Personnellement je suis assez mitigée sur cet article.

D'une part, je suis plutôt une partisane de la non violence et des manifestations pacifiques, d'ailleurs je pense que les manifestations violentes tendent à se mettre l'opinion publique à dos et à les décrédibiliser même si la cause en elle-même est juste à la base.

Mais d'une autre... Je peux comprendre également que des fois, la violence qu'on subi est tellement importante qu'on a envie également d'être violente à notre tour...

Je vous invite à lire également cet article de slate sur le livre d'Irene : http://www.slate.fr/story/201090/ir...emmes-patriarcat-feminicides-viols-agressions
 
Je suis assez mal à l'aise, surtout quand j'ai l'impression que l'article confond violence et défense.

Par exemple, ce passage : "N’oublions pas, pour ne citer qu’un exemple, que les suffragettes suivaient des cours de ju-jitsu, pour se défendre lors des affrontements avec les forces de l’ordre !" Prendre des cours pour pouvoir se défendre face de la violence, c'est très différent pour moi de l'idée de faire preuve de violence.

Se défendre est quelque chose que je peux défendre, mais transmettre à notre tour une peur basé sur de la violence, non. Ca n'apportera jamais, jamais rien de bon.
 
Bin...oui quelque part c’est de l’incitation à la violence dans le sens ou c’est un article qui a un socle un peu révolutionnaire et de ce fait, se place forcément en opposition au moins partielle par rapport au système actuel, à la loi.
Mais justement, c’est ça qui est intéressant. Cet article pose la question: le cadre légal actuel permet-il te combattre efficacement l’oppression sexiste ? La protestation non-violence porte-t-elle ses fruits ? Jusqu’où sommes nous prêtes à aller ? Où posons-nous la limite ? Et c’est à nous de poser cette question et d'y répondre, parce que le propre d’un mouvement de lutte pour l’acquisition de droits et la fin d’une oppression c’est de s’opposer au système établi légalement.
Je crois que c’est nécessaire de passer par des phases de remise en question de la loi et discuter de si on envisage de l’outrepasser ou pas et à quelle échelle.

Les colleuses par exemples qui collent des messages féministes sur les murs sont en dehors de la loi. On peut le leur reprocher, on peut trouver que c’est nécessaire comme action. Et c’est important de parler ouvertement de ce qu’on est prêtes à faire, les risques qu’on veut prendre, pour quels objectifs.

Je suis d'accord avec toi.
Seulement Madmoizelle est fréquenté.e par des adolescent.es et jeunes adultes principalement (si je ne me trompe, c'est le public cible). Et mettre en gras "lacérer la bite" au lieu de "se donner les moyens de se défendre", ce n'est pas tout à fait la même chose.
 

Mélanie Wanga

Équipe madmoiZelle
Bonjour à toutes ! Après discussion avec la rédaction, j'ai pris la décision de changer le titre de cet article. Madmoizelle ne fait pas l'apologie de la violence, ce titre était une tentative (malvenue, effectivement) de mettre en avant l'histoire de la violence féminine et féministe comme réponse à la violence patriarcale. Le titre ne transmettant pas cette idée de manière appropriée, il a donc été modifié.

Merci à vous de votre compréhension et de votre fidélité.
 
Dernière édition :

Clematis

Ne pas citer.
@Heynen
Je ne comprends pas trop le rapport avec l’âge du public cible pour être honnête.
Irene a 21 ans. Et à l’âge des lectrices cible du magasine, beaucoup ont déjà subi des violences sexistes et sexuelles. Parler de ce type de sujet ne me semble pas plus déplacé avec des jeunes qu’avec des adultes déjà bien avancés dans leur vie voir avec des personnes âgées.
 

Dame de lotus

Chicons au gratin, et toi ?
Jai l'impression que le débat en tant que tel (la violence peut-elle être légitime ? et sous-questions apparentées) a déjà été beaucoup débattu au fil des siècles. Je pense même, très sincèrement, qu'on a déjà pas mal fait le tour de la question, y compris dans les dynamiques d'oppression : du coup pourquoi isoler cette thématique dans le cadre du féminisme ? (parce que c'est le thème du magazine et que c'est un combat d'actualité, ok) Mais est-ce que c'est vraiment la meilleure façon d'en débattre ? Est-ce que c'est s'ouvrir l'esprit que d'en discuter en mettant au coeur du débat quelque chose qu'on ressent tou.te.s ici de façon presque viscérale ? Je dis pas du tout que ça doit être tabou ni quoi que ce soit, c'est super intéressant (comme d'autres l'ont relevé avant moi), mais je sais pas si cette façon d'amener le sujet est celle qui permet un débat constructif. Je pense que j'aurais été plus loin, j'aurais enrichi cet article avec d'autres exemples, d'autres réflexions, pour ouvrir le sujet plutôt que le cloisonner.

Et aussi, juste parce que voilà : moi quand je me demande si quelque chose me paraît humaniste, je remplace la cause que je défends par une autre cause que je ne défends pas et qui a utilisé les mêmes moyens. Si ça me fait bondir de ma chaise, c'est que, pour moi, c'est pas une idée brillante. C'est le cas ici.
 

Anechka

Fiodorophage
@Watou vraiment je te suis dans beaucoup de tes arguments. Je comprends l'intérêt de poser la question de la violence, je comprends la lassitude d'être "du côté des gentils". Mais il y a un moment où je ne suis plus d'accord : c'est quand tu parles (quand on parle en général) d'inverser la dynamique de la peur. Je ne veux pas d'une inversion, je veux une disparition de la peur. Bien-sûr j'imagine que toi aussi, et que tu vois cette inversion comme une étape nécessaire avant le "rétablissement de l'équilibre"... Mais je veux tellement croire que plonger les deux mains dans le sang n'est pas une étape indispensable pour atteindre l'égalité !
 

Watou

Féminazgul
@Anechka Je vois ce que tu veux dire, je pense que je me suis mal exprimée. Quand je parle "d'inversion de la peur", c'est que ce ne soit plus à nous femmes de craindre d'être agressées ou violées sans conséquence, d'avoir peur de porter plainte pour ça (on est combien à ne jamais avoir porté plainte parce que peur de la police, de notre agresseur, des conséquences sur notre vie ?), mais que les agresseurs aient peur de la justice.
Et pour moi, la violence peut être compréhensible dans ce but. Je n'ai pas l'intention de me promener avec un cutter et d'émasculer le premier gars qui s'approche trop près. Par contre, des actes dits violents dirigés contre l'Etat et le système (contre des bâtiments qui le représentent, des institutions, dans des manifestations pas spécialement pacifistes envers les forces de l'ordre, aussi) pour obtenir justice, oui.
Je ne parle pas de vengeance. Je ne vais pas aller retrouver les hommes qui m'ont agressée dix ans après pour les émasculer, merci mais ma vie a avancé, et puis pour quoi faire ?

La violence que je ressens et que je n'ai pas envie de faire taire est celle contre le système, les institution, le patriarcat. Pas contre la très grande majorité des individus qui pourraient me passer à portée de cutter.


Je trouve l'article de Slate sur le même sujet (le livre d'Irene "Terreur Féministe") assez bien fait.
En fin de compte, ces articles me donnent envie de lire le livre.
 
Je viens de le lire et je le trouve vraiment super éclairant, il remet bien en cause la non violence comme seul moyen légitime d'action. J'aime aussi l'angle anti-carceraliste de l'autrice qui est un principe aussi très présent dans les luttes décoloniales et antiracistes
 
Eh bien ai adoré cet article, y compris le titre initial, bien que je comprend qu'il soit choquant.
Mais c'est violent que des femmes meurent tout les trois jours, le sexisme est violent, et je suis partisanes de mode de luttes radicaux, ou en tout cas d'accepter des mode de luttes varié.
Car chacun a mon sens son utile et indispensable.
J'ai longtemps eu cette idée aussi que la violence dessert la cause, se met l'opinion publique a dos.
Ce que je vois aussi, c'est que des lutte plus "soft" ne suffisent pas, sont la porte ouverte à des compromis qu'on ne pourra plus qualifié de victoires.

L'exemple dont je suis le plus proche, c'est la lutte de notre dame des Landes.
Sans cocktail, sans affrontement, violent, avec les forces de l'ordre, jamais les projets qui fleurissent aujourd'hui n'auraient plus voir le jour.
Tout le monde n'a pas envie d'en être, et c'est reconnu sur de nombreux lieu de lutte, il y a une gradation des poste en fonction des risques juridiques/de la violence, et chacun contribus a sa façon.
Mais chaque contribution est indispensable.

On a besoin d'action pacifistes, de sensibilisation, d'éducation, de diplomatie.
Et on a besoin d'une légitime violence, qui est au finale souvent bien gentillette devant la violence a laquelle on s'oppose.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes