Avant de commencer, je consomme des produits animaliers. Je pense qu'on peut dire que je suis flexitarienne mais plus parce que j'ai toujours été une petite consommatrice de viande que par réelle réflexion.

J'en arrive à mon désaccord : l'article aborde l'industrie agro-alimentaire, l'élevage et la culture intensive et semble généraliser ces modes de production à toutes les exploitations, et parle en même temps de veganisme et de végétarisme.

Je pense qu’on regardera dans cent ans le fait de manger de la viande comme on regarde aujourd’hui l’esclavagisme, c’est-à-dire une aberration.
J'aime bien Axolot mais :
Comment vous soignez-vous ? Faites-vous encore vos vaccins ? Si besoin d'analyses bactério (géloses au sang d'animaux), vous les faites ? Prendriez-vous des antibiotiques ?
Comment faites-vous si vous êtes envahis de souris ?
Vous consommez des végétaux, des champignons. Ce sont aussi des êtres vivants qu'on exploite pour se nourrir.
Quand vous mangez un fruit, vous privez un végétal de sa descendance.
Donc les animaux, on ne peut pas les manger, mais les végétaux, oui ? Pourquoi ?
Aymeric Caron a aussi dit : « les moustiques ont le même droit à vivre que n’importe quel être vivant sur cette planète »."
J'ai une question qui me taraude depuis quelques temps suite à ces interrogations : où s'arrête le veganisme ?
(Je vous assure que ce n'est pas du troll, je vis sur une exploitation céréalière, si je ne fais rien, les souris peuvent venir jusque dans les tiroirs de la cuisine. Et oui, les végétaux sont des êtres vivants, donc vraie interrogation).

Car l’idée que des salopards puissent exploiter autrui pour leur profit,
@Fab, est-ce que c'est une formulation maladroite ou est-ce vraiment comme ça que tu imagines tous les éleveurs ?

Plein de chiffres, plein de comparaisons, de métaphores, qui aident à comprendre l’impact incroyable de l’industrie agro-alimentaire sur la planète.

Je dirais de faire attention aux métaphores, ce ne sont pas des arguments scientifiques.

Quant à l'impact de l'industrie agro-alimentaire, je ne vois pas en quoi devenir vegan ou végétarien va la faire reculer.
L'industrie agro-alimentaire concerne aussi l'agriculture.
On peut donc être vegan et participer à une agriculture intensive !

Sans compter que veganisme et produits transformés font aussi bon ménage : compléments alimentaires, https://www.madmoizelle.com/gateaux-industriels-vegan-1000457, les protéines végétales (je me souviens des protéines Miigan). C'est aussi pas mal d'énergie gaspillée.
J'ai plutôt fait le choix de continuer à manger de tout mais le plus possible de proximité.
D'ailleurs, c'est une autre question que j'ai et qui concerne plus particulièrement L214 (je ne connais pas toutes les asso vegans de France et L214 est celle qui est la plus médiatisée. Je ne sais pas si elle fait consensus chez tous les vegans), sur son site, elle dit : "L214 encourage les consommateurs à adopter une attitude d’achat responsable, au mieux en se passant de produits d’origine animale, au minimum en réduisant leur consommation de tels produits et en refusant ceux issus des élevages intensifs."
Pourtant, je ne trouve rien quant à son positionnement sur le Mercosur. Il y a pourtant à dénoncer sur l'exploitation animale et humaine de ces pays.

Quant à l'élevage, il n'est pas incompatible avec l'environnement :
- Les marais du Poitevin ou de la Sangsurière seraient moins riches d'un point de vue biodiversité sans
l'élevage (France Agricole, n°3802, mai 2019).
Si les éleveurs n'ont plus besoin d'accéder aux marais, il n'y a plus de raison qu'ils entretiennent les berges
par ex. Les marais deviendraient juste des endroits putrides avec beaucoup moins de diversités.
- Les prairies, suivant le climat, le sol et le mode de gestion de l'agriculteur stockent le carbone et favorisent
aussi la biodiversité.
- Le fumier qui sert de fertilisant.
- Dans le Massif Central, la présence de la gentiane est dépendante de la pratique du pâturage. Sans
pâturage, la forêt colonise le milieu et la gentiane disparait.

Dans ce rapport pour nourrir au mieux 10 milliards de personnes d'ici 2050 tout en réduisant les GES et en n'utilisant pas plus de surfaces, les auteurs parlent de réduire la consommation de viande, mais pas de la supprimer.

Les chiffres avancés sont-ils fiables ?
Pardon de douter mais Greenpeace a récemment sorti des chiffres faux sur les fermes-usines en France.
Saviez-vous que l’industrie agro-alimentaire est responsable à elle seule de 50% des émissions de gaz à effet de serre ?
Je n'ai pas trouvé d'autres sources mais là, ce qui est mis en cause, c'est l'industrie de transformation et non les élevages ou les cultures.
Les produits qui conviennent aux vegans et végétariens sont donc aussi impliqués et sont aussi dans les 50% de GES.
Saviez-vous qu’une vache mange CHAQUE JOUR entre 60 et 70 kilos de nourriture et boit entre 100 et 150 litres d’eau ?
Plus une vache boit, plus elle produit de lait et moins elle produit de GES/L de lait.
150L d'eau, c'est une vache en lactation. C'est le maximum. D'où sortent les 200L/J ? Une bonne partie de l'eau vient de l'eau de pluie dans les près.
Saviez-vous que pour produire un steak haché de 150g, il faut environ 2500 litres d’eau ?
On retombe donc sur le fameux "il faut environ 15 000 litres d'eau pour produire un kilo de viande".
Mais de quoi parle t-on ? De l'eau bue par le bovin, ou bien de l'eau nécessaire tout au long de son parcours, alimentation comprise ?

Désolée mais c'est toujours une remarque que je ne supporte pas :
j’avais ENFIN pigé que derrière les barquettes de viande se trouvaient des animaux qu’on abat pour que je les mange.
Oui ?
Enfin, je sais pas, j'ai grandi dans une ville, derrière chez moi, y avait un près avec des vaches. Laitières ou à viande, je ne sais pas. Mais j'avais bien compris qu'elles pouvaient finir dans mon assiette.
Je suis passée devant des boucheries qui se faisaient livrer des carcasses.
J'avais bien compris depuis belles lurettes que c'était ça que j'allais manger et que ça provenait de près semblables à celui à côté de chez moi.
Pardon, mais je suis toujours stupéfaite de voir des citadins des grandes villes être à ce point enclavés ! Et encore, il me semble que tu as habité à Lille. Je veux dire que des boucheries, il y en avait. Et la campagne n'est pas très loin.
Je suis en train de faire la même tête que lorsque j'ai appris que des vegans avaient tués par ignorance des animaux qu'il voulaient sauver.

En changeant de régime, j’en ai profité pour faire attention à ce que je mangeais et j’ai perdu plusieurs kilos.
Je ne sais pas si je dois trouver cette phrase malhonnête, parce que tu précises ensuite que c'est le végétarisme qui t'a fait réfléchir à ton alimentation.
Mais couper dans les portions, les collations inutiles, les sauces riches, les desserts, les plats préparés, bref couper dans les calories, ce n'est pas incompatible avec le fait de manger de la viande.
Et du coup, cette phrase en plein milieu de cet article me fait l'effet d'un parti-pris pour l'idée que le végétarisme/véganisme fait forcément perdre du poids.
 
  • Big up !
Reactions : just_in_case
J'ai reçu une notif vu que j'ai participé à ce sujet y'a longtemps. Je sais plus ce que j'y ai dis d'ailleurs, mais du coup comme je me suis sentie concernée et que genre j'ai l'impression que je dois moi même encore justifier pourquoi je suis végane, alors je réponds à certains points.


Les limites du véganisme : Quand la santé entre en jeu. Quand tu es malade et que tu dois prendre des médicaments, ba tu les prends, peu importe qu'ils soient testés. Je crois que personne, même le végane le plus extrémiste, se laisserait mourir parce que les médicaments sont testés… Les invasions de souris entrent dans cette catégorie : ça peut être un sacré risque pour ta santé de laisser des souris et des rats envahir ton lieu de vie, idem pour les moustiques (ici chez moi ils sont vecteurs de la dengue qui peut être mortelle, du chikungunya et du zika). Je considèrerai une invasion de souris et de moustiques exactement comme si je me faisais attaquer par un chien sauvage : je me défends, car c'est ma santé (et donc ma vie) qui est en jeu.
Y'a des méthodes qui permettent de pas tuer les animaux, si on peut c'est l'idéal, si on peut pas, ba tant pis, on trouve la méthode qui créait le moins de souffrances possibles (genre, choisir une autre méthode qu'un poison qui fait lentement agoniser la souris avant de la tuer, ou la tapette à souris qui souvent l'éclate à un endroit non vital, et qui pareil, elle finit par mourir de souffrance, et non pas sur le coup. Si les tapettes étaient étudiées de façon à ce que l'animal ne puisse inévitablement qu'être touché en plein milieu de la tête, certes c'est sacrément barbare mais on est tous.tes d'accord pour affirmer que l'animal meurt direct sur le coup.
A part quelques véganes extrémistes chelous, je pense que personne laissera des rats pisser au milieu de son salon, ou avoir la tête envahie de poux (idem, c'est vecteur de maladie en plus d'être particulièrement atroce)… Et les anti-vax, c'est pas la peine que j'en parle parce c'est clairement pas un truc de véganes et ça n'a rien à voir. Les anti-vax n'ont d'ailleurs jamais eu comme argument que c'était testé sur les animaux, ils s'en foutent sévère de ça XD

L'histoire de mettre tous les éleveurs dans le même panier : je pense que le documentaire parle principalement de l'élevage intensif. Même si dans tous les cas l'élevage mène à la mort et que c'est normal du coup pour certain.e.s de vouloir bannir ça, oui il y a des élevages moins "horribles" pour les animaux (mais il faut quand même être conscient.e.s qu'ils meurent à la fin et qu'il n'y a pas de "belle mort", que tuer n'est pas plus acceptable si l'animal a eu une vie relativement libre dans un champs.
Oui consommer de la viande de petits élevages responsables, bio et moins cruels serait mieux. Mais il faut inévitablement une très grosse baisse de consommation de viande de la part des gens. Si monsieur et madame tout le monde se mettent tous.tes à manger de la viande éco-responsable de ces petits éleveurs, mais en continuant à en manger à chaque repas, ba c'est juste n'importe quoi. Ça veut dire qu'il faudrait des millions de "petits éleveurs respectueux" et c'est juste pas possible. C'est justement à cause de la demande de viande qui a augmenté (car nous sommes quasi 7 millions je le rappelle) que l'élevage intensif a vu le jour. Ce n'est pas possible que tout le monde ait une consommation plus """"éthique"""" si personne ne fait l'effort de baisser sa consommation de viande.

Les végétaux sont des êtres vivants : Oui, mais ils n'ont pas de système nerveux. Ils ne ressentent pas la douleur (la douleur sert à faire comprendre qu'il y a un problème/danger et que l'individu doit donc fuir ou se défendre pour échapper à cette douleur. Ce serait un peu la merde pour un végétal incapable de bouger et se déplacer -non les sensitives ne se ferment pas parce qu'elles ressentent, c'est mécanique- pour échapper à cette douleur.
Et bon. Y'a un moment aussi où il faut arrêter aussi. Les animaux ont un système nerveux et une capacité bien démontrée qu'ils ressentent des émotions. C'est un peu normal de pas vouloir manger ce qui nous "ressemble" quand on est sensibilisé à ça. Du coup, on fait quoi ? On mange des cailloux ? Ba c'est juste pas possible. Du coup on est un peu obligé.e.s de manger des végétaux.
D'ailleurs, en mangeant de la viande, on mange indirectement tous les végétaux que l'animal a ingéré depuis qu'il est assez mature pour manger autre chose que le lait maternel. Donc si on part dans ce sens là, autant manger la chose qui est la moins pire niveau souffrance : manger directement les végétaux, ainsi beaucoup moins de végétaux sont sacrifiés au final :cretin:

"Quand vous mangez un fruit, vous privez un végétal de sa descendance" : Euh oui, non, là excuse moi j'ai éclaté de rire en lisant ça, parce que c'est un peu mal connaître la reproduction des plantes ^^" La nature est bien faite, si la plante produit un fruit savoureux, c'est justement pour attirer les animaux pour qu'ils le mangent, et que ceux-ci vont ensuite, grâce à leurs déjections, "répandre la descendance de la plante" plus loin, et permettre à la plante de "coloniser" plus de terrain. D'ailleurs, certaines plantes, leurs graines ne peuvent germer que si le fruit a été mangé et digéré par un animal ! Si le fruit tombe par terre et qu'il n'est pas mangé, les graines ne poussent pas.
Certaines plantes produisent des fruits très volatiles dont les graines se dispersent avec le vent (genre pissenlit), d'autres qui s'accrochent sur le poil des animaux et sous les pieds pour tomber plus loin, certaines produisent un fruit avec une chair sucrée, parfumé et odorante pour attirer les animaux frugivores comme dit plus haut, et d'ailleurs, un autre truc ouf, des variétés de pinus ont leurs grappes de fruits qui ne sont fertiles qu'après qu'il y a eu un feu de forêt ! J'avais lu ça y'a longtemps concernant une espèce de pinus vivant sur des terres où les feux de forêt étaient naturels et très courants, et j'avais trouvé ça super ouf !
Et bref, ça se rejoint sur certains tubercules d'ailleurs, quand des animaux fouisseurs les trouves et les manges, en général ils font tomber des morceaux plus loin, qui vont pousser à leur tour, et hop, ça permet à la plante de gagner du terrain !
C'est également valable pour la consommation de feuilles et branches : certaines plantes se bouturent hyper facilement rien qu'en faisant tomber une feuille ou un morceau de branche par terre ^^
Bref, les plantes ont su évoluer de manière prodigieuse selon leur environnement, et en particulier en fonction des animaux autour.
Genre, l'ananas, tu le manges, ba si tu laisses par terre sa "couette" de feuilles piquantes, il va développer une plante ! Et la mangue, le noyau pousse beaucoup beaucoup mieux si tu as mangé le fruit et jeté le noyau par terre, que si le fruit est tombé et a pourrit sur le sol (en général le noyau pourrit aussi et ne germera jamais). Ces fruits ont vraiment été faits pour être consommé par des animaux pour pousser, sans, ils pousseraient pas ou très difficilement.

L'agroalimentaire : Sans doute oui, mais le documentaire parle de l'élevage intensif d'animaux en fait, pas des cultures intensives. Personne n'a dit que les cultures intensives ne posaient pas de problèmes, c'est évident que c'est problématique. Mais en consommant de la viande, on participe malgré nous à la culture intensive, même en achetant au petit éleveur respectueux, car celui ci est bien obligé à un moment donné de nourrir ses animaux avec des aliments provenant de ces cultures intensives, car l'herbe n'est pas suffisante (surtout en hiver). En arrêtant de consommer de la viande, on peut également choisir de consommer des végétaux provenant de meilleures cultures. Comme la culture de végétaux pour la consommation humaine uniquement demande moins de superficie que pour celle pour nourrir les animaux, imaginons que si nous arrivons à bannir tous les élevages intensifs, ba y'aura beaucoup plus de terres disponibles pour cultiver des végétaux de façon plus saine.

"Quant à l'élevage, il n'est pas incompatible avec l'environnement" : Oui, mais là on parle des petits élevages. Qui ne sont tellement pas une majorité face aux élevages de masse (qui eux détruisent clairement l'environnement). Aussi, sincèrement, j'en ai un peu marre de cette prétention que sans l'être humain et ses élevages, tel ou tel endroit deviendrait forcément un endroit sans biodiversité. Encore une fois la nature est quand même sacrément bien faite et la nature s'adapte. Il y a tout un tas d'endroits avec des "marécages insipides" où il y a une richesse de biodervisité de OUF.
Aussi, sans les élevages des êtres humains, il y aurait des troupeaux de bovidés et ovidés sauvages (la nature nous a pas attendus pour façonner ses terres…) qui s'occuperaient d'entretenir les plaines. Je trouve ça sacrément pompeux de toujours penser que faut que l'être humain gère des élevages pour qu'il y ait des animaux pour entretenir des terrains. Les bovins viennent de quelque part à la base, il y avait tout un tas de races sauvages qui vivaient en troupeaux libres, et j'imagine qu'il y avait donc déjà des plaines bien avant que l'être humain se mette à élever ces types d'animaux.
En arrêtant les élevages actuels qui ont façonné certains endroits, oui clairement y'aurait un gros changement, mais ça se ferait pas en un jour (tout comme l'arrêt de l'élevage, s'il avait lieu même si j'y crois pas, n'aurait pas lieu en un jour = il y aurait largement le temps de trouver des solutions pour l'entretien et d'y introduire des races sauvages similaires qui s'occuperaient de maintenir la biodiversité sans notre intervention, et la nature s'adaptera petit à petit toute seule également).
Ah attends, je précise que quand je parle de prétention, "pompeux", je ne parle pas de toi du tout, c'est un détail que j'entends très régulièrement de la part de nombreux chercheurs, et ce sont leur vision hyper "être-humain-centré" que je trouve pompeux et prétentieux :)

Quand au fumier qui sert de fertilisant, oui c'est valable pour les crottes des bovidés, ovidés et équidés. Mais par contre pour l'élevage porcin, le lisier est une véritable catastrophe environnementale, il est polluant et souille les rivières, les nappes phréatiques, c'est une vraie horreur.
Disons que cet argument n'en est pas vraiment un du coup, autant faire un compost avec les déchets végétaux, c'est tout aussi efficace (genre, nous sommes deux seulement chez moi et nous produisons assez de déchets végétaux pour alimenter un compost qui sert pour un jardin de 12 ares !)

La consommation d'eau des bovidés : Les chiffres du documentaire sont pas tous très fiables où oui dans le sens ils ont fait des généralités. Mais ça consomme énormément d'eau par jour un bovin, vraiment beaucoup. En saison où la pluie est régulière ça va ça pose pas trop de soucis (et encore en général ce n'est pas suffisant sauf en saison des pluies), mais en saison sèche ? C'est vraiment pas le moment d'ajouter 100-150-200L d'eau par jour par bovidé dans la région concernée par le grave problème de sècheresse et que même les châteaux-d'eau sont quasi secs.
Petit exemple personnel : en saison sèche dans mon pays, la commune menace de couper l'eau à toute personne qui dépasse tant de m3 de consommation d'eau, et interdiction d'arroser son jardin. Bref, je me retrouve à voir mon jardin qui agonise du manque d'eau, pendant qu'à côté, l'élevage de bovins claque mille fois plus d'eau que moi sans restriction, et le champs de maïs à destination de l'alimentation animale continue à balancer ses lances à eau à longueur de journée pour arroser ses champs…
Je t'avoue que quand je vois ça, j'ai les boules sévère, donc ouais ça me gave de voir des élevages de 300 bovidés à côté de chez moi qui claquent une quantité monstre d'eau car la pluie suffit pas du tout la grande majorité du temps. Sans parler de ces foutus champs de maïs qui servent uniquement à nourrir ces animaux.
Bref, ça me fait chier de me faire menacer de me faire couper l'eau et de m'interdire d'arroser mon jardin (que je cultive pour qu'il soit VIVRIER, et si on m'interdit de l'arroser chaque été j'y arriverai jamais bon sang) alors qu'à côté ces deux là n'ont AUCUNE restriction sur leur consommation d'eau, même pas baisser l'arrosage un minimum et le faire uniquement en fin de journée quand le soleil ne chauffe plus autant. Non, ils claquent autant de flotte pépouze qu'en saisons où les pluies sont plus courantes.
Bref, j'imagine que beaucoup de pays et de personnes rencontrent les mêmes soucis que moi (et en mille fois pire selon les régions, certains n'ont plus d'eau du tout), donc si si l'élevage c'est très (trop) friand en flotte et ça saoule.

"j’avais ENFIN pigé que derrière les barquettes de viande se trouvaient des animaux qu’on abat pour que je les mange." : C'est une image. Evident qu'il sait depuis toujours que le steak dans son assiette ne provient pas de la magie des fées :d Juste qu'il a compris tous les processus horribles et conséquences de ce que ça implique, de A à Z. Il a reçu l'électrochoc qui fait qu'il voit enfin tout ce que subissent ces animaux, et ne fait pas juste "Boarf" et oublie en mode "Faut bien manger hein !". Il a réfléchi, et compris qu'il pouvait manger autrement, vu qu'il a la chance de vivre dans une société où on a forte abondance de nourriture et la possibilité de choisir ce qu'on mange.

"On peut donc être vegan et participer à une agriculture intensive" : Ba bien sûr… Mais un végane n'est pas forcément une personne qui va bouffer que des steaks végétaux et similis carnés du commerce, blindés d'emballages et qui sont des produits transformés. La majorité n'en consomment qu'occasionnellement en fait, parce que déjà ça coûte très cher, et que la majorité des véganes sont malgré eux, grâce à leur réflexion sur le sujet, sensibilisés un minimum sur les soucis environnementaux. Du coup ils sont conscients que ces produits suremballés posent soucis et qu'il faut les limiter/supprimer.
Moi-même, je cuisine majoritairement tout ce que je consomme, il m'arrive de temps en temps, quand je vais à la capitale (une fois tous les 1-2 mois), me faire plaisir et acheter une barquette de nuggets véganes. Et je le fais de moins en moins parce qu'ils coûtent une blinde, et qu'en plus je les apprécies de moins en moins.
Le seul truc que j'ai toujours dans mon placard, c'est les galettes végétales toutes faites de Soy, car je les manges les jours où je suis totalement trop épuisée pour cuisiner ou que j'ai vraiment la méga flemme. Chose qui m'arrive une fois tous les 3-4 semaines… Donc ça va, je peux me permettre d'acheter ces produits suremballés juste pour ça.
Bref, beaucoup de véganes y font attention, si tu fais un tour sur l'ecm vg de Madz, tu verras que la majorité d'entre nous, quand on parle d'un nouveau simili carné qui vient de sortir, c'est juste pour le fun de goûter, on en achète qu'occasionnellement, parce que ça coûte cher et que ça nous emmerde tout ce plastique.
D'ailleurs, je ne connais personnellement aucune personne végétarienne/lienne qui consomme quasi au quotidien des similis carnés et autres produits transformés véganes : ces personnes cuisinent toutes un minimum elles-mêmes.
Bref voilà, les personnes véganes et végétariennes sont de base plus enclins à faire attention à leur impact sur l'environnement, car en général quand on commence la réflexion sur le problème de consommer de la viande, on réfléchi malgré nous à l'environnement et comment minimiser son impact.
Moi la première, j'en avais rien à péter de l'écologie avant, j'avais le discours "A quoi ça sert que je me fasse chier si mon voisin à côté s'en branle ?"… Et en devenant végane, c'est venu TOUT SEUL et direct, maintenant je fais tout ce que je peux moi même en réfléchissant à l'origine des composants et ingrédients, comment utiliser le plus local et ce qui la moins grosse empreinte carbone etc…

Bref, on peut parfaitement être végane en consommant complètement local et bio. Aucun végane n'a besoin de manger du quinoa de Bolivie (d'ailleurs on en cultive en France désormais) ou des pommes de cendres du Mont Ecarlate. En France il est carrément plus que possible d'avoir une alimentation végétale très variée et 100% locale !
Pour ma part, manger 100% local est archi difficile car je vis sur une île où tous les aliments "secs" sont importés, je fais du mieux que je peux avec le frais, mais franchement, dans les grands pays tels que la France, manger local (et varié) est très facile, et ce même végane.

"Sans compter que veganisme et produits transformés font aussi bon ménage : compléments alimentaires, [..] les protéines végétales" : Encore une fois, une personne végétarienne/végane ne consommera pas forcément ces produits. Franchement, à part de la vitamine B12 (qui consomme certainement moins d'énergie à produire en labo que de produire des aliments supplémentés pour les animaux), je ne consomme aucun supplément, et je suis loin d'être un cas à part. Ça fait 4 ans que je suis végane et mes analyses sanguines sont impeccables. Et je ne mange que des produits bruts que j'ai cuisinés. Je n'achète jamais d'aliments supplémentés, de poudres protéinées diverses… Franchement, à moins d'une pathologie qui le justifie ou d'une personne dont le métier/loisir soit l'activité physique intense, personne ne s'embête à consommer des aliments supplémentés ou des compléments alimentaires. Et ça, c'est valable autant pour un vg qu'une personne qui mange de la viande, si tu as des soucis de santé tu est obligé de prendre des suppléments, et si tu as une activité physique vraiment intense, là ouais c'est assez important de consommer très protéiné et c'est pas un mal d'acheter des superaliments protéinés. Les grands sportifs omnivores le font carrément aussi, soit ils mangent des oeufs et du poulet à des quantités tellement abusées que ça n'a rien de naturel, soit ils achètent des superaliments protéinés.
Mais monsieur et madame tout le monde qui pratique du sport léger pour "garder la forme", si leur santé ne nécessite pas de supplémentation, ils mangent "normalement" !

"En changeant de régime, j’en ai profité pour faire attention à ce que je mangeais et j’ai perdu plusieurs kilos." : Je crois pas qu'il ait dit que c'était incompatible avec un régime carné, attention à ne pas faire des raccourcis hâtifs comme ça ^^" Juste qu'en réfléchissant à son alimentation en supprimant les produits carnés, il a dû faire, comme beaucoup de gens, plus attention à ce qu'il mangeait justement. C'est quelque chose qui arrive beaucoup quand on devient vg/végane. Avant on mangeait un peu n'importe quoi sans réfléchir, ensuite, en revoyant son alimentation, on se rend compte que ah, tiens, je mangeais pas très équilibré etc. Alors que s'il avait continué à manger de la viande, il aurait peut être pas réfléchi à revoir son alimentation.
Encore une fois en prenant mon exemple, avant, je mangeais n'importe quoi, des trucs tout faits quand j'avais la flemme… Et en devenant végane, ba je me suis mise inconsciemment à faire plus attention, non pas à faire attention aux portions et aux calories (rien à péter) mais à manger plus équilibré. Pour ma part j'ai pas perdu de poids (bon j'ai pas de soucis de kilos en trop surtout), mais par contre je sens que mon corps apprécie grandement cette alimentation plus variée et saine, avant j'avais souvent des soucis de digestion et des coups de fatigue en après-midi, et là c'est fini, quand je suis fatiguée, c'est uniquement parce que j'ai mal dormi, ou eu une semaine chargée/stressante, pas "sans aucune raison" comme avant…

Après oui Fab a été TRÈS maladroit dans sa formulation, ça je suis parfaitement d'accord ! Des personnes véganes obèses j'en connais une tonne tout comme je connais beaucoup de personnes omnivores avec une ligne d'enfer. Tout dépend de ton hygiène de vie et de comment tu prépares tes repas, pas juste du type d'alimentation que tu as, ce serait trop facile !



Enfin bref, voilà, je crois avoir répondu à tout ce qui me faisait tiquer personnellement. Ton message m'a fait penser à quelqu'un qui prenait assez négativement le fait que certaines personnes décident de supprimer un aliment car ils jugent ça mieux pour eux et l'environnement. Et qui du coup, se sentent un peu obligés de dire "Hé on peut manger mieux en consommant de la viande !"… Ba oui, perso je n'ai pas la prétention d'être l'héroïne qui va sauver la planète juste parce que j'ai décidé de supprimer tout aliment d'origine animale, non, je l'ai fais parce que je me sens mieux dans mon corps et mon esprit ainsi, et si ça peut aider un poil à baisser mon impact sur la planète, ba c'est mieux ! Car oui c'est un fait, mon mode de vie actuel, rien qu'au fait de ne plus manger viande et produits animaux au quotidien, baisse drastiquement mon impact sur l'environnement. J'ai toujours un impact ça c'est clair, mais il est plus faible que si je consommais de la viande et autres produits animaux, du coup tant mieux !
Bref, il faut être conscient de l'impact de ses choix. En consommant de la viande même d'éleveur éco-responsable, tu auras un impact plus élevé que tu si tu consommais tel ou tel légume de culture biologique et responsable d'un agriculteur bio, c'est un fait.
Mais ça ne veut pas dire que bouuuuuuuuh c'est mal ! Non ! Clairement pas, c'est mille fois mieux quelqu'un qui mange de la viande occasionnellement et fait attention à sa provenance, et à côté fait en sorte que son mode de vie soit le moins impactant possible, que quelqu'un qui bouffe de la viande premier prix tous les jours sans réfléchir à quoi que ce soit par rapport à son impact sur l'environnement, et mange suremballé, utilise des produits dégueulasses, achète mille fringues chinoises etc…

Bref, quand quelqu'un choisit un mode de vie car il considère que c'est mieux, il ne faut clairement pas le prendre pour une attaque personnelle si on a un mode de vie différent… Fab a été très très maladroit dans plusieurs de ses formulations c'est clair mais c'est parce qu'il venait de découvrir quelque chose et qu'il était choqué.
Mais le reste, il faut éviter les arguments un peu nouilles du style "Les végétaux sont des êtres vivants" (ouais mais faut bien manger, on est encore incapables de digérer les cailloux) et autres qu'on entend souvent pour justifier sa propre consommation de viande.
Consommez en connaissance de cause, réduisez et consommer mieux, déjà c'est énorme et tout le monde sera d'accord (y compris les véganes, comme ceux et celles très très réfléchi.e.s et respectueux.ses de notre ecm vg/végane) comme quoi c'est quelque chose de super.
Perso je suis même pas pour que tout le monde arrête la viande complètement comme moi, je veux juste que les gens réduisent et consomment plus responsables, fassent attention aux déchets qu'ils génèrent directement ou en amont via leur consommation. Donc quelqu'un qui vient me dire qu'il réduit doucement la viande et l'achète de meilleure qualité à des élevages moins ignobles, je le félicite grandement avec sincérité et joie :d !
 
Dernière édition :
Je viens de rendre compte que le commentaire au dessus du mien datait de 2017.
Je ne sais pas pourquoi, cet article est ressorti dans les articles suggéré à droite, quand tu lis un article. J'ai cru que c'était un nouvel article.

Quand je te lis, on arrive à la même conclusion :
"Donc quelqu'un qui vient me dire qu'il réduit doucement la viande et l'achète de meilleure qualité à des élevages moins ignobles, je le félicite grandement avec sincérité et joie:d"
"Perso je suis même pas pour que tout le monde arrête la viande complètement comme moi"

"Ton message m'a fait penser à quelqu'un qui prenait assez négativement le fait que certaines personnes décident de supprimer un aliment car ils jugent ça mieux pour eux et l'environnement. Et qui du coup, se sentent un peu obligés de dire "Hé on peut manger mieux en consommant de la viande !""
Ben non, je l'ai dit, je réagis par rapport au documentaire présenté dans l'article (vu les citations, on est sur la dénonciation de l'agroalimentaire dans un premier temps, sur l'élevage ensuite) et le lien qui est directement fait avec le veganisme/végétarisme comme seules solutions, sans remettre en cause les cultures intensives ou consommer mieux de la viande.
On ne passera jamais chez l'éleveur du coin pour se renseigner sur le métier, les contraintes, discuter des chiffres.
L'élevage intensif n'étant même pas l'élevage majoritaire en France.
C'est totalement différent de dire que je mange de la viande et qu'il faut me laisser tranquille...
Quand je vois ce que tu retires de ma réponse, je me demande qui se sent aggressée et obligée de se justifier.
En plus, on ne monte pas des assos pour justifier notre régime alimentaire.
Alors que pour rappel, on tombe sur la même conclusion, juste que toi tu as choisis d'aller vers le veganisme.

Alors oui, je me pose la question de la limite du veganisme quand je me retrouve avec des gens qui :
- n'hésitent pas à infiltrer tout type d'élevage pour ensuite affirmer que peu importe la taille de l'élevage, tous se valent,
- ne prennent absolument pas position sur les différents accords de libre-échange en cours alors que les conditions d'élevage (voire humaines) minimales exigées en France ne sont pas respectées. Par contre, aucun problème à soutenir des groupes qui vont casser des boucheries (artisanales, même pas de grands groupes),
- prétendent avoir comme objectif la défense de l'environnement alors que les articles L214 parlent de la protection des animaux avec un système nerveux central (et juste eux). L'écologie n'étant pas un but revendiqué.
- déforment les chiffres pour correspondre à leurs croyances.
Mais les assos arrivent à englober tout ça, communiquent avec des termes forts, faussent les chiffres, ne se positionnent surtout pas là où leur présence est requise par rapport à ce qu'il prétendent défendre.
Oui, à un moment, je me pose la question de ce qu'un-e vegan défend vraiment.
Je n'ai aucun problème si quelqu'un me dit : "Je ne mange pas de viande, je n'aime pas qu'on tue des animaux desquels je me sens proche".
J'aurais aucun problème non plus si les assos étaient plus carrées dans leur communication.
Ton discours, peu de vegans le tiennent.

Pour la santé, c'est comme pour le Mercosur, il y a peu d'engagement des assos et pas de communication sur ce point.
Je ne parle pas de boycotter les labos.
Juste que par exemple, pour fabriquer un milieu de culture, des géloses existantes.
Elles font bien le buzz là où ça les arrangent et où c'est socialement acceptable.

Franchement pour l'histoire des souris, je serais curieuse d'entendre les avis. Parce que ça m'étonnerait qu'à moitié qu'une partie tente de les capturer pour les relâcher plus loin (espérant peut-être qu'elles vont survivre...). On serait sur le même niveau que celles et ceux qui ont tué des dindons en voulant les sauver : aucune connaissance des animaux.

Après, c'était pas évident pour ton avis. Je ne pensais pas qu'à la fin j'allais lire qu'en fait, tu ne voulais pas que tout le monde soit vegan comme toi.
Tu pars quand même au début en disant que ce n'est pas possible que tout le monde mange une viande plus éthique car la population mondiale a explosé, que tout le monde a gardé ses habitudes et qu'on ne peut pas avoir des millions de petits agriculteurs.
Sauf que, ben c'est exactement ce que je dis, appuyé par deux rapports que je linke, dans l'idéal, il faudrait qu'on réduise notre consommation de viande.
Et c'est oublier que l'agriculture intensive existe elle aussi parce que la population mondiale a augmenté.
Est-ce qu'il est envisageable d'avoir des millions de petites exploitations pour soutenir monsieur et madame tout-le-monde qui deviendrait vegan ?
Si les gens ne sont pas prêts à diminuer leur consommation carnée et/ou aller vers des filières de qualité, je ne vois pas pourquoi :
- on communique autant sur le veganisme, puisqu'apparemment, les gens ne veulent même pas diminuer leur consommation de viande,
- les gens qui se mettraient au veganisme iraient vers des légumes éthiques.
Je sais que tu as dit que tout le monde n'a pas à devenir vegan, mais quand je relis ce passage, il y a ce parti-pris, comme apparemment dans le documentaire, sans remettre en cause les mêmes principes pour le côté végétal.

De toute façon, vu la volée de bois vert que se prennent même les petits éleveurs (L214, Greenpeace et co), ça n'encourage pas à se lancer en petite exploitation. Ni même à continuer. (Et les normes sévères font que, financièrement, ce n'est pas facile de se lancer/de continuer avec un petit élevage).

Pour les plantes, les termes employés par les vegans seraient plus précis que je n'en arriverais pas là.
Mais oui, les plantes sont des êtres vivants. Ce n'est pas parce qu'elles ne perçoivent pas la douleur comme nous qu'il faut balayer cet argument du revers de la main sous prétexte qu'il serait naïf.
Elles ne ressentent pas la douleur, pourtant elles n'attendent pas bien gentiment d'être mangées. Au contraire, elles se sont adaptées à leur milieu et répondent autrement que par la fuite.
Les épines ne sont pas un réflexe mécanique.
Toutes les plantes n'ont pas besoin d'être mangées pour pouvoir germer un peu plus loin. Tu me parles des plantes pyrophiles, c'est un très bon exemple : j'ai lu aussi que c'est un excellent moyen de se protéger des granivores parce que pour elles, passer par les déjections n'est pas adapté.
Tous tes exemples montrent que les plantes ont développés un tas de techniques pour survivre. Elles ne ressentent pas la douleur comme nous mais ne sont clairement pas passives et se sont rendues compte qu'à un moment, si elles voulaient survivre, il fallait bien trouver des stratégies.
Ca prouve bien encore une fois que les seuls êtres défendus par les vegans sont ceux auxquels ils s'identifient. Et c'est encore une fois un argument absent de leur communication. Mettre des termes trop scientifiques, ça casse un peu une campagne basée sur l'émotion et l'identification.
Donc moi l'argument de "les plantes sont pas comme nous, du coup on peut" j'ai du mal. Mais je comprends et trouve honnête l'argument "je ne suis pas à l'aise de manger qqch qui me ressemble".

Donc qu'est-ce qu'on fait ?
Ben on arrête de mettre toutes les personnes qui mangent de tout dans le même panier, on arrête de sortir des chiffres faux, de hiérarchiser le vivant, de mettre tous les éleveurs et les bouchers dans le même panier et on admet que oui, si on ne mange pas d'animaux c'est par sensibilité personnelle et que ça ne va pas plus loin.

Autre argument qui me dérange, c'est le fait que personne ne nie le problème des cultures intensives.
Le problème, c'est que ce type de culture est beaucoup moins remis en question et suscite moins l'indignation que l'élevage. Même l'élevage plus respectueux fait plus de tollé.
C'est quand même ça que je dis au final, si le documentaire parle de l'industrie agroalimentaire comme résumé dans l'article, il faut se concentrer sur les solutions appropriées.
Pas se braquer sur juste la viande, parce que ça ne résoudra pas l'autre partie.
Ou alors corriger l'article (ou la comm' faite autour du documentaire), et alors oui, ça traite uniquement de la viande et du coup, UNE des réponses est le veganisme, UNE autre est le végétarisme, UNE autre est la provenance de la viande, la diminution etc.
"En arrêtant de consommer de la viande, on peut également choisir de consommer des végétaux provenant de meilleures cultures."
Alors ça, c'est comme choisir de consommer une viande plus éthique.
Vegan ou non, des gens se dirigent toujours vers les aliments les moins chers. Je doute que ça change.
L'augmentation de la population, la diminution des ressources, les tensions diplomatiques, la politique de Macron en France ou encore de Trump aux US favorisant les plus riches, etc ne vont pas faciliter l'accès au plus grand nombre à une nourriture de qualité.
Pour l'instant, seule l'importation permet de contenter les moins riches, parce que l'agriculture et l'élevage français répondent à des normes de qualité élevée qui ont un coût.
A l'échelle mondiale, on est sur des grandes cultures.
Des petites fermes, tu en as sur la côte Est U.S, jusqu'à une petite chaîne de montagnes dont je ne sais plus le nom.
Des fermes de légumes en Californie (et encore, ça correspond à des grosses exploitations chez nous).
L'agriculture avec petites exploitations comme en France sont toutes aussi anodines à l'échelle mondiale que les petits élevages.
Même en bio ça pose problème puisque les normes ne sont pas les mêmes partout (et le bio tel que pratiqué en France n'est pas exempt de critiques).
Finalement, quel pourcentage représente les personnes engagées dans une consommation durable ?
Comment peut-on affirmer que les gens ne vont pas baisser leur consommation de viande ni ne pourront tous consommer une viande de qualité tout en espérant secrètement qu'ils vont se trourner vers le veganisme et vers des produits de qualité alors que la majorité des consommateurs cherchent du discount ?
Oui on produit du quinoa en France, mais à quel prix est-il vendu ?

"Comme la culture de végétaux pour la consommation humaine uniquement demande moins de superficie que pour celle pour nourrir les animaux".
Qui dit ça ?
Cela a été démontré que plus nos régimes sont riches en protéines d'origine animale, plus on dévore de terres. Mais le point le plus bas n'est pas atteint avec une consommation strictement végétale, mais en intégrant un peu d'élevage.
Il y a des sols sur lesquels on fait de l'élevage qui ne peuvent pas être réutilisés pour la culture parce que le sol ne sera pas adapté pour ça.

Pour la biodiversité, ai-je dit que sans l'être humain des endroits seraient privé de biodiversité ?
Relis bien, je parle d'une PLUS GRANDE biodiversité.
Une forêt gérée par l'être humain présente une biodiversité plus grande qu'une forêt laissée comme ça (onf.fr).
Je ne sais pas comment ça se passe en Nouvelle-Calédonie, mais dans les Landes, des éleveurs sont partis et personne n'a repris les exploitations.
Les prairies ne sont pourtant pas entrenues par les animaux : la forêt a gagné l'entrée des villages.
Mais je suppose qu'en Nouvelle-Calédonie, on n'a pas de loup.
Donc non, personne n'a pris le temps de trouver des solutions pour l'entretien des prairies et d'y introduire des races sauvages similaires qui s'occuperaient de maintenir la biodiversité sans notre intervention.

Je ne pense pas que comparer son potager avec l'agriculture professionnelle soit une bonne idée.
Le potager, c'est comme la viande de petites exploitations de proximité : tout le monde ne peut pas se le permettre.
Chez moi, j'ai eu le temps de pailler, de désherber etc.
Je peux me permettre de cultiver plus de légumes en prévision des pertes et ainsi me passer de cette blague qu'est la pyréthrine. Mais mon salaire (et celui d'éventuels salarié-es) n'en dépend pas.

"Quand au fumier qui sert de fertilisant, oui c'est valable pour les crottes des bovidés, ovidés et équidés. Mais par contre pour l'élevage porcin, le lisier est une véritable catastrophe environnementale, il est polluant et souille les rivières, les nappes phréatiques, c'est une vraie horreur."
Non, c'est faux, ça dépend des quantités.
L'intérêt de faire du fumier, c'est que tu récupères effectivement les nutriments des plantes ingérées (potassium, phosphoe) + de l'azote essentiel aussi à la croissance des plantes.
Avec du compost, tu récupères la potasse et tout ça mais pas l'azote car il est transformé en ammoniac et retourne dans l'atmosphère.

Pour ton eau (et c'est pour ça que je dis qu'il ne faut pas comparer potager perso et agriculture pro), tu sembles oublier que l'eau que tu utilises est de l'eau potable. L'agriculteur utilise une toute autre réserve, qui est elle, non potable.
Du coup, les quotas changent par rapport aux particuliers.
Pour ton potager, je ne sais pas ce qu'il y a moyen de faire en Nouvelle-Calédonie, mais quelques cubes d'eau dans lesquels tu récoltes l'eau de pluie pourraient te permettre de pallier un peu plus au problème. Tu n'auras pas de l'eau jusqu'à la fin de la sécheresse mais ça te permettrait d'amortir un peu.
En tout cas, même chez moi, le maïs a soif et je ne vois pas de lances à eau cette année.
Pourtant, un peu plus loin, y a une bonne nappe phréatique et le maïs n'a pas soif comme ça.

Encore une déformation lue, mais je n'ai jamais dit qu'un vegan mange principalement des produits transformés.
Et je dis aussi que tu peux être vegan, cuisiner, mais pas utiliser des matières premières "éthiques".
La majorité des vegans réfléchissent à la provenance, ok. Mais est-ce que dans cette majorité qui réfléchit, la totalité passe à l'acte. Certains sont malgré tout limités par leur budget et composent comme ils peuvent.
Mais tu vas me dire que cette majorité passe quand même à l'acte.
Sauf que, les vegans ne représentent pas la majorité de la population.
Et la majorité de la population, peu importe la fréquence à laquelle elle consomme de la viande, achète les aliments les moins chers possibles.
Et si une proportion croissante de la population des pays riches adoptait le veganisme, je ne pense pas que le réflexe de cuisiner plus ou d'acheter des aliments de qualité suivrait.

Pour moi aussi les produits transformés restent rares et je ne suis pas vegan. Et il y en a d'autres dans mon cas.
Les jours de flemme => pâtes + huile d'olive, un peu comme le commun des mortels.
Et ça tombe bien, je n'ai personne dans mon entourage qui consomme quotidiennement des plats préparés. Que soit par habitude ou parce que c'est cher aussi pour un non-vegan.
Les réflexions que mènent les vegans, les non-vegans peuvent les avoir aussi.
Quand on revoit notre consommation de viande, c'est un choix qu'on fait, en s'étant nous aussi renseignés, en acceptant de payer plus cher cette viande. Réflexion que l'on reporte aussi sur les fruits et légumes.

Mon parcours est totalement différent, l'écologie est un sujet qui me touche depuis que je suis petite : j'ai dévoré des bouquins sur les animaux et revues écolo, par contre ni ma mère, ni mon père n'étaient écolo. Mais j'ai été sensibilisée très tôt à ne pas gaspiller le courant, prendre soin de mes affaires, etc => un mélange de bonnes pratiques de gens qui ne roulent pas sur l'or (ma mère) ou de radins (mon père) avec ce qu'un enfant pouvait avoir comme accès aux connaissances dans les années '90.
Et plutôt élevée à coup de "tu t'en fous des autres, l'important c'est toi" (enfin plutôt utilisé pour réprimander une mauvaise note quand mon argument c'était "toute la classe a eu une mauvaise note").
Moi je me pose plutôt des questions quand je vois des sites proposant d'être plus écolo et qui proposent direct "éteignez les lumières", "fermez le robinet". Il y en a qui sont ébahis par tant de sagesse. Moi je ferme direct, ça a rien à foutre sur un serveur ça.
Bref, je n'ai pas attendu le veganisme pour m'intéresser à l'écologie. Et le veganisme n'est pas le seul chemin possible.
Je n'ai pas dû devenir vegan pour réfléchir à mon alimentation : c'était un réflexe inculqué dès l'enfance. A l'âge adulte, je me suis pas vue consommer n'importe quoi. C'était aussi un sujet abordé parfois à l'école.

Tu me parles de ta santé mais si tu avais fait plus attention avant, tu aurais aussi pu pallier à tes coups de mou et tes problèmes de digestion.
A un moment donné c'était le discours des sans-gluten ça : "je ne mange plus de gluten, je me sens mieux". Et un sans-gluten peut manger de la viande.
Madmoizelle a parlé des influenceuses vegans-qui-ne-le-sont-plus parce que bien qu'étant vegans, elles parvenaient quand même à manger mal.
J'ai un ami qui déteste (rarement vu ça) tous les fruits et légumes, mange quantité de viandes. Pour moi, il n'est pas suivre, et je lui ai déjà dit qu'il claquer à ce rythme-là.

Alors je trouve un peu fort de café de dire que mon argument des plantes est "nouille" alors que les vegans semblent avoir des illuminations sur des trucs basiques et ne trouvent rien de mieux à faire que d'écrire des articles sur des choses abordées à l'école primaire.
Mais c'est pas grave, c'est les non-vegans qui se justifient.

"compléments qui consomme certainement moins d'énergie à produire en labo que de produire des aliments supplémentés pour les animaux" => Preuve ? Mais la question ne se posera plus avec la viande de culture, mais qui pour le coup est plus polluante.

Bref, malgré tout ce que j'ai pu lire, on tombe tout à coup d'accord qu'il faut diminuer la viande.
Moi c'est le régime que j'ai adopté.
D'autres adoptent le veganisme ou le végétarisme. Tant que les vegans sont honnêtes dans leur motivation et ne me parlent pas d'inepties, je suis aussi OK.
Malheureusement, avant de voir cette conclusion poindre, j'ai dû lire des idées reçues et des propos déformés.
 
@Apollinaïs
En gros (en pas trop développé), pour plusieurs raison :
1) A priori (jusqu'à preuve du contraire), pas de souffrance dans le végétal, du moins pas comme on l'entend avec l'animal (principalement du au fait qu'il n'y a pas de système nerveux central)
2) Dans beaucoup de végétaux, il s'agit de fruit que l'on mange (ou de feuilles), et alors on ne tue pas le végétal (quand on prend le raisin, la vigne reste vivante). D'ailleurs la plupart des fruits ont évolué pour "être mangé" (pour la dissémination des graines par exemple). Enfin pour beaucoup c'est l'argument n°1 (et n°3 pour des questions d'écologie) qui est privilégié, mais si on est dans un cas où on refuse de tuer des végétaux aussi, manger les fruits n'est pas contre ce précepte (les fruits ne sont qu'une partie du végétal que l'on ne tue pas en les prélevant)
3) Enfin, un animal mange des végétaux, donc supposons que l'on n'aime pas la mort des végétaux, on peut se dire que au moins avec les végétaux il y a moins de choses vivantes qui ont été "tuées" (vu que dans le cas de viande, il y a l'animal en question + tous les végétaux nécessaires à sa croissance)
 
Un truc qui m'interpelle dans ce que tu dis @Apollinaïs à propos de ton copain, c'est qu'il fait attention aux insectes.
Quand on cultive des légumes (j'entends par là quand on veut nourrir les gens, pas juste son potager perso), on utilise des pesticides.
Pour pouvoir manger des légumes, il faut tuer des insectes.
 
@Elanore je sais pas si ça peut t'aider, mais en termes de goût je trouve que celui du paprika fumé ressemble vachement au goût du chorizo (je dis ça par rapport à ta dernière remarque).
Ca m'avait rassurée parce que j'avoue qu'abandonner le chorizo (le saucisson et le bacon aussi. Certaines charcuteries en fait) me rendait un peu triste quand j'ai décidé de transitionner vers le végétalisme :yawn:

De mon côté c'est assez "rigolo" parce que j'ai décidé de devenir au maximum végétalienne (pour l'instant je suis plutôt flexitarienne, même si j'aime bien le terme - qui n'existe pas à ma connaissance - de flexitalienne ^^) pour des raisons environnementales mais maintenant, j'avoue que j'ai de plus en plus de mal à ne pas imaginer l'animal mort quand je vois de la viande dans une assiette.
Ca me gêne de plus en plus même si ce n'était pas ma motivation première. Ca doit être la fin de ma dissonnance cognitive à force de me renseigner.
 
  • Big up !
Reactions : Elanore and Clematis

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes