peutwishia;4764291 a dit :
Si seulement les jouets et vêtements pour enfants ne connaissaient pas un si grand clivage des genres, peut-être que cet enfant ne connaîtrait pas un tel malaise par rapport à son corps ? 5 ans, c'est tellement jeune...
C'est une question que je me pose aussi, surtout depuis que je m'intéresse vraiment au marketing genré.

Quand je vois des initiatives comme The Identity Project, je me demande si, dans un monde tout beau où chacun·e pourrait s'habiller comme il/elle le souhaite et avoir les intérêts et passions de son choix, avoir l'identité qu'il/elle souhaite, agenre, fluide, queer, etc., il y aurait encore des personnes subissant un tel décalage entre leur corps et leur identité.

Je me demande quelle est la part de rejet de conventions sociales trop fortes dans la transidentité en fait, un peu, pas du tout ?

Du coup je me dis que je ferai mieux d'aller faire un peu de lecture là-dessus et de m'éduquer au lieu de réfléchir à voix haute ici :hesite:
 
Comme beaucoup de madz je me pose des questions. Moi aussi quand j'étais petite j'aimais jouer avec les petites voitures, me balader en slip et quand on m'a coupé les cheveux à la garçonne, ça ne m'a fait ni chaud ni froid. J'ai jamais accroché au maquillage étant petite, mes jouets était un gros bordel (petites voitures, billes, poupées, figurines, etc.) sans identité genrée, et je n'ai jamais ressenti le besoin de rejeter mon sexe biologique parce que je ne sentais pas de pression par rapport à lui, pas d'exigences, pas d'étiquette. Or dans la vidéo, on voit que ses parents lui avaient fait une chambre rose, qu'ils s'étonnent qu'il veuille se déguiser en Spiderman, etc. Alors je me demande si Ryland aurait ressenti la même chose si ses parents avaient étaient moins catégorique dans leur définition des genres ?

Autre chose aussi, mais ça c'est plus de l'inquiétude vis-à-vis du petit, je me demande comment il va vivre sa puberté. J'espère qu'il sera bien accompagné et encadré pour passer cette étape, parce que s'il est vraiment transgenre, ça va pas être facile à surmonter.
Enfin dans tous les cas, ça fait toujours plaisir de voir un enfant sourire comme ça, et le plus important, c'est qu'il ne soit pas seul dans cette bataille! (Parce qu'avec les camarades, l'administration et j'en passe, ça va pas être du gâteau, malheureusement.)
 
  • Big up !
Reactions : Siobhàn Salomé
Moi aussi, juste 5 ans pour le définir comme transgenre, cela me semble un peu tôt.

Néanmoins, on voit des parents qui ont écouté leur enfant.

Ils attendaient une petite fille et, pour de nombreuses raisons qui leurs sont propres, ont commencé à l'entourer d'un environnement dans lequel on peut voir la manifestation de stéréotypes genrés.

Là où certains se diraient que ce n'est qu'une phase, ils y ont perçu par la persistance de ce que disait et faisait Ryland un peu plus. Ils ont fait appel à des spécialistes. Tout cela n'a pas du être négligé : est-ce qu'il ne s'agit que de la représentation stéréotypé du genre féminin que Ryland rejette, est-ce que c'est une transition, et que se passera-t-il à la puberté, s'il veut redevenir une fille ou non, et la réaction des gens et sa capacité à l'encaisser ?

Pour moi, c'est juste de le définir si tôt qui me pose problème...
Mais peut-on sacrifier une enfance sur des doutes ou des peurs ?
Cela n'a pas dû être évident et, ne doit pas et ne sera pas certainement facile. Ils écoutent. Et c'est agréable de voir tout ça.

Après, comme d'autres Madz, je me pose cette question : qu'est-ce qui fait que je me sente femme ou homme ?
Une adéquation avec des clichés, des désirs sexuels, une représentation physique, mentale...
Je crois que cette réponse est toute personnelle et ne peut pas faire l'objet d'une réelle définition. C'est quelque chose qu'on est et qu'on ressent. D'où la difficulté pour des parents de "gérer" cette question identitaire.

Voilà. Je suis heureuse pour cette famille (même s'il n'y as pas de quoi, puisque c'est juste leur vie).
 
Je me suis posé aussi beaucoup de questions aussi avant de voir la vidéo mais il est bien question ici d'un enfant qui se déclare garçon, qui l'affirme "je suis un garçon" et non pas d'une fille qui aime les jeux/habits/codes dits de garçon.
Du coup l'accompagnement des parents est à mon sens le bon. Si il semble un peu excessif c'est que ces parents semblent partir de loin, Ryland est né dans un monde tout rose et les parents ont surement eu besoin de réaliser ce film aussi pour eux, pour se conforter dans leur propre choix, j'ai l'impression que ça leur a demandé un travail sur eux-même assez phénoménal.

Quant à l'avenir de Ryland, le passage de la puberté, va-t-il vouloir être opéré, etc. qui peut savoir ce que son enfant va vivre à l'adolescence ? Peut-être que le passage de la puberté se fera plus facilement qu'on ne l'imagine, les hormones étant si complexes peut-être ont-elles déjà un rôle dans sa certitude d'être un garçon. Peut-être au contraire qu'il traversera des épreuves très difficiles. Peut-être voudra-t-il se faire opérer. Peut-être remettra-t-il en doute son genre finalement. Il semble en tout cas qu'il sera soutenu et aidé par sa famille et c'est déjà une belle assurance pour lui.

Beaucoup d'émotions positives pour moi au visionnage de cette vidéo :)

EDIT : Ah ben voilà, j'aurai pu juste big upper Euki, le temps de tapper, tout a été dit ^_^
 
Dernière édition :
J

jonathan-harker

Guest
Je ne vais pas revenir sur tous les aspects positifs de cette histoire mais comme d'autres ici quelques éléments me dérangent...

Pourquoi séparer comme cela masculin et féminin? Pourquoi conserver une séparation aussi des activités toutes aussi clichées réservées aux filles et aux garçons? Finalement, et c'est triste, je trouve qu'ici le fossé se creuse encore plus entre le masculin  et le féminin qui apparaissent comme deux mondes imperméables.

Je ne doute à aucun moment que ce jeune garçon se sente garçon et non fille, même s'il n'a que 5-6 ans, ce n'est pas ça qui me dérange mais vraiment la séparation nette des deux genres. Peut-être qu'il faut relier cela à son jeune âge? Peut-être que par la suite  en grandissant il pourra adopter des codes et comportements des deux genres sans en être gêné ou avoir honte du féminin?

Enfin, je trouve cela regrettable que les parents ne remettent à aucun moment en question leur éducation pour le coup très genrée : petite fille en rose et en moumoute petit garçon en bleu et en super héros... (à moins que d'avoir loupé un moment dans la vidéo? dans ce cas je m'excuse :d)
 
  • Big up !
Reactions : Habé
La vidéo est très belle, mais comme beaucoup de madz, je m'interroge sur la vie future de cet enfant.
Comme certaines l'ont dit, comment va-t-il (elle) se sentir à la puberté? Par exemple au foot, dans les vestiaires, quand ses copains verront qu'il (elle) a des seins et pas de pénis? Les moqueries risquent de vite venir, la souffrance aussi...
Cela serait tellement plus simple si chaque enfant pouvait jouer et faire ce qu'il aime, et non ce qu'il est convenable de faire quand on est un garçon/une fille...
Là, que l'enfant est ressenti, si tôt, le besoin de se positionner en tant que garçon pour avoir droit aux activités de garçon et fringues de garçon... Cela m'attriste un petit peu.

Dans cette histoire, en tout cas, je trouve remarquable que les parents aient été si ouverts et à l'écoute de leur enfant.
 
Est-ce que je pourrai connaître la source de cette vidéo @Marie.Charlotte ?
Je l'ai partagé sur mon mur Facebook parce que je trouve l'histoire très émouvante, comme beaucoup, c'est un bel exemple. Mais on est entrain de me dire qu'il s'agit d'un fake : les personnes ne citent pas d'où elles tiennent cette information.
Du coup, je vois qu'il n'y a pas non plus de sources sur ton article.
Alors voilà, je me renseigne :)
 

Melydo

J'utilise uniquement le pronom il !
Je viens donner le même avis que de nombreuses madz ici...
Je ne connais pas assez l'histoire pour vraiment juger, les parents ont l'air d'avoir vu des spécialistes et de s'être creusé la tête, donc loin de moi l'idée de me positionner en expert.
C'est juste que je trouve ça dommage qu'il ait fallu changer de genre pour que cet enfant puisse porter des vêtements batman, faire du baseball et avoir les cheveux courts. Je ne doute pas que dans ce cas, ce petit garçon ait revendiqué fortement être un garçon, et j'aurais fait comme les parents. Mais je me dis que si toutes ses activités "de garçon" ne lui avaient pas paru si inaccessibles en tant que fille, qui sait s'il n'en aurait pas rien eu à faire de son genre (comme moi à son âge) ?
 
Hello ! 

En voyant la vidéo et en faisant quelques recherches sur la famille Whittington, je dirais que les parents ne se sont pas dit "il est transgenre" juste parce que Ryland rejettait tous les jeux/activités/attributs étiquettés « féminins ». 

c'était plutôt des signes, qui les ont amenés à le considérer comme « garçon manqué », mais sans plus. 

Ce qui les a amenés à se renseigner et à chercher le conseil de spécialistes, c'est l'attitude constante de Ryland : ils parlent de "honte croissante" vis à vis du fait de parler de lui au féminin. 

Il parle dans la vidéo, il est dans le bain avec sa petite soeur, et il dit "c'est ma soeur, je suis son frère". C'est marquant quand même O_o

Autant que je me souvienne, j'étais trèèèès garçon manqué quand j'étais petite, ce qui fait que les adultes me prenaient souvent pour un garçon. Et ça me rendait folle ! 


Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.


Alors sans comprendre véritablement ce que peuvent ressentir les personnes transgenre, je conçois pourtant que même à 5 ans, on puisse ressentir une adéquation ou une inadéquation entre son identité "sociale" et son identité "ressentie". (Je ressemblais à un garçon, je me comportais socialement comme un garçon, on me prenait pour un garçon, j'étais une fille. Ryland est considéré socialement comme une fille, or lui, c'est un garçon. Pour moi, c'est pas plus compliqué que ça.) 

Quant à l'adolescence, j'imagine que les parents continueront de soutenir Ryland, et de l'accompagner dans sa transition, qu'elle implique un traitement hormonal, de la chirurgie ou pas. :dunno:
 
pignoouuf;4764477 a dit :
Est-ce que je pourrai connaître la source de cette vidéo @Marie.Charlotte  ?
Je l'ai partagé sur mon mur Facebook parce que je trouve l'histoire très émouvante, comme beaucoup, c'est un bel exemple. Mais on est entrain de me dire qu'il s'agit d'un fake : les personnes ne citent pas d'où elles tiennent cette information.
Du coup, je vois qu'il n'y a pas non plus de sources sur ton article.
Alors voilà, je me renseigne :)

Ah, j'ai dû omettre le lien dans l'article, mais j'ai trouvé la vidéo via Jezebel

Et on trouve quand même pas mal de résultats Google sur la Famille Whittington et sur Ryland ; 

De plus, à la fin de la vidéo, on le voit lire son acceptance speech pour une récompense reçue lors d'un petit déjeuner de la diversité Harvey Milk, organisé par le centre LGBTQ de San Diego, dont j'ai retrouvé la page Facebook. 

ça serait se donner beaucoup de mal pour faire un fake pour le coup :/
 
Comme apparemment beaucoup de madz, je m'interroge sur l'identité de genre.

Dans ma famille et mon milieu (vachement religieux pourtant), être une fille/un mec ne fait pas beaucoup de différence: ma fratrie et moi, on jouait indifféremment à la dînette ou aux gangsters sans qu'un seul sourcil ne se lève.

Je suis née femme, et pourtant je ne pense pas avoir une identité de genre particulière: pour moi, mon sexe détermine juste avec qui je peux avoir des gosses, et puis... c'est tout.

Pour moi, me demander si je me sens de genre féminin ou masculin a autant de sens que de me demander si je me sens gauchère ou droitière, ou à quel groupe sanguin je m'identifie...

Le genre n'a quasiment pas joué dans la construction de mon identité (sûrement parce que ce genre de trucs se construit trop tôt pour que les remarques de certaines pestes en sixième sur mon absence de maquillage joue dessus).

Je me rends compte que c'est loin d'avoir été le cas pour tout le monde, et le fait qu'un gosse de 5 ans ait intégré l'équation "je joue au ninja=je dois être un mec" me fait peur concernant la pression sociale dans certains milieux...
 
  • Big up !
Reactions : Habé
Et si cette enfant, physiquement "petite fille" avait un syndrome de non impregnation des hormones mâle est était génétiquement... Un garçon! Être trans genre c'est décider " ben je préfère été une fille. Ou un gars, tiens". Non c'est être autre que ce que montre le corps. Bravo à ses parents qui aime leur enfant et veullent son bonheur. Pas juste le leur.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes