Très Bon article .

Je me rappelle qu'un jour , je discutais avec ma mère et on parlais de notre ancienne voisine . Pour faire court mon ancienne voisine lui avait dit qu'elle avais voter FN parce qu'elle en avais marre et puis ma mère lui avait répondu et moi je suis quoi ? Et bien sur elle lui avait répondu " mais toi tu n'es pas pareil etc" . Alors sur le coup j'ai demandé a mère se qu'elle avait ressenti , et puis elle a haussé les épaules en me disant ahh tu sais , je ne lui en veux pas .

Et sur ce coup , j'ai répondu - mais tu n'a pas essayé de te justifier ? Et ma mère m'a répondu qu'elle n'avait pas à ce justifier , bien sur cela n'était pas plaisant à entendre mais voilà c'est comme ça .

Bon ma mère a bien attendu des années avant de me raconter toutes les conneries que disait cette voisine pourtant gentille et que je ne haie point après révélation mais elle insistait toujours sur le fait qu'il fallait "qu'on sois plus fort" et "qu'on devais montrer nos preuves et qu'on est pas chez nous" ...

Il est vrai que je n'étais pas là au moment ou l'ancienne voisine disais tout ça , mais je sais pas si j'aurais réagi comme ma mère ...

AH je parle trop :)
 
Dernière édition :
Léontine;2059060 a dit :
Dans ma famille c'est genre :
1/Nathan il fait sa bar mitza demain....
Réaction: quoi il est juif? Pourtant ils avaient l'air normaux !!!!!!!!:oo:
2/Marie sa mère est en couple avec Valérie.... Quoi???? avec une fille???????? et Marie elle est normal? :knockout:
3/Jj'ai rien contre les noirs mais n'en épouse pas un ma fille, ni un juif, ni un protestant, ni un typé ni un ......
Soit je répond tu veux le choisir à ma place ???On est plus au XVI ème siècle!!!! :scream:ou je dis que je ne vais pas prendre un petit copain mais une petite copine. XD

Franchement on est au 21 ème siècle, ma meilleure pote est juive, j'ai des potes blacks, typés, musulmans, protestants, cahtoliques, végérariens....... et j'aime le mélange des couleurs .Les différences enrichissent nos relations!!!!! Rester entre blancs c'est ca qui fais que l'on deviens raciste!!!!!
"rester entre blancs c'est ça qui fait que l'on devienne raciste", euh comment dire, ta phrase est d'une betise sans nom.
je suis une jeune femme noire, et ce genre de propos j'aime pas.

le racisme c'est AUSSI qd on se dit que le noir nepeut qu'etre un "bon sauvage" incapable de faire du mal, tout gentil, etc.

ben non, un noir est un homme, donc capable de bonnes et mauvaises choses, au meme titre qu'un blanc, un asiat, etc.

non ms je veux bien que vous clamiez votre "toléraaaance", mais pas au point de dire des bétises qd meme.

les gens ne sont pas racistes parce qu'ils trainent avec des gens de leur type ethnique hein.

et enfin, je dirai que le témoignage est une claque. ms il est cruel envers le pere, disons que ça aurait été plus interessant de voir la tiraillement entre ton amour pour ton pere, et son attitude lamentable vis a vis de certaines "minorités"

du coup je suis étonnée que bcp aient été touchées, ce texte enfonce des portes ouvertes. il manque un truc.
 
En lisant l'article, j'ai eu l'impression que c'était moi qui l'avait écrit tellement j'ai vécu la même chose ! A ceci près que mon père est le fils d'italiens naturalisés et que mes deux parents sont pieds-noirs...

Le racisme, chez moi, c'était tous les jours. Ma mère avait divorcé des années avant ma naissance, mais la relation entre mes parents était compliquée et il venait tous les week-ends chez nous. On habitait dans un quartier HLM et chaque action de "petits cons" (comme brûler une poubelle, voire une voiture) entraînait des flots d'insultes à l'adresse de ceux qu'il appelait les "bougnoules", les "melons"...
Contrairement à celle qui a écrit l'article, ça m'a laissé de graves automatismes, et maintenant que j'ai échappé à l'influence de ce "gros con", je fais constamment un travail sur moi pour ne pas tomber dans ses pièges. Je ne vois plus mon père moi non plus, et c'est un sacré soulagement pour de nombreuses raisons!
Quant au racisme des "gros" ma grande soeur en surpoids a tellement mal supporté les insultes et dédain quotidiens, qu'elle est partie de chez nous dès sa majorité et ne nous a plus reparlés pendant cinq ans...

Alors au début on se dit "après ce qu'ils ont vécu en Algérie pendant la guerre, ce n'est pas étonnant qu'il soit comme ça" on essaie de trouver des excuses, mais au bout d'un moment les excuses ne tiennent plus: les fils et filles d'immigrés font partie de la masse des français aujourd'hui, et les "arguments" (si on peut appeler des conneries "arguments") contre eux ne valent pas un clou!
J'ai remarqué ce racisme chez la plupart des pieds-noirs que j'ai connu, mais pas tous (les généralités, c'est le mal!): en effet ma grand-mère qui est née là-bas a vu sa fille se marier avec un marocain. Au début ça doit faire bizarre, mais aujourd'hui ils sont en bons termes...

Bref, je vais continuer à me "déprogrammer" toute seule...
 
  • Big up !
Reactions : Lsophieful
Cet article me touche profondément, dans la mesure où j'ai connu la même chose, à peu de détails près.

Pour mon père, tout ce qui n'était pas blanc, athée et d'origine 100% français était "sale" : "sale arabe de merde", "sale juif", "saleté de noirs", et j'en passe. Les religions en prenaient aussi pour leur grade : si ce n'était pas à l'image de mon père, à ses yeux ça n'avait rien à foutre en France. Finalement, personne n'était épargné, pas même les DOM TOM. Et le problème se posait là, justement : ma mère est réunionnaise. Par conséquent, je le suis aussi. Et grandir avec quelqu'un qui vous rabâche que les gens qui partagent vos propres origines ne sont tous que des "alcooliques qui passent leur temps à se battre avec les couteaux à canne à sucre".

A 10 ans, j'étais donc déjà vouée à être une alcoolique, et a tuer des gens avec une machette. Quand est suffisamment âgé pour comprendre que ça ne veut rien dire, ça n'a aucune conséquence. Mais quand on est encore petite fille, on a peur. On est terrorisée. Pourquoi ? Parce qu'on ne cesse de nous répéter que les adultes connaissent le monde mieux que nous. Alors forcément, je m'attendais à être perçue de la même façon par tous les "français de France" (pour rester correcte).

A cette époque je vivais chez mon père (mes parents sont séparés, à la surprise de personne), et c'est donc tout naturellement que j'ai finis par me tourner vers les seules personnes qui ne jugeait pas les gens selon leurs origines (du moins, à l'époque, j'en était convaincue) : les étrangers ! Pour le plus grand malheur de mon paternel.

D'ailleurs ma meilleure amie est tunisienne, et n'a passé qu'une fois le seul de notre porte. Et si j'avais précisé à mon père que mon fiancé actuel avait, comme moi, des origines réunionnaises, j'ai bien peur qu'il ne l'aurait jamais passé, alors que je tenais à le présenter à ma famille. Il me l'a d'ailleurs souvent dit "je ne veux pas que des étrangers viennent foutre la merde chez moi". D'ailleurs, sa première question, quand je lui ai dit que j?emmènerai mon fiancé avec moi quand je viendra passer 3 jours chez lui, a été : "il vient d'où ?". Je n'ai qu'un père, mais je ne suis pas vraiment sure que ce soit la première question qu'on pose à sa fille quand elle nous annonce qu'elle vient avec notre future gendre.

Finalement, des années plus tard, ça m'est restée : je suis toujours plus à l'aise avec les gens qui ont des origines étrangères : européennes, asiatiques ou africaines, peu importe. Mais il y a toujours un peu d'ailleurs en eux, et ça me réconforte. Pas que j'ai quelque chose contre ceux qui sont "juste" français, hein. C'est juste que cette peur du jugement reste. Ce sont des clichés bien sur, mais c'est la petite séquelle que j'ai gardé après des années à entendre les propos racistes de mon père.

Je m'excuse pour ce post un peu long, mais j'avais envie (et peut-être même besoin) de partager mon expérience avec d'autres.
 
Ton article est touchant... Je sais pas comment j'aurais réagi si j'avais un père raciste. Je le serais devenue, peut-être, ou j'aurais eu peur de le devenir.
Ce sont nos parents qui nous élèvent, qui forgent notre esprit, et c'est beau de voir que tu as réussi à ne pas te laisser communiquer son racisme - qui est apparemment très fort d'après ce que tu dis.
Je suis fille d'immigré marocain mais je n'ai jamais eu à souffrir de racisme... Je sais qu'il est là, qu'il existe et même de plus en plus ( rien qu'à voir que le FN explose son score ) mais j'y ai jamais vraiment été confrontée.
Du coup j'ai tendance à croire que tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ! C'est pour ça que ces choses que ton père dit m'ont choquée, j'arrive pas à croire qu'on puisse penser comme ça.
Y'a un type dans ma classe ( parce que je suis toujours au lycée ^^) qui un jour s'est laissé aller à lâcher de petits trucs racistes du genre " j'aime pas les noirs " ou " ah c'est un arabe alors c'est un voleur ".
Inutile de dire que tout le monde lui est tombé dessus avec des exclamations horrifiées " Oh qu'est ce que t'as dit ??? Répète ??? Je savais pas que t'étais comme ça ! Mais pourquoi tu dis ça, c'est tes parents qui te l'ont dit ?? "

Eh oui, on pense toujours que le racisme de quelqu'un vient de ses parents, parce que c'est eux qui nous éduquent, qui nous inculquent les valeurs en lesquels ils croient... et aussi leurs vices.
Bref, je suis contente de pouvoir avoir des amis de toutes origines, des copains de toutes origines et ainsi de suite... je m'étais pas rendue compte à quel point c'est une richesse.
 
Ca me fait penser à une BD de Manu Larcenet, je crois que c'est dans "le combat ordinaire". Peut-être pas en fait (RAAAH JE SAIS PLUS)
A un moment, il y a des ouvriers qui discutent. L'un d'eux dit qu'il va voter FN, parce que les immigrés volent son travail. (Sous-entendus qu'il y a beaucoup d'immigrés qui travaillent en tant qu'ouvriers, ce qui me parait plausible, mas bref, j'en sais rien à vrai dire.)
Et dans cette bande de copains et collègues, il y a un immigré arabe.
Alors le personnage principal dis au premier, "Comment tu peux dire ça alors que ton pote [insérer ici le nom de l'immigré arabe], lui aussi c'est un immigré?"
Et l'autre répond : "[insérer ici le nom de l'immigré arabe], lui c'est pas pareil, il était là avant."
Ou "c'est mon ami"
Ou alors juste "c'est pas pareil."
Je sais plus.
Bref. je suis en train de me dire que mon commentaire sert à rien tellement mon souvenir est flou. Voilà voilà. :lol:


Quant au témoignage, en lui-même, je sais pas trop comment j'aurais pensé aujourd'hui si mon père avait été raciste. Mes parents m'ont élevés en m'inculquant (plus ou moins) des valeurs de "tolérance", ou plutôt de respect de chaque "race", chaque orientation sexuelle, chaque religion.
Bien sûr, mon opinion s'est plutôt forgée en grandissant, en m'informant, en m’impliquant, mais je pense que l'éducation de mes parents aurait joué un rôle capital dans ma manière de penser.
On m'a jamais dit " Tu dois aimer tout le monde", mais on ne m'a jamais dit non plus "Eux, tu dois les rejeter".
Mon père n'a jamais eu de phrase ou d'expression raciste genre : "bougnouls", ou critiqué les manouches. C'est d'ailleurs lui qui m'a appris que ce n'était pas un mot péjoratif. Dans mon école (en primaire, s'il vous plait), les autres l'employaient comme une insulte en désignant les gens du voyage qui s'était temporairement installés dans mon bled. Alors qu'ils ne faisaient rien de mal!
Je sais pas trop quoi penser de mon éducation du coup.  En fait on m'a toujours laissé décider de mon opinion toute seule. Est ce que ça aurait été la même chose si mon père avait été raciste? J'en sais rien.

*le pavé du jour*
 
Je suis bluffée. Non seulement parce que c'est un très bon article très bien écrit, mais aussi parce qu'apparemment, on a exactement le meme père, et peut etre bien le meme copain ... :d
Du coup, bravo, un bon compte rendu de la situation !
 
Tout était beau, tout était très bien écrit et puis PAFF! le couscous à la fin qui m'a un peu dérangé x) C'est comme dire à qqun "ah t'aimes les spaghettis toi? t'es italien ou bien??". 'Fin c'est qu'un détail :P

Sinon, l'article est vraiment génial et assez morbide en faite (plus pour les gros d'ailleurs avec le "il faudrait les tuer" que pour les arabes et noirs qui est déjà plus banalisé quoi)... Et puis pareil, mon père ne veut pas que je sorte avec un blanc et pourtant baaah, je ne sors quasi qu'avec des caucasiens!
 
merci pour cet article... Moi, je me demande juste si les filles qui m'ont trainées dans la boue pendant des mois m'ont oubliées, probablement. moi je n'oublies pas l'angoisse, les insultes, les surnoms, la timidité, la dépression que ça a engendré...
 
Merci pour cet article, en ce moment dans ma famille c'est pas jojo niveau tolérance... Il m'a vraiment fait du bien!

En revanche je ne peux pas passez outre tout ça, du moins je ne peux plus. C'en est arrivé à un point où chaque membre de ma famille est devenu pro-FN (voir même favorable à la peine de mort.... M'voyez l'ambiance). Résultat je me retrouve seule à prendre sur moi pour ne pas exploser à chaque réunion de famille où la discussion dérive vers le fameux "tous ces délinquants d'arabes faut les foutre dehors".
Mais si encore on pouvait en discuter calmement.. A chaque fois que j'ai le malheur de dire qu'un nationaliste qui saccage une mosquée est au moins aussi fautif que le délinquant qui tabasse un flic on me dis que "c'est pas pareil", "qu'il faut les comprendre aussi", que je ne suis encore qu'une "gamine qui ne connais rien à la vie" et évidemment que "de toute façon toi tu ne fait que défendre l’immigration de la délinquance".
Plus ça va et plus ils deviennent agressifs, mon père surtout, ce qui fait que je me demande vraiment ce qu'il se passera par la suite, si j'arriverais encore à prendre sur moi. Je n'ai pas envie de couper les ponts mais plus ça va et plus je redoute de les voir, de peur qu'il me dégouttent d'eux même avec toutes ces idées nauséabondes.
 
Pour répondre à la question de l'auteur : oui on peut aimer son père même s'il est raciste
Mon père déteste les noirs, les arabes et les juifs sionistes. Il ne se considère pourtant pas comme un être de la race supérieur, il va juste crier comme quoi ils prennent le contrôle de la France, crier à des complots et être contre l'émigration.
On ne peut pas juger une personne sur qu'un seul de ses défauts. Mon père est une personne d'absolument adorable, toujours prêt à aider les autres. Il est toujours marié avec ma mère, qui a des idées plus gauche, et ses deux filles ne sont pas racistes.
Même si s'est souvent engueulé à cause de ça, on a finit par arrêter d'en parler pour éviter que les repas à table finissent en crise de larme. Oui, mon père est contre l'émigration mais je l'aime parcequ'on ne peut pas détester un humain à cause d'une opinion qu'on n'adhère pas.
 
Dernière édition :
  • Big up !
Reactions : Tubbs
Juste une remarque au sujet de l’affirmation suivante :
« Et les cons, croyez-moi, il y en a beaucoup plus qu’on ne le croit. C’est par exemple cette personne qui me dit qu’en prépa, il n’y a pas de gosses d’ouvriers. »
Certes, la déclaration de « cette personne conne » (je paraphrase) est une exagération, mais elle met le doigt sur un véritable problème : les inégalités d’accès à l’enseignement supérieur. Un enfant de cadre ou de professionnel libéral (médecin, avocat…) a non seulement plus de chance, statistiquement, d’accéder à l’enseignement supérieur, mais il fera aussi sûrement des études plus prestigieuses qu’un enfant d’ouvrier. Il est beaucoup plus simple de faire une prépa quand on a des parents qui ont des diplômes et des postes prestigieux, qui s’attendent à ce que leurs enfants aient un parcours universitaire brillant et sont prêt à payer pour. Parallèlement, l’enfant d’ouvrier a souvent moins d’exemples de personnes qui ont fait des études dans sa famille. Cela associé à la culpabilité ressentie à l’idée de ne pas gagner sa vie pendant des années d’études, voire d’être un fardeau financier pour des parents qui ne sont pas aisés, restreint l’accès de cette catégorie sociale (la mienne) aux études, en particulier type prépa, grandes écoles etc. qui reviennent plus cher que la fac (durée du parcours + coûts d’inscription). Cette déclaration que l’auteure critique, j’aurais donc pu moi-même la faire, pas parce que les enfants d’ouvriers sont des teubés, mais tout simplement parce qu’il y a toujours des inégalités sociales en termes d’accès aux études supérieures (même si en France on n’est pas trop mal). J’vous mets une étude de l’Insee en pj, voilou :happy:

http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/es361b.pdf
 
Dernière édition :

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes