PAVÉ CÉSAR CEUX QUI VONT ÉCRIRE TE SALUENT!
J'écris rarement sur le site, écrire, pour moi tda, est un véritable calvaire. J'ai encore passé plus de 4h à écrire ce texte alors que je dois étudier pour mon exam de physio simplement parce que je dois sans cesse me relire et me recentrer pour éviter d'aller à gauche et à droite et pour que le texte reste axé sur le sujet principal. Mais j'ai encore écrit ce pavé, j'ai fait de mon mieux, je me suis appliquée car je tenais à m'exprimer là dessus, car c'est important, pour moi mais surtout pour ma soeur!

De mon côté paternel personne n'est mince, loin de là alors j'ai eu de la chance, plutôt que de pleinement tenir de mon père j'ai eu un petit bout de ma mère mince dans sa jeunesse. Je suis un savant mélange des deux... Ou bien ai je pleinement hérité de mon père mais ma volonté infaillible et ma bougeotte naturelle auront fait le reste? Mystère! Tout étant que, comme tout le monde du côté de mon père, je fais partie de la population étant née avec des os assez massifs. Des épaules larges, des genoux de mammouth, je n'ai que la peau sur les doigts et les poignets et pourtant trouver des bagues et des bracelets à ma taille a toujours été une véritable croisade. Je n'ai donc jamais été svelte à l'excès mes os de stégosaure me donnant cet air massif mais pas ronde pour autant surtout dans mon enfance où j'étais juste mince. Rien ne justifiait les remarques que j'ai pu recevoir et pourtant j'étais la "grosse" pointée du doigt simplement à cause de ma carrure et d'un putain de mini bourrelet sous le nombril avec lequel je partage ma vie depuis la naissance. J'étais mince mais ça ne les a pas empêcher.

Enfant, un garçon de ma classe me traitait de "grosse" dès qu'il en avait l'occasion. Un jour, alors que j'étais restée en classe après les cours avec d'autres élèves et le prof pour nettoyer le local ce dernier est arrivé, m'a dévisagée et ma sortie un "t'as vraiment l'air d'une grosse truie toi!". Je commençais à avoir une poitrine, la pointe de mes cotes ressortait juste en dessous et puis sous mon nombril pointait mon éternel "bourrelet de famille" que je me trimballe depuis toujours et que ma mère a gentiment nommé ainsi car elle a le même elle aussi depuis toujours. Tout ça lui avait donné l'impression que j'avais 3 paires de mamelles d'où la douteuse ressemblance avec la truie (s'il savait qu'elles en ont plus que 6...). Le prof s'est mis à rire ainsi que 2-3 de mes camarades et m'a dit de sauter sur place pour faire de l'exercice et perdre du poids. Je me suis mise à sautiller mon balais à la main, les larmes aux yeux, sous les regards hilares de mes camarades...
A la même époque la fille la plus populaire de l'école, qui était aussi ma meilleure amie avant de devenir une peste, avait rassemblé toutes les filles de la classe dans son "groupe d'amies" sauf moi. La raison "désolée mais tant que tu n'es pas mince comme nous je ne voudrai plus être ta meilleure amie et personne ne t'aimera à l'école". Elle a retourné la majeure partie de l'école contre moi car j'étais "dégoûtante" j'ai donc passé une période de 2 ans où j'ai fortement limité ma consommation, on ne peut pas parler d'anorexie mais je me culpabilisais d'être un chouia gourmande alors je ne mangeais que le stricte minimum rabâchant sans cesse à voix haute que "non t'as pas faim". Cette habitude me suit encore maintenant, à 24 ans, quand je rentre en période de stress intense, je mange beaucoup moins car "non t'as pas faim!" alors qu'en vrai j'ai la dalle je perd donc 5-6 kilo à chaque période d'exam, je fais le yo-yo toute l'année entre périodes de stress et de calme, je me culpabilise d'aimer manger, je m'en veux tout le temps,... A cause de ces personnes cruelles qui ont croisé ma route. Le pire dans tout ça? J'étais fine comme tout! J'ai toujours eu des épaules larges, des os massifs, mais enfant je n'avais presque pas un pet de graisse si ce n'est sous mon nombril, une micro bosse en guise de bourrelet! Je faisais une tonne de sport, je finissais parfois une séance de sport à 21h je j'allais à une autre à 30min de là jusqu'à minuit! Alors pourquoi on s'acharnait sur moi la "grosse truie" alors qu'en réalité je n'avais rien pour m'attirer les foudres des autres gamins? Puis quand bien même je n'aurai pas été mince ça n'aurait donné le droit à personne de me traiter ainsi.

Actuellement? Je jongle entre 38 et 40, je mets du M pour le haut, je fais du sport, j'ai un copain qui me trouve magnifique et aime mon corps,... Je pourrai m'aimer mais je me bats toujours entre moi même, la bouffe, mes problèmes hormonaux, la génétique de ma famille pas mince de base et les médecins qui me qualifient d'obèse modérée sur base de mon IMC et qui me démontent méchamment à chaque fois à coup de "faut se calmer avec la nourriture hein!", "Tu les caches où? Tu rentres ton ventre c'est ça?" alors que je le répète je fais du 38-40 et du M pour 1m73. Bref dans notre société actuelle on dirait que tout est fait pour te culpabiliser. Je pourrai m'en foutre, me trouver belle, mais j'ai toujours cette impression du "tant que tu ne seras pas mince comme nous personne ne t'aimera"...


A côté de ça je me plains mais ma petite soeur, qui a commencé à avoir des problèmes de poids très tôt, a du essuyer des remarques abominables de membres de la famille et de parfait inconnus depuis son enfance et jusqu'à maintenant... Petite quand j'entendais ça je n'en riais pas mais je ne saisissais pas pleinement l'ampleur des paroles que j'ai pu entendre à son encontre. Elle a suivi plein de régimes très tôt, sans succès, à côté de ça notre arrière grand-mère obèse ne manquait pas une occasion pour lui signifier "tu finiras grosse comme moi, ta soeur, elle, sera fine comme ta grand mère", "tu as encore pris du poids!" alors qu'elle était au régime et avait perdu des kilos... Encore maintenant à 22 ans elle mène une véritable croisade, elle n'a pas confiance en elle, elle n'aime pas son corps, elle se décrédibilise sans cesse, tout ça à cause d'une bande de grossophobes qu'elle a du supporté à toutes les étapes de sa vie et j'ai honte de le dire mais j'en ai sûrement fait partie dans mon enfance quand je la traitais sous la colère de "grosse fade" car elle me faisait souvent tourner chèvre... Elle était souvent très chiante mais je me suis rendue compte avec le temps que ce n'était pas une raison pour détruire son estime d'avantage.
Elle ne le montre pas tout le temps mais je sais qu’elle a du mal, ça me crève les yeux même si elle dit le contraire, même si ma mère ne veut pas voir le problème en face, je le sais, je le sens, c’est ma sœur et même si on se voit rarement, et qu’elle n’aime pas se plaindre je passe mon temps à décrypter ses gestes, ses paroles et à faire mon possible, sans éveiller ses soupçons, pour l’aider. Elle s’empêche de porter des vêtements qui lui vont pourtant tellement bien, elle saute sur la moindre parole pensant que c’est un reproche à son poids sans raison, elle n’a jamais eu de copain, pas qu’elle n’en veuille pas loin de là mais simplement car elle considère n’importe quel compliment masculin comme une moquerie déguisée, elle n’a pas confiance en elle, son poids est tabou. Parfois elle joue les « diva à langue de vipère » comme elle aime dire, elle peut me répondre des « Je sais que ça me va trop bien ! C’est ma couleur darling ! » ou bien des « Nan mais tout le monde sait que c’est moi la plus belle et la plus canon de nous deux », je ne le prends pas mal car je sais que même si elle ne le pense pas forcément, même si elle dit ça sur le ton de la rigolade, ça lui fait du bien quand j’approuve même si la plus canon des deux, tout le monde le sait, c’est nous deux simplement. Alors j’approuve, j’approuve et ça m’amuse car c’est dans ces situations là que je vois la femme forte et sûre d’elle qu’elle pourrait être tous les jours. Elle ne s’en rend pas compte mais elle est belle toute entière, telle qu’elle est. Son poids ne la rend pas « dégoûtante », « repoussante »,… Non elle est belle toute entière avec son corps tel qu’il est, peu importe ses défauts, peu importe son grand nez, son 42 fillette galère à chausser, son poids,… Et si elle mincit et bien je tiendrai le même discours, idem si elle prend du poids. Car elle est comme elle est.

Ma sœur est courageuse, super maxi courageuse, je ne la critique pas en disant que pour la même taille ses problèmes de poids sont bien plus importants que les miens, en disant cela j’estime son courage, face à ce problème, bien plus élevé que le mien ! Elle n'a simplement pas eu de chance, contre sa volonté son poids est devenu incontrôlable et à l'heure actuelle peu de choses fonctionnent, elle doit faire des efforts titanesques mais pour ça elle doit se priver de tout. Elle en souffre. Malgré tout elle garde la tête haute face à tout ça et j’espère de tout cœur qu’elle surmontera d’une manière ou d’une autre ! J'espère qu'un jour elle aura la vie dont elle rêve avec le bel anglais brun aux yeux verts fan de disney de ses rêves, ses enfants naturels et adoptés car elle voudrait tellement adoptés des enfants un jour, le métier qu'elle voudra et surtout un corps qu'elle aimera pleinement. Un joli FUCK à tout ce qu'elle subit depuis l'enfance.

Je continue à déblatérer et je m’égare du coup je conclurai par ceci:
Je pense qu’il serait temps pour ma sœur et moi que nous acceptions enfin que l’on n’aura jamais un corps de mannequin, que l’on n’a pas les gènes de notre côté, que notre hypothyroïdie n’aide pas, que, même si on ne mange jamais à l’excès (on pourrait même qualifier que l’on mange comme tout le monde), on ne saura jamais se contenter de manger healty tous les jours de l’année car, oui il faut l’admettre, on aime la bouffe,… On ne rentrera jamais dans un 36, jamais. On doit donc arrêter de passer notre temps à se haïr, se priver, se culpabiliser, la vie est trop courte pour qu’on la passe à se priver à cause de bras qui pendouillent, d’un fessier en forme de cœur, d’un bourrelet sous le nombril,… ! On doit apprendre à enfin faire la paix avec ces gestes et paroles qu’ont bien pu émettre des gens de notre passé et qui ont aidé à façonner cette image fausse de notre corps qui nous suit encore actuellement et nous colle à la peau envers et contre tout.

Voilà mon pavé, je me suis niqué les yeux, j'ai mal à la tête, j'ai usé le peu de concentration quotidienne que je possédais, je suis épuisée,... Mais satisfaite. Ma soeur ne lira peut être jamais ça, ça me gênerait sûrement beaucoup d'ailleurs donc s'il te plaît Passiflore (surnom) si par malheur un jour tu tombes sur ça fais comme si je n'avais rien écrit, je te fais confiance, tu sais que les élans de gentillesse du genre ce n'est pas mon truc. Saches juste que j'ai dit seulement ce que je pensais et rien que ce que je pensais! Parole de Pétunia.
 
Dernière édition :
J'ai toujours été ronde et en plus d'être ronde j'ai rapidement été beaucoup plus grande que les enfants de mon âge: à 11 ans je mesurais déja 1m70 ( je me suis stabilisée très tôt).

Même chose, j'ai toujours été un peu grassouillette - chez moi c'était du gras, notamment les desserts de maman qui tombaient directement sur les fesses, le ventre et les hanches :happy: - mais je faisais 1.74m à 13 ans et honnêtement, être grande c'était plus une plaie que d'avoir quelques kilos en trop. Étonnamment, les gens ont été assez bienveillants avec moi et ne m'ont jamais embêtée avec mon poids quand j'avais un IMC un peu trop fort.

Par contre, qu'est-ce qu'on m'a fait comme remarques quand j'ai minci, putain. Je rentrais dans le cliché de la nana grande, mince, avec de très longues jambes , des yeux et des cheveux clairs et TOUT LE MONDE commentait mon corps, sans se demander si j'avais pas juste envie qu'on me foute la paix. Entre les commentaires limites des potes masculins, soit un peu sexy genre "si on n'était pas potes, tu dormirais pas dans la baignoire" soit critiques parce que "si tu mincis encore, ça va être moche", ceux de mes potes féminins teintés de jalousie dégueu et le harcèlement de rue, j'étais servie :mur:

Je m'aimais mieux plus mince (mon kilomètre de jambes :puppyeyes: :jv:<3) mais les aléas de la vie ont fait que j'ai repris du poids et même si je me trouve moins jolie, ça va, je m'aime bien.

Je suppose que ma famille ne m'a jamais foutu la pression parce qu'on a toujours explosé les courbes de croissance, en poids et en taille. C'est trop bien d'être un peu ronde dans une famille où tes tontons font 2 mètres pour 120 kilos :yawn:
(en plus, ma mère, ma sœur et moi on a des TCA, autant dire qu'on n'est pas à 2 tailles de fringues près, quoi)
 
Dernière édition :
Tout étant que, comme tout le monde du côté de mon père, je fais partie de la population étant née avec des os assez massifs. Des épaules larges, des genoux de mammouth, je n'ai que la peau sur les doigts et les poignets et pourtant trouver des bagues et des bracelets à ma taille a toujours été une véritable croisade. Je n'ai donc jamais été svelte à l'excès mes os de stégosaure me donnant cet air massif mais pas ronde pour autant surtout dans mon enfance où j'étais juste mince.

Copine de physique! <3
(Si je perdais le gras que j'ai autour, mais le fait est que j'ai des épaules larges et des hanches itou vu que les os en sont vraiment pas loin sous la peau, genre taille 46 au mieux pour moi) (Et que chez moi c'est du côté de ma môman)



C'était le commentaire constructif du soir, bonsoir :ninja:
 
(Si je perdais le gras que j'ai autour, mais le fait est que j'ai des épaules larges et des hanches itou vu que les os en sont vraiment pas loin sous la peau, genre taille 46 au mieux pour moi) (Et que chez moi c'est du côté de ma môman)

L'autre jour j'ai fait touché mes articulations de mammouth (alors que j'ai une sainte horreur des contacts physiques) à une amie qui trouvait que j'avais quand même de fameux genoux elle a été forcée de comprendre que ce n'était pas tant la graisse qui donnait cet effet loi de là! :P

TEAM OS DE MEGALOCEROS ICI!!! La team est ouverte x')
 
  • Big up !
Reactions : Pokeflora94 and Smaje
Je pensais à ça en retombant sur des photos de moi à 16 ans, le week-end dernier. J'étais censée être énorme selon ma mère et mes camarades de classe. Je me sentais énorme. Et en regardant aujourd'hui je me trouve magnifique sur ces photos. Pas mince, pas grosse, des rondeurs bien ciblées et un ventre quasiment plat.
Comment est-ce que j'ai pu croire une seule seconde toutes ces critiques bordel? Je m'en mords les doigts, maintenant que je suis réellement obèse.
J'ai vécu un véritable enfer et ai développé des tca pour...rien.
 
Ce qui est "drôle" c'est que la plupart des réflexions négatives provenaient elles mêmes de personnes complexées ou très complexées par leur physique, par la beauté qu'elles n'auraient jamais. Et le regard critique et négatif qu'elles s'appliquent à elles mêmes, elles le reportent sur les autres, au cas oùi l'autre se soit pas rendu compte qu'il était gros, maigre, petit, grand, qu'il faut nous ouvrir les yeux sur notre terrible condition. Je pense que ces personnes culpabilisent tellement d'être ce qu'elles sont qu'elles n'envisagent pas comme sain qu'on ne s'en veuille pas, que ça fait de nous des inconscients, ou pire, des malades.
Ce que tu dis me rappelle une année au collège où une fille de ma classe n'en loupait pas une pour me rappeler à quel point mes cheveux roux étaient une horreur à ses yeux et depuis pas si longtemps que ça, je me rend compte qu'elle complexait sur son physique (les garçons de la classe l'appelait "chameau") et pensait sûrement que je devais payer pour ce qu'elle subissait, alors je lui ai servi d'exutoire. Il m'est arrivé la même chose une année au lycée, une fille qui était dans ma classe également se faisait quand à elle appeler "tête de rat" alors que je recevais des compliments concernant mon visage (pas de vanité mal placée ici, je relate juste des faits) et elle a commencé à critiquer tout ce qui pouvait y avoir de facile à critiquer chez moi : mes cheveux une fois de plus. Je comprends tout à fait que ces filles puissent souffrir des remarques désobligeantes dont elles ont été la cible mais ça n'excuse en rien leur comportement. D'autres personnes ayant subi des moqueries ne finissent pas aussi mesquines, à en vouloir aux autres (qui n'ont rien demandé soit dit en passant...) pour quelque chose qu'elles jugent "bien" ou "mieux" chez eux et, au contraire, font avancer les choses en essayant d'apporter un max de tolérance sachant ce que ça fait d'être stigmatisées :)
 
Oh là là, je pourrais en parler des heures. Entre mon père qui m'appelait affectueusement "La grosse", mon oncle "Bouboule", mon frêve et ma soeur "l'elephant" ils m'auraient bien appelès la vache mais elle avait l'air plus mince, à l'école ou c'était "King conne" (ben oui, j'étais grande, grosse et avec un syndrome des ovaires polykystiques qui me donner plus de barbe que tout les garçons de ma classe) et ceux qui me regardaient d'un air désolé en disant à ma mère :" c'est tellement dommage avec ses yeux bleus et son jolie visage elle aurait pu être mignonne" oui j'aurais pu.

Le bodyshaming je l'ai vécu depuis l'âge de 5 ans jusqu'à aujourd'hui et pourtant aujourd'hui je suis pour les médecins de corpulence normal. Mais voilà j'ai la stature un peu masculine, j'ai perdu beaucoup de poids très vite et ma peau pends et me donne toujours un ventre proéminent et je ne suis toujours pas dans le "moule". Mais bon, qui a le bon moule ? On trouvera toujours quelque chose à redire sur le physique d'autrui parce qu'on apprends pas à vivre avec la différence des autres. On veut plaire, on veut parfois faire profil bas qu'on ne nous remarque pas alors on fait notée possible pour adhérer à un certains standard malheureusement on trouvera toujours quelqu'un qui nous trouve trop gros/maigre, trop mat/blanc/noir, trop grand/petit, on ne sera jamais parfait aux yeux de personne. D'ailleurs n'est ce pas déjà difficile de l'être à nos propres yeux ?
 
Je suis émue et révoltée face à tout ce que vous avez subi et subissez encore.

Pour ma part je suis, et j'ai toujours été, maigre avec des os longs et fins. Je n'ai jamais souffert par rapport à cela, pourtant, parce que j'ai été enfant à une époque où les modèles à suivre et les injonctions diverses étaient beaucoup plus rares (je suis née en 1961). Donc à mon avis, il existait bien moins de risques de comparaisons avec d'inaccessible idéaux. Il me semble aussi que les photos de magazines étaient bien moins retouchées. Aha, ça change tout n'est-ce pas ?

J'aurais dû écrire "d'inaccessibleS idéaux, je n'arrive pas à revenir sur mon texte :fear:

Bien sûr j'ai été traitée de sac d'os et de squelette, mais sans la méchanceté que je constate aujourd'hui et qui s'adresse à absolument tout le monde. Je l'ai vue grandir, cette méchanceté, à mesure que les années passaient.

Par exemple, lorsque j'avais 20 ans c'était normal que je sois mince. Des gens à qui je ne demandais rien m'ont avertie d'en profiter puisque cela ne durerait pas. J'ai osé atteindre la trentaine sans grossir, il y a eu de l'étonnement et parfois de l'admiration mais qu'à cela ne tienne, encore quelques années et je grossirais inévitablement. Eh bien, non.

Toujours maigrichonne je suis arrivée à 40 ans et on ne me l'a pas pardonné. Je parle uniquement des personnes qui la ramenaient, vous l'aurez compris. On m'a inévitablement accusée - oui, je dis bien accusée - d'anorexie, on s'est mis à surveiller passionnément ce que je mangeais. En désespoir de cause on a compté sur la ménopause pour me faire gonfler, seulement voilà, encore raté.

J'ai vu enfler l'amertume, la jalousie, la colère et la rancune de gens mal dans leur peau à mesure que notre société suivait cette évolution étrange qui est la sienne. Je ne parle pas que de moi, mais aussi de toutes celles et ceux qui subissent les attaques de la part de frustrés de tout poil.

Et cela m'attriste. Parce que je crois que derrière la méchanceté il y a toujours de la souffrance. Et que les souffrants qui deviennent méchants font de nouveaux souffrants.

Le temps a passé, je suis restée maigre. Je ne vous raconte pas ce que j'ai pris à 50 ans!

Ma chance a été de m'être trouvée assez âgée pour comprendre le mécanisme à mesure qu'il se mettait en place, donc de le démonter pour ma part. Ma personnalité s'est affirmée, aussi. Je suis bien dans mes os, même si je ressemble assez à une sauterelle. Et ceux qui ne sont pas contents, je les enchose en souriant.

Je ne crois pas me tromper en pensant que pour une forte majorité vous êtes bien plus jeunes que moi. Alors cette sale ambiance de jugements et de moqueries à propos de tout, vous êtes en quelque sorte né-e-s dedans. Ce qui fait qu'on vous casse les pieds et qu'on vous fait souffrir depuis toujours. Voilà ce qui me touche.

J'aimerais vous dire : fichez-vous de ça ! Mais si c'était si facile vous ne m'auriez pas attendue, hein?

Alors je vous dis simplement qu'il y a des gens qui vous lisent et qui pensent à vous, qui souhaitent de tout leur cœur qu'un message comme celui-ci vous soutienne, même un peu, même un instant.
 
J'étais en colonies de vacances, une colo de surf plus précisément et j'avais 11 ans.
Cette colo était pourrie, clairement, et particulièrement le prof de Surf (au bout de 2 semaines à coup de 4h par jours, le gars ne connaissais toujours aucun de nos prénoms...).
Pour le surf, il y avait 2 types de planches dont une de moins bonne qualité, on aurait dit du polystyrène, et d'autres qui ressemblaient de vraies petites planches de surf (il y en avait moins, et les garçons se battaient pour les avoir).
J'en prend une un peu au pif comme d'hab, et j'y vais. Je galère, je flotte à peine sur cette planche. Fin bref, pas pratique, j'arrive à rien. Je retourne voir le moniteur en lui disant "j'y arrive vraiment pas avec cette planche, les autres (les vraies) j'y arrive mieux avec je comprends pas".
Le gars me regarde et me demande "bah pourquoi à ton avis ?"
Je lui répond que je ne sais pas, et là il me regarde, et me dit "Bah parce que..." et il se gonfle les joues, et arrondi ses bras, il me fait clairement comprendre que c'est à cause de mon poids. Il m'a laissée avec cette planche pendant toute la journée et la fin du séjour...

11 ans, ça a été la période où j'ai commencé à prendre conscience de mon corps.
Encore aujourd'hui, et ayant été moi même animatrice, je ne comprends pas qu'on puisse dire ça à un enfant !
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes