Pour info, je crois que l'article en parle, ou je l'ai lu ailleurs, en attendant, le crime passionnel notamment est considéré comme circonstances atténuantes. Donc c'est aussi en ce posant contre ce genre de considération, comme quoi un meurtre qui intervient dans le cadre d'un couple est crime passionnel puisse être une circonstances atténuantes. C'est aussi en ça que c'est sexiste "tuez votre conjoint (cad : la femme dans la grosse majorité des cas) c'est juste passionnel, c'est moins grave que si vous tuiez votre voisin car il a marché sur votre pelouse". Pour moi un meurtre ne devrait pas avoir d'autres circonstances que volontaire/involontaire. En attendant, le féminicide est nécessaire car pour le moment il est catégorisé la majeure partie du temps en "crime passionnel"...
Du reste, j'ai pas envie de débattre ici sur le fait qu'un homme qui bat sa femme c'est dû au système patriarcal, donc à son contexte éducatif qui a de toute façon été sexiste (je parle de la situation que je connais : en France). Donc dès l'instant où un homme bat sa conjointe, il se considère en droit de battre sa conjointe, sinon il ne le ferait pas. Un homme qui se considère en droit de la battre se considère supérieur à elle. C'est sexiste. S'il en vient à la tuer, c'est du sexisme.
Maintenant quand on me rétorque "mais des femmes battent leurs conjoints" ouai c'est vrai mais regardez les stats, c'est franchement pas courant. Et du reste l'homme battu n'ose pas porter plainte (donc peut potentiellement être victime de meurtre) ? C'est aussi à cause du sexisme, les féministes se battent aussi pour que les hommes en détresse n'aient plus peur de s'en plaindre.
Donc non tous les meurtres de femmes ne sont pas des féminicides, mais quand un homme tue sa conjointe, il y a de fort risque pour qu'actuellement ça soit un crime passionnel (cisconstance atténuante, si pas en justice, aux yeux du public) et ça c'est insoutenable. C'est encore une fois considérer la femme inférieure car son meurtre au sein d'un couple renvoie à la passion, celle d'un homme qui imagine qu'elle lui appartenait. Nope... je suis contre. Donc si faut passer par la reconnaissance du fémincide pour arriver à l'égalité de traitement des homicides devant la justice... ok.

D'ailleurs homicide... :shifty:
 
Mmmh ben je suis plutôt d'accord avec l'article et celles qui défendent le terme. J'avoue, les arguments m'ont plus convaincus. Évidement, il ne faudrait pas qu'il y ai une dérive, mais j'avoue que si les meurtres racistes et homophobes sont des circonstances aggravantes, les meurtres sexistes devraient jouir du même traitement. Je comprends l'interrogation envers les dérives, et le fait que du coup mettre le meurtre de femme "sur un piédestal" serait nier l'égalité entre les genres que les féministes défendent, mais c'est quand même se voiler la face que de ne pas reconnaître qu'il y a un problème de ce coté.
Et je pense aussi, que sans parler d'une implication dans le traitement de la justice, la simple utilisation au quotidien du terme pourrait avoir plus d'impact sur les consciences que les manchettes habituelles des journaux. Tout le monde bondit quand on parle de crime homophobe, raciste, tout le monde est scandalisé par les infanticides mais "osef, la madame Michu tuée par son gendarme de mari parce que tu comprends, c'est pas facile quand t'es gendarme, t'en voie de toutes les couleurs... ah ben oui ma bonne dame..." et hop tout ça glisse dans l'inconscient collectif que "ouais, les victimes collatérales, c'est moches, mais bon, c'est comme ça. "
Heeeeeeeey non mais dans quel monde on vit ? :fear:

Après pour l'argument "et si ça avait été un couple homo ?"
Je sais pas... il existe pas des statistiques ? Il est évident qu'il y a une plus grande majorité de couples hétéros qu'homos, et que donc on trouvera une plus grande majorité de crimes de couple dans le sens "homme>femme" que "homme>homme" (voire "femme>femme").
Mais après tout, c'est peut être con ce que je dis, mais ça serait peut-être un moyen simple de savoir si les meurtres (ou les violences en général) dans les couples sont sexistes ou justes résultant de personnes violentes sans misogynie derrière ?
Sur la population hétéro en général, quel pourcentage de meurtres ? Quel % de victimes femmes et de victimes hommes ? Quel % de meurtrières en non-situation de légitime défense ? Quel % de violences physiques/psychologiques > et quel proportions de victimes hommes et femmes.
Sur la population homo en général > quel % de meurtres ? Quel % de violences physiques et psychologiques ? Et quelles proportions dans les couples gays et dans les couples lesbiens ?

Si il y a un grand écart entre les résultats des deux types de couples, on pourrait clairement établir qu'il y a une part de mysoginie et de sexisme qui joue dans ces violences.
Si il n'y a pas d'écart significatif, alors effectivement, les violences seraient plus liés à des personnes violentes/perverses qu'à un système de valeur culturel entre les sexes. (mais j'y crois pas des masses).
________
Après rien à voir avec la réflexion autour de l'article, mais j'ai apprit récemment un fait dans le genre dans mon entourage et ben, j'ai envie d'en parler comme témoignage par rapport au sujet des violences faites aux femmes du coup. Ne pas citer le spoiler SVP.

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 
Je tenais juste à dire que le mec qui bat sa femme, sa violence ne revêt pas forcément un caractère sexiste du fait qu'il se permet d'user de cette violence, car sa compagne n'est pas forcément la personne la plus faible ou qu'il pense que les femmes en général sont méprisables mais la personne qu'il connait le mieux et peut donc la manipuler ou l'exploiter bien mieux que n'importe qui. Le fait de la battre n'implique donc pas forcément qu'il la hait en tant que femme, ou ne la respecte pas en tant que femme mais qu'en tant que compagne, il se permet des choses affreuses car il a l'ascendant psychologique. Bien sûr, il existe des hommes dont les exactions envers leur femme ou fille relève du pur sexisme. Mais parfois, ce comportement est une " perversion " générale, pas forcément relié au sexe du compagnon.
 
  • Big up !
Reactions : littlecassy
Pardon, mais les femmes sont plus faibles que les hommes. Sans rire, c'est triste c'est dommage, mais la masse musculaire d'une personne adulte varie en fonction de son sexe. On est tous égaux en droits, et là c'est de ça qu'il s'agit, mais si on fait un concours de bras de fer mondial, à moins qu'une moitié de l'humanité fasse plus de muscu que l'autre moitié, c'est les XY qui gagnent !
Je ne parlais pas forcément de faiblesse physique.

Donc "et si ça avait été un couple homo ?" c'est stupide comme question, c'est détourner le sujet.
Bah non justement, ça ne détourne rien. Lors d'un procès, comment veux-tu prouver que l'homme a tué sa femme juste à cause de son genre? L'avocat pourra très bien argumenter que l'homme est hétéro, mais que s'il avait été homme, ça aurait été pareil (comme ça a déjà été dit + haut).

Dans le cas précis des violences conjugales, je ne vois vraiment pas COMMENT qualifier le meurtre de féminicide, l'argument des statistiques ne pouvant pas être pris en compte. Pour d'autres cas, je suis entièrement d'accord d'utiliser ce terme, mais à partir du moment où c'est un improuvable et totalement subjectif, la justice ne peut pas l'utiliser. Et pour le cas des enfants, il me semble que l'infanticide est déjà une circonstance aggravante, donc pas la peine de s'attarder dessus.

Alors OUI les violences envers les femmes sont nettement + fréquentes, mais NON, toutes ces violences ne peuvent pas être mises dans le même panier. On ne peut pas rajouter une circonstance aggravante sur le seul constat du genre de la victime, mais si le féminicide est prouvé (par exemple le meurtre d'une femme qui aurait enfreint une règle qui lui interdisait une chose pourtant autorisée aux hommes), alors oui, je suis pour.


 
@CelesteCrow oui donc en somme, il a pas tapé une femme, il a tapé la sienne, c'est pas pareil. Comme par hasard c'est presque toujours dans le même sens. Mais ça n'a rien de sexiste.
Mais c'est pas parce que les statistiques poussent à penser que ces crimes sont pour la plupart sexistes que TOUS ces crimes doivent être qualifiés de sexistes! C'est une généralisation, et on ne peut pas aggraver une décision de justice sur une simple généralisation, quand bien même ce genre de crimes est absolument odieux.
 
  • Big up !
Reactions : Brifon and agapanthe7
@poustiquette Je ne crois pas qu'il soit question que ça soit systématique (enfin je n'espère pas, ça serait effectivement stupide. Un blanc qui tue un noir, aux yeux de la loi il ne me semble pas que ça soit systématiquement un crime raciste).
Au cas par cas, c'est au système judiciaire de juger, pas à nous.
 
@Frushtuk Ben tu n'as pas bien lu ce que j'ai dit. Je parle du fait qu'une compagne est la personne qui lui est la plus proche, donc la plus susceptible de subir ses perversités. Alors ça peut être par pur sexisme, ou juste par opportunité d'avoir cette " proximité " unique.
 
Dernière édition :
Après avoir lu tous vos commentaires et réfléchit toute la matinée, j'ai réussi à voir ce qui me gênait dans le terme feminicide. Il s'agit de deux choses "fémini" et "cide".

Comme le dit @Euki pourquoi parler de féminicide et pas de genricide, on ne parle pas de noiricide ou d'arabicide mais de meutre raciste. La loi ne fait et ne doit pas faire de différence sur l'origine ethnique de la victime. Ce qui aggrave le geste est sa composante raciste. Théoriquement un noir qui tue un blanc en hurlant "mort aux blancs" sera poursuivit pour un crime raciste. Bien évidement au final dans la société, les crimes racistes étant commis par des personnes blanches envers des personnes racisées, les personnes poursuivit pour crime raciste sont blanches. Donc si au lieu de parler de crime sur femme parce qu'elle est femme mais de crime contre une personne en raison de son genre, il y aura égalité des genre devant la loi (ce qui est important) et dans les faits plus de condamnation d'homme que de femme pour des crimes sexistes.

Le deuxième point est l'usage de "cide" qui parle de meurtre. Une agression peut être sexiste sans qu'il y ai meurtre. "Heureusement", il y a plus de femmes battues que de femmes tuées par leur conjoins. Si on parle de feminicide comme circonstance aggravant, on ne peut pas alors l'utiliser si la femme est "juste" battue. Or il s'agit souvent d'un continuum qui commence par des violences physiques et psychologiques (on semble les avoir oublié dans le débat celles-là) qui ont aller jusqu'à la mort de la victime.

Bref, oui il y a des violences genré, oui il y a plus de femmes qui meurent du sexisme que d'homme mais il me semble plus judicieux de parler de crimes sexistes que de feminicide surtout pour une intégration à notre code pénal. Et oui je suis pour que le sexisme soit reconnu comme circonstance aggravante même s'il sera difficile à prouver au cas par cas (ce qui est nécessaire pour qu'une personne soit condamner -ce qui est normal)
 
Dernière édition :
J'ai vu quelques mads reprendre l'argument "couple gay" en disant qu'il était ridicule. Comme je l'ai sorti en premier (je crois) je voudrais revenir dessus:
Oui, je pense aussi que le raisonnement est ridicule. Comme de dire "si mon client avait été une femme, elle aurait peut être aussi tué sa conjointe" parce que c'est nier le bain culturel et le patriarcat dans lequel nous vivons. Certaines personnes violentes se seraient montré violente quoi qu'il arrive, mais combien d'hommes se sentent "dans leur bon droit" quand ils battent leur femme, non pas parce que c'est "leur femme" mais parce que c'est "une femme" et qu'eux sont "des hommes" ?
Ça m’interroge sur la manière de déconstruire cette argumentation. Dans le cas d'un crime raciste ou homophobe, la haine dirigée vers un groupe particulier d'individus est plus clair à définir parce qu'on sait reconnaitre les signes : déjà j'ai l'impression que les crimes racistes prennent place en dehors de la famille. Une personne va se faire agresser par des gens qu'elle ne connait pas ou qui ont déjà exprimé une antipathie à son égard en raison de sa couleur. L'agression s'accompagnera surement d'insultes racistes et en plus on pourra surement retrouver dans le passé des agresseurs des preuves d'un comportement haineux systématique. Même chose pour les crimes homophobes sauf qu'on pourra ajouter à ces cas de figures l'agression d'un parent, d'un ami, d'un proche, après la découverte de l'homosexualité de la victime. Là encore le lien entre homosexualité (réelle ou supposée) et la violence subie est "relativement" simple à établir.

Mais en ce qui concerne les femmes ? Le sexisme est tellement imbibé dans notre société que beaucoup de comportements violents envers ce groupe sont jugés comme normaux. Répréhensibles mais normaux. Pourtant si un homme croise un femme dans la rue et décide de l'agresser sexuellement tout en l'insultant de salope/pute j'en passe et des meilleures, peut-on nier que la seule raison pour laquelle cette personne se fait agresser, c'est parce que c'est une femme ? Exactement comme un couple homo sera ciblé parce qu'il s'agit d'un couple homo et qu'une personne de couleur sera ciblée en raison de sa couleur.
Mais notre société est-elle prête à l'admettre ? Quand on voit encore des gens se défendre en mettant en avant leur frustration et leur "besoin de mâââle" ? Tout se complique avec la violence intrafamiliale parce qu'il y a "de l'amour". Comment établir que machin hait les femmes tout en en ayant épousé une ? Je sais que c'est absurde de raisonner comme ça, parce notre société patriarcale tout ça, mais concrètement comment on fait ? Comment déconstruire le raisonnement du "si il avait été homo" ?
 
Je suis tout à fait d'accord avec @shigurette . En fait, j'ai l'impression (et c'est compliqué, j'en ai conscience), qu'on a tendance à confondre le moyen et la finalité.
Si on établit le mot "féminicide", on oublie tout un pan de victimes, à savoir les hommes. Mais si on lui préfère le terme de "genricide" comme l'a dit @Euki, au final, la majorité de femmes battues et mortes sous les coups des hommes seront un découlement naturel de cette loi. A ce moment là, le terme d'hommes traduits devant la justice pour meutre sexiste sera effectivement le reflet de ce que les femmes subissent. Mais pour moi, se centrer exclusivement sur le terme "féminicide", c'est prendre plusieurs risques, aussi bien éthiques que pratiques et je ne veux surtout pas perdre de vue que le féminisme c'est avant tout un idéal d'égalité entre les sexes, et rien d'autre. Sur ce site on est là à râbacher (à juste titre) que les hommes souffrent aussi du sexisme : pourquoi donc ne pas les inclure dans ce projet de loi qui permettrait de punir le sexisme dans son intégralité ? Alors oui, les juges auront peut-être plus de dossiers de criminels sexistes hommes sur leurs bureaux.
J'ai envie, avec le terme de "genricide", à la fois de punir et de mettre au grand jour le sexisme très largement orienté vers les femmes, mais je n'ai surtout pas envie de fermer la porte aux hommes qui subiraient eux aussi des attaques/meutres/agressions sexistes. Je trouve vraiment dommage que ce mot "féminicide" soit porteur de divisions entre les hommes et les femmes.
Je veux dire, on parle de crime raciste ou homophobe, ethnique, religieux. On découple plus large, pour ensuite "zoomer" selon le cas : le crime antisémite, le génocide arménien, etc etc... Pour les crimes sexistes, pour moi c'est pareil : on découpe "large" (le sexe, le genre), pour ensuite faire le fameux "zoom", comme un entonnoir quoi. A tout de suite avancer le terme de "féminicide", on est déjà en bas de l'entonnoir, mais on a oublié tout une partie de la population : les hommes victimes de crimes sexistes.

Ah oui, encore une chose : je ne perds jamais de vue qu'une victime reste une victime. Sous prétexte que les femmes sont plus souvent victimes que les hommes de crimes sexistes, je trouve à la limite du gerbatoire (néologisme synonyme de :sick:) que certaines balayent le peu de victimes hommes. Ne sont-ils pas eux aussi, dignes d'être écoutés, et entendus en tant que victimes ? Les statistiques sont faites pour être utilisées comme ce qu'elles sont : des outils, et rien d'autre. Sous prétexte d'une cause à défendre (aussi noble et nécessaire soit-elle), ne devenons pas des bourreaux par indifférence. Je vais pousser le bouchon un peu loin, exprès pour faire réfléchir (avocate du diable bonsoir) : si en effet seules 10% des femmes portent plainte pour violences, alors qu'elles sont élevées dans l'optique d'être de futures victimes, selon vous, combien d'hommes, élevés pour être des machos en puissance, portent effectivement plainte ? Je le répète, les statistiques sont une aide, rarement le parfait reflet d'une réalité individuelle. Sachons lire entre les lignes et nous montrer aussi bien fermes qu'équitables, les hommes le méritent aussi. Je vais encore pousser un peu plus le bouchon, après j'arrête : j'ai l'impression de voir dans cette démarche une "déformation" des faits. Un peu comme le phénomène de la croyance qui s'auto-valide : on croit par exemple que les robinets noirs fuient plus souvent que les chromés. On va donc chercher toutes les études qui prouveront que les robinets noirs fuient plus souvent que les chromés, tout en occulant la peut-être unique étude qui se sera intéressée au taux de robinets chromés défectueux sur le marché. Un peu comme les "mauvais" scientifiques qui chercheront à prouver une croyance, et non une hypothèse tirée de l'observation rationnelle des faits. Ce n'est pas parce qu'il n'y a qu'un homme victime de crime sexiste contre (je dis n'importe quoi) 250 femmes qu'il faut pour autant l'oublier : c'est la théorie qui s'adapte au vivant, jamais l'inverse. Nous n'avons pas le droit d'oublier cette unique victime homme sous prétexte que nous avons "un combat à mener", aussi noble et nécessaire soit-il. Voilà, ce "petit" paragraphe n'était pas un pamphlet contre une tentative de faire ce qui est nécessaire, mais j'avais à coeur de renverser un peu la vapeur pour faire réfléchir.

Ensuite, c'est évidemment un débat compliqué, car les statistiques avancées concernant les violences conjugales à majorité d'origine masculine pour défendre le terme de "féminicide" comprennent bien d'autres facettes, dont on peut se demander et d'une si l'on peut les prouver de façon juridique, et de deux, s'il est légitime de le faire. Comme dit plus haut par une autre madz, le sexisme est tellement acré dans nos habitudes, nos inconscients, nos sytèmes économiques etc qu'il est difficile de démêler tout cet écheveau d'influences. On en viendrait à faire le procès d'une culture, et même si dans l'absolu je pense que c'est d'une certaine façon nécessaire, j'avoue avoir du mal à imaginer ce genre de chose aujourd'hui, dans une salle de tribunal. Je veux dire, comment faire la différence et démêler le manque de confiance en soi, le libre arbitre, les influences au cours de l'éducation, et j'en passe ? Ca touche du domaine de l'intime, de l'individuel, et bien que de façon personnelle je soutiens la majorité de ce qui est dit à propos de crimes machistes, etc, j'ai quand même du mal, si je récupère mon esprit pratique, à voir comment on pourrait mettre ça en place. Je ne dis pas qu'il ne faut rien tenter sous prétexte que ça risque de ne pas être parfait, mais en toute sincèrité et sans intention aucune, je me pose juste la question du "comment".

Pour finir, je dirais que je ne suis absolument pas d'accord avec une autre madz qui dit que la femme est plus faible que l'homme sous prétexte d'une capacité musculaire moindre. Il est sûr que si nous devions nous fier uniquement à notre capacité musculaire pour nous défendre, il ne serait même pas utile de lutter ! Il existe bien d'autres choses qui nous permettent de ne pas devenir la victime de quelqu'un. Je pense par exemple à pas mal de freins psychologiques. Si déjà on se conditionne à se dire qu'on est plus faible qu'un homme, notre corps ne risque pas de dépasser ses limites pour prendre le dessus lorsque c'est nécessaire ! Si la rage est capable de décupler la force, l'auto-persuasion d'être plus faible est tout aussi capable de l'inhiber...
 
@Brifon La PARITÉ entre les sexes ce n'est pas la stricte égalité. Mettons que demain on dise qu'à partir de maintenant les femmes et les hommes seront strictement égaux dans le travail, ça ne signifie pas pour autant qu'on soit paritaires dans la mesure où les femmes ont toujours à assumer 70% des tâches domestiques et tout ce qui est en rapport avec les enfants.
L'égalité entre hommes et femmes c'est une égalité de chances, et pour ça il faut prendre en compte les pénalités et handicaps avec lesquels ils vivent (on ne peut pas annuler des siècles de sexisme du jour au lendemain, et faire comme si en dehors du système judiciaire, les femmes étaient l'égal de l'homme), et dans cette mesure là, mettre en avant le féminicide n'est PAS sexiste envers les hommes, c'est justement ramener à un état d'égalité les meurtres commis envers les hommes (qu'on considère comme des crimes graves) et les meurtres commis envers les femmes (qu'on banalise ou dont on leur reproche d'être responsables).
La LOI française se doit d'être strictement égalitaire entre les sexes et les genres. Elle ne distingue pas les citoyens en fonction de leur sexe ou de leur genre (de même que ne les distinguent pas en fonction de leur religion, leur origine ethnique ou leur orientation sexuelle). C'est le principe d'égalité qui est au cœur de notre devise et de notre constitution.
Parler de féminicide dans le cadre d'une campagne d'information ne me gène pas mais demander un changement législatif en parlant de féminicide, ça me gène pour les raisons que je l'ai expliquer dans mon post précédant. Or Osez le féministe demande à la Garde des Sceaux d'inscrire le féminicide comme circonstance aggravante. Je dirais même que c'est du mauvais lobbying car en tant que telle je ne pense pas que ce soit constitutionnel (égalité des citoyens sans distinctions de genre/sexe) mais je ne suis pas juriste, je me trompe peut-être. Par contre je suis pour que le caractère sexisme d'un crime (pas forcement uniquement d'un meurtre) soit une circonstance aggravante.
Et même si cette circonstance serait rarement retenue (car difficilement démontrable), elle pourra être mis en avant par l'accusation.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes