@Neverland90 : "Et cette minorité n'est pas victime d'une quelconque loi féministe mais seulement de la bêtise des autorités. Inutile de pointer le doigt sur le féminise lorsqu'il s'agit de bévue judiciaire."

Parenthèse sur la phrase ci-dessus.
Evidemment que le féminisme n'a rien à voir là-dedans, mais dire que c'est uniquement la faute à la bêtise des autorités, je ne suis pas d'accord : apparemment ce n'est pas qu'une bavure judiciaire, vu que c'est clairement une injonction de ne considérer victime que des femmes. J'ai vu la même chose en Angleterre a un moment donné, il me semble. Du coup en effet il peut y avoir des abus : des hommes battus non pris en compte (or dans plusieurs pays occidentaux, on les chiffre autour de 10% du total des victimes), et de certaines femmes pouvant abuser de la situation, ce qui peut être très dangereux car à mon avis, ce sont précisément elles, entre autres, qui décrédibilisent les femmes vraiment battues.
Le problème c'est que cette minorité n'est pas seulement victime de la bêtise des autorités (bien que je reconnais que les autorités sont parfois sacrément stupides!) mais de tout un système patriarcal et toute une mentalité machiste qui dévaluent non seulement les femmes mais aussi les hommes qui ne correspondent pas à l'image du mâle dominant et qui rangent les gens dans des cases "l'homme est fort, la femme est faible", "la femme est forcément victime", etc...

Il suffit de voir ce Maxime Gaget, qui a eu le courage de dénoncer la violence qu'il a subie de la part de sa compagne en février-mars 2015 : beaucoup de gens (beaucoup d'hommes d'ailleurs) qui commentaient en marge dans les médias considéraient qu'il était pitoyable, indigne, que c'était de sa faute car immature, et. Or l'Observatoire National de la Délinquance estime la minorité d'hommes battus à 10% environ du total des victimes. Et c'est trop pour qu'on considère que ça ne relève que de la "bêtise judiciaire". La réaction incrédule ou dégueulasse de beaucoup de gens dans les médias montre que la mentalité et le système patriarcaux sont aussi un gros problème, aussi pour cette minorité.
Or la violence peu importe qu'elle soit subie par une femme ou un homme, perpétrée par une femme ou un homme, doit être dénoncée et non cachée à cause d'une mentalité abjecte.
La seule bêtise judiciaire n'est pas la seule cause, mais également le système et la mentalité patriarcales et machistes qui rangent les gens dans des cases stupides du style "l'homme est fort / la femme est faible", "l'homme est viril / la femme est douce", "la femme à la maison avec les enfants / l'homme au travail avec l'argent", et qui fusillent toutes celles et ceux qui en sortent.

C'est d'ailleurs ce qui est si ironique : c'est exactement le même système qui justement ne prend absolument pas au sérieux les viols et qui font culpabiliser les femmes pour ce qu'elles vivent. Ou qui bizarrement ne se donne même pas la peine d'aller vérifier qu'une déclaration de violence conjugale est fondée ou non, ne serait-ce qu'en allant chez la personne voir si tout va bien.
Il faut maintenant carrément menacer la police d'aller écrire au procureur pour qu'ils enregistrent les plaintes maintenant, ces messieurs ont "autre chose à faire", paraît-il, et il est très courant que la police refuse d'enregistrer les plaintes et font tout leur possible pour qu'on ne porte pas plainte (ou qu'on fasse qu'une main courante qui, traduction, ira à la poubelle).

C'est un système totalement schyzophrène, j'ai l'impression...
 
Dernière édition :
  • Big up !
Reactions : agapanthe7 and Hisana
@Neverland90 : "Et cette minorité n'est pas victime d'une quelconque loi féministe mais seulement de la bêtise des autorités. Inutile de pointer le doigt sur le féminise lorsqu'il s'agit de bévue judiciaire."

Parenthèse sur la phrase ci-dessus.
Evidemment que le féminisme n'a rien à voir là-dedans, mais dire que c'est uniquement la faute à la bêtise des autorités, je ne suis pas d'accord : apparemment ce n'est pas qu'une bavure judiciaire, vu que c'est clairement une injonction de ne considérer victime que des femmes. J'ai vu la même chose en Angleterre a un moment donné, il me semble. Du coup en effet il peut y avoir des abus : des hommes battus non pris en compte (or dans plusieurs pays occidentaux, on les chiffre autour de 10% du total des victimes), et de certaines femmes pouvant abuser de la situation, ce qui peut être très dangereux car à mon avis, ce sont précisément elles, entre autres, qui décrédibilisent les femmes vraiment battues.
Je voulais juste revenir sur ce point, je suis d'accord globalement avec ce que tu dis, mais un élément me chiffonne "certaines femmes pouvant abuser de la situation [...] ce sont précisément elles, entre autres, qui décrédibilisent les femmes vraiment battues", à quoi fais-tu référence ? Comment une femme peut-elle abuser de la situation ? C'est à dire, si je comprends bien, porter de fausses plaintes ? Si c'est ce que tu sous entends, je voudrais juste signaler que c'est vraiment un mythe ces soit-disant fausses plaintes. Des études ont montré que lors de plaintes dont l'enquête atteste qu'elles sont fausses, elles cachent en réalité de vraies violences et agressions, ce qui est "faux" dans la plainte en général, c'est la personne désignée (dans les cas d'inceste par exemple, les victimes vont désigner quelqu'un.e d'autre parce que désigner un.e membre de la famille est trop dur ou impossible, je ne m'étends pas sur le sujet, je pense que cette difficulté est très facile à comprendre). Bref, le mythe des "fausses plaintes" pour viol, violences etc est vraiment à combattre, quand on voit que seule une extrême minorité de femmes victimes de violences osent porter plainte (justement à cause de se soupçon de malhonnêteté), je pense qu'il faut arrêter de répandre ce genre d'idées (qui sont, pour le coup, malhonnêtes).
Je ne dis pas que depuis toujours il n'y a jamais eu une seule fausse plainte déposée, seulement que si ça arrive c'est extrêmement rare proportionnellement aux vraies plaintes et que considérer que ce sont ces fausses plaintes "qui décrédibilisent les femmes vraiment battues" c'est reporter encore une fois sur les femmes la responsabilité des dérives et du machisme du système judiciaire, comment quelques fausses plaintes face à des milliers ont-elles le pouvoir de "décrédibiliser" ?
Par ailleurs, dès qu'un "faux cas de violences" est médiatisé, tout est remis en cause alors que dans le même temps on a une femme violée toutes les 8 minutes, une qui meurt tous les 2,5 jours sous les coups de son mari etc etc... Je pense que croire que ce sont les fausses plaintes qui décrédibilisent les femmes vraiment battues c'est un peu fort de café, c'est le fait d'accorder plus d'importance, médiatiquement parlant, aux fausses plaintes qu'aux vrais crimes qui décrédibilise... J'attends vraiment le jour ou, tous les 2,5 jours les journaux quotidiens consacreront leur une à une des femmes mortes sous les coups de son mari. Vous imaginez, trois unes par semaine pendant un an consacrées à ces meurtres ? Peut-être que ça ferait bouger un peu les choses plutôt que ces meurtres figurent dans les "faits divers"... Bref, je dévie...
 
je voudrais juste signaler que c'est vraiment un mythe ces soit-disant fausses plaintes.
Je ne fais que me rapporter aux statistiques qui ont été données à ce sujet : une étude de 2010 avait conclu à 5,9% de fausses plaintes.
source : http://antisexisme.net/2011/12/04/mythes-sur-les-viols-partie-1-quels-sont-ces-mythes-qui-y-adhere/ (dans les notes de bas de page).
Donc non, ces fausses accusations, aussi bien viol que violences, ne sont pas un mythe, elles existent bien - et personnellement j'ai connu ça avec ma propre mère
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
Par contre, ces fausses accusations sont très minoritaires, en effet.
A moins que tu parles de mythe dans la mesure où les gens penseraient que ces fausses accusations sont beaucoup plus nombreuses que ce que disent les chiffres, et là, je te rejoins, tout comme je suis aussi d'accord sur le fait qu'il y a extrêmement peu de victimes qui en réalité portent plainte.

Mais je trouve que même si ces accusations sont très minoritaires, elles font partie de ce tout qui va faire énormément de mal aux vraies victimes, car les policiers se servent de ces fausses plaintes pour dire "bah voilà, comment vous croire? vu qu'on a déjà eu des fausses accusations...". C'est en ça que je considère que les personnes faisant de fausses accusations sont très dangereuses, et qu'il est absolument hors de question d'excuser leurs mensonges, à la fois pour les innocents qui sont accusés, que pour les vraies victimes qui, comme tu le soulignes, ont toutes les difficultés du monde à être crues (et personnellement, j'ai eu la particularité d'avoir été dans les deux cas).

Par contre, tu soulèves un point intéressant, que des fausses plaintes ne sont pas forcément complètement fausses et cachent quand-même des vraies victimes.
Par contre, même sachant cela, le fait que des innocents soient menacés d'avoir leur vie bousillée parce que la victime à dénoncé la mauvaise personne, chez moi ça passe pas. Le fait d'avoir été victime ne justifie pas de détruire la vie d'une autre personne en l'accusant injustement. La vie est trop précieuse pour qu'elle soit injustement détruite par la machine judiciaire si la personne n'a rien fait de mal (et là encore, je sais le malaise que ça peut donner d'être injustement accusée d'un acte qu'on a pas fait [non seulement je l'avais pas fait, mais les rôles avaient en fait été inversés]).
Je comprends très bien la difficulté de ne pas dénoncer le vrai auteur d'un crime, comme l'inceste, mais accuser quelqu'un d'autre à la place devrait être également très difficile. Condamner la vie de quelqu'un d'innocent, même dans ces circonstances, est à mes yeux inexcusable.
Et peut-être que ça va choquer mais tant pis : oui, je pense sincèrement que ces fausses accusations, aussi peu nombreuses soient-elles, participent à faire de l'ombre aux vraies victimes. Et ces personnes devraient avoir honte de leurs actes. Tout comme ma mère devrait avoir honte de m'avoir faite passer pour une criminelle, alors que la criminelle, c'était elle.

Par ailleurs, dès qu'un "faux cas de violences" est médiatisé, tout est remis en cause alors que dans le même temps on a une femme violée toutes les 8 minutes, une qui meurt tous les 2,5 jours sous les coups de son mari etc etc... [...] c'est le fait d'accorder plus d'importance, médiatiquement parlant, aux fausses plaintes qu'aux vrais crimes qui décrédibilise...
Je suis d'accord, mais je pense que ça s'imbrique dans un tout.
Que les médias accordent davantage d'importance aux fausses plaintes qu'aux vrais crimes est un gros problème. Mais je reste persuadée que les fausses plaintes, dans leur existence même, participent aussi à faire du tort aux vraies victimes.
Je ne dis pas que seules les fausses plaintes décrédibilisent les victimes car évidemment qu'il y a tout un système derrière, et sur ce point précis, nous sommes d'accord, mais je dis seulement que ça sert d'excuse pour nier le vécu des victimes (je l'ai déjà entendu à plusieurs reprises).
Et du point de vue du policier (et dieu sait que je déteste les policiers vu mon expérience catastrophique avec eux), je comprends aussi le dilemme : autant il faut rendre justice aux victimes, autant il faut aussi faire attention à ne pas bousiller la vie de quelqu'un qui se révèlerait innocent. Et parmi les policiers, il y a les consciencieux et les incompétents (je suis souvent tombée sur ceux de la 2e catégorie...).

J'ai souvent eu le sentiment de toute façon que dans ce genre d'histoires, c'était souvent les personnes mal intentionnées qui s'en sortaient le mieux... mais je suis peut-être fataliste...

J'attends vraiment le jour ou, tous les 2,5 jours les journaux quotidiens consacreront leur une à une des femmes mortes sous les coups de son mari. Vous imaginez, trois unes par semaine pendant un an consacrées à ces meurtres ? Peut-être que ça ferait bouger un peu les choses plutôt que ces meurtres figurent dans les "faits divers"
Tout à fait d'accord avec toi.
 
Dernière édition :
Je ne fais que me rapporter aux statistiques qui ont été données à ce sujet : une étude de 2010 avait conclu à 5,9% de fausses plaintes.
source : http://antisexisme.net/2011/12/04/mythes-sur-les-viols-partie-1-quels-sont-ces-mythes-qui-y-adhere/ (dans les notes de bas de page).
Donc non, ces fausses accusations, aussi bien viol que violences, ne sont pas un mythe, elles existent bien - et personnellement j'ai connu ça avec ma propre mère
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
Par contre, ces fausses accusations sont très minoritaires, en effet.
A moins que tu parles de mythe dans la mesure où les gens penseraient que ces fausses accusations sont beaucoup plus nombreuses que ce que disent les chiffres, et là, je te rejoins, tout comme je suis aussi d'accord sur le fait qu'il y a extrêmement peu de victimes qui en réalité portent plainte.

Mais je trouve que même si ces accusations sont très minoritaires, elles font partie de ce tout qui va faire énormément de mal aux vraies victimes, car les policiers se servent de ces fausses plaintes pour dire "bah voilà, comment vous croire? vu qu'on a déjà eu des fausses accusations...". C'est en ça que je considère que les personnes faisant de fausses accusations sont très dangereuses, et qu'il est absolument hors de question d'excuser leurs mensonges, à la fois pour les innocents qui sont accusés, que pour les vraies victimes qui, comme tu le soulignes, ont toutes les difficultés du monde à être crues (et personnellement, j'ai eu la particularité d'avoir été dans les deux cas).

Par contre, tu soulèves un point intéressant, que des fausses plaintes ne sont pas forcément complètement fausses et cachent quand-même des vraies victimes.
Par contre, même sachant cela, le fait que des innocents soient menacés d'avoir leur vie bousillée parce que la victime à dénoncé la mauvaise personne, chez moi ça passe pas. Le fait d'avoir été victime ne justifie pas de détruire la vie d'une autre personne en l'accusant injustement. La vie est trop précieuse pour qu'elle soit injustement détruite par la machine judiciaire si la personne n'a rien fait de mal (et là encore, je sais le malaise que ça peut donner d'être injustement accusée d'un acte qu'on a pas fait [non seulement je l'avais pas fait, mais les rôles avaient en fait été inversés]).
Je comprends très bien la difficulté de ne pas dénoncer le vrai auteur d'un crime, comme l'inceste, mais accuser quelqu'un d'autre à la place devrait être également très difficile. Condamner la vie de quelqu'un d'innocent, même dans ces circonstances, est à mes yeux inexcusable.
Et peut-être que ça va choquer mais tant pis : oui, je pense sincèrement que ces fausses accusations, aussi peu nombreuses soient-elles, participent à faire de l'ombre aux vraies victimes. Et ces personnes devraient avoir honte de leurs actes. Tout comme ma mère devrait avoir honte de m'avoir faite passer pour une criminelle, alors que la criminelle, c'était elle.

Je suis à peu près d'accord (pas sur tout, cependant), mais je pense que ça s'imbrique dans un tout.
Je ne dis pas que seules les fausses plaintes décrédibilisent les victimes car évidemment qu'il y a tout un système derrière, et sur ce point précis, nous sommes d'accord, mais je dis seulement que ça sert d'excuse pour nier le vécu des victimes (je l'ai déjà entendu à plusieurs reprises).
Et du point de vue du policier (et dieu sait que je déteste les policiers vu mon expérience catastrophique avec eux), je comprends aussi le dilemme : autant il faut rendre justice aux victimes, autant il faut aussi faire attention à ne pas bousiller la vie de quelqu'un qui se révèlerait innocent. Et parmi les policiers, il y a les consciencieux et les incompétents (je suis souvent tombée sur ceux de la 2e catégorie...).

J'ai souvent eu le sentiment de toute façon que dans ce genre d'histoires, c'était souvent les personnes mal intentionnées qui s'en sortaient le mieux... mais je suis peut-être fataliste...

Tout à fait d'accord avec toi.
Je ne sais pas comme faire pour citer "parties par parties" alors je vais répondre d'un bloc.
Pour les études statistiques, ça rejoint ce que je disais, 5,9% c'est vraiment un chiffre ridicule, cela signifie qu'il y a 94,1% de plaintes justifiées ! Je parle de mythe en effet parce que dans l'imaginaire collectif, il existe bel et bien une part importante de fausses plaintes, l'étude dont tu parles vient complètement démentir cela. Evidemment que cela ne veut pas dire qu'il n'y aucune fausse plainte, jamais, je le dis d'ailleurs également, mais en proportion, très honnêtement, je trouve que c'est bien trop minoritaire pour y donner plus d'importance que cela n'en a en réalité.
Et bien entendu, on est d'accord, une fausse plainte peut détruire la vie de quelqu'un.e, je ne renie pas ça du tout, mais si la police était mieux formée et les services de justice également, je pense que les conséquences pourraient être bien amoindries. Que la police te dise ce qu'elle t'a dit montre qu'elle n'a pas bien fait son travail puisqu'ils/elles n'ont pas pris en compte une base simple de la justice : la présomption d'innocence.
La police n'avait pas à agir de la sorte à ton encontre, la fausse plainte n'est pas la cause de cette dérive. Si dérive il y a et condamnation d'une personne innocente, c'est en raison d'une multitude d'éléments : manque d'effectifs dans les services juridiques, personnels de police absolument pas formé.es etc etc.
Que les policiers/policières prennent l'excuse de "mais vous savez, il y a des personnes qui mentent", quand on sait, vu les statistiques, que 94,1% disent la vérité, c'est vraiment de la mauvaise foi qui leur permet de se dédouaner du travail qu'ils et elles ont à faire.
Je comprends qu'en tant que victimes de ce genre de faits tu ne puisses pas excuser ces fausses plaintes même dans le cas de personnes ayant été réellement victimes, je respecte ton point de vue, ce n'est pas le mien mais je peux comprendre.
 
Pour citer par parties, en fait tu surlignes avec ta souris la partie que tu veux citer, et en passant la souris sur la partie surlignée (en bleu) et tu auras l'option "citer"; tu cliques dessus et ça te citeras automatiquement le passage dans ta réponse :)

Sur ta dernière réponse, on est à peu près d'accord sur presque tout, en fait. :)

Je parle de mythe en effet parce que dans l'imaginaire collectif, il existe bel et bien une part importante de fausses plaintes, l'étude dont tu parles vient complètement démentir cela.
On est tout à fait d'accord sur ce point.
Après, je n'irais pas jusqu'à employer le mot "ridicule" pour ma part, car 5,9% c'est peu mais c'est pas si insignifiant non plus, même si c'est très nettement inférieur aux vrais drames, c'est certain.


Si dérive il y a et condamnation d'une personne innocente, c'est en raison d'une multitude d'éléments : manque d'effectifs dans les services juridiques, personnels de police absolument pas formé.es etc etc.
Et aussi le fait que la présomption d'innocence passe à la trappe, ou bien encore le jugement au faciès.

Après, en effet, il y a un gigantesque manque de formation policier et au niveau judiciaire. Manque de formation psychologique et en victimologie également (ce qui a amené à mes yeux à l'incompréhension de la justice par rapport à l'affaire Jacqueline Sauvage par exemple). Et en effet, la présomption d'innocence en prend un sacré coup dans la pratique policière, et ceci trop souvent à mon goût.
J'en ai fait l'expérience moi-même, mais j'ai encore deux autres exemples de mon entourage proche comme une mère accusée de pédophilie envers sa fille et l'accusateur n'était autre que le père violeur de sa fille et qui violentait aussi la mère, et qui avait eu le sacré culot d'aller lui-même à la police faire cette fausse accusation sous prétexte que la mère acceptait la demande de sa fille de dormir avec elle car sa fille avait trop peur de dormir seule avec son père dans la pièce à côté. Le pire c'est qu'avec son lavage de cerveau il a presque réussi à faire croire à sa femme qu'elle avait commis un acte pédophile. Le coup du pédophile qui fait croire que ce sont les autres qui le sont, ça je connaissais pas et je ne souhaite à absolument personne de connaître un tel sort. Ca me noue la gorge rien que d'y repenser, tiens...

Pour moi, on a considéré que j'étais une "ado instable et rebelle" sans se poser la moindre question de savoir si j'étais pas rebelle justement parce que je me faisais tabasser par ma mère (d'ailleurs, "rebelle" je l'ai étée uniquement envers ma mère et personne d'autre; j'étais toujours été gentille, voire "trop gentille" en règle générale).

Donc tout ça pour dire : oui, la police aurait besoin d'une formation... en à peu près tout? Oui.
Comme disait Coluche en son temps "courez pas, on est pas de la police".

Que les policiers/policières prennent l'excuse de "mais vous savez, il y a des personnes qui mentent", quand on sait, vu les statistiques, que 94,1% disent la vérité, c'est vraiment de la mauvaise foi qui leur permet de se dédouaner du travail qu'ils et elles ont à faire.
Nous sommes également d'accord sur le fait qu'ils auraient au moins pu faire leur petite enquête et pas directement me condamner sans le moindre jugement (et tout en rejettant le témoignage des voisins, en plus!). A ce niveau, c'est de l'erreur professionnelle.
Et malheureusement c'est pas si rare que la police se comporte ainsi.

Je comprends qu'en tant que victimes de ce genre de faits tu ne puisses pas excuser ces fausses plaintes même dans le cas de personnes ayant été réellement victimes, je respecte ton point de vue, ce n'est pas le mien mais je peux comprendre.
De part mon vécu, j'ai trop vu le massacre que le mensonge faisait sur les personnes visées, et c'est trop dur pour moi d'accepter ça.
Mais pareillement à toi, même si je n'ai pas le même avis sur la question que toi, je peux aussi comprendre ton point de vue.
 
  • Big up !
Reactions : Janis Harvey
De part mon vécu, j'ai trop vu le massacre que le mensonge faisait sur les personnes visées, et c'est trop dur pour moi d'accepter ça.
Mais pareillement à toi, même si je n'ai pas le même avis sur la question que toi, je peux aussi comprendre ton point de vue.
Oui, je pense que la question du pardon lorsqu'on a été victime (de quoi que ce soit d'ailleurs), elle se situe à un niveau individuel et privé, elle touche à des choses intimes et je n'irai jamais te reprocher de ne pas pardonner à ta mère, c'est évident.
J'aurais du préciser ma phrase, disons que du point de vue de la victime, le fait de ne pas pardonner est une chose que je comprends complètement et qui est légitime.
C'est plus du point de vue de la collectivité que je pense qu'il faut "passer à autre chose" (le terme est maladroit mais je n'en ai pas d'autre sous la main là) lorsqu'une personne est condamnée et a purgé sa peine et si celle-ci est juste, sans quoi pourquoi laisser sortir une personne de prison si, en dehors de la prison elle ne peut se reconstruire et passer à autre chose aux yeux de la société et est alors perpétuellement condamnée de toute part par le regard social, si la sortie de prison s'apparente à "une prison géante que serait la société" ?. (Je distinguerai le pardon de la victime (qui lui est intime et privée) et le comportement de la société entière à la sortie de prison d'une personne).
 
@Janis Harvey je suis d'accord avec toi sur cette question. Et j'essaie de pardonner (j'aurais pu envoyer ma mère en prison, je ne l'ai jamais fait, et d'ailleurs je l'ai payé, personne dans mon voisinage n'a compris pourquoi je n'ai pas poursuivi ma mère, et ceux qui avant me soutenaient ont eu la "bonne" idée de m'affubler du "syndrome de stockholm").
Mais je crois que de tout ce que j'ai pu vivre, le mensonge sur ce genre de choses, est peut-être une des épreuves les plus dures que j'ai eues à surmonter, d'où ma difficulté particulière à pardonner le mensonge, surtout s'il a des conséquences aussi graves. Ca rend les choses d'autant plus difficiles à pardonner, quand on a dépassé un certain niveau de perversion, je pense...
Ce qui ne m'empêche pas pour autant de constater que le mensonge représente une très petite minorité quand-même. Je ne perds pas ça de vue.
 
J'aime bien l'article il est bien rédigé, aéré et tout et tout, mais je suis pas vraiment d'accord avec en fait... Enfin plutôt je suis plus d'accord avec, je l'avais déjà lu y'a longtemps et j'avais à l'époque le même discours !
On est d'ailleurs de plus en plus à penser que nier le sexisme anti-homme est plus néfaste pour le féminisme qu'autre chose... Je pense qu'il faut reconnaître toutes les discriminations.
Après ce n'est pas spécialement pour cette raison que je dis que le sexisme anti-homme existe, à la base c'est une analyse d'une page Facebook que j'aime beaucoup qui m'a totalement convaincue ^^ ( https://www.facebook.com/logiscommunaute/posts/137397113334914 )
Perso je suis de celles qui pensent que refuser d'accorder le droit à l'homme d'être victime de quelque chose, parce que justement il doit être viril, solide et incarner une figure puissante culturellement c'est comme par exemple refuser d'accorder le droit à la femme d'être sportive parce qu'elle doit incarner la douceur ce ci cela... Et pour moi on est totalement dans le sexisme, pas dans le féminisme...
On se bat contre une société qui a assimilée le sexisme féminin oui c'est vrai, mais ce n'est pas une raison pour nier ou ne pas prévoir les débuts de sexisme masculin, qui est bien présent, le but n'est pas d'inverser les rôles !
 
  • Big up !
Reactions : Pandiale
E

Esdeve

Guest
Si on ne peut pas parler de symétrie, je ne suis pas d'accord pour dire que la misandrie est inexistante. L'objectification ou pratiques assimilées ne sont pas tout. Et si l'on ne les retrouve pas dans l'imagerie masculine visible, on oublie que le sexisme n'est pas forcément affiché. Il suffit qu'un homme ne corresponde pas à ces images de mâles alphas, ou encore (sans même parler de sexualité) qu'il ait choisi une apparence ou un comportement jugé plus "faible", et il peut autant se faire descendre par des hommes ou des femmes.

Ceci est déjà à considérer comme sexiste même si on pourrait élargir à d'autres termes. Et on peut d'ailleurs très bien utiliser celui d' "inversé" ici aussi, dans le sens où ce qui prime dans le milieu masculin c'est le fait de ne pas correspondre à ces qualités ou idées de ces qualités qui est un déclencheur de violences de la part des deux sexes (et d'ailleurs de rapprochement avec les femmes ou l'homosexualité, tiens donc ...), enfin l'impacte est essentiellement ultérieur ; là ou la violence envers les femmes me semble bien plus important en "amont" et orientée vers l'obligation à épouser ces images et "fonctions", et moindre en "aval".

Seule chose que j’admettrais c'est que le sexisme est sans doute en effet et avant tout un comportement masculin, relayé ensuite par une part des femmes (et je ne parle pas de celles qui ont quelque chose à reprocher aux hommes dans le déroulement de leur vie et qui aurait un effet négatif dans cette relation aux hommes). Phénomène éducatif / reproduction culturelle / grégaire pour ce dont je parle donc.

Je ne sais pas si j'ai été clair ni si j'ai les outils pour ... Bref, de toute façon, imposer une norme quel que soit la forme de pression en résultant est forcément miso à un moment ou à un autre. Et peu importe le sujet chacun à son petit fascisme perso, et aussi ses petits fascistes qui l'attendent au tournant.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes