L'IVG bientôt remboursée à 100%

17 Janvier 2009
624
931
4 894
St-Maur
Hercynie;3598590 a dit :
Merci de chipoter, j'ai appris quelque chose
icon12.gif
même si je pense pas avoir tout compris à la nidation.
Pour moi la nidation, c'était que l'embryon était déjà "attaché" et donc que certaines contraceptions permettaient de le "décrocher" ainsi l'avortement pouvait être inclus.

La nidation, c'est l'oeuf qui "s'attache" dans l'utérus, pour que les vaisseaux sanguins puissent se développer et nourrir l'embryon. Après la nidation le placenta se forme, etc.
Mais donc l'avortement n'est pas une contraception : au contraire de la pilule, du stérilet, de l'implant, des préservatifs etc., qui visent à empêcher que l'oeuf s'implante, l'avortement vise à détacher l'oeuf de la paroi utérine !

Et sinon je suis globalement d'accord avec Zvezda : si on choisit de rembourser sans poser de questions les frais médicaux des gens qui ont bu au volant, qui fument, et des conduites à risque en général, il n'y a aucune raison de refuser de prendre en charge l'IVG...
 
5 Août 2010
21
7
1 054
Tourcoing
Zvezda;3597448 a dit :
En fait parce que j'ai amené le débat sur ce terrain-là parce que je constate qu'à chaque fois qu'on parle d'avortement, on évoque les possibles "avortements contraceptifs", et que la réponse à cet argument est toujours "elles sont minoritaires/elles n'existent pas/ceci cela" alors qu'il me semble important, quand l'argument des avortements de confort ou des avortements "contraceptifs" est utilisé notamment par le système politique, d'interroger pourquoi cet argument, qu'il soit valide ou non, en est un.
Je vais développer une dernière fois, pour dire tout ce que j'avais à dire sur le sujet et après j'arrête de vous embêter avec ça :)

L'argument ou le fait de dire "par contre quand des filles l'utilisent comme contraception/à répétition/plusieurs fois et s'en vantent c'est grave/dégueulasse/autre" participe à la construction d'une vision de l'IVG. Qui, dans de nombreux cas (et je ne dis pas que ça a été le cas des filles sur ce forum) revient à dire que l'IVG doit être... Méritée en quelques sortes. Que le faire une ou deux fois c'est compréhensible, c'est raisonnable, c'est responsable, que si on s'est protégée et que notre contraception a échouée, c'est compréhensible, mais pas si on a choisi de ne pas se protéger ou de se protéger d'une manière obsolète. Et ça revient je pense à dire que l'IVG est pardonnable dans certains cas. Quand on lit des topics sur l'avortement, on retrouve toujours les mêmes phrases pour dire que la contraception peut ne pas fonctionner, qu'une telle est tombée enceinte sous pilule, que telle ou telle justification fait qu'on en est venue à l'avortement. C'est vrai, mais ce mécanisme de toujours devoir justifier, expliquer, montrer qu'on n'a pas voulu en arriver à l'avortement, est tout de même étonnant. J'ai avorté deux fois, à sept ans d'intervalle, et si je rédige un témoignage, si j'en parle sur un topic, je me surprends, de moi-même, à expliquer pourquoi ou comment ma contraception n'a pas fonctionné, en quoi c'était accidentel, et à me justifier. Et d'après les témoignages que je lis ce mécanisme s'applique toujours, on justifie toujours son avortement, on montre toujours que pourtant on avait été responsable.
Pourquoi ? Je viens témoigner de la manière dont j'ai vécu une IVG, personne ne m'a demandé comment j'étais tombée enceinte et pourtant je le précise, je l'explique. Parce que j'ai en tête, comme la majorité des gens, l'idée que l'avortement n'est pas anodin, qu'il est grave, qu'il peut être traumatisant, et qu'en arriver là parce qu'on n'a pas fait attention, c'est vraiment pas bien. C'est toute une représentation de l'IVG, toute une perception de la femme et de sa sexualité, qui est à l'oeuvre dans ce besoin constant de s'expliquer et de montrer que pourtant on a été raisonnable. L'avortement est une procédure médicale dont j'ai eu besoin, que j'ai été raisonnable ou non, que j'ai fait une bêtise ou pas, ne devrait pas entrer en ligne de compte et ne devrait pas être ressenti comme quelque chose qui amène à juger, à condamner, ce qui n'est finalement qu'une intervention médicale dont j'ai eu besoin. Je suis fumeuse, 85% des cancers du poumon sont dus au tabac d'après l'OMS, dans l'éventualité où j'ai un jour un cancer du poumon il y aura de très grandes chances que ce soit ma faute, que mon comportement nocif ou irresponsable l'ait engendré, et que mes frais de santé, à la charge de la sécu, soient dus à mon comportement. Et je me dirais sans doute que j'ai été conne de fumer, oui, mais je ne sentirais pas le besoin de me justifier face à la société, si je témoigne sur un forum à propos du cancer je ne me sentirais pas tenue de commencer par une explication de pourquoi j'ai fumé et de trouver des raisons à ce comportement, la société ne me culpabilisera pas et ne me renverra pas constamment au visage que c'est grave et que je suis irresponsable. Pour l'IVG c'est pourtant le cas. Si je poste sur un forum que j'ai avorté parce que "j'avais pas envie de prendre la pilule" (ceci est une hypothèse, pas une réalité - et ça aussi je me sens tenue de le préciser), ça provoquera un tollé et des réactions très émotionnelles, on me traitera de tous les noms et on me dira que je suis complètement irresponsable.

La réaction face à l'idée d'un "avortement contraceptif" est particulièrement violente. Pourtant, ce n'est pas une donnée, si elle est réelle, que nous pourrons changer. L'argument de l'avortement contraceptif n'en est pas un au sens où on ne pourra pas l'empêcher s'il existe à moins de fliquer toutes les femmes qui vont se faire avorter pour vérifier que ce n'est pas la huitième fois (et si ça l'est qu'est-ce qu'on pourrait dire ou faire ? l'empêcher d'avorter ? la mettre sous tutelle et lui faire prendre un contraceptif de force ? la stériliser ? Il n'y a aucune mesure respectueuse de l'être humain et de sa liberté, autre que l'information encore et toujours, qui puisse empêcher une femme de se faire avorter autant de fois qu'elle en a envie). Ou de faire payer l'avortement très cher pour "responsabiliser", avec cet argument qu'on ressort très souvent que payer quelque chose c'est être responsabilisé et qui à mes yeux n'a pas de sens : des moyens d'avorter "clandestinement", il y en a, des femmes qui peuvent se permettre de dépenser de l'argent pour avorter plusieurs fois aussi, on ne responsabilisera personne, on mettra simplement les personnes plus démunies en danger. Si on accepte l'idée que l'avortement contraceptif existe on constate vite que même dans cette hypothèse, on n'a pas de solution pour le limiter (si ce n'est le suivi psychologique, l'aide, l'information, mais si on part du principe que la fille qui choisit d'avorter à de multiples reprises est consciente de ce qu'elle fait et informée des alternatives - comme le disent pas mal de gens qui parlent de "l'avortement contraceptif" - ça tombe à l'eau).
A partir de là, à mes yeux, sortir l'argument de l'avortement contraceptif dans un débat sur l'IVG est quelque chose qu'il faut interroger, parce que ça ne fait pas avancer le débat (c'est un problème, s'il est réel, qui semble sans solution) ça démontre toute une conception de l'IVG, de la femme et de sa sexualité, d'une sensibilité face à l'avortement. Et quand nous y répondons, nous répondons toujours que ce n'est pas le cas de la majorité, qu'on peut tomber enceinte en utilisant une contraception, que c'est un mythe. En 2008, à peu près 9% des femmes qui ont avorté avaient déjà avorté trois fois ou plus (chiffre de l'INED, je n'ai pas de statistiques plus récentes parce que des statistiques aussi précises n'ont pas été fournies pour l'instant par le Ministère de la Santé pour les années suivantes - et je précise que j'ai additionné dans mon coin, ça fait dans les 9% je ne dis pas que c'est le chiffre exact). Dans ce chiffre il faut bien sûr compter les interruptions de grossesse pour raison médicale (elles représentent dans les 5% des avortements en 2008 ), les personnes mal informées, les raisons psychologiques, les problèmes de contraception (la majorité des avortements se faisant alors que la personne était sous contraception on peut supposer que c'est également le cas dans ce chiffre), l'hyperfertilité, et tout un tas de facteurs, à mon sens on ne peut pas pour autant parler d'avortement contraceptif. Mais les femmes qui avortent plusieurs fois existent et quand on répond en citant des exemples de contraception qui a échouée, en justifiant, en expliquant que c'est pas le cas de la majorité, on répond à côté à mon sens... Parce que la vraie question serait, à mon avis, pourquoi est-ce que ça choque tellement l'idée qu'une femme avorte plusieurs fois, qu'elle n'ait pas fait attention, pourquoi est-ce que c'est si culpabilisant, pourquoi on se sent obligé de trouver des excuses, alors qu'on ne le ferait pas pour une autre intervention médicale induite par des comportements à risque ?
A mes yeux ça montre que l'IVG a encore du chemin à faire en France, que ce n'est absolument pas considéré comme une intervention médicale "normale", que ça doit rester de l'ordre de l'exceptionnel, que ça doit, en quelques sortes, être excusable d'une manière ou d'une autre. Sans faire de parallèle pour autant, j'ai un peu le même sentiment quand je lis qu'on est opposé à l'avortement "sauf en cas de viol bien sûr" : on ne considère donc pas que l'avortement est un meurtre vu qu'on y est favorable dans certains cas, mais on estime là aussi qu'il doit quand même y avoir une raison valable, une façon de victimiser la patiente (sa contraception n'a pas marché, elle a été violée, le préservatif a craqué... dans tous les cas il faut que ce ne soit pas sa faute) qui justifierait le recours à l'avortement. Et voilà pourquoi j'ai voulu l'interroger et donc amener à faire tourner le débat autour de ça :)


TOUT d'abord merci zvevda pour ta participation au débat, à poser la question 10 fois et meme plus, et ne pas avoir encore de VRAIE réponse.

Si on dé-émotionnalise et si comme toi on cherche intellectuellement le POURQUOI (oui pourquoi cette attitude envers ces femmes ce type de femmes cette attitude chez des femmes etc..), on se rend compte que la gestion de la sexualité et la fertilité d'une femme doit toujours etre validée par le groupe.

Déjà proposer une contraception gratuite est pour beaucoup de personnes (et pas que des parents) une incitation à l'acte sexuel, à l'indécence, aux actes débridés (comme ces parents d'élèves de lycée votant non au distri de capotes mais oui aux pommes.... :O ). Là pour certain-e-s c'est une validation de la conduite sexuelle irresponsable, meme pas envers autrui mais envers soi. C'est flippant de toujours et encore infantiliser et avoir besoin de cadrer la liberté sexuelle féminine, ce besoin de trouver un sens, une justification à tout.

J'ai l'impression que tout ça concerne juste une histoire de morale personnelle et de controle. Oui je pense que la prévention est impérative, la connaissance des multiples contraceptifs, se connaitre et avoir de l'estime de soi pour mieux faire ses choix dans son intéret...

Immédiatement, on me parle d'avortement contraceptif , je vois des nanas irresponsables. Mais si ça me choque en fait c'est envers qui? Envers elle? Non je l'imagine en un type de personne écervelée et facile à détester. Mais pourquoi? Malgré ma démarche féministe, je juge son rapport à la fertilité à la vie à sa sexualité à l'aune d'une morale qui vient de ou? Des siècles de patriarcat? Du reve et du bonheur de faire des bébés? (grosse grosse ironie).

Moi aussi j'aimerais savoir pourquoi ça me choque, car ça m'énerverais que cette émotion soit juste basée sur un instinct de conservation qui m'échappe ou des milliers d'année ;) (joke) de patriarcat.

Ouais pourquoi.
 
5 Août 2010
21
7
1 054
Tourcoing
et déjà ça serait bien d'avoir de vrais cours d'éducation sexuelle au collège et lycée, et pas (à mon époque) une vieille madame tampax qui faisaient sortir les garçons quand on abordait le territoire féminin.... :sad:
 
26 Août 2009
1 207
749
4 964
Besançon
akashou;3605245 a dit :
et déjà ça serait bien d'avoir de vrais cours d'éducation sexuelle au collège et lycée, et pas (à mon époque) une vieille madame tampax qui faisaient sortir les garçons quand on abordait le territoire féminin.... :sad:

Je n'ai même pas eu le droit au cours de Mme Tampax moi. Aucun cours concernant la sexualité, aucun... !!!! Et quand on voit la nouvelle génération, il ferait bien de rendre obligatoire un certain nombre d'heures de cours d'éducation sexuelle, tous les ans du collège au lycée !
 
V

versus

Guest
Dans mon collège, les filles ont eu droit à 2h de cours d'éducation sexuelle. Les garçon, 45 minutes.

Pour donner un début de réponse à l'angle très intéressant qu'a abordé Zvezda, et pour me lancer joyeusement dans les généralités comme dans un tas de feuilles mortes, j'ai cru constater que seuls les garçons, encore maintenant, apprennent la sexualité sous le prisme du plaisir : celui qu'on reçoit et celui qu'on donne. Les mecs sont beaucoup plus obsédés par l'idée d'être un "bon coup" que les filles. Et beaucoup de filles restent longtemps dans l'illusion que si elles ne jouissent pas, c'est la faute du mec, puisqu'il est le seul dépositaire du plaisir. (Et tellement de mecs passés 40 balais le croient encore...)

Tandis que l'apprentissage de la sexualité des filles se fait d'abord par l'interdit. Avant tout, l'interdiction de coucher. Point barre. Pour reprendre Akashou, je me souviens de ma mère qui avait refusé que je prenne la diane parce que ce serait me donner l'autorisation de coucher dans la minute, comme si l'amour, le désir, la maturité du corps et de l'esprit n'étaient rien face à la simple opportunité de ne pas tomber enceinte.

Et on pourrait résumer cela ainsi : les garçons apprennent ce qu'ils doivent faire, les filles ce qu'elles ne doivent pas. Et ce non-devoir est très ambigu : elles ne doivent pas tomber enceinte, mais elles ne doivent pas ne pas tomber enceinte en temps voulu. Les femmes qui n'arrivent pas tomber enceintes sont aussi très culpabilisées. On leur dit que c'est dans leur tête, qu'inconsciemment elles ne sont pas prêtes, qu'elles sont trop impatientes : bref, elles sont tout autant infantilisées que les femmes qui avortent.

Bref, la marge de manœuvre pour échapper au jugement est hyper étroite, et c'est difficile de ne pas marcher sur les rebords. L'avortement semble être, encore plus que la contraception, la preuve que les femmes font l'amour pour le plaisir - donc baisent comme des hommes (je vous avais dit que le cumulerai les clichés.) Quand on prend la pilule, on peut faire l'amour par amour, pour son mec, pour son couple, en attendant de procréer. Avorter, c'est refuser, c'est montrer qu'on fait l'amour pour soi, et que nous sommes l'unique dépositaire de notre plaisir. Je suis childfree et je le revendique, et très très souvent des femmes qui ne comprennent pas ce choix imaginent tout de suite que je ne vis pas en couple, que je suis sexuellement très libérée, que j'ai eu beaucoup de partenaires, voire même que je refuse d'avoir des enfants pour continuer de coucher. C'est très fréquent et d'autres childfrees de ma connaissance témoignent aussi de ces préjugés. Il semble y avoir un vrai rapport de cause à effet entre l'avortement et le plaisir sexuel, encore plus qu'avec la contraception, que je n'explique pas mais que je ne peux que constater.
 
13 Avril 2011
1 281
1 535
5 194
30
alania-critique.blogspot.com
Aalia;3595177 a dit :
Je pensais que c'était déjà le cas tiens, eh ben c'est une très bonne chose.

Oh puis faut pas croire que des femmes font se taper des trips genre "je prends pas la pillule, m'en fous j'irai avorter, c'est gratos." Je n'y jamais eu recours à l'IVG, mais franchement ça doit pas être une partie de plaisir.



"Certaines" mais QUI? Tu en connais franchement?



Moi j'en connais, des gamines de 15 ans qui pensent que c'est plus pratique de se faire avorter que de prendre la pilule. Une de ces filles en est à son 4ème avortement depuis janvier... "Ouais la pilule et le préservatif c'est has been kewa" hm hm...
 
30 Septembre 2012
7
3
354
Moi je suis assez d'accord avec les choses qui ont été dites.
Selon moi, l'avortement est une solution à utiliser en dernier recours et je ne juge aucunement les femmes qui ont fait ce choix, qu'il ait été douloureux ou non.
Mais je voudrais tout de même pointer quelques incohérences, les moyens de contraception, eux aussi, devraient être remboursés, pour éviter d'aller jusqu'à l'avortement qui peut constituer un traumatisme pour le corps et pour l'esprit.
Perso, je dois prendre une pilule très mini dosée qui me coute 45 euros les 3 plaquettes, j'ai la chance de pouvoir me la payer mais je ne pouvais, je devrais me bourrer d'hormones qui nuisent à ma santé.
Je crois donc qu'une des solutions seraient dont la responsabilisation et l'éducation, apprendre aux jeunex comment ça se passe, sans chichi. Je garde le souvenir d'une amie, qui avait la flemme d'aller chez le médecin pour se faire prescrire une pilule, alors elle prenait la pilule du lendemain 4 fois par mois. Une idiotie totale!
Donc tout reste à faire encore...
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes