Altheea, celle qui a témoignée et tous ceux qui sont "surdoués" le lien d'un forum d'HP, de surdoués...
ZEBRAS CROSSING, rencontres entre Zèbres

Comme Altheea, j'ai pas passé le test, j'ai pas vraiment envie puis ça coûte pas mal cher oO. Puis comme m'a dit mon meilleur ami, savoir que je suis intelligente, que je peux réussir est suffisant pour moi pour avancer.

J'ai toujours été énormément distraite en primaire. Mais j'ai pas eu particulièrement de brimades parce que c'était une école d'un quartier pas mal riche, donc le niveau était très bon. Par contre au collège. Chewing gum collé aux habits, dans les cheveux, coup d'encre sur le visage, blanco ouvert lancer sur mon pull préféré (là je suis toujours en colère pour ça, sérieusement ? Un Blanco, ce pull en cachemire m'avait été offert par ma soeur.), insultes. Quand une des personnes était en colère et devait se défouler, on se défoulait sur moi. Pourquoi ? Trop douée en dessin, trop passionnée de sciences, trop à cheval sur la signification des choses. Bon, une ou deux fois je l'ai cherché.
Mais ce que je supportais le moins, c'étaient les CPE, les pions, qui ne disaient RIEN, ne faisaient RIEN. Je crois que c'est sûrement ça qui m'a fait perdre foi en l'humain en généralité. Ma façon de me protéger était de savoir que moi au moins, je pourrai m'en sortir, réussir ma vie et de pouvoir me réfugier chez mes amis. Tous plus vieux que moi, sans mon meilleur ami, j'aurai fini complètement folle ou morte. Les discussions et les rires avec mes amis étaient et sont toujours les moments auxquels je me rattache quand je ne me sens pas bien. Ma famille ne comprend rien, mes parents s'en foutent, je vis même seule dans un appartement à moi depuis le lycée.

Enfin, ça m'a rendue très froide, misanthrope, prétentieuse et blasée. Et ça m'a aussi donné envie de m'en sortir, réussir coute que coute pour pouvoir les regarder de hauts.
Mais les "surdoués" (Dieu que je hais ce mot, entre nous on s'appelle zèbre d'après le livre "Trop intelligent pour être heureux ?") ont des histoires très divers, certains sont extrêmement bien intégrés, sans problèmes... mais je reste l'un de ceux qui sont "handicapés sociaux" comme m'appelle ma meilleure amie. Je peux rester paralysée de timidité parce que j'ai peur de dire quelque chose de déplacer ou je peux dire des choses complètement déplacer quand je me lance...

Enfin, tant de souffrances qui pourraient être évité. Comme d'habitude c'est le manque d'information. Vive notre société, ça changera peut-être à la St Glinglin.
 
@LacrimaD

Merci pour les infos, je connais le site et ai lu le livre il y a maintenant quelques années. ^^

Au niveau du handicap social je dirais personnellement que je suis un peu le "cul entre deux chaises" d'une part je n'ai aucun mal à discuter et a avoir un premier "rapport social" avec les gens mais c'est quand je commence à vouloir me lier que les difficultés se multiplient, malgré que je possède un groupe d'ami fidèle avec qui je me sens bien et j'arrive à me lâcher.

Je dois personnellement aussi dire qu'il ne faut pas hésiter quand on se sent mal à aller trouver un psy, j'en ai consulté une pendant un an (pour ça et d'autres choses) et ça m'a beaucoup aidé non pas à "changer" ce que je suis mais bien la manière dont j'appréhende le monde et les autres.
En apprenant à gérer aussi bien mes émotions que mon cerveau qui galope sans pause.
 
Lasia;2687535 a dit :
Euh, non... Elle a rarement été comprise.;)
Je pense qu'elle signalait justement la mauvaise phrase à la rédaction qui a depuis remplacé le "était" par "été".



J'ai été rejetée en primaire mais surtout subi beaucoup de violences (surtout morales) au collège parce que j'étais "l'intello", la première de la classe, celle qui savait toujours tout, celle qui n'avait pas besoin de réviser ses leçons pour réussir. Et pourtant j'étais loin d'être surdouée, donc je n'imagine même pas ce que ça doit être à ce niveau. J'essayais d'avoir de moins bonnes notes pour qu'on ne me remarque pas. Mais j'étais dans de "mauvaises" écoles et je crois que le contraste a beaucoup joué puisque je me suis ensuite retrouvée dans un bon lycée où j'ai complètement pu repartir à zéro, avec des gens de mon niveau.
Par contre comme @Meenah, j'ai dû apprendre à travailler toute seule une fois en prépa. Je suis complètement incapable d'apprendre quelque chose par cœur, parce que je retenais tout sans apprendre. Alors je me suis toujours démerdée sans jusqu'ici, je suis en bac+5 et je n'ai jamais redoublé donc j'imagine que ça fonctionne. Mais je considère que c'est une grosse lacune par rapport aux autres. Les professeurs et les parents ne portent pas assez attention aux bons élèves. D'ailleurs j'ai toujours eu de mauvais contacts avec mes maîtresses et professeurs qui me négligeaient, ou parlaient de mon hyper-émotivité (?), ou que je devais être une enfant malheureuse (?) ou que je trichais en laissant mes parents rédiger mes devoirs (alors que non je faisais tout toute seule). Bref, ils débitaient conneries sur conneries, j'ai une assez mauvaise image du corps professoral.
 
Altheea, tu me fais un peu flipper, tout ce que tu écris j'aurais pu l'écrire moi même Oo . Sur la difficulté à vivre les choses naturellement sans les hyper-intellectualiser, sur ton rapport aux autres et aux relations sociales... Je vois (et vis) les choses exactement de la même façon !
 
C'est dingue comme je me retrouve énormément dans les témoignages récemment : je me suis prostituée, j'ai pécho un châtelain, et j'ai sauté deux classes. Mais bon, finalement c'est surtout dans les titres que je me retrouve, plus que dans les articles : je me suis prostituée une seule fois et il n'y a pas grand chose à dire si ce n'est que le jeune puceau de 26 ans était aussi stressé que moi, ce n'était une expérience ni marquante, ni enrichissante. Le châtelain était un vrai connard, mais je ne crois pas que ça avait de rapport avec son château.
Et enfin, je garde très peu de souvenir de mes années primaire-collège, seulement je sais que je n'ai jamais eu de problème avec le fait que j'ai sauté des classes (d'ailleurs je ne dit pas que j'étais "surdouée", car sans avoir jamais fait de test je ne pense pas être au dessus de la moyenne, j'avais simplement la chance de m'adapter et de comprendre plus vite que les gens de mon âge), mais les remarques les plus blessantes que j'ai eu était toujours dues à mon âge. Évidemment depuis le CM1 j'ai toujours fréquenté des gens qui avaient au moins deux ans de plus que moi, donc pour moi j'étais au même niveau qu'eux, autant intellectuellement qu'émotionellement, alors ça fait toujours mal de voir que des gens que tu considères comme tes amis te prennent un jour de haut en te disant "de toute façon t'es trop jeune pour comprendre" o_O.


[Anyway, dans la vie j'ai toujours fait de mes soucis des fiertés, alors je les enc*les tous, j'ai eu mon bac à 16 ans, moi ! yeaaah ^^]
 
Enrya;2687697 a dit :
Altheea, tu me fais un peu flipper, tout ce que tu écris j'aurais pu l'écrire moi même Oo . Sur la difficulté à vivre les choses naturellement sans les hyper-intellectualiser, sur ton rapport aux autres et aux relations sociales... Je vois (et vis) les choses exactement de la même façon !
Je crois que c'est simplement plus courant qu'on ne le pense, j'ai plusieurs amis ou connaissance dans le même cas. Mais c'est assez peu explicité par les gens parce que justement on se dit que c'est un mauvais calcul de l'avouer. :)

J'ai tenu à en parler ici car c'est typiquement la partie dont on ne parle jamais quand on parle des gens "surdoués" et qu'en fait bien souvent si on omet "la méchanceté" dont on peut être victime, c'est plutôt de ce fonctionnement particulier que de "l'intelligence" que vienne les difficultés.
 
@Meenah je comprends parfaitement, je me suis mise à bosser en terminale et encore c'etait pas violent, parce que j'ai mon petit égo et que je voulais ma mention au bac (je l'ai euuuu :P)
Ton temoignage c'est exactement ce qui me serait arrivée si j'avais du aller en prépa et je ne remercierai jamais assez ma mère d'avoir su m'expliquer exactement le système et de m'avoir permis de me rendre compte que je ne pouvais simplement pas. J'ai enormement de mal avec le par coeur et je suis spécialiste des devoirs fais à la rache dans le bus le matin. A ma première année en archi je m'etonnais toute seule à travailler 5h de rang sans rien dire mais j'aime ça et tant mieux.

Apres quand au traitement des bon eleves, je suis de l'avis des mad'z qui disent que les professeurs n'y font pas assez attention. Parce que l'attention d'un prof ce n'est pas eulement de savoir si les eleves savent leur lecon mais aussi de voire si ils vont "bien", de participer à leur evolution...

Quand j'etais au collège j'ai participé à une étude sur les bons élèves, une dame est venu ous poser des questions sur comment on se sentait, sur nos rapports avec les autres dans la classe, sur l'attention des professeurs, sur l'adaptation des methodes de travail ect. Et elle m'avait expliqué que ce genre d'étude etait tres rare parce que tout le monde se focalise sur les élèves en difficulté et qu'elle avait choisis de prendre le contre pied parce que se petite voisine avait fait une fugue à cause du traitement que les autres eleves lui faisaient subir au collège... Même à 12 ans j'ai trouvé ça deplorable que un problème doive arriver pour que quelqu'un s' interresse (et je crois bien que je lui ai dit ^^)

En tout cas courage à toutes les Mad'z qui ont vécu ça et qui ont su patiemment attendre que les gens autour d'elles deviennent mature...
 
Altheea Je ne suis pas entièrement d'accord. Quand j'étais allée voir un psy, je ne savais pas que j'étais surdouée (j'avais tous les préjugés sur le sujet), et ça s'est très très mal passé. D'ailleurs ça n'a duré qu'une séance, il n'a rien compris, me prenait pour une simple ado en crise... et je l'avais plutôt très mal pris. Voir un psy oui, mais si possible informé sur les surdoués.
Enfin je suis un peu blasée au niveau des psys, généralement, je ne fais plus confiance qu'à mon groupe d'amis qui me connait depuis des années et savent m'aider, ils ont d'ailleurs plutôt bien réussi.
Puis c'est cher haha.


Pour le faite de bosser en cours, je suis en 1èreS, j'ai commencé à vraiment bosser sans trop être strict sur ma méthode. On m'avait prévenu depuis longtemps qu'une méthode de travaille ne se construisait pas du jour au lendemain, et je compte faire prépa donc, je me suis dis que si je voulais réussir, je devais commencer à bosser.
J'ai la chance d'avoir des amis qui n'ont pas du tout peur de me "rabaisser" pour mon bien. A la fin je deviens une grosse angoissée, mais j'ai peur et je me renseigne à mort pour me rassurer, donc je peux à peu près prévoir les gamelles, je sais que tout n'est pas gagnée comme ça l'a été au début de ma scolarité.

Après tous les surdoués ne sont pas précoces. Malgré tout j'en connais un où sa mère n'a pas voulu qu'il saute 2 classes, alors il a fini par faire je ne sais quoi. Maintenant il a déjà redoublé sa 2nde, redoublé sa 1ère... Terminale on ne sait pas encore haha.
 
J'ai été tellement touchée par ton témoignage que je me suis inscrite pour y répondre (après de nombreux mois de fou rire à surfer sur ce site).

Je suis la 3ème enfant d'une famille de 5. Tous sont surdoués...sauf moi.
3 de mes frères et s?ur ont sauté des classes (5 années d'avance à eux 3 = la classe), le 4ème a transposé son intelligence dans la musique classique, ce qui lui donne un statut de pianiste pro et futur chef d'orchestre (je croise les doigts) à 15 ans.
Tous ceux en avance dans le système scolaire ont eu des problèmes par rapport aux autres : en primaire c'était la tête dans les toilette, être obligé par les autres enfants à montrer ses fesses au prof, puis au collège c'est devenu le grand classique de la pétition, le rôle officiel de tête de turc de la classe, les menaces de mort et pour finir la dépression sévère du 5ème de la fratrie cet été (12 ans et déjà des scénarios de suicide en tête :cry:).
Oui les enfants sont ignobles, on les emmerde à leur faire sentir leur infériorité, et ils se vengent connement, mais le pire c'est que les profs ne bougent pas le petit doigt parce qu'eux aussi se sentent comme des merdes quand ils nous parlent.

Pour ma part, je n'ai "rien d'exceptionnel" (comme m'a dit une de mes collocs l'autre jour:v:), mais je me suis très rarement sentie à l'aise en dehors du cercle familial. J'ai grandi avec eux en apprenant le respect de l'autre et la sincérité, ce qui m'empêche de nouer de vrais liens avec les autres (en dehors de mon fiancé que j'ai rencontré à 13 ans).
Ce n'est pas la timidité qui me bloque, mais je ne peux pas m'empêcher d'analyser les autres (et moi-même), et de ne pas supporter ce que je considère comme de l'hypocrisie. Au final j'arrive à faire illusion, et je ne suis plus rejetée à l'heure actuelle (j'ai fait une dépression en 1ère à causes de petites pétasses envieuses), mais je me retrouve à presque 19 ans sans jamais avoir eu d'amis sur qui compter.
J'ai donc les inconvénients des surdoués (isolement, désillusion à l'arrivée en étude sup'), mais sans les avantages :nerd:. cool.....

Je soutiens de tout mon coeur les madz qui sont passées par là, ne perdez pas courage.:Pom:
 
Well, je ne suis pas surdouée (enfin j'ai jamais fait de test malgré le fait que mes profs l'aient demandé encore et toujours à mes parents qui n'ont pas cédé mais je pense pas.) Par contre, j'ai toujours été première de ma classe, hyper timide et introvertie. Le cliché de la bonne élève donc. Et je m'en suis pris plein la gueule tout au long du collège, pas d'amis, les gens qui faisaient du bruit quand je répondais au prof pour pas qu'il m'entende, et qu'il me répète encore et encore "Plus fort !" Ce qui me tétanisait de peur, évidemment, angoissée comme je suis. Enfin, j'ai peu de souvenirs. (La mémoire sélective aussi peut être.), mais mes parents en parlent souvent, ça les a vraiment horrifiés, je pleurais le matin ET le soir pour pas y retourner, mais j'aimais apprendre... Enfin, mes profs ont toujours voulu me faire sauter une classe, et mes parents ont refusés. (Ils doivent être un peu réac sur les bords, ahah), et je les remercie, parce que je sais que ça m'aurait pas réussi du tout. Maintenant, je suis en prépa, et j'ai toujours un peu plus de facilité que les autres, même si je suis obligée de travailler beaucoup, mais on va dire que je comprends plus vite quoi. Mes relations aux autres se sont beaucoup améliorées, justement parce que beaucoup ont connu les mêmes difficultés, et c'est rassurant de voir qu'on était pas seuls au final. Du coup je comprends la cruauté des enfants, même si en primaire, ça me parait super tôt pour être aussi stupide.

Par contre, quand je fais la comparaison avec ma cousine, surdouée, test de QI, saut de classe et tout le reste, je me dis que mes parents ont eu la meilleure réaction possible. Parce que quand elle a été "diagnostiquée" (bizarre ce terme, c'est pas une maladie...) sa mère a commencé à la considérer comme un génie, et du coup elle se prenait pour la reine du monde, donc elle a eu beaucoup de mal à se faire des amis. Et en arrivant au lycée elle s'est pris un choc, parce qu'il a fallu qu'elle commence à travailler, mais elle arrive pas, et elle est devenu une élève plus que moyenne. Et maintenant qu'elle aussi voudrait faire une prépa, ben c'est mort, elle a pas les résultats pour les lycées qu'elle voudrait.

Tout ce pavé pour dire que l'auteure(?) a quand même eu la chance d'avoir une mère qui réagisse bien, parce que des fois les parents déconnent totalement à ce sujet. :/
 
Il y avait deux élèves précoces dans ma dernière classe et j'ai eu une petite formation sur le sujet, et je tiens à préciser qu'assez fréquemment les enfants précoces sont en difficulté scolaire ou du moins n'ont pas tellement de facilité car ils ne réfléchissent pas comme la majorité et ne réussissent donc pas à rentrer dans le moule scolaire. Le fonctionnement du cerveau des enfants précoces est différent de celui des autres, leur capacité de mémorisation est souvent très importante mais il ne s'agit pas d'une mémoire de travail qui permet de retenir les méthodes.

Bref, chaque cas est différent.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes