medulle;2612407 a dit :

Le livre Parents toxiques pourra peut-être apporter un peu de soutien à certaines d'entre vous.
Courage à toutes celles qui sont dans cette situation.
J'ai lu avec attention l'article de S. et je voulais tout d'abord saluer son courage, elle témoigne là-dessus avec un ton si juste qui m'a bien chamboulée... je me suis retrouvée dans son récit, sa peur au ventre, la culpabilité qu'elle porte à bout de bras, sa crainte d'être jugée comme étant une "fille indigne". Sauf que chez moi, pas de bouteille ou d'autre addiction qui puisse expliquer le comportement odieux de ma mère depuis de nombreuses années maintenant. Et le pire dans tout ça c'est qu'on ne sait même pas expliquer le pourquoi du comment : trauma? dépression mal gérée? Tout ce que je sais c'est qu'elle est dans le déni complet de ce qui lui arrive et que c'est dur d'encaisser tout ça sans broncher.

Je ne veux pas polluer ce post parce qu'au fond, ce n'est pas le sujet du jour... mais la lecture de S. me renvoie à ce sentiment de colère que je peux ressentir : je trouve ça injuste qu'on n'ait pas droit à un peu de "normalité" dans nos rapports avec nos parents et surtout que dans la plupart des cas ça nous bouffe pour notre futur...

Un message pour big uper toutes celles qui se trouvent confrontées à des "parents toxiques" (j'aime bien cette appellation générique!). Je souhaite qu'on puisse toutes se sortir de ces schémas familiaux qui nous bousillent et qu'on puisse enfin se (re)construire parce qu'on le mérite!!! :)
 
L

lele

Guest
Bonjour à toute

Surprise oui en effet...en lisant ce sujet j'ai tout de suite voulu répondre, mettre un mot car j'ai eu cette envie de suite après avoir lu ce sujet en effet car j'ai vécu (et je vis encore) cette situation mais au masculin (le père) (c'est meme grâce à ce sujet que je suis entrée dans la communauté Mademoizelle, c'est pour dire ^^ )

C'est...surprenant, étonnant et je suis admirative de cette démarche car JAMAIS oh non jamais je n'aurais eu le cran de vider mon sac puisque avec le temps on prend l'habitude de prendre sur soi, de tout cacher et de "faire comme si de rien n'étais" car le jugement des autres était ma plus grande peur.
Mais le plus étonnant c'est que ça m'a rassuré puisque je me dis : "non, je ne suis pas la seule" et...enfin je comprend tellement ce témoignage puisque j'ai vécu les mêmes situations...des situations que l'on ne souhaite à personne.

Avec le temps on prend de la distance mais ça reste un sujet sensible et ça marque (malheureusement) à vie...
Ca du faire un bien fou de faire ce témoignage, jamais je n'aurais eu ce courage mais au moins ça te rends plus forte à vivre des moments comme ceux-ci.

Bravo
 
Bonjour,

Je me dois de réagir face à ce que tu dis. Il y a 3 ans j'étais empreinte de la même colère. Aujourd'hui, ma mère qui a été alcoolique pendant 10 ans environ et accros aux médicaments de substitution, est abstinente. Je ne sais pas pour combien de temps mais pourvu que cela dure jusqu'à la fin. Il faut que tu comprenne que c'est une maladie et que ce n'est pas vraiment ta mère qui te parle.

Crois-moi, j'en ai bavé. Je ne me souviens pas bien de tout, j'étais gamine mais de mes 6 à 10 ans je suis restée avec mon frère du même âge à subir. Des mois sans la voir, devoir se gérer seule si jeune, des flaques de vomi à éponger, des pompiers à appeler lorsqu'elle fait un coma éthylique, une famille absente et j'en passe... Sans compter découvrir les cachettes ou se battre (physiquement parfois) avec elle pour qu'elle ne boit pas son parfum ou de l'alcool à désinfecter. C'est difficile de voir un être si cher se détruire et te faire des petites feintes, et non jsuis pas morte!...

Et pourtant j'ai pardonné, et tu n'imagine même pas le soulagement. D'accord c'est plus facile puisqu'elle a arrêté mais elle a fait de nombreuses rechutes. Je peux de nouveau l'embrasser, la prendre dans mes bras et rattraper le temps perdu.

Il faut que tu garde espoir, et ne coupe pas les ponts. Ta situation est différente de la mienne mais elle se rejoint sur des points.

Je lui ai tout pardonné même si les blessures morales sont encore béantes. Je dois suivre une thérapie pour combattre ma peur panique du vomi (à base de crise d'angoisse ou de sueurs froides, pleurs, tétanie...), du noir et mon aversion pour le mensonge ainsi que mes périodes de renfermement maladif.


De ce message j'espère que tu retiennes l'espoir de guérison qui peut survenir tard mais peut. Il s'adresse à toutes les filles qui se sentent concernées. Nous en avons ou en bavons encore mais nous en sortirons forte. Je parle par expérience, j'en souffre encore d'autant plus que c'est une maladie taboue mais j'en sors grandie.
 
Je me reconnais beaucoup trop dans cet article. J'ai perdu une tante à cause des médocs et de la vignasse, que j'aimais beaucoup, qui me considérait comme sa fille...
Mon père a également sombré là-dedans même si à l'heure d'aujourd'hui il ne touche une goutte de vin, les souvenirs sont là, les réactions des gens autour de moi seront toujours présentes. Difficile d'être au collège et d'assister au diner toujours les mêmes disputes et mon père qui dort dans le canapé...
Je pourrais étaler ma vie mais je préfère y garder pour moi encore.. Ca n'arrive pas à sortir, ca sortira peut-être le jour où j'aurai passé ce cap de l'acceptation.. Pour le moment, je suis capable de lui parler mais j'ai du mal à me confier....

Alors bien sur, comme toute adolescente, j'en ai pris des caisses, des murges appelez ça comme vous le voulez.. Mais maintenant, mon corps ne supporte plus l'alcool, comme une prise de conscience de tout ce que j'avais déjà subi gamine, et je voulais en finir pareil? Non.

Donc quand j'entends des gens autour de moi (qui ne connaissent pas forcément mon histoire), me forcer à boire, me forcer à me cuiter et de me dire " Mais c'est le but des weekends de se mettre la race" j'ai envie de leur dire vis ma vie et tu verras. Cette dernière phrase résonne encore, perso je me dis qu'au moins je profite de mes weekends et j'arrive pas le lundi tête dans le c*l parce que l'alcool s'est pas encore évacué. Mais je pense à la personne qui me l'a dit, si elle pense ça (à 21 ans, parce qu'elle en aurait 18 je dis pas..!!!) Pour moi c'est grave....

Voilà c'était le déballage gratuit :cretin:
 
Moi, c'est le copain à ma mère qui a été alcoolique, pendant 6 ans. Il ne l'était pas avant qu'il la rencontre, enfin je ne pense pas. Il buvait un petit verre de vin rouge à table, et puis petit à petit, un apéro avant de manger le midi, et puis deux, et trois, et puis le quart de la bouteille de vin, ensuite la moitié, et puis la bouteille entière... Et ce, à chaque repas. Midi, et dîner. Il est devenue une vraie ordure, il a tout détruit autour de nous. Mais, il était méchant, cruellement méchant mais pas bourré genre je marche pas droit et je casse tout autour de moi. Non, à première vue on aurait même cru qu'il était sobre et qu'il était juste un vrai connard (disons qu'à la base, il l'était déjà aussi). Mais, non, il était bien bourré. Ma mère a fini par le quitté, non pas parce qu'il était alcoolique et qu'il me pourrissait la vie, non non, juste parce qu'il se passait rien au lit et que ça la saoulait. Belle figure de mère parfaite tiens... Enfin bref, depuis il ne boit plus une seule goutte. On vit toujours ensemble, parce que le nouveau fiancé à ma mère habite à la campagne, et que ma mère et moi bossons à la ville donc a nous ferait bien trop loin à chaque fois pour venir bosser. D'ailleurs, ma mère a commencé à boire beaucoup elle aussi, elle se laissait entraîner et j'ai fini par gueuler, du coup elle a arrêter net. Bien qu'elle boit toujours en soirée à en faire des cuites. --'

Donc, vraiment, rien que ça, a été très difficile. Alors si ça avait été un de mes parents, j'aurai sûrement pété un plomb. Félicitations pour votre courage les filles...

Sinon, moi, je ne bois pas si ce n'est un petit verre en soirée, et des soirées j'en fais 2 fois par an grand maximum et en petit comité, hors de question qu'il y ait des hommes, où des personnes que je ne connais pas. Ahaha... :)
 
Breathe.Me;2616919 a dit :
Moi, c'est le copain à ma mère qui a été alcoolique, pendant 6 ans. Il ne l'était pas avant qu'il la rencontre, enfin je ne pense pas. Il buvait un petit verre de vin rouge à table, et puis petit à petit, un apéro avant de manger le midi, et puis deux, et trois, et puis le quart de la bouteille de vin, ensuite la moitié, et puis la bouteille entière... Et ce, à chaque repas. Midi, et dîner. Il est devenue une vraie ordure, il a tout détruit autour de nous. Mais, il était méchant, cruellement méchant mais pas bourré genre je marche pas droit et je casse tout autour de moi. Non, à première vue on aurait même cru qu'il était sobre et qu'il était juste un vrai connard (disons qu'à la base, il l'était déjà aussi). Mais, non, il était bien bourré. Ma mère a fini par le quitté, non pas parce qu'il était alcoolique et qu'il me pourrissait la vie, non non, juste parce qu'il se passait rien au lit et que ça la saoulait. Belle figure de mère parfaite tiens... Enfin bref, depuis il ne boit plus une seule goutte. On vit toujours ensemble, parce que le nouveau fiancé à ma mère habite à la campagne, et que ma mère et moi bossons à la ville donc a nous ferait bien trop loin à chaque fois pour venir bosser. D'ailleurs, ma mère a commencé à boire beaucoup elle aussi, elle se laissait entraîner et j'ai fini par gueuler, du coup elle a arrêter net. Bien qu'elle boit toujours en soirée à en faire des cuites. --'

Donc, vraiment, rien que ça, a été très difficile. Alors si ça avait été un de mes parents, j'aurai sûrement pété un plomb. Félicitations pour votre courage les filles, et j'espère que ça vous a fait du bien d'écrire tout ça. Pour la Mad qui a écrit l'article, mon père aussi est décédé, lorsque j'avais 6 ans, je me souviens très peu de lui. Et ma mère se servait, et se sert d'ailleurs toujours de lui pour me faire du mal. Genre, ma mère est une femme hyper égocentrique qui n'aime pas qu'on ait pas les mêmes idées qu'elle où qu'on aille pas dans son sens etc, du coup quand je dis quelque chose qui ne lui plait pas elle me sort le grand jeu du " Si ton père te voyait, il aurait honte de toi! ", lors d'une engueulade cet été (à laquelle je n'aurai même pas du participer d'ailleurs, mais elle avait décidé de s'en prendre à moi) elle m'a même dit " Mon dieu que ton père aurait honte de voir que j'ai élevé une petite connasse, une petite pute! " oh, merci maman c'est touchant. C'est vrai qu'à 18 ans, j'ai tout l'air d'être une pute, une connasse. Ça se voit tout de suite quand on me voit d'ailleurs. --'
 
On en est à 4 pages de commentaires avec une majorité de gens qui connaissent ce problème!
Honnêtement je dois vous avouer que je suis assez choquée, je ne pensais vraiment pas que c'était aussi répandu, pour moi c'était beaucoup plus anecdotique, mais en fait ça touche énormément de monde! Je ne me rendais vraiment pas compte de l'ampleur de ce problème, du nombre de gens qui ont un proche "touché", mais c'est vrai que c'est une "drogue en vente libre" au final, ça doit être facile de tomber dedans...

C'est flippant, je vais surveiller tout le monde maintenant! >.<
 
Je connais aussi ce problème pareil ma mère est alcoolique. Je ne sais vraiment pas comment elle est tombée dans l'enfer de l'alcool. Mon père ne sait pas non plus ils sont toujours ensemble mais pas facile de voir sa femme ou sa mère ne pas tenir debout vous insultez ... elle ne reconnait pas être alcoolique on a tout fait pour l'aider à s'en sortir mais malheureusement elle continu. Je pense que pour moi elle est tombée dedans car elle est pas heureuse dans sa vie mère au foyer, elle ne sort pas beaucoup ... j'ai appris à vivre avec mais aujourd'hui je n'ai qu'une hâte c'est partir de chez mes parents pour oublier tout sa et faire ma propre vie car je ne supporte plus de la voir comme sa.
En tout cas ce témoigne m'a fait comprendre que finalement il y a de plus en plus de gens dans cette situation et que tu as bien du courage à supporter tout sa.
 
Je n'ai jamais connu ce problème dans ma famille, mais je ne peux qu'apporter tout mon soutiens à toutes les Mad qui connaissent ça et qui le subissent ou l'ont subit jours après jours. Je pense que le plus dur, c'est de forger sa personnalité avec une vie pareille, quand tu as un père ou une mère quasi absente à cause de l'alcool, qui t'insultent voir te battent, les blessures psychologiques ou physiques peuvent restées longtemps.
"Beaucoup diront que ce n'est pas sa faute" je sais pas si on peut dire que c'est de sa faute ou non, tout dépend de comment cette femme à pu tomber dedans, pourquoi ne fait-elle rien pour s'en sortir, et surtout pourquoi rejette t-elle la faute sur toi, en disant que tu étais egoïste, que tu l'abandonnais? Ce n'est donc pas elle qui est responsable de tout ça? ce n'est pas plutôt elle qui abandonnait ses enfants ?... Je ne sais pas si je peux me permettre de dire tout ça ne connaissant pas le problème personnellement... mais en tous cas, bon courage à vous toutes qui peuvent vivre ça ou qui l'ont déja vécus, et ne baissez jamais les bras.
 
J'ai l'impression, en lisant l'article et les commentaires, que c'est toujours le même schéma.. Et c'est toujours aussi dur, horrible... Ma maman à moi est en ce moment sur la bonne voie et j'espère de tout mon coeur que ça durera, après des tas de cures, c'est la seule fois qu'elle est motivée comme ça.
Je vous souhaite du courage à toutes (et à tous?) pour surmonter tout ça, quoi qu'il en soit, nous ne sommes responsables de rien et nous devons continuer à vivre de notre côté, sans jamais emprunter ce chemin.
Jucz.
 
Leshayaa;2619238 a dit :
On en est à 4 pages de commentaires avec une majorité de gens qui connaissent ce problème!
Honnêtement je dois vous avouer que je suis assez choquée, je ne pensais vraiment pas que c'était aussi répandu, pour moi c'était beaucoup plus anecdotique, mais en fait ça touche énormément de monde! Je ne me rendais vraiment pas compte de l'ampleur de ce problème, du nombre de gens qui ont un proche "touché", mais c'est vrai que c'est une "drogue en vente libre" au final, ça doit être facile de tomber dedans...

C'est flippant, je vais surveiller tout le monde maintenant! >.<
Tu sais... L'alcoolisme c'est une maladie. Pour faire court, boire de l'alcool éveille dans notre cerveau une "unité" qui s'habitue à une certaine consommation. Plus on consomme, plus on a besoin de consommer. Un alcoolique qui arrête et qui reprend 10 ans plus tard ne reprendra pas avec de petites doses, mais directement avec la dose maximale qu'il prenait lorsqu'il a arrêté. De la même façon, arrêter de boire de l'alcool lorsqu'on est alcoolique du jour au lendemain est très dangereux, fortement déconseillé, mortel, en fait. L'alcoolisme est la seule addiction dont le manque peut tuer (oui, on va me dire que le manque de certaines drogues peut tuer, mais je dis non, non, et non, c'est différent, c'est indirect, bref, c'est non). Donc, l'alcool est une maladie, dont en plus beaucoup n'ont pas conscience. Exemple de ma maman, que j'aime, que j'aime, mais qui m'écoeure en même temps, que je méprise, à qui j'en veux, que je ne peux pas regarder en face quand son haleine est trop chargée : pendant des années, elle buvait de la bière. Les grandes cannettes dégueulasses de chez Lidl, 50cl d'un coup, hop, dès 9h du matin, 4 ou 5 dans la journée, la grosse sieste l'après-midi parce que boire ça fatigue, le ventre gonflé parce que la bière ça fait gonfler, l'alcool ça fait grossir, l'haleine dégueulasse -aucun alcool ne pue autant que la bière, je crois- et la certitude qu'il n'y a pas de problème. Beaucoup nient avoir un problème avec l'alcool, et réussissent très bien à le cacher à leur entourage pendant des années, jusqu'au jour où on le sait et où on ne voit que ça. C'est pour ça que c'est très dangereux, parce qu'on s'en rend si peu compte que ça nous passe totalement à côté.. Malheureusement.
 
H

hestia31

Guest
J'ai l'impression de me relire, j'aurais pu écrire ce texte, au mot près. Ce sentiment de se sentir inutile, les propos de ma mère qui n'a pas la force d'arrêter, tout.. Ca empire en ce moment, elle boit une à deux bouteilles de vin par jour et je ne sais plus quoi faire, alors je te souhaite bon courage, je suis là si tu veux en parler.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes