On a testé pour vous la nouvelle stratégie des anti-IVG

Tiens, j'avais pas lu le post de Gla-bee (j'aime éviter la bêtise, c'est contagieux), mais tu fais fort ma belle!

Avorter ou non, c'est un choix que doit faire la porteuse, pas son entourage ou son p**ain d'embryon! Dire qu'on enfant doit vivre parce qu'il est là est d'une stupidité consommée.
Sans compter que, si tous les enfants portés devaient effectivement naître, on galérerait sévère pour pouvoir leur donner à bouffer! La planête met UN AN ET TROIS MOIS pour renouveler les ressources qu'on lui bouffe en UN AN! Avec 50.000 enfants en plus par an, ça deviendra vite le bordel d'ici 10 ans! T'as envie de te battre pour avoir ton steak quotidien?
 
  • Big up !
Réactions : LovelyLexy
30 Août 2012
8
7
1 064
gia-bee;3957153 a dit :
On n'imagine pas le nombre de femmes qui ont voulu avorter à tout prix, et peu importe leur âge, et qui sombrent dans la dépression par la suite. Mon père, médecin, en met toutes les semaines sous anti-dépresseurs.
Voilà, encore un médecin anti-IVG qui a visiblement bourré le crâne de sa fille!
Non mais tu crois vraiment que ton père passe ses journées à recevoir des filles qui ont eu recours à l'IVG pour leur prescrire des anti-dépresseurs?
En même temps si des filles venant d'avorter souhaitent se confier à leur médecin et que ce dernier leur tient un discours tel que celui que tu viens de balancer, il y a des chances pour qu'elles se sentent mal effectivement. De toute façon, même si c'était le cas, plutôt que de "les mettre" sous anti-dépresseurs, il ferait mieux de les orienter vers un psychologue, qui, lui, saura les réconforter et leur montrer qu'elles n'ont pas à se sentir coupables.
 
  • Big up !
Réactions : LovelyLexy
28 Décembre 2012
9 284
120 238
4 854
Je vois vraiment l'argumentaire insidieux : la dame au téléphone semble douce, à l'écoute, et en même oriente son discours sur  un seul axe : l'IVG laisse des traumatismes, un enfant c'est merveilleux.

Alors déjà non, un enfant c'est pas "merveilleux", pour reprendre les termes de @fab : 90% d'emmerdes et 10% de bonheur (un truc du genre). Donc pour que ces 10% de bonheur arrivent à faire oublier les 90%, il FAUT que cet enfant soit voulu. Sinon c'est juste trop dur.

Je suis désolée, mais à 17 ans, outre les problèmes financiers, scolaires et sociaux que ça engendre, il y a aussi l'immaturité inhérente à cet âge. Mon Dieu, avoir un gosse à 17 ans mais.... juste non quoi. Il y a toujours des exceptions, c'est sur. Je ne jetterai pas la pierre à une jeune fille de 17 ans qui choisit de garder son enfant, c'est bien, c'est courageux (et potentiellement inconscient ? .. non ok). Mais qu'on ne dise pas à une fille, au téléphone, que la dame ne connaît ni d'Eve ni d'Adam "non mais si votre corps est capable d'enfanter, c'est bien que c'est naturel non ?"

On peut enfanter en moyenne dès l'âge de 12 ans, et ce n'est pas pour autant qu'avoir un enfant à 13 ans est naturel.

Et je dis ça en ayant dans mes amies une fille qui a eu un enfant à 18 ans à peine. Quand elle m'a dit qu'elle voulait le garder, je ne lui ai pas fait la morale ou quoi que ce soit, je lui ai dit "ok tu es sure ?" elle a dit "oui sure", je lui ai dit "c'est merveilleux, si tu as besoin d'aide ou d'une baby sitter, n'hésite pas à m'appeler".

Parce que c'est un CHOIX qui n'appartient QU'A LA MERE (et éventuellement au père s'il est impliqué)

@gia-bee  (bon déjà c'est cool d'avoir ton avis, contraire aux autres, ça permet le débat !)

Je ne reconnais pas le "Droit de naître". Je reconnais le droit de la femme et sa faculté à admettre qu'aujourd'hui, dans ces conditions, cet enfant ne sera pas élevé dans les meilleures conditions.
Donner l'enfant à l'adoption ? Ah oui super, c'est pas comme si il y avait pas déjà des orphelinats PLEIN A CRAQUER d'enfants abandonnés, trimballés en familles d'accueil. Je ne trouve pas ça juste, foncièrement, de dire à un enfant "bon, tu as le droit inaliénable de naître, alors voilà, je t'ai "pondu" et maintenant va vivre ta vie comme un grand avec tous tes droits, enjoy"

Non non et non. Je ne suis absolument pas d'accord avec ton post. "Sa vie lui appartient" ? Non il n'est pas né encore, la femme par contre oui, sa vie et son corps lui appartiennent.

Et puis c'est trop facile de dire "non mais donne le à l'adoption", parce que la grossesse peut être vraiment difficile dans ces conditions, en sachant qu'au bout du compte, tu auras partagé 9 mois de ta vie avec cet embryon-foetus-enfant et il faudra ensuite le donner à des inconnus. Je crois que le traumatisme est immensément plus important d'abandonner son enfant à sa naissance, plutôt que d'avorter alors qu'il n'agit encore que d'un amas de cellules.


Et puis bon, j'ai appris récemment que ma mère avait avorté, alors qu'elle était déjà avec mon père, et donc avant de nous avoir mon frère et moi. Bah ma foi, elle nous a sorti ça un jour pendant le déjeuner, on parlait de l'avortement, elle a dit "ah bah attends, un jour j'ai voulu arrêté la pilule pour des vacances, pendant un mois, PAF je suis tombée enceinte !!! Bah ni une ni deux, direction l'hôpital, j'ai avorté, ce n'était pas possible pour moi, ça faisait à peine 1 an que j'étais avec votre père, ce n'était absolument pas le bon moment... Quelques années après, on a voulu avoir des enfants, on était installés, on voulait fonder notre famille, vous êtes arrivés l'un après l'autre et ça n'a été que du bonheur".

J'ai au moins 4 amies qui ont avorté, et les conséquences n'ont pas été les mêmes, pour aucune d'entre elles : l'une ne veut jamais d'enfant, depuis toujours elle dit qu'elle ne veut pas d'enfant, elle s'est retrouvé enceinte, l'avortement était pour elle évident, et pourtant elle en a souffert, elle en souffre encore à la "date anniversaire", même si peu à peu ça va mieux. Sa raison lui dit qu'elle a eu raison, que c'était le meilleur choix pour tout le monde, et son coeur et/son corps lui rappellent qu'elle est capable d'avoir des enfants (elle a ressenti beaucoup de "lien" avec son embryon avant d'avorter). Bref, IVG douloureuse pour elle, même si elle le referait.
Une autre, pour elle ce n'était "qu'un tas de cellules". Elle s'en fiche, considère qu'elle était bien trop jeune et que de toutes façons, ce ne sont que des cellules qu'elle a enlevées de son corps.
Une autre, déjà mère de deux enfants, grossesse non désirée, elle ne s'est pas sentie de s'occuper d'un troisième enfant avec les deux premiers, elle a avorté et considère qu'elle a fait le bon choix car ses deux filles lui apportent déjà tout le bonheur dont elle et son mari ont besoin (et puis envies de voyager en famille, un bébé n'était pas forcément "pratique")
Et enfin la dernière, étudiante, en couple stable, tombée enceinte elle sait pas trop comment (elle prenait la pilule etc), mais son mec et elle était d'accord sur l'avortement car au chômage et donc ils vivotent avec des petits boulots, ne sont pas stables financièrement...

Bref pour terminer ce pavé : notre société nous offre le choix de planifier notre descendance. Dans ces conditions, autant offrir à nos enfants le meilleur dès leur naissance en les accueillant au moment qui nous semble le mieux. Il me semble jusqu'à preuve du contraire que "faire le mieux pour les enfants", c'est ce que tous les parents font jusqu'à ce que les enfants soient indépendants et autonomes. Donc autant commencer à être "de bons parents" avant même la naissance.
 
30 Décembre 2010
953
477
854
Les Milles
cinemode.overblog.com
Merci pour cet article riche en enseignement. :)
Je pense que parler de ''bébé'' au lieu de parler de ''foetus'' nous fait basculer vers le côté maternelle et à partir de ce moment là, l'IVG nous semble être comme un meurtre. On enlève la vie ...

Personnellement je sais que si ce genre de chose devait arriver je déciderais d'avoir recours à l'IVG et j'aurais surement appeler ce numéro pour avoir des renseignements, et en lisant la conversation, je me rend compte que je n'aurais pas forcément changer d'avis mais j'aurais remis mon choix en question. Mais c'est difficile pour ces personnes de rester ''neutre'' car elles doivent parler des risques ... mais en même temps elle n'a jamais dit ''est ce que vous vivez dans un bon environnement ? car si vous décidez de garder le bébé il faudra l'assumer ? est ce que vous êtes prêtes ?''
 
18 Janvier 2013
569
298
294
Toulouse
     Je suis la énième à te citer et certainement pas la dernière, et je ne vais sûrement rien apporter de concret au débat... Car OUI je suis POUR la liberté d'expression, d'opinion, tout ça, et c'est intéressant de voir plusieurs points de vue exprimés.
Mais en lisant ton post, de paragraphe en paragraphe, argument après argument, j'ai été de plus en plus atterrée par ce que je lisais, et ton joli passage sur l'apologie du suicide m'a carrément donné la nausée. Oui oui, j'ai physiquement été dégoûtée par ton message.
Parce que je n'ai jamais avorté moi-même, mais par contre j'ai été confrontée au suicide d'un proche.

La vie est "sacrée" dans le sens où quand elle existe, il faut la chérir et en profiter chaque jour, ce qui est contraire au principe du suicide.
Dans l'autre sens, je maintiens qu'un embryon n'est qu'un amas de cellule, vivantes certes, mais sans conscience, donc je ne vois pas en quoi l'avortement pose un problème à ce moment-là, point.

Au final, aucune de ces deux actions ne doit être banalisée comme tu dis. Et j'ai rien à dire de plus :sick2:
 
  • Big up !
Réactions : LovelyLexy et Odinn
lubellile;3957192 a dit :
morue-moderne;3957179 a dit :
Je vis en Belgique, où il est bien plus simple de pouvoir avorter avec un vrai suivi professionnel. Mais on a aussi nos vilains canards.

Quand j'étais plus jeune, j'ai pas eu de chnce, et un copain dont je savais que ça n'irait pas dans le futur.
J'étais jeune, paumée, en train de ramer pour trouver du fric pour bouffer. Dans le métro, y'avait une pub pour un test de grossesse gratuit, via une asbl.
Je m'y suis rendue.

Il s'est avéré que l'asbl en question était tenue par des Américaines cathos.

Mon test, je l'ai fait, oui, mais ils ne me l'ont pas montré avec le résultat affiché. Pire, en me mentant sur le résultat. J'avais envie de hurler "Le test est négatif, alors que je sens dans tout mon corps que ce n'est pas le cas? Vous me prenez pour quoi là?" Et ensuite, elles ont passé 20 minutes à me dire que c'était de la faute de mon copain si j'en étais là.

Je me suis donc enfuie de là, ai acheté un test en pharmacie, et ai fini dans un vrai Planning Familial.
Depuis, quand je revois les pubs pour l'asbl catho, j'ai envie de les arracher avec les dents en hurlant, même 8 ans après.
Comme quoi, parfois ce sont les intervenants qui nous marquent, plus que le fait d'avorter.

Je trouve ça particulièrement choquant, pire que les conseillers pro-ivg, car là tu n'as même plus le choix, ils sont persuadés d'avoir raison donc ils empêchent tout moyen de même penser à l'ivg puisque tu n'es pas sensée être enceinte... C'est révoltant ! Et ce n'est pas la première fois dont j'entends parler de ce genre de pratique.

L'article m'a choqué également, spécialement la phrase disant qu'avorter est pareil que perdre son bébé nouveau-né. Non, quand on porte un bébé neuf mois, qu'on l'aime, qu'on fait des plans pour le futur avec lui, qu'on le connait déjà dans certains cas quand il est en bas-âge, ce n'est pas la même chose que lorsqu'on a une grossesse accidentelle et qu'on envisage d'avorter, car il y a toujours une raison derrière et je ne pense pas qu'en majorité (après tous les cas peuvent être différents), il y ait un tel attachement à l'embryon.

Et conseiller à une jeune fille de 17 ans de garder le bébé et de vivre avec les aides, alors que ses parents et son copain ne sont pas d'accord ? Si elle se retrouve seule à la rue c'est sûr que ça va suffire le RSA et qu'elle va pouvoir continuer ses études sans problèmes... Elle a pensé aux remarques, aux sacrifices que ça demande d'avoir un enfant aussi jeune ? Je l'ai vécu avec une amie, et non enceinte au lycée, même à 19 ans, même avec les parents et le copain, même avec plusieurs filles enceintes en même temps ça n'a pas été évident, car les gens parlent et qu'il faut être préparé à vivre tout cela.

Je suis d'accord avec le fait de prévenir des risques psychologiques etc, non l'avortement n'est pas tout rose et anodin, mais un tel discours fait bien plus de dégât que de bien d'avoir "sauvé un bébé innocent de la mort".
Nous sommes bien d'accord.
 
13 Juillet 2010
185
98
4 744
Lyon
billboard;3957200 a dit :
Je ne reconnais pas le "Droit de naître". Je reconnais le droit de la femme et sa faculté à admettre qu'aujourd'hui, dans ces conditions, cet enfant ne sera pas élevé dans les meilleures conditions.
Donner l'enfant à l'adoption ? Ah oui super, c'est pas comme si il y avait pas déjà des orphelinats PLEIN A CRAQUER d'enfants abandonnés, trimballés en familles d'accueil. Je ne trouve pas ça juste, foncièrement, de dire à un enfant "bon, tu as le droit inaliénable de naître, alors voilà, je t'ai "pondu" et maintenant va vivre ta vie comme un grand avec tous tes droits, enjoy"

Non non et non. Je ne suis absolument pas d'accord avec ton post. "Sa vie lui appartient" ? Non il n'est pas né encore, la femme par contre oui, sa vie et son corps lui appartiennent.

Et puis c'est trop facile de dire "non mais donne le à l'adoption", parce que la grossesse peut être vraiment difficile dans ces conditions, en sachant qu'au bout du compte, tu auras partagé 9 mois de ta vie avec cet embryon-foetus-enfant et il faudra ensuite le donner à des inconnus. Je crois que le traumatisme est immensément plus important d'abandonner son enfant à sa naissance, plutôt que d'avorter alors qu'il n'agit encore que d'un amas de cellules.

J'suis d'accord avec ton post sauf sur ce point là, placer un enfant à la DASS n'est pas forcément pour s'en débarasser, au contraire la plupart du temps c'est pour s'assurer que l'enfant aura une vie meilleure que celle que la mere peut lui proposer. Et puis "on le donne pas à l'adoption"; au bout de 9 mois ouais c'est un enfant pas un tas de cellule . J'suis pour le droit à l'IVG et je pense que si je devrais être confrontée à ce choix cela me marquerait profondément . J'espère que mon message ne sera pas perçue comme agressif mais je te trouve trop dure sur ce passage là.
 
3 Mai 2011
6 739
7 124
3 364
the-frog;3957189 a dit :
gia-bee;3957153 a dit :
Et je suis pas d'accord. Ca voudrait dire que quand je ressent de l'excitation pour mon copain, je dois me dire « bon il faut que je me trouve un boulot, et que je demande le RSA même si j'ai 13ans car je suis sur le point de coucher avec lui et que je peux avoir un enfant » ???? Mais non >< ce discours résonne en parallèle des discours sexistes qui voudraient que les filles pratiquent l’abstinence, sinon après, elles ont qu'à pas se plaindre si elles ont des maladies/des enfants... Non non non non et non ! Les gars ont pas cette responsabilité alors je ne veux pas l'avoir. Je veux avoir mon orgasme sans avoir peur d'avoir un enfant et d'être obligée de me péter le ventre pendant 9mois car je dois le garder jusqu'au bout : NON. C'est pas : tu couches alors tu gardes l'enfant (ça fait un peu « punition » d'ailleurs).

Sa vie, pour moi, ne commence pas dès qu'il est fécondé. Ainsi, je ne considère pas qu'on tue un enfant, mais qu'on avorte d'un amas de chair qui n'a pas encore développé ce qu'il faut pour être qualifié d'humain. Et le droit des femmes ? Je veux dire... Un bébé ça peut mourir dans l'accouchement, pendant la grossesse. Pourquoi on s’intéresse forcément au petit truc dans le ventre et pas à l'être humain qui le porte, qui a une vie ? Pourquoi est-ce si terrible de ne pas vouloir infliger 9 mois de grossesse avec tout ce qui peut arriver et tout ce qui peut déranger, à un être humain ?

Enfin, on ne parle pas d'enfants. On sort pas dans la rue avec un flingue pour tirer une balle dans la tête d'enfants dans leur cours de maternelle : on choisit d'expulser un amas de chair de 7 millimètres de l'utérus de quelqu'un qui n'est pas prêt, physiquement, psychologiquement à porter une grossesse à terme. 

Alors s'il te plaît, utilise le terme fœtus, on parle pas d'enfants... Un enfant, ça joue à la balle et sa vomit son petit pot de compote... Un fœtus, c'est entrain de se développer et ça n'a pas toutes les capacités humaines nécessaires.

J'avais envie de mettre en gras tout ton commentaire tellement je suis d'accord avec toi, alors que, accrochez vous à vos culottes, je suis enceinte (et plus que ravie de l'être) de 6 mois.
Tant que ma fille n'est pas sortie de mon utérus, ce n'est pas un enfant, c'est une partie de moi, elle n'a pas d'individualité et ce même si je l'aime déjà à la folie et que je passe mon temps à me caresser le ventre avec amour. C'est pour ça que très peu de gens connaissent son futur prénom, et nous l'utilisons nous même avec parcimonie, car elle ne sera une personne à part entière qu'une fois que le cordon sera coupé!

De plus, je trouve ça scandaleux qu'on biaise l'esprit des jeunes filles/femmes qui sont un peu perdues comme ça. Je pense sincèrement qu'on peut avoir toutes les convictions qu'on veut concernant l'IVG, une fois que ça nous tombe dessus, cela remet en question beaucoup de choses et on a forcément besoin d'en parler à quelqu'un pour se rassurer dans son choix (Il doit bien y en avoir quelques unes qui vont se faire avorter sans sourciller mais je ne suis pas sûres qu'elles soient majoritaires).

Et @gia-bee tu veux sérieusement qu'une fille qui s'est fait violer "assume" et porte l'enfant jusqu'au bout, même pour le faire adopter après? Tu es persuadée (et à mon avis à raison) qu'un foetus ressent ce que sa mère ressent, alors imagine le grandir 9 mois dans le ventre que quelqu'un qui n'a pour lui que du dégoût et qui compte les jours avant d'en être débarrassé en le mettant à l'adoption? Bonne ambiance hein?
Et d'autre part si l'adoption était source de joies et de bonheur pour TOUS les enfants adoptés/abandonnés, ça se saurait.
 
Dernière modification par un modérateur :
  • Big up !
Réactions : LovelyLexy
L

loulou33

Guest
...............

je pensais que l'article m'avait déjà bien laissé sur le cul mais ta réponse à toi m'a prouvé que je pouvais tomber un peu plus sur le cul tiens!!

Effectivement un IVG n'est pas un acte anodin, à prendre à la légère par contre j'aimerais bien que tu m'explique comment on peut savoir de source sur la souffrance d'une cellule fragmentée de 5 semaines et 6millimètres (par ex) dans la mesure ou nous même n'avons aucun souvenir du temps passé dans le ventre de nos mères, et dans la mesure où ces feotus ne reviennent pas après IVG nous raconter un peu leur ressenti..

"hé ho kikou c'est moi le fœtus alors les gars pour infos bon l'aspiration ça pique un peu va falloir y aller mollo ok??"...

je pense bien tristement que ton père est un médecin qui n'affectionne pas les IVG, tout simplement.

Sinon pour revenir sur l'article........................................................

pfff je ne sais même pas ce qui me choque le plus, si c'est la désinformation, le côté misogyne du :
"toi femme qui est sur terre pour n'être qu'une poule pondeuse ne force pas ton corps à renié sa VRAIE fonction"
ou l'orientation vers "mais attend ma cocotte profite du système le rsa il est fait pour ça!"


et sinon lui expliquer qu'il y a aussi le risque d'être mère si jeune elle n'en parle pas??

C'est vrai que se retrouver mère célibataire au crochet de la société et de ses parent à tout juste 17 ans........ c'est tellement mieux comme début dans la vie d'adulte...
 
11 Mars 2011
1 195
840
954
Bordeaux
Super article, les fact checkings sont vraiment bien renseignés en plus.
Ce genre de trucs me révoltent tellement ! Hier j'en ai parlé avec mon ex et dans le même genre il m'a raconté qu'il connaissait une fille qui étaient allée chercher la pilule du lendemain dans un hôpital catholique (en allemagne, je sais pas si y'a des hôpitaux privés tenus par des religieux en France ?) et qu'on avait refusé de lui donner en lui disant que ce serait comme un avortement et que c'était mal :facepalm:

Je commente même pas les propos anti-avortement qui ont été tenu ici, (n'empêche venir tenir un discours pro-life aussi assumé sur madz,... faut être très courageuse ou un peu maso ^^) vous l'avez déjà très bien fait.
 
Dernière édition :
24 Avril 2012
4 975
56 516
6 644
Grenoble
gia-bee;3957153 a dit :
On n'imagine pas le nombre de femmes qui ont voulu avorter à tout prix, et peu importe leur âge, et qui sombrent dans la dépression par la suite. Mon père, médecin, en met toutes les semaines sous anti-dépresseurs.

Je pense que, quand on fait le choix d'avoir une vie sexuelle, on devrait être en mesure d'assumer les éventuels "accidents". La contraception existe, il faut s'en servir, mais il y a toujours, le risque, même minime, du bébé surprise. Un embryon, un foetus, appelons cela comme un le veut, EST un enfant. Il ressent énormément de choses, même au début, il a été prouvé par exemple qu'il souffre lors de l'avortement, de la même façon qu'un bébé qui ne se sent pas aimé peut se laisser mourir juste après sa naissance.
Et combien de femmes sous anti-dépresseurs parce qu'elles ont continué une grossesse non désirée ? Et combien de femmes qui ont avorté et qui ne sont pas sous anti-dépresseurs ? Sinon ça ne veut rien dire.

Et sinon, bah, non, un embryon c'est pas un fœtus et un fœtus c'est pas un enfant. Et à 12 semaines, il ne souffre lors de l'avortement, parce que son système nerveux n'est pas encore suffisamment développé. Donc il ne ressent pas du tout énormément de choses, parce qu'il n'a pas encore le matériel nécessaire pour le faire.

Je conçois qu'on puisse considérer que dès la conception, c'est une vie et c'est sacré, mais c'est du domaine de la croyance, pas de la science. Alors l'imposer à toutes comme une vérité générale, juste non.
Entre une femme adulte, vivante, et un embryon qui n'est pas encore viable et n'a pas encore de système nerveux pour  ressentir quoi que ce soit, c'est la personne qui a un système nerveux qui doit décider.
 
  • Big up !
Réactions : Haester et LovelyLexy
I

inconnue-a-cette-adresse

Guest
@Gia Bee

Sans vouloir répéter tous les arguments qui ont déjà été dit par d'autres Madz, je t'ajouterais, pour ma part, que moi, je ne veux pas d'enfants. Pour mille raisons et la plus légitime étant que non, je n'en veux pas. (On ne demande pas à une femme qui veut être mère pourquoi elle veut l'être, ce serait .. étrange. Elle le veut parce qu'elle le veut. Ca fonctionne dans l'autre sens aussi).

Je n'en désire ni maintenant (trop jeune, étudiante), ni après. (idem on ne dit pas à une femme qui en veut qu'elle changera peut être d'avis, marche dans l'autre sens aussi), Quand bien même je serais mariée, en position stable, avec un boulot et des moyens financiers.
Ce que je veux dire c'est que ce n'est pas uniquement une situation précaire qui fait qu'on pourrait avoir recours à un IVG. Cela peut être l'expression d'un choix personnel aussi.

Donc, si je suis ton étrange logique, je devrais donc m'abstenir pour toujours des plaisirs de la chair, c'est ça?
Cela me semble absurde. Et mon corps m'appartient, à moi de décider ce que j'en fais (et ce que je n'en fais pas).

Quant aux séquelles psychologiques, c'est sûr, c'est horrible pour des filles de regretter ensuite. Il faudrait, à ce niveau là, que les autorités compétentes renforcent le soutien psychologique, le propose du moins. C'est certain qu'un IVG n'est pas anodin. Ce n'est pas pour autant qu'on va se priver de se désirer et de s'aimer physiquement, jusque parce qu'on risque d'y avoir recours un jour.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes