déprimer...
et même quand je réussi des balèzes de trucs, genre gagner un concours scientifique international, traverser l'europe en bus sans avoir aucune idée du lendemain, etc, j'ai trop d'échecs en parallèle pour que les réussites augmentent le peu d'estime que j'ai pour moi.
donc un score qui correspond à ce que je sens au jour le jour, ma psy serait pas contente de moi!
Les mad' avec un bon score, help me, comment faites-vous pour vous motiver?


J'ai tendance naturellement à m'attarder beaucoup plus sur les bons que sur les mauvais moments, mais j'imagine que ça doit pouvoir se travailler un peu. Par exemple, j'ai du mal avec la notion d'"échec": je réussis pas tout, mais quand je rate, généralement je considère que ça veut tout simplement dire qu'il faudra repousser un peu l'objectif final et réajuster le chemin pour y parvenir en apprenant des erreurs que j'ai pu commettre.

Je fais tout pour ne pas penser négativement que je ne suis pas sur la bonne voie pour l'instant mais je visualise plutôt le chemin à parcourir pour arriver à mon but en évitant les obstacles. Et quand quelque chose se dresse devant moi, je me dis que c'est un peu comme dans un jeu, qu'il y a forcément des règles à prendre en compte, des choses auxquelles je ne pourrai pas déroger, des embûches, des moments difficiles, plusieurs solutions à la fin (je ne me dis jamais qu'il y a une seule possibilité: je pense toujours automatiquement à toutes les solutions que je pourrais créer pour me sortir d'une situation),...

Un exemple concret d'une épreuve "sans issue" à laquelle j'avais trouvé plusieurs possibilités. J'ai une peur terrible de déménager loin de chez moi (et loin pour moi, c'est genre à 2h seulement U_U) mais cette année j'ai obtenu le CAPES et on m'a placée justement à 2h de chez moi. J'ai vraiment paniqué sur le moment. Puis j'ai détaillé plusieurs possibilités:
-regrouper mes cours sur 3/4 jours et y aller mais dormir à l'hôtel/chez quelqu'un dans une chambre à louer.
-faire les allers-retours tous les jours (peu recommandable quand même)
-trouver une solution pour aller ailleurs (j'ai appelé TOUS les services dans d'autres académies)
-aller chez le médecin/psy trouver une raison médicale valable pour rester
et comme tout ça n'a pas marché, j'ai continué à chercher:
-attendre un an en faisant un report de stage et essayer de faire en sorte de trouver un compromis à l'avance avec la personne responsable des placements (ce que j'ai choisi).

Bref, d'une situation extrêmement périlleuse pour moi, qui m'a beaucoup déstabilisée et même rendue malade pendant plusieurs jours, j'ai quand même trouvé une issue favorable, qui ne m'empêche pas d'atteindre mon objectif sur la durée.


Sinon en temps normal, quand il s'agit d'une épreuve plus "classique", je les visualise beaucoup comme des jeux (surtout scolairement parlant, j'inventais des histoires derrière ce qu'on me demandait de faire pour y trouver un intérêt, parce-que sinon ça m'ennuyait profondément).

Je ne sais pas si ça t'aidera à être plus positive mais ce qui me fait aller de l'avant c'est que je sais que tôt ou tard ça ira forcément mieux que le "moment T" où je me trouve, et où ça va vraiment mal. Etre positive, en somme.
 
J'ai eu 22 et ça ne m'étonne pas, je sais que je suis dépressive et que j'ai des problèmes d'estime de moi. Mais j'ai eu du mal à répondre aux questions, déjà elles sont très vagues et en plus mon SEP varie du tout au tout selon mon humeur. Je pense quand même que je me suis améliorée à ce sujet depuis que je suis en école de journalisme : je réussis dans la plupart des matières, donc je me sens mieux, donc je travaille mieux... Malheureusement, cet équilibre est fragile.

(Et j'aime toujours autant les articles de Justine_ :fleur:)
 
Depuis toute petite , j'ai toujours eu beaucoup de facilités (scolaire j'entends) . Et on m'a toujours dis que j'étais une gamine qui n'aurais jamais de problèmes à l'école & effectivement jusqu'à aujourd'hui je n'en avait pas ! Et bien voilà , aujourd'hui à la faculté je n'y arrive pas . Je sais que je pourrais le faire , mais n'ayant jamais au grand jamais travaillé de ma vie , "la flemme" me rattrape . Mais c'est au delà de la flemme . Mon cerveau ne peut se concentrer sur les études que lorsque je suis sur les bancs de l'amphi . Chez moi il m'est impossible de travailler et je suis incapable de ne serait-ce que relire mes cours . Mon résultat est 29.5 . Oui , je suis consciente que je peux le faire , mais je n'ai aucune motivation . Et je me demandais si certaines Madz plus agées ( car j'ai 18 ans :) ) pourraient me dire si elles avaient eu la même réaction à leurs entrées dans les études universitaires et comment elles avaient réussi à surmonter cette fainéantise permanente ...

Merci ,et l'article est vraiment très complet & bien écrit (comme toujours/souvent) !
 
Lady Dylan;2825696 a dit :
J'ai eu 22 et ça ne m'étonne pas, je sais que je suis dépressive et que j'ai des problèmes d'estime de moi. Mais j'ai eu du mal à répondre aux questions, déjà elles sont très vagues et en plus mon SEP varie du tout au tout selon mon humeur. Je pense quand même que je me suis améliorée à ce sujet depuis que je suis en école de journalisme : je réussis dans la plupart des matières, donc je me sens mieux, donc je travaille mieux... Malheureusement, cet équilibre est fragile.

(Et j'aime toujours autant les articles de @Justine_ :fleur:)

Merci beaucoup <3 (ça me fait drôlement plaisir)...
En fait, c'est un peu ça l'idée du SEP : il fluctue tout le temps, avec nos humeurs, en fonction des évènements auxquels on doit faire face, etc... Je dirais que l'idée à retenir, ça pourrait bien être : ok, je SAIS que j'ai un SEP proche du néant et que j'ai tendance à me dévaluer, mais je sais aussi que si je crois un peu plus en ma capacité à réussir, j'aurais tendance à plus réussir, justement (pas par un effet de "pensée magique", mais pour toutes les raisons expliquées par les chercheurs : lorsqu'on croit en sa réussite, on est plus engagé, on fournit plus d'efforts, on nabandonne moins vite). Protèges l'équilibre et keep on living (me v'là qui paraphrase Le Tigre...) !

Leïlouuuu;2827336 a dit :
Depuis toute petite , j'ai toujours eu beaucoup de facilités (scolaire j'entends) . Et on m'a toujours dis que j'étais une gamine qui n'aurais jamais de problèmes à l'école & effectivement jusqu'à aujourd'hui je n'en avait pas ! Et bien voilà , aujourd'hui à la faculté je n'y arrive pas . Je sais que je pourrais le faire , mais n'ayant jamais au grand jamais travaillé de ma vie , "la flemme" me rattrape . Mais c'est au delà de la flemme . Mon cerveau ne peut se concentrer sur les études que lorsque je suis sur les bancs de l'amphi . Chez moi il m'est impossible de travailler et je suis incapable de ne serait-ce que relire mes cours . Mon résultat est 29.5 . Oui , je suis consciente que je peux le faire , mais je n'ai aucune motivation . Et je me demandais si certaines Madz plus agées ( car j'ai 18 ans :) ) pourraient me dire si elles avaient eu la même réaction à leurs entrées dans les études universitaires et comment elles avaient réussi à surmonter cette fainéantise permanente ...

Merci ,et l'article est vraiment très complet & bien écrit (comme toujours/souvent) !

Merci :)
J'ai l'impression que tu as les réactions normales d'une jeune rookie de la fac... La transition lycée-fac est vraiment compliquée : plus rien (ou quasiment rien) n'est obligatoire, les partiels sont généralement groupés sur deux périodes de l'année, les professeurs ne nous connaissent pas... Bref, on ne nous accompagne plus et maintenir une motivation devient plus complexe.
Malgré tout, je crois que ça change avec les années d'études, les classes deviennent moins chargées, les cours plus profonds... et on grandit, on acquiert de nouvelles méthodes de travail peu à peu.
Si tu ne parviens à te concentrer qu'en amphi, peut-être que tu pourrais t'accorder des séances de travail en BU ? C'est contraignant et il faut vraiment se faire violence, mais ça peut être un moyen de te mettre en marche :)
 
Leïlouuuu;2827336 a dit :
Et je me demandais si certaines Madz plus agées ( car j'ai 18 ans :) ) pourraient me dire si elles avaient eu la même réaction à leurs entrées dans les études universitaires et comment elles avaient réussi à surmonter cette fainéantise permanente ...

Bonjour copine!

Je suis en dernière année polytech', et c'est typiquement le genre d'étudiants qui arrivent chez nous: toujours eu facile à l'école, réussite de l'examen d'entrée en ne faisant pas grand chose (ceux sortant de bonnes écoles ont une préparation suffisante). Et puis en première: les étudiants et étudiantes ne font rien. Certains partent vacances pendant le blocus (deux semaines où tu es censé travaillé à fond pour tes examens, deux semaines sans lesquelles 95% des gens rateraient d'ailleurs, c'est fait pour), et n'ouvrent la matière que la veille de l'examen.

Personnellement, j'ai trouvé chez ces personnes un manque d'engagement personnel. Quand ils ratent leur année: "Oui mais j'ai rien foutu" => je suis intelligente mais j'ai choisi de ne pas travailler. Ca me donne l'impression que ne pas travailler, c'est aussi choisir l'échec pour ne pas vivre un échec "malgré le fait qu'on ait travaillé pour". Je crois que c'est une responsabilité que tu dois prendre. Tu sais que tu joues ton avenir. Et, personnellement, ce qui m'a toujours motivé à travailler, c'est le sentiment de fierté que tu as une fois qu'une épreuve difficile est passée, et que tu as du travailler dur pour: mais que les résultats sont là. Le mérite est beaucoup plus grand que quand on réussit quelque chose sans se fouler, parce qu'on a facile.

Et puis souvent, un échec ou deux aux partiels permet parfois de re-booster les gens: mais c'est à double tranchant. parce que le sentiment d'échec est parfois très mal vécu par ceux qui y sont confrontés la première fois. Le stress peut etre paralysant.

Alors voilà, en conclusion, garde en tête: que tu es capable de le faire, et que tu te dois de donner le meilleur de toi même (surtout si tu as la chance d'en avoir les capacités). Pour toi, ta fierté, et ton avenir.
 
J'ai eu 34, et je suis assez d'accord avec ce "score" en fait :shifty: . J'ai jamais eu une confiance en moi des plus fulgurante, mais je me suis toujours fixé des objectifs assez hauts, et si je veux vraiment quelque chose ça me motive à fond.
En fait plus que l'estime de soi, c'est le fait de vouloir quelque chose au-délà du normal qui me fait me bouger, quand je veux quelque chose au point de ne penser plus qu'à ça, je n'arrêterais pas avant de l'avoir obtenu, donc c'est plus de l'obstination (obession ?) mais bon, ça marche plutôt bien :shifty: .
Après c'est vrai que je réagis plutôt sereinement face à des situations inattendues, donc ça doit aider pour le score...


Tite29;2825015 a dit :
19...
et je retrouve dans les commentaires des mad' ayant eu un score faible a peu près ce que je ressens tous les jours...
je n'arriverai jamais à perdre mes 5kg en trop, je vais planter mes exams, parce que de toute façon j'y arrive jamais (ce qui est faux, mais bizarrement c'est comme ça que je le ressens...), si aujourd'hui je suis à peu près heureuse, ça veut dire que demain je vais déprimer...
et même quand je réussi des balèzes de trucs, genre gagner un concours scientifique international, traverser l'europe en bus sans avoir aucune idée du lendemain, etc, j'ai trop d'échecs en parallèle pour que les réussites augmentent le peu d'estime que j'ai pour moi.
donc un score qui correspond à ce que je sens au jour le jour, ma psy serait pas contente de moi!
Les mad' avec un bon score, help me, comment faites-vous pour vous motiver?

Tu as vraiment gagner un concours scientifique internationale :oo: ??
Désolée, je sais que c'est pas vraiment le but de ce post, mais c'est un des exemples pour lesquelles tu devrais être super fière ! J'ai eu un score élevé mais pourtant je sais que je n'aurais JAMAIS pu faire ça, j'veux dire tu dois être méga intelligente !
En fait si tu as une petite opinion de toi même c'est sûrement que tu accordes trop d'attention sur tes échecs,
plutôt que de tirer profit de tes exploits. Pareil pour ton road-trip en bus, c'est le genre de choses qui donne confiance en soi, surtout si tu étais seule, puisque tu es livrée à toi-même, dans des pays que tu ne connais pas etc...
Je ne sais pas quel genre d'échecs tu as vécu mais c'est quand même des trucs énormes que tu as accompli, donc ne soit pas aussi pessimiste à ton égard :fleur:.
A côté de ça la première partie de ton post m'a fait réagir, parce que ça prouve bien à quel point tu n'as pas confiance en toi, alors que si tu tires profit des choses que tu as accompli y'a pas de raison que tu n'y arrives pas de plus petit. (Si tu as gagné un concours international scientifique pourquoi tu n'arriverais pas tes exams ??)

Enfin voilà, désolé pour ce loooong post, j'espère que ton estime de toi remontera ;) .

Edit : En fait je vois que l'article date d'il y genre super longtemps :facepalm: . Bref.
 
A

anne-lau

Guest
Gwenish;3469497 a dit :
Edit : En fait je vois que l'article date d'il y genre super longtemps :facepalm: . Bref.
Il a été réédité aujourd'hui, c'est pour ça :)

J'ai eu 34 aussi, mais je suis également convaincue que c'est un score fluctuant. Aujourd'hui, je suis en forme, méga motivée, j'entame un micro-régime, je ne m'inquiète pas de mon avenir à la fac et j'ai eu 34. Hier, j'étais fatiguée, j'avais le courage de rien et je me sentais incapable de réussir ma 3ème année de fac (j'ai eu mon S3 de justesse, raté mon S4, pourquoi le S5 serait-il meilleur?), je pense que j'aurais eu genre 3 à ce test :Pff:
Alors peut-être que ça dépend de l'énergie qu'on a (être optimiste demande quand même plus d'énergie qu'être pessimiste ou se laisser aller), mais pas seulement. Peut-être que c'est une question d'habitude, qu'à force de se dire "je peux le faire" on finit par y croire et on le fait. Si c'est le cas, il faudrait s'entraîner..? Se fixer des objectifs atteignables, les atteindre et augmenter l' "atteignable" petit à petit..?
J'en sais rien, au final, la psycho n'est pas tellement mon domaine (euphémisme inside) mais je suis certaine que la personne la mieux placée pour encourager, c'est celle qui sait toujours ce qu'on ressent, celle qui est avec nous toute la journée, tous les jours: soi-même.
Je conclue avec mon musique-motivation du moment:
Foster the People - Houdini - YouTube Raise up to your ability & focus on your ability :free:
 
D

doryess

Guest
comme il a été mentionné dans l'article le SEP n'est pas fixe donc des fois il se peut que notre destin de la journée soit dans les main d'une chanson qui pourra nous motiver ou pas( j'ai adorer la chanson d' Anne-lau ) , des fois une mauvaise journée m'anéantit fichant le SEP a zéro mais d'autre fois au contraire cela me pousse a faire mieux, personnellement je passe par un terrible changement du SEP au cours de mes études de médecine , motivée:danse: je fais des plans d'études chimériques( je me surestime) , puis vite rattrapée par la flemme je lâche tout on me donnant des excuses(insensées) mes cours s'accumules et mon manque de confiance aussi !! mais quand ma conscience s'éveille bonjours les crises de larmes :crying:je doute de mes capacités et je regrette de pas avoir su m'organiser, après ça( souvent a la dernière minute) je me surmène:stressed: pour me rattrapée et a la fin j'y arrive quand même (pour le moment) mais même en sachant que je passe pas tout ça j'ai toujours pas su comment m'épargner les étapes importunes :confused:[/
gros bisouuu a toutes
 
J

johnny-winston

Guest
J'ai eu un résultat de 15, ce qui ne me surprend qu'à moitié. C'est marrant, mais si je me base uniquement sur mon cas, je dirais qu'un faible sentiment d'efficacité personnelle est lié à un très gros égo...
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes