Merci pour ce témoignage.

Plusieurs personnes de ma famille enseignent à des personnes sourdes (soit en institut, soit en intervenant auprès de sourds intégrés à des classes "normales") et je n'avais entendu que leur regard et leur opinion sur le sujet, sur les difficultés d'aider leurs élèves à trouver un équilibre entre cette "culture sourde" et la "culture normale" (désolée des termes pas terribles), afin de faire de leur différence une force, mais de ne pas les pousser à se mettre volontairement à l'écart.


Bref, c'est vraiment chouette de lire l'avis d'un des principaux concernés par cette question !
 
zahrla;4733417 a dit :
Ça fait plaisir de lire ce genre d'article. Je suis integralement sourde d'une oreille et je fait souvent face à des personne qui considèrent que je suis aussi entendante qu'eux. Après je parle bien, je n'ai pas besoin de lire sur les lèvres et je ne parle pas la langue des signes. Et pourtant je n'entends pas la musique comme un entendant ni même un sourd. Je ne me repère pas dans l'espace de la même façon, je ne parle pas de la même façon, j'ai parfois tendance à parler fort ce qui me vaut beaucoup de réprimande. Je demande à répéter et toute ces petites choses qui font que je ne vis pas mon audition ni comme un type ni comme l'autre.
D'un côté sois on me considère comme handicaper en me parlant très fort ou pire on ignore le fait. De l'autres les sourds et malentendants considère parfois que je n'ai pas le même "problème" qu'eux et me considère comme entendant.

C'est assez difficiles d'expliquer aux gens que je suis à moitié sourde, mais que oui je les entends, mais que non je peut pas participer à des conversations avec trop de monde, que oui je peut écouter de la musique, mais pas avec eux en partageant leurs écouteurs (on me tends toujours la mauvaise oreille). C'est encore plus difficile de leurs expliquer que non je ne veut pas me faire opérer, que j'ai appris à vivre de cette façon et qu'entendre complétement pourrais me rendre folle.

Mes amis les plus proches ma familles, pour eux c'est normal, c'est normal de constamment marcher à ma droite et de changer de place au restaurant mais dès que je suis confronté aux reste des gens c'est plus compliqué, on s'amuse à me murmurer des trucs dans mon oreilles sourdes ou encore, anecdote de primaire, à me crier très fort dedans pour voir si c'est vrai, sauf que la gamine c'étant trompé d'oreille, je me suis retrouvé presque complétement sourde pendant 2mois.

Donc, comme le dit l'auteur de l'article le vrai problème c'est l'opposition entre deux monde qui ne se comprenne pas et qui ne cherche pas à comprendre l'avis d'autrui, de comment ça se passe de l'autre côté. Mais c'est avec des avis comme ça qu'on peut se permettre de d'avancer de se forger un avis à partir de plusieurs sources.
Ahah, ça me fait sourire ce que tu racontes là parce que je me retrouve un peu dans "ces gens" dont tu parles. Je m'explique : il y a une fille dans ma promo à la fac qui est sourde d'une oreille (va savoir pourquoi, tout le monde était au courant de ça depuis le début de l'année, moi j'l'ai appris bien plus tard, j'étais passée complètement à côté de l'info). Du coup, il m'arrive très souvent d'oublier sa surdité et comme en plus j'ai une fâcheuse tendance à ne pas parler fort du tout, ça n'arrange rien. Et quand j'lui parle, bin ça arrive régulièrement qu'elle me fasse répéter et qu'elle me re-redise "mais j'entends rien de cette oreille".
Mais vraiment, c'est pas que j'veux pas faire d'efforts, c'est juste que j'y pense pas (et pour moi, c'est pas "une fille sourde d'une oreille" mais juste "une fille avec qui je discute"). Et comme on n'est pas forcément très proche ou amie en dehors de la fac, j'ai pas intégré cette habitude de faire attention.

Je fais un peu "l'avocat du diable" du coup mais j'voulais juste préciser que c'est pas forcément de la mauvaise volonté. C'est simplement que j'suis tête en l'air et que j'oublie :red: (après, je conçois que ça doit être lourd de toujours devoir rappeler "non mais j'entends pas de cette oreille").
 
poupettasse;4735759 a dit :
Ahah, ça me fait sourire ce que tu racontes là parce que je me retrouve un peu dans "ces gens" dont tu parles. Je m'explique : il y a une fille dans ma promo à la fac qui est sourde d'une oreille (va savoir pourquoi, tout le monde était au courant de ça depuis le début de l'année, moi j'l'ai appris bien plus tard, j'étais passée complètement à côté de l'info). Du coup, il m'arrive très souvent d'oublier sa surdité et comme en plus j'ai une fâcheuse tendance à ne pas parler fort du tout, ça n'arrange rien. Et quand j'lui parle, bin ça arrive régulièrement qu'elle me fasse répéter et qu'elle me re-redise "mais j'entends rien de cette oreille".
Mais vraiment, c'est pas que j'veux pas faire d'efforts, c'est juste que j'y pense pas (et pour moi, c'est pas "une fille sourde d'une oreille" mais juste "une fille avec qui je discute"). Et comme on n'est pas forcément très proche ou amie en dehors de la fac, j'ai pas intégré cette habitude de faire attention.

Je fais un peu "l'avocat du diable" du coup mais j'voulais juste préciser que c'est pas forcément de la mauvaise volonté. C'est simplement que j'suis tête en l'air et que j'oublie :red: (après, je conçois que ça doit être lourd de toujours devoir rappeler "non mais j'entends pas de cette oreille").
Je fait quand même la différence entre ceux qui ne savent et ceux qui savent mais ne font pas attention. Et attention, je ne blâme personne, c'est le genre de situation ou tout le monde à tord et tout le monde à raison. Je pense juste qu'il y a un manque de communication entre les gens, parceque on n'ose pas, parceque on ne veut pas, parceque on ne pense pas que, parceque on à peur ect...
 
Je n'ai jamais compris les gens interdisant aux sourds de signer entre eux ... Merde à la fin, où est le souci ?
L'apprendre, c'est un de mes objectifs au court-moyen terme. En plus je veux partir en école d'infirmière alors si jamais j'ai un patient sourd qui signe, je veux pouvoir le soigner sans barrière de langue. Pour lui éviter un interprète ! (bon, et aussi parce que j'adore apprendre des langues)
Ma mère avait commencé à l'apprendre, donc je connais une 20aine de mots mais pour faire une conversation c'est très vite limité XD "Hier au magasin j'ai trouvé une tortue de mer" .. youhouuu ^^"

Et pour ceux que ça intéresse, comme autres oeuvres qui traitent de la surdité, j'ai vraiment apprécié Le Cri de la Mouette d'Emmanuelle Laborit (résumé) et le film allemand Jenseits der Stille (résumé)
et je mets dans ma liste des séries à voir celle que vous conseillez ^^
 
De mon côté, aucun problème d'audition, aucune personne sourde dans ma famille et aucune personne sourde rencontrée tout court. Et pourtant, cette communauté me fascine! J'adorerais avoir des amis sourds pour pouvoir échanger avec eux sur nos deux visions du monde, je pense que ce serait une vraie richesse! Je suis tombée tout bonnement amoureuse de la série Switched at birth, je trouvais ça teeeellement chouette de faire une série avec la vraie langue des signes et avec des acteurs réellement sourds pour nous donner une vraie image (enfin je suppose ?) de ce qu'est la surdité. Ca m'a appris plein de choses, et en plus avec mon copain du coup on essayait de mémoriser les signes qui revenaient le plus :) J'suis trop triste de plus avoir d'épisodes à regarder! :) Chouette chouette article en tout cas :)
 
Hello ! C'est intéressant de lire ton article et de ton avis sur la nuance sourd/malentendant.
J'ai une collègue de travail qui est "malentendante". Au début je disais qu'elle était sourde (elle n'entend que d'une oreille appareillée mais comme tu dis les appareils ne donnent pas une acuité auditive parfaite). Et mes autres collègues prennent le mot "sourd" comme une insulte (elle, elle s'en fout) du style "c'est la sourde du service" et j'ai du donc réadapter mon langage et dire qu'elle est "malentendante" mais c'est bien de voir qu'en fait si je dit le mot sourd, ça ne sonne pas comme une insulte :)
 
Dites-moi, j'ai une question bête... Mais comment font les sourds pour apprendre à lire et à écrire ? Etant donné que les entendants apprennent en faisant correspondre des sons qu'ils connaissent déjà à des lettres, des syllabes etc...

Enfin voilà, quand j'ai lu cet article, comme à mon habitude je m'entends lire dans ma tête en direct (je sais pas si tout le monde fait ça), et je me suis demandé comment ça se passait dans la tête d'un sourd qui lit. Du coup je me suis posé la question.

Si une Madmoizelle au taquet sur le sujet veut bien me répondre, ça serait top :)
Je n'ai aucun problème d'audition mais je me suis aussi posé cette question. Je pense que ça fonctionne par "image". Au fond tu ne lis pas particulièrement les mots un par un, tu les vois et tu les comprends et tu comprends le sens de la phrase. Essaye d'apprendre une langue à l'alphabet different que le notre, sans en entendre les consonnances, tu peux à mon avis comprendre à force de travail le sens des phrases, mais tu n'es pas obligé(e) de les entendre, tu reconnaitras les symboles (je pense au mandarin même si c'est une langue complexe). Les mots sont pour nous des symboles que l'on interprète par le langage parlé. Chez les personnes sourdes ce sont des symboles interprétés par leur sens, l'image qu'ils renvoient. Tout comme quand tu penses, par exemple "je suis à la bourre pour mon bus" tu ne vas pas forcément te dire entièrement la phrase mais tu sais le contexte de l'heure, du temps de trajet et de ton but : prendre le bus. Au final nos pensées sont très imagées si on réfléchi bien. Si on est dans des pensées profondes on va forcément se "parler" dans le langage qu'on a appris, le langage parlé, mais les pensées sont aussi toute une palette d'émotions, d'images et de ressentis, ce que les personnes sourdes doivent avoir bien mieux que nous lorsqu'il s'agit de penser de manière plus "profonde"
 
Je n'ai aucun problème d'audition mais je me suis aussi posé cette question. Je pense que ça fonctionne par "image". Au fond tu ne lis pas particulièrement les mots un par un, tu les vois et tu les comprends et tu comprends le sens de la phrase. Essaye d'apprendre une langue à l'alphabet different que le notre, sans en entendre les consonnances, tu peux à mon avis comprendre à force de travail le sens des phrases, mais tu n'es pas obligé(e) de les entendre, tu reconnaitras les symboles (je pense au mandarin même si c'est une langue complexe). Les mots sont pour nous des symboles que l'on interprète par le langage parlé. Chez les personnes sourdes ce sont des symboles interprétés par leur sens, l'image qu'ils renvoient. Tout comme quand tu penses, par exemple "je suis à la bourre pour mon bus" tu ne vas pas forcément te dire entièrement la phrase mais tu sais le contexte de l'heure, du temps de trajet et de ton but : prendre le bus. Au final nos pensées sont très imagées si on réfléchi bien. Si on est dans des pensées profondes on va forcément se "parler" dans le langage qu'on a appris, le langage parlé, mais les pensées sont aussi toute une palette d'émotions, d'images et de ressentis, ce que les personnes sourdes doivent avoir bien mieux que nous lorsqu'il s'agit de penser de manière plus "profonde"
Et pour en rajouter à mon laïus (ça y'est je me suis emportée ;)) quand tu vois un mot ou une phrase tu la détecte instantanément, sans te "parler" le mot dans ton esprit : d'où l'impact par exemple des panneaux publicitaires qui sont simples, imagés, avec une courte phrase. Tu comprends globalement le message de la chose sans même avoir réellement "lu" le panneau, et tu le fais s'en t'en rendre compte. Et bien je pense que pour les personnes sourdes, quand elles lisent c'est un peu comme ça que ça fonctionne, très imagé.
Corrigez moi si jamais je raconte des salades :)
 
Merci pour cet article :d ! Je suis toujours intéressée à l'idée de venir à la rencontre d'autres communautés handicapées que celle dont je fais partie et je vois que, comme beaucoup d'entre nous préférons qu'on nous désigne comme "autistes" et non pas "souffrant d'autisme" ou "avec autisme", le terme politiquement correct "malentendant" ne passe pas auprès des personnes qui sont le plus concernées.

Je trouve tellement dommage que notre société ne soit pas inclusive. Pourquoi ne pas enseigner la LSF comme on enseigne l'anglais, l'italien etc. ? Je sais qu'un certain nombre d'autistes sont non-verbaux et n'ont pas les moyens ou la possibilité d'utiliser une tablette ou tout autre moyen de communication du même style. Il m'arrive moi-même d'avoir des épisodes non-verbaux et de ne pas être en mesure de me faire comprendre d'autrui.

Si la LSF était répandue et considérée comme un moyen de communication aussi légitime qu'ordinaire, quelle avancée cela serait pour la société !

En tout cas, je suis très contente de pouvoir lire ce genre d'articles. Notre parole se libère et nous nous faisons connaître du public. Bravo pour ce témoignage !
 
@Lerena je suis tout à fait d'accord avec toï sur la LSF. On devrait pouvoir l'apprendre plus facilement.
J'ai pris cette option à la fac d'ailleurs, à défaut d'une autre, qui n'avait rien à voir avec les langues : de l'informatique!

Au final je n'ai pas pu y aller, pour des raisons persos mais je ne désespère pas d'y accéder de nouveau un jour.

Au collège je m'étais fait une planche avec des perles de différentes tailles afin d'apprendre le braille. Je m'étais dit qu'au moins si un jour je devenais aveugle, je ne repartirais pas de rien.

Pour la LSF c'est pas tout à fait pareil, c'est parce que ça me plairait de pouvoir parler avec des sourds muets, chose que je peux faire aisément avec des aveugles.
 
Ce témoignage est très intéressant, mais je souhaite apporter ma (petite) pierre à l'édifice
Je suis malentendante (pas sourde, car j'ai perdu "seulement" la moitié de mon audition) et je trouve ce terme assez clair pour définir ma situation : j'entends mal. Il ne s'agit pas de politiquement correct, c'est juste comme ça que je me considère.
Il est vrai qu'il peut être brutal pour nous de devoir toujours faire des efforts pour comprendre, s'intégrer & tout... Mais justement, les prothèses auditives ont été une révélation pour moi. Je les porte depuis 3 ans, et c'est grâce à elles que je peux exercer mon métier dans des conditions "normales". Je suis moins fatiguée qu'avant, j'ai moins besoin de me concentrer pour suivre une conversation.
Personnellement, si je pouvais retrouver toute mon audition je signerais. C'a été un choc quand on m'a annoncé, à 21 ans, que j'avais une dégénérescence sur laquelle je n'avais aucune prise, que je perdais mon audition petit à petit et que peut-être je la perdrais totalement. Alors oui je m'adapte, oui j'essaie de l'accepter mais clairement ce n'est pas simple et la technologie m'est d'un grand secours. Il ne faut pas généraliser : il y a autant de façons de vivre son handicap que de personnes handicapées. Car oui, je considère qu'il s'agit purement et simplement d'un handicap : mon corps est incapable de faire ce que je suis, en tant qu'humaine, "programmée" à pouvoir faire. Je ne le vis pas "bien", et même si je ne suis pas la seule à le vivre dans ma famille, ça me fait souffrir.
 
Dernière édition :
Je suis assez d'accord avec le commentaire précédent @LadyMarianne. Mais cet article est intéressant, je n'y avais jamais réfléchis mais maintenant que j'y pense, je n'ai jamais supposé qu'un sourd ne voudrait pas entendre. Entendre ouvre un autre monde et je ne vois pas bien en quoi ça voudrait dire renier/se fermer au monde des sourds, surtout si on a baigné dedans depuis tout petit. Mais après tout, je n'ai jamais vécu une situation comparable donc mon avis ne s'appuie sur pas grand chose ^^'

En fait je pense simplement que la surdité comme tout handicap ou situation difficile, est vécue très différemment selon si c'est de naissance ou que ça nous tombe dessus plus tard à l'improviste. Quand on est sourd de naissance, on s'adapte dès le plus jeune âge et c'est juste une normalité d'être comme ça. Ce qu'on ne connaît pas à moins de chance de nous manquer, on apprend des choses différentes des entendants mais qui ont autant de valeur, leur vie ne s'est pas construite avec une capacité sur laquelle ils pensaient toujours pouvoir compter. C'est vraiment très dur d'accepter que notre corps nous lâche dans un domaine, que certaines choses que nous faisions/aimions ne sont plus accessibles, que la société entendante ou nous étions comme un poisson dans l'eau devienne plus difficile à vivre. Je peux comprendre que l'ouverture à la culture des sourds, aussi riche soit elle, paraisse au début comme un piètre lot de consolation à un entendant adulte qui perd complètement et brutalement son ouïe.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes