@Aspiole : Je suis moi-même vraiment désolée pour ta situation, je comprends tout à fait que le sujet soit si délicat à aborder.

Mais je souhaiterais juste rapidement revenir sur ce concept de race sociologique, parce que je pense que c'est important.

Lorsqu'on dit que la blanchité et la race sont des concepts sociologiques, on ne dit pas qu'il n'y a aucune différence biologique entre les êtres humains, ni qu'il n'existe pas de groupes humains relativement homogènes génétiquement. Ce qu'on veut dire, c'est qu'il a été arbitrairement décidé de catégoriser les humains en races sur la base de certains critères physiques, dont la couleur de peau. Or la réalité biologique est beaucoup plus complexe que ça.
De ce que j'ai compris en me renseignant un peu sur le sujet (et s'il y a une Madz plus calée que moi sur la question, qu'elle se fasse un plaisir de me reprendre) : d'abord, la couleur de peau n'est pas un indicateur fiable pour déterminer l'appartenance à un groupe génétique : pour une population donnée, il se peut qu'elle ai plus en commun génétiquement avec une population étant considéré comme étant d'une autre couleur qu'elle, qu'avec une autre population étant considérée comme étant de la même couleur qu'elle. (Typiquement, il me semble que les Afro-Américains n'ont plus grand-chose en commun avec les populations d'Afrique dont ils sont issus, du fait des nombreux brassages génétiques avec les Européens colonisateurs et les Amérindiens. Pourtant, ils sont considérés comme étant de la même couleur)
Ensuite, il est très difficile de catégoriser les être humains en groupes génétiques, donc en "races", car s'il existe certes des groupes génétiquement homogènes, il y a à peu près autant d'individus parfaitement inclassables d'un point de vue génétique, qui constitueraient des catégories à part à eux tout seuls.

Tout ça pour dire que ce n'est pas juste hiérarchiser les races qui pose problème, c'est aussi que le concept de race humaine est lui-même très bancal et flou et ne repose pas sur une réalité scientifique concrète (à contrario du concept d'espèce, qui est très net : ce sont le nombre de chromosomes qui déterminent l'appartenance à une espèce donnée. Et encore, je crois que même là ça se discute un poil).

@jorda : encore une fois, je ne suis pas une spécialiste en génétique, mais il me semble qu'il faut être prudents avec ce genre d'exemples, car corrélation ne signifie pas forcément causalité. Le fait qu'un gène soit plus répandu dans une population considérée comme étant d'une couleur donnée, ne veut pas dire que ce gène est lié biologiquement à cette population. Il peut aussi s'agir d'un phénomène historique : par un enchaînement d'évènements, ce gène s'est propagé dans cette population, mais si l'Histoire avait été autre, il aurait pu se propager dans une autre.
Je ne dis pas que c'est nécessairement le cas de la mutation que tu présentes en exemple. Mais c'est juste pour dire que si un gène est plus présent dans une population donnée, ça ne veut pas dire que ce gène ne pourrait pas apparaître dans d'autres populations.

Encore une fois, je ne suis pas une spécialiste de la génétique, c'est juste des infos que j'ai glanées ici et là, donc ne prenez pas ça pour argent comptant et n'hésitez pas à faire vos propres recherches. Mais c'est grosso modo ce que j'ai retenu des miennes.
 
@MissMachine oui, effectivement. En tant que non-spécialiste, il faut prendre ces éléments avec des pincettes, mais ce que je voulais dire c'est que ce fait reste quand-même troublant et porte à se poser la question. Mais tu as aussi raison de signaler ta remarque.

@Nastja j'avoue qu'en tant que non-spécialiste, je pourrais pas dire.
Par contre, par exemple, pour l'intolérance de nombreux Asiatiques au lait, beaucoup tendraient à penser que c'est par manque d'habitude alimentaire (le lait est beaucoup moins utilisé dans leur alimentation que dans la nôtre). [encore une fois, je ne suis pas spécialiste, donc à confirmer...]
 
  • Big up !
Reactions : Nastja
M

Membre supprimé 335463

Guest
@ImatinibGlivec
Et bon courage à toi, je comprends ta colère et la difficulté de ta situation (mais je ne pense pas pour autant qu’on puisse parler de race biologique en se basant sur le HLA)
Ah, je ne dis pas qu'on peut parler de races biologiques en se basant sur le HLA, pardon si on a compris ça ! mais on peut se questionner sur leurs existences en vertu de plusieurs raisons, dont le HLA. Mon avis est plus nuancé, plus dans le "continuons à nous questionner au lieu de conclure pour ce qui nous semble le plus facile à faire passer nos idées ensuite". Car c'est sûr qu'aucune différence biologique, ça peut toucher plus de gens quand on lutte contre le racisme, mais faut-il toucher ces gens en prêchant le faux au lieu de questionner et rappeler quz c'est la hiérarchie le soucis ? J'en ai surtout assez de cette société où on en vient à pointer les "différences biologiques" comme des constructions sociales uniquement, alors qu'il est très difficile de conclure, et que nombre d'éléments poussent quand même à s'interroger là-dessus. Parce que non, le HLA ne prouve rien à lui tout seul, mais il interroge.
Je ne dis aussi pas que c'est facile de trouver un donneur, métissage mis à part. Juste que je ne prenais pas en compte les autres facteurs pouvant complexifier cette recherche, le métissage étant en lui-même une raison suffisante pour rendre plus difficile la recherche de donneur. Mes médecins m'ont clairement dit que ça serait difficile et que c'était un facteur qui ne jouait pas en ma faveur du tout.
Et ce serait idéal que plus de gens soient donneurs, on est d'accord, pas de débat là-bas. Je suis reconnaissante envers ceux qui le font, envers ceux qui ont une carte de don, etc., vraiment, ça sauve des vies tous les jours...
Je pense donc qu'on est d'accord, mais je me suis peut-être exprimée avec un peu trop de sentiments, j'ai du mal avec certains sujets parfois.

@MissMachine Je comprends ton point de vue. Et je suis parfaitement d'accord avec le fait que ce sont des concepts très difficiles à cerner scientifiquement parlant. Mais, je trouve dommage que la réponse de beaucoup de gens dans cette situation soit de dire "c'est trop difficile donc on va dire que ça n'existe pas car ça sera plus simple pour guider les gens à bien agir à côté" (même si c'est logique, hein) et pas "admettons qu'on n'a pas encore assez d'informations et ne rejetons pas pour autant ces concepts qui, sans hiérarchie, ne sont pas problématiques". J'avais l'impression que c'était ce que tu faisais, mes excuses si je me trompe.
Parce que des realités scientifiques "concrètes", j'ai le sentiment qu'il n'y en a pas non plus des masses qui soient si indubitables et qu'on ne puisse pas faire évoluer. Le principe de la science, c'est aussi de faire évoluer la connaissance et de ne pas toujours conclure. Donc si on doit attendre d'être à 100% sûr de chaque hypothèse scientifique avant de l'énoncer, on n'énoncera plus rien. Si on a peur de ce que les gens vont retenir de nos hypothèses pourtant neutres, même chose. Si on doit rejeter chaque concept hypothétique car on a peur que des gens concluent à un rapport de causalité encore incertain, ça me dérange. "Ça peut être A ou B, mais comme je n'ai pas de preuve que c'est A, je vais donc dire B qui pose moins de problème par rapport aux stratégies que j'ai mis en place, car les gens risqueraient de penser que ce forcément A", quoi. Pour moi, il ne faut pas dire "il n'y a pas de différence" sous prétexte que des gens font le raccourci "différence = moins bien", mais "une différence est possible". Peut-être pas celle qui a été faite historiquement, ni forcément de façon constante et inaltérable dans le temps, mais la question se pose quand même.


Merci pour vos mots concernant ma maladie, aussi, c'est très gentil.
 

Moufff

Illustratrice Moufff/Lesgribouillis
@Ann-ly je pense que c'est une construction sociale, qui va varier d'un endroit à l'autre... j'ai plusieurs amis qui s'identifient et sont vus comme blancs dans mon pays d'origine, mais en arrivant en Europe on les voit comme latinos/métisses/arabes... leur couleur de peau n'a pas changé (si ce n'est pour devenir encore plus pâle parce qu'il y a moins de soleil ici que chez nous !), c'est la perception extérieure qui change ! On dit "blanc" mais je pense que le plus correct serait de dire "caucasien", parce qu'effectivement on peut avoir la peau blanche mais on sera perçus comme "non-blancs" à cause d'autres traits physiques qui ne sont pas caucasiens. (EDIT : devancée par @MorganeGirly :) ) (EDIT : je pense que tu as raison, entre les asiatiques "jaunes" et les amérindiens "rouges"...)

@jorda
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.


Est-ce que tu pourrais clarifier tes propos s'il te plaît ? J'espère ne pas avoir bien compris, parce que l'impression que j'ai en te lisant est que les gens devraient ou cacher ou être prêts à parler constamment de leur différence ? Ça me surprend un peu parce que j'imagine que tu n'as pas choisi être bi/pan (si j'ai bien compris), que ça fait partie intégrante de toi sans être la seule chose qui te définit... tout comme ta copine brésilienne n'a pas choisi avoir un accent (et j'espère que tu as cité l'espagnol parce que c'était la langue que vous aviez en commun, parce que si elle parlait pas portugais au Brésil elle a du galérer dans sa vie la pauvre... désolée si je m'énerve pour rien là, mais si j'avais eu un euro pour chaque fois que quelqu'un a sorti un "holaaa chicaaa" et à commence à me parler en espagnol quand iel a découvert que j'étais brésilienne je pourrais payer une armée de mercenaires pour renverser notre président de merde :goth:), ou une personne noire n'a pas choisi sa couleur de peau non plus. Et même en ayant un accent et/ou une couleur de peau différente ces personnes restent tout autant normales que toi qui a une sexualité non-hétéronomative. Il y a des gens qui choisissent de clamer haut et fort leur différence (je suis sûre que si ta copine brésilienne se balade dans la rue habillée aux couleurs du Brésil, que toutes ses photos sur ses réseaux sociaux sont d'elle à la plage à Bahia et qu'elle insiste tout le temps pour mettre du funk carioca en soirée si c'est le cas on risque de bien s'entendre elle et moi ! je pense que ça veut dire que non seulement elle est fière de sa culture mais aussi qu'elle est ouverte à en parler... tout comme si toi tu sortais avec un t-shirt arc-en-ciel) mais plusieurs fois la "différence" que la personne arbore n'est pas un choix. On ne peut pas cacher une couleur de peau, une forme de visage, un accent. Et ces personnes méritent d'être traitées normalement, et qu'on les laisse tranquilles avec leurs "différences" aussi.

Franchement je vais pas répondre encore un patté pour parler de nuance.
Vraiment à aucun moment je dis ça, c'est ridicule...

Là ce que tu as répondu c'est exactement le contraire de la nuance, je fais tout un bloc pour parler de nuance, je dis gris, tu dis "ALORS JE VAIS M'ENERVER T'AS DIS BLANC HEIN BLANC !! C'EST ABUSE !!"

Tu veux que je clarifie, je vais faire simple : l’extrémisme n'est à AUCUN moment valable. Aucun.
Et là ce que tu viens de faire c'est de l'extremisme, tu as pris ce que tu voulais dans mon texte pour être contre moi pour me faire passer pour quelque chose qui n'a RIEN à voir avec ce que j'ai dis.
 
@Moufff ? Mais ? j'ai dit que j'avais pas compris ce que tu voulais dire, je demandais des clarifications. A aucun moment je t'ai accusée de rien du tout, je t'ai expliqué ce que j'avais compris de ton texte en précisant que c'était ma compréhension à moi et que je me doutais bien qu'elle était foireuse, sinon je t'aurais pas demandé de clarifier. J'ai compris X de ton propos, je sais très bien que ça ne veut pas forcément dire que tu voulais dire X, je te dis juste "hé, j'ai compris ça de ce que tu nous a dit, est-ce que c'est bien ça que tu voulais dire ?". Visiblement non, n'empêche que je n'ai toujours pas compris ce que tu voulais dire au juste.
Et on est bien d'accord que l'extrémisme c'est pas bien (je vois juste pas très bien où est-ce que j'ai été extrémiste dans mes propos?), c'est peut être moi qui suis bête mais je ne comprends pas de quel "autre" extrémisme tu parles. D'un côté il y a les racistes qui pensent que pour être français faut ressembler à Bécassine, ok ça on est d'accord, mais par contre, vraie question, pas de sarcasme ni accusation ni rien du tout, c'est qui les extrémistes de l'autre côté ?
 

Moufff

Illustratrice Moufff/Lesgribouillis
@Moufff ? Mais ? j'ai dit que j'avais pas compris ce que tu voulais dire, je demandais des clarifications. A aucun moment je t'ai accusée de rien du tout, je t'ai expliqué ce que j'avais compris de ton texte en précisant que c'était ma compréhension à moi et que je me doutais bien qu'elle était foireuse, sinon je t'aurais pas demandé de clarifier. J'ai compris X de ton propos, je sais très bien que ça ne veut pas forcément dire que tu voulais dire X, je te dis juste "hé, j'ai compris ça de ce que tu nous a dit, est-ce que c'est bien ça que tu voulais dire ?". Visiblement non, n'empêche que je n'ai toujours pas compris ce que tu voulais dire au juste.
Et on est bien d'accord que l'extrémisme c'est pas bien (je vois juste pas très bien où est-ce que j'ai été extrémiste dans mes propos?), c'est peut être moi qui suis bête mais je ne comprends pas de quel "autre" extrémisme tu parles. D'un côté il y a les racistes qui pensent que pour être français faut ressembler à Bécassine, ok ça on est d'accord, mais par contre, vraie question, pas de sarcasme ni accusation ni rien du tout, c'est qui les extrémistes de l'autre côté ?

Alors j'ai mal compris excuse moi, j'y ai vraiment vu une agressivité.
Quand je dis deux extremes c'est
d'un coté : Le racisme ou le fait de se calfeutré les yeux sur des situations évidentes.
L'autre : Chercher du mal quand y'en a aucune volonté, chercher le racisme pour s'en plaindre en quelque sorte ou ne pas lutter.
Y'a des gens qui aiment la douleur, comme quand par exemple tu peux aller regarder des fins tristes pour repleurer sur des choses, moi je pense qu'il y a des gens qui cherchent à voir du racisme là où il y en a pas et qui prennent zéro sur eux.

Genre dans un autre contexte : Il y a la grossophobie en extrémiste, et à l'autre opposé de l’extrémisme il y a les gens qui le cherchent : demain on vient me voir on me dirait "Hey t'as mangé ce midi ?" "Pourquoi ? Mon ventre est gros ? Mais c'est grossophobe de dire ça, alors tu estimes que tu as le droit de me demander si j'ai mangé pour bien me faire sentir que j'ai englouti ce gâteau.".

Parce que si on part du principe que demander d'où tu viens c'est raciste. Alors demander son age c'est discrimant, demander comment ça va c'est intrusif, demander si tu aimes tel ou telle chose c'est un cliché, etc etc, tu pourras toujours trouver à redire.

Je remet un peu de nuance, mais je dis ça au cas où évidement c'est pas un truc lourd du style "hey je vais deviner d'où tu viens !!!" et ils te citent tous les pays de l'univers.
Là je parle juste du fait de demander d'où viens quelqu'un pour juste le connaitre, intéressait à lui.
 
@MissMachine Je comprends ton point de vue. Et je suis parfaitement d'accord avec le fait que ce sont des concepts très difficiles à cerner scientifiquement parlant. Mais, je trouve dommage que la réponse de beaucoup de gens dans cette situation soit de dire "c'est trop difficile donc on va dire que ça n'existe pas car ça sera plus simple pour guider les gens à bien agir à côté" (même si c'est logique, hein) et pas "admettons qu'on n'a pas encore assez d'informations et ne rejetons pas pour autant ces concepts qui, sans hiérarchie, ne sont pas problématiques". J'avais l'impression que c'était ce que tu faisais, mes excuses si je me trompe.
Parce que des realités scientifiques "concrètes", j'ai le sentiment qu'il n'y en a pas non plus des masses qui soient si indubitables et qu'on ne puisse pas faire évoluer. Le principe de la science, c'est aussi de faire évoluer la connaissance et de ne pas toujours conclure. Donc si on doit attendre d'être à 100% sûr de chaque hypothèse scientifique avant de l'énoncer, on n'énoncera plus rien. Si on a peur de ce que les gens vont retenir de nos hypothèses pourtant neutres, même chose. Si on doit rejeter chaque concept hypothétique car on a peur que des gens concluent à un rapport de causalité encore incertain, ça me dérange. "Ça peut être A ou B, mais comme je n'ai pas de preuve que c'est A, je vais donc dire B qui pose moins de problème par rapport aux stratégies que j'ai mis en place, car les gens risqueraient de penser que ce forcément A", quoi. Pour moi, il ne faut pas dire "il n'y a pas de différence" sous prétexte que des gens font le raccourci "différence = moins bien", mais "une différence est possible". Peut-être pas celle qui a été faite historiquement, ni forcément de façon constante et inaltérable dans le temps, mais la question se pose quand même.


Merci pour vos mots concernant ma maladie, aussi, c'est très gentil.

En fait, ça va même encore bien plus loin que ça. Ce n'est pas que la science n'est pas sûre qu'il existe ou non des races humaines, c'est qu'il y a un consensus quand même très généralement admis sur le fait que le concept de "race" est au mieux flou, au pire des cas inapplicable à l'espèce humaine. En tout cas, il y a un consensus clair et net sur le fait que les concepts de "race blanche" et "race noire" sont faux. ça, pour le coup, on en est sûrs.

Cela veut-il dire qu'il n'y a pas de différences biologiques et génétiques entre les humains ? Bien sûr que non, le HLA montre bien qu'il y a une grande diversité d'allèles au sein de l'espèce humaine, et de grandes différences d'un individu à un autre.
Mais ça veut dire qu'en dépit de ces différences, on ne peut pas catégoriser les être humains, et encore moins selon leur couleur de peau. "Les Blancs", par exemple, ne sont pas un groupe suffisamment homogène génétiquement, ni suffisamment différents des autres populations, pour qu'ils puissent constituer une "race" à part des autres. Ils n'ont tout simplement pas suffisamment de traits en commun qui leurs seraient génétiquement uniques.
En fait, les théories racialistes ont popularisé l'idée que les gènes viennent en "package" : le package "blond au yeux bleus baraqué et adapté au froid", le package "Asiatique au yeux bridés, légèrement bronzé, petit et trapu pour grimper les sommets de l'Himalaya". Et c'est cette idée que la science moderne conteste.

Ici une interview d'André Langaney, anthropologue, qui explique tout cela mieux que moi. Et lui rejette purement et simplement le concept de "race" :
https://www.sciencesetavenir.fr/arc...de-sens-d-un-point-de-vue-scientifique_104088

Voilà, j'espère que mes explications sont un peu plus claires, parce que j'avais écrit mon post tard et je crois que mon propos originel était un peu confus.

En tout cas je te souhaite bon courage et bonne chance dans tes démarches à venir ! :fleur:
 
@Moufff pas de souci, je pense que je suis un peu à cran ces derniers jours et c'est un sujet qui me prend très à coeur... je suis désolée si je t'ai agressée, c'était vraiment pas mon intention !

EDIT : j'ai refait un pavé, désolée, je m'étends peut être un peu trop mais je cherche à clarifier mes propos pour pas qu'il ait encore de malentendu !

mais du coup oui, je comprends mieux ce que tu veux dire ! Et je suis assez d'accord avec toi, c'est justement parce que ça existe dans cette zone de gris qu'il est important d'en parler ! Je sais plus qui avait posté une super petite vidéo de A.I.M ou elle parle un peu de ça il me semble, mais je pense sincèrement que ce qui rend ce sujet compliqué c'est justement cette nuance que tu soulignes. Parce que si c'était un truc ouvertement immédiatement raciste (et ça peut l'être, comme tu l'as dit si c'est un jeu pour la personne qui demande, ou si c'est la première question qu'on te pose avant même le "bonjour"), ce serait plus facile d'y répondre à la hauteur.

Comme tu dis il y a plein de fois ou le "tu viens d'où?" est posé de façon complètement innocente, la personne qui pose la question ne la pose pas parce que l'interlocuteur en face a une couleur de peau différente. Mais quand tu reçois la question tu ne peux pas deviner les intentions de la personne qui la pose, tu sais pas si tu réponds "J'ai des origines Marocaines" la personne en face va te dire "trop bien moi aussi !!! moi je viens de telle région !!!", si elle va être sincèrement intéressée par ton vécu et vous aurez une discussion passionnée sur la littérature marocaine, si elle va dire "cool, moi j'ai des origines Bretonnes !" et vous passerez à un autre sujet... ou si elle va te regarder très satisfaite d'avoir résolu le puzzle du "je savais que t'étais pas française". Pareil si tu réponds "Je viens de Lille", il y a des chances que la personne en face te pose l'infâme "non, mais en vrai, tu viens d'où?"...

Je fais un parallèle avec ma situation, je sais que quand on me dit que je parle bien français il y a environ 60% de chances (d'après mon expérience) que ce soit un compliment sincère et gentil, du coup même si c'est un compliment qui m'énerve un peu je dis merci et on passe à autre chose. Mais les 40% des fois restantes je dis merci et la personne tout de suite se met à me parler comme si j'avais cinq ans et/ou à glisser des mots en espagnol dans ses phrases (pour celles qui ont pas suivi c'est pas la langue de mon pays mais les gens confondent beaucoup trop souvent :goth:). Et je me dis que j'aurais du être moins gentille dans ma réponse mais c'est trop tard.

Je pense que du coup la solution c'est de parler de ça plus ouvertement (ce que Kalindi fait avec cet article par exemple) pour que les personnes blanches qui ne sont pas confrontés à ce problème (et je m'inclus là dedans) et qui posent cette question innocemment soient au courant, et qu'on fasse un peu plus attention à ça, soit en la formulant de façon moins ambigüe, soit en posant la question dans un contexte plus "naturel" (et juste qu'on soit claires, ce n'est absolument pas une accusation, je ne te connais pas, il y a des bonnes chances que tu fasses déjà ça sans avoir besoin qu'on te rappelle, et si j'ai bien compris c'est ça que tu voulais dire quand tu parlais de ne pas fermer les yeux face au racisme). Mais oui, je pense qu'on est d'accord sur ça, la solution n'est pas ne plus demander aux gens d'où ils viennent, ça reste une question normale quand tu fais du small talk, mais juste de faire un peu attention pour ne pas blesser involontairement la personne en face. (et soyons fous, que si jamais une personne qui dit "non, mais en vrai tu viens d'où?" lit cet article et cette discussion, elle se dise "ah oui c'est pas cool ce que je fais" et elle arrête de poser des questions racistes !)
 
L'autre : Chercher du mal quand y'en a aucune volonté, chercher le racisme pour s'en plaindre en quelque sorte ou ne pas lutter.
Je me demande où est le sens des priorités sur un article qui témoigne du racisme à l'encontre de son auteure, après des comms qui témoignent du racisme à leur encontre, en expliquant bien les contextes, les ressentis, en comparant les situations, etc, quand la première chose dite c'est "attention à l'extrémisme : des racisés se victimisent et même en inventent du racisme pour se faire plaindre".
Alors certes, le discours que tu tiens est ultra mainstream (les plaintes contre la "rhétorique victimaire des racisés" et "des racisés qui inventent du racisme pour se faire plaindre", il est très présent dans les comms du Monde, du Figaro, au bistrot du coin et à la machine à café) mais suite à des témoignages personnels de victimes de racisme, est-ce bien pertinent de mettre sur le même plan le racisme et ses effets et "des racisés inventent du racisme pour se victimiser"?

De même, en mettant toujours l'accent sur la personne "qui ne pense pas à mal" j'ai un peu l'impression de lire un mec qui s'est fait renvoyé bouler après après fait une gentille remarque polie dans la rue à une fille : bah oui il pensait pas à mal et il est surement pas sexiste... par contre je pense qu'il faut sortir du "moi je moi je" pour les choses qui ne nous concernent pas (par exemple sur le sujet du racisme quand on est pas soi-même victime de racisme) en essayant un peu de prendre en compte le contexte, de se mettre dans les chaussures de l'autre : où est l'empathie? Où est la compréhension des mécanismes de discrimination?
La meuf qui renvoit bouler une remarque gentille d'un mec qui "pensait pas à mal" c'est peut-être parce qu'elle a eu avant des tas de remarques "moins" gentilles, du sexisme et du harcèlement de rue par tartines, et qu'elle aimerait bien que cette problématique soit prise en compte (et qu'on lui lâche la grappe) et qu'elle a pas spécialement le temps / l'envie / la capacité de donner "le bénéfice du doute" pour chaque remarque dans un contexte d'accumulation de micro aggressions (voire aggressions tout court) sexistes envers elle (comme on dit : l'accumulation fait le harcèlement, et c'est pareil je trouve dans certains mécanismes du racisme, vu en plus que y'a clairement une différence, quand on lit les témoignages, dans la fréquence et le ton des "tu viens d'où?" reçues pour certaines personnes par rapport à d'autres).
Et du coup, en prenant l'exemple du sexisme il faut se dire à mon sens que c'est peut-être (surement) pareil pour "les racisés qui inventent du racisme" (j'ai d'ailleurs pas vu d'exemples cités de cet "extrémisme"?): de même que je pense qu'une meuf victime de sexisme aimerait moyen qu'on compare ses réactions peut-être parfois un peu parano envers des mecs dans certains contextes au sexisme tout court en qualifiant les deux "d'extrémisme" comme si c'était équivalent, j'ai l'impression que pour les racisés c'est pareil.

J'ai aussi l'impression que ça a pour but de faire taire les victimes en disant "ils cherchent le racisme pour s'en plaindre en quelque sorte ou ne pas lutter" : comme si les gens étaient obligés de lutter contre le racisme pour avoir le droit de s'en plaindre? :hesite: Ils peuvent pas juste en avoir marre?
Et témoigner (comme le fait Kalindi sur Madz qui est un média très lu et d'autres madz dans les comms), est-ce que c'est pas une manière de lutter contre le racisme d'informer les gens qui "ne pensent pas à mal" ou "ne savaient pas" ce que cette petite question peut impliquer à des gens qui l'entendent tout le temps, et rarement dans le sens "de quelle ville?" et voient bien que leurs potes blancs aux noms "français" n'en ont pas autant, et/ou pas sur le même ton?

Bref tout ça pour dire que ramener la "rhétorique victimaire" dans les commentaires comme première réaction comme si c'était vital après des témoignages de victimes de racisme de dire que "attention il y a des racisés qui inventent du racisme" et "certains cherchent du racisme pour se faire plaindre" ça me semble assez indélicat, ou tout du moins, un curieux sens des priorités.
Surtout que le #notallpersonnesquidemandenttuviensd'où? il a déjà eu droit ici à des développements exemplifiés, des remises en contexte, etc (et aussi deux paragraphes dans l'article de Kalindi pour rappel...) pour nuancer justement, remettre en contexte, expliquer les sous-entendus, etc, donc attaquer cette problématique ("je ne pense pas à mal en disant ça") directement sous l'angle de "y'a des racisés qui se victimisent en inventant du racisme et c'est aussi grave que le racisme" (ce qui est en substance ce que disent tes posts je trouve :hesite:) c'est normal je pense que ça amène des réactions perplexes à tes posts...
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes