@jorda
J'ajouterais que la confiance en soi n'est pas quelque chose que l'on travaille dans son coin et se répétant des affirmations positives devant le miroir.
La confiance en soi naît principalement de l'aval des autres (des parents quand on est enfant, des profs, des camarades de classe et en général de la société).
Quelqu'un de moche, si tous les jours pendant 2 mois quelqu'un lui dit qu'il est beau, il finira par le croire et sa perception de lui-même changera par la même occasion. Il niera peut-être au début, les 3 ou 4 premiers jours mais après ça fera son bonhomme de chemin.
ça correspond à ce que tu dis en sens inverse : être rejeté et rater des trucs nourrit la dépréciation de soi.
Je sais que la tendance veut qu'on s'aime soi-même sans chercher l'approbation des autres mais en fait elle est vitale même non-tacite. Et je pense qu'elle commence par les autres. C'est quand tu vois que les autres t'apprécient que tu commences à te dire que tu n'es peut-être pas une si grosse merde que ça ou que tu n'es peut-être pas si moche. S'aimer en partant de zéro, là comme ça, ça me paraît impossible.
Les incels (ou femcels) sont seuls. Il n'y a personne pour les valoriser et il n'y a probablement jamais eu personne. Dans notre société où le succès passe par le physique (pas tous les moyens/beaux réussissent mais on sait que ça file pas mal de coup de pouce) ne pas faire partie du game est très dur. Il faut compenser par de l'intelligence et une personnalité agréable. Sauf que parfois le physique aide à avoir une personnalité agréable. Moi par exemple je suis beaucoup plus, sereine, aimable et souriante quand je me trouve belle ou que je me suis arrangée.

@Bronjohn
Un rapide tour sur le Reddit femcel et en première page je n'ai vu aucune notation (j'ai pas tout lu).
Le slut-shaming me semble logique dans ce cas de figure car ce sont de femmes rongées par la jalousie. S'attaquer aux autres est souvent un exutoire. On ne peut pas leur demander de se déconstruire et de ne plus être misogynes parce que de ce que je lis, elles sont au fond du gouffre et se comparent physiquement à des monstres en plus d'avoir l'impression d'être totalement invisibles dans la société (galère à trouver un boulot, des amis, un copain...). Je comprends tout à fait qu'elles en veulent aux nanas mignonnes (sans pour autant valider une quelconque forme de violence physique ou plus publique - là elles sont entre-elles sur une communauté assez restreinte).
 

Valentina-

Wild child
@jorda
C'est ça, j'ai l'impression que même parfois UNE remarque peut faire basculer la perception de quelqu'un. Par exemple, tu trouves ton sac joli, une personne vient te dire qu'il est moche et si tu es un peu fragile, ta perception est déjà troublée, la remarque sera beaucoup trop prise en compte si tu as peu de confiance en toi (souvent à l'adolescence, ou terrain fertile comme tu disais, des remarques des parents ou sensibilité), certaines personnes seront même prête à remettre en question leurs goûts.
Si en plus ces remarques sont nombreuses (harcèlement), la perception des autres devient de plus en plus justifiée, et même avec un bon niveau de confiance, on peut être perturbé et notre vision peut devenir totalement faussée. Sauf que les remarques peuvent être + graves que pour un sac. Et que ça peut persister à l'âge adulte. Alors même que le harcèlement est fini, les blocages restent et peuvent mener quasiment au même résultat moral.

Bref, au lieu de tergiverser sur l'origine du problème, je me demande quelles solutions on pourrait mettre en place. Éduquer davantage au respect ? A la confiance en soi ?
Si on ne peut pas contrôler l'éducation faite par les parents est-ce qu'on doit ré-égaliser tout par l'école, y compris dans ces domaines là ou est-ce que c'est des valeurs sur le plan sociétal qu'on doit modifier ? (Est-ce l'école va encore devoir régler un problème de société ? :cretin:)

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 
Par rapport à un terme que je ne connaissais pas jusque là: volcel, c'est la même chose qu'aroace? Car je le sais, des asexuels peuvent être en couple, et des aromantiques peuvent avoir une vie sexuelle..
 
Peut-être aussi qu'on vit dans une culture qui culpabilise les célibataires. A la fin des films, le héros finit toujours par embrasser l'héroïne et les femmes célibataires d'âge mûr (les "vieilles filles") sont souvent présentées comme malheureuses dans les fictions. Une fois, j'ai eu le malheur de dire qu'il était possible d'être parfaitement heureux.se en solo, et quelqu'un m'a dit que mes propos étaient choquants. Pourtant, être en couple, ce n'est pas une méthode magique qui garantit le bonheur éternel, et les célibataires heureux.ses existent. :dunno:
 
@lafeemandarine
Enfin c'est pas facile à accepter quand ce n'est pas ce que tu veux dans la vie. Et puis t'as des gens qui vivent assez bien le fait d'être célibataires mais qui seraient encore mieux s'ils avaient quelqu'un avec qui partager des activités de la vie courante. Faire tout tout seul c'est pas la panacée et parfois t'as envie de grandir et d'évoluer à côté de quelqu'un d'autre.
Etre célibataire et vouloir être en couple aujourd'hui, c'est comme avoir faim pendant que tout le monde mange autour de toi.
On ne peut pas juste dire aux gens d'accepter leur situation si ce n'est pas ce qu'ils veulent. Et je ne pense pas que la société et ses images soient les seules raisons pour lesquelles certains souhaitent être en couple.
Ajoute aussi à ça le fait qu'être célibataire te coupe pas mal de tes amitiés. On connaît tous des potes qui se sont mariés et/ou qui ont eu des gosses et qui ont disparu du paysage. Surtout qu'il se font des amis en couple ou des amis avec des enfants. Se sentir exclue comme ça c'est douloureux (et encore plus douloureux quand tu es célibataire par dépit).

@Valentina-
Je ne parlais pas de se reposer sur les autres mais d'avoir des démonstrations positives de manière fortuites.
Si à ton boulot on te félicite régulièrement t'es quand même plus à même de te juger positivement. En tous cas ça peut être une bonne base pour approfondir sa construction de soi.
Par contre si tu n'entends jamais rien de bien et si tu es isolée (pas d'amis, pas de famille, peu de contacts) je ne vois pas comment on peut se sentir fière. Je ne dis pas que c'est impossible mais c'est difficile et décourageant.

Et généralement tu réussis à te détacher des regards négatifs des autres (parce qu'on ne parle que de se détacher des regards négatifs des autres quand on dit "on s'en fiche de ce que les autres pensent", pas des regards positifs) parce que tu as un cercle social positif sur lequel t'appuyer.
Si demain je m'embrouille avec une collègue, je serai beaucoup plus sereine si j'ai d'autres collègues qui m'apprécient que si je suis seule contre tous. Tu peux peut-être faire front quelques semaines/mois mais après tu commences à douter de ta valeur. Ce qui est normal. Personne n'est inflexible.
 

Etp

il + masculin
@Princesse Sarah 02 Nope. Quelqu’un qui est célibataire volontairement c’est par exemple un prêtre, ma grand-mère qui ne veut pas se remarier ni sortir avec qui que ce soit ou ma pote qui est gavée des hommes et préfère enjoy son célibat. En gros, c’est un choix par une personne allosexuelle/romantique (donc qui a une attirance sexuelle/romantique pour un ou plusieurs genres) de ne pas ou plus avoir de partenaire romantique et/ou sexuel.

Être aro/ace et être en couple c’est pas incompatible ! C’est ne pas avoir d’attirance romantique et/ou sexuelles envers un ou plusieurs genres, ça n’implique pas de ne pas avoir de partenaire. On peut sortir avec quelqu’un sans attirance sexuelle. On peut sortir avec quelqu’un sans attirance romantique pour des raisons x ou y aussi, ça arrive.
 
J'ai l'impression que dans le phénomène femcels il y a quand même beaucoup la recherche d'un idéal physique qui accorderait le privilège d'avoir des relations amoureuses.
J'ai un physique de femmes moyennes, j'ai longtemps pas du confiance en moi sur ce plan mais je ne le montrais pas, et j'ai beaucoup relationné, sur le long terme en plus. Et j'ai du des mecs aux physiques variés, dans les normes ou non. Par contre ce qui fait que beaucoup ne trouvent pas, je pense que ça vient de ne pas chercher dans les bons cercles et surtout du manque de confiance qui est visible. Ce qui attire souvent c'est une personne qui "rayonne", qui à l'air épanouit dans sa vie, pas forcément un physique dans la norme. Forcément une mal qui à l'air mal n'attire pas, je l'ai perçu quand j'étais en profonde dépression avec TS, on ne venait plus vers moi. Et c'est une prise en charge psy qu'il faut pour aller mieux. Seule c'est pas possible, la dépression c'est aussi chimique et ça nécessite une thérapie pour comprendre d'où elle vient. Moi ça m'a aidé à m'accepter, à prendre confiance même si le chemin est encore long.

En plus les femmes hypers jolies disent souvent avoir du mal à trouver une relation stable et épanouissante, les hommes les abordant souvent pour leurs physiques et non pour leurs personnalités. Et être dans la moyenne c'est avoir cette chance qu'on s'intéresse à toi pour ce que tu es. Enfin j'ai ce point de vue là qui me permet de ne pas jalouser ma voisine parce qu'elle est instagramable et pas moi. Je ne crois pas au "beauty privilèges". Franchement j'y vois même plus d'inconvénients et de sexismes. Parce qu'on t'écoute pas, on pense que tu n'as pas de cerveaux, on dit que tu es superficielle...(je l'ai vécu quand j'étais jeune et que je faisais un 36 et c'était pourtant la période où j'étais la plus mal dans ma peau). En plus je ressentais cette pression constante à rester belle. Alors qu'aujourd'hui avec mon 44, je me sens bien, sans trop de pression de la part de mon entourage (bon j'avoue que je fais aussi des efforts pour revenir à un 40 mais c'est surtout pour mes articulations et j'espère pas perdre ma silhouette que j'aime :d ). La grossophobie je la vis surtout du corps médical (et encore, comme j'ai la chance d'avoir une silhouette harmonieuse, j'ai peu de critiques). Et aussi de bandes de jeunes qui se moquent parfois quand je vivais dans le sud où les filles étaient en général beaucoup plus minces ! Et que les rondes étaient rares.

C'est un long chemin d'apprendre à se sentir bien avec soi-même, c'est pas simple, ça s'apprend avec des exercices et un bon thérapeute. Mais ça change la vie c'est clair.
 
Moi je suis une vraie petite grosse, j'ai les jambes légèrement arquées et je porte des semelles orthopédiques pour redresser mes pieds et donc ma démarche (ok...je ne porte pas mes semelles sur la face) sinon j'aurais une démarche de babouine. Par contre pas de talons pour moi alors que je gagnerais à prendre un peu de centimètres avec ce subterfuge. J'ai un petit coté masculin.
Eh bien...je n'ai jamais eu de problèmes de séduction ni d'attirance des Hommes. Je me suis toujours beaucoup amusée et j'ai toujours profité sur le plan sexuel et amoureux. Aujourd'hui je suis en couple avec un grand mince.
Parce que j'ai d'autres atouts dont je fais très attention :
- des yeux très expressifs que j'ai appris à maquiller correctement;
- de très beaux cheveux longs (j'adore ma touffe capillaire...parce que l'autre par contre épilation intégrale) que je soigne;
- chanceuse car je ne suis pas passée par la case orthodontie, mes dents sont bien et donc j'y fais très attention.
Par ailleurs, j'ai pratiqué le théâtre 6 ans et le chant 3 ans. Cela m'a aidé à me sentir très à l'aise avec mon corps mais surtout rendre les autres très à l'aise avec.
Et puis, j'ai fait le choix de m'instruire et me cultiver tout le temps, toute ma vie. Outre un bon bagage universitaire (bon...selon mes capacités car étant dyscalculique et dyspratique...), je lis beaucoup, je visite énormément, je vais en expo'. J'entretiens mon anglais et espagnol (très bon niveau). Du coup dans les dîners en ville, je brille et je séduis !
Beaucoup me disent (et notamment les Hommes et les Garçons) qu'ils ne voient plus que je suis une vraie petite grosse que j'ai les jambes légèrement arquées et que je porte des semelles orthopédiques pour redresser mes pieds et donc ma démarche tellement j'ai les pieds plats- ce qui me fait souffrir par moments - (ok...je ne porte pas mes semelles sur la face) sinon j'aurais une démarche de babouine.
 
Peut-être aussi qu'on vit dans une culture qui culpabilise les célibataires.

Je suis tout à fait d'accord avec ton message, et j'ai envie de rebondir dessus en disant que la société est faite de telle sorte qu'on ne finit par ne plus faire la différence entre vouloir être en couple et vouloir simplement être entouré.e.

C'est assez logique finalement : le modèle standard de la vie d'adulte c'est vivre en couple et de fait, ça va avec en général, faire passer sa moitié avant tout le reste (d'ailleurs ce terme même de "moitié" est assez révélateur). Dans une société où tout le monde serait apparié, ça ne pose pas de problème. Seulement, ce n'est pas le cas, comme on le sait : il y a ceux qui ne parviennent pas à quitter leur statut de célibataire alors qu'ils le veulent et ceux que ça n'intéresse pas. De fait, on peut faire la distinction entre regretter de ne pas être en couple parce que le couple a une valeur intrinsèque (être amoureux, c'est cool, etc.) et regretter de ne pas être en couple alors qu'on s'en foutrait un peu si la société était faite d'une autre manière mais que c'est la seule manière d'être réellement entouré.e qu'on a à notre disposition.

Qu'on soit bien clairs, je ne suis pas en train de reprocher à qui que ce soit de faire passer son ou sa conjoint.e en priorité, parce que ba qui suis-je pour juger les choix des gens :lol: En revanche, on peut s'interroger sur ce mode de fonctionnement à l'échelle de la société. Parce que dans les faits, si la plupart des gens tiennent à se mettre en couple, c'est parce qu'ils trouvent que le couple c'est bien, je suis d'accord. Mais c'est aussi parce que sinon tu passes une grande partie de ton temps seul : quand t'as dépassé 25-30 ans, que toi et tes proches êtes entrés dans la vie active, que vos temps de loisirs sont limités donc forcément il faut sélectionner. Alors qu'on pourrait vivre autrement, pas forcément en mode communauté hippie, mais sans forcément partir du principe que c'est l'amour d'abord et les amitiés ensuite. Je ne pense pas qu'autant de gens souffriraient d'être célibataires dans une autre société (vaste débat vous me direz :lol:).

Bref, tout ça pour dire que je regrette un peu que tout ce qu'on nous propose comme standard de vie c'est d'aller par paires et le reste passe après, au lieu de vivre dans une société plus communautaire. Ça ne s'arrête pas au seul couple d'ailleurs : plus tard, on passe au modèle de la famille nucléaire, c'est-à-dire un noyau dur formé par les deux parents et leurs enfants, et le reste (famille éloignée, amis) qui sert davantage de background. On peut le regretter car si les parents s'avèrent défaillants (ce qui peut très bien arriver même sans parler de maltraitance : période difficile, chômage, divorce, enfin on a tous des périodes où on est pas au top), les enfants peuvent manquer de sécurité affective, de repères, d'oreilles attentives, etc. Enfin pour donner un exemple personnel, quand mes parents étaient en plein divorce, je me sentais bien seule :erf: C'est ce que dit le fameux proverbe selon lequel il faudrait tout un village pour élever un enfant. Être parent serait une expérience bien moins stressante si les parents pouvaient réellement déléguer, s'ils pouvaient se dire "bon ok là on traverse une période de merde et on n'arrive plus à être disponibles pour nos enfants mais ça va bien aller puisqu'on a des personnes de confiance pour prendre le relai". Prendre le relai de manière durable, j'entends : je me doute que la plupart des gens peuvent confier leurs enfants pour un week-end ou deux semaines de vacances aux grands-parents, aux oncles, aux tantes. Mais pouvoir compter sur une autre présence que celle du couple parental un soir sur trois pendant une période donnée parce que sinon ça va pas du tout à la maison (par exemple hein), c'est autre chose.

Évidemment il y a des exceptions : par exemple, j'ai une amie qui est très présente pour sa soeur et ses neveux qui sont dans une mauvaise passe et de fait ça aide beaucoup la mère de pouvoir craquer et lâcher du lest en sachant que quelqu'un sera là pour assurer derrière. Mais voilà, il faut quand même noter que mon amie est en mesure d'apporter cette aide parce qu'elle est elle-même célibataire. Si elle avait son propre conjoint, ses propres enfants, peut-être qu'elle ne pourrait pas se rendre autant disponible.

Bref pardon j'ai un peu dérivé du sujet, il faut croire que ça m'inspirait :ninja:
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes