Étudiante, je me prostitue pour rembourser mes dettes

22 Juin 2017
183
1 660
314
23
Je ne pense pas qu'il y ait à être pour ou contre la prostitution : chacun fait ce qu'il veut de ses fesses, à partir du moment où il en a pleinement conscience et que ça lui convient. Je ne parle évidemment pas des cas de ces femmes qui sont obligées de coucher avec 50 types par jour dans des bordels. Je parle des personnes qui ont le choix de choisir leurs clients et qui n'ont pas de problème psychologique à vendre leur corps. Dans la BD sur le féminisme que j'avais lu, et où ça parlait de prostitution à un moment, une jeune prostituée expliquait pourquoi et comment. Elle disait que pour elle, le consentement, c'était d'être pleinement conscient du contexte et d'être en accord avec. Et que donc, être payée pour coucher avec des gens, à partir du moment où un contrat de confiance était établi, ça lui convenait très bien.
M'enfin voilà. C'est clair que se prostituer dans le cadre du privé ça n'a rien à voir avec les horreurs qui peuvent se passer dans des bordels....
 
18 Mars 2008
437
386
4 774
En fait je crois que y'a pas mal de gens qui confondent tout...

Même les pro-choix sont contre les traites humaines. Même les pro-choix sont contre l'esclavage sexuel des mineures. Je ne connais personne qui se bat pour continuer à perpétuer ça. C'est affligeant de voir que si on n'est pas abolitionniste, on est considéré comme pro toutes ces merdes.

Abolir la prostitution, vous croyez vraiment que ça va empêcher ça ? On a déjà mille et une lois contre ces faits, mais ça se fait toujours. Luttez plutôt pour leurs applications, pour plus de moyens afin de lutter contre, mais venez pas nous dire que pour lutter contre il faut que les autres qui sont aussi précaires le soient encore plus. C'est un non-sens.

Evidemment qu'il faut lutter contre la traite humaine et l'exploitation des humaines (sexuellement ou non d'ailleurs : avis à tous-tes celleux qui ont un smartphone, entre autres). Mais sérieusement, est-ce que ça légitimise que celleux qui préfèrent vendre des prestations sexuelles (et non pas son corps, allô, personne ne devient propriétaire du cops d'un autre, c'est carrément malhonnête d'utiliser de telles expressions en dehors du cadre d'une traite humaine) au lieu de se crever à l'usine doivent pour autant subir mille et une violences en dehors de leur boulot juste parce-qu'elles font ce boulot ? Même en étant déclarées, on peut techniquement pas payer son loyer parce-que le proprio est proxénète aux yeux de la loi, même s'il est pas au courant ; il risque la prison et a légalement le doit de vous refuser un logement (en fait s'il veut pas aller en prison il est même obligé de refuser le logement). On peut pas inviter son compagnon, sa compagne, ses potes, sa famille... au resto sans en faire des proxénètes au yeux de la loi. Si on a un/des enfant(s), dès son/leur majorité, on ne peut plus les financer, leur payer la bouffe, le loyer, les études... sinon ils deviennent proxénètes. Et tous ces gens là risquent la prison.

On perd notre famille, no proches, on perd no logements, on finit à la rue et seul-e-s soit parce-qu'on nous tourne le dos soit parce-qu'on s'éloigne pour éviter de les mettre en danger.

Je vis parler personnellement mais pour avoir discuté avec beaucoup de collègues je suis loiiiiin d'être la seule. Je suis autiste. Dépressive à tendance suicidaire aussi et ce depuis l'enfance (donc non c'est pas la puterie qui m'a rendue fragile). Je ne peux pas garder un travail. Je ne survis pas des aides que je perds régulièrement car incapable de faire l'administratif qui va avec dans les périodes très sombres. La prostitution m'a permis de manger quand j'avais plus un grain de riz à avaler depuis des jours. J'ai décidé d'en faire mon métier parce-que je ne vis pas mal cette sexualité : ok, j'ai de la chance là dessus. Mais quoi, les mecs et meufs comme moi, on devrait devenir des délinquants ? On n'a pas le droit d'être protégées ? Pourquoi mon mec devrait risquer la prison juste parce-qu'il partage ma vie ? Pourquoi ? Pourquoi vouloir nous empêcher d'avoir des droits basiques alors que ça n'empêche en rien de lutter contre l'esclavagisme et toutes ces merdes ? Pourquoi faudrait que ça soit soit l'un soit l'autre mais surtout pas les deux ? Pourquoi considérer que faire du TDS un travail à part entière avec une réglementation qui nous protèges tous-tes (même celleux qui y sont forcés) c'est une mauvaise chose alors que c'est aussi censé les protéger elleux ? Nan, vraiment, je comprends pas pourquoi ça vous traverse pas l'esprit de lutter pour les deux à la fois.
 
22 Juin 2017
183
1 660
314
23
En fait je crois que y'a pas mal de gens qui confondent tout...

Même les pro-choix sont contre les traites humaines. Même les pro-choix sont contre l'esclavage sexuel des mineures. Je ne connais personne qui se bat pour continuer à perpétuer ça. C'est affligeant de voir que si on n'est pas abolitionniste, on est considéré comme pro toutes ces merdes.

Abolir la prostitution, vous croyez vraiment que ça va empêcher ça ? On a déjà mille et une lois contre ces faits, mais ça se fait toujours. Luttez plutôt pour leurs applications, pour plus de moyens afin de lutter contre, mais venez pas nous dire que pour lutter contre il faut que les autres qui sont aussi précaires le soient encore plus. C'est un non-sens.

Evidemment qu'il faut lutter contre la traite humaine et l'exploitation des humaines (sexuellement ou non d'ailleurs : avis à tous-tes celleux qui ont un smartphone, entre autres). Mais sérieusement, est-ce que ça légitimise que celleux qui préfèrent vendre des prestations sexuelles (et non pas son corps, allô, personne ne devient propriétaire du cops d'un autre, c'est carrément malhonnête d'utiliser de telles expressions en dehors du cadre d'une traite humaine) au lieu de se crever à l'usine doivent pour autant subir mille et une violences en dehors de leur boulot juste parce-qu'elles font ce boulot ? Même en étant déclarées, on peut techniquement pas payer son loyer parce-que le proprio est proxénète aux yeux de la loi, même s'il est pas au courant ; il risque la prison et a légalement le doit de vous refuser un logement (en fait s'il veut pas aller en prison il est même obligé de refuser le logement). On peut pas inviter son compagnon, sa compagne, ses potes, sa famille... au resto sans en faire des proxénètes au yeux de la loi. Si on a un/des enfant(s), dès son/leur majorité, on ne peut plus les financer, leur payer la bouffe, le loyer, les études... sinon ils deviennent proxénètes. Et tous ces gens là risquent la prison.

On perd notre famille, no proches, on perd no logements, on finit à la rue et seul-e-s soit parce-qu'on nous tourne le dos soit parce-qu'on s'éloigne pour éviter de les mettre en danger.

Je vis parler personnellement mais pour avoir discuté avec beaucoup de collègues je suis loiiiiin d'être la seule. Je suis autiste. Dépressive à tendance suicidaire aussi et ce depuis l'enfance (donc non c'est pas la puterie qui m'a rendue fragile). Je ne peux pas garder un travail. Je ne survis pas des aides que je perds régulièrement car incapable de faire l'administratif qui va avec dans les périodes très sombres. La prostitution m'a permis de manger quand j'avais plus un grain de riz à avaler depuis des jours. J'ai décidé d'en faire mon métier parce-que je ne vis pas mal cette sexualité : ok, j'ai de la chance là dessus. Mais quoi, les mecs et meufs comme moi, on devrait devenir des délinquants ? On n'a pas le droit d'être protégées ? Pourquoi mon mec devrait risquer la prison juste parce-qu'il partage ma vie ? Pourquoi ? Pourquoi vouloir nous empêcher d'avoir des droits basiques alors que ça n'empêche en rien de lutter contre l'esclavagisme et toutes ces merdes ? Pourquoi faudrait que ça soit soit l'un soit l'autre mais surtout pas les deux ? Pourquoi considérer que faire du TDS un travail à part entière avec une réglementation qui nous protèges tous-tes (même celleux qui y sont forcés) c'est une mauvaise chose alors que c'est aussi censé les protéger elleux ? Nan, vraiment, je comprends pas pourquoi ça vous traverse pas l'esprit de lutter pour les deux à la fois.

Un big-up n'était pas suffisant ! :worthy: Tu résume (en beaucoup mieux formulé) ce que je souhaitais dire.
Moi-même autiste et dépressive, je t'encourage pour la suite ! <3
 
15 Mars 2012
56
205
2 194
Au Québec
Je te remercie aussi @Mathy de ton témoignage, parce qu'il en manque tellement des propos comme les tiens qui dénoncent la dualité des opinions sur la prostitution. On oublie trop souvent de donner une voix aux personnes concernées à ce sujet, tant il est délicat, et de considérer qu'il n'y a pas qu'une seule manière d'aborder la problématique.

En ce qui me concerne, je pense justement qu'on ne pourra jamais venir à bout du trafic humain et de l'esclavage sexuel tant et aussi longtemps que nous ne ferons pas changer aux gens leur perception de la prostitution. Comme @Mathy l'a si bien dit, le travail du sexe de consiste pas à vendre son corps comme un objet, mais à offrir un service sexuel entre deux personnes égales et consentantes, et le fait que la prostitution soit automatiquement convertie en ''femme objet'' / ''marchandisation du corps'' dans les esprits est un problème en soi. C'est ce problème là qui fait en sorte que même dans les pays où c'est légalisé, l'exploitation sexuelle est encore une fléau, du moins à mon avis (je ne me suis pas penchée sur le contenu de la légalisation encore, mais ça doit être très alambiqué au niveau des lois pour que la pratique profite aux proxénètes plutôt qu'aux prostitué(e)s). Tant et aussi longtemps que nous laisserons la société considérer que le travail du sexe est autre chose qu'un échange de services, on empêchera les TDS d'accéder à un contexte de travail optimal. Pour que ce soit quelque chose de sain, il faut absolument faire en sorte que ces personnes soient considérées comme des travailleurs/travailleuses autonomes, qu'iels soient leur propre patron, et qu'iels aient accès à des lieux sécurisés pour pratiquer leur métier, qu'iels aient accès à des plateformes légales et sécurisées pour échanger avec leurs clients, qu'il existe des contrats (peu importe leur forme) pour protéger les TDS des abus et des violences de leurs clients. Un(e) TDS devrait pouvoir établir ses limites au niveau sexuel et que celles-ci soient respectées, devrait pouvoir établir ses propres prix, choisir ses clients, avoir des recours, être encadré(e) légalement et recevoir la totalité de ses revenus hors impôts.

Si cette vision des choses semble utopiste, c'est seulement parce qu'on enterre le problème au lieu de s'attaquer à ses bases bien ancrées. Of course la prostitution existe depuis toujours et a toujours eu des fondations sexistes et machistes. Il est facile de prouver que la plupart des hommes qui ont recours aux services d'une prostituée le font pour le pouvoir et non pas pour simplement baiser. Ils veulent acheter un corps sur lequel ils auront tous les droits durant une certaine période de temps. Cette situation durera indéfiniment si nous ne changeons pas la perspective de fond, celle que les TDS sont des êtres humains égaux en droits à leurs clients, et qu'il s'agit d'un service comme n'importe quel autre, pas d'un jeu de domination (dans le sens littéral).

Alors oui il y a des risques à côté que beaucoup de clients aillent chercher de quoi assouvir ces désirs de pouvoir ailleurs. Il y aura sûrement toujours des gens exploités, qu'il faudra trouver le moyen de protéger. Mais refuser de reconnaître le travail du sexe comme étant un vrai travail, c'est refuser le droit aux TDS d'être autre chose que des objets, et c'est généraliser l'idée qu'on ne peut rien faire pour personne, alors que c'est faux. Au lieu de laisser tout le monde dans sa merde, je crois qu'il vaut mieux trouver le moyen de changer légalement cette situation, et de le faire encore et encore jusqu'à ce qu'un système potable soit établi. Sinon, on se tire tou(te)s dans le pied... qu'on ait choisi ce métier ou qu'on subisse les violences de l'exploitation.

Après, si quelqu'un sait comment ça se passe exactement dans les pays où la prostitution est légalisée, et comment ça se fait que dans un cadre où les TDS sont reconnu(e)s, il est légalement possible que des bordels existent (parce que les deux ne peuvent pas aller ensemble...), je serais prenante, parce que je ne comprends pas du tout. :oo:
 
9 Février 2015
5 699
74 927
5 604
@Le Lustre Connu le truc c'est qu'en achetant un smartphone tu - on - contribues tout autant à la marchandisation d'êtres humains (cf. ses conditions de fabrication et toutes les conséquences que ça implique), donc ça peut sembler un peu "hypocrite" de rejeter la part du capitalisme liée au sexe parce que - Et c'est légitime - elle nous prend plus facilement aux tripes, au nom de la marchandisation du corps. Mais en fait c'est tout le capitalisme qui est comme ça. Alors je crois que si, on peut décemment mettre l'achat d'un smartphone sur le même plan que l'achat d'une femme. Evidemment la différence réside dans le fait que l'acheteur dans le premier cas ne se procure pas directement l'humain mais finalement c'est quand même ce qu'il se passe derrière.
Je ne sais pas si mon message est très clair :shifty:
 
4 Août 2018
10
209
29
34
Est-ce que ça existe des femmes qui aiment se prostituer, qui seraient passionnée de cette pratique (ce métier?)
Ce serait intéressant d'avoir un témoignage d'une femme qui vit de ça quotidiennement.
Enfin je crois que dans la grande majorité des cas, c'est "dangereux" de se lancer dans cet engrenage, car rien n'est sain, il y a toujours une pointe de perversité, de comportements malsains. A la longue, ça créer probablement des séquelles physiques et psychologiques. Jouer un rôle, se laisser être un objet pour l'autre; au bout d'un moment on ne sait plus qui on est, on se sent sale... y'a pleins de mauvaises conséquences qui peuvent arriver, peut-être pas pour toutes les femmes qui se prostituent mais j'aimerais bien le savoir vraiment.

Lectrice de l'ombre de Madmoizelle depuis des années, je m'inscris exprès parce que je ressens le besoin de répondre à ce message

Je suis une pute, une vraie. Pour moi le terme n'est pas péjoratif et décrit simplement mon job de la façon la plus simple possible.
Je fais ça depuis 4 ou 5 ans, au tout début c'était en complément de mon travail parce que j'avais énormément de dettes à éponger et depuis quasi 2 ans c'est devenu mon activité principale.
Alors je ne sais pas si je suis une exception ou pas mais j'aime ce que je fais. Je pense que le fait que je sois indépendante et pas du tout contrainte y contribue pour beaucoup. Je ne dirais pas que c'est une passion pour moi, mais c'est un job qui m'apporte beaucoup de satisfaction par ses avantages (flexibilité des horaires, possibilité de gagner beaucoup en peu de temps en cas de pépin financier, etc..). Je me considère un peu comme les gens qui n'ont pas forcément le job de leurs rêves mais qui sont quand même contents d'aller bosser.

Pour ce qui est de la dangerosité de la chose au niveau psychologique je ne sais pas. Après tout se mettre dans la peau de quelqu'un d'autre ça arrive tous les jours aux comédiens, aux vendeuses qui doivent garder un sourire de façade face à des clients relous ou à des gens qui opèrent sur des plateformes téléphoniques et qui doivent avoir l'air convaincus que l'assurance qu'ils vendent est la meilleure alors qu'en réalité ils n'en ont rien à carrer...

Au niveau physique je ne me sens pas sale non plus, probablement parce qu eje ne suis pas contrainte une fois de plus. Après c'est vrai que je suis très open et surtout je n'associe pas forcément le sexe aux sentiments, ce n'est pas difficile pour moi d'avoir des relations sexuelles dans ce cadre.
Et puis surtout les clients je les choisis ! Ca se passe énormément par sms dans mon cas et là je dois dire que je suis hyper exigeante. Le langage sms, les "hé chérie je veux te bouffer la chatte" , ou les "slt, prix, adresse", je blackliste directement !
A de rares exceptions mes clients ont tous entre 30 et 60 ans, sont soucieux de leur hygiène, polis et surtout respectueux. Ce sont des pères de famille en recherche de frissons, de nouveauté ou d'un peu d'évasion, des célibataires en manque de câlins, ou alors des queutards comme on ne peut même pas se l'imaginer , mais leur point commun à tous c'est d'être cools et surtout pas là pour abuser de moi.
La qualité de ma clientèle vient très certainement du fait que je ne prends aps le premier venu, mais j'ai très rarement été embêtée et en rdv je n'ai eu qu'une seule fois où je ne me suis pas sentie en sécurité mais j'avais fait preuve d'imprudence en acceptant quelqu'un que je n'aurais jamais accepté en temps normal, j'avais vraiment besoin d'argent à cette époque et je n'ai pas écouté ma petite voix qui disait" attention", mais ça s'est bien terminé ;)

Et puis pour l'aspect financier j'ai envie de dire que ça dépend de ce que l'on recherche. En général je bosse (parce que oui pour moi c'est comme d'aller au boulot), trois ou quatre après-midi par semaine et je reçois une ou deux personne ces jours la. Ca me permet de dégager entre 1500 et 2000 euros par mois. Ce n'est pas énorme par rapport à ce que certaines gagnent mais en ce qui me concerne je le fais pour vivre pas pour m'enrichir. Et quand j'ai un projet important (voyage, frais sur la voiture, etc...) j'accélère la cadence, mais sans contraintes, je suis dans l'optique "travailler plus pour gagner plus" et du coup j'y vais avec plaisir parce que ça me permet de me faire plaisir.
En fait si je réfléchis je ne suis jamais dans la contrainte et c'est pour ça que je considère mon job comme sympa.

Après je ne cherche pas à vendre le métier de pute. J'ai bien conscience qu'il n'est pas fait pour tout le monde et surtout ça demande une poigne de fer pour arriver à se faire respecter (c'est d'ailleurs marrant, parce que dans un cadre perso je dis trop souvent oui, je me fais avoir facilement alors qu'en tant que pute si on essaye de me la faire à l'envers je me rebiffe direct). J'ai mis des années avant de trouver la façon de travailler qui me plaisait, à comprendre les codes du milieu et à asseoir ma réputation, mais maintenant j'en récolte les fruits et je me réjouis très souvent de la liberté de temps que j'ai (et pour moi c'est vraiment très très important cet aspect !!).

Donc voilà pour moi, ce métier est encore vu par la société comme un métier avilissant, mais en ce qui me concerne ce n'est pas le cas, mais je ne fais pas partie de la majorité et j'ai bien conscience que les femmes qui le font sous la contrainte sont bien plus nombreuses que celles dont c'est le choix.
 
Dernière édition :
24 Septembre 2014
1 528
15 543
4 074
paris
@-Loreleï- : Je vois quand même une différence entre être exploitée au travail et avoir des relations sexuelles contre mon gré parce que je suis victime d'un trafic. Les deux sont traumatisants, of course, mais je pense que ce n'est pas pour rien qu'ils ne sont pas punis de la même manière par la justice. Le viol c'est jusqu'à perpétuité, le travail forcé c'est 5 ans d'emprisonnement. Acheter du sexe avec moi, c'est toucher à l'intimité physique, à une partie de l’intime alors que d'abuser de ma force de travail c'est à mon sens, moins traumatisant.
C'est pas une raison pour ne pas combattre l'ultra-libéralisme qui exploite des gens, mais le mettre sur le même plan serait à mes yeux, de mauvaise foi. Je pense que si le débat est aussi passionné, ce n'est ni par pudibonderie, ni parce que les mœurs refusent de considérer la prostitution mais bien parce que quiconque a subi une agression sexuelle, sait à quel point cela peut être traumatique. Et c'est pour cela qu'il faut aider les femmes à s'émanciper, pour qu'elle puissent choisir d'exercer ce métier en connaissance de cause et qu'il ne soit JAMAIS subi.

@AngeWinnie : Tu dis qu'il faut changer notre perception de la prostitution "le travail du sexe de consiste pas à vendre son corps comme un objet, mais à offrir un service sexuel entre deux personnes égales et consentantes". Or, dans les faits le TDS en France en 2018 ce n'est pas "deux personnes égales et consentantes". En 2011 un rapport parlementaire mettait en lumière que , "91 % des femmes prostituées de rue seraient étrangères, victimes à 74 % de réseaux mafieux internationaux, les deux tiers d'entre elles provenant des pays de l'Est. Les futures prostituées doivent payer « une dette de passage » pouvant aller jusqu'à 50 000 €." Donc il faut peut être mettre des choses en oeuvre pour protéger ces personnes, pour punir les proxénètes, en même temps que changer les mentalités. Si les choses ne changent pas, c'est pas parce que les gens ont des biais, mais parce que la réalité de la prostitution n'est pas "un service entre personnes égales".
Ensuite quand on aura mis en place des facilité de protection, on pourra en effet légaliser en encadrer le Travail du Sexe, en interdisant, par exemple, le proxénétisme.Mais si autant de TDS dans les pays qui l'ont légalisé sont en situation de précarité, sans papier, sans ressources c'est aussi parce que ce n'est pas un "travail comme les autres" et qu'il faut être extrémement vigilant.

EDIT : l'idée de reconnaître le TDS comme un travail qui à ses particularités n'a pas pour but de stigmatiser les TDS mais d'éviter toutes les situations de dérives comme ce fut le cas à Berlin en 2005. Une jeune femme qui a refusé de prendre un emploi de TDS à selon le daily telegraph été menacée qu'on lui coupe ses allocations chômages. Jusqu'en 2009, l'agence pour l'emploi pouvait proposer à des femmes un emploi de prostituée. Deso mais mon corps mon choix.
 
Dernière édition :
18 Mars 2008
437
386
4 774
(c'est d'ailleurs marrant, parce que dans un cadre perso je dis trop souvent oui, je me fais avoir facilement alors qu'en tant que pute si on essaye de me la faire à l'envers je me rebiffe direct).

Oh c'est exactement pareil pour moi mais on ne me croit jamais quand je le dis ! Je saurais pas expliquer avec certitude pourquoi ceci dit. Je crois que ça vient du fait que dès le départ je donne mes conditions explicitement, ce que je fais ou pas, ce qui est acceptable ou pas, alors que dans la vie privée c'est bien plus en nuances, moins explicite, gouverné par les codes sociaux patriarcaux. Il y a cet article qui explique pas mal tous ces implicites dans la vie sexuelle féminine même si ça ne traite pas du tout de TDS. Après il est vrai qu'il faut garder en tête que pouvoir imposer ses conditions c'est effectivement un privilège auquel j'aimerais que chacune-e des TDS ait accès. D'où ma volonté d'acquérir des droits pour tous-tes.

@-Loreleï-EDIT : l'idée de reconnaître le TDS comme un travail qui à ses particularités n'a pas pour but de stigmatiser les TDS mais d'éviter toutes les situations de dérives comme ce fut le cas à Berlin en 2005. Une jeune femme qui a refusé de prendre un emploi de TDS à selon le daily telegraph été menacée qu'on lui coupe ses allocations chômages. Jusqu'en 2009, l'agence pour l'emploi pouvait proposer à des femmes un emploi de prostituée. Deso mais mon corps mon choix.

Là dessus je te rejoins. Ca ne devrait pas arriver. Je m'étais d'ailleurs fait la réflexion pour pas mal de boulot. Genre bosser en abattoir pour ça devrait tout autant ne jamais être une obligation. Y'a probablement d'autres cadres comme ça qui devraient être revus, qui ne peuvent pas être imposés parce-que dangereux pour l'équilibre mental des travailleur-euse-s.

P.S. : Je rappelle également que les pro-choix ne cherchent pas une légalisation, mais une dépénalisation. C'est touuuuute la nuance et c'est très important.
 
18 Mars 2008
437
386
4 774
La prostitution n'est pas illégale en soi, en France. T'a parfaitement le droit de le faire, on va pas t'envoyer en taule pour ça! De toute façon, notre pays applique vraiment très mal le modèle nordique et aucun véritable moyen n'est donné à celles qui veulent échapper à la prostitution... C'est très décevant. Je ne suis pas contente de la situation actuelle, les survivantes et les spécialistes avec qui j'ai pu discuter non plus.
Comme je l'ai déjà dit, nous, on ne risque effectivement pas la prison, mais nos proches, enfants majeurs, compagnons/compagnes, amis, familles, colocataires, propriétaire(s) de notre logement... eux, la risquent. Il suffit qu'on leur prête vingt balles, leur rembourse un peu d'argent, les invite au resto... Même s'iels ne savent pas du tout de quelle activité vient notre argent. Le propriétaire d'un logement est dans l'obligation légale de nous refuser la location de son bien pour ne pas être hors la loi. Entre autres trucs.

Ce n'est pas parce-que ce n'est pas illégal que ce n'est pas dangereux légalement. C'est quand même important de le rappeler. Et ce n'est pas normal. C'est hypocrite.
 
24 Septembre 2014
1 528
15 543
4 074
paris
@Flowercream- : J'ai trouvé ce texte éclairant dans sur le côté "banalisation de la violence" et le capitalisme qui pousse à considérer un corps, une sexualité, comme une force de vente. Je trouve ça assez effrayant, ce serait comme dire "Ne te plains pas du harcèlement sexuel et couche avec ton patron pour obtenir une promotion, utilise ta sexualité comme un vecteur pour gagner plus d'argent".

EDIT : Je suis un peu triste de voir qu'en cinq page de débat, personne ne s'est penchée sur l'éducation des hommes. Pourquoi autant trouvent-ils toujours moral d'utiliser une femme en échange d'argent, pourquoi autant de clients ne voient pas le problème. Tant qu'il restera des hommes qui trouvent normal de payer une femme en situation d'esclavage, le problème persistera.
Ce qui me heurte, vraiment c'est de lire que la pénalisation du client est dangereuse car elle pousse les hommes à mettre encore plus les femmes dans des situations de dangers en imposant des rapports moins chers et moins protégé. Et que dans des cas comme ça, on ne s'en prend jamais à eux mais au législateur. Alors que le danger ce n'est pas la législation, c'est eux. D'ailleurs, ce qui n'est jamais dit c'est que les prostituées de rues qui acceptent ces conditions sont souvent celles qui n'ont pas le choix de choisir leurs clients ou leur métiers car elles sont aux mains de réseaux, souvent tenus par des hommes. Ce qui me saoule, c'est que cette dimension n'est jamais abordée dans des articles qui parlent d'échec de la loi.

EDIT BIS BIS : La loi d'avant fragilisait encore plus les TDS en leur infligeant des amendes pour délit de racolage hein.

EDIT BIS BIS BIS : Que pensez-vous de l'extrait qui mentionne : e. D’une part, les lignes entre les deux sont floues, et d’autre part il n’y aura jamais assez de femmes qui font cela « volontairement »; un grand pourcentage d’entre elles devront toujours être contraintes pour satisfaire la demande. Parce que si je suis pro prostitution volontaire, quand elle n'est pas subie pour cause d'une quelconque contrainte, je me demande ce qu'il est de ça.
 
Dernière édition :

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes