Bravo pour cet article @Clemence Bodoc !
@Querencia Je pense effectivement que le parti écolo n'a pas de grand leader (enfin n'a plus si Nicolas Hulot s'est retiré de la vie politique), on en entend donc moins parler. L'autre alternative, c'est le parti de Benoit Hamon, qui lui aussi se soucie de l'écologie, mais bon c'est pareil, c'est pas le plus présent sur le devant de la scène politique... Bref, je désespère de revoir encore Le Pen en tête des sondages :crying:

(Sinon on crée un parti politique de Madz, avec un super programme pour sauver la planète ! :supermad:)
 
Ohlala en lisant l'article je me suis dit que
1/ je ne savais même pas qu'i ly avait des élections européennes cette année jusqu'à la semaine dernière quand j'ai vu passer un article sur... Marine Le Pen. :nod:
2/ où sont les partis politiques...? Il existe encore le PS? Y a-t-il des acteurs politiques actuellement en France autre que les Gilets Jaunes, Macron, et Le Pen? :confused:
 
Je sais pas à quel point tu post était ironique, mais ce que je voulais dire c'est que si tu cliques sur les rubriques politiques des journaux en ce moment, ce sont les seuls noms qui reviennent, du coup je me demandais sincèrement où étaient passés les autres... (et je parle des Gilets Jaunes comme acteurs politiques dans le sens où ils font actuellement partie d'une action politique, pas en terme de parti, si jamais c'est ça que t'a interpellé)
 
Merci @Sol Invictus !
Merci d'affirmer que la seule écologie tient au refus du capitalisme ! Parce que l'obsolescence programmée, le haut consumérisme de produits bas de gamme réalisés dans des conditions sociales et écologiques honteuses ultra majoritairement à l'étranger mais aussi chez nous, le refus de politiques contraignantes pour la gestion urbanistique, la gestion des sols, de l'eau, des productions agricoles, ... tous ces éléments et bien d'autres nous précipitent dans la misère sociale ET la misère écologique.
Etant proche de certains hommes et femmes politiques de mon petit patelin qui fait partie d'une communauté urbaine conséquente, la méconnaissance grave de sujets écologiques d'intérêt par les représentants des "écolos" est criante. Arc-boutés sur certains sujets (graves évidemment, je ne le nie pas), ils ignorent le fond du problème, et cela sape toute la portée que pourrait avoir leur action.
 
Je ne suis pas experte sur tous les sujets écolos, loin de là, mais pour celui qui était au centre de mes études (l'énergie), j'ai souvent envie de pleurer quand j'entends les écolos en parler. Donc oui, @Sol Invictus , mille fois, qu'ils se renseignent un peu sur leurs sujets avant de raconter des idioties. Rien que ça pour moi ça m'empêche de voter pour eux. Si sur les sujets que je connais je trouve qu'ils disent des bêtises, je n'ose même pas imaginer sur les sujets que je ne connais pas...
Pour la première fois de ma vie, je vais me rendre à une élection sans savoir pour qui voter. LREM, comme aurait dit Mitterrand, c'est ni la gauche... Ni la gauche. LFI, why not, mais leurs positions sur l'Europe et sur la politique internationale (Venezuela, Russie) à la présidentielle faisaient un peu repoussoir pour moi. PS aux abonnés absents. Anticapitaliste, finalement pourquoi pas, au moins ça ferait tenter quelque chose de nouveau. Merde, je crois que je vais devoir lire les programmes... :rire:

Quant à pourquoi les écolos ne profitent pas de la vague écolo-concernée pour faire valoir leurs idées, je suis assez d'accord sur le fait que c'est une chose de prêcher pour les "petits changements du quotidien" (par ailleurs pas accessibles à tout le monde et difficiles à vivre (pourquoi moi je me "sacrifie" quand mon voisin ne fiche rien ? Oui, le niveau d'efforts qu'il faut faire pour être clean (ie pas plus d'une planète par habitant) c'est de l'ordre du sacrifice, pas de l'ordre de l'adaptation)), totalement une autre de proposer une véritable vision pour sortir de l'économie linéaire (je sais pas si on dit comme ça, je veux dire non circulaire).
 
Difficile de réagir à un article politique, qui parle en plus d’élections à venir, sans avoir l’air de prêcher pour sa paroisse…mais comme @Clemence Bodoc prend parti, je suppose que le débat le permet.

Ce qui me marque, c 'est l'idée que l'ex-FN serait le premier parti de France… Si on prend comme critères les chiffres, c’est très discutable comme affirmation.
Ce n'est en tout cas pas le premier parti en nombre de militants : 38 000 au FN, contre 56 000 par ex au Parti communiste (pourtant bien en perte de vitesse, 110 000 si on compte les cotisations non payées).

En nombre de voix alors ? pour les élections à venir les sondages ne sont pas fiables avant une à deux semaines avant les élections. Avant, ils représentent seulement le bruit médiatique actuel. Il suffit pour ça de rechercher sur internet les sondages qui pariaient sur les dernières élections présidentielles, et qui donnaient Fillon gagnant.

Et ensuite, si le FN est partout, c’est sans doute parce que certains journaux mettent le parti raciste en avant, comme jadis : plutôt Hitler que le social.
Exemple très récent, Ruth Elkrief qui invite Marine Le Pen, qui lui fait un entretien quasiment de complaisance, tout en s’assurant que, sur les sujets importants pour son patron (par ex le maintien de l'ordre, même en mutilant les manifestants, ou encore le refus de sortir de l'UE), la présidente du parti raciste est rentrée dans le rang.

Le premier parti de France, en nombre de genTes, c'est l’abstention : les genTes ne votent plus. C'est bien une prise de position.
L'argument selon lequel les abstentionnistes seraient incultes, pas éduqués à la politique, ne tient pas : c'est quand même pas la majorité d'un pays qui est inculte et stupide ! Trop facile d'abaisser le point de vue majoritaire avec l'argument de la stupidité. Si autant de genTes refusent de participer au simulacre de démocratie auquel on assiste à chaque élection, c'est sans doute qu'il y a une raison.

Et franchement, je ne peux pas dire que c'est seulement du désespoir, à mon avis il y a une part de lucidité dans l’abstention : tous les politiques, une fois arrivés au pouvoir, mènent la même politique de destruction des acquis sociaux.
C'est drôle d'ailleurs, pour mener ce genre de "politique", certain.es professionnel.les de la politique n'hésitent pas à se dire légitimes, élu.es du peuple et compagnie. Mais quand il s'agit d'agiter l'épouvantail de l'ex-FN, alors là, pas question d'oublier que les genTes qui votent sont peu nombreux.

Comme d'autres, je pense que si le gouvernement faisait baisser la pauvreté, les genTes seraient moins désespérés, et chercheraient moins à taper sur le premier bouc émissaire qu'on leur désigne (gnia gnia les émigrés qui volent le pain du pauvre peuple, et non pas Lagardère, Dassault et autres qui contournent le fisc).

Et effectivement, comme d'autres, je pense qu'un parti écologique qui ne remet pas en cause les fondements de l'économie actuelle, n'ira nulle part. On l'a bien vu avec Hulot : même lui, pourtant loin d'être un zadiste enragé, a finit par comprendre qu'une écologie sans marge de manœuvre au niveau économique ne mène à rien.
 
Je n'ai pas suivi toute la conversation, alors dites le moi si vous avez apporté des éléments de réponse qui ont un rapport avec ce que je vais dire. Pour ma part je trouve ça intéressant de penser les liens entre victoire culturelle et victoire politique. Mais je pense que je vais être un peu plus sévère, il y a une victoire culturelle dans le sens où énormément de gens (et pas tous) sont d'accord pour dire qu'il y a un problème avec la planète, et qu'il faut la préserver, soit pour continuer à vivre, soit parce qu'on considère que l'environnement a une valeur en soi. Néanmoins la vague idée de "il y a un problème, il faut changer nos habitudes" ne va pas nécessairement avec la victoire culturelle d'un certains nombres d'autres idées qui me semblent clés. Notamment les idées qui remettent en cause certains fondements de la société dans laquelle ont vie et qui vont de pair avec les dégâts écologiques. Je pense à tout ce qui est doctrine néo-libéral, libre échange, manière de produire, et je n'entends pas par là seulement le fait d'utiliser des produits écologiques et vegans, j'entends la répartition sociale et internationale du travail. Ce n'est pas là un discours de "puriste" incapable de s'accommoder que je fais là. Les problèmes que je soulève sont suffisamment larges pour que chacun puisse dire "il faut d'abord régler ce problème à cet endroit là précisément". Le programme des verts à cet endroit était excellent aux législatives, ou du moins celui qui paraissait dans ma criconscription. Le programme de la FI était aussi excellent et prenait le problème de l'environnement dans ses enjeux sociaux et économiques. Le programme de Hamon lors des présidentielles était quasiment vide d'écologie malgré l'alliance avec Jadot, mais proposait déjà plus que Macron. Je ne connais pas le programme PS aux législatives car dans ma circonscription, ils étaient alliés aux communistes, qui privilégiaient davantage des questions sociales (et ne pas les coupler aux enjeux écologiques me semble être une erreur). Une députée LREM a été élue avec un programme écologique aussi joli mais encore plus light qu'un yaourt taillefine.
Je pense personnellement que si la victoire politique n'a pas eu lieu (certains programmes étaient pourtant excellents sur ce point) c'est aussi que la victoire culturelle n'a pas tout à fait opéré. Je pense que pour beaucoup l'écologie est importante, mais dans un programme politique, ce n'est qu'une décoration nécessaire. L'écologie est pensée pour beaucoup comme un problème éthique et moral et ne relevant donc pas nécessairement du domaine politique. Malgré tout, beaucoup se rendent compte que leur propre action ne suffit pas, mais ils ne passent pas pour autant de l'idée que c'est un problème moral à l'idée que c'est un problème politique. Ils déplacent seulement le problème éthique aux personnes "responsables", c'est à dire celles qui ont un impact. Comme l'individu n'a pas de poids, il faut que les entreprises deviennent "éthiques et responsables". On est pas encore passé au stade politique, c'est à dire organiser l'action écologique à l'échelle de l'ensemble de la société suivant la volonté générale, sous la forme de lois qui s'appliquent à tous par une contrainte réelle.
Pourquoi ? Je ne sais pas vraiment et mes pistes sont vaseuses et peuvent virer encore plus à la sociologie de comptoir. En tout cas je sais que si je suis sensible à l'idée d'écologie politique c'est aussi parce que je suis étudiante, que j'ai beaucoup de temps libre malgré mon travail de vacataire dans le service public (bibliothèque), que la vie a sorti ma famille des circuits économiques "normaux". Ma mère est volontaire, je vais vraisemblablement devenir fonctionnaire et je suis d'ores et déjà dans le service public. Elle n'est pas rémunérée parce qu'elle génère de l'argent, mais parce qu'on considère que son activité a une valeur. Elle n'a d'ailleurs pas un "salaire" mais une indemnité. Je suis payée quant a moi pour un travail qui n'est pas là pour être rentable. Ces choses là facilitent l'entrée dans une écologie politique. Être tout le temps bombardé.e par des objectifs de rentabilité loin de toute utilité ou de toute valeur sociale, je pense pas que ça aide.
J'ajoute aussi que des activistes écologistes sont régulièrement assignés à domicile, et l'ont été régulièrement notamment lors des manifestations contre la loi travail. Le nombre, selon quelle législation, pourquoi, je vous avoue que je ne saurais pas répondre. Je vous invite à aller checker.
EDIT : désolée pour mon omission totale de l'abstention, dont les enjeux ont très bien été soulevés plus haut.
 
Les verts, la gauche, la droite, la république en marche, le parti socialiste... Au final, je trouve ça dommage que les partis politiques actuels ne pensent qu'à s'identifier par opposition aux autres et s'entre-critiquer. Je préfèrerais qu'ils cherchent des solutions constructives en collaborant, notamment en matière d'écologie où il y a urgence. (Et je ne parle même pas des extrémistes comme Le Pen et Mélenchon qui sont des causes perdues).
 

Valentina-

Wild child
Non.

Le gouvernement, comme ceux d'avant, est mis en cause par toute personne refusant l'injustice et l'inégalité socio-économique comme normale. Refusant le fait qu'il y ait des sans-abris que le gouvernement laisse dans la rue sans agir. Refusant le fait que des migrant.e.s soient laissé.e.s à leur sort sur des embarcations de fortune en Méditerranée, soient refoulé.e.s à la frontière ou soient détenu.e.s dans des conditions illégales par le gouvernement. Refusant que l'homicide de militant.e.s politiques de "l'opposition" ( comme Rémi Fraisse ) ne soit banalisé et accepté par un État qui n'hésite pas à employer des armes mortelles contre sa population, même quand elle manifeste pacifiquement. Il y a encore de nombreuses raisons de s'opposer à ce gouvernement comme aux précédents, et aucune qui ne soit marquée à l'extrême-droite.
Car il n'y a que peu de différences entre Macron et Le Pen. Et que ces différences là, ainsi que leurs ressemblances, personne n'en parle car ce serait difficile à admettre pour beaucoup.

Les "politiques" en général ont prouvé à maintes reprises leur corruption, leur incompétence et/ou leur absence de déontologie. Encore une fois : la critique n'a rien d'exclusive à l'extrême-droite. D'autant plus que ce champ politique a une tradition en politiques véreux de grande qualité.

Et les médias sont critiquables et doivent être critiqués; surtout vu la désinformation qu'ils provoquent et les graves manquements à la déontologie qui surviennent chaque jour.
Les médias nous mentent, ce n'est pas discutable, c'est un fait indéniable. Et la question est d'autant plus légitime dans un système où la totalité des grands médias sont possédés par des grandes fortunes qui, bizarrement ou non, sont proches du pouvoir, de Macron et de LREM. Au point de financer sa campagne pour certains.

Donc non, ça ne vient pas de ce côté de l'échiquier politique, c'est faux et c'est honteux de lire ça.



Ou alors on admet que LREM est un parti anti-écologiste comme il l'a prouvé, comme ses membres l'ont prouvé, comme le gouvernement issu de ce parti l'a prouvé depuis le début de son existence. :dunno:

Quel intérêt de parler d'écologie si c'est pour faire croire que LREM est le parti qu'il nous faut ? Un parti qui refuse, ne serait-ce que d'envisager, la fin du nucléaire durant le mandat de Macron. Un parti qui refuse de porter les vraies questions écologiques au débat car cela ferait du mal à ses amis industriels. Un parti qui a comme ministre de l'écologie un mec tellement peu fiable qu'il a quand même indiqué qu'il fallait accepter l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Bref, LREM est anti-écologique, on le sait depuis un moment.



Décrédibilisé, c'est pas à vous de le dire il me semble.
Outre cet article à charge, on sait bien que le positionnement politique du magazine, la ligne officielle, est de soutenir LREM et le gouvernement d'Emmanuel Macron; et donc vous n'avez jamais été ni sympathisant.e.s de la France Insoumise.
Si Jean-Luc Mélenchon s'est décrédibilisé, c'est à chacun.e des militant.e.s de la France Insoumise qu'il appartient de le dire; pas à un magazine pro-LREM.



Mais LREM n'est pas ni gauche ni au centre, continuer à nous mentir avec ça, c'est de l'ordre du bourrage de crâne.
À l'exception de quelques propositions ( comme la PMA pour tou.te.s ), LREM est un parti de pure droite autant économique que sociale; d'ailleurs, les réformes appliquées sont des réformes demandées de longue date par Les Républicains et avant ça l'UMP.
LREM n'est pas la gauche, ni le centre car LREM est la droite.

Les seuls partis de gauche d'importance aujourd'hui sont la France Insoumise ( qui n'est pas à l'extrême-gauche du tout ), Génération.s de Hamon et c'est tout. C'est une gauche modérée qui peut être dite social-capitaliste ( si tant est que ça soit compatible et que ça est un sens ).



Non. L'échec des différents partis écologistes ne relève pas d'une mauvaise communication ou d'un manque de leadership. Non, l'échec des partis écologistes, il est structurel.

Un parti écologiste est par définition un parti qui se focalise sur la question écologique. Sauf que se focaliser dessus sans remettre en cause le système et son fonctionnement, ça ne marche pas. Et c'est bien ça le problème : le capitalisme, notamment libéral, est incompatible avec l'idée d'écologie. Les partis écologistes qui pourraient fonctionner sont les partis d'extrême-gauche, anti-capitalistes, car leur lutte est déjà celle de l'écologie.
Mais ces partis sont enferrés dans une dynamique obsolète de base ouvrière; et ont du mal à se saisir des sujets qui pourraient fonctionner.



Parce qu'on est en démocratie ? C'est discutable franchement.

Mais surtout la question est légitime : pourquoi la démocratie ? Pourquoi ce système plutôt qu'un autre ? Et surtout, comme la démocratie représentative a échoué ( pas juste des répresentant.e.s mais bien le système ), quelle réorganisation doit être apportée ? Quelles modalités d'exercice du pouvoir ? Bref, pourquoi la démocratie ?

Ce n'est pas démissionnaire que de remettre en cause des poncifs éculés sur la démocratie qui serait tellement bien. La démocratie ( représentative ici ) n'empêche pas la répression par un exécutif tout puissant, n'empêche pas que des personnes meurent de froid, de faim ou faute de soins, n'empêche pas qu'on puisse en tant qu'État refuser l'accès à des personnes qui ont tout perdu et qui meurent sur la mer en quête d'un espoir. Bref, la démocratie ne garantit rien à l'heure actuelle; elle ne doit être ni sacro-sainte, ni intouchable et surtout elle doit être discutée, remise en cause, questionnée; si elle a les vertus qu'on lui prête, elle n'en sortira que plus forte; sinon il sera temps de choisir une autre direction.



Et si on y envoyait les anti-capitalistes plutôt ? Histoire de vraiment agir pour l'écologie ET pour les genTes.
Des écologistes, on en a vu plein en Europe; pourtant, rien ne change sinon en surface. Il y a du monde pour culpabiliser les genTes en leur disant que leur consommation de viande tue la planète mais personne pour pointer du doigt les vraies causes, pour montrer que le problème, c'est le système capitaliste.

Et du coup, je reviens sur le début de l'article.



Parce que la conscience écologique que les choses vont mal ne s'accompagne pas d'une remise en cause du système. C'est aussi simple que ça.
Il est aisé de prétendre que manger bio sauvera la planète ( ce n'est pas le cas ) mais il est plus dur de se dire que le système socio-économique qui nous entoure est le véritable moteur de la destruction de la planète.

Savoir qu'il y a un problème ne veut malheureusement pas dire savoir comment le solutionner. Et très clairement, sur ce point, les partis écologistes sont à la ramasse. Quand je vois les écologistes se gargariser de l'interdiction du glyphosate, je me dis qu'iels sont juste incompétent.e.s en fait. Idem pour le bio, idem pour l'interdiction des OGMs. Les écologistes ne maîtrisent pas les sujets écologiques et c'est bien dommage.

Il est facile de prétendre que nos habitudes individuelles seules déterminent si on pollue ou pas; c'est quelque chose de gratifiant pour celleux qui ont déjà un mode de vie "écolo", c'est culpabilisant pour celleux qui ne le font pas encore; bref, ça marche bien. Sauf pour l'environnement. Car le tout n'est pas la somme des actions individuelles. Non, il y a des mécaniques plus complexes, plus insidieuses qui font que le problème reste hors de portée. Faire reposer la question écologique sur les individus, c'est refuser de voir la réalité mortifère du capitalisme.

Soyez vraiment écologistes : devenez anti-capitalistes.
Ce qui me tue c'est que cette incompatibilité est dénoncée par les écolos et les scientifiques partout sur tous les plateaux depuis un moment, notamment France Inter XD (sans être forcément des vilains "extrémistes de gauche")
 
Dernière édition :
Difficile de réagir à un article politique, qui parle en plus d’élections à venir, sans avoir l’air de prêcher pour sa paroisse…mais comme @Clemence Bodoc prend parti, je suppose que le débat le permet.
Donc juste pour clarifier, voici le parti que je prends : je suis viscéralement contre l'idéologie du FN, et viscéralement pour une force politique écologiste, volontaire, motivée, investie, crédible.
 
Donc juste pour clarifier, voici le parti que je prends : je suis viscéralement contre l'idéologie du FN, et viscéralement pour une force politique écologiste, volontaire, motivée, investie, crédible.
Ton article était assez éloquent sur le sujet :). Je vote pour plus d'articles politiques, c'est passionnant d'échanger des points de vue, des analyses différentes :rainbow:
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes