Manger plus sain et plus équilibré, un défi - Le Petit Reportage

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Emilie Laystary, le 12 février 2013.

  1. Emilie Laystary

    Emilie Laystary
    Expand Collapse
    Journaliste indépendante (VICE magazine, madmoiZelle, RTL, 90bpm, Slate, les Inrocks, Technikart)

  2. Eros Thanatos

    Eros Thanatos
    Expand Collapse
    Beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie

    Quand je suis chez mes parents je mange peu de plats préparés, quasiment que du frais (c'est ma mère qui cuisine) et des légumes de chez le maraicher. En revanche chez mon copain je consomme beaucoup plus de produits industriels pour la simple raison que c'est moi qui paye mes courses. Parce que s'il existe du bio pas beaucoup plus cher que du pas bio (quoique ça dépende, en général ça reste beaucoup plus cher), la différence de prix entre une assiette de légumes bios et une plâtrée de pâtes avec une boîte de légumes discount est très très importante. Parfois j'aimerais bien cuisiner un peu mais la cuisine est microscopique et vétuste, les placards très limités donc avec une poêle qui accroche à mort, une casserole de 15 hectolitres et des plaques aussi réactives qu'un bulot dans le coma et qui ont seulement deux modes ("j'arrive même pas à garder un truc au chaud" ou bien "bûcher ardent") pour seul matos c'est loin d'être évident. De même, quand je mange à la fac le midi et que je suis déjà à découvert, ben un paquet de chips ça me fait un repas à 50 centimes (et puis c'est bon, en plus).

    Les légumes sur le marché pareil, c'est cool mais c'est cher. Pour les avoir à un prix correct il faut aller directement les acheter à la ferme mais il faut pouvoir se déplacer (moyen de locomotion et temps).

    Par contre, la planification des repas au point de tout prévoir deux semaines à l'avance je trouve ça vraiment hardcore. Ne pas pouvoir improviser (enfin une semaine à l'avance c'est même pas vraiment de l'improvisation) une soirée avec des potes, c'est vraiment dommage. Enfin si ça convient à certaines personnes tant mieux mais personnellement je pourrais pas.

    Autre truc que je comprends pas c'est le parallèle avec le végétarisme. On peut se nourrir de manière très équilibrée tout en étant omnivore et bouffer de la merde en étant végé, ça n'a aucun rapport. :confused:

    Enfin bref, je pense que le truc c'est de trouver la juste mesure, acheter aussi saint qu'on peut compte tenu de son budget (l'argent ne tombant malheureusement pas encore du ciel), passer un peu de temps à cuisiner sans faire dépendre sa vie de son frigo et pouvoir malgré tout apprécier un bon gros truc gras qui fait plaisir de temps en temps (un bon domac occasionnellement c'est cool! :surprised: ).
     
    El Marty a BigUpé ce message
  3. joulic

    joulic
    Expand Collapse
    Trop de boulot

    Exactement ce que j'allais dire : la jeune fille fait presque la promotion inverse. Tu as envie de faire un calin à Picard après l'avoir lu.
    Bon, cela dit je suis toujours un peu agacée par les "extrêmistes" quelque soit le sujet.

    Juste une apparté : s'inscrire aux AMAP me semble être une bonne démarche MAIS sur Paris déjà de nombreuses branches sont complètes (particulièrement celles avec les horaires de distribution les plus pratiques càd le samedi). Il faut savoir que chez le primeur ou sur le marché on ne favorise pas forcément le circuit court (l'ananas vient du Costa RIca, on trouve des tomates en hiver etc). Dur d'acheter cohérent. Je ne sais pas si d'autres personnes ont testé les solutions alternatives comme paysans.fr ? C'st super dur de s'y retrouver et d'arriver à acheter sain et "citoyen".

    FIn de l'apparté. Pour ce qui est de manger sain, finalement l'article ne donne pas vraiment de solution : soit on est un Ayatollah du céleri bio soit on tombe sur le Kebab ? Si je prends mon exemple, je rentre en moyenne chez moi entre 20h30 et 21h, non je ne vais pas faire mijoter mes légumes pendant 1H. Mais mon objectif c'est de trouver un équilibre : plat tout prêt et fruit en dessert, et profiter du we pour cuisiner plus, mais faut être réaliste quand on n'a pas la passion "Top Chef" en soi on ne va pas passer ses soirées à cuisiner juste pur se sentir moins coupable au prochain examen médical :)
     
  4. Steffie

    Steffie
    Expand Collapse

    Je me suis jamais mise à manger plus sain, c'est ma mère qui me l'a appris dès le plus jeune âge.

    Quand j'ai commencé à vivre seule, je cuisinais pas beaucoup mais petit à petit j'ai appris à faire des plats plus élaborés, et aussi à planifier mes menus.

    Maintenant j'ai une grande cuisine avec un grand frigo, ce qui me permet de préparer en grande quantité, donc d'avoir les restes.

    et en surgelé je n’achète plus que des légumes seuls qui me servent de base pour mes plats.
     
  5. Emilie Laystary

    Emilie Laystary
    Expand Collapse
    Journaliste indépendante (VICE magazine, madmoiZelle, RTL, 90bpm, Slate, les Inrocks, Technikart)

    Rohh tu es dure :) même si j'aime beaucoup l'expression « Ayatollah du céleri bio ».

    Il est vrai que le témoignage de Marine est celui d'une puriste ultra bien organisée - mais il faut bien donner la parole à ces gens qui semble ne faire aucun faux pas dans leur alimentation (je souscris plus volontiers, dans mon mode de vie personnel, à l'idée qu'on peut difficilement supprimer le recours aux produits transformés, notamment pour les raisons que tu cites : rentrer tard du boulot, ne pas forcément avoir le temps de cuisiner en semaine, etc.)

    Par contre, j'ai essayé autant que possible de terminer par une ouverture encourageante (« les surgelés et les conserves ne sont pas le mal », « petit conseil pour les conserves : rincer les légumes et les fruits ») et faire parler aussi ceux qui suggèrent d'apprendre à déchiffrer un peu les étiquettes sans non plus s'interdire les restos ou encore, recommandent de préparer nos sauces à la maison.

    Perso, je me range dans la catégorie des gens qui privilégient le plaisir à la bonne nutrition (hoplàà le burger en brasserie dès que j'ai un coup de mou ou la main dans le paquet de chips devant The Office), mais j'ai décidé (CROIX DE BOIS, CROIX DE FER, etc.) de faire quelques efforts (cuisiner ma ratatouille moi-même, me lever pour aller au marché certaines matinées de dimanche au lieu de ronfler jusque midi, profiter des promotions du boucher de ma rue au lieu de ne manger que des steaks sous vide) sans non plus devenir une pieuse anachorète de l'alimentation… :taquin: Je pense que ces ajustements à la marge, parce qu'ils sont plus réalisables dans la vie quotidienne, sont aussi plus faciles à tenir sur la durée. ALLEZ, ON PEUT Y ARRIVER. JE VOUS LE JURE. JE ME LE JURE.
     
  6. salvia

    salvia
    Expand Collapse

    On peut effectivement être VG et bouffer de la merde et être omnivore et faire attention. Cela dépend en fait de pourquoi les VG le sont. Certains pourront se nourrir exclusivement de pâtes, mais la majorité est devenue VG pour des questions éthiques et écologiques. Ceux-là, même si ils peuvent faire des écarts comme tout le monde, essaient tout de même d'adopter le mode de vie le plus sain possible pour eux et pour la planète. Ils vont donc rarement au Mc Do (d'ailleurs y a pas gd chose pour les VG dans ce genre de resto).

    Perso, je me suis achetée une cocotte-minute ce qui me permet de cuire mes légumes en quelques instants. L'été je fais des conserves, et régulièrement je cuisine "en trop" pour pouvoir en congeler une partie. Comme ça je continue de manger bon et sain même les soirs de grosse flemme. Il m'arrive également d'acheter des bocaux mais j'essaie de vérifier la composition et de privilégier le bio. Manger sain n'est pas bien compliqué, il suffit d'en avoir envie. Chacun fait en fonction de sa motivation et de ses convictions. Par contre, pour pouvoir faire ses propres choix il faut avoir un aperçu global de la situation et manger sain n'a pas uniquement à voir avec la santé. En ce qui me concerne, ne plus aller chez le médecin et me gaver de médoc et évidemment une très bonne source de motivation mais si je fais attention à ce que je mange c'est aussi pour ne pas me rendre complice des déforestations, pollutions, esclavages et assassinats en tout genre.
     
    #6 salvia, 12 février 2013
    Dernière édition: 12 février 2013
  7. Eros Thanatos

    Eros Thanatos
    Expand Collapse
    Beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie

    @salvia

    Exactement! Mais pas mal de gens ont tendance à penser que végé = hippie 100% bio se nourrissant exclusivement  de céleri et de tisanes bios et de levant tous les matins à 5h pour une séance de yoga. Je suis végétarienne par conviction et n'aime pas qu'on me colle cette étiquette sur le dos (déjà j'aime pas les étiquettes et en plus ça me correspond pas du tout.  moi j'aime la bière et le Subway :P ).
    De même on fait souvent le parallèle entre bio et "pas trop sucré, pas trop gras, pas trop salé" alors que justement le bio c'est souvent des aliments à préparer soi-même et rien n'empêche de mettre un quintal de crème fraîche (bio), de sel ou de sucre (non raffinés) dans la préparation. Enfin bref, on peut aimer se nourrir de trucs pas trop industriels sans pour autant ne rien manger d'autre que des légumes bouillis et des fruits crus. Comme il a été dit, l'article est assez carricatural: tas de graisse industrielle ou légumes verts bio bouillis. Y'a un entre-deux, en vrai (mais l'effet extrémiste de l'article est probablement du au fait que les personnes qui y témoignent soient d'un extrême ou de l'autre).
     
    #7 Eros Thanatos, 12 février 2013
    Dernière édition: 12 février 2013
  8. nepthys

    nepthys
    Expand Collapse
    Une margarita a la main

    Au lieu de "manger plus sain et plus équilibré", "manger plus bio et écocitoyen" aurait été approprié comme titre.

    Pour moi, cet article mixe 2 réflexions différentes: manger équilibré (par opposition à la malbouffe) et manger de façon écoresponsable.

    Bio et équilibré ne vont pas spécialement de paire. Se gaver de barres de céréales (bio) ou inonder ses légumes (bio) d'huile d'olive (bio), c'est pas très diététique.

    Le passage sur la sauce arrabiata m'a bien fait rire. J'ai eu l'impression que manger un pot de sauce industrielle allait directement causer un tas de désordres cardio vasculaire.
    Selon moi, on peut manger équilibré tout en consommant des produits du supermarché. Tout est une question de mesure: des aliments gras de temps en temps (chips, burgers, pizza), des légumes, des légumes, des laitages, peu de viande, un peu de poisson. Bref, respecter la fameuse pyramide alimentaire. L'excès de sucre de la fameuse sauce est donc minime si on n'en mange pas tous les jours et que le reste de l'alimentation est variée.

    Opter pour une nourriture bio et locale est une autre problématique.

    nepthys, adepte au quotidien des carottes rapées en sachets et des légumes en conserve et qui ne crache pas sur un mc do de temps en temps.
     
    #8 nepthys, 12 février 2013
    Dernière édition: 12 février 2013
  9. Emilie Laystary

    Emilie Laystary
    Expand Collapse
    Journaliste indépendante (VICE magazine, madmoiZelle, RTL, 90bpm, Slate, les Inrocks, Technikart)

    Encore une fois : les témoignages de Marine, qui mange systématiquement bio et prévoit ses repas dehors deux semaines à l'avance, et Aurélien, qui ne mange parfois qu'un paquet de chips en guise de dîner, sont deux exemples diamétralement opposés (et assumés comme tels) de façons de se nourrir. Mais l'article, s'il commence effectivement par ces deux témoignages colorés, en offre également d'autres. Et surtout, il se termine par des conseils qui se situent justement dans l'entre-deux auquel tu fais référence.

    Une réaction de Claire (concernant son choix d'être végétarienne) qui rejoint vos remarques :
    « Il est vrai qu'il y a des végétariens qui ne mangent pas équilibré comme il y a de grands mangeurs de viande qui ont une alimentation, eux, plus saine. Mais dans mon cas, être devenue végétarienne correspond à une prise de conscience : celle que la viande, qui à la base n'est de toute façon pas un aliment que j'aimais particulièrement, n'est pas foncièrement essentielle à notre alimentation puisque nos besoins en acides aminés peuvent aussi être satisfaits par la consommation de protéines végétales (à travers les légumineux, les céréales par exemple). J'ai aussi la conviction que consommer de la viande est plus coûteux pour la planète que manger végétarien (en terme de bétail, occupation des terres agricoles, etc). À partir de là, si j'estime qu'un élément est nocif et que je peux m'en passer, je décide de m'en passer réellement. Aujourd'hui, j'estime qu'être devenue végétarienne m'a forcé à repenser mon rapport aux fruits et aux légumes : j'essaye de tous les utiliser, d'innover dans des recettes sans gras, et de m'amuser avec ce grand panel maraîcher dont je n'avais pas réellement conscience à l'époque où je ne me nourrissais que de cordons bleus + haricots verts en boîte. Être végétarienne, c'est donc à la fois davantage écouter mon corps et être cohérente avec ce que je souhaite de mieux pour la planète.  »
     
  10. Malinshka

    Malinshka
    Expand Collapse
    Teubê et fière de l'être

    J'essaye doucement de me détacher des supermarchés, cependant avec les contraintes de l'emploi du temps, je suis quand même forcée d'y passer.

    Cependant j'essaye de faire des efforts : j'achète quand j'ai le temps de cuisiner un panier de fruits et légumes que je vais chercher le mardi à heure fixe (ce n'est pas réellement une AMAP, je passe via http://www.lespaniersdelea.com/ pour les MMZ sur la métropole Lilloise), et quand je vais au supermarché, je m'achète au moins un produit bio sur mon panier, histoire de dire que je pense à manger de façon plus responsable.


    Ce n'est pas toujours évident de trouver où acheter ses produits frais, prendre le temps d'aller sur le marché, cuisiner, mais déjà prendre conscience et essayer d'aller vers une autre consommation, même si ce n'est pas de façon totalitaire, c'est une avancée.

    Merci pour l'article Laystary!
     
  11. Eros Thanatos

    Eros Thanatos
    Expand Collapse
    Beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie

    @Laystary

    Oui, je pense que l'effet vient du fait que les deux principaux témoignages viennent de personnes qui se situent dans les extrêmes plutôt que de gens qui trouvent un entre-deux. Tout avis, si atypique soit-il est intéressant à entendre mais je trouve que la partie "entre-deux" et conseils qui s'ensuivent (dans laquelle se retrouvent la plupart des lectrices, je suppose) est bien moins importante en terme de longueur que les témoignages "ultra-bio" et "kebab-man".
     
  12. Selenicereus

    Selenicereus
    Expand Collapse
    Allons-y, Alonso !

    Pour ma part, quand je vivais chez mes parents, je passais mon temps à bouffer des légumes, des salades, des soupes... Ma mère avait une sainte horreur de tout ce qui n'était ni fruit ni légumes.

    Résultat, j'ai passé des weeks end à m'empiffrer de bonbons, chips, Nutella, parce que c'était interdit chez moi. En partant de la maison pour avoir mon premier appartement, l'année dernière, j'ai carrément pété un câble : je mangeais du saucisson tout le temps, des chips faisaient 2 à 3 de mes repas par semaine, des crêpes au Nutella tout le temps, etc.

    Cette année, vu le nombre de kilos que j'ai pris l'année dernière, et compte tenu du fait que maintenant, je bosse chez McDo (donc j'ai accès à plein de trucs gras et sucrés gratos 3 à 4 jours par semaine), j'ai décidé d'autant plus de me reprendre en main. J'ai toujours des légumes et des fruits dans mes placards et mon frigo, mais aussi des trucs surgelés pour quand j'ai la flemme de couper des courgettes pendant 20mn, toujours des endives (ça prend 2mn à couper, et ça fait une bonne salade du soir), des soupes déshydratées, des fruits séchés (bananes et pruneaux en ce qui me concerne), etc.

    J'ai aussi décidé, vu que je me farcis 2 à 3 McFlurry avec supplément caramel par semaine, de ne plus rien avoir pour grignoter dans mes placards : si j'ai faim, soit je me fais du thé, soit je prends le temps de cuisiner. (oui, parce que je me tiens un budget très strict, ce qui me permet de me faire plein de plaisirs tous les mois)
     
Chargement...