Mon genre et moi, une histoire pas si simple

12 Août 2011
383
282
794
Témoignage intéressant, même si j'ai aussi un peu de mal à comprendre qu'on associe des traits de sa personnalité à des comportements sexués... Non, en fait, je comprends, mais ce que je veux dire maladroitement, c'est que je n'arrive pas vraiment à comprendre si quelque chose est fondamentalement plus masculin ou féminin, ou si c'est juste une histoire de construction sociale et de stéréotypes. Bref, je m'enfonce. :rotate:

J'ai toujours voulu être un garçon, alors qu'extérieurement rien ne le laisse paraître. Je renvoie une image très "féminine" dans mon apparence (formes généreuses, cheveux très longs, coquette...), alors que ma personnalité me semble plus proche de celle d'un gars que d'une fille. Pas forcément dans mes goûts ou mon caractère, mais je ressens comme une identité profonde mâle, quelque chose d'assez difficile à expliquer... Et j'ai toujours ressenti ça. Mais je ne le vis pas mal, parce que je me dis que mon sexe biologique ne doit pas m'empêcher d'être ce que je veux, et bizarrement, je ne ressens pas trop de décalage entre cette "identité profonde mâle" et mon look, qui correspond à mes goûts. Bref, je n'arrive pas très bien à expliquer ce que je veux dire... Mais je serais curieuse de savoir si d'autres personnes sont dans cette situation ambigüe sans pour autant mal le vivre.

Pendant longtemps, je me suis au contraire sentie mal dans ma peau. J'aurais voulu avoir un corps de gars pour mieux s'accorder avec mon ressenti. J'ai même envisagé d'entamer une transition, un traitement hormonal, mais j'ai renoncé. En autres, j'ai fini par réaliser que l'essentiel était de me sentir en accord avec moi-même, ce qui passait pour moi plus par une acceptation de mon corps qu'un combat contre lui... Attention, je ne voudrais choquer personne avec mes propos, je parle bel et bien uniquement de mon cas et n'en fais pas une généralité. Je ne porte aucun jugement négatif sur les personnes qui ont fait le choix du changement. J'admire leur courage. Simplement, chacun doit trouver comment vivre en harmonie avec son sexe, son genre, ou son absence de genre, que ça corresponde ou pas, que ça rentre dans une case ou pas.

(Et j'ai pondu un pavé incohérent et décousu... AHEM)
 
  • Big up !
Réactions : Lunafey

Mymy Haegel

Rédac chef de madmoiZelle
1 Février 2012
6 726
29 796
6 244
32
Paris
mymyhgl.wordpress.com
mimischulp;4398710 a dit :
canard;4398191 a dit :
J'ai bien aimé ce témoignage, très intéressant!!! Mais j'ai du mal à tout comprendre, rapport au fait que plus je grandis et moins j'arrive à faire des " cases ".

Parce qu'en fait, si l'auteure a autant de mal à se "trouver" entre femme et homme, c'est qu'elle classe ( consciemment ou pas ?) des vêtements, attitudes comme féminin ou masculin ( comme par exemple, quand elle dit robe rouge, talons = femme). Enfin je dis elle classe, c'est la société qui classe ça et on est plus ou moins influencée par ces "cases".

Mais plus je grandis, plus ces cases se dissolvent dans ma tête et je ne garde plus qu'un genre biologique H/F. Bref tout se mélange et je comprends pas pourquoi on se définit par rapport à notre genre, quand je regarde dans un miroir je me dis "c'est moi" pas "c'est une femme".
Bref, ceux qui m'ont suivi bravo à vous :goth:
J'ai beaucoup aimé ce témoignage et la façon dont il est écrit.                                                                          Mais c'est vrai que personnellement, je me sens femme à part entière ( à cause ou grâce ? de mon vagin ) après c'est pas pour autant que je me sens cantonnée à un rôle de princesse qui aime le rose, je veux dire par là, que je me sens femme dans toutes mes "déclinaisons" : douce, émotive mais aussi agressive parfois ou grande gueule et je ne considère pas ça comme opposé car les qualités sont unisexes comme les défauts.                   On est juste des personnes ( quelque soit notre personnalité, sexe ou genre qu'on s'attribue ). Bref d'accord avec @canard
:free:
Je comprends ce que tu veux dire, je suis comme toi et il y a un terme pour ça : cisgenre, qui est à peu près l'inverse de transgenre. Cisgenre ça veut dire « je suis née avec un sexe féminin, je suis de genre féminin, je me reconnais dans ce genre » (pareil si t'es un homme) (parfois les gens résument en « ouais en gros ça veut dire normal » mais c'est violent de dire ça puisque ça veut dire que tous les gens non-cisgenres seraient anormaux, c'est comme dire « ouais hétérosexuel ça veut dire normal » quoi) :happy:

Moi aussi j'ai eu du mal à comprendre cet article, non pas ce qu'il raconte puisque @LadyDandy écrit toujours très bien, mais imaginer ce qu'on ressent dans ces cas-là. J'ai été « garçon manqué » comme on dit, j'ai agi « comme un garçon », mais je n'ai jamais vraiment eu de souci, de douleur, de doutes sur le fait que je suis une femme. Parfois c'est chiant, parfois je me dis « rohlala si seulement j'étais un mec », mais je mon genre me correspond. 

Du coup, c'est compliqué d'imaginer ressentir ces choses-là, et même si je crois farouchement que le genre est avant tout une construction sociale, eh bien je comprends que pour certain-e-s il soit impossible (ou simplement difficile selon les jours, comme dans le cas de cet article) de se sentir bien avec son genre. Même si je ne saurai jamais ce que ça fait au quotidien.

De plus quand on voit, pour parler plus largement, ce que doivent supporter et traverser les personnes transgenres (qu'elles veuillent passer par la chirurgie, les hormones, ou non), c'est clairement une vie très compliquée qui génère beaucoup d'incompréhensions, de mépris, voire de haine. Ça doit être vraiment douloureux de ressentir un truc déjà pas facile et de vivre en plus dans une société qui rejette en bloc ceux et celles qui ne sont pas en accord avec leur genre.
 
  • Big up !
Réactions : Ghost wind
4 Septembre 2013
119
108
694
Très bon article, bravo pour ton témoignage!

J'avoue que je me suis beaucoup reconnue dans tout ce qui tu dis sur ton enfance, cette ambivalence en même temps adorer tout ce qui est appelé "féminin" mais en même temps se sentir "masculin" par bien des aspects.
Moi aussi je vouais un culte :worthy: au rose (j'en mettais partout) et aux princesses mais en même temps je voulais tellement être un aventurier (plus particulièrement un certain archéologue joué par Harrison Ford) et je me sentais un peu aussi garçon, j'ai même longtemps regretté d'être une fille. Et c'est vrai que le physique diffèrent fait s'identifier à autre chose qu'une "fille" bizarrement.
J'ai l'impression que ça fait genre schizophrène car si je regarde en arrière et si on me demande comment j'étais petite je pourrais dire un garçon manqué et en même temps je pourrais dire une fille fleur bleue.

Mais je crois comme le dit si bien @wild doll mais aussi @Canard  et@mimischulp qu'on ne se sent ni l'un ni l'autre parce qu'on a des idées calibrées de ce que doit être une fille et de ce que doit être un garçon souvent.

J'ai compris maintenant qu'on peut être tout ça à la fois, que c'est pas parce qu'on met du vernis à ongles qu'on est gnangnan et que c'est pas parce qu'on met toujours des chaussures plates qu'on est un mec.
Tout le monde fait ce qui lui plait:free: (peace mes soeurs)

Je sais je répète un peu tout ce qui a été dit  (en plus long bien sur) mais le sujet me touchait tellement :tears:que j'ai voulu mettre ma petite pierre à l'édifice.
 
30 Août 2013
87
49
184
Article très intéressant, souvent drôle mais aussi grave sur ce thème.
Je me suis reconnue dans quelques situations que tu as vécu, mais de manière moindre.
Comme d'autres MadmoiZelles l'écrivent : Il y a la NORME, ces sacrosaintes CASES formatées dans lesquelles tout le monde se doit d'entrer dès sa plus tendre enfance. :erf:

Nous nous y bousculons tous plus ou moins consciemment d'ailleurs avec l'aide bienveillante de notre entourage.

Une étude faite auprès d'instits a prouvé, à leur énorme surprise, que ceux-ci avaient tendance INCONSCIEMMENT, à donner la parole plus aux garçons qu'aux filles quand il s'agissait de mathématiques et aux filles plus qu'aux garçons quand l'exercice portait sur le français.
Les instits qui s'étaient prêtés à l'expérience étaient éberlués, ils ne s'en rendaient pas compte !!! :oo:

Les cadeaux c'est : Les Légos et les voitures de courses + le circuit pour le garçon, l'effrayant bébé (NOUS SOMMES DESTINÉES A DONNER LA VIE !!!!) et la poupée maquillée comme une escort girl pour la fille.
Perso, à la grande horreur de mes parents, j'ai par un bel après-midi, découpé aux ciseaux (au niveau des articulations, je voulais faire ça bien) toutes mes poupées que j'avais préalablement déshabillées et tondues. J'ai balancé leurs fringues que je trouvais extrêmement moches à la poubelle...
J'attendais que mon frère partent en vadrouille avec ses copains pour jouer au mécano et faire tourner jusqu'à la transe les voitures de course sur le circuit.

Je suis une femme, j'aime les accessoires qui vont avec mais à choisir entre une robe moulante avec bas ou collants ou leggins et godasses à talons aiguille taille suicide, je préfère un jean + des Converse + deux tee-shirts American Vintage.
J'aime les voitures plates et effilées dont le compteur ne s'arrête pas à 160 Km/h. J'aime faire de la moto.
Je suis plus à l'aise quand je discute avec des mecs qu'à discutailler chiffons avec des nanas.
ET rebelote : Les regards en coulisses des nanas en question qui pensent immédiatement que je veux mettre le feu au cul de leurs mecs.
Ben non. Je discute. :langue:
 
27 Octobre 2012
407
350
2 304
Montpellier
Cet article m'a violemment fait réaliser un truc : toutes les femmes ont une part de masculinité en elles. ("masculinité" = selon le concept de la société)

Alors, oui, en fait ce que je viens de réaliser est tellement évident...! Mais je ne me l'était jamais verbalisé, en particulier pour moi-même. Du coup ça m'a fait un petit choc ^^

Je me suis toujours dit que je préférais être entourée de choses et de caractères considérés comme masculins. En revanche je me suis toujours représentée physiquement comme très féminine. Du coup j'ai toujours écarté le fait que j'étais également masculine mentalement. Bien sûr, je résume grossièrement et sans nuances et détails.

Ça me fait vraiment bizarre de m'en rendre compte, mais je suis contente. C'est ma petite révolution de la journée !

Ce qui fait que je suis choquée c'est qu'on parle toujours de la part "féminine" des hommes, mais jamais de la part "masculine" des femmes... C'est bizarre quand même ! Les hommes pourraient être multiples, mais les femmes doivent se cantonner à l'image restreinte qu'on a dans les médias de masse... Une image qui nous impose à la fois un physique parfait et un caractère imparfait (à base de photoshop et de slutshaming : "Vise la perfection. Non pas comme ça. Tu vois, tu t'es faite violer/battre, c'est ta faute, on t'avais dit de te conduire autrement."), nous empêchant de sortir de ce mode de pensée.
 
Dernière édition :
14 Novembre 2007
2 329
2 772
4 984
Paris
Aujourd'hui, me considère essentiellement comme un être humain. Je sais que j'ai deux chromosomes X, mais dans ma tête, je n'ai pas de genre bien défini. Je suis homo sapiens sapiens, point.
C'est pour ça que je suis toujours énervée quand on me fait remarquer que mon comportement est soit "féminin", soit "masculin" (Je m'assois les jambes écartées, mais je dévore les shojo manga. Dieu, que je suis contradictoire !). D'ailleurs, on m'appelle souvent "Monsieur", alors que je fais rien de particulier pour ressembler à un homme (Quand je me balade avec mon geek, on doit nous prendre pour un couple homosexuel, mais je m'en moque).
J'ai beaucoup aimé cet article. Je me suis reconnue dans certains paragraphes, dont celui sur le cosplay et le déguisement. J'adore "incarner" des personnages, quels qu'ils soient. D'ailleurs, @LadyDandy, tu fais un super Edward ! Et je veux te voir en cosplay de Lipoutou, un jour (Désolée, j'ai pas pu m'empêcher de trouver ta comparaison avec ce Pokémon assez pertinente XD).
 
15 Juin 2011
508
720
3 864
canard;4398191 a dit :
J'ai bien aimé ce témoignage, très intéressant!!! Mais j'ai du mal à tout comprendre, rapport au fait que plus je grandis et moins j'arrive à faire des " cases ".

Parce qu'en fait, si l'auteure a autant de mal à se "trouver" entre femme et homme, c'est qu'elle classe ( consciemment ou pas ?) des vêtements, attitudes comme féminin ou masculin ( comme par exemple, quand elle dit robe rouge, talons = femme). Enfin je dis elle classe, c'est la société qui classe ça et on est plus ou moins influencée par ces "cases".

Mais plus je grandis, plus ces cases se dissolvent dans ma tête et je ne garde plus qu'un genre biologique H/F. Bref tout se mélange et je comprends pas pourquoi on se définit par rapport à notre genre, quand je regarde dans un miroir je me dis "c'est moi" pas "c'est une femme".
Bref, ceux qui m'ont suivi bravo à vous :goth:
Attention, tu fais une grosse confusion.

Tu parles de "genre biologique", mais le "genre biologique", ça n'existe pas justement. C'est le sexe qui est "biologique". Le genre est construit culturellement, il ne correspond justement à rien de biologique.
En fait pour expliquer ça simplement (du moins je vais essayer de faire simple !:P ) à la naissance on t'attribue un sexe : masculin ou féminin, qui détermines que tu seras considérée en société comme homme ou femme. (J'insiste en plus sur le fait que ce sexe t'est attribué, parce qu'il y a quand même plus de cas d'intersexués que l'on croit et du coup, là, c'est un débat encore plus complexe).
Mais ton sexe biologique, c'est-à-dire le fait que tu aies un vagin ou un pénis ne va conditionner que ton développement biologique ; c'est-à-dire que tu finiras par avoir de la poitrine ou non, de la barbe ou non, etc.
Par contre, en fonction du sexe qui t'est attribué à ta naissance, tu vas être éduquée conformément à un genre que la société t'impose. En gros, si tu es une fille, tu vas être incitée à jouer à la poupée, à aimer le rose, à te tenir sur la réserve, à exprimer tes émotions ; tu seras plus facilement considérée comme irrationnelle, pas douée pour les sciences ni la mécanique, considérée comme plus faible physiquement, etc.
Si tu es un garçon, par contre, là on t'encouragera à jouer avec des petites voitures et des soldats en plastique, à aimer le bleu, à exprimer ta colère et à être bagarreur, à te mettre en avant, à retenir tes émotions, plus doué pour la connaissance scientifique et mécanique, plus rationnel, physiquement fort, etc.
Je grossis volontairement le trait, là, et tu vas peut-être me dire que tes parents ne t'ont pas éduqué du tout selon ces stéréotypes. Le problème, c'est qu'en général c'est beaucoup plus subtil et plus diffus que ça, et que ça se retrouve à tous les niveaux de la société, pas seulement dans l'éducation que te donne tes parents, mais aussi à l'école, dans les valeurs qu'on inculque aux filles et aux garçons à travers divers médias, etc.
C'est une question assez complexe, d'ailleurs. Je crois, si tu veux comprendre mieux, que c'est @Marie-Charlotte qui avait écrit ici même un très bon article "Je veux comprendre" qui revenait sur le genre et expliquait que la "théorie du genre" n'existait pas. Je te le recommande.
 
  • Big up !
Réactions : Ghost wind
K

katnissvsw

Guest
Je vais choquer peut être certaines mais au final, je pense qu'on devrait se foutre du genre ,du sexe biologique sauf si ça occasionne des souffrances pour la personne (trans*).
Au fond, savoir le genre à quoi ça sert? A rien à part juste être catégorisé.
Je vais même aller plus loin le prénom, le nom voire le pseudo et l'apparence physique n'a qu'une importance relative puisque même si j'en change ,je resterai  la même personne. Après, c'est peut être plus facile à repérer même si je ne crois pas tant que ça puisque avec le progrès technologique , ça devient plus facile d'usurper une identité de quelqu'un ou encore de changer de physique.
Je pense que ce qui détermine une personne, ce sont les choix qu'a fait une personne à un moment T.
 
  • Big up !
Réactions : Lunafey et agapanthe7
2 Octobre 2011
71
35
694
Paris
lyncis;4399267 a dit :
Témoignage intéressant, même si j'ai aussi un peu de mal à comprendre qu'on associe des traits de sa personnalité à des comportements sexués... Non, en fait, je comprends, mais ce que je veux dire maladroitement, c'est que je n'arrive pas vraiment à comprendre si quelque chose est fondamentalement plus masculin ou féminin, ou si c'est juste une histoire de construction sociale et de stéréotypes. Bref, je m'enfonce. :rotate:

J'ai toujours voulu être un garçon, alors qu'extérieurement rien ne le laisse paraître. Je renvoie une image très "féminine" dans mon apparence (formes généreuses, cheveux très longs, coquette...), alors que ma personnalité me semble plus proche de celle d'un gars que d'une fille. Pas forcément dans mes goûts ou mon caractère, mais je ressens comme une identité profonde mâle, quelque chose d'assez difficile à expliquer... Et j'ai toujours ressenti ça. Mais je ne le vis pas mal, parce que je me dis que mon sexe biologique ne doit pas m'empêcher d'être ce que je veux, et bizarrement, je ne ressens pas trop de décalage entre cette "identité profonde mâle" et mon look, qui correspond à mes goûts. Bref, je n'arrive pas très bien à expliquer ce que je veux dire... Mais je serais curieuse de savoir si d'autres personnes sont dans cette situation ambigüe sans pour autant mal le vivre.

Ce n'est pas le seul commentaire que je voulais citer tant je suis d'accord avec beaucoup de personnes ici.
Mais pour le coup j'ai un peu le même sentiment. J'ai toujours eu durant l'enfance ce désir d'être un garçon, mais j'ai très vite défini que (même si je pense que la vie aurait été plus facile) que je ne voulais pas être un garçon, mais avoir la possibilité d'agir comme un garçon. Ainsi, même si comme toute ado j'ai mis un certain temps à m'accepter, je n'ai pas eu de souffrance à être de sexe féminin, ni d'emprunter des comportements appartenant au genre social féminin.
Je me suis toujours identifié aux hommes dans la fiction, aux héros quoi, par ce que, ces histoires me renvoyaient l'image que le meilleur être qu'on pouvait être était ce héro : courageux, fort, juste...en comparaison, les femmes dans les fictions avaient toujours cette faiblesse, il fallait qu'elles soient secourue, ou alors trop bêtes et impulsives...bref. à cette époque, ça ne me dérangeait pas, il suffisait d'être un homme dans les histoires que je m'inventais, il suffisait de jouer au foot avec les garçons.

En grandissant, certes mon corps a changé, j'ai pris du gras et non des muscles, mais j'ai appris à aimer ce corps qui était le mien. Ce que j'ai moins bien pris, c'est la façon dont j'étais vu, c'est à dire, comme une fille, et que si je voulais "être" "agir" comme un garçon, j'allais être jugée comme "garçon manqué". J'avais un vision très manichéenne des genres, pour moi c’était garçon : fort : héro, fille : faible : la grosse nouille incapable.

En grandissant et en prenant de l'assurance, j'ai décidé d'être ce que je voulais et sans m'inspirer de qui/quoi que ce soit. J'ai habillé mon corps pour le rendre plus beau (selon moi hein), peu importe si j'ai 15628 styles différents, que je passe de la robe à fleur fleur, au look "masculin", ou rock.
Puis je me suis écouté, mon corps et mon esprit aiment les hommes, et pire, les hommes "dominant" (j'ai une définition qui m'est propre de ce terme). Et même si cela rentre dans tout ce que j'ai voulu rejeté à l'adolescence, je l'assume aujourd'hui, par ce que c'est moi.

Et les cases, ci genre, machin truc bidule, ça me gonfle finalement. Il y a certainement autant de genre que de personne...même si on peut se "trouver " des points commun dans la façon dont on vit son genre.
Puis on est de jeunes humains, on évolue chaque jour, même si on croit avoir des certitudes sur ce que nous sommes aujourd'hui, qui sait si demain on pensera la même chose.

Cette vision que j'ai, sans aucune case, c'est une liberté totale, et c'est effrayant d'être lâchée dans se vide sans barrière. On a souvent l'impression de tomber. Mais quand je vous lis, j'ai aussi l'impression de ne pas être seule dans cette magnifique chute !

198239087.gif
 
  • Big up !
Réactions : Lunafey et Melaoci
7 Novembre 2012
736
1 590
4 854
Quand je lis ce genre de témoignage -très intéressant d'ailleurs! :top:- j'ai quand même l'amer sentiment qu'on se retrouve à devoir se justifier, se trouver des raisons à nos comportements et nos gouts pour rien. Vous-nous!- n'avons pas un problème de genre, c'est la société qui a un problème avec ça!
Après il y a le rapport au corps et c'est presque un autre débat. Mais je pense que tout le monde vivrait beaucoup mieux si on n'était pas obligé de justifier d'aimer se maquiller et le foot, qu'on fasse de la boxe avec du verni à ongle, qu'on fasse de la danse avec une moustache, ...
Personnellement je me sens femme parce que j'ai le corps d'une femme et que je l'accepte et l'aime tel qu'il est -bon comme tout le monde j'aime pas tout mais ce que je n'aime pas n'est pas ce qui fait de moi une femme biologique- mais à coté de ça je m'en fiche qu'on me dise "peu féminine" (bon ok c'est vexant à force mais pas de ne pas être féminine mais qu'on te le "reproche".), et je me pose pas la question quand je fais un truc de si c'est masculin ou féminin. Les seuls fois où je me pose la question c'est quand la société me renvois dans la tronche que je suis qu'un utérus sur patte et qu'il faut que je m'en souvienne (non. merci. au revoir :) ).
Bref je trouve toutes ses questions sur le genre très intéressante et fascinante, et profondément utile pour déconstruire toutes cette société sexiste (sans même parler du problème du patriarcat) mais j'espère de tout coeur qu'elles ne sont qu'un pont, une transition, et qu'un jour on n'aura même plus besoin de se poser la question du genre parce que tout le monde vivra sa vie selon ses gouts, sa personnalité, son expérience sans se soucier du "féminin/masculin" pour autres choses que le corps. (ma phrase de conclusion est pas du tout clair :moqueur:)

:unicorn::supermad:
 
  • Big up !
Réactions : Lunafey et Melaoci
12 Mars 2013
60
43
1 084
Je suis agenre la plupart du temps, parfois j'ai le besoin d'apparaître androgyne, parfois je suis un peu plus féminine et parfois j'aimerai être vu-e comme une personne plus masculine... C'est assez fluide chez moi en fait. Le fait est que l'on m'appelle "femme" me fait tiquer à mort (certains jours plus que d'autres), tout comme "homme" me ferait tiquer aussi. "fille" passe encore mais bof. Je suis une personne. Je n'aime pas non plus qu'on attribue un sexe à mes comportements "tu fais ça parce que t'es une fille", ça m'énerve terriblement.
Parfois aussi j'aimerai être un mec qui met des jupes et des robes, parfois c'est le sentiment que j'ai.
Mon genre est assez bordélique :d
 
  • Big up !
Réactions : Ghost wind
15 Septembre 2011
4 682
17 392
5 684
34
www.iherb.com
Je ne me suis pas reconnu dans cet article mais je l'ai trouvé très intéressant quand même (les photos sont super!).
Je trouve néanmoins un peu déstabilisant de se baser autant sur les images "féminines" et "masculines" (que la société et les médias affichent) pour se construire, j'ai l'impression (sûrement fausse) que l'auteure a essayé d'imiter ce qu'elle trouvait convenable comme images...peut-être parce que personnellement je n'ai pas été consciemment influencée par des "modèles" pour bâtir ma personnalité... Bon c'est vrai aussi que les histoires que j'ai toujours préférées et recherchées (dans les mangas, les livres etc.) sont celles de "gender-bending" autrement dit une fille s'habillant en garçon et inversement (qui a dit que j'étais fan de Ranma étant petite ? :moqueur:).

Aujourd'hui dire que je suis une femme s'adresse plutôt à ma manière de m'habiller, me maquiller et de meubler mon intérieur depuis quelques années. D'ailleurs madmoiZelle, tout en m'aidant à comprendre les problèmes de l'image des genres, m'a poussé à m'intéresser aux trucs de "fille" que je reniais avant car je croyais que c'était réservé à ce que j'appellais gentiment les dindes :shifty: ... Heureusement aujourd'hui j'ai abandonné cette pensée assez sexiste...

Dans ma personnalité je me sens très neutre, je ne me pose même pas la question de savoir si celle-ci se rapproche plutôt d'un modèle-type féminin ou masculin car je suis simplement moi et j'ai beaucoup de mal à m'envisager autrement. J'ai plusieurs facettes, comme tout le monde, et comme @Elimiwa je n'aime pas qu'on stéréotype mon comportement ou celui des autres.

Par contre je trouve quand même qu'avoir un corps de femme (et surtout le mien) est assez emmerdant... Devoir l'habiller, s'occuper des "désagréments" qui vont avec etc, c'est presque une corvée !

P.S: je ne sais plus qui a posté la photo de l'homme en rouge et bleu mais son style est tout simplement génial ! J'adore.
 
Dernière édition :
  • Big up !
Réactions : Ghost wind

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes