@Dame Verveine le truc c'est que dans chaque témoignage sur le sujet, il y a des maladresses comme celles qui ont déjà été relevées (un des pires articles que j'aie lu étant celui-ci. On retrouve le même genre de poncifs que dans le présent témoignage, mais avec une tonne de suffisance en plus).
Quand je lis que les polyamoureux ont tout compris parce qu'ils ne se reposent pas que sur une personne pour répondre à leurs besoins, j'ai envie de dire que c'est pas plus sain de compter sur un seul partenaire que sur deux, ou trois, ou quinze, parce que la première personne à devoir combler ces besoins,... C'est nous-mêmes en fait. Si on n'est pas en mesure de le faire, on risque de manquer de sincérité dans les relations, d'instrumentaliser les autres ou de se placer dans une situation de dépendance et d'être manipulé.
L'argument de l'absence de jalousie grâce à l'éviction de l'exclusivité sexuelle ne tient pas non plus à mon avis. Tout simplement parce que ce qui génère la tromperie ça n'est pas tant la promesse de fidélité sexuelle qui serait intenable pour le commun des mortels, que l'existence d'un socle de valeurs autour duquel les partenaires instaurent le fonctionnement de leur couple (dans un couple ouvert ces valeurs seront peut-être même verbalisées encore plus explicitement que dans un couple monogame d'ailleurs). Même avec la plus grande marge de liberté, on peut éprouver le besoin de réaffirmer son identité en dehors de celle du couple et donc finir par transgresser les règles. Juste pour se prouver qu'on est libre à titre individuel et pas seulement dans le cadre d'une relation avec quelqu'un d'autre.

Concernant le sentiment de jalousie lui-même, on peut être monogame et ne jamais l'eprouver (ou alors savoir le gérer), comme on peut être poly et en souffrir sans pour autant que ce soit un signe d'échec. Déjà parce que ça dépend de ce qu'on en fait et de comment on gère cette émotion. L'intelligence émotionnelle ne se mesure pas à ce qu'on éprouve, mais à ce qu'on fait de nos émotions (comment on les identifie, on les accepte, on les verbalise, etc.). Ensuite parce qu'on n'a rien à prouver à personne et qu'on peut très bien décider de suspendre ce fonctionnement ou de l'ajuster si on n'arrive pas à le gérer sans que ça ne veuille rien dire ni du schéma lui-même, ni de soi.
Dans tous les cas, être poly n'est pas un talisman qui protège de la jalousie, tout comme être monogame ne condamne pas fatalement à la ressentir.

Pour ces principales raisons, je trouve peu pertinent de présenter le couple ouvert ou polyamoureux comme une réponse aux défaillances du couple monogame. Non, le polyamour n'est pas LA solution pour s'assurer de vivre une histoire d'amour 100% heureuse et dénuée de souffrance, parce que de toute façon les histoires d'amour qui ne font éprouver que des émotions agréables, ça.n'existe.pas. (ce qui ne veut pas dire qu'il est «normal» de n'en n'éprouver que des négatives bien entendu. Je ne parle que de l'hypothèse où on n'est pas dans une situation d'abus). S'attacher à quelqu'un (famille, ami ou amoureux-se) c'est nécessairement s'exposer à la douleur de la perte. On peut choisir de s'en protéger en n'aimant personne, mais dans ce cas on mène une vie très pauvre et très terne (voire on ne vit pas du tout en fait).
Tout ça pour dire que le polyamour et les relations non-exclusives ne sont pas plus innées ou rationnelles que la monogamie, et qu'elles comportent aussi des écueils, des échecs et des émotions désagréables, parce que c'est le propre de toute relation interpersonnelle en fait. Donc à la limite écrire des articles pour montrer qu'il existe de multiples voies de vivre l'amour romantico-sexuel ou pour présenter le cheminement de personnes qui ont eu le courage de s'assumer telles qu'elles étaient, why not. Par contre chercher à faire croire que le polyamour est le fait de gens plus deconstruits et éclairés que la moyenne, c'est au mieux naïf, au pire malhonnête. On ne devient pas polyamoureux parce qu'on est plus malin que tout le monde et qu'on a trouvé LA recette du bonheur conjugal. On devient polyamoureux parce qu'on a trouvé la recette qui NOUS convient avec telles personnes et à tel stade de notre vie. Le discours autour c'est de la rationalisation pour justifier ce choix auprès des gens qui ne le comprennent pas ou ne l'acceptent pas. C'est uniquement l'existence d'un «contre-modèle» dominant qui oblige à le remettre en cause pour expliquer qu'on s'en détache, mais dans l'absolu je ne crois pas qu'il y en ait un qui garantisse plus de bonheur que l'autre. Ce qui rend heureux c'est de choisir le schéma de relation qui nous convient et de le faire fonctionner, mais ça n'est pas le schéma en lui-même.

Pour finir, je crois que la «normalisation» des relations poly ou ouvertes, passe aussi par le fait d'admettre que parfois ça ne marche pas. Qu'être polyamoureux ça ne veut pas dire se fermer définitivement à la monogamie. Que ça n'est pas un absolu à tenir jusqu'à la fin de ses jours et que ça peut aller et venir selon les personnes et les phases de la vie. Je pense que ça allegerait la pression sur les épaules des gens qui en sont revenus et qui culpabilisent de «trahir» la cause en croyant donner raison aux personnes qui doutaient de leur histoire. Croire qu'il n'y a pas de retour possible vers la monogamie une fois qu'on est poly (ou y voir un échec), c'est créer un fossé artificiel entre les «pro» et «anti» et c'est aussi s'enfermer dans l'idée qu'on représente un camp à défendre et qu'on a un devoir d'exemplarité face à la «partie adverse». Sauf que personne n'est obligé de faire de sa vie l'étendard d'une cause et qu'à la limite, c'est encore plus contre-productif dans le sens où ca radicalise tout le monde sur ses positions, tout en éloignant chacun de sa propre vérité intérieure. Y'a pas besoin de dénigrer la monogamie ou de répandre l'idée que le polyamour c'est forcément l'avenir, pour le faire accepter. Au contraire! Moi c'est le genre de discours qui me crispe encore plus parce que j'ai l'impression de devoir accepter à marche forcée quelque chose qui ne me convient pas du tout et contre lequel je vais d'autant plus m'arquebouter. Alors que le fait de voir ça comme une alternative ni pire ni meilleure que le couple monogame, mais qui représente juste une possibilité qu'on peut choisir ou abandonner à tout moment, ça dediabolise pas mal le truc et ça dispose à plus d'ouverture.
 
Dernière édition :
@PrincessMey
Enfin même s'il ne s'agit pas du tout de quelque chose de nouveau, on peut difficilement nier que le polyamour est hors des schémas traditionnels, dans le cadre de la société dans laquelle on vit. Rien que les questionnements autour de la parentalité dans un contexte polyamoureux, qui ont été évoqués plus haut dans les commentaires, prouvent bien que le polyamour est bien loin de la norme sociale. Je ne vois pas le problème dans le fait de confronter ce modèle de couple avec le regard et les contraintes de la société française en 2019. :dunno:

Je ne me range ni du côté des polyamoureux ni de celui des monogames. Ceci étant dit, quand je lis que les polyamoureux n'ont pas une réflexion sur le couple plus poussée que les monogames, contrairement à ce qu'ils laisseraient entendre, eh bien... Je repense à toutes les discussions auxquelles j'ai assisté, les débats sur exclusivité VS couple libre (ce qui est différent de monogamie VS polyamour mais pour être honnête je n'ai jamais discuté avec des polyamoureux, et je pense que ce sont des mécaniques similaires qui sont en jeu dans ces deux oppositions), et tandis que les couples libres peuvent assez bien expliquer pourquoi ils ont choisi ce mode de fonctionnement (volonté de se défaire de la possessivité par exemple), du côté des exclusifs les arguments se sont toujours résumés à "moi je ne pourrais pas faire autrement", et donc je n'ai jamais vraiment entendu de défense du modèle du couple exclusif... Bien évidemment, personne ne devrait avoir à justifier ce choix, ni auprès des autres ni pour eux-mêmes. Je veux simplement dire que j'ai toujours eu ce sentiment de déséquilibre dans la réflexion autour du schéma de couple entre les deux parties. Ce qui pourrait finir par donner l'impression que les gens adhérent au couple exclusif parce que c'est une norme sociale, et non un choix délibéré.
Après bien sûr mon entourage n'est pas un échantillon représentatif de la population, et par ailleurs je n'ai aucun doute sur le fait que le couple exclusif peut être une décision mûrement réfléchie.

Edit : citation enlevée
 
Dernière édition :
Et puis au final, au lieu d'être une opportunité pour discuter entre poly et curieuses, on se retrouve à se faire basher par des personnes pas concernées. Merci l'espace de discussion.

Moi j'aimerai bien que tout le monde dans sa construction relationnelle se pose la question mono/pas mono. Y'aurait plus de gens comme moi et j'aurais moins l'impression d'être une dépravée égoïste aux yeux de la société.
 
J'aimerais vraiment tester un jour le polyamour. Ce mode de vie m'a toujours attiré. Je me vois vivre dans une communauté où chacun serait libre de vivre ses relations.

J'ai toujours été en couple monogame mais jusqu'à ma relation actuelle, il m'est arrivée quelque fois d'aller voir ailleurs. Je suis avec mon chéri depuis trois ans. On s'est posé la question au départ et lui ne voulait pas de couple libre ou polyamour. Il m'a laissé le choix de continuer ou non notre relation si j'acceptais ce deal, sans me culpabiliser. J'avais envie de voir où ça allait nous mener et j'ai bien fait car aujourd'hui je suis folle amoureuse. Et je n'ai pas eu de crush contrairement à d'habitude. Est ce par qu'on en a parlé et je m'interdis d'en avoir ? Ou plutôt que j'ai trouvé une personne qui comble mes besoins ? Même si en ce moment au niveau sexe c'est moins top car chéri est sur sa thèse.

Concernant la jalousie, je ne la ressens pas mais en même temps je suis en couple monogame. Même si j'ai envie de tester je ne sais pas si le polyamour m'irait.

J'ai eu beaucoup d'échos de la part de personnes poly, des bonnes expériences et des mauvaises. Ce qui en ressortait c'est que ce type de couple a aussi ses difficultés. Parfois c'était cool d'autres fois difficiles. Par contre les personnes m'ont toute dit qu'il était nécessaire avant de se lancer là dedans d'avoir une bonne réflexion sur le sujet et de se faire confiance. Elles m'ont dit que si on avait trop de difficultés, le poly pouvait mal se vivre. Qu'en pensez vous les polys de madz ?

Et sinon je suis d'accord avec le fait qu'on peut être en couple poly puis revenir au mono etc. En fait ça dépend de la personne avec qui on est prêt à s'engager, de ce qu'on est prêt à faire comme concession. Perso je me sens pas du tout enfermée car j'ai choisi d'être en mono. On en discute régulièrement avec mon chéri.

Je peux comprendre certaines madz sur l'arrogance de certains polys. En fait est ce vraiment de l'arrogance ? Où est ce qu'on est touché par peur d'une nouvelle injonction sur le couple ? J'imagine que pour les personnes profondément monogames ça peut toucher d'entendre dire que le couple poly c'est la solution au problème de jalousie.

Voilà ma petite réflexion sur le sujet pas très bien construite. Sorry j'ai du mal à faire des phrases aujourd'hui.
 
Franchement je ne vous comprends pas.
Il y a un article, on le lit, on y réagit sur le topic dédié tout simplement. L’article se pré-destine à qui ? Aux gens qui ne sont pas en couple poly et qui sont intéressés par des réponses aux idées reçues, et en toute logique ça nous englobe nous les monogames qui sommes suffisamment curieux pour cliquer sur l’article en question. On a pas le droit d’en critiquer le ton quand on a l’impression de se faire dénigrer au passage par la personne interrogée, en fait ?

Et par exemple @Dame Verveine peut-être que tous les messages ne s’adressaient pas à tous les poly mais simplement à la personne interrogée et à ceux qui sont dans la même veine ? Comme l’a dit @Chandernagor, pour qu’autant de personnes le relèvent c’est que ça finit par être récurrent dans le discours public ce genre de phrases un peu alambiquées où des personnes poly insinuent qu’ils ont franchi un pas de plus vers l’évolution ou que sais-je....
Un mécanisme de défense peut-être, mais moi j’ai clairement l’impression d’être dans ce style de propos où, parce qu’on fait un truc, on dénigre son prochain qui ne fait pas la même chose et qui n’a teeellement rien compris : Ca ne passe jamais et c’est tout aussi dur de rester sympa. On peut être absolument fier d’avoir trouvé ce qui nous convient, tout en se disant que les autres ont peut-être déjà trouvé ce qui leur convenait et que c’est super. Au lieu de ça j’ai l’impression que certains se croient en plein remake de la caverne de Platon, façon ‘’moi j’ai ouvert l’oeil et je dois éclairer tous ces ignorants dans leur grotte qui n’ont pas su élever leur esprit’’. :rolleyes:
D’où le fait que ça m’ait paru essentiel de remettre les choses en perspective : Les couples poly n’ont rien de nouveau, et non ce n’est pas parce qu’on est pas poly qu’on a pas réfléchi à ses besoins, ses attentes et qu’on a pas pris de recul et compagnie.

@Bronjohn Merci de ne pas me citer, ensuite : Le schéma traditionnel de qui et d’où ? Il y a un seul schéma traditionnel ? Ca sort de TON schéma traditionnel et de ce qui est couramment choisi (et non pas suivi) ici et maintenant, mais ça a été longtemps très répandu en Afrique et en Asie notamment, et je trouve ça soit ethnocentré soit naïf que de présenter le couple poly comme une nouveauté, une évolution qui sort des schémas traditionnels et compagnie alors que c’était la réalité de millions de personnes durant des siècles il y a même pas une génération. Et que par conséquent, dans nos sociétés ici et maintenant qui brassent les origines et les histoires, il y a aussi pas mal de personnes issues de contextes où le schéma poly n’est pas si étranger que ça dans les générations précédentes et fait partie intégrante du ’’traditionnel’’, que ce soit dans leur histoire familiale ou dans le contexte de leurs ancêtres proches.
Dans toute une partie du monde, la polygamie / polyandrie fait plus ou moins partie de la norme sociale. Et c’est en ce sens que j’aimerais bien qu’on arrête de présenter les couples poly comme la nouveauté, l’évolution du couple monogame ou que sais-je. C’est juste un schéma différent.
Et c’est aussi pour ça que ça me saoule qu’on présente le couple poly comme une réflexion ultra poussée tellement inhabituelle alors que… Eh, il y a toute une partie du monde qui est en train de faire évoluer son schéma traditionnel du couple en fait, depuis plus de soixante ans, en migrant d’un schéma répandu de couple vers un autre qu’ils ont eux-mêmes choisi. Juste pour montrer que non, les couples poly occidentaux d’ici et maintenant n’ont pas l’apanage de la réflexion poussée sur leur condition amoureuse et leur couple, ce serait bien de constater que ça se fait partout depuis des lustres et du coup, peut-être même chez les gens qui choisissent de rester mono / poly, on est pas plus idiot que les autres. :)

Quand tu dis qu’il y a un déséquilibre de réflexion, je trouve ça pas très honnête. Les monogames n’ont pas à étaler leur réflexion sur la place publique tout simplement parce qu’ils sont déjà et ont toujours été dans un schéma qui leur convient, c’est normal qu’ils n’aient souvent pas d’autre argument que de dire qu’un autre schéma ne leur conviendrait pas, parce que c’est le cas.
Quant aux polys en revanche, ils se sont placés d’emblée dans un schéma qui n’étaient pas le leur, donc oui c’est normal qu’ils puissent expliquer pourquoi ils sont devenus poly. Tout comme un monogame placé d’emblée dans un schéma poly qui n’est pas le sien pourrait expliquer pourquoi il est mono puisqu’il aurait expérimenté les deux et la contrariété/souffrance d’être dans quelque chose qui ne lui convient pas. Je suis sûre que si tu vas interroger quelqu’un avec ce background, il saura te répondre et tu pourras te rendre compte que non, la réflexion sur le couple n’est pas l’apanage des personnes poly, les mono le peuvent aussi, mais que ce qui diffère réellement dans les arguments c’est que certains ont vécu un truc qui ne leur va pas et les autres non. Y a pas de personnes ayant un schéma plus évolué ou réfléchi ou je ne sais quoi.

@Plumn Mon message vise les polys qui se mettent sur un piédestal en faisant de gros clichés sur les monogames au passage, donc si tu ne fais pas partie de ceux-là, théoriquement tu ne devrais pas te sentir jugée ou mal à l’aise. A aucun moment je n’ai généralisé le discours à quiconque, tu pourras même relire mon message et remarquer que je fais bien la différence entre ceux qui se contentent de vivre leur vie et ceux qui se servent de leurs choix pour asséner des leçons de morale et d'évolution à autrui, comme l’article et… On est sur un topic de réaction d’article. :hesite:
Et tant mieux si tu penses que Madmoizelle est une communauté de poly plus soft mais ne généralise pas car les discours sont pluriels ici aussi, sur plein de sujets dont celui-ci.
Clairement je me fiche que les gens préfèrent être poly ou mono, chacun sa vie, je suis de ceux qui pensent que c’est un non-sujet car chacun fait ce qu’il veut de ses fesses et de ses histoires personnelles tant qu’il ne nuit à personne.
Par contre j’aime pas trop me faire prendre à demi-mots pour une ignorante qui n’a rien compris, tout comme ça ne vous plairait pas qu’on fasse de gros clichés sur les polys non plus.

@HellaSlytherin
Où est ce qu'on est touché par peur d'une nouvelle injonction sur le couple ? J'imagine que pour les personnes profondément monogames ça peut toucher d'entendre dire que le couple poly c'est la solution au problème de jalousie.
Pour ma part, ce n’est pas une peur en soi mais oui ce serait quelque chose que j’exècrerais. Je trouve qu’il n’y a aucune injonction à avoir sur le couple, que cela concerne l’exclusivité ou l’orientation, c’est une affaire éminément privée et j’aimerais bien que chacun fasse ce qu’il veut sans essayer de convaincre ses voisins qu’il fait tellement mieux, dans un sens comme dans l’autre. En fait, je n’aime pas les gens qui jugent les autres pour leurs choix différents, je trouve que cela brime l’individualité et la liberté de choisir sereinement, et c’est peut-être pour ça que j’ai le discours potentiellement incisif. :lunette:
Et oui ça m’énerve en tant que ’profondément monogame’ qu’on vienne me mettre sous le nez que la non exclusivité au sein du couple poly est une solution au problème de jalousie, parce que c’est quand même assez faux. Selon moi, on gère bien la jalousie quand on est dans un schéma de relation qui nous convient et nous apaise, dans un climat de confiance. Ca inclut aussi les couples monogames, dans certains couples on peut être ultra jaloux, dans d’autres pas du tout. C’est surtout une affaire de personnes. :happy:
 
Dernière édition :
Après, faut prendre en compte que dans nos sociétés occidentales actuelles, non, tous les monogames ne se sont pas posé la question du couple poly. Que sur Madz, on soit nombreuses à l'avoir fait ok, mais c'est clairement pas le cas de l'ensemble de la population (et quand on voit que 50% des hommes sont infidèles et 30% des femmes, peut-être que si on était plus à se poser la question, y'aura moins de souffrance dû à l'infidélité).
Mais en prenant en compte le fait qu'actuellement la monogamie est la norme, c'est assez normal que plein de poly considèrent qu'il y a de nombreux mono qui sont essentiellement influencée par cette norme et que ça vaut le coup de pouvoir la remettre en question sans se faire emmerder. D'autant plus que, ok, nous mono, on va se faire juger de temps en temps par certains poly, mais ce n'est rien en comparaison du jugement posé sur les poly par une majorité de mono...

Bref, en gros, en tant que mono, il serait peut-être bien de relativiser sur
1) l'impression d'être jugé (c'est compliqué de parler dans le même temps du fait d'avoir brisé une norme sans que le récepteur du message ne se sente jugé)
2) le contexte (on vit dans une société mono et le poly est pas spécialement connu, bien vu ou accepté)
3) la gravité de se faire juger en tant que mono (c'est rare)
 
@Margay
Après, faut prendre en compte que dans nos sociétés occidentales actuelles, non, tous les monogames ne se sont pas posé la question du couple poly
Juste : Qu’en sais-tu ?
Je pense qu’à partir du moment où quelque chose ne nous convient pas, on se rend compte qu’il y a un cheveu dans la soupe et on y réfléchit, de façon plus ou moins consciente, en posant plus ou moins les mots pertinents sur nos besoins et ce vers quoi on tend. Toutes les personnes infidèles chroniques qui se revendiquent infidèles sont à mes yeux des poly qui ne connaissent pas le terme, mais le fait est qu’ils ont, en soi, pensé leurs besoins. Là le souci c’est de l’intégrer dans le duo et de comprendre qu’on est pas seul au monde. Je connais PERSONNE qui se conforme à un schéma qui ne lui convient pas sans se poser de questions sur ses besoins et ses attentes à un moment ou à un autre.

D'autant plus que, ok, nous mono, on va se faire juger de temps en temps par certains poly, mais ce n'est rien en comparaison du jugement posé sur les poly par une majorité de mono...

Bref, en gros, en tant que mono, il serait peut-être bien de relativiser sur
1) l'impression d'être jugé (c'est compliqué de parler dans le même temps du fait d'avoir brisé une norme sans que le récepteur du message ne se sente jugé)
....
3) la gravité de se faire juger en tant que mono (c'est rare)
Je vais peut-être être assez sèche et radicale mais : C’est hors de question. Personne n’a à se faire juger pour ses choix, ni les poly, ni les mono, et c’est pas parce qu’il y en a qui sont en infériorité numérique dans les représentations ici et maintenant que nous les mono on a à accepter de se faire dénigrer en nous faisant passer pour des imbéciles.
On peut pas demander la tolérance (aux mono-) et être dans le mépris (de ces mêmes mono-). :)
Si toi ça te convient et que tu relativises tant mieux, moi je trouve qu’on a pas à faire gratuitement aux autres ce qu’on aimerait pas qu’on nous fasse.
 
Dernière édition :
@Plumn et @Dame Verveine merci pour vos réponses! Avoir votre point de vue ça permet de mieux comprendre.

Pour préciser, perso je visais plus le discours de certain-es poly que les poly eux-mêmes. Je trouve que c'est important de «de-idealiser» ce genre de relation et de le percevoir sous un jour plus réaliste, parce que beaucoup de gens y voient une solution miracle à ce qui ne leur convient pas dans la monogamie et finissent par se planter (notamment en croyant que l'éviction de tout interdit exclut la tromperie). Je trouve que c'est important aussi pour les personnes qui se lancent, rencontrent des difficultés, et culpabilisent de ne pas être à la hauteur de l'idéal que le polyamour semble représenter. C'est injuste pour ces personnes qui non seulement doivent gérer des émotions pénibles, mais en plus s'auto-flagellent de ne pas être dignes du modèle que certains poly leur ont vendu (cf. Le lien dans mon premier post).

Ensuite il me semble que l'article s'adresse plus aux «non-initié-es» et aux personnes qui rejettent et jugent ce modèle, qu'aux poly eux-mêmes. Du coup c'est un peu normal que les personnes à qui l'article est destiné réagissent, qu'il s'agisse d'être en accord ou en désaccord avec l'auteure. Les propos que j'ai tenus, je ne serais jamais venue les exposer spontanément sur le topic des relations ouvertes par exemple. Mais là je me sens en droit de répondre à l'article et de dire ce que je pense, puisqu'on est dans un espace dédié au débat et que l'article vise les gens «comme moi».

Après je voulais revenir sur cette phrase :
Pour les gens qui le disent, ça leur permet de se défouler, et pour les autres polys qui passaient juste dans le coin c'est double peine : en plus de subir les remarques des gens qui disent qu'on est égoïste et qu'on sait pas aimer, on se prend aussi les remarques à la place des gens qui jugent.

Et là je ne comprends pas trop parce que rien ne vous oblige non plus à faire bloc avec les polys critiqués ici et à monter au créneau comme si vous étiez attaquées aussi. C'est vous qui choisissez à qui vous vous identifiez en fait. Après je comprends ce que tu veux dire en parlant du fait de chercher du soutien et de la compréhension auprès de personnes qui ont le même mode de vie, mais du coup est-ce-que ça implique de toujours présenter un front commun quoi qu'il arrive? Là j'en reviens à ce que je déplorais à la fin de mon post : qu'on soit tous dans une espèce de guerre des tranchées monogames VS poly à croire qu'on est investi d'un devoir d' exemplarité pour ne céder aucun pouce de terrain au camp adverse. Perso je me sens plus partisane du fait de tendre des passerelles entre tous ces modèles et d'arrêter de faire comme si ils s'excluaient tous les uns des autres. On peut expérimenter différents schémas relationnels au cours de sa vie sans pour autant que passer de l'un à l'autre soit synonyme d'échec ou de non-viabilité du modèle lui-même.
Après je vais pas me la jouer plus ouverte d'esprit et éclairée que le commun des mortels. Perso j'ai une forme d'angoisse vis-à-vis du polyamour parce que ça se banalise dans mon milieu et que par moment je subis un peu la pression des gens pour qui c'est une évidence. C'est hyper dur pour moi d'envisager ce genre d'histoire, et j'ai pas envie de me «déconstruire» juste parce que ça devient la norme dans mon univers. Mais bon... je sais que la pression existe aussi en sens inverse et qu'elle est hyper forte pour les gens qui ne trouvent pas leur compte dans la monogamie, donc ça serait pas juste que ça aille toujours dans le même sens. Tout le monde doit pouvoir vivre ses valeurs au grand jour.
Enfin voilà, juste pour dire que je reviens d'assez loin niveau acceptation du polyamour. Mais plutôt que de lutter contre et de brasser angoisse et frustration, j'essaie de relativiser la «menace» perçue par mon cerveau reptilien et de me dire que polyamoureux ou monogames, on n'est pas SI incompatibles que ça non plus.

@Hipolito je ne comprends pas ta remarque. Tu veux dire que n'avoir qu'un-e seul-e partenaire amoureux-se à la fois ça peut être perçu comme aussi terne que de refuser absolument tout type d'attache affective? (Même avec des amis, de la famille ou des animaux?). Edit : je peux comprendre que la monogamie puisse paraître ennuyeuse et déprimante, mais de là à dire que ça équivaut à un désert affectif total, euh... enfin why not hein, les gens pensent ce qu'ils veulent après tout. Mais moi je me réserve le droit d'estimer que la comparaison est complètement disproportionnée :lunette:
 
Dernière édition :
@Chandernagor
Non, je veux dire qu'il me paraîtrait plus logique de considérer que tous les choix personnels se valent, ou au contraire qu'ils peuvent tous être jugés et hiérarchisés par nous. Franchement, presque tout existe, et des gens qui n'entretiennent que des relations superficielles et s'en portent bien, il y en a, tout comme il y a des gens qui trouvent leur bonheur dans autre chose que les interactions humaines/animales, voire justement dans l'isolement. Ca peut être la religion, la spiritualité, une passion, peu importe.
Bref, il me paraît incohérent de refuser que l'on puisse juger le choix de la monogamie comme intrinsèquement inférieur tout en placardant les mots "terne et pauvre", qui sont quand même forts, sur une situation que l'on ne vit pas et qui relève pourtant d'un calcul coût/avantage très personnel. Ca donne un peu l'impression que tu as compris la recette du bonheur et que tu la partages en en excluant d'office une catégorie de personnes, en raison de choix qu'ils font pour eux-mêmes, ce qui semble être ce que tu reproches à l'article.

En espérant que c'est plus clair ainsi. :happy:

Je comprends mieux, mais du coup je sais pas si on parle de la même chose parce que moi je parlais de refuser tout lien affectif par crainte de souffrir (donc par peur de ses propres émotions). Ça n'est pas une stratégie innée de préservation, généralement pour en arriver là c'est qu'on a vécu des choses traumatisantes et qu'on s'évite le pire de l'expérience humaine quitte à passer à côté du meilleur. Dans ce cas, oui, je trouve qu'on se condamne à une vie bien en deçà de ce qu'elle pourrait être, uniquement parce qu'on se laisse guider par la peur. C'est distinct du fait de se dédier entièrement à une passion ou de n'eprouver aucun intérêt pour les autres et donc de trouver son compte dans la solitude.
Après je ne juge personne et non, je n'estime pas détenir les clés du bonheur existentiel. Par contre il y a des choix qui à mon sens, en éloignent et font passer à côté de belles expériences pour de «mauvaises» raisons.
 
@Dame Verveine Si ça peut rassurer, et parce que je suis de celleux qui ont critiqué vivement : Je crois pas du tout que l'image médiatique des polys soit d'être des gens jugeants et arrogants, et encore moins sur Madmoizelle. Je pense que déjà pour cliquer sur l'article il faut faire preuve d'un minimum de curiosité par rapport aux personnes poly, donc c'est pas du tout un rejet, je lis entre autre le topic des amoureuses où des poly racontent leurs histoires parfois et je big uppe normalement :lunette:, et si je devais donner une image des poly ce serait plutôt ces personnes là qui interviennent souvent sur le sujet avec naturel et bienveillance qui me viendraient en tête.
Moi personnellement je suis intéressée par les sujets de société, comment les gens vivent, tout ça, mais c'est vrai qu'ouvrir un article sur le sujet en se disant ''tiens'' et se prendre dans la figure ''nous on est les meilleurs à ceci cela, nous on a compris''.. :goth:Bon. Pour ces gens là, ce serait pas mal de redescendre sur Terre quoi.
C'est surtout dommage que la plupart des poly qui s'expriment sur le sujet publiquement se mettent en position de supériorité par rapport aux autres, car c'est vrai que perso, si c'était mon premier contact avec le concept de couple poly, ça me laisserait pantoise.
 
Bref, en gros, en tant que mono, il serait peut-être bien de relativiser sur
1) l'impression d'être jugé (c'est compliqué de parler dans le même temps du fait d'avoir brisé une norme sans que le récepteur du message ne se sente jugé)
2) le contexte (on vit dans une société mono et le poly est pas spécialement connu, bien vu ou accepté)
3) la gravité de se faire juger en tant que mono (c'est rare)

:worthy:

Je n'ai pas discuté avec un-e seul-e mono qui au moment de ma révélation m'ait dit "ah oui on y a réfléchi avec machin-e et c'est pas pour nous! Mais c'est cool pour toi!".

Non, soit c'est des remarques curieuses/neutres, ou incrédules, ou jugeantes. Aucune personne de mon entourage (divers, de tous âges et de beaucoup de nationalité) n'a pu m'apporter du vécu sur la non-monogamie, j'apportai à chaque fois une information nouvelle pour eux.

Ca a créé des discussions passionnantes sur l'amour et les relations dans le meilleur des cas, ou l'impression assez désagréable de passer pour une bête de foire.
J'évite d'en parler au boulot pour qu'on ne me juge pas dans mon travail à cause de ça. Quand j'avais deux compagnons, je stressais de croiser mes collègues avec l'un puis l'autre et de devoir expliquer pour ne pas passer pour une meuf infidèle... Aujourd'hui je passe pour une meuf hétéro mono et je suis frustrée parce que ça n'est pas moi, c'est juste une fraction de mon identité.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes