Je suis assez d'accord avec les madz au dessus, je rajouterai quelque chose: pourquoi avoir comme plan cul (on parle pas d'amitié améliorée ou de relation mais d'un truc dont l'intérêt unique est le sexe) quelqu'un qu'on trouve nul au lit?
Je veux dire ça m'est arrivé de perseverer avec des mecs où le sexe avait pas été fou la première fois parce que stress, fail, timing ou autre mais je sentais le potentiel. Parfois ça reste nul parfois c'etait vraiment top et je m'etais pas trompée ça valait la peine de retenter le coup.
Mais si ça reste nul sur la durée pourquoi persévérer ? :hesite:
Si le sexe est nul mais qu'on s'entend bien c'est plus vraiment plan cul qu'on devrait être, plutôt amis... Après c'est sûrement compliqué à dire mais au moins ne plus inviter ?
Ou alors mieux vaut du sexe nul que rester seule ? Pas mon délire mais peut être celui de l'auteure?
 
Dernière édition :

Nastasja

Call me Ronflex.
Ils ont dû passer une sale semaine tous les deux XD surtout l'auteure on dirait. Enfin je suis pas dans leurs têtes, ce n'est peut-être qu'une illusion en lisant l'article (il m'a donné l'impression d'un mec ultra chill que rien ne perturbe et qui s'en fiche un peu de tout).
En entendant le discours officiel sur le confinement, l'autrice dit qu'elle aurait dû être plus ferme, ok peut-être, mais le mec aurait dû annuler de son propre chef aussi… comme une grande partie de la population a annulé ses déplacements non obligatoires, en fait :dunno: donc à mon avis la responsabilité est partagée.
Au moins, ça leur aura évité de fantasmer l'un sur l'autre pendant toute la quarantaine pour se retrouver et… vivre l'effet pétard mouillé et une déception augmentée par l'attente et le désir contrarié (il faut bien trouver quelque chose de positif).
 
J’ai trouvé cette nana vraiment hautaine dans son discours. Genre au début elle se bidonne devant une sitation d’asterix et cloepatre et finalement le gars a des goûts « c’est pas ma tasse de thé... » parce que le cinéma c’est pas de la culture? (Hey carrément que si meuf)
Au début au pieu c’est pas le rêve mais ça pourrait être genial, et finalement le mec est une merde qui dure 2minutes? Bah je sais pas fait l’effort de discuter, prends les choses en main un peu.
Je veux bien hein que quand on ne supporte plus la présence de quelqu’un, quoi qu’il fasse il nous énerve, mais faut aussi se souvenir que c’est pas sa faute au gars si il existe et qu’il est là, autant lui il l’a trouvée tout aussi chiante et rêvait de rentrer chez lui mais visiblement il n’a fait que s’excuser et s’effacer au maximum pour ne pas l’insupporter, et il y peut rien si elle habite dans un bled paumé avec le premier train à 2h en voiture. Il a du en entendre des soupirs et se sentir bien seul le pauvre gars pendant une semaine, il doit être bien content d’être rentré chez lui et lui aussi il doit se dire qu’on l’y reprendra plus...
 

Lazarus_

On se lève. On se casse.
@pi.cassoux Mais tellement!
Le non dialogue sur les problèmes au lit, le fait qu’elle le rabaisse car il jouit rapidement, le mépris car il fait des fautes d’orthographe, le fait qu’elle ne le considere que comme un plan cul et pas comme une personne en fait Sex friend? Je sais pas, juste ami, on s’en fout.. le respect quoi. Le qualifier d’inconnu quand ça ne l’arrange plus. J’ai halluciné. C’est elle en plus qui a insisté pour qu’il vienne et qui dit bien que le confinement elle ne le prenait pas au sérieux. J’habite dans la pampa et ça ne m’a pas empêché de comprendre la situation. Utilisez ça pour se justifier.. Mais non. Surtout qu’elle a cultivé cette ambiguité sur leur relation pour le faire venir non? Les “tu me manques, rejoins moi, prends un train”
Et lui, qui y croit et qui saute sur l’occasion de la rejoindre car il espere plus.
Ce mec, que la description me rend très sympa, ne méritait pas d’être pris autant pour un c** et en plus publiquement dans un article. Si il tombe dessus je lui envoie du soutient :fleur:
 
Dernière édition :
Je trouve souvent les réactions super dures face à ce genre de témoignages :hesite: C'est ptete juste une impression mais je vois aussi souvent le comportement de la fille se faire incendier avec des termes hyper durs et le gars être défendu à fond dans les commentaires, ça vaut ptete le coup de se poser la question de pourquoi quand il s'agit de simples tranches de vie sans enjeux politiques comme ça :hesite: Je n'ai pas trouvé la MadZ vraiment méprisante, perso. Je pense qu'elle essayait d'expliquer les points d'accroche en décrivant comment elle ressententait les choses.

Vous n'avez peut-être pas vécu ce genre de situations où on est "coincés" avec quelqu'un, j'imagine que c'est dur à comprendre dans ce cas, mais moi, je me suis totalement reconnue dans ce témoignage.

J'ai vécu dans une ville assez paumée d'un pays étranger, avec un gros décalage avec les gens locaux, et j'avais un coloc français. On avait des côtés assez différents et je suis beaucoup plus conciliante et patiente aujourd'hui qu'à l'époque où je pense que j'étais un peu plus chiante moi-même, donc je suis sûre que ce gars est un type cool qui aurait dû devenir un bon pote dans un contexte plus épanouissant.
Sauf qu'on était tout le temps H24 ensemble, on faisait le même projet, on avait les mêmes amis, on vivait dans la même baraque, on partageait des courses, on était TOUT LE TEMPS ensemble. Et comme c'était une ville super ennuyeuse avec peu d'activités et que notre vie sociale était limitée, ben on était en plus très souvent en tête à tête.
Je me souviens qu'il y a une période où je ne le supportais plus du tout. Tout m'énervait chez lui, nos différences créaient de la rancoeur chez moi et me donnaient l'impression que c'était la personne la plus insupportable du monde, alors qu'à la base, nos différences ne sont pas négatives ou positives, ce sont juste des faits (par exemple, il aime bien rester en silence en tête à tête et ne sait pas faire la conversation pour faire la conversation, moi j'aime bien bavarder de tout et de rien ; il aime les musiques un peu exigeantes, je suis ultra commerciale musicalement, etc.).
Au final, je crois que je l'énervais aussi (je l'ai revu plusieurs années après, et je l'ai vu réagir super vivement à un truc totalement anodin que j'ai dit, comme si j'étais hyper prétentieuse, j'ai mis du temps à comprendre sa réaction parce que ça n'avait vraiment aucune arrière-pensée, mais je crois que c'était aussi parce qu'il avait développé cette vision de moi, la meuf un peu pédante), alors que c'était un gars hyper chill et gentil. En gros, on s'appréciait beaucoup sur le papier, mais cette "enfermement" artificiel n'était pas la meilleure façon d'apprendre à s'apprécier.
Un de mes meilleurs souvenirs avec lui, je crois que c'est une fois où on est allés dans une autre ville avec une copine commune. Là, on a rencontré un groupe de gens, et les gars du groupe l'ont trop kiffé et s'en foutaient de moi. Ben ça ne m'a pas du tout déplu, parce que du coup, ils lui ont parlé toute la soirée et moi j'ai parlé à d'autres gens et POUR UNE FOIS on ne partageait rien (d'habitude, les gens nous incluaient toujours tous les deux dans toutes les conversations), du coup c'était la première fois où on avait un souvenir sympa à partager l'un avec l'autre sans avoir eu l'impression d'être coincés ensemble, et où on pouvait se raconter des choses dont l'autre n'avait pas été témoin.

Et une autre de mes colocs aussi, qui est une de mes meilleures amies maintenant pourtant, j'ai fini par déménager au bout de 6 mois car je ne supportais plus sa présence. Elle n'avait aucune amie à Paris et ne cherchait pas à s'en faire, elle m'avait carrément dit qu'elle comptait sur mon groupe de potes pour sa sociabilité et voulait que je la traine dans tous mes trucs. Elle débarquait dans ma chambre à n'importe quel moment pour me raconter sa vie, elle voulait qu'on partage tout. Parfois, c'était génial, je l'adorais. Parfois, j'en pouvais plus, je redoutais de rentrer chez moi, car je savais que comme un chat, dès que j'allais ouvrir la porte, elle allait bondir en criant "COUCOU!!!" avant que j'ai le temps de poser mon sac (elle était à la fac mais n'y allait jamais). Parfois, j'arrivais, je courais dans ma chambre en espérant l'éviter mais 2 minutes après, elle débarquait et je n'avais nulle part où m'isoler. Elle était là quand je me levais le matin, à m'attendre à la table du petit-déjeuner pour me raconter ses derniers rêves, elle était là quand je rentrais des cours, elle rentrait dans ma chambre quand je révisais et s'asseyait à côté de moi à me regarder sans rien faire juste pour avoir de la compagnie, elle était là TOUT LE TEMPS et je ne pouvais pas lui échapper.
Le truc qui a sauvé notre amitié, ça a vraiment été que je me casse, car je ne supportais vraiment plus sa présence.
Et vous voyez, je décris ça comme une situation hyper chiante, mais je ne sais même pas si je suis en train de la critiquer, parce qu'en vrai, c'est juste que ça devenait invivable pour MOI, pas que c'était une personne foncièrement invivable (je ne pense pas ça vu que c'est une de mes meilleures potes). Et j'ai l'impression que c'est un peu ce qu'essaye de dire l'auteur de ce texte.

Du coup, je comprends totalement ce qu'a vécu cette MadZ. Ce n'est pas la faute du gars, mais être coincé H24 avec quelqu'un dont on n'a pas encore bien cerné le fonctionnement et qui fonctionne différemment de nous, avec qui on n'a pas encore eu le temps d'établir des limites ou des zones de respiration, c'est SUPER DUR. Je pourrais être coincée avec certaines personnes dont j'ai bien identifié les trucs qui peuvent être des "défauts" pour moi, car je peux anticiper leur fonctionnement et donc plus facilement m'adapter, mais quand tu découvres brutalement certaines choses chez quelqu'un, des choses qui ne correspondent pas du tout à tes habitudes, et que tu n'as aucune soupape ou moyen de t'isoler pendant des jours, ça peut rendre la personne vraiment insupportable.

Après bon comme @adita j'avoue que le côté "plan cul" avec quelqu'un avec qui ça colle pas sexuellement, ça me laisse perplexe :hesite: Mais il est aussi possible que l'auteur ait eu envie d'une vraie relation et voyait ce gars plus comme un intérêt romantique que sexuel, mais qu'elle n'ait pas voulu se l'admettre!
 
@Lazarus_ c’est exactement ça. Et c’est vrai j’ai oublié et pourtant ça m’avait tellement choqué de lire ça, au début c’est elle qui en parle a tout va à ses copines et qui dit l’avoir vu une fois puis deux puis dix... et après elle dit juste que c’est un inconnu. Non tu te rends compte que tu le connais pas si bien mais si tu en parlais avec tes potes c’est que vous faisiez autre chose que coucher, tu racontes pas tes coucheries 10000 fois à tes copines, surtout quand c’est bof. Elle est juste dégoûtée qu’ils aient pas bien géré la situation et elle remet entièrement la faute sur lui quitte a le descendre et n’importe quel motif sera le bon, et ça c’est vraiment nul comme comportement.
Après j’ose espérer que ses phrases font hautaines parce qu’elle a voulu bien les tourner pour l’article et que c’est un gros flop, mais le fond a quand même un sacré goût de degueuli.
 
Ça me paraît un peu facile de faire un procès à la meuf comme si elle pouvait mesurer la portée de ses choix au moment où elle les faisait alors que nous on a beau jeu de tout juger a posteriori. Donc comme elle eu le malheur de rire à une ref à Astérix et Cléopâtre, ça la condamne à partager l'intérêt de ce mec pour le cinéma ?
Comme elle précise que le sexe n'était pas génial la seule réaction acceptable c'était de le jeter immédiatement ? Enfin je sais pas, ça arrive de se lier avec quelqu'un, qu'il y ait du bon et du moins bon dans la relation, mais qu'à la faveur de divers facteurs on décide de miser sur le bon pour voir ce que ça donne. Si finalement ça ne marche pas, je trouve dur de dire à la personne qu'elle aurait dû le savoir dès le départ. Enfin y'a pas de mode d'emploi de la vie, tout le monde navigue un peu à vue, donc c'est un peu injuste de juger les choix des choix des gens uniquement à la lumière de leurs résultats. Je ne comprends pas non plus que le mec passe pour une victime alors que pour le coup oui, le choix de venir malgré l'annonce du confinement était irresponsable et frisait l'illégalité. J'avais aussi un voyage prévu cette semaine-là, mais j'ai pas attendu que le confinement soit officiellement décrété pour annuler. @Lazarus_ pourquoi tu dis qu'elle a insisté pour qu'il vienne ? Moi j'ai retenu qu'elle l'avait mis en garde et qu'il avait passé outre :

Je l’avais prévenu deux jours avant qu’on était sous la coupe d’un confinement « total ». Il a refusé de m’écouter, estimant qu’il ne se passerait rien avant le 2ème tour des municipales.

Je partage pas non plus l'interprétation de la phrase où l'auteure compare ses goûts à ceux du mec. Je trouve biaisé de l'accuser de mépris de classe uniquement parce qu'elle cite deux émissions de télévision (qui d'ailleurs ne font pas partie des plus "illégitimes" ) et je ne vois pas à quel moment elle laisse entendre que le cinéma ne fait pas partie de la culture.

Dans l'ensemble j'imagine l'angoisse de se retrouver enfermée avec quelqu'un qu'on connait peu, sans savoir combien de temps ça va durer. Outre le manque d'affinités, pour moi le problème est aussi dans la difficulté à se projeter à cause de l'incertitude sur la durée du confinement. S'imaginer dans une situation inconfortable sans savoir pour combien de temps on en a, (potentiellement des semaines, voire des mois)... Moi je comprends que la meuf se soit laissée gagner par l'agacement. Et je la trouve pas de mauvaise foi en plus, ça se voit qu'elle est bien consciente que son jugement est faussé par le contexte.
Tout ça pour dire que certaines lectures de l'article me paraissent très biaisées et je ne comprends pas trop pourquoi cette madz inspire autant d'antipathie.
 
Je vous trouve assez dures aussi. Personne n’est parfaitement gentil ou parfaitement méchant. On s’est tous comportés au moins une fois de façon pas terrible.
C’est vrai qu’à la lecture du témoignage, l’auteure peut sembler arrogante, mais ce n’est que son comportement à un instant T. Et les « défauts » du mec sont pointés du doigt car à ce moment là l’auteure ne peut plus les supporter. Mais justement elle insiste bien sur le fait que ces défauts ne lui posaient aucun problème avant. C’est juste la situation d’etre enfermée avec quelqu’un qu’elle connaît à peine (c est un peu anxiogène) qui lui a rendu ce mec insupportable. Et quand on ne supporte plus quelqu’un, le moindre de ses faits et gestes nous semble exaspérant et on ressent vite du mépris injustifié pour cette personne.
 
Et les « défauts » du mec sont pointés du doigt car à ce moment là l’auteure ne peut plus les supporter.
[...]Et quand on ne supporte plus quelqu’un, le moindre de ses faits et gestes nous semble exaspérant et on ressent vite du mépris injustifié pour cette personne.
Le truc c'est que ces "défauts" ressemblent beaucoup des marqueurs de classe quand ils sont écrits en opposition avec la "culture" et "la poésie".
Bien sûr que quand on est enfermé avec quelqu'un H24 on est focalisé sur les différences de l'autre et forcément l'autre devient vite insupportable, et c'est pas simple quand, pour reprendre les mots de l'auteur, "on n'est pas du même monde".
Mais il y a une manière de présenter ça tout de même :hesite: un témoignage par écrit permet de prendre justement du recul sur ce qui ressemble à une pointe de mépris injustifié comme tu dis, basé sur une différence "de monde" (c'est joliment dit mais vu les exemples donnés ça s'inscrit forcément dans un contexte...). Et perso j'ai pas vraiment senti ce recul sur cette pointe de mépris :hesite:
 

Nastasja

Call me Ronflex.
D'accord avec @Chandernagor , @cococat et @MorganeGirly , je trouve les jugements un peu durs. C'est bon quoi, l'autrice a juste écrit une tranche de vie un peu désagréable mais somme toute ordinaire (l'enfer, c'est les autres) probablement pour se défouler un peu et passer à autre chose. Elle n'a pas rédigé un texte de propagande pro-life ni une tribune pour défendre Polanski, là, ce n'est peut-être pas la peine de la juger si fort.
La promiscuité, c'est super dur, et encore plus quand on ne connait pas la personne. Il a même été démontré que ça altère la santé mentale, et que c'est déshumanisant (OK alors peut-être pas ici hein, mais c'est bien connu que les environnements type cité clapier à lapins avec cloisons en papier mâché ne sont pas favorables à l'épanouissement des individus; tout ça pour dire que l'espace à soi, c'est vital.).
Le cas de l'autrice n'est pas un cas extrême (à 12 dans 20m carrés, comme certaines familles de réfugiés… :sad: ), mais cela reste un stress d'être en permanence avec quelqu'un (je comprends que ça a dû sembler long au jeune homme aussi, cela dit).
Pour moi, ce n'est pas non plus abusif de parler d'un "inconnu" dans ce contexte: déso, mais on ne connaît pas vraiment quelqu'un si tout ce qu'on a partagé avec lui, ce sont des réactions à des stories sur Insta et quelques dates Netflix et chill au cours des dernières semaines. Connaître quelqu'un, pour de bon, ça prend des mois, des années même. Donc oui, elle connaît ses nom, prénom, et quelques autres infos basiques, mais clairement, ils ne se connaissent pas de façon suffisamment profonde (sans mauvais jeu de mot) pour se retrouver enfermés à deux sans que cela provoque un malaise. De plus, on ignore quelle est la taille du logement, et ça m'étonnerait qu'il s'agisse d'un mansion avec piscine intérieure, rooftop de malade et court de tennis, statistiquement c'est peu probable . Admettons que si l'autrice a un logement plus dans la norme, c'est à dire un une ou deux pièces et qui fait pas 100m carrés, oui, il y a moyen que la sensation d'avoir tout le temps quelqu'un en permanence avec soi ait été étouffante.
Pour le "nous ne sommes pas du même monde" qui a fait tiquer certaines, je l'ai compris comme "nous ne sommes pas dans le même délire", ce qui est relativement neutre, mais ce n'est que mon interprétation, il est vrai. Tout ce que je vois, c'est qu'on a là une jeune femme qui s'est retrouvée coincée avec un gars qu'elle connaît à peine (coucher avec quelqu'un =/= le connaître), lequel qui a été assez insouciant pour pour venir malgré le contexte (parce que pour le coup IL a insisté).
L'agacement et la saturation de l'autrice sont palpables à la lecture du texte, mais de là à plaindre uniquement le mec, je trouve que ça le déresponsabilise complètement. Qu'est ce qu'il n'a pas compris dans "confinement" et "pas de déplacement inutile" parce qu'il y a une pandémie à endiguer? c'était évident qu'il risquait de se retrouver coincé dans la pampa et c'est évident qu'être enfermé avec des inconnu-es, ça se passe toujours mal (c'est pas l'un des ressorts de la TV réalité, d'ailleurs?).
 
Hey,
Je trouvais important de dire la chose suivante :
Je ne trouve pas cet article bienveillant du tout. Il expose des jugements très négatifs sur le plan cul. Sa personne et sa personnalite sont particulièrement mises en cause ainsi que le fait qu'il soit un mauvais coup. Il est présenté comme une loque paresseuse, pas tres intellectuellement avancée pour ne pas dire idiote et comme mauvais au pieu.

Alors certes, c'est un témoignage donc une vision subjective de l'autrice mais :

1) Madmoizelle est hyper connu, il y a des chances non négligeables qu' il tombe dessus, encore plus sur facebook. Il y a même des chances que l'autrice le poste et qu'il le voit. Même sans ça, il y a tellement d'infos précises voire privées (profil tinder) qui permettent de s'identifier. Si le gars tombe là dessus il a 100% de chance de se reconnaître et voir sa personne être denigrée ainsi je pense que ça doit être très très destructeur pour l'ego et la santé mentale.

2) Il peut lui même se reconnaître mais ses potes et proches aussi pour peu qu'il leur ait confié quelques détails. Et avoir un portrait de soi aussi négatif exposé dans un média célèbre pouvant être lu par tous dont ses connaissances bah c'est horrible.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes