Question (pas si) con Comment être un.e bon.ne allié.e?

@Lysine_ Merci pour m'avoir montré ce topic et tes pistes de réponse :happy: Pour les intéressé.e.s je cc le post avec plus de précisions sur la situation
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Et du coup entre temps j'ai quand même essayé de lui répondre par moi même et au final on avait quelques arguments en commun : j'ai remis en cause le sérieux de l'étude et lui ai rappelé que c'était à la base un stéréotype utilisé pour rabaisser les hommes noirs au rang de procréateurs, bêtes de sexe, etc. J'ai continué en disant que par le plus grand des miracles ça a apparemment prit pour certains une connotation positive mais que ça n'enlevait rien à la rhétorique que porte la généralisation DONC c'est raciste DONC merci de ne pas minimiser l'impact de ce stéréotype BISOUS.
Et le débat s'est arrêté là donc je ne sais pas si ça l'a convaincu (j'en doute :erf:) mais au moins il aura entendu quelques arguments.

Mais je serais quand même très intéressée si vous aviez des ressources sur le sujet ou même d'autres arguments. Et de mon côté je vais commencer à lire un peu plus sur le sujet parce que je sens que je vais recevoir quelques piques quand on se reverra :boxing:
 
  • Big up !
Reactions : JustDracarysIt
Je viens de voir la hashtag pour la journée national des peuples indigènes sur Twitter et ca me fait penser que j'ai lu une thèse récemment qui portait sur l'Amérique Latine et dont l'auteure s'obstinait à utiliser le terme autochtones (comme nom ou adjectif) pour désigner les habitants (en général) d'un pays colonisé par les Européens. C'est une manie de certains francophones européens d'utiliser ce mot comme synonyme de "citoyens" et ca devient bien bien problématique quand ca ne désigne pas des peuples effectivement indigènes...

(Pis tant qu'à parler vocabulaire, si on pouvait arrêter d'utiliser l'expression se faire lyncher pour rien... :pray:)
 
J'espère que mon message ne sera pas trop HS .... ^^ N'hésitez pas à me faire des retours et à me dire si vous trouvez mon post maladroit/incomplet ou si vous n'êtes pas d'accord :)

Je souhaite apporter ma vision des choses par rapport aux luttes anti discriminations et à la manière de réagir quand on entend un propos oppressif dans la vie de tous les jours :

J'ai lu il y a plusieurs mois une série d'articles très intéressants sur ce blog (que je recommande absolument, tant les articles sont fouillés, pertinents et approfondis). https://www.hacking-social.com/
Il est tenu par un prof de philo et une femme ayant (au moins) un master de psychologie (ils font également des vidéos sur youtube ultra passionnantes). Je précise que les personnes écrivant ce blog se décrivent comme militantes (sans pour autant adopter les "codes" du militantisme féminisme intersectionnel qu'on retrouve entre autre sur internet et le forum de madmoizelle => les sujets abordés sont variés et ont traits principalement à l'éducation, nos préjugés, notre manière de voir le monde etc). Ce que j'ai beaucoup aimé en découvrant leur blog, c'est leur vision du hacking social : pour eux, cela consiste à changer notre environnement, ce qui commence par se changer soi même, en se questionnant sur ses propres préjugés pour ensuite les modifier. Ils expliquent leur méthode ici : https://www.hacking-social.com/about/). En cela, je trouve que leur vision s'accorde avec celle décrite sur ce topic de """"l'allié""" : une personne étant capable de se remettre en question, de modifier son comportement en fonction du respect et des attentes des concerné.es...

Les articles m'ayant pas mal fait réfléchir concernait le résumé du livre écrit par le psychologue Adorno sur les personnalités autoritaires à potentiel fasciste (je n ai plus le titre en tête) : http://www.hacking-social.com/2017/01/16/f1-espece-de-facho-etudes-sur-la-personnalite-autoritaire/.
Par exemple, dans ses articles sur la personnalité autoritaire (cas extrême puisqu'il s'agit de personnes à potentiel fasciste) , l'auteur expliquait en substance que condamner le comportement de la personne en la qualifiant de sexiste/homophobe/raciste etc risquait de fermer le dialogue et de créer un effet "boomerang" : la personne se sentira en insécurité mentale, et au lieu de modifier son comportement, s'enfoncera encore plus dans ses préjugés. (J’en ai déjà fait l’expérience avec mes parents (que je considère comme des personnes "ouvertes d'esprit" (c'est à dire dont le comportement est modifiable bien plus facilement que celui d'une personne autoritaire) et en fait, c’est très épuisant de se retrouver dans une situation sans issue : nous restons chacun.e sur notre position, car on se sent attaqué personnellement… J’ai par exemple remarqué que plus j’exprimais mon féminisme, mon attachement aux luttes anti homophobie/transphobie/racisme, plus mon père restait camper sur ses positions, il se sent attaqué précisément dans ses privilèges (mais il ne les nomme pas comme ça car il refuse d'en prendre conscience) et donc je trouve que la situation conflictuelle dans laquelle nous sommes par rapport à nos valeurs est emblématique de cet effet « boomerang ».
Et donc je trouve que le principe du hacking social est très intéressant, dans le sens où il donne une autre perspective que celle que j’ai l’impression d’entendre dans les cercles militants et féministes. Quand je réagis directement à un propos discriminant (et que je suis entourée de plusieurs personnes), je le fais non pas pour changer la personne (car je sais qu’elle se sentira braquée et vexée par ma remarque) mais pour signaler aux autres personnes que ce qui vient d’être dit n’est pas acceptable. Mais si je me retrouve seule avec une personne tenant des propos homophobes par exemple, (et si je m’en sens capable à ce moment là), je vais plutôt essayer de tisser un lien de confiance avec elle, pour l'amener progressivement à changer "d'avis".
Pour avoir travaillé l’an dernier avec des collègues n’étant pas féministes (mais ayant quand même une certaine ouverture d’esprit, je qualifierais en fait ces personnes de sexistes ordinaires), je n’ai pratiquement jamais réagi aux petites remarques par ci par là justement pour éviter les conflits. En fait, je pense qu’il y a plus de chances qu’une personne évolue si on lui explique pourquoi nous on est féministes, pourquoi les causes des femmes, des personnes LGBTQ, racisées, handicapées nous importe, plutôt que de pointer du doigt leur préjugés…
Du coup, je ne pense pas qu'il soit toujours utile et pertinent de réagir au quart de tour en disqualifiant le propos de son interlocuteur. J'ai lu les deux textes sur comment être un.e bon.ne allié.e traduits par @Growing Entish (merci bcp pour les trads ), et je ne suis pas tout à fait d'accord avec ça :

" Les alliés ne prennent pas de pauses
Le fait est que les oppressions sont constantes.
Ceux qui sont opprimés et marginalisés dans notre société n'ont pas droit à des pauses ou du répit.
Donc, si vous voulez vraiment agir de façon solidaire, vous ne pouvez pas simplement vous reposer sur votre privilège quand vous ne voulez pas vous engager dans la situation.
C'est l'une des choses les plus difficile pour moi dans le rôle d'allié.
Parfois je n'ai pas l'énergie de répondre à mon oncle très classiste ou à ce commentaire raciste d'un ami Facebook.
Je n'ai pas envie de me lancer dans une discussion sans fin où ils diront qu'ils « ne voulaient pas dire ça » ou que je suis « juste trop politiquement correct ou sensible ».

Je trouve que cette phrase montre bien le paradoxe : si je réagis à un truc oppressif en disqualifiant directement les propos d'autrui, tout en sachant que la discussion ne changera pas sa vision, alors pourquoi le faire ? (c'est une vraie question, et si vous avez des réponses, je suis preneuse :).)
Mais les gens racisés n'ont pas le choix, ils doivent résister au racisme chaque jour de leur vie. Les femmes n'ont pas le choix, elles doivent subir la merde constante de la misogynie chaque jour de leur vie. Les personnes handicapées n'ont pas le choix, elles doivent gérer et répondre au validisme chaque jour de leur vie.
Et au bout du compte, une partie du privilège de notre identité est que nous avons le choix de résister ou non à l'oppression.
Et se replier dans son privilège, surtout au moment où on a le plus besoin de nous, ce n'est pas être solidaire."


Pour prendre un exemple qui me concerne : je préfère que cet homme cis blanc, s'il entend un propos très misogyne, ait de l'impact sur son interlocuteur en utilisant justement son privilège de mec cis (en mode : "on se parle d'homme à homme"), et donc réussisse petit à petit à amener le mec à modifier par lui même son comportement. Et si, au moment où ce mec cis non concernée par la mysoginie, juge qu'il est préférable de se taire face à un mec ultra sexiste, pour petit à petit gagner sa confiance et l'amener à évoluer, je ne vois pas le souci. Peut être est il dans certains cas plus pertinent de réagir à posteriori à des propos oppressifs (ce qui implique en fait de s'investir dans une relation avec l'autre, d'avoir l'occasion de le revoir et de gagner sa confiance), plutôt que sur le vif (la personne ayant fait des remarques blessantes se taira peut être sur le moment, mais rien ne l'empêche de recommencer dans un contexte où elle ne se sens pas "censurée" (j'utilise ce mot à dessein, car c'est justement l'expression reprise par beaucoup de sexistes/homophobes/transphobes/racistes/validistes, qui se sentent "personnellement attaqué.es" quand on leur fait remarquer que leur propos est problématique).

Après, j'ai conscience que la "technique" du hacking social (telle que décrite sur leur blog) demande beaucoup d'énergie, de temps et de patience, et elle est probablement plus envisageable si on est pas visé directement par les propos de la personne discriminante. Je trouve aussi qu'il s'agit d'une attitude difficile à adopter, et mon commentaire n'a pas pour but de justifier le silence complice des non concerné.es, mais plutôt d'ouvrir une réflexion sur les différents moyens de lutter... J'espère ne pas avoir été trop confuse et maladroite ^^
 
Dernière édition :
  • Big up !
Reactions : Alonso
@Azurhibis je suis plutôt d'accord avec toi et je vais rajouter quelques éléments auxquels ton commentaire m'a fait penser :

Par exemple, dans ses articles sur la personnalité autoritaire (cas extrême puisqu'il s'agit de personnes à potentiel fasciste) , l'auteur expliquait en substance que condamner le comportement de la personne en la qualifiant de sexiste/homophobe/raciste etc risquait de fermer le dialogue et de créer un effet "boomerang" : la personne se sentira en insécurité mentale, et au lieu de modifier son comportement, s'enfoncera encore plus dans ses préjugés.
- de mon expérience la qualification de sexiste/homophobe/raciste vient assez souvent des personnes critiquées elle-même. C'est pour moi le concept de fragilité : on questionne l'impact politique d'un propos ou d'un acte, et immédiatement la personne questionnée se ferme, parce qu'elle ne supporte pas l'idée qu'elle pourrait être "sexiste/homophobe/raciste". Je pense que ça vient d'un manque total de questionnement politique sur ces sujets dans notre société, qui fait que la seule parole qui est portée sur l'antiracisme, par exemple, c'est qu'il y a d'un côté les méchants racistes et de l'autre les bons antiracistes. Et finalement, il s'agit plus de créer des catégories permettant à certains groupes ou partis (pas moins racistes de mon point de vue) de condamner moralement d'autres groupes ou partis que d'examiner les sources et mécanismes du racisme. Donc il y a déjà pour moi dans la société cette chappe morale qui fait que la discussion est bien souvent coupée parce qu'il est insupportable de se questionner sur son propre sexisme/racisme/homophobie.

Quand je réagis directement à un propos discriminant (et que je suis entourée de plusieurs personnes), je le fais non pas pour changer la personne (car je sais qu’elle se sentira braquée et vexée par ma remarque) mais pour signaler aux autres personnes que ce qui vient d’être dit n’est pas acceptable. Mais si je me retrouve seule avec une personne tenant des propos homophobes par exemple, (et si je m’en sens capable à ce moment là), je vais plutôt essayer de tisser un lien de confiance avec elle, pour l'amener progressivement à changer "d'avis".
- de mon expérience à nouveau, et pour avoir tenté différentes approches avec différentes personnes, je n'ai jamais constaté que j'avais le pouvoir de faire changer les gens d'avis en débattant avec elleux. Je trouve d'ailleurs ce genre de démarche souvent hypocrite (je ne dis pas que ta démarche @Azurhibis est hypocrite, je préfère préciser) : on fait croire à son interlocuteurice qu'on veut avoir une discussion ouverte, entendre son point de vue, mais au final on a bien un objectif qui est de l'amener à adopter notre point de vue. Il me paraît en revanche efficace, à nouveau de mon expérience, de formuler de façon claire et explicite sa position, de signifier aux autres qu'on trouve cette attitude, ce propos, détestable ou inacceptable. Ça rejoint ce que tu disais sur le fait d'expliquer son propre positionnement à mon avis.

Enfin, je pense qu'il y a un vrai intérêt politique à être ferme avec des personnes qui tiennent des propos ou qui ont des comportements oppressifs : leur faire voir que leurs choix ont des conséquences, et que nous n'acceptons pas ces conséquences et que elleux non plus ne devraient pas les accepter. L'oppression a ceci de "formidable" qu'on peut en profiter, la perpétuer, sans faire beaucoup d'effort et surtout sans avoir à voir/assumer les conséquences. Je crois que le fait de vouloir protéger "l'égo" des oppresseurs, même à des fins de lutte contre cette oppression, en voulant les convaincre, amène aussi à protéger l'oppression d'une certaine façon. Parce que ces personnes ont ce pouvoir, parce qu'on veut qu'illes prennent conscience de ce qu'illes font, alors on va leur masquer les conséquences de leurs actes.

En fait je trouve que la démarche que tu décrit est intéressante d'un point de vue psychologique, mais d'un point de vue politique, il me semble que ça se rapproche d'une forme de tolérance à l'oppression, dans une logique de "la fin justifie les moyens".
 
Je me demande comment réagir quand une personne racisée fait preuve de racisme envers d'autres racisé.e.s quand on est soi même non-racisé ?

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 
@Phoenix Person Bonjour! Tes interrogations ne sont pas gênantes, et si la question a été abordé plusieurs fois, les réponses sont un peu éparpillées partout dans le forum (et parfois assez vieilles, aussi) (je te le dis si ça t'amuses de fouiller le forum) n'aies pas d'inquiétudes par rapport à ton message!

Je n'ai pas vraiment de réponse claire à donner (j'ai surtout mon témoignage de femme trans à donner + mes observations, ce que j'ai vu et lu) mais je me dis que ça peut être intéressant à lire quand même, alors je te le donne :happy:

Tu as mis tes questionnements en spoiler alors je mets ma réponse en spoiler aussi!

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Voilà! J'espère que ça aide un peu? N'hésites pas à poser des questions si tu en as d'autres! :d
 
D'ailleurs, autre petite interrogation sur le versant convention et comportement.

@AprilMayJune Je me permets de te "taguer" mais c'est juste au cas où tu aimerais répondre et que mon message s'échoue dans les méandres du forum, ne te sens pas du tout obligée bien sûr.
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 
  • Big up !
Reactions : AprilMayJune

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes