Je viens ajouter ma petite (grosse ?) pierre à l'édifice. Du vaginisme j'en ai fait, j'avais 19 ans, c'était mon premier copain sérieux, je l'aimais profondément et je voulais faire l'amour avec lui. Mais mon corps, mon inconscient ou je ne sais quoi en a décidé autrement.

Je me souviens de ma première fois comme si c'était hier, et pourtant c'était il y a 14 ans (oh p*tain, déjà O_o). J'avais la trouille d'avoir mal, on m'avait raconté plein de trucs horribles sur des premières fois ratées, douloureuses. Est-ce que c'est ça qui a fait tout merder, est-ce que c'est autre chose ? Difficile à dire. En tous cas ce soir là, j'avais l'impression de n'avoir... pas de trou. J'avais l'impression d'avoir un mur en bas. Il poussait dessus, ça me faisait mal, mais ça ne cédait pas d'un pouce.

Après cette première fois, j'ai eu peur que ça recommence. Evidemment, ça n'a sûrement pas aidé. Ça a recommencé. À chaque fois, pendant 2 ans et demi. Je me suis mise à éviter les rapports autant que possible, forcément. Une fois par mois, quand je voyais arriver mes règles, je me forçais à essayer, pour mon copain, et ça ne rentrait pas, ça me faisait mal.

J'ai vu une gynéco, je me suis mise à pleurer quand elle a commencé à mettre le spéculum, ça me faisait très mal. Elle a arrêté là son exam et m'a dit plutôt abruptement d'aller voir un psy. J'en ai chialé. Et je suis allée voir une psy. Elle m'a dit que je n'aimais pas mon copain. J'en ai encore chialé.
Y'en a qui ont de la chance et qui tombent sur les bonnes personnes, moi non. Et je n'ai pas eu le courage d'aller pleurer à d'autres portes, c'était un peu trop pour moi. Je dirais que les gynécos sont plus des mécaniciens, ce qui se passe dans la tête les dépasse la plupart du temps. Et les psys sont malheureusement souvent ignorants de l'existence même du vaginisme.

J'en ai parlé à deux copines, et même à ma mère, mais personne ne savaient ce que ça pouvait être. Les mecs qui ont des problèmes d'érection, tout le monde connait, mais le vaginisme bizarrement c'est un peu le mystère. J'ai découvert le nom de ce que j'avais sur Internet, j'ai lu des dizaines de témoignages déprimants de filles qui ne s'en sortaient pas. Et celles qui s'en sortaient ne me semblaient jamais être vraiment dans le même cas que moi.

Finalement c'est un mec qui m'en a sortie. Il me tournait autour et avait un sex-appeal un peu dingue. Il m'écrivait des sms qui m'excitaient à mort, et je me suis dit que peut-être avec lui... J'ai quitté mon copain, que j'aimais. C'était dur, mais je n'en pouvais plus de ne pas être "normale".
Et cet autre gars un peu chaud, un connard soit dit en passant, je lui ai dit "écoute, j'ai jamais pu faire l'amour, je bloque complètement" et aussi nul pouvait-il être par ailleurs, il a eu la meilleure réaction qui soit. Il a ri. Et il m'a dit avec un air super sûr de lui "on va voir ça".
C'est con mais cette réaction valait toutes les thérapies de merde que j'avais pu tenter de suivre avant. Parce que je me suis enfin dit que quelqu'un allait gérer ça pour moi et que je n'avais pas à porter ça sur mes épaules toute seule. Et pour la première fois, j'ai pu dire à mon cerveau "c'est bon t'inquiète, y'a quelqu'un qui connait et qui s'occupe de tout, tu peux faire une pause".

Il m'a chauffée comme pas possible, au point que c'était moi qui le suppliait de me pénétrer. Je ne réfléchissais plus du tout, j'étais passée en mode instinctif... enfin ! Et c'est passé... tout seul. Aucune douleur. Je n'aurais jamais cru ça possible.

Ça n'a pas suffit malgré tout. Il m'a fallu plus d'un an pour arrêter complètement d'appréhender les relations sexuelles. De temps en temps je sentais que ça commençait à se resserrer en bas. Ces muscles sont absolument impossibles à contrôler. Et dans ces moments là, j'avais trouvé un truc improbable, j'arrêtais de réfléchir. Ce n'est vraiment pas un truc facile à faire. Je me concentrais sur les mouvements de mon partenaire, uniquement ça, pas de question du genre "pourquoi ? Comment ? Et après ? Est-ce que j'ai envie ?", je me concentrai juste sur ce qu'il faisait, à 100%, et ça passait en une ou deux secondes.

J'ai 33 ans aujourd'hui. Le vaginisme est un lointain souvenir. Et j'espère qu'il le deviendra aussi pour toutes les filles qui sont venues écrire ici pour en parler. Il y a plein de raisons pour faire du vaginisme. Mais je crois que souvent c'est votre cerveau qui dit qu'il n'est pas d'accord. Pour quelle raison ? Ça c'est à chacune de le découvrir. Moi c'était juste parce que j'avais eu peur la première fois. Et parce que je réfléchis trop en général.

Je ne crois pas que ça puisse être un problème physique. Mais ce n'est pas mieux. Moi j'aurai adoré pouvoir passer sur le billard pour qu'on me règle ça vite fait. Négocier avec sa tête c'est plus dur. Mais il y a des gens informés et des associations qui peuvent vous aider aujourd'hui. Ou alors vous aurez du bol de tomber sur un mec qui vous débloque comme moi. Contrairement aux happy-ends, moi j'ai quitté le mec bien, et c'est le connard qui m'a sortie d'affaire. Mais bon, je lui reconnais ce mérite et je ne peux pas regretter d'en être passée par là. Je le vivais trop mal.

En tous cas ce n'est pas une fatalité. J'en ai souffert, et pourtant aujourd'hui j'ai une sexualité très épanouie. Alors soyez confiantes, vous trouverez un jour le bouton OFF de votre petite tête ;)
 
je suis moi aussi atteinte de vaginisme primaire, suite à une première expérience foirée avec un compagnon peu compréhensif il y a bientôt 2 ans

j’ai retrouvé l’amour après (sincèrement je n’y croyais pas, pour moi l’amour et surtout le sexe n’était pas fait pour moi, et j’avais peur de me remettre avec quelqu’un parce que « je ne pouvais pas » faire l’amour)
au bois de 3 mois de relation j’ai décidé de prendre les choses en main.

Mon gynéco m’a donné le numéro d’un sexologue (psychiatre spécialité entre autres dans les mystères de la chose) qui m’a suivi pendant 5-6 mois , puis je suis allée voir une sage-femme
Elle m’a fait faire des exercices pour que « j’apprivoise » ce muscle et mieux le contrôler (car c’est le périnée, le « noeud » du problème) et petit à petit je me suis détendue ...  dans les deux sens du terme ^^ cela fait maintenant 7 mois que je la vois une fois toutes le semaines, et je ne suis en bonne voie o/

Mon copain a été aussi une grande aide pour moi, et m’a fait comprendre que le sexe, c’est aussi les caresses, les baisers ... qu’un instant de plaisir n’est pas qu’une pénétration ! (le clito, le meilleur ami du couple :culotte:)
Ça a été dur a comprendre, mais non la pénétration n’est pas forcément au centre du plaisir et qu’une relation sexuelle ne veut pas dire obligatoirement pénétration (je ne sais pas ce qu’en pense celles qui ont vécu le vaginisme, mais rien que de comprendre ça m’a beaucoup plus détendue! )

J’ai entendu parler de ces « écarteurs » , ça peut marcher, mais personnellement je m’en méfie... Je trouve que cette technique garde une conception « phallocentrée » du rapport sexuel, avec la condition nécessaire d’une pénétration, comme d’une « performance » ... beurk et de toute façon, je pense qu’avant de les utiliser, il faut l’avis du gynéco

je ne suis pas une anti pénétration, au contraire, mais maintenant que j’ai compris que le plaisir (son propre plaisir et celui de son partenaire) pouvait se faire autrement, je l’aborde avec beaucoup plus de sérénité, et j’en ai même envie (même si les essais ne sont pas encore très concluant)

Ce n’es pas à toi seule de régler se problème là, tu as besoin du soutien de ton partenaire, pour qu’il te rassure et qu’il te montre à quel point deux corps nus c’est beau ! :cheer:

Chère Swirl, je ne pense pas que cela puisse « passer tout seul » et qu’un jour ou un autre, il faudra que tu te dise « bon, faut que je m’y mette » , car le vaginisme est un problème complexe, une pelote de laine plein de noeuds psychologiques et musculaires (le frifri coincé dans une camisole de force quoi)  mais ... se sera quand tu veux :) ; le déclic pour moi a été l’arrivée dans ma vie de quelqu’un d’extraordinaire, soit près d’un an après le verdict !  j’espère que toi aussi tu auras ce déclic ! bon courage =)

C’est un travail long sur soi même, mais que l’on ne peut pas faire seule (je pense en tout cas) . J’ai vu dans certains commentaires « j’espère que tu sortiras de ce blocage rapidement » mais je ne pense pas que cela puisse être le cas. Même avec un une aide supercomboquitue (sexologue+sage femme/gynéco + copain génial) cela m’a pris des mois et je ne suis pas « totalement guérie » !

Pour ce qui est du tampon, je n’ai presque jamais réussit  à en mettre (j’ai réussit avec 1 net mini, soit le plus petit tampon du marché, mais je n’en n’utilise pas) mais c’est vrai que ce petit bout de coton que tu arrive ENFIN à mettre au moins une fois donne confiance! ^^

ce qui ressort aussi des divers témoignages (super intéressant d’ailleurs) c’est la « pression sociale » due à l’absence de rapport sexuel... c’est une chose qui m’a beaucoup bloquée aussi, et en soirée, quand viennent les blagues potaches et autres jeux « j’ai fais/pas fais » je ne me sens pas du tout à l’aise, car en matière de sexualité, je ne suis pas comme la plupart des autres, et du coup je passe pour la fille coincée !

(merci à Madmoizelle pour le smiley culotte, il est génial !!! :culotte: ;)
 
Dernière édition :
J'ai lu cet article avec attention et survolé les commentaires. Et je regrette de ne pas être tombée dessus il y a trois ans quand je commençais à fréquenter mon premier vrai petit copain et que j'ai sérieusement songer à passer le cap.
Seulement voilà, mon frifri est moi n'étions pas franchement potes non plus, ça m'arrivait de me caresser, sans plus et j'étais aussi très mal dans ma peau.

Du coup, toute exploration en dessous de la ceinture s'avérait très désagréable pour lui comme pour moi et je finissais frustrée à coup sûr. Mon compagnon, avec qui je suis toujours actuellement, a su se montrer très patient et on a passé 8 mois à expérimenter pas mal de choses qui ne nécessitaient pas de pénétration à proprement parlé. Et je pense que c'est grâce à ça que mes muscles se sont enfin décontractés et que j'ai été bien plus à l'aise avec mon corps par la suite.

Le pire dans cette histoire, c'est que j'avais conscience d'avoir "un problème" et je culpabilisais, j'en avais parlé avec ma soeur pour savoir si c'était normal et je me suis sentie encore plus mal quand elle m'a dit que sa première fois à elle s'était assez bien passée.

Avec le recul et en entendant parler de ce qu'est le vaginisme plus quelques conversations avec ma gynéco (parce que oui, mon vieux copain revient encore, impossible pour elle de m'examiner), je me rend compte que j'en ai développé une forme assez mineure. Dans le sens où aucune intervention ou visite chez le psy n'a été nécessaire pour régler ce problème. Mais sur le coup, je me sentais affreusement coupable, mal dans ma peau et mal à l'aise. Avec là aussi de la surcompensation, je parlais énormément de sexe et donnais l'impression d'être la fille un peu rock'n roll qui a testé pleins de choses (Enfin... Niveau préliminaire, j'avais testé pleins de choses... Mais bon, j'étais devenue une grosse frustration sur pattes.).

Tout ça pour dire que si des Mad ont ce problème, je pense que le plus important c'est de ne pas tracer de trait sur sa sexualité et de se dire qu'elle ne doit pas nécessairement être centrée autour de la pénétration. Découvrir mon corps seule et avec mon conjoint m'a énormément débloquée, et pas seulement sexuellement. Je n'ai plus besoin d'en faire des caisses pour cacher que je suis très réservée et je suis enfin à l'aise avec moi-même. Tendresse et chocolat !
 
Je peux dire avec fierté que mon vaginisme est de l'histoire ancienne ! Après 7 mois de haut et de bas. :disco:

Faut dire que mon vaginisme a été causé par plusieurs chose... une tentative de viol à l'âge de 15 ans. Avec qui j'ai eu une passe de dégoût de mon corps et de celui des autres...jusqu'à mes 18/19 ans où je suis tombé pour la première fois amoureuse.

Mon manque de confiance en moi, le dégoût de mon corps, mon trouble alimentaire,... faisait qu'avec mon copain ça passait pas. Même en douceur, même avec du lubrifiants. Douleur atroce. sensation de brûlure.

Ce qui m'a beaucoup aidé c'est les articles. J'avais toujours eu peur de me mettre un tampon, un doigt (tampon qui s’effiloche, ongle qui grafigne) peur irrationnel, mais bon, peur de ne pas aimer (les seules fois où mon doigt à rentré c'était pas le party dans mon bas ventre). Les vidéos de Laci Green m'ont aussi fait comprendre mon corps.

Sans le soutien de mon copain, je crois pas que j'y serais arrivé... j'ai eu des crises de larmes, des moments de déprimes, il m'a toujours rassuré.
et vaginisme veut pas dire "manque de libido" il ma initier au joie du sexe oral :paillettes:
Alors garder espoir, il faut juste s'enlever le stress de "FAUT RÉUSSIR LÀ-LÀ"
 
Merci. Merci à toi pour cet article et à vous mesdmoizelles pour vos commentaires. Ils ont vraiment été d'un grand soutien pour moi !
En effet, j'ai appris aujourd'hui que j'étais atteinte du même soucis que vous. Encore que j'ai l'impression de moins souffrir que certaines (à qui je souhaite encore plus de courage !). J'ai été victime d'attouchements quand j'avais 13 ans, et même si cela a prit un certain temps, je pense avoir vraiment bien dépassé ce stade. Contrairement à certaines d'entre-vous mon problème ne s'est pas appliqué à tous mes partenaires, et pas systématiquement chez certains. Eh oui, chez nous les meufs, ça cogite sévère ! Et notre 'tit cerveau nous joue bien des tours. Quoi qu'il en soit, après avoir consulté aujourd'hui une gynécologue qui n'a rien à envier à Leatherface en matière de sadisme, je suis rentrée chez moi, dépitée, j'ai pleuré une bonne partie de la journée. Dans ma tête, les mêmes questions que vous (enfin je suppose): pourquoi moi ? Pourquoi ne suis-je pas comme les autres ? Quel mec voudrait d'une fille pareille ? (Déjà qu'à la base c'était ça, je vous explique pas le foutoir dans mon ciboulot). Et puis je suis tombée sur cet article (au passage, très appréciable) et vos commentaires. Et je vous remercie, car si ma journée était un calvaire, ma soirée s'est mieux terminée. J'ai compris que je n'étais pas seule, loin de là ( il faut dire que ma gygy m'a parlé de 15% de la population féminine et m'a présenté ce problème comme une fatalité, tout en ajoutant: Et ça va empirer avec le temps. Oui je suis tombée sur une perle...)
Bref, merci encore pour tout mesdmoizelles, vous êtes belles, fabuleuses, incroyables, et pour celles qui sont dans l'impasse, gardez la pêche, nul doute que vous verrez le fond du tunnel un jour.

Pour celles qui auraient envie d'échanger sur le sujet, ça me ferait super plaisir d'avoir des échanges. N'hésitez pas à m'envoyer un MP !
 
ça fait longtemps que personne n'a publié de commentaires sur ce poste mais je vais publier celui que j'aurais aimer trouver il y a 2 ans.
J'ai moi aussi eu des débuts compliqués avec la sexualité. Après avoir fait le constat avec mon copain que nous n'arrivions pas à pratiquer la pénétration et cela après 6 mois d'essais, je me suis résolue à en parler. C'est la première étape cruciale. Mais surtout en parler à la bonne personne. Ne laissez personne dire que vous êtes douillettes que ça va bien finir par rentrer si vous y mettez du votre. Si le problème devient persistant, il faut aller voir un/une bon(ne) gynécologue qui sera compréhensive et ne vous forcera pas à subir un touché vaginal violent alors que vous êtes déjà bloquée (oui, je parle par expérience ^^). J'ai rencontré après cette mauvaise expérience et quelques séances de "sexologie" inutile( où je m'allongeais sur un sofa en écoutant une musique de relaxation berçante), une super gynéco, conseillée par ma mère (d'où l'intérêt d'en parler). Elle m'a vite auscultée et a découvert en un coup d’œil et de coton de tige ce que l'autre gynéco n'a pas réussi à voir en y mettant la main (oui j'extrapole mais ça m'a fait le même effet). Un hymen charnu : donc un mur bien réel, un hymen qui ne peut être franchi, à part à coups très répétés et violents. ATTENTION je ne dis pas que toutes les personnes ayant une incapacité à être pénétrées ont ce problème. Je souligne juste l'importance de se faire aider et ausculter par des professionnels car ce n'est pas toujours psychologique. Donc je me suis faite opérée mais bien évidemment après 2 ans et demi de relation conflictuelle avec mon vagin, j'ai un vrai blocage. Et c'est là que mon commentaire peut être utile à toutes. J'ai été voir une kiné spécialisée dans la rééducation du périnée. Et là ça a été le déclic : une super écoute, des vrais conseils, un vrai apprentissage du corps, de la maîtrise de la peur, des mouvements du bassin, du périnée pendant 30 min chaque semaine. Elle m'a aidée à habituer mon corps à cette sensation nouvelle qu'était la présence d'un corps étranger dans mon vagin. Je ne suis pas encore guérie mais j'ai fait des progrès énormes que je n'espérai plus après avoir vu tant d'incompétents. Ce qui m'aide beaucoup (je ne fais pas de pub pour une marque juste pour le concept) c'est le Kit Velvi : une victoire à chaque étape, mentalement ça fait un bien fou. Alors surtout surtout ne vous découragez pas et allez voir les bons professionnels qui vous soutiendront et ne vous culpabiliseront pas.
 
  • Big up !
Reactions : SinShara

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes