Mijou

Pouet Pouet
Ah ouais mais là tu ne dis plus du tout la même chose !
Bien sûr qu'il y a des parents perdus, et qu'il faut les accompagner, mais ça ne veut pas dire ne jamais être en désaccord avec eux.
Il faut les rassurer sur ce qu'ils font bien et les aider à appréhender ce qu'ils ne maîtrisent pas. La mère de l'ado dont tu parles par exemple, elle s'est peut-être mal exprimée, mais elle s'est peut-être dit que tu devais avoir davantage d'information là-dessus, et elle voulait peut-être un avis pour agir au mieux ensuite. Je préfère largement des parents comme ça, qui s'interrogent, qui cherchent à comprendre, que des parents sur de leurs faits, et qui se retrouvent à interdire des glaces roses en forme d'étoile à leur fils de 4 ans :annoyed:
Ben non, je n'ai pas le sentiment de dire des choses différentes :dunno: pour moi tout est étroitement lié, c'est d'ailleurs ce que j'explicite dans la dernière partie de mon précédent message, celle où je te poke spécifiquement. ;)
Si les parents ne se font déjà pas confiance et du coup sont dans l'inaction et la non-prise de décision, je ne suis pas persuadée que le fait que les autres adultes se permettent de remettre en cause leurs valeurs et principes éducatifs va les aider...
Ni, en allant encore plus loin dans le problème, que le fait de déléguer (parce que dans l'exemple que je donnais sur les ordinateurs, c'était ça, j'ai du répéter pendant 10 minutes montre en main à la mère que non, ce n'était pas à moi de prendre cette décision, elle m'a demandé quand même 5-6 fois : alors on fait quoi, on lui interdit ? Moi je fais rien en fait... c'est TOI la mère, c'est TOI qui décide si TU lui interdis... mais c'est tellement compliqué d'interdire à son enfant) la prise de décisions éducatives à des tiers permettent une relation plus saine entre parents et enfants, ni même que ce soit bénéfique pour l'équilibre de l'enfant.
Ce n'est pas en faisant à la place de quelqu'un qu'on lui apprend à être autonome, c'est en lui disant qu'il est capable de le faire et que s'il se trompe, ce n'est pas grave, il pourra corriger le tir.
C'est l'éternel débat de la différence entre l'aide/appui et l'assistanat...

Pour moi, et de ce que je vois autour de moi, il est essentiel que les parents investissent leur rôle de parent et prennent leurs responsabilités de parents. Et l'ingérence des tiers n'aide pas du tout à mon sens cette confiance déjà fragile en leurs capacités à prendre des décisions éducatives...

Je le répète : chacun son rôle.

Alors oui, y'a des fois on se dit : punaise si c'était mon/ma gosse jamais je ferais comme ça, ça c'est vraiment de la bullshit à dire à un.e gamin.e...
Sauf que.... de 1 : on n'est PAS dans les chaussures des parents, ni dans la relation affective qui les lie à l'enfant, et de 2 : scoop, élever des enfants, ce n'est pas suivre une recette de cuisine : c'est sans cesse remettre en question ses valeurs, ses idéaux et ses projections, s'adapter à la situation, au caractère de l'enfant, aux aléas du quotidien...

Avant d'avoir dans mon cercle intime des parents ou bien d'en parler avec ma meilleure amie professionnelle de la petite enfance et maman, j'étais pleine de grands principes sur ce que c'est d'être parent. Ce qui était assez ironique étant donné que moi-même je ne l'étais pas.
Genre Rousseau et ses grandes théories éducatives, paye ta crédibilité/légitimité quand on sait qu'il a collé ses 5 enfants à l'assistance publique...

C'est pour ça que, n'étant pas moi-même mère, je me garde bien de dire autres choses aux parents que : faites-vous confiance et élever vos enfants selon vos propres convictions. C'est VOUS les parents, c'est vous qui décidez des valeurs dans lesquelles vous souhaitez élever vos enfants, certainement pas des personnes extérieures qui ne sont pas dans vos baskets, et ne gèrent pas vos enfants au quotidien.
 
Dernière édition :
@Mijou là où je dis que tu ne parles plus de la même chose, c'est que dans tes messages précédents, tu parlais de perte de repère pour les enfants si on leur disait être en désaccord avec leurs parents (avec quoi je ne suis pas d'accord)
Et maintenant, tu parles de parents qui ne sont plus assez confiance pour assumer l'éducation qu'ils donnent à leurs enfants.
Ce n'est pas tout à fait la même chose quand même, tu es d'accord ?

Et il n'a jamais été question dans mes messages de "faire à la place", mais juste d'apporter un autre point de vue :dunno:
Dans l'article, et dans ce que je dis, il est question d'un adulte qui indique à un enfant qu'il ne pense pas comme ses parents. Pas de quelqu'un qui dit aux parents "vous faites n'importe quoi, sortez de là, je vais m'en occuper".
 

Mijou

Pouet Pouet
@Mijou là où je dis que tu ne parles plus de la même chose, c'est que dans tes messages précédents, tu parlais de perte de repère pour les enfants si on leur disait être en désaccord avec leurs parents (avec quoi je ne suis pas d'accord)
Et maintenant, tu parles de parents qui ne sont plus assez confiance pour assumer l'éducation qu'ils donnent à leurs enfants.
Ce n'est pas tout à fait la même chose quand même, tu es d'accord ?
Ben si, je le redis, et j'ai expliqué longuement pourquoi je pense, tout est intimement lié. :dunno:
Parent-enfant c'est un binôme donc l'un conditionne forcément l'autre...
je peux le répéter :
"l'ingérence des tiers n'aide pas du tout à mon sens cette confiance déjà fragile en leurs capacités à prendre des décisions éducatives... "
"Si les parents ne se font déjà pas confiance et du coup sont dans l'inaction et la non-prise de décision, je ne suis pas persuadée que le fait que les autres adultes se permettent de remettre en cause leurs valeurs et principes éducatifs va les aider... "
sinon voir mes précédents messages...;)

Et il n'a jamais été question dans mes messages de "faire à la place", mais juste d'apporter un autre point de vue :dunno:
Dans l'article, et dans ce que je dis, il est question d'un adulte qui indique à un enfant qu'il ne pense pas comme ses parents. Pas de quelqu'un qui dit aux parents "vous faites n'importe quoi, sortez de là, je vais m'en occuper".
Ben imagine-toi dans les baskets d'un parent qui n'a pas forcément confiance en lui (et ce que je constate c'est que être parent c'est une lutte morale de tous les instants)... Tu le prendrais comment que quelqu'un d'extérieur vienne dire le contraire de ce que tu dis à ton enfant ? :dunno:
Mais même dans la vie de tous les jours, dans n'importe quelle domaine, on peut comparer ça aux hommes qui viennent parler discriminations sexistes en contre-disant le discours d'une femme elle-même confrontée au quotidien à ces discriminations et qui gère comme elle peut.... Comment est-ce que cela est perçu ? :dunno:
 
Ben si, je le redis, et j'ai expliqué longuement pourquoi je pense, tout est intimement lié. :dunno:
Parent-enfant c'est un binôme donc l'un conditionne forcément l'autre...


Ben imagine-toi dans les baskets d'un parent qui n'a pas forcément confiance en lui... Tu le prendrais comment que quelqu'un d'extérieur vienne dire le contraire de ce que tu dis à ton enfant ? :dunno:
Mais même dans la vie de tous les jours, dans n'importe quelle domaine, on peut comparer ça aux hommes qui viennent parler discriminations sexistes en contre-disant le discours d'une femme elle-même confrontée au quotidien à ces discriminations et qui gère comme elle peut.... Comment est-ce que cela est perçu ? :dunno:
Tout dépend de comment c'est fait.
Si ça fait s'interroger le parent, c'est qu'il n'était pas bien sûr de son principe éducatif et tant mieux si ça peut le faire évoluer. S'il n'est pas d'accord avec moi, il a aussi le droit de défendre son point de vue.

Ca n'a rien à voir avec un homme qui viendrait me dire que les discriminations que je subis ne sont pas réelles. Cette comparaison serait plutôt à faire justement en parlant du parent qui dit à un garçon qui a envie de manger dans un bol rose que ça n'est pas possible parce que c'est pour les filles. C'est lui qui nie le ressenti, pas moi.

Clairement, je ne laisserai pas un enfant subir du sexisme, apprendre à être raciste ou homophobe, sous prétexte qu'il faut faire attention à la sensibilité du parent qui lui inculque ça.
 

Mijou

Pouet Pouet
Tout dépend de comment c'est fait.
Si ça fait s'interroger le parent, c'est qu'il n'était pas bien sûr de son principe éducatif et tant mieux si ça peut le faire évoluer. S'il n'est pas d'accord avec moi, il a aussi le droit de défendre son point de vue.

Ca n'a rien à voir avec un homme qui viendrait me dire que les discriminations que je subis ne sont pas réelles. Cette comparaison serait plutôt à faire justement en parlant du parent qui dit à un garçon qui a envie de manger dans un bol rose que ça n'est pas possible parce que c'est pour les filles. C'est lui qui nie le ressenti, pas moi.

Clairement, je ne laisserai pas un enfant subir du sexisme, apprendre à être raciste ou homophobe, sous prétexte qu'il faut faire attention à la sensibilité du parent qui lui inculque ça.
C'est ce que j'exprimais au début et dans la plupart des mes messages : c'est aux parents de se déconstruire, et, tout comme je le fais avec mon frère, on peut très bien dire aux parents qu'on trouve leurs idées rétrogrades ou tout simplement débiles. Effectivement, avec l'art et la manière, et toujours dans une optique bienveillante de dialogue.

Mais, et c'est bien là le fond du problème, en aucun cas, il ne faut pas à mon sens aller à l'encontre du discours des parents, "dans leur dos".
[EDIT : Tu t'estimes légitime, le parent surement aussi. Mon frère a peur que son fils soit homo : parce qu'il a peur qu'il soit en but aux discriminations... n'est-ce pas quelque part légitime ? même si c'est un peu tordu ?]

La démarche de s'adresser à l'enfant sans passer par les parents est tout à fait différente : là on est clairement dans un cas [EDIT même si c'est involontaire et pavé de bonnes intentions, comme l'enfer...] de "tsss allez écoute pas tes darons, ils disent des conneries".
Et non seulement c'est hyper violent pour les parents, irrespecteux au possible, mais en plus chez l'enfant qui n'est pas capable de recul jusqu'à un certain âge c'est terriblement angoissant.
 

Mijou

Pouet Pouet
Ce qui serait cool je pense, c'est que des parents viennent intervenir sur le sujet, comme sur le sujet sur la fessée. Parce qu'à mon avis ce sont les seules vraies personnes légitimes, mise à part des pro de la petite enfance...
 
C'est ce que j'exprimais au début et dans la plupart des mes messages : c'est aux parents de se déconstruire, et, tout comme je le fais avec mon frère, on peut très bien dire aux parents qu'on trouve leurs idées rétrogrades ou tout simplement débiles. Effectivement, avec l'art et la manière, et toujours dans une optique bienveillante de dialogue.

Mais, et c'est bien là le fond du problème, en aucun cas, il ne faut pas à mon sens aller à l'encontre du discours des parents, "dans leur dos".
[EDIT : Tu t'estimes légitime, le parent surement aussi. Mon frère a peur que son fils soit homo : parce qu'il a peur qu'il soit en but aux discriminations... n'est-ce pas quelque part légitime ? même si c'est un peu tordu ?]

La démarche de s'adresser à l'enfant sans passer par les parents est tout à fait différente : là on est clairement dans un cas [EDIT même si c'est involontaire et pavé de bonnes intentions, comme l'enfer...] de "tsss allez écoute pas tes darons, ils disent des conneries".
Et non seulement c'est hyper violent pour les parents, irrespecteux au possible, mais en plus chez l'enfant qui n'est pas capable de recul jusqu'à un certain âge c'est terriblement angoissant.
C'est là où on n'est pas d'accord, même si je comprends ce que tu veux dire.
Je pense que si l'enfant entend un adulte dire une pensée contraire à celle de son parent, ça pourra éventuellement le perturber s'il se rend compte qu'il est plutôt en accord avec l'autre adulte qu'avec son parent, mais à mes yeux, ça n'est pas dangereux.

Il arrive d'ailleurs que les parents d'un enfant ne soient pas en accord. Comment faire alors, si on se base de ton point de vue ?
Si l'un.e pense que le rose, c'est pour les filles, et que l'autre pense que c'est ridicule comme cliché.
 

Mijou

Pouet Pouet
C'est là où on n'est pas d'accord, même si je comprends ce que tu veux dire.
Je pense que si l'enfant entend un adulte dire une pensée contraire à celle de son parent, ça pourra éventuellement le perturber s'il se rend compte qu'il est plutôt en accord avec l'autre adulte qu'avec son parent, mais à mes yeux, ça n'est pas dangereux.

Il arrive d'ailleurs que les parents d'un enfant ne soient pas en accord. Comment faire alors, si on se base de ton point de vue ?
Si l'un.e pense que le rose, c'est pour les filles, et que l'autre pense que c'est ridicule comme cliché.
Arf, c'est bien tout le problème et toute la difficulté d'être co-parent, et même du couple en général. Là encore y'a pas de recettes, et si tous les couples réussissaient à s'entendre autour de l'éducation des enfants, y'aurait beaucoup moins de familles mono-parentales dûes à des séparations...
Je pense qu'avant de faire des enfants, il faudrait être sûr.e.s de partager une même vision de la vie et les mêmes grandes valeurs... le reste c'est des ajustements.
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Sinon, effectivement si l'enfant est plutôt en accord avec l'autre parent, en soit je n'y vois pas de problème, mais pas à n'importe quel moment de son évolution et de sa construction.
Ce qui sera sain et nécessaire à l'adolescence (s'opposer à ses parents notamment) sera terriblement angoissant et donc empêchant de se construire dans la petite enfance.
Comme je le disais déjà, il y a un temps pour tout.

Pour le reste, contente de voir qu'on arrive à se comprendre même si on n'est pas d'accord. ;)
 

Mijou

Pouet Pouet
@Orfath Encore une fois, je suis d'accord avec toi... mais pas à tous les âges !
Même 5 ans, ce n'est pas 3 ans... D'autant que Léo a peut-être tout juste 4 ans... tandis que les enfants que cotoie ta mère ont peut-être presque 6 ans... à cet âge-là, 6 mois, 1 an c'est juste énorme... c'est presque le quart de ta vie !
Dans la petite enfance, chaque mois qui passe est crucial et les phases de développement s'enchaînent peut-être vite, mais elles sont toutes nécessaires et ont toutes besoin d'exister à leur rythme !
 
Mais, et c'est bien là le fond du problème, en aucun cas, il ne faut pas à mon sens aller à l'encontre du discours des parents, "dans leur dos".
[EDIT : Tu t'estimes légitime, le parent surement aussi. Mon frère a peur que son fils soit homo : parce qu'il a peur qu'il soit en but aux discriminations... n'est-ce pas quelque part légitime ? même si c'est un peu tordu ?]
Est-ce que ton frère n'est pas en quelque sorte légitime d'être sexiste et homophobe ? Non. Par contre oui, c'est tordu comme raisonnement
Ton neveu est/sera peut-être homo, ou bi, ou trans, ou pas conforme aux critères de la masculinité traditionnelle et probablement que la société autour de lui essayera de le shamer pour ça. Mais tu sais ce qui est pire que d'être rejeté par ses camarades ? Savoir que même chez toi tu seras rejeté, que tes parents ou ta famille sont sexistes/homophobes/transphobes et que tu n'auras pas de soutien. Et tu sais ce qui est mieux ? Savoir que tu as du soutien parmi tes proches, des gens qui sont là pour te rappeler qu'il n'y a aucune honte à ne pas rentrer dans une case, à ne pas être hétéro, à ne pas être cis.
Dire que "le rose c'est aussi pour les garçons si tu veux, même si maman n'est pense que non, donc tu peux boire dans le bol rose si tu veux", ce n'est pas forcer un enfant à faire ce que ses parents ne veulent pas. Dire qu'il existe d'autres choses, ce n'est pas la même chose que, par exemple, forcer un garçon à ne porter que du rose parce que ses parents ne veulent pas qu'il en porte. Discuter, ce n'est pas forcer.

Si des parents élèvent leur enfant avec comme précepte "si tu n'es pas content, tu mets une claque à la personne qui t'énerve et tu pisses par terre", le reste de la famille, les amis des parents, les éducateurs, les profs sont censé acquiescer et ne rien faire parce que "c'est la vision des parents, donner un avis différent ça fragiliserait la relation parent-enfant" ? Évidemment que non, parce que cet enfant vit en société et que ses comportements violents impactent les gens autour de lui.
Si les parents ne veulent pas que leur gamin entende des choses contraires à leurs avis, qu'ils l'élèvent en vase clôt. Mais être confronté à des avis différents, ça fait partie de la vie en société.
(À noter d'ailleurs que puisque les parents n'auront jamais un avis identique sur absolument tout, l'enfant sera déjà confronté à des avis différents, parfois même contraires.)
 
@Lily Lou
Après il faut trouver une sorte de compromis dans l'éducation pour que tes valeurs en tant que parent collent peu ou prou à des valeurs de respect dans la société.
Tu ("tu" général) peux élever ton gosse d'une certaine façon tout en lui disant qu'en société on ne se moque pas des gens et on ne les frappe pas par exemple.

Après si t'élèves ton gosse d'une manière complètement inadaptée pour la vie en communauté ça va poser problème à un moment ou à un autre mais on part du principe qu'un parent "normal" élèvera son enfant pour que les choses se passent le mieux possible hors de la sphère familiale.
Je veux dire, très peu de gens enseignent à leur gosse à pisser par terre en public (normalement).
C'est pareil pour les valeurs morales je dirais.

T'as peut-être des parents qui enseigneront à leur gosse que le rose c'est pour les filles mais qui diront qu'on ne frappe pas ceux qui portent du rose.
Une sorte de : "laisse les autres se tromper, t'es le meilleur mon fils".

J'ai l'ambition d'élever mes gosses de manière à ce qu'ils soient adaptés à la société. Maintenant si je décide, par exemple, d'élever mes gosses avec une dimension spirituelle, j'espère qu'aucun adulte ne viendra dire à mon enfant que "Dieu n'existe pas" parce que comme dit @Mijou c'est s'immiscer dans le rôle de l'éducation des parents. Et à l'adolescence ils auront toute la liberté d'aller faire leurs recherches de leur côté. Mais je ne voudrais pas qu'on "sabote" mon rôle de parent parce que X ou Y pense que je dis de la merde.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes