Inclusivité & littérature / B.D. / manga / comics

L

la-dorure-en-reste-aux-doigts

Guest
Bonjour à tout le monde !

Je constate que dans le canon littéraire, dans l'enseignement, l'histoire littéraire, dans les médias etc et même dans la recherche ce sont un peu toujours les mêmes qui reviennent et que ça manque franchement d'inclusivité, autant dans les personnes dont ont met le travail en avant que dans l'écriture des personnages féminins par exemple.

Donc je propose ce sujet pour mettre en avant des écrivaines dont on aime le travail, se conseiller des lectures etc, ou même se conseiller des œuvres littéraires où les personnages féminins sont tout simplement bien écrits, réalistes etc.

Ce serait dommage de se limiter seulement aux écrivaines ou à l'écriture des personnages féminins dans ce topic donc si vous avez des auteur.e.s / histoires inclusifs, oublié.e.s de l'histoire etc., des suggestions LGBT+ friendly etc. que vous voudriez mettre en avant ce serait top.

Et pareil, si vous avez des suggestions de romans, B.D., mangas, comics qui auraient leur place sur ce topic lâchez-vous !

Je me dis que ce serait aussi l'occasion de discuter de tout ça, de la question du canon aussi, et ça pourrait être très intéressant :)

A vos suggestions !

---------------------------------------------
Ça me paraît mieux d'écrire en écriture inclusif ici, je n'ai pas toujours le réflexe de le faire mais je vais y faire attention :fleur:

Si j'ai oublié un truc, formulé un truc de façon maladroite, je modifierai sans soucis !
 
En attendant que @Penny Winkeul vienne nous parler d'Artemisia Gentileschi ( <3<3<3 ) , je conseille à tou.te.s les curieux.ses de lire la biographie qu'en a fait Alexandra Lapierre
J'avais aussi écouté une émission (c'est à cette occasion où je l'ai découverte) des "Femmes, toute une histoire", qui passait sur France Inter il y a bien 2-3 ans, je ne sais pas s'il est encore disponible...

EDIT : Voici le lien de l'émission, apparemment, on peut la réécouter. Et tudieu, c'était en 2012 ?! GOSH, mais mais mais...
 
Dernière édition :
Salut salut,
je me demandais justement la semaine dernière si un topic de ce genre existait déjà, il tombe à pic!
Je viens de finir de lire Le Monde selon Garp, de John Irving et il a parfaitement sa place ici. C'est un roman qui date de 1978 qui raconte... bah, la vie de Garp, depuis le jour où sa mère a décidé que les hommes n'en valait pas la peine et qu'elle a recours à un moyen vraiment peu orthodoxe pour tomber enceinte
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
jusqu'à son décès. Toute sa vie est reliée au féminisme, principalement à cause de sa mère qui en devient une icône après avoir publié son autobiographie.
Le roman est peuplé de personnages secondaires riches et qui ont leur personnalité unique et propre, il y a beaucoup de femmes et aucune ne se ressemble et surtout il y a des femmes transgenres (en particulier Roberta, ancien ailier chez Les Eagles de Philadelphie et meilleure amie du héros).
En revanche GROS TW viol, il y a certaines scènes du bouquin qui sont très malaisantes, et le livre et assez bizarre en lui-même, les personnages ayant des vies sexuelles épanouies (ça parle aussi d'échangisme, d'adultères, et quand même beaucoup de Garp qui a une érection)

J'espère que c'est pas trop confus, j'écris rarement d'aussi gros pavé, et j'ai l'impression d'avoir un peu mal vendu le livre! :flappie:
 
Bonjour !

Tout d'abord merci à @la-dorure-en-reste-aux-doigts pour son invitation sur ce topic et pour le livre une réflexion critique sur la constitution du canon et sur la place des femmes écrivains dans l'histoire littéraire, je ne le connaissais pas mais il me paraît très intéressant et je vais tenter de me le procurer.

J'ai d'ailleurs fait l'acquisition grâce à la bibliothèque de ma faculté de certains livres qui pourraient en intéresser certaines :

- Procès de femmes au temps de philosophes, présenté par Isabelle Vissière : il s'agit d'une anthologie de différents procès souvent injustes ou bien absurdes marqués par un sentiment de révolte de la part des femmes dans ce siècle des Lumières qui n'en est pas moins resté obscurantiste à leur égard.

- Onze nouvelles études sur l'image de la femme dans la littérature française du XVIIème siècle réunies par Wolfgang Leiner : il s'agit d'un recueil d'articles dans lesquels sont étudiées les différentes figures féminines présentes dans la littérature du XVIIème siècle. C'est un ouvrage critique qui peut avoir son utilité dans un travail de recherche ou bien pour sa culture personnelle.

- Dix-huitième siècle n°36 Femmes des Lumières : un petit pavé qui recueille un ensemble d'articles fournis sur la littérature féminine mais aussi la condition des femmes durant ce siècle.

- Et enfin plus récent , La force du sexe faible contre histoire de la Révolution Française par Michel Onfray que je suis en train de lire et qui réhabilite des figures féminines ayant joué un rôle crucial durant cette période

.........................................................................................................

Pour en revenir à la proposition de @la-dorure-en-reste-aux-doigts, je vais donc tenter de vous faire une petite présentation de Violette Leduc, une écrivain sur laquelle je travaille dans le cadre d'un mémoire de Master 2. Il s'agit d'analyser comment construit-elle son identité autour de sa bâtardise qui pourtant la marginalise mais dont elle réussit à faire une force.

Injustement oubliée et méconnue, sa vie et son oeuvre toute entière sont marquées au fer rouge de la bâtardise. Né en 1907, elle n'est par reconnue par son père, un homme issu d'une grande famille bourgeoise, et grandit donc dans les jupons d'une grand mère qu'elle adore et d'une mère avec qui elle entretiendra toute sa vie une relation conflictuelle. Contrairement à beaucoup de femmes écrivains de l'époque, Violette Leduc n'évolue pas dans un milieu intellectuel. Elle n'aime pas lire, vit dans la misère et participe activement au marché noir durant l'Occupation. Mais elle fréquente' grâce à son travail dans une maison d'édition, quelques écrivains et personnalités littéraires avec lesquels elle se liera d'amitié et qui l'encourageront à écrire.

Ses premières œuvres à tendance autobiographique rencontrent peu de succès. Ce n'est qu'en 1964 qu'elle se fit connaître du grand public avec le premier tome de son autobiographie en trois volumes, La Bâtarde. Mais c'est un succès éphémère et surtout scandaleux. En effet, Violette Leduc décrit tout le poids de sa laideur et sa bâtardise, mais aussi ses vols, son penchant pour l'argent, ses passions impossibles, ses nuits d'amours homosexuelles, les aventures et mésaventures du corps dans un langage cru et sans détour empli d'élans poétiques et métaphoriques, avec une audace que n'avait eu aucune femme avant elle.

C'est une lecture difficile de part ses thèmes et son écriture. Violette Leduc nous entraîne dans son chaos intérieur sans jamais essayer d'en sortir. Elle a souvent souffert d'une assimilation au mouvement existentialiste et féministe de part son amitié avec notamment Simone de Beauvoir, qui fut aussi sa protectrice. Or c'est presque sans le savoir que Violette Leduc écrit contre le patriarcat. Je ne dirais pas qu'elle est féministe. Elle écrit pour elle et est en révolte contre une société qui l'a exclu certes parce qu'elle est une femme mais avant tout parce qu'elle est une bâtarde.

C'est difficile de réduire Violette Leduc en quelques paragraphes ^^ Sa littérature et sa vie sont foisonnantes, donc n'hésitez pas si vous avez des questions ^^
 
Dernière édition :
Mais quel topic merveilleux! :puppyeyes:

Un livre qui m'avait beaucoup marquée quand on l'avait étudié en hypokhâgne en allemand c'était Der Ausflug der toten Mädchen de Anna Seghers. C'est un recueil comportant trois nouvelles mais il me semble que seule la première a été traduite en français sous le titre "L'Excursion des jeunes filles qui ne sont plus". Elle n'est pas très connue en France mais si vous mettez un jour la main sur un exemplaire ça vaut vraiment le coup. Je peux revenir vous en parler de manière un peu plus détaillée si ça vous intéresse. :)
 
Plus d'un mois après je suis de retour ! (désolée pour l'attente, ça a été un peu chaud patate ces derniers temps entre job, fac et tout et tout :erf: )

Tout d'abord petite présentation d'Anna Seghers pour vous situer un peu la nouvelle dont il est question :)
Elle est née en Allemagne dans une famille juive orthodoxe, a étudié jusqu'au doctorat et a épousé le sociologue hongrois Laszlo Radvanyi. Son nom de naissance était Netty Reiling, après mariage elle prend le nom de famille de son mari. "Anna Seghers" est donc un pseudonyme, inspiré de son admiration pour le peintre et graveur néerlandais Hercules Seghers.
Elle devient membre du parti communiste allemand, le KPD, en 1928. Ses livres sont interdits en Allemagne et brûlés par les nazis. Elle fuit l'Allemagne, vit à Paris, Marseille et gagne le Mexique avec sa famille. C'est là que débute la nouvelle "L'Excursion des jeunes filles qui ne sont plus".
Et je dis "débute" parce que le sujet principal de la nouvelle n'est pas le Mexique, assez rapidement, écrasée par la chaleur, au milieu des cactus, Anna Seghers est renvoyée dans ses souvenirs. Elle se remémore, ayant cru entendre son nom "Netty" comme un mirage, une excursion avec des camarades de classe avant la première guerre mondiale. Se remémorant cette période, elle se demande ce qui est advenu de ces jeunes filles et de leur maîtresse en 30 ans. C'est d'ailleurs "Netty", son prénom de naissance qui revient dans le récit. La nouvelle mêle donc plusieurs temporalités : le moment de l'écriture et l'exil au Mexique, l'excursion à Mayence sur les rives du Rhin, et enfin les destins de ces jeunes filles à travers les guerres. Qu'elles se soient engagées dans l'illégalité et la résistance, qu'elles se soient tournées vers le nazisme ou se soient trouvées en être les victimes impuissantes, on apprend que la plupart d'entre elles sont mortes, d'où le titre. Le ton est étrange, parfois un peu sarcastique alors qu'elle met en parallèle les joyeuses fillettes et leurs destins souvent tragiques.

C'est un petit peu compliqué pour moi d'en parler, il faudrait que je traduise mes notes de cours, elles sont toutes en allemand (et je les ai laissés en France en partant faire mon année d'Erasmus) :cretin: Je vous recommande également si vous le pouvez de lire les deux autres nouvelles de mon édition allemande, "Post ins gelobte Land" ( que je traduirais par "Courrier en terre promise" et qui raconte le destin d'une famille juive, la fuite des pogroms en Pologne, l'Autriche, la vie en France à Paris, le départ du père qui veut finir ses jours en terre promise, l'occupation) ainsi que "Das Ende" ("La Fin", sur la fuite d'un ancien surveillant de concentration). Même si je préfère la première, elles valent également le coup si un jour une version française est disponible ou que vous pouvez les lire en allemand.

Cette nouvelle nous avait vraiment frappés à l'époque de l'hypokhâgne. Nous étudiions Le Temps retrouvé de Proust en français à peu près au même moment et nous avions fait des liens entre les deux sur le traitement de la temporalité et du souvenir, la non linéarité du temps dans le vécu humain et dans la mémoire. Un petit élément du présent nous renvoie dans le passé, fait surgir les souvenirs qui eux-même nous ramènent parfois à d'autres instants de nos vies. Le temps s'écoule lentement ou non, se remplit de ce qui nous entoure et qui deviendra la matière de nos souvenirs.

Bref j'espère ne pas avoir trop dit n'importe quoi et si vous mettez la main sur cet écrit, n'hésitez surtout pas ! :top:
 
Super idée ce topic.
Je vais ajouter les bds de Julie Marloh (je n'ai lu que Le bleu est une couleur chaude) à la wish list de la bibliothèque.

Sinon, si vous aimez le cinéma, je vous conseille l'ouvrage "Hollywood, cité des femmes" de Antoine Sire qui met en avant, pour une fois, les femmes dans l'industrie du cinéma. De même, si ça vous intéresse, j'ai quelques conseils sur le thème "cinéma et féminisme" mais je ne sais pas si c'est bien le lieu !
 
J'ai vu que des biographies de la collection Histoires d'Elles étaient disponibles dans la médiathèque de ma ville. C'est une collection qui met en avant certaines femmes qui ont marqué l'histoire (Olympe de Gouges, Louise Michel etc.). Je jetterais bien un coup d'œil à l'occasion! :happy:
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes