Commentaires sur Les enfants transgenres pourront désormais porter le prénom de leur choix à l’école

13 Janvier 2011
4 344
39 731
5 664
J'ai eu des élèves transgenres qui préparaient leur transition malgré le désaccord de leurs parents et le problème c'est que le genre de parents qui s'opposent à la transition et au changement de prénom de leur enfant en souffrance sont typiquement le genre de parents qui va porter plainte contre le prof qui utilise le bon prénom en l'accusant d'avoir une mauvaise influence ou d'encourager un comportement qu'ils jugent déviant.
Question bête mais vu que la question de la justice / d'une plainte à propos du fait d'appeler un élève par le prénom qu'il s'est choisi est revenue plusieurs fois dans ce fil : ça serait quoi, concrètement, le motif de la plainte ? Quelles peines / amendes ?

Prenons l'exemple d'un élève qui ne mange pas XXX à la maison. Si l'école lui propose de manger XXX et qu'il le fait. Certains parents vont péter un câble en disant qu'on ne respecte pas leur valeurs etc...
Il y a des directives officielles par rapport à ça? Si on ne se trouve pas par exemple dans le cas de pression s exercées sur un élève à manger du jambon, quels seraient là aussi les motifs officiels de plainte des parents ?

Depuis quand les profs doivent respecter légalement les "valeurs" d'une famille si l'enfant fait en libre conscience un choix personnel parmi plusieurs options proposées? (sachant qu'il n'est absolument pas obligé de mettre au courant les parents). Terrain ultra glissant, ça ouvre la porte à tout et n'importe quoi en termes de contestation de contenu de cours / de profs / de sorties, etc, au nom de "valeurs".
 

Camility Jane

pragmatique jusqu'à l'absurde
24 Septembre 2019
405
4 598
754
@Lady Stardust
J'imagine qu'on peut être attaqué pour non-respect du devoir de neutralité (et donc ça pourrait aller jusqu'à être viré du corps des fonctionnaires) (les obligations des fonctionnaires). En effet, dans l'exemple que tu cites, on pourrait dire qu'on défend une idéologie : la consommation de viande vs une autre pouvant être l'antispécisme ou le véganisme ou une religion (qui n'était pas ma cible première d'ailleurs).
Mais le problème est le même pour toute idéologie ou idée partisane. En théorie on fait ce qui est au programme et c'est tout ("stick to the code" pour ceux qui ont la réf).
Considérer qu'un enfant peut choisir tout seul son prénom (et à partir de quel âge ?) peut être considéré par certains comme un parti pris. Donc cette loi qui remet les choses à plat est très pratique.

En terme de source il y a ceci. Qui dit que le "respect de toutes les croyances" est une valeur de la République défendue par les profs. Et dans "toutes les croyances" il y a à la fois les religions, les fake news et d'autres trucs.
Et oui ça peut être interprété très largement donc c'est un peu bancal. On est bien d'accord.
 
Dernière édition :
  • Big up !
Réactions : megann31 et Iris Chase
13 Janvier 2011
4 344
39 731
5 664
@Camility Jane mais là on parle bien de libre choix de l'élève, en fait. Pas de forcer l'élève ou de strictement rien lui servir à manger s'il ne souhaite pas manger de viande par véganisme ou raison religieuse. Seulement : il y a le choix, l'élève est au courant de ce qu'impliquent ces choix, et fait le sien, en contradiction avec les "valeurs" / croyances de ses parents.

"Le respect de toutes les croyances" doit inclure celles des enfants, pas uniquement celles des parents imposant les leurs à leurs enfants. Ce n'est je ne pense pas à l'école de contraindre un enfant à adopter les "valeurs" et croyances de ses parents au sein du cadre scolaire s'il ne souhaite personnellement pas s'y conformer (momentanément ou sur la durée), et ce pour des raisons qui le regarde.
 

Camility Jane

pragmatique jusqu'à l'absurde
24 Septembre 2019
405
4 598
754
@Lady Stardust Moralement on est d'accord. Mais en pratique, les parents vont arriver en disant que le gamin est d'accord avec eux et que toi tu lui as retourné le cerveau (ou que tu mens). Et donc ça revient à potentiellement risquer son job sur : est-ce que le gamin va désavouer ses parents ? Sachant qu'ils lui auront probablement expliqué qu'il a un risque d'être séparé de ses frères et sœurs etc...
Bref, je trouve ça risqué.
 
13 Janvier 2011
4 344
39 731
5 664
@Lady Stardust Moralement on est d'accord. Mais en pratique, les parents vont arriver en disant que le gamin est d'accord avec eux et que toi tu lui as retourné le cerveau (ou que tu mens). Et donc ça revient à potentiellement risquer son job sur : est-ce que le gamin va désavouer ses parents ? Sachant qu'ils lui auront probablement expliqué qu'il a un risque d'être séparé de ses frères et sœurs etc...
Bref, je trouve ça risqué.
Je ne comprends pas bien cette histoire d'être séparé de ses frères et sœurs, si les parents sont si fanatiques qu'ils se sentent le besoin d'agiter la menace de la DDASS à leur gamin pour une histoire de morceau de viande mangé à la cantine, je ne vois pas bien pourquoi en bout de chaîne c'est le prof qui perdrait son job.

Et je ne comprends pas trop de manière générale : risquer son job... en quoi ? Les profs peuvent parler à leur administration, aussi, pour expliquer que ce n'est pas leur rôle de fliquer les plateaux des élèves à la cantine, on peut parler au gamin, on peut aussi baratiner les parents :ninja:
Y'a eu des précédents de profs virés pour un élève qui a mangé, de son propre choix, de la nourriture contraire aux valeurs parentales, en école publique ?
Devoir se transformer en flic / curé / imam / militant de L214 à la solde des parents au mépris des choix de l'élève à cause de potentielles menaces (envers soi et envers l'enfant) des parents, j'ose espérer que ce n'est pas un "choix" contraint par sa direction pour le coup, mais surtout je ne vois pas trop comment légalement ce truc peut justifier un renvoi de prof de l'école publique :hesite:

J'aurais plus tendance à penser qu'imposer des contraintes (hors de ce qui relève du règlement de l'école), par exemple quand celles-ci sont de nature religieuses, à un de ses élèves contre son gré c'est un poil plus un motif à être viré que de ne pas avoir fliqué si l'assiette d'un gamin à la cantine correspond bien aux "valeurs" de ses parents.

Ce qui est "risqué" selon moi c'est surtout d'accéder à toutes les requêtes des parents, même quand elles sont contraires aux choix des gamins (quand ceux-ci sont dans le respect des règles de l'école), en se transformant en flic à la solde des parents, surtout quand ces requêtes impliquent potentiellement des menaces envers le prof et le gamin si elles ne sont pas respectées.
Après j'imagine que ça peut être le fait de la direction (:stare:), m'enfin si ces contraintes ne sont aucunement précisés dans le règlement...



On s'éloigne assez du sujet du choix d'un autre prénom à l'école : pour le coup c'est effectivement heureux qu'une circulaire précise un peu mieux les choses, ça entérine une pratique déjà pas si rare (le prénom d'usage) sans forcément de lien avec la transidentité.
 
Dernière édition :
30 Janvier 2009
4 753
15 879
5 944
33
Lille
@Lady Stardust Bien d'accord avec toi, il y a des profs qui ne respectent pas le programme (genre en HG ils ne font que l'histoire car ils n'aiment pas la géo, et ça même en 3ème ou 1ere, terminale quand il ya des examens), il y a des profs qui sont à la limite de la neutralité (professeur de français qui ne fait étudier que la bible, dans un collège public), il y a des profs qui sont maltraitants, qui ont des propos racistes devant l'élève noir de leur classe etc et ils sont toujours en place, malgré les plaintes des parents (pas des plaintes officielles à la police, mais juste des mails envoyés à la direction ou au rectorat).

Il faut bien voir que la profession se contractualise, dans les rectorats aussi et pour les titulaires dans les rectorats et les directions c'est de la politique.

La deuxième grande muette c'est l'EN, donc s'il n'y a pas de procès ou de buzz en ligne, il n'y a pas de problème. L'EN ne se bougera que si on l'y oblige. Dans tous les autres cas le poisson sera noyé.
 
Dernière édition :
27 Août 2022
50
267
54
Non mais la mauvaise foi @Chul s'il te plaît.

On parle d'ado, pas d'enfants en bas âge. D'ado au collège et au lycée, qui sont juges assez grand pour prendre des moyens de contraception (coucou la pilule qu'on m'a collé à 14 ans), d'avoir une sexualité. Donc de choisir un prénom d'usage.
Le changement à l'état civil prend du temps. Voir son deadname utilisé peut-être source de souffrance.
De plus généralement on attend un peu avant de faire son changement de prénom à l'état civil : pour être sur de nos choix, du prénom qu'on a choisi, etc.

À titre personnel. J'ai fait mon CO à 30 ans. Je suis en plein changement de prénom à 31 ans à l'état civil et heureusement que je l'ai pas fait de suite car j'ai changé de prénom entre temps après en avoir testé un durant des mois qui ne m'a pas convenu.

Bref je vois pas ce que viennent faire les enfants en bas âge dans ton post (à part agiter une sorte de warning).

D'ailleurs tu parles plusieurs fois de services sociaux (j'ai pas très bien compris pourquoi). Je poste ça au cas où. Ca se passe en ce moment aux USA (et vu ce qu'il se passe en France c'est possible qu'on en arrive là un jour aussi).


Sympa les services sociaux sous couvert du bien être de "l'enfant" :)

Dans tous les cas, si tu es prof et que tu refuses d'appeler un élève par son prénom d'usage alors que c'est validé par ses parents (parce que depuis le début tu dis que c'est pas le rôle de l'école mais c'est possible qu'avec l'accord des parents hein), tu seras dans l'illégalité et fera preuve de transphobie à son égard oui. (Je parle bien dans le cas où c'est validé par l'école et les parents)

L'école / écolier, c'est jusqu'en primaire .... (donc bien en bas age, 3 ans à 10 ans)
Après on parle de collège / collégien - lycée / lycéen - étudiants (mais sauf exception, la ce sont des majeurs)

Sinon, c'est le même principe / fond est identique:
C'est le choix de la personne -> tant qu'elle peut pas choisir (difficile à la naissance ^^), ça relève de l'autorité parental -> si abus des parents, dans l’intérêt de l'enfant, ce sont les services sociaux qui s'en mêlent si y'a un danger pour l'enfant


Après c'est au cas par cas: le cas général, c'est à partir de 18 ans, certains ça peut être avant, mais la encore, c'est pas un prof (pas plus que le boulanger ou le voisin) qui va décider ça de son coté si la personne peut / doit être un mineur émancipé (et faut être honnête, même chez les collégiens, le niveau de maturité moyen, c'est que ça rigole comme des baleines quand tu prononces le mot vagin ou pénis... Même au lycée / 18 ans, la maturité de beaucoup laisse à désirer....)

Et c'est quoi le probleme avec les services sociaux ? C'est justement un de leur rôle de veiller à ce que les parents n'abusent pas de l'autorité parentale.... Ils sont nettement plus légitime qu'un prof sur le sujet pour agir (le prof, comme n'importe quel tiers a uniquement un devoir moral de signalement si il pense que y'a un soucis, voir légal pour les cas les plus graves, afin que les services compétants / légitimes s'en occupent, avec en général divers niveau d'escalation, dont en premier en parler aux parents, à la direction, etc...)
 
  • Big up !
Réactions : Clematis

Horion

Mec trans Il/Lui - pas de citation
18 Janvier 2016
1 193
14 355
3 154
@Chul

Le problème ici c'est que tu compares le choix d'un changement de prénoms choisi par un ado (c'est bien de ça dont la circulaire parle) à des mesures qui nécessitent la demande d'intervention des services sociaux. C'est ce qui se passe dans certains états des USA. Des parents se voient menacés de voit leur enfant retirer parce qu'ils accompagnent leur enfant dans une transition... et c'est super grave.

C'est que tu as dis qu'un enfant trans devait aller chez le psy dans tes premiers messages alors que depuis 2016 ce n'est plus nécessaire car la transidentité n'est pas une maladie. Tu l'as certes pas formulé comme ça mais c'était ce que ça voulait dire. Et tout ça c'est pas normal du tout en fait. Personne ne t'as demandé ton avis sur nos identités. Avant d'être des adultes trans, on était des ados et des enfants trans. Ce n'est pas un choix.

En plus parler de psy dans un contexte où Marguerite Stern et Dora Moutot demande à ce que la loi de 2016 soit abrogée (loi qui annule l'obligation de deux de psy avant de pouvoir entamer une transition médicale à l'âge adulte et à ce que l'on soit stérilisé.es pour faire notre changement d'état civil et sous hormones pour le prénom...). Où des députés comme Aurore Berger les ont reçu pour les écouter (mais aucune asso trans), où les attaques à notre égard sont constant depuis la publication des affiches du planning, où ce soir passe sur m6 un débat "que faire des enfants trans" avec sur le plateau une personne trans jeune entouré d'un psychiatre d'une unité pluridisciplinaire qui est pour l'abrogation de la loi de 2016, une mère qui maltraite son enfant en refusant de l'accompagner dans sa transition (sociale) et une "feministe" d'un collectif transphobe bon. Tu peux mesurer pourquoi tes prises de positions et tes postes sont indécents !!


Et pour m6 le communiqué de l'asso dont je fais parti

 
21 Février 2014
635
5 518
3 474
@Chul je me répète, mais tu n'as peut-être pas vu mon précédent message: l'autorité parentale n'est pas absolue, et il est largement reconnu que les enfants/ados sont capables de prendre des décisions pour eux mêmes et de savoir ce qui est mieux pour eux. C'est même intégré dans le concept d'autorité parentale que tu adores brandir, puisqu'il y a des choses que les gens peuvent faire sans que leurs parents aient leur mot à dire. Par exemple un jeune a le droit d'accéder à une contraception à tout âge, sans l'avis/l'accord des parents, et si les parents sont pas contents, c'est pareil.

Par ailleurs, l'autorité parentale, ce n'est pas un concept qui signifie "les parents décident de tout pour l'enfant tels de petits dictateurs, l'enfant peut bien aller se faire foutre", c'est un ensemble de droits et devoirs qui visent à préserver l'intérêt de l'enfant, ça n'a pas pour but d'empêcher l'enfant/ado de prendre ses propres décisions, ce n'est pas une baguette magique de domination. C'est ridicule de prétendre que l'autorité parentale impliquerait que les parents doivent décider de tout pour l'enfant jusqu'à sa majorité sachant que l'Etat estime par exemple qu'à 16 ans un ado est capable de prendre la décision de demander son émancipation (et du coup si il est émancipé, les autres décisions qui étaient prises par ses parents jusque là hein), ou qu'à tout âge un ado peut lui même exercer l'autorité parentale sur son propre enfant. Et d'autant plus ridicule pour revenir à la question du prénom, de prétendre que ça serait dans l'intérêt d'une personne de la forcer à utiliser son deadname contre son gré et de lui causer des souffrances quotidiennes, c'est quoi le but? Pousser la personne vers la dépression?
 

Horion

Mec trans Il/Lui - pas de citation
18 Janvier 2016
1 193
14 355
3 154
@A Kane

En plus depuis le 23 janvier 2022 forcer un ado à son genre assigné c'est considéré comme une thérapie de conversion. Donc c'est illégal (en clair les parents peuvent refuser une transition sociale auprès de l'école et médicale mais ne peuvent pas s'opposer à la transidentité de leur enfant).

Et effectivement d'après les stats, refuser d'accompagner son enfant dans une transition (et on parle pas forcément de transition sociale ou médicale. Ca peut juste être l'écouter, le genrer correctement à la maison. Meme s'il change d'avis plus tard, ça lui permet d'expérimenter. L'accompagner acheter des vêtements, se faire une nouvelle coupe de cheveux, etc). Ben ça augmente drastiquement le nombre de suicide. J'ai la flemme de chercher mais si on me demande j'ai la source quelque part dans mon fichier source "transidentité"
 
27 Août 2022
50
267
54
@Chul

Le problème ici c'est que tu compares le choix d'un changement de prénoms choisi par un ado (c'est bien de ça dont la circulaire parle) à des mesures qui nécessitent la demande d'intervention des services sociaux. C'est ce qui se passe dans certains états des USA. Des parents se voient menacés de voit leur enfant retirer parce qu'ils accompagnent leur enfant dans une transition... et c'est super grave.

C'est que tu as dis qu'un enfant trans devait aller chez le psy dans tes premiers messages alors que depuis 2016 ce n'est plus nécessaire car la transidentité n'est pas une maladie. Tu l'as certes pas formulé comme ça mais c'était ce que ça voulait dire. Et tout ça c'est pas normal du tout en fait. Personne ne t'as demandé ton avis sur nos identités. Avant d'être des adultes trans, on était des ados et des enfants trans. Ce n'est pas un choix.

En plus parler de psy dans un contexte où Marguerite Stern et Dora Moutot demande à ce que la loi de 2016 soit abrogée (loi qui annule l'obligation de deux de psy avant de pouvoir entamer une transition médicale à l'âge adulte et à ce que l'on soit stérilisé.es pour faire notre changement d'état civil et sous hormones pour le prénom...). Où des députés comme Aurore Berger les ont reçu pour les écouter (mais aucune asso trans), où les attaques à notre égard sont constant depuis la publication des affiches du planning, où ce soir passe sur m6 un débat "que faire des enfants trans" avec sur le plateau une personne trans jeune entouré d'un psychiatre d'une unité pluridisciplinaire qui est pour l'abrogation de la loi de 2016, une mère qui maltraite son enfant en refusant de l'accompagner dans sa transition (sociale) et une "feministe" d'un collectif transphobe bon. Tu peux mesurer pourquoi tes prises de positions et tes postes sont indécents !!


Et pour m6 le communiqué de l'asso dont je fais parti


- non, je compare pas changer son nom et des mesures qui nécessitent la demande des services sociaux, ce sont 2 choses différentes:
Changer "seulement" de nom se fait sans eux. Par contre, si l'enfant a des problèmes / situation difficile à vivre, et notamment avec ces parents, par contre, un dialogue avec eux, la direction de l'école, un psy scolaire, les services sociaux dans les pires des cas, c'est envisageable (ça reste une mesure extrême, avec une situation particulière) . Et le changement de nom dans le cas de al transidentité, c'est un "paquet", c'est pas "juste" un nom, c'est la reconnaissance du changement d'identité, avec tout le reste

- les psy sont pas forcement pour les gens "malades"....
Un mineur, par définition qui n'est pas adapte à gérer seul, avoir assez de recul, etc... il faut l'accompagner. Ca passe par les parents forcement, de part leur autorité, mais aussi du personnel professionnel, qui peut accompagner et aider aussi bien l'enfant que les parents
 
  • Big up !
Réactions : JMthrs
27 Août 2022
50
267
54
@Chul je me répète, mais tu n'as peut-être pas vu mon précédent message: l'autorité parentale n'est pas absolue, et il est largement reconnu que les enfants/ados sont capables de prendre des décisions pour eux mêmes et de savoir ce qui est mieux pour eux. C'est même intégré dans le concept d'autorité parentale que tu adores brandir, puisqu'il y a des choses que les gens peuvent faire sans que leurs parents aient leur mot à dire. Par exemple un jeune a le droit d'accéder à une contraception à tout âge, sans l'avis/l'accord des parents, et si les parents sont pas contents, c'est pareil.

Par ailleurs, l'autorité parentale, ce n'est pas un concept qui signifie "les parents décident de tout pour l'enfant tels de petits dictateurs, l'enfant peut bien aller se faire foutre", c'est un ensemble de droits et devoirs qui visent à préserver l'intérêt de l'enfant, ça n'a pas pour but d'empêcher l'enfant/ado de prendre ses propres décisions, ce n'est pas une baguette magique de domination. C'est ridicule de prétendre que l'autorité parentale impliquerait que les parents doivent décider de tout pour l'enfant jusqu'à sa majorité sachant que l'Etat estime par exemple qu'à 16 ans un ado est capable de prendre la décision de demander son émancipation (et du coup si il est émancipé, les autres décisions qui étaient prises par ses parents jusque là hein), ou qu'à tout âge un ado peut lui même exercer l'autorité parentale sur son propre enfant. Et d'autant plus ridicule pour revenir à la question du prénom, de prétendre que ça serait dans l'intérêt d'une personne de la forcer à utiliser son deadname contre son gré et de lui causer des souffrances quotidiennes, c'est quoi le but? Pousser la personne vers la dépression?

Tu as lu mes messages ? Car j'ai dit la même chose....
J'ai répété plusieurs fois que l'autorité parentale est par défaut jusqu'à la majorité, mais y'a des exceptions, et mêmes des services compétants pour lutter contre les abus de ce coté (mais que c'est pas ) un prof de le faire seul de son coté)
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes