Tes études vs Tes parents.

J'ai réussi à décrocher ma Licence du premier coup la semaine dernière, et mes parents m'ont à peine félicité. J'ai toujours bien réussi avec des notes correctes mais ils ne s'en rendent pas compte.
Je ne sais même pas s'ils savent quelles études je fais réellement, et pour le master de l'année prochaine, ils savent seulement que je vais à Montpellier, mais faire quoi ? Ils n'en ont aucune idée.
Je me débrouille seule dans la recherche de l'appartement, de savoir quand je vais me rendre là-bas pour les visites, l'inscription et je sais même pas s'ils m'accompagneront.
C'est décevant, rageant de voir que ses propres parents ne se préoccupent pas des études que je fais, mais c'est devenu une habitude. J'ai comme l'impression qu'ils vont me reprocher de continuer jusqu'au master 2 car pour eux ils voudraient que je bosse maintenant, avoir une situation stable. Ils disent toujours "Si tu fais des études longues, j'espère que tu auras un boulot plus tard". On est sur de rien, seulement que ce que je fais ça me plait. J'espère faire le métier dont j'ai envie, et dans lequel je serai épanouie contrairement à mes parents qui eux font un boulot qui ne leur convient pas.
 
Enfant mes parents ne mettaient pas trop de pression pour les notes, pour eux ce qui comptait c'est que j'ai des bonnes notes dans des matières qui trouvaient importante heureusement pour le bonheur de mon père j'étais bonne en histoire et pour ma mère en arts.
Pour l'orientation postbac j’avoue ma mère ne comprend pas pourquoi je suis en licence de sociologie pour elle ça aurait été plus évident que je sois en école d'art ou histoire de l'art.
Pour l'école d'art ça me fait envie mais je doute de mes capacités et je sais que la pression familiale n'est pas innocente du coup en terminale j'ai fais mon dossier de candidature un peu à l'arrache parce que je pensais pas avoir ma place, en première année de fac j'ai pensé à faire une prépa privé pour préparer les écoles d'arts mais le côté boite à fric, et le fait que ma mère finance tout, et que je doutais encore de mon niveau a fait que j 'ai laissé tombé.
Je pense qu'elle ne veut pas me forcer mais c'est vrai que quand elle parle de ce que je fais à ses amis ça n' aurait pareille que si j'étais aux arts déco.
La je pense faire une école d'assistance sociale, elle ne me décourage ps mais me dit juste "c'est un métier difficile", mais bon si je décide peut être de tout plaquer pour faire de l'art j'aurais tout son soutient.
Je n'ai pas été élevé par mon père et je pense que si ça avait été le cas j'aurais eu beaucoup plus de pression dans la famille de mon père il faut faire une grande école à part sciences po ou l'ens , polytehnique rien ne compte.
Si j'avais habité avec mon père il m'aurait poussé à faire une prépa, que je tente l'ens, et je redoute de prendre de ses nouvelles car je sais qu'il jugera les choix que j'ai fait, qu' il me dira que si il m'avait élevé par lui je ferais quelque chose de plus prestigieux.
Sinon ma mère sait rarement quand je passe mes partiels, les crédits tout ca.
 
Mes parents m'ont toujours soutenue dans mes choix. Ils m'ont laissée partir au Japon pendant un an à 15 ans (avec Rotary) sans vraiment discuter, ils étaient très contents pour moi. Maintenant je suis en LEA Japonais même si j'aurais largement pu faire quelque chose de plus "prestigieux" style prépa, au vu de mes notes en Terminale - mais non, ils sont contents que je fasse quelque chose qui me plaît. Ils ne m'ont jamais mis de pression et je crois qu'ils me soutiendront toujours dans les choix que je ferai (sauf si par exemple je décidais d'arrêter les études complètement).
 
Mon père est ingénieur en informatique, ma mère est au foyer après avoir été secrétaire médicale.
Mes parents ont tous les deux été de très bons élèves et voulaient que ce soit la même chose pour leurs enfants, du coup j'ai toujours eu une certaine pression, ne serait-ce que pour répondre à leurs attentes.
Ma mère a donc été toujours derrière moi, de la maternelle jusqu'à la fin de la 3ème, voir de la seconde. En toute honnêteté, elle m'en a fait baver et voir de toutes les couleurs. Je ne compte même plus les engueulades monstres que j'ai pu avoir avec elle, au point de faire des crises de nerfs. Je pense qu'elle a été plus dure avec moi qu'avec mes frères, peut-être parce que j'étais la dernière.
Mais aujourd'hui, je la remercie. Je n'aurais sûrement jamais eu les résultats que j'ai eu tout au long de ma scolarité si elle ne m'avait pas appris à travailler et poussée à réussir dès le début.

Elle a arrêté de me surveiller à partir de la seconde, tout en continuant à me faire réciter des trucs quand je le lui demandais. Mon père de son côté était moins présent mais m'a toujours aidé dans les matières scientifiques jusqu'au bac, après je n'en ai plus eu. Heureusement d'ailleurs sinon je ne m'en serais probablement pas sortie dans ces matières hinhin.

Par conséquent ils ont toujours été impliqués dans mes choix mais sans jamais rien m'imposer. Quand j'ai voulu faire une prépa après ma terminale, ils m'ont accompagné à la journée portes ouvertes, et étaient super fiers que je sois prise puisqu'elle était assez selective dans son domaine.
En terminale j'avais aussi pensé à passer le concours de Science po avant d'abandonner l'idée par manque de travail, ils ne m'en n'ont pas tenu rigueur.
Par contre, quand j'ai décidé de partir de ma prépa à la fin de la 1ère année, ma mère a été déçue, sans trop le dire. Mon père m'a davantage soutenu même s'il essayait de trouver un juste milieu entre l'opinion de ma mère et mes envies.
Finalement, aujourd'hui ma mère voit que je suis 10 fois plus épanouie à la fac qu'en prépa, je m'en sors bien et je devrais avoir ma L2 (résultats demain, yipi).

En général, je me suis toujours sentie soutenue dans mes choix. Au premier semestre quand j'en avais tellement marre que je pensais à faire une licence pro, ma mère m'a même dit que si c'est que je voulais je devais le faire. Bon finalement en ce moment je me motive pour passer le barreau après un M2, je crois que l'idée lui plait quand même plus :cretin:
 
J'en ai voulu pendant longtemps à mes parents d'avoir largement orienté mes études, et puis finalement je suis pas si mal là où je suis. Mon père m'a beaucoup conditionnée, il veut toujours que je soit la meilleure en tout, me donnait des exercices de fac de maths pour me faire réviser mon bac de maths... J'en beaucoup souffert de la pression qu'il me mettait sur mes résultats scolaires.

J'ai toujours été une bonne élève, au lycée les professeurs voulaient que je fasse une prépa type HEC pour que j'entre dans une grande école... la voie royale il parait. Il en était hors de question, j'étais assez fragile psychologiquement et je n'aurais jamais tenu le rythme en prépa, même si d'un point de vue intellectuel ça m'aurait beaucoup plus. Peut-être qu'aujourd'hui j'y rentrerai, mais à 17 ans je n'en étais pas capable.
Mes parents ont essayé de me convaincre au début "non mais tu sais, il y a une bonne prépa pas loin de la maison, tu pourrais rester ici, mettre les pieds sous la table, et puis ma meilleure amie de l'époque y va regarde comme elle est motivée!". Ils ont fini par comprendre que ce n'était pas pour moi, j'ai donc passé des concours pour rentrer dans une école de commerce post-bac. C'est là que j'y ait été un peu à mon insu. J'execre le commerce, je déteste négocier, je préfère les théories à la pratique. Pendant les premières années de mon école j'étais perdue, j'avais envie de me réorienter, mes parents m'en ont empêché. Ils ont beau dire qu'ils sont ouverts d'esprit, ils ne me voulaient pas ailleurs que dans une filière sélective.

Je rentre en master, et ça va mieux. Le plus gros est derrière moi, je vais maintenant pouvoir me spécialiser dans ce qu'il me plait, même si je n'ai pas encore d'objectif professionnel précis. J'ai rencontré des amis dans cette école, et mon copain, donc finalement ça n'est pas si mal.
J'en veux encore à mes parents de ne pas m'avoir laissée faire mes propres choix, j'aurais voulu me réorienter en fac de lettres, mais finalement je ne sais pas si j'aurais été plus heureuse là-bas.
 
-Alma-;3231065 a dit :
A vous lire je me rends compte qu'il n'y a pas que pour mes parents que la fac est un repère de glandeurs, je n'ai pas non plus de félicitations quand j'ai mon année. Je pense que dans leur esprit c'est tu vas à la fac, tu as environ 20 heures de cours par semaines, et des vacances tout le temps, tu ne vas pas nous faire croire qu'il faut vraiment bosser dur pour réussir, c'est facile, ça ne vaut pas des félicitations.

C'est les préjugés d'un peu tout le monde j'ai l'impression. Mais depuis que je suis à la fac, je me suis rendue compte que finalement c'est pas si facile que ça, surtout dans ma filière, si tu ne bosses pas un minimum c'est difficile de s'en sortir.
 
S'il y a bien une chose dont je suis consciente c'est la chance que j'ai d'avoir des parents qui me font autant confiance.

J'ai toujours été une bonne élève,mes parents étant divorcé ma mère était particulièrement sévère et cela pouvait se ressentir sur mes résultats scolaires....il était hors de question d'avoir moins de 14 de moyenne,quelque soit la matière....

Ma dernière année de collège était d'une angoisse atroce,la plupart de mes camarades étaient excités à l'idée d'aller au lycée...de mon côté je n'était pas tellement emballé...je savais exactement ce que je voulais faire et mes plans n'incluaient absolument pas le cursus général.
Enorme deception pour mes professeurs,aucune réaction de la part de ma mère,mon père quand à lui était trop occupé par son travail pour s'en préoccuper.

3 conseillères d'orientation et des semaines de recherches après,la machine était en route.
J'ai la rentrée suivante intégré un Bep métiers de la mode et industries connexes pour la plus grande fierté de mes parents,qui se sont rendus compte que j'avais une réelle passion pour le domaine de la Mode.
Mon BEP en poche j'ai intégré la section BAC et obtenu mon diplôme avec succès...oui mais voilà...
Après 4 années de couture,patron et croquis à n'en plus finir je commençais quelque peu à me lasser des piqures d'aiguilles et autres tracas.

Mon père voulait à tout prix que j'obtienne mon bac,ce que j'ai fais,puis j'ai claqué la porte et dis bye bye au métier de la confection pour le monde de la....communication.

L'idée me trottais en tête depuis déjà un an, mon avenir était pour moi tout tracé et je comptais bien faire en sorte que mon nouveau plan fonctionne...oui mais voilà,je sortais d'une formation professionnelle qui n'avait rien à voir avec la communication,certes des écoles de com' il en existe,mais pour la plupart toutes sont sur concours.... #désillusion
"Je n'y arriverais jamais,je n'ai pas le niveau " tel était mon discours.
Je tentais donc ma chance et reçue une réponse positive un 7 Avril (oui oui c'est précis)
Mes parents n'ont jamais été aussi fière de moi....et ce fut pour moi une grande victoire envers tout ceux qui ne m'en croyaient pas capable...

Depuis j'ai arrêté mon école le temps d'une année, afin d'améliorer mon anglais dans un autre pays en tant que fille au pair,l'idée est venue de mon père qui m'a même aidé à trouver ma famille d'accueil,ma mère elle s'est occupé des démarches administrative et de payer mon billet d'avion.
J'allais quitter la France pour 10 mois et mes parents étaient encore plus excités que moi,applaudissais mon choix de partir tout en me répétant constamment qu'ils étaient fière de moi.

Tout les jours je ne cesse de me demander jusqu'où ils seraient capable de me suivre,tout en ayant la hantise de les décevoir un jour.

Je pris pour que ce jour n'arrive pas;)
 
-Alma-;3231065 a dit :
Traumen C'est super que tes parents aient "évolué" dans leur réflexion, du coup tu vas tenter l'école de Business de la musique à la rentrée ? :d

Dans tous les cas, je l'aurais fait, les seules choses qui auraient changé c'auraient été un prêt à la banque plus conséquent et de l'animosité dans ma famille :sweatdrop: J'ai déjà commencé les démarches mais vu le volume de documents à fournir, ce sera pour la rentrée 2013 :)
 
Pour ce qui est du fonctionnement des études, ils sont calés, ya eu mon grand frère avant pour leur expliquer.
Pour ma part, ils ont tiré la tronche quand ils ont su que j'étais acceptée en filière communication culturelle après 2 ans d'IUT de commerce.
A la base déjà, je voulais faire un BTS audiovisuel, donc ils s'étaient préparés à me voir dans le milieu culturel.
Mais, je crois qu'ya eu un peu déception qu'aucun goût du commerce ne me soit venu.
Aujourd'hui, j'ai fini les études, je suis en service civique, en attente de mieux, et je me plains pas, je n'ai eu aucun mois sans "emploi" depuis mon diplôme.

Mes parents m'ont finalement toujours soutenue, en tout cas, financièrement parlant et sont contents que je sois épanouie, même s'ils m'ont déjà dit qu'ils m'auraient préféré banquière (pour la sécurité de l'emploi)..
 
C'est un peu hors sujet mais à vous lire j'ai l'impression que en France la fac c'est un peu dénigré non ?!

Pcq en Belgique c'est le contraire, l'université "est mieux vue " que les hautes écoles (entre guillemets hein, ça dépend quelle filières)
 
J'ai beaucoup de chance, mes parents m'ont toujours soutenue dans ce que je souhaitais faire, en l’occurrence des études d'arts/stylisme.
Bien sûr, ils auraient préféré que je fasse une bonne prépa, pour ensuite intégrer de très grandes écoles, surtout que même ma prof de littérature m'a dit que j'en avais largement les capacités. Ca m'a fait hésiter un moment, je me disais que j'allais gâcher mes capacités en ne les exploitant pas, puis zut alors, faut suivre son coeur dans la vie, merde !
Alors maintenant, je me lance dans des études d'art, que mes parents soutiennent financièrement, en espérant que je ne les décevrais pas, tout simplement :)
 
-Alma-;3231645 a dit :
Je connais un peu la belgique et je ne savais pas que l'université était mieux vue que les Hautes Ecoles, par exemple j'ai souvent entendu dire que les écoles d'architecture (Saint Luc je crois) sont assez réputée ? ...
.

En fait je me suis mal exprimé (je savais que ça risquait d'être mal compris) mais j'ai l'impression que cette image de "à la fac on glande" se retrouve plus en France pcq il plus "valorisant" d'intégrer une haute école.

Pour moi haute école ça renvoit plus à un cursus de type court.

Mais j'avoue que je comprend pas trop le système supérieur en France, vous avez beaucoup de possibilités différentes je pense..

Et sinon l'école d'archi de Saint-luc est une faculté maintenant. Donc c'est l'université
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes