Je pense qu'il faut savoir dire non, sinon c'est tout aussi contreproductif que de dire toujours oui. Accepter et assumer qu'on a des limites et des contraintes, c'est toujours mieux vu que de le nier et de mal faire. J'ai tendance à trop en faire, à pas oser dire "non" ou même juste "je le ferrais plus tard", sauf qu'au final à chaque fois que je l'ai admis j'ai reçu l'aide nécessaire pour faire mieux dans de meilleur condition. Dans le monde du travail, c'est comme partout: il y a des gens bienveillants et des gens malveillants, des gens qui acceptent le non et d'autre qui le refusent, des gens qui vont prendre le "oui" tout le temps comme un acquis et demander toujours plus sans scrupule. Il est indispensable de savoir différencier ce qui est ce qui normal qu'on nous demande (exceptionnellement il y a une deadline serrée et un collègue malade: on m'en demande plus, c'est normal) et ce qui est injustifié ou trop pour nous (oui, je peux bosser plus tard quelques fois mais non je ne peux pas partir après telle heure parce que.)
Notre boulot c'est quand même un endroit où on passe une grande et longue partie de nos journées et vies, il est indispensable à défaut de l'aimer (parce qu'on ne peut pas tous aimer ce job) de s'y sentir respecté. Si on est en mal être au boulot, ça peut finir par avoir des conséquences plus néfaste que le chômage à long terme (pour sa santé physique, mental, pour sa vie de famille, sa vie perso, son égo) et en plus ce n'est pas bon pour la carrière (je ne pense pas que la personne qui devient chef, qui monte en grade, gagne plus de responsabilités, soit celle qui dit jamais non, au contraire).
Maintenant évidemment il faut savoir le dire, oui c'est un risque parfois, et surtout il ne faut pas le dire tout le temps ou de manière injustifée. Tu ne peux pas refuser une tache liée à ton job, tu ne peux pas refusé d'aider des collègues ou de donner un peu de ta personne à un moment donné. Cette idée qu'on n'est pas irremplaçable est extrèmement dure et violente. Bien sûr qu'il y a pleins d'autres personnes qui ont nos compétences, quelqu'elles soient, mais une entreprise recherche pas juste une compétence mais une équipe, un groupe, qui fonctionne. Si la personne fait bien son boulot, est correct, ne créé pas d'embrouilles avec ses collègues ou les clients, il n'y a pas tant de risques que l'entreprise la dégage juste pour un refus à un moment donné, et doive ensuite chercher quelqu'un d'autre. Sinon comment justifier le nombre d'incompétent désagréables, aimés de personnes et qui pourtant garde leur poste pendant 20 ans?
(Après si on est dans une entreprise qui cherche à licencier, ouais, c'est peut-être pas l'idéal du coup,ou si on est intérimaire)
 
@skippy01 Je pense qu'on se fait une idée fausse de ce qu'attend nos boss ou de se qui ferait si tu lui disais non... Par exemple, mon boulot dans les mutuelles c'était un contrat étudiant et y en avait des centaines de candidature. Et pourtant, mon patron ne m'a pas viré et à reconduit mon contrat saisonnier plusieurs années de suite. Il faut par contre quand on dit non savoir se mettre à la place du patron et avancer des arguments qu'il comprendra et auxquels il sera sensible.

Non, je ne donnerais pas cours de soutien à cette enfant à une heure de route car c'est pas rentable pour moi, ==> J'ai besoin de ce job pour vivre, c'est un job alimentaire et si il ne remplit plus cette fonction, je vais laisser tomber. Or vous en tant que patron d'un entreprise de soutien scolaire, vous aurez un préjudice en terme d'image si une de vos employés qui gère plus de 10 contrats arrête du jour au lendemain car elle arrive pas à joindre les deux bouts et doit trouver un job plus rémunérateur.
non, je ne peux pas bosser dimanche car j'ai un copain et que ma vie de couple est aussi quelque chose d'important, ==> Ma patronne était divorcée et je savais que c'était parce que son mari a pété un câble parce qu'elle décrocher pas du taf. Je me suis expliquée que c'était pas essentiel que je vienne dimanche, qu'on pouvait être un peu moins ambitieux dans l'objectif et mettre un "coup de cravache" pendant la semaine précédente pour terminer le vendredi. Elle m'a confié plus tard son admiration à avoir su déjà à mon âge gérer mon équilibre vie persso et vie pro.
non, je ne partirais pas en congrès car ma fille vient d'avoir 4 mois et émotionnellement, je ne suis pas encore capable de la rester si longtemps loin d'elle, ==> On a apprécié mon honnêté mais bon ça a eu du mal à passer. Au final, j'ai tellement avancée dans mon taf pendant cette semaine où tous mes collègues étaient absents que mon patron m'en a pas tenu rigueur.
non, je ne dirais pas à mon client étranger qu'en France la mutuelle est obligatoire juste pour augmenter mes ventes car je trouve pas ça honnête, ==> Sur le moment, il a pas trop apprécié que je remette en cause son intégrité mais j'ai expliqué que je m'inquiété de l'image que renverrait la mutuelle sur le long terme (ré-adhésion l'année d'après). Et quand on parle thunes, c'est toujours plus simple de convaincre :P.
non, je ne rerangerais pas toutes les archives vertes car je trouve que c'est dépourvu de sens, ==> Vous vous rendez compte de tout se que je pourrais faire d'utile pour l'entreprise si je ne perdais pas mon temps à ranger des archives qui seront jamais réouverte par la suite ? Après tout, si vous y tenez, je le fais, c'est vous qui perdrez votre argent à me payer à faire des choses inutiles...

Après il faut aussi savoir accepter quand votre patron refuse votre non et qu'il a raison ou au contraire savoir lui tenir tête si on est sûre d'avoir raison. Quoi qu'il arrive il faut maintenir la communication et parler respectueusement.
 
@Titien Entièrement d'accord avec toi sur le fait qu'en disant toujours oui, on nous aide pas alors que la plus part du temps quand la tache est trop lourde ou trop complexe, on peut obtenir de l'aide en disant simplement non... Et quand je vois le nombre de collègue qui se retrouve dans la moise tout seul dans leur coin juste parce qu'ils ont pas osé dire que non, c'était pas possible, je me dis que le non c'est la vie :P
 

Mewen

I'd be fired if that were my job
Je suis assez d’accord avec les personnes qui pensent que dire « non » est parfois un luxe qu’on ne peut pas se permettre. Mon patron m’a fait un très sale coup avec mes jours de congés récemment et très clairement la question pour savoir si j’étais d’accord ou pas était rhétorique. J’aurais pu dire « non » c’est sûr mais mon poste ne requiert pas vraiment de qualification et en gros si on me jette il y a quinze personnes qui se présenteront pour la place dans les cinq minutes suivantes. Alors oui on peut toujours dire « non » sauf que j’ai de la nourriture à acheter et un loyer à payer.
Je m’excuse si j’ai l’air condescendante mais je trouve ça un peu facile de dire qu’on peut et doit répondre « non » quand on est pas d’accord. Parfois c’est juste pas possible.
 
Ici je n'ai pas dit non pendant un mois et quart. Heures supp à répétitions, si je partais à l'heure on me regardait de travers, je travaillais tous les week-end de chez moi. J'avais trois heures de transport par jour et une grosse charge mentale à cause de rendus pour la fac.
J'ai présenté des symptômes de burn-out.
Quand je suis revenue, alors que j'avais vraiment du mal à dire non (merci les violences éducatives ordinaires qui t'apprennent à être bête et discipliné), notamment à l'autorité (j'avais vraiment peur de me faire taper dessus alors que globalement ils étaient plutôt bienveillant), je les ai pris un par un et je leur ai dis mes quatre vérités :
1. Je ne ferai plus d'heures supp
2. Je ne travaillerai plus le week-end de chez moi
3. Je ne serai plus contactée pendant mes congés, et je ne travaillerai pas pendant ce temps-là
4. Les missions que vous me confiez n'ont aucun intérêt pour le diplôme que je prépare.

Il faut croire que j'ai bien fait car je ne fais plus du tout d'heures supp et ma cheffe ne me regarde plus bizarrement, je ne travaille plus le week-end du tout et mes missions ont changé, je fais des choses beaucoup plus variées... Alors maintenant je travaille sur moi pour arriver à dire non dès le début et plus facilement : ainsi il est plus évident pour le patron de s'arranger avec nous, et que chacun fasse des concessions de son côté...
 
J'ai bien aimé ce témoignage bien écrit et intéressant !

Je voulais dire à celles/ceux qui pensent qu'on ne peut pas dire non dans le milieu professionnel par peur d'être viré(e) et remplacé(e) directement : les processus de recrutement et de formation sont longs, pénibles et fastidieux pour les employeurs, ils préfèrent largement garder quelqu'un qui CONNAIT les tenants et les aboutissants du poste, le fonctionnement de la boîte, plutôt que de perdre un temps précieux à passer des annonces, des entretiens, puis plusieurs semaines encore pour que la personne prenne ses marques, reprenne les dossiers, etc. C'est possible et salvateur de dire non quand ça va trop loin ou que ça empiète trop sur le reste. On doit pouvoir se l'autoriser, tant que c'est dans le dialogue et la communication je pense.

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 
@skippy01 Je pense qu'on se fait une idée fausse de ce qu'attend nos boss ou de se qui ferait si tu lui disais non... Par exemple, mon boulot dans les mutuelles c'était un contrat étudiant et y en avait des centaines de candidature. Et pourtant, mon patron ne m'a pas viré et à reconduit mon contrat saisonnier plusieurs années de suite. Il faut par contre quand on dit non savoir se mettre à la place du patron et avancer des arguments qu'il comprendra et auxquels il sera sensible.

non, je ne partirais pas en congrès car ma fille vient d'avoir 4 mois et émotionnellement, je ne suis pas encore capable de la rester si longtemps loin d'elle, ==> On a apprécié mon honnêté mais bon ça a eu du mal à passer. Au final, j'ai tellement avancée dans mon taf pendant cette semaine où tous mes collègues étaient absents que mon patron m'en a pas tenu rigueur.
Je suis choquée que ça ait eu du mal à passer... C'est fou, une bébée de quatre mois quoi !!! :sweatdrop: Merci de ton témoignage, c'est très encourageant pour apprendre à dire stop dans le milieu pro :jv:
 
J'ai bien aimé ce témoignage bien écrit et intéressant !

Je voulais dire à celles/ceux qui pensent qu'on ne peut pas dire non dans le milieu professionnel par peur d'être viré(e) et remplacé(e) directement : les processus de recrutement et de formation sont longs, pénibles et fastidieux pour les employeurs, ils préfèrent largement garder quelqu'un qui CONNAIT les tenants et les aboutissants du poste, le fonctionnement de la boîte, plutôt que de perdre un temps précieux à passer des annonces, des entretiens, puis plusieurs semaines encore pour que la personne prenne ses marques, reprenne les dossiers, etc. C'est possible et salvateur de dire non quand ça va trop loin ou que ça empiète trop sur le reste. On doit pouvoir se l'autoriser, tant que c'est dans le dialogue et la communication je pense.

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
On est combien à avoir appris à dire non suite à un burn-out? Je me rappelle quand j'étais enfant, je ne pouvais pas dire non à ce qu'on me demandais. Les parents se fâchaient et me traitaient d'insolente. Résultat, dans la vie de tous les jours, à 25 ans, je suis la bonne poire :erf:
 
@Mewen Est-ce que du coup tu as vu/dû faire face à des demandes incongrues ou trop envahissantes sur ce type de poste ou tu aurais aimé dire non mais pas possible ?
 
  • Big up !
Reactions : morgane-mo
@skippy01 Je pense synthétiser pas mal de commentaires en disant qu'il y a des situations dans lesquelles dire non nous semble impossible, ou très compliqué, et pourtant cela peut-être une solution envisageable. C'est très difficile à mettre en place, parce qu'on a appris à être obéissant et qu'on a intégré une peur du non qui peut fausser notre jugement.
Pourtant cela peut-être une façon de s'affirmer et d'éviter de tomber très bas comme l'on décrit certaines madz. (La santé mentale est très importante, et bien plus fragile qu'on ne le croit, prenez en soin)

Effectivement, je te rejoins sur la singularité de chaque situation, mais il ne faut pas oublier qu'on a toujours le choix. La vraie question étant : est-ce que je peux/veux en assumer les conséquences. Et chaque personne aura sa propre réponse à cette question.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes