Commentaires sur Les enfants confiés à l’ASE subissent toujours des violences sexuelles une fois placés

Clèves

Risque psycho-social
12 Mars 2018
1 155
19 932
2 564
30
C'est dur d'avoir les chiffres exactes. Certains disent 5000 à 6000€ par enfant, d'autres 7500€ par mois et plus si l'enfant a un handicap, d'autres parlent de 50000€/an par enfant. En coût globale. Ça varie selon de type de structure. Les familles d’accueil coutent moins cher qu'un foyer par exemple.

Mais en fait je vois toujours pas bien de quoi tu veux parler. Est-ce que tu parles du coût que représente un enfant placé pour la collectivité (impôts, subventions, cotisations sociales, etc), ou est-ce que tu veux dire que les acteurs de l'aide à l'enfance (éducateurs, familles d'accueil, assistantes de service social) touchent ces sommes quand ils placent des enfants ? C'est complètement différent de parler de ce que "coûte" un enfant placé que de ce qu'il "rapporte". Parce qu'une recherche Google m'apprend par exemple qu'une famille d'accueil touche un peu plus d'un SMIC par enfant. On est donc loin des sommes que tu évoques.

Le juge suit l'avis du dossier monté par les assistantes sociales. Donc concrètement elles ont le pouvoir. Et elles le savent puisqu'il leur arrive d'annoncer le placement d'un enfant aux parents avant même le passage devant le juge.

De même, tu fais une équivalence assez hâtive ici. Le juge des enfants est saisi sur la base d'un rapport de l'ASE, oui. Mais, d'une part, rien n'oblige le juge à suivre ce qui est préconisé dans ces rapports. Et, surtout, le juge doit convoquer la famille en audience avant de prendre une décision, quelle qu'elle soit. Donc il verra les parents et sera en mesure de se prononcer lui-même sur le climat familial. Voilà de quoi relativiser quelques peu tes affirmations sur la toute puissance des assistantes de service social. Elles sont les premières sur le terrain et actrices de premier plan dans le paysage de l'aide sociale à l'enfance, certes. Mais les décisions ne leur reviennent pas en fin de compte.

De même pour ce qui est des placements d'urgence : la décision est certes prise par le procureur de la république en se fondant sur la base du signalement seul. Mais le juge des enfants doit convoquer la famille dans un délai très court (huit jours) afin d'appuyer, ou non, la décision du procureur. C'est cette rapidité dans les délais qui sert de garde fou aux décisions abusives, justement.

Je n'ai pas envie de monter au créneau pour défendre les institutions, car elles ont des failles criantes et il est important de faire remonter la voix des enfants qui souffrent. La parole de l'enfant est encore très peu entendue en procédure judiciaire. Je peux le confirmer pour l'avoir vu, les soupçons d'instrumentalisation de la part des conjoints tombent très vite quand les violences (physiques ou sexuelles) sont dénoncées. Avec bien souvent des argumentations ultra pétées pour mettre en doute les dires des enfants. Je pense plutôt aux procédures lancées devant le JAF (le juge des affaires familiales, compétent en matière de divorces et de séparations, décide notamment des modalités de la garde des enfants et du montant de la pension alimentaire) qui sont littéralement gangrénées par le sexisme, ultra complaisantes envers les pères et discriminatoires envers les mères (malgré les thèses mascu bien connues qui soutiennent exactement l'inverse). Si le sujet vous intéresse, je vous suggère de regarder du côté du fameux "syndrôme d'aliénation parentale", une thèse fabriquée de toutes pièces par un psychiatre américain, qui a été prise comme parole d'évangile par la justice. En gros, ces idées ont contribué à ce que les mères qui dénoncent des faits de violences de leurs conjoints sur leurs enfants soient immédiatement soupçonnées de raconter des mensonges dans le but de nuire à ces pauvres hommes. Si leurs propos sont corroborés par les enfants eux-mêmes, on dira qu'elle leur a monté la tête pour qu'ils accusent leur père sans fondements. La conséquence, c'est que de nombreux père abusifs ont pu conserver la garde de leurs enfants.

Là où je n'en démordrai pas, en revanche, c'est qu'on ne peut pas écouter le seul son de cloche des parents pour déterminer si les mesures prises par les juges des enfants sont abusives ou non. Parce qu'un parent maltraitant ne va jamais le reconnaître. Donc forcément, à l'écouter lui, tout le monde est contre lui et il n'est qu'un jouet face aux rouages de la justice qui lui a pris ses enfants. La réalité est souvent bien différente. Bref, pour moi il faut vraiment prendre du recul face à la détresse des parents ouvertement affichée sur les réseaux sociaux. D'ailleurs, puisque le sujet est évoqué, je linke le fil de commentaire en réaction à l'histoire de Lou et Nausicaa, car on en avait pas mal parlé sur le forum à l'époque.
 
5 Août 2021
699
5 925
554
32
@Maadge Je pense qu'il n'est pas exagéré de parler de business pour la première asso du reportage.
Elle abuse d'un agrément fait pour recevoir des enfants en vacances. Au lieu de dire à l'ASE "on n'est pas habilité à recevoir des enfants sur le long terme" ils acceptent les enfants. Chaque enfant leurs rapporte de l'argent. Donc ils recherchent des familles d’accueil non formées, auxquels ils ne demande même pas les papiers d'identité ou le cassier judiciaire, avant de leur envoyé un enfant. C'est illégal et immoral.

Pour la seconde asso du reportage (celle des hôtels-prison), cette asso recrute des interim de surveiller ses ados et leur demande clairement de ne pas insister auprès des ados pour qu'ils aillent à l'école. C'est clairement du biseness. Elle recrute des intérims au lance-pierre et profite de l'argent qu'on leur a attribué pour ses ados.
Il n'y a pas besoin d'entrer en bourse pour s'enrichir sur des enfants.

Un des foyers du reportage avait déjà fait l'objet d'un précédant reportage. Aujourd'hui il est rénové mais les garçons ne vont pas à l'école et sont dans le traffic de drogue. Le dernier foyer, pour filles, les laisse se prostituer.
Un des éduc explique même qu'une jeune fille ne se prostituait pas avant d'arriver.

Et tout ça serait des "exceptions"? Si un foyer se fait épingler dans un reportage et que deux ans plus tard les jeunes ne vont pas au collège et font du traffic de drogue, c'est bien que c'est pas une exception du système.

@Alzire Non j'ai parlé des placements abusifs mais évidement tous les placements ne sont pas abusifs.
C'est dur d'évaluer les placements abusifs. En effet les familles peuvent mentir. Mais d'un autre côté si on considère que les parents ont tord, par principe, on ne verra jamais les abus du système.

Des avocats dénoncent un manque de respect des procédures, des parents disent qu'ils ont souffert de discrimination et que les AS leur ont reproché des choses différentes tout au long de l'enquête et que le jour de l'audience on leur reproché encore autre chose.
Si la maison n'est pas rangé elle est "insalubre" si elle est rangée les parents la mère est "trop maniaque"... etc

Cette avocate parle des motifs aberrants qu'elle a pu voir:

Pour la décision du placement, je me cite pour que ça soit plus claire:
Le juge suit l'avis du dossier monté par les assistantes sociales. Donc concrètement elles ont le pouvoir. Et elles le savent puisqu'il leur arrive d'annoncer le placement d'un enfant aux parents avant même le passage devant le juge.
On n'est pas dans un système où l'accusé peut se défendre. Si dans le rapport l'AS marque que l'enfant est dénutrie, peut-importe si le parent vient avec des certificats médicaux: il ne sera pas entendu.
Si on veut jouer sur les mots le juge prend la décision. Mais il prend la décision de suivre l'AS.
Certains avocats qui défendent ses familles disent eux même qu'ils ont du mal à être entendu lors des audiences. Alors autant dire que pour les parents c'est mort.

Mais je ne dis pas que tous les placements sont abusifs (loin de là!). Je dis qu'ils existent.


Et je ne dis pas non que toutes les personnes travaillant dans la protection de l'enfance sont pourris. Seulement lorsqu'ils y autant de problèmes graves et qu'on en arrive à mettre des enfants dans des hôtels pourris, ou à ce que la norme d'un foyer pour ado soit de "tapiner" je ne suis pas d'accord pour relativiser. C'est pas une exception. C'est un système qui ne fonctionne pas, qui n'arrive pas à protéger les enfants. C'est un système qui les mets en danger.

Un enfant est placé normalement parce-qu'il est en danger. Il est pas censé être en danger une fois placé.

Pour revenir à l'article: les enfants confiés à l'ASE ne sont supposés subir des agressions pendant le placement. Leur vie devrait être meilleur, ils devraient être en sécurité.
 
9 Mars 2014
4 069
34 001
5 674
lutinreveurblog.wordpress.com
Franchement je comprends pas les made qui pinaillent sur les détails du message de @Bloem
Tout ce qui a été dit dans ses messages a été confirmée par des sources. Donc renseignez-vous et écoutez les personnes qui ont vécu des placements (même les gens qui ont bien vécu les placements ont beaucoup de choses à dire) et ça fait des années que les journalistes en parlent en fait.

Et il y a aussi une fracture sociale et raciste. Les familles musulmanes ont été un moment très visées par des placements.

Les mères célibataires sont souvent visées par des enquêtes de l'ASE, et bonus si elles ne sont pas blanches.

La vérité, c'est que le juge des enfants ne protège pas de grand chose si on regarde le bilan de l'ASE et qu'on se penche sur les témoignages d'anciens placés. Pire, il contribue à une violence institutionnelle non seulement à l'encontre de l'enfant mais aussi des parents.

Pour les parents atteint de troubles mentaux, le chiffre d'enfants placés explose et parfois ça peut-être justifié mais parfois il suffit juste d'accompagner le parent en fait. Une pure psychophobie de la part de la justice et de l'ASE.

"Carence éducative" peut vouloir dire beaucoup de choses, c'est un terme bien trop fourre-tout et qui entraîne des abus de la part des juges.
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
C'est sûre qu'un juge avec un salaire de 5000 euro et qui en plus a eu une éducation privilégiée va difficilement comprendre cette situation et va assimiler ça à de la maltraitance.
 
4 Juillet 2018
469
7 343
1 404
@Bloem Je suis tout à fait d'accord pour dire que les enfants confiés à l'ASE devraient avoir une vie meilleure et être en sécurité (non seulement jusqu'à 18 ans, mais aussi après). Mais simplement, je ne pense pas que le problème soit dû à des assistantes sociales qui seraient pourries (certes pas toutes, mais tu dis que ce n'est pas une exception, tu parles de norme), s'enrichiraient sur le dos des enfants ou chercheraient le moindre prétexte pour retirer des enfants à leurs familles. Je pense que le problème, c'est qu'on n'investit pas assez d'argent public dans les services sociaux et dans la justice : qui veut voter pour un candidat qui promet d'augmenter les impôts pour améliorer les conditions de vie des enfants placés ? Qui aurait assez de courage politique pour assumer une telle décision ?
Je trouve que dire que le problème de l'ASE, ce sont les assistantes sociales, c'est comme dire que le problème actuel de l'hôpital public, ce sont les infirmières et les aides-soignantes.

Qu'il y ait des erreurs de jugement, et qu'il existe des abus de la part d'assistantes sociales, sans doute, et qu'il faille prendre cela au sérieux, oui ; mais dire que c'est un très grand nombre de cas et que c'est à cause de cela que l'ASE va mal, je pense que c'est passer à côté de la responsabilité politique collective pour en faire une responsabilité individuelle (d'escrocs qui profiteraient du système).

@Neverland90 Je suis désolée pour ce que tu as vécu. Je ne veux pas que mes messages soient mal interprétés : à aucun moment je ne nie les dysfonctionnements de l'ASE et les témoignages des personnes qui ont vécu des placements. Je veux simplement dire qu'en rejetant la faute sur les assistantes sociales et les juges, on se trompe de cible.
Je suis tout à fait d'accord avec toi sur la fracture sociale en revanche (et je pense que c'est valable dans tous les domaines de la justice).
 
2 Juin 2021
519
7 042
554
@Glov'
C'est très courant. Ça fait les faits divers.
https://actu.fr/occitanie/toulouse_...-affronte-le-regard-de-son-papa_57809684.html

Quand au principe de précaution, je ne comprends pas pourquoi on le voit comme un truc autoritaire au vu du nombre élevé de violence sexuelle.
Pourquoi toujours remettre en cause la parole des enfants en fait ?

Tout simplement car n'a pas de sens, soit une personne est vraiment dangereuse et dans ce cas sa place c'est en détention provisoire ou sous contrôle judicaire en attendant son jugement, soit elle ne l'est pas et c'est une personne complètement libre. Mais on ne doit pas avoir d'entre-deux.

Bien entendu que c'est autoritaire si un.e juge sur la base d'une enquête classée, donc techniquement rien, prend une mesure aussi importante que retirer la garde d'enfant. Le témoignage de l'enfant seul ne peut pas se suffire à lui-même, c'est un élément d'une enquête plus large. Maintenant d'accord avec toi que la parole des enfants doit peser plus dans les enquêtes, mais ça doit faire parti d'une enquête, c'est pas juste un.e juge qui prend une décision sur la base d'un témoignage. Puis enfant ça veut tout et rien dire, un.e pré-ado de 11 ans peut facilement mentir aussi (ou subir des manipulations).

La solution au nombre élevé de violences sexuelles ce n'est pas plus de justice approximative. Je préfère qu'on fasse de vrais enquêtes et qu'on applique des décisions fortes mais dans un cadre légal le plus tôt possible pour juger les personnes maltraitantes. Qu'on applique des vrais mesures de contrôle judiciaire.

Pour ton expérience avec la magistrature je ne peux pas te contredire si c'est ton vécu, je pense juste que cela n'est pas représentatif de la profession dans son ensemble.
 
5 Août 2021
699
5 925
554
32
@Alzire Quand je dis que ce n'est pas une "exception" je ne parlais pas des AS mais des mauvais traitements que subissent les enfants confiés à l'ASE. Et je ne pense pas que la responsabilité soit uniquement celle des AS ou des juges pour ça.
Il y a de gros dysfonctionnements de départements. Comme des assos qui ont un agrément de vacances et à qui on confie des enfants sur le long terme.
C'est pourtant illégal mais ça arrive.

Pour le budget: plus de budget c'est toujours mieux. Entièrement d'accord. Cependant il existe de réelles défaillances.
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Donc pourquoi pas un budget plus grand mais faut vraiment régler ce problème de gaspillage.
Dans les foyers les jeunes sont laissé en roue libre. Les éduc savent qu'une fille part se prostituer et ils ne l'arrêtent pas, ils ne lui disent rien. En quoi mettre plus de monde pour de "rien" faire va changer la situation? (C'est dit franchement dit "on ne fait rien" en parlant du "problème de prostitution").
Je ne dis pas ça pour accabler les éducateurs. Je pense qu'il y a une cause institutionnelle à leur inaction et que temps qu'on se pose pas pour chercher les causes mettre plus d'argent mal dépensé ne va pas améliorer le sort des enfants.

Pour revenir aux placements abusifs: le rôle des AS et des juges est importants. Mais je trouve qu'un des nœuds du problème est l'absence de directives nationales. La lutte contre les discriminations et les dérives psychanalystes ne peut se faire si chacun reste dans son coin. Et la notion de "danger" est trop facilement dévoyée.
 
9 Mars 2014
4 069
34 001
5 674
lutinreveurblog.wordpress.com
@Mayushi
Maintenant d'accord avec toi que la parole des enfants doit peser plus dans les enquêtes, mais ça doit faire parti d'une enquête, c'est pas juste un.e juge qui prend une décision sur la base d'un témoignage. Puis enfant ça veut tout et rien dire, un.e pré-ado de 11 ans peut facilement mentir aussi (ou subir des manipulations).
Un juge peut retirer un enfant d'une famille d'accueil ou d'un foyer pour n'importe quelle raison. Il n'est tenu par aucune enquête. Il n'a pas de compte à rendre aux familles d'accueil ou aux foyers

Par contre, ton message directe, tu supposes que les enfants mentent ou sont manipulés. Les fausses accusations d'agression sexuelle ou de viol par des enfants sont également très rares. Donc, oui c'est eux qui subissent le placement c'est donc eux qu'il faut écouter.
 
  • Big up !
Réactions : Glov' et KrissdeValnor

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes