J'ai testé pour vous... le syndrome de l'imposteur

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Lady Dylan, le 27 avril 2014.

  1. Lady Dylan

    Lady Dylan
    Expand Collapse
    Hazel Tellington

    Lightning, Naten et (utilisateur supprimé) ont BigUpé ce message.
  2. Capitaine Janeway

    Capitaine Janeway
    Expand Collapse

    J'ai ce syndrome aussi (en tout cas, j'en suis certaine depuis que j'ai découvert l'existence de ce problème, d'ailleurs, je pratique aussi l'underdoing) et j'ai souvent lu que ce n'était pas important ni grave car 70% des gens en souffrent à un moment ou à un autre.

    Pour moi, c'est quasi depuis l'enfance et ça a été suffisamment loin pour me faire arrêter des études que je réussissais.

    Je ne suis pas autodidacte, je ne suis pas douée, je ne sais pas pourquoi je réussi, mais je sais que chaque "victoire" ne me laisse un sentiment positif vis à vis de mes compétences que quelques minutes avant de retomber dans la spirale des "les profs se sont trompés de copie", "de toute façon un jour ou l'autre, ça va me tomber dessus, je vais me planter, la vérité va éclater aux yeux des gens".

    Je précise que j'ai été traitée d'attardée par mes profs pendant des années et souvent mise de côté parce que j'étais perçue comme une merde. Je pense que le sentiment d'imposture vient rarement de nulle part et que, finalement, même si ça touche une majorité de gens, ça vaut peut-être le coup de se pencher sur la question et de chercher de l'aide.

    Si vous ressentez ça, faites pas comme moi, cherchez du soutien avant de pourrir vos études ou votre boulot.
     
    Lexi Kiwi, Mlle C. et MrsBlueSky ont BigUpé ce message.
  3. The Frog

    The Frog
    Expand Collapse
    Il ne faut yamé se laisser manipoulé !

    Oh mon dieuu, ça a donc un nom ce truc >_< !!!

    De puis que je suis à la FAC j'ai ce sentiment bizarre et cette envie de "couvrir mes arrières" en faisant ce qui semble être de l'overdoing... Même aujourd'hui entant qu'étudiante professeur je fais vachement plus pour chacun de mes cours (nan mais Chloé franchement, tu as programmé 2h30 d'activités pour ta classe, ça dure que 50 minutes hein...)... J'ai la peur qu'un jour un inspecteur arrive dans une de mes classes et m'arrête devant mes élèves...

    D'ailleurs j'ai souvent des rêves par rapport à ça, j'arrive en classe, je pense avoir tout préparer mais tout est nul et tout le monde me regarde du genre "ho mais quelle nulle, on aurait dû s'en rendre compte avant rholala !" ça aide pas à bien démarrer une journée de boulot x)...

    Juste une question comme ça : y a des petites techniques pour contrer ce genre de sentiment ?
     
    Lord Griffith et theblues ont BigUpé.
  4. Antigonedream

    Antigonedream
    Expand Collapse
    If this is to end in fire, then we should all burn together...

    Aaaaaaaaaaaaaaaah oui je connais ça!
    J'ai fait mon entière scolarité en underdoing (ce qui explique je je ne sais absolument pas bosser maintenant)
    J'ai beau être en M2 je suis persuadée qu'un petit L1 a les mêmes connaissances que moi.
    Absolument tout les jours je répète à qui veut l'entendre que je n'arriverais pas a écrire mon mémoire (résultat je n'écrit pas mon mémoire et mon directeur de recherche doit penser que je suis morte...)

    Et avec les gens aussi... Je comprend pas pourquoi mon copain est avec moi. Dés que je sympathise avec quelqu'un et qu'il.elle se montre amicalement entreprenant.e dans ma tête ça fait "OMG je crois que X m’apprécie...:eek: Mais pourquoi? "
    Du coup je stress parce que je me demande combien de temps vont mettre les gens avant de se rendre compte que je n'ai pas d’intérêt...
     
    Levanah, Polgara la Sorcière, Lord Griffith et 6 autres ont BigUpé ce message.
  5. PinkChamallow

    PinkChamallow
    Expand Collapse

    Comme toutes, je me reconnais très bien là-dedans, surtout pour tout ce qui est autodidactitude :gonk:

    Je me demande si ce sentiment d'illégitimité lié au fait d'être autodidacte n'est pas en partie causé par une "culture du diplôme". Si t'as pas étudié "comme il faut", en fac, avec examens, diplômes et compagnie, ta connaissance ne vaut rien, c'était juste des bouquins que tu as lu sous ta couette. Pourtant je ne vois pas pourquoi ces connaissances là vaudraient moins que d'autres apprises sur des bancs :confused:
    C'est une façon de penser assez élitiste et je me dis que ça doit jouer pas mal pour tout ce qu'on apprend en dehors des chemins balisés de l'éducation "comme il faut" (le féminisme en est un bon exemple). Non ?
     
    #5 PinkChamallow, 27 avril 2014
    Dernière édition: 27 avril 2014
  6. Myniloly

    Myniloly
    Expand Collapse
    Who's that girl ?

    Oulalaaaa... J'ai vécu exactement la même chose : j'ai passé un entretien pour un stage longue durée dans un webzine. En sortant j'étais PERSUADEE qu'ils ne me prendraient pas. Une semaine plus tard : "nous avons retenue votre candidature" O.O
    ...
    ...
    WHAT ?!
    Je suis pareille actuellement : persuadée qu'ils vont se rendre compte de mon incompétence et qu'ils vont me renvoyer d'office. J'espère que je fais un coup du syndrome de l'imposteur, et que je ne suis pas juste réaliste :facepalm:
     
    Polgara la Sorcière, Lord Griffith et olaflor ont BigUpé ce message.
  7. bouseuseraffinee

    bouseuseraffinee
    Expand Collapse
    Guest

    Je suis plutôt dans l'overdoing, là en ce moment je me calme parce que anorexie mentale (peur de crever), mais sinon quand je regarde en arrière, je me dis quand même, de mon petit village, je suis arrivée en première année de master dans une école assez réputée, en passant mon temps à me dire que j'étais beaucoup trop nulle pour arriver à faire quoi que ce soit de ma petite personne, et en même temps que si je n'y arrivais pas c'était la fin du monde je n'avais plus aucune utilité et j'étais bonne à jeter à la poubelle (on a vu plus sain comme état d'esprit pour travailler :rire:) .

    Pour compléter ce que dit @PinkChamallow (sans contredire, je suis d'accord avec ce que tu dis), personnellement même si normalement je devrais avoir mon diplôme (dans un peu plus de temps que prévu, que je prenne du temps pour me soigner), j'ai l'impression que ce diplôme ne voudrait rien dire, qu'il certifierait du vent, mais pas des vraies compétences derrière. Que mon diplôme serait là pour faire joli en gros :taquin:
     
    MrsBlueSky et fl00rra ont BigUpé.
  8. Aalia

    Aalia
    Expand Collapse
    la vieille

    Tu parles des gens ayant bénéficié de discrimination positive, mais dans ce cas, c'est n'est pas un syndrôme non ? Je veux dire, c'est une vraie imposture ! Puisque c'est le principe même de la discrimination positive...

    Sinon je pense que ce phénomène explique en partie pourquoi les femmes sont moins payées que les hommes. J'ai discuté avec des collègues féminines qui étaient moins bien payées que les collègues hommes et moi-même. En grattant un peu tu découvres qu'elles ont d'emblée demandé moins à l'embauche. C'est triste.
     
    Polgara la Sorcière, Lord Griffith et elisabellissima ont BigUpé ce message.
  9. L0wra

    L0wra
    Expand Collapse

    Oh oui ça me parle ! J'ai obtenu mon diplôme il y a deux ans maintenant et pendant des mois (des mois !!!), je rêvais qu'on venait m'annoncer que ah merde, on s'était trompé, je ne le méritais pas, que je devais repasser mon mémoire ou que sais-je encore.

    Encore aujourd'hui, j'ai toujours l'impression d'être arrivée où j'en suis parce qu'il y a eu méprise quelque part.
     
    Lord Griffith, MrsBlueSky et fl00rra ont BigUpé ce message.
  10. mamzelse

    mamzelse
    Expand Collapse
    Besoin de n'avoir plus rien à faire Guest

    ça alors. ça a un nom. ça soulage. C'est important de nommer les choses, ça veut dire que ça existe, que ce n'est pas juste un fruit de son imagination. Puis c'est rassurant de savoir qu'on est pas seul !
    Mais pour moi, ce " syndrome " est une caractéristique typique du manque de confiance et d'estime de soi, je connais pas mal de gens qui ressentent ça à propos d'un aspect de leur vie, notamment leurs études. En fait, on a souvent l'impression qu'on ne mérite pas ce qui nous arrive.

    Comme LadyDylan, j'ai toujours été très douée en français, sans jamais travailler, et même dans pas mal d'autres matières en collège et lycée. Du coup je n'ai jamais su travailler correctement, en fait. Et après le BAC, je ne savais pas quoi faire et mes profs m'ont conseillée la prépa, et j'avais l'impression qu'en allant là-bas je pourrai avoir une culture digne de ce nom. Et je me suis enfuie au bout d'un mois et demi, psychologiquement j'étais pas du tout prête ( intellectuellement j'aime me dire que si, j'aurai pu tenir, même si je ne visais aucun concours ). Depuis, je me sens comme une merde à la fac et j'ai l'impression que ça me mènera à rien et que mon dîplome non plus parce que j'ai à peine la moyenne et que je bosse pas assez ( évidemment ).
    C'est un cercle vicieux, parce que si je me mets à bosser à fond ( ce que je n'ai jamais fait ) et si je me plante, ce sera le plantage total et c'est terrifiant ! ça voudrait dire qu'en effet, je suis aussi nulle que le dit cette petite voix :cretin:
     
    Lord Griffith, olaflor, Lafastod et 3 autres ont BigUpé ce message.
  11. Slaw

    Slaw
    Expand Collapse

    Je suis curieuse de voir quelle définition tu donnes de la discrimination positive. Cette dernière devrait avoir pour but de lutter contre les discriminations présentes et contre les effets de la discrimination passée.
    Elle ne consiste pas en le fait de nommer à un poste une personne incompétente mais plutôt, à compétences égales, de choisir une femme, une personne racisée, etc.
    Donc une personne qui aurait bénéficié de discrimination positive ne serait pas dans une situation d'imposture (même si elle se sentirait sans doute moins légitime qu'un homme blanc qui bénéficie d'un système sexiste et raciste sans se poser de questions qui a eu le poste "parce qu'il est compétent et puis c'est tout").
     
    Volatile, fl00rra, Songi songi et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  12. Lasia

    Lasia
    Expand Collapse
    Accrochée à son ordi

    Ça a un nom ce truc? et autant de personnes l'ont?

    A la fois, ça me rassure (je ne suis pas seule) mais ça me fait flipper aussi (ça ne s'arrête pas vraiment).

    Perso, ça a commencé en Master: j'ai été admise dans un master reconnu alors que je me suis toujours considérée comme une élève moyenne. Et pourtant, j'en suis sortie avec la mention bien, alors que je n'en avais jamais eu de ma vie...:eh:

    Aujourd'hui, je travaille. Je me suis retrouvée à un poste à responsabilité mais j'ai l'impression d'y être par piston et que tout le monde découvrira l'imposture quand le "Gros Projet" va être lancé.
    J'ai donc l'impression d'être un imposteur avec une épée de Damoclès qui est sur le point de tomber. C'est assez flippant au quotidien! Et ce qui m'inquiète le plus, c'est de décevoir ma famille, mes collègues, les élus qui me font confiance.

    Du coup, j'ai changé ma façon de faire, je suis passée de l'underdoing en Master à l'overdoing au travail pour essayer de "compenser".:erf:
     
    MrsBlueSky a BigUpé ce message
Chargement...