Je dois avouer que j'ai moi aussi les yeux qui piquent. c'est ma toute première intervention sur ce site en tant que membre, et je dois dire que je n'aurais pu trouver "meilleur" sujet pour le faire. J'ai lu presque tous vos témoignages et posts, et certains m'ont fait pleurer comme certains m'ont fait sourire "Mais pourquoi t'as pas changé de collège?"

Alors même si la dernière réponse date d'il y a deux semaines, je vais moi aussi raconter mon histoire.

Comme souvent tout a commencé au collège. Les deux premières années personne ne faisait vraiment attention à moi et je vivais ma petite vie. J'avais un an d'avance et j'étais encore très enfantine, même pour mon âge, alors j'étais plutôt insouciante et je jouais avec mon imagination dans mon coin. Pour dire vrai, j'ai très peu parlé quand j'étais petite, j'ai toujours été une enfant assez bizarre. Je ne me liais pas, je ne parlais pas, ou très peu, et j'ai fait des crises de mutismes toujours inexpliquées à ce jour qui duraient jusqu'à plusieurs mois.

Arrivée en 4e, j'ai commencé à m'affirmer un peu et à essayer de me lier aux autres parce qu'après tout moi aussi je devenais une ado. J'ai essayé de me lier avec une fille qu'on va appeler M. Au début tout s'est bien passé, je pensais qu'on était du même monde, elle aussi avait un an d'avance et on était toutes les deux brillantes. Mais après quelques mois elle s'est liée avec A, qui était LA fille populaire de la classe. J'ai essayé de suivre le mouvement mais j'étais moins acceptée, voire pas du tout, alors j'ai cru que j'avais perdu cette amie et j'ai terminé le semestre seule. En janvier j'ai retenté l'expérience, et bizarrement ça a pris. On discutait sur facebook, et ça a duré quelques mois où pour la première fois de ma vie je me sentais acceptée, pas comme je l'étais parce que je jouais la comédie mais je l'étais et c'était le principal après tout.

En fin de 4e ça a dégénéré. Je m'entendais très bien avec mon professeur d'arts plastiques que je voyais un peu comme un père, et qui était vraiment adorable avec moi bien qu'une vraie plaie avec les autres. Alors les rumeurs ont été lancées. Si je m'entendais si bien avec lui, il y avait forcément une raison. Si j'avais de si bonnes notes, elle était encore plus évidente. J'avais 13 ans tout juste et on m'accusait de coucher avec un prof derrière mon dos. Au début je ne m'en doutais pas mais au fur et à mesure les gens se sont montré plus insistants.

En 3e c'était l'enfer. On me frappait dans les couloir, me jetait des projectiles divers et variés (ça allait du caillou à la paire de ciseaux qui manquait mon visage de dix centimètres). En cours, on me traitait de salope et on me donnait des coups de poings dans les côtes discrètement, parce que les tables étaient assez haute et on était placés par ordre alphabétique, par groupe de 3 ; j'étais entre deux personnes qui me détestaient de tout leur être.

Ils m'ont frappée encore et encore, jusqu'au point où j'ai eu des côtes cassées. Maintenant, elles sont tellement fragiles que parfois il suffit que je me cogne pour les fêler. J'en suis venue à l'auto mutilation, où je me frappais moi même parce qu'après tout oui, pourquoi pas après tout, ça devait être de ma faute.

Je me souviens particulièrement d'une journée de janvier, juste après mes 14 ans, il avait neigé et la neige s'était mêlée aux petits graviers dans la cour. J'étais tranquillement assise dans mon coin, et là une bande de garçons de ma classe qui sortaient de la cantine ont trouvé drôle de prendre une pleine poignée de cette neige caillouteuse et de me l'envoyer à la figure, de me frotter le visage avec, j'en ai eu dans la bouche, le nez, les yeux. Je mesurais une vingtaine de centimètres de moins qu'eux, ils étaient quatre, j'étais menue et fragile physiquement, je n'ai rien pu faire. Mon visage m'a brûlée toute la journée et mes yeux étaient rougis. Moi qui ne pleurais jamais, j'ai fondu en larmes.

Mon prof d'anglais que j'avais dix minutes après ne m'a même pas demandé pourquoi j'étais dans cet état là et m'a simplement dit de sortir de la classe.

Je crois que c'est à partir de ce moment là que j'ai arrêté de parler. Je ne parlais que par monosyllabes à mes parents, ce qui ne les inquiétait pas parce que j'avais toujours eu des périodes comme celles-ci ; mais en cours, plus un mot. Quand on me posait une question je ne disais rien. La seule personne à qui je parlais était ce prof qui avait eu vent de ces rumeurs et qui avait fait de son mieux pour les démentir, mais personne ne peut enlever ces conneries de la tête des élèves. Les 6e aussi m'insultaient, vers Mars/Avril.

Le pire a été pendant un cours d'arts plastiques, justement, où j'ai eu un 15. Là une fille, A, justement, a crié bien fort que tout le monde savait comment je l'avais eue. Là mon prof a cru bien faire en lui demandant d'exprimer son opinion à haute voix, et elle l'a fait sans l'ombre d'une gêne. Il l'a faite sortir de la classe aussitôt avec un avertissement mais évidemment le mal était fait.

J'ai fait une tentative, puis deux, de suicide deux semaines plus tard. Aujourd'hui ça fait 4 ans et pourtant parfois j'ai l'impression que c'était hier. J'ai des délires paranoïaques et je suis tombée dans une profonde dépression dont je ne suis jamais vraiment sortie, et la reconstruction est très difficile, même avec des gens qui m'aiment autour de moi. Je vais aller consulter pour violences envers les autres et envers moi même, alors j'ai un seul conseil à donner aux personnes qui sont dans la même situation que celle que j'ai traversée ;

BATTEZ VOUS. Parlez en. Ne croyez pas ceux qui disent qu'en ne réagissant pas les gens vont se lasser parce que c'est faux, plus vous vous taisez plus vous êtes une proie facile. Parlez en à quelqu'un de confiance, quelqu'un qui vous croira. Mais surtout n'affrontez pas ça seuls, c'est la pire chose possible. Ne. Les. Laissez. Pas. Vous. Briser.

Et je vous envoie tout l'amour que j'ai en réserve.
 
Moi aussi, du collège jusqu'au lycée je me suis faite "emmerdée". Il y avait une bande de 4 mecs leaders et leurs copains qui ne m'ont pas lâché, j'ai été dans leur classe pendant tout le collège. Et même arrivée au lycée, dans une classe différente ils ne se sont pas arrêtés, ils ont passé le mot à leur copain. Ils m'appelaient "la sorcière" à cause de mon vilain nez. Le matin comme j'arrivais tôt, je me cachais dans les toilettes pour leur échapper.

Moqueries, insultes, ballons dans la gueule, bousculades, humiliations publiques...

Ces années là ont été les pires de ma vie.

J'habite dans une petite ville, pendant longtemps, même après le lycée, je me cachais quand j'en croisais. Je priais pour pas qu'il ne me voit.

Il y a quelques mois j'ai croisé un de ces gros cons en boite. Il a détourné le regard quand il m'a vu. 1h plus tard, après pas mal de verres, il est venu me voir, me demander ce que je devenais, je suis restée très froide. Et il m'a dit que lui il était devenu prof au lycée, et qu'il s'était rendu compte à quel point il avait été "un petit con" avec moi. Sur le moment je n'ai pas su quoi répondre, j'étais trop en colère et en même temps trop intimidée. Pourtant j'aurais dû lui répondre. Il n'a pas juste été "un petit con", lui et ses copains m'ont pourri la vie, j'étais affreusement mal dans ma peau. Et encore aujourd'hui quand je croise quelqu'un dans la rue qui rigole ou qui souri en me regardant, je me dis "Encore quelqu'un qui se moque de moi". (Parano oui !) Quand je vais à une soirée ou je ne connais pas beaucoup de monde, j'ai toujours peur qu'il y ait un "petit rigolo" pour se moquer de moi.

C'est méchant mais au final je suis déçue que ce gars ait "réussi" sa vie, c'est affreux, mais j'aurais aimé le voir à cette soirée et qu'il me dise qu'il avait raté ses études, qu'il était seul et malheureux !

Quand je rencontre quelqu'un qui connait l'un de ses mecs, j'ai toujours cette curiosité bizarre de savoir qu'est ce qu'ils sont devenus ? Est ce qu'ils sont heureux ? Est ce qu'ils ont beaucoup d'amis ? Une copine ? Un bel appartement ?

Et quand j'apprends que l'un d'eux a raté son concours, ou autre, je suis contente. Je me dis que la roue tourne.

Tout le monde m'a toujours dit que ce n'était que quelques moqueries. Mais jours après jours, c'est bien plus que ça. Les gens ne se rendent pas compte de ce que c'est au quotidien.

Aujourd'hui je suis bien mieux dans ma peau, même si je suis toujours un peu parano. J'ai toujours un peu de mal à croire mon copain quand il me dit que je suis belle. Mais je me soigne. J'espère qu'un jour si je recroise un de ces gars qui m'a pourri l'existence, j'aurais le cran de lui répondre comme il se doit, tout en restant zen et polie ! :)

Courage à toutes, nous ne sommes pas seules ! :)
 
  • Big up !
Reactions : Hinachwan
J'espère que ce genre de personne change vraiment... Qu'elles seront de meilleures personnes dans leur vie d'adulte que plus jeune...!
 
Moi aussi, j'ai été victime de harcèlement scolaire.
Mais j'ai eu de la "chance" car je suis très proche de ma famille et qu'ils étaient là pour me soutenir.
Le harcèlement a commencé en 6ème. Jusqu'à décembre, tout allait bien, j'avais des copines mais le "problème" était que j'était bonne en classe. Donc, au début, on m'a isolée. Comme dans plusieurs témoignages, je détestais le sport car je me retrouvais souvent seule et en plus j'avais des difficultés dans cette matière. Aussi, dans les vestiaires, on me cachait mes vêtements et je les retrouvais mouillés dans les lavabos. On me courrait après dans la cour.
A partir d'un moment, je pleurais tout les jours dans les bras de ma mère. Mes parents ont mis au courant la CPE mais ça ne s'arrangeait pas.
Puis en 5ème et au début de la 4ème, ça s'est calmé. Je n'étais plus toute seule et j'avait quelques copines. Toutefois, le harcèlement a diminué mais pas cessé.
Puis ça a recommencé. La 3ème a été la pire année, on me jetait des cailloux dans la tête. On a aussi lancé quelques rumeurs me concernant. Cette année, mes parent sont allés porter une main courante à la gendarmerie. Cependant, je ne voulais pas changer de collège car, pour moi, ça aurait été une défaite contre ceux qui m'embêtaient.
Le jour du brevet, j'ai été acceptée en 2nde en Arts Appliqués, qui est une section très sélective. Je tenais ma vengeance.
Le problème a été que je ne me plaisais pas dans ma section, que ça soit au niveau des matières, ou au niveau des autres élèves. En effet, j'ai été victime de harcèlement mais dans des proportions beaucoup moins importantes qu'au collège.
Donc j'ai redoublé. Et à partir de ce moment, je n'ai plus été harcelée.
J'ai pris du recul et j'ai réalisé pas mal de choses. Tout d'abord, que pour survivre je m'étais créée une autre personnalité qui a fini par "dévorer" ma véritable personnalité. C'est après le collège que je me suis "reconstruite".
Ensuite, au lycée, j'ai redécouvert ce qu'était la joie.
Puis, j'ai, surtout, réalisé que je n'étais inférieure aux autres, j'étais égale aux autres. Et ainsi j'ai repris confiance en moi.
Je vois en lisant les témoignages que j'ai eu de la chance d'avoir toujours eu ma famille pour m'aider et d'être bien têtue.
Je souhaite un bon courage à touts ceux qui doivent encore s'en remettre. Et vous y arriverez peu importe le temps que cela mettra.
 
Vous histoires sont tellement tristes...

Moi aussi j'ai été victime de harcèlement pendant mon année de seconde. J'avais pris Pass Ingénieur comme option, et je me suis retrouvée dans une classe de garçons. Nous étions trois filles, mais mes amies étaient rarement présentes en cours. Je me retrouvais donc seule face à 30 garçons.
Heureusement certains d'entre eux étaient gentils, je me suis même faite des amis, mais ça ne diminuait pas de tout ce que les autres me faisaient vivre. On m'insultait, on me poussait à bout, jusqu'à ce que je craque. Ma prof de français était la seule qui voyait ce que je devais subir.
Je me défendais quand même, avec des répliques cinglantes, si l'un d'entre eux me touchait je le repoussais efficacement... Mais bon.
Les seuls moments où j'avais la paix étaient ceux où mon ami en BTS m'accompagnait jusqu'à mes salles, et passait ses récrées avec moi. Même là, un mec de ma classe a inventé une histoire pour essayer de briser notre amitié, mais ça n'a pas marché. Qu'est-ce que j'en ai bavé...

Bon c'est certainement pas aussi pire que vos histoires, mais c'est dur à vivre quand même.
 
En lisant quelques témoignages je me rends compte de la chance que j'ai d'avoir un fort caractère.


J'ai été harcelée de la maternelle à la 3ème.

En maternelle c'était les grands qui nous enfermaient régulièrement dans les toilettes (il y avait de trèèèèèsss groooosssses araignées!) et une cousine éloignée qui me tapait régulièrement.
Je me souviens particulièrement de deux jours.
J'avais la "chance" d'aller à l'école avec ma cousine et sa cousine à elle. Ma cousine s'étaient fait enfermer dans les toilettes avec moi, j'ai réussi à décoincer ma porte (j'étais grande et j'avais de la force pour mon âge contrairement à ma cousine) et je l'ai aidé à sortir, les grands sont revenus à ce moment et m'ont de nouveau enfermé pendant que ma cousine se barrait et me laissait là. Plus tard elle m'a dit que "bon ça va c'était une blague rhooo".
Les enseignants ne sont jamais intervenus même après que je les ai prévenue.

Comme séquelle suite à ça était que je refusais d'aller au toilette à l'école et que je me faisais disputer chez moi car il m'arrivait régulièrement d'avoir de petits accidents.

Le deuxième jour c'est quand après un énième coup de genoux dans l'entre-jambe donner par la cousine de ma cousine (oui même sur une fille ça fait mal). Je suis allée voir les enseignantes (toujours à la même place dans la cours à discuter), je leur ai dis qu'elle arrêtait pas de me taper "là", elles m'ont dit d'aller jouer.

ok…

(finalement j'ai finis par lui rendre le coup, au même endroit, je me suis fait engueuler par les enseignantes mais elle a arrêté au moins!)

Puis la primaire, en cp j'étais dans la même école que la maternelle mais je ne voyais presque plus personne, je m'étais isolée. Je me souviens juste que je subissais des vol de matériel à répétition, et que personne n'est jamais intervenu.
Finalement je suis allée voir le garçon que je soupçonnais de me voler, on en a parlé et les vols ce sont fait plus rare.

Je me souviens aussi d'une discussion avec mon père qui m'a appris que le père du garçon était un voleur assez connu et que le garçon essayait peut-être simplement de se rapprocher de son père. En bref qu'il ne fallait pas le blâmer, c'est après cette conversation que je suis allée parlé au garçon.

En écrivant ces lignes je me souviens aussi d'un autre incident… maternelle ou CP je ne sais plus.
J'avais un seul ami, il était un peu bizarre mais on s'entendait bien, je rentrais dans son monde et on tentait des expériences tous les deux.
Un jour on a décidé de jouer au jeu de fermer les yeux et de marcher droit devant jusqu'à un mur. Sauf que l'on est passé par un endroit où des grands jouaient au foot, ils n'ont pas apprécié que nous passions mais nous avons décidés de continuer à fermer les yeux jusqu'au bout.
Je ne les ai ouvert que quand j'ai entendu un petit cri, il s'est ramassé une pierre sur la temps, il y avait du sang de partout. On a vite alerté les enseignantes qui ont appelé les pompiers. Il était conscient…ouf!

Je n'ai jamais su si quelqu'un lui avait jeté une pierre ou si comme les grands l'avaient expliqué il s'était pris un pierre qui s'était envolée quand l'un deux à frapper dans le ballon.
Je n'ai jamais su non plus ce qu'il était devenu parce qu'il n'est jamais revenu à l'école…


Du CE1 au CE2 je suis allée dans une autre école après un déménagement. J'étais la nouvelle et ça ça ne plaisait pas. De plus je me faisais rayée par l'enseignant. J'étais trop lente à écrire (je l'ai su récemment mais cela était certainement dû à une forme de dyslexie légère camouflée par ma douance) et j'ai dû au moins une fois finir une évaluation au tableau.
Dans la cours c'était pire parce que je préférais jouer aux billes qu'à la marelle et qu'en plus j'étais forte aux billes! Du coup on ne voulait plus jouer avec moi.
Je me rappel qu'un jour un garçon m'a fait une blague (j'étais très naïve), m'a dit de mettre mon pied à un endroit en fermant les yeux, il a appuyé sur mon pied et j'ai entendu un "scrouch", dessous il y avait un escargot, il est allé rapporter aux maîtresses que j'avais écrasé un escargot et j'ai passé un sale quart d'heure.

Je passe sur les humiliations constante et les insultes.

Pendant ces deux années il y avait un autre garçon qui m'embêtait régulièrement. Mais personne n'a pu en être témoin. C'était des coups surtout, des petits mais constant. Une fois il m'a pris mes mains et les a mis sur un radiateur qui chauffait, jusqu'à ce que je lui dise que j'ai mal, il a encore continué un moment puis à arrêté et est parti. C'était toujours comme ça avec lui. Pendant 2 ans.
Je me souviens aussi d'une autre fois ou plusieurs élèves m'avaient harcelé pour que je soulève ma jupe et montre ma culotte, au bout d'une dizaine de minutes j'ai craqué et je l'ai soulevé. Tout de suite après les autres sont allés voir la maîtresse et le lui ont dit.
Tirage d'oreille et au coin. Elle n'a rien voulu entendre.

J'ai aussi été affecté au niveau scolaire à proprement parlé au CE2. En récitation de poésie. J'arrivais à avoir de bonnes notes parce que j'apprenais la poésie en mimant et que par association j'arrivais à trouver mes mots. Jusqu'au moment où la maîtresse a fait la remarque que tout le monde devrait en prendre de la graine que ce que je faisais c'était très bien.
Mon surnom a donc été le singe.
Youpi.

Et puis j'avais un côté garçon manqué qui faisait peur, mais il m'a aussi aidé à m'intégrer au moins pendant les cours de musique (facultatif). Certains garçons faisaient des bras de fer, j'ai réussi à les battre et si nous ne sommes pas devenu les meilleurs amis au moins ils me respectaient et me laissaient tranquille.


Nouveau changement d'école.
CM1/CM2
J'ai fais la connaissance de ma pire ennemie.
LA "chef" de toute l'école. De suite on s'est détesté, c'était physique on ne pouvait pas se voir.
Mais elle elle avait le pouvoir.
Plusieurs anecdotes sur elle et d'autres en vrac:
-elle me prenait souvent mes affaires et ne me les rendait pas ou pas tout de suite. Un jour j'ai ramené une corde à sauter qui faisait de la musique. Bien évidemment elle est venue me demander de lui "prêter". J'ai refusant arguant qu'elle ne voudrait pas me la rendre. Dans la mâtiné et à midi toutes ses copines sont venues me dire que je pourrais lui prêter que c'était pas sympa de ma part de ne pas prêter etc.
Au final je lui ai fais promettre devant tout le monde de me la rendre après et lui ai prêté. Elle l'a gardé toute la récrée sous les regard goguenard de tout le monde. Puis me la rendu avec une moue déçu.

-Elle avait retourné toute la cours hormis quelques rares exceptions (CM1/CM2 uniquement) contre moi. Sauf une personne, on se faisait des bisous tranquille dans notre coin…jusqu'à ce qu'un de ces espions la préviennent et ils se sont tous mis à nous suivre en demandant au mec comment il pouvait sortir avec moi etc. il a finit par dire que non il m'aimait pas et est parti pendant que les autres continuaient à m'harceler et à me suivre.
J'ai pété un câble et ai poussé l'un d'entre eux de toutes mes forces, il s'est cogné à une barrière, puis s'est levé et m'a frappé à la lèvre qui s'est fendue.
Une fille s'est levée de son coin et m'a dit de le dire, je n'ai pas voulu mais elle elle y est allée et c'est la seule fois où un de mes "agresseurs" a été puni.

- une fois je me suis trompée je pensais que mon père venait me chercher à 16h30 alors qu'il venait à 17h30. Il y avait un camarade de classe à moi ainsi que son grand frère et un ami du grand frère. Ils sont venus vers moi et j'ai passé l'heure la plus longue de ma vie. Entre les petites claques sur la tête et les insinuations sexuelles. Mon père a été choqué et a prévenu par écris la maîtresse qui lui a dit que l'école n'était en rien responsable de ce qui se passait en dehors de l'école que si on m'embêtait je n'avais qu'à rentrer. Je n'invente rien j'ai encore le cahier de liaison sur lequel l'échange est écris.

- Comme tout le monde j''ai eu des poux, ma maman en bonne citoyenne l'a marqué sur mon cahier de liaison pour prévenir que les poux étaient revenus. La même maîtresse que plus haut l'a lu, puis s'est tournée vers la classe et a dit: "Anaïs a des poux ne vous approchez pas d'elle!".
Cela va sans dire j'ai passé de très mauvais jours après ça…


Allé on entre au collège tout va s'arranger!

Ou pas…

En sixième je me suis retrouvée très seule, bon soit. Il vaut mieux ça que d'être harceler.

Puis j'ai fais le mauvais choix en cinquième de me faire une mauvaise amie et d'entrer dans le groupe des fumeurs et d'en sortir rapidement quand une autre amie m'a avoué que mon agressivité lui faisait peur et que tant que j'étais comme ça elle ne me parlerait pas.
A ce moment je me suis fait harceler par la grande soeur d'une fille que j'avais intimidée une fois, la première fois je me suis dis que je le méritais et que c'était la réponse logique d'une grande soeur mais elle y a pris goût et elle et ses copines s'amusaient à me coincer quand j'étais seule et me provoquaient. La grande soeur voulait que je la frappe pour que l'on se batte mais je ne l'ai jamais fais, alors au bout d'une dizaine de tentatives vaines elle a arrêté et elle ne faisait que m'insulter quand je la croisais.
Toujours en cinquième une fille que je ne connaissais pas s'amusait beaucoup à me tordre les mains et à m'y enfoncer ses longs ongles.
L'amie qui m'avait incité à arrêter de fumer et à m'éloigner du groupe des fumeurs m'a dit d'aller voir les surveillants. Malgré mes protestations (mais ils feront rien ils s'en foutent! En plus ils l'aiment bien…) elle m'a entrainé devant eux. Je leur ai donc rapporté ce qui s'était passé. Je m'attendais à tout sauf à ce qu'ils disent : "Mais c'est bon on sait que tu es une cherche merde".
Ah.Ok.
Certaines filles du groupe des fumeuses s'amusaient aussi à me coincer pour m'insulter.

Cette année-là j'ai appris à me cacher et à éviter ces gens.

Il y aussi eu un autre garçon. Un troisième. Il arrivait souvent derrière moi et me mettait la main aux fesses, pas la petite main hein.
Jusqu'au jour où je lui ai chopé les mains, les ai tordues jusqu'à le mettre à genoux devant moi et lui faire promettre d'arrêter. Il a promis et est parti mais il n'a pas résisté à m'en mettre une dernière. Puis je n'ai plus jamais entendu parlé de lui.

Cette année-là j'ai eu ma première crise d'anorexie/boulimie, je mangeais puis me faisait vomir. Mais ma mère s'en est vite rendue compte et m'a fait stopper.
J'ai aussi commencé mes premières auto-mutilations.
Et mes premières idées de suicides sont apparu.

La quatrième s'est plutôt bien passé à part une nana de troisième qui m'insultait à chaque fois que je passais devant elle. Un jour je l'ai vu seule et je lui ai demandé quel problème elle avait avec moi. Elle a eu très peur, elle m'a dit qu'elle n'avait aucun problème avec moi puisque elle ne me connaissait pas que oui oui promis elle arrêterait de m'insulter.
J'avoue que je ne m'attendais pas du tout à ça et qu'avant de lui parlé il m'avait fallu prendre mon courage à deux mains ^^

Elle a recommencé (forcément!) quand elle était avec ses copines. Entre temps j'ai recommencé à fumer mais avec mon groupe de copines pas avec les caïds.
Un soir après la sortie du collège elle est venue me voir (seule) et m'a demandé (presque en panique) une cigarette. J'étais avec mon amie et j'ai hésité un bon bout de temps avec mon paquet de clopes plein et ouvert devant moi. Puis mon amie m'a demandé (elle avait peur) de lui en donner une. Je l'ai fais en la regardant bien droit dans les yeux et en lui disant que je voulais absolument plus entendre parler d'elle ni de ses copines. Et cette fois ça a fonctionné, les pouvoirs du tabac… ^^

Et un autre incident avec une pote à moi.
Ce n'est pas du harcèlement, juste les adultes qui m'ont choqué.

En gros elle m'a fait mal, je l'ai insulté entre mes dents, une "amie" commune s'est empressée d'aller lui dire et elle lui a répondu qu'elle m'attendrait à la sortie.
Effectivement elle était là, j'ai voulu la contourner en lui disant que c'est bon je m'excuse. Elle m'a retourné enfoncé son poing dans ma figure. Sonné j'ai continué mon chemin et quelques secondes plus tard du sang s'est mis à couler de mon nez.
Les autres autour étaient hilares.
En arrivant au portail de l'école je vais voir une surveillante qui me dit de rentrer chez moi et que c'était pas grave.
Je vais vair mon bus. Le conducteur ne veut pas me prendre dans son car parce que je vais le salir, finalement quelqu'un m'a pris en pitié et m'a donner des mouchoirs.

C'est la seule fois où j'en ai parlé à ma mère et qu'elle est intervenue. Elle a appelé le directeur en disant qu'elle en avait marre que je rentre en pleur à l'école et que c'était la goutte d'eau qu'elle exigeait que quelqu'un fasse quelque chose.
On a été convoqué chez le CPE, elle n'a rien eu.

Et la troisième s'est passé sans aucun incident notable.

Pour la seconde j'étais nouvelle dans le département après un énième et dernier déménagement.
Une fille de ma classe m'a pris en grippe mais elle n'a jamais réussi à vraiment m'atteindre (bah ouais elle était franchement pas à la hauteur des autres). Juste une fois après une longue absence de ma part dû à des petits problèmes de santé elle a eu des paroles… qui aurait pu être blessante. Mais ce qui m'a le plus choqué a été la non-réaction des autres. Elle m'a dit presque mot pour mot: "Merde tu n'es pas morte? Moi qui pensais que tu était morte, ça nous aurait fait des vacances.



Niveau réaction des parents:

Comme dit plus haut j'en parlais rarement.
En primaire quand je me faisais insulté ils m'ont recommandé de faire comme si ils n'existaient pas, qu'ils se lasseraient. Alors j'ai fini par ne plus me plaindre.

Un jour j'ai recroisé au collège le type qui me frappait en primaire, j'étais avec mon père, je lui ai montré en disant que c'est lui qui me frappait. Mon père a sourit et lui a dit bonjour.
Au revoir fantasme de gosse où le papa est un héros.

Ma maman m'a donné quelques techniques pour me défendre si jamais quelqu'un en venait vraiment aux mains avec moi.

Mais je ne les blâme pas, comment comprendre ce que je vivais? Ils n'étaient pas à ma place et ils n'avaient jamais vécu ça ni l'un ni l'autre.

Et puis aujourd'hui je me dis que tout ça m'a endurcit. Oui j'ai fais de la boulimie/anorexie.
Oui ils n'ont pas arrangé ma dépression (dû à d'autres éléments).

Mais si ils ont pu me faire du mal plus jeune je leur dénigre le droit de saccager ma vie aujourd'hui. Et si je vais plus loin je vais peut-être la réussir grâce à eux, ils n'ont pas atteins le but que certains s'étaient fixés.
:)

Désolée pour le pavé et bravo pour le courage de ceux qui l'ont lu en entier...
 
  • Big up !
Reactions : Hinachwan
lemon-tree;3924405 a dit :
Ce sujet est dédié aux réactions concernant cette actu : J'ai été victime de harcèlement scolaire - Témoignage.

Merci d'utiliser ce post pour publier vos commentaires et vos avis
Je ne découvre cet article qu'aujourd'hui... mais il n'est jamais trop tard.

J'ai été harcelée du CP jusqu'au bac, en juin 2003. A l'époque c'était pas le problème n°1 dans l'éducation!  J'étais brisée au moment d'entamer mes études supérieures. Je vivais en dehors du monde, transparente, au point que j'ai tenté de disparaitre de plusieurs façons différentes. Je ne voyais plus comment m'en sortir. J'ai cru devenir folle.

Le chemin vers la guérison a été long et douloureux. Je ne sais même pas si je suis vraiment guérie, mais 11 ans après la fin je sais que j'ai passé un cap. C'est presque trop simple quand j'y repense... mais il m'a suffit d'une soirée il y a quelques semaines pour comprendre que je n'avais rien à voir avec l'image si détestable qu'on avait fait en sorte que j'ai de moi. Rien d'inavouable ou d'incroyable... juste quelque chose qui m'a frappé d'un coup! Adieu négativité!

J'ai 28 ans. Ma vie n'est pas parfaite mais je l'aime comme elle est. Je ne suis pas parfaite mais je m'aime ainsi. J'ai l'impression de commencer à vivre... et ça me rend heureuse!

Le harcèlement scolaire est un poison. Toutes mes pensées vont à celles et ceux qui en sont victimes.

Ce n'est pas forcément évident sur l'instant mais nous sommes plus fort que tous ces imbéciles!!!
 
  • Big up !
Reactions : Culloden
merci pour cet article... Moi, je me demande juste si les filles qui m'ont trainées dans la boue pendant des mois m'ont oubliées, probablement. moi je n'oublies pas l'angoisse, les insultes, les surnoms, la timidité, la dépression que ça a engendré...
 
Ce qui me choque pas mal c'est celles qui parlent de harcelement au lycee.

Au college d'accord mais au Lycee les gens sont un peu moins cons. Moi je me souviens d'un groupe de filles qui me detestaient parce que ma tete ne leur disait rien.
Donc des qu'elles me croisaient c'etait petits surnoms de merde etc jusqu'a ce qu'elles se fassent rembarrer par leurs potes comme etant vraiment gamines.

Je dis pas que mon lycee c'etait le royaume des Bisounours mais chacun vivait dans son coin et etait libre de faire ce qu'il voulait.
Je me rappelle de cas vraiment limite au College mais au Lycee pas du tout.
 
Bonjour ? Je ne viens pas très souvent sur le forum, par timidité majoritairement. Mais là j'ai eu envie d'écrire quelque chose, même si ça fait déjà un moment que cette discussion est ouverte. M'enfin...

Je ne suis pas très vieille, je ne suis qu'en première au lycée. Et comme beaucoup malheureusement j'ai été harcelée.
J'ai toujours été "différente" des autres, depuis toute petite. J'essayais de m'intégrer en me faisant passer pour quelqu'un que je n'étais pas et je ne m'ouvrais qu'à quelques personnes.
En primaire ça allait, j'étais un peu mise à l'écart c'est vrai mais ce n'était pas dramatique. Mes camarades n'aimaient pas trop que je sois "la chouchoute", j'avais du caractère et je me défendais mais ça ne suffisait pas, surtout pour quelques personnes qui s'amusaient à me faire punir ou autre. C'est assez puéril et ridicule dit comme ça, mais quand on a 6 ans, ce genre de choses nous blessent.
J'ai changé d'école après un déménagement, je suis entrée au CM1. Tout le monde se connaissait, j'étais toute seule. J'ai sauté une classe au bout d'un mois et demi d'école, après m'être fait quelques amis. Une fois de plus je me suis retrouvée seule. Une fille de ma classe, habituée à être première partout, n'a pas vu d'un très bon oeil mon arrivée. Le prof m'appréciait, j'avais de bonnes notes, les meilleures même. Cette fille passait son temps donc à demander à ses copains garçons de m'embêter, de me taper. J'ai réussi à me faire une copine. Les autres se moquaient de moi ou ne m'aimaient pas à cause de mes notes bien entendu.

Et je suis arrivée au collège. Au début c'était génial, les gens étaient plus matures qu'en primaire, et je m'étais créée un groupe d'amies. Chacune d'elles étaient uniques et nous n'entrions dans aucun groupe autours de nous. Aujourd'hui encore, notre amitié dure, nous sommes devenues une famille.
Sauf qu'en 5e je me suis faite renverser. Ok ça arrive à tout le monde. Mais c'est là que mon cauchemar a commencé.
Même si je n'étais pas harcelée, j'avais commencé à m'auto-flageller mentalement. Rien de bien méchant au début.
Puis la 3e a commencé. J'étais seule. Il y en avait bien que je connaissais mais j'étais réellement seule. Dès le début je me sentais mal. Et puis une fille, avec qui j'avais essayé d'être sympa, m'a prise en grippe. Avec ses amis, elle dominait tout le monde, personne n'osait lui reprocher quoi que ce soit. J'ai été chanceuse, elle ne m'a jamais frappé, même en étant pendant une demi année en béquille, elle n'aurait pas pu me battre. Mais je ne voulais surtout pas ça, je ne voulais que me fondre dans la masse...
Alors mon quotidien s'est résumé à : des insultes, des moqueries, des messes basses. Elle se mettait toujours à côté de moi dès qu'elle le pouvait. Mes sois-disant amis (que je ne veux plus côtoyer) ne sont jamais intervenu même lorsqu'elle le faisait en face d'eux. Et ils avaient ensuite le culot de dire "que j'avais changé en mal"... Je ne pouvais pas aller bien, je ne dormais plus, j'étais constamment malade, je pleurais tout le temps, me mettait en colère pour rien à la maison. Je ne me rendais même pas compte de tout ça. C'était devenue normal. Je riais et acquiesçait quand on m'insultait sur mon poids, sur tout ce qu'ils pouvaient trouver. Pour moi je le méritais, je méritais ce traitement. Seule une prof, qui voyait mon malaise, m'a aidé du mieux sans que je ne lui dise tout ça. Elle passait régulièrement des pauses avec moi, me parlait.

Maintenant, je ne vais pas dire que tout va bien parce que c'est faux. Mais le harcèlement a cessé. Ca m'a fragilisé et ne m'a pas aidé puisque je suis dans une période pas très joyeuse, mais c'est fini. J'essaie du mieux que je peux d'oublier, mais on n'y arrive jamais complètement. Alors mes amies, celles qui sont ma famille, m'aident, elles me font en parler, elles m'encouragent, et même quand je fais des bêtises qui les effraies, jamais elles ne m'abandonnent.

Je n'ai aucune idée de si on va lire ceci, mais si c'est le cas, merci beaucoup et pardon pour ce pavé inutile. :hugs:
 
@Hinachwan Ça fait déjà un petit temps que tu as posté ce message, mais j'espère que tu va bien. J'ai moi aussi été victime de harcèlement au collège et ça a été dur de remonter la pente mais on y arrive. Alors courage et si tu as besoin de parler n'hésite pas !
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes