Veille permanente souffrance au travail

Sur le coup, j'étais extrêmement soulagée de partir.
Le moi de maintenant regrette (un peu) d'être partie comme une "sauvage" et de pas avoir réglée mes comptes avec mon patron (j'ai pu expliquer la situations à mes collègues après coup, c'est déjà ça). Je regrette d'avoir été en position de "fautive" alors que c'est lui qui était en grande partie responsable.
Ces mots me parle beaucoup. C'est tout à fait la sensation qu'il me reste de mon départ de mon labo de master.
J'ai déjà posté ici. Je reviens... Deux ans plus tard.

J'ai enfin trouvé un nouveau poste pour janvier prochain. Je le sais depuis environ 3 semaines. Je ne l'ai annoncé à personne hormis à ma cheffe et à une collègue dont je suis proche. J'ai voulu me préserver et profiter sereinement de cette nouvelle sans pression, sans interactions négatives, sans honte (je suis actuellement en congé et je sais que l'on aurait tenté de me faire ne pas les prendre), bref voilà. C'est mon premier job. J'avais trop peu d'expérience pour trouver un autre emploi il y a un an (pas de réponses à mes envois de CV, un entretien qui n'a mené à rien) et j'ai mis un certain temps à comprendre que le souci venait très très principalement d'eux, que ce n'était pas moi l'inadaptée sociale et que j'avais de quoi être en colère. D'ailleurs, je ressors bien plus affirmée de cette expérience, j'ai appris beaucoup en terme de législation, sur le monde du travail et sur la façon de gérer les personnalités problématiques (garder les mails ect). Ce qui est vraiment bien c'est que ma cheffe actuelle est un vrai soutien et est ma référente pour mon passage là bas (c'est bon elle a expérimenté le fait de travailler avec ces gens, elle sait). Mais bon.. V'la les deux années d'enfer quand même.

Bref, je pensais, le jour de mon retour de congés, envoyer un mail à mon chef de labo (mail court et factuel, pas d'affect) et c'est tout. Je suiseen fin de contrat je ne le rompt donc pas. Évidemment, mon dossier de renouvellement a été retardé par mes chefs (vu que ce sont des connards). Mais l'administration est au courant, je n'ai pas à justifier davantage mon départ. Mais les connaissants, je sais qu'ils vont venir me faire des piques, essayer de me faire me justifier et m'en vouloir (ils sont toxiques as fuck). Sauf que contrairement à ce qu'il s'est passé lors de la fin de mon M2 (où je suis passée pour une faible qui découvrait qu'elle n'avait rien à faire là, alors que déjà j'avais la conviction de ne pas m'imposer d'ambiances de travail nocives même pour un diplôme), cette fois ci, je ne veux pas laisser croire que je suis le problème. Ça s'est mal passé, ils gèrent mal leurs projets et leurs personnels, font des magouilles en plus de me dénigrer constamment, je suis dans mon droit de dire stop et je suis plutôt contente d'avoir eu l'opportunité de le saisir, ce droit.
Si je ne dois pas rentrer dans les justifications, j'aimerais tout de même faire comprendre que mon expérience avec eux était tout bonement affreuse et qu'il ne faut tout de même pas s'attendre à ce que j'accepte ça plus longtemps (#jeportemesovairesouioui) . Je veux partir la tête haute et m'affirmer définitivement la bas. Mais dans les formes évidement.

En fait, même si je suis ravi de leur mettre le nez dans leur caca (lors de cette dernière année on m'a mise seule sur le projet in vivo avec nos collaborateurs. J'effectue un travail extrêmement lourd qui n'est pas réalisable seul et ils se servent de ça pour ne pas m'augmenter... Évidemment mon départ c'est des difficultés pour le projet et aucuns de mes collègues cons ne se bougeraient pour ça hein, puis ça demande des compétences qu'ils n'ont pas).

Bref, au delà de ça, j'ai l'impression que si je ne prends pas maintenant cette prise d'autorité, je n'arriverais jamais à le faire et à prendre confiance en moi pour dire non sur le plan professionnel. Je suis encore en mode "je dois faire mes preuves" et j'ai tendance à accepter beaucoup de choses, de plus j'ai une bonne force de travail et je peux me sentir coupable de faire moins (genre de faire mes heures quoi)... C'est vraiment important pour moi de dire "stop, je n'accepte pas ça même sur le plan professionnel, je m'en vais à raison" et cette fois ci, j'ai la possibilité de le faire. Comment agiriez vous ? :shifty:
 
Je suis plutôt démoralisée, on m'avait promis une suite à ma mission, c'était cool parce que ce n'était pas trop loin de chez moi et ce n'était pas prise de tête. En plus en bas de l'immeuble il y a un marché de Noël et un centre commercial sympa...
Là j'apprends que je dois retourner bosser en stand-by à 1h30 de chez moi (minimum) et faire des trucs que je ne connais pas, où je me sens incompétente, et où on me force à passer des entretiens avec des Clients dont les missions me font peur...
J'ai demandé en rigolant à moitié à mon copain qui vient ce weekend d'en profiter pour me casser les jambes pour ne pas y retourner... :goth:
 
  • Big up !
Reactions : hiraeth and Lowell
Merci pour ton message @Sloppy . Oui effectivement je pensais davantage à en parler de vive voix.
Finalement, j'ai écrit un court mail à mon chef vendredi soir pour signaler que je ne renouvellerai pas à la fin du mois. Je suis restée très factuel (au vue de votre temps de réponse j'ai pris mes dispositions et ai trouvé un autre emploi qui correspond davantage à mes attentes). Rien de ouf mais j'ai dit ce que j'avais à dire.

Etant encore en congés, je les laisse s'agiter. J'ai des nouvelles de ma cheffe, je suis très contente d'avoir son soutiens.
Je me sens soulagée et finalement, je pense que ça me suffit.
Evidemment qu'à mon retour si l'on m'en parle (je pense que ce sera le cas), je ferais part de ma fatigue à travailler avec eux et des "problèmes de respect du personnel" mais je ne veux pas tomber dans la justification. Mais bon, ce sont des gens très spéciaux (je suis gentille là), je pense avoir bien compris qu'ils ne comprendront jamais et ne remettrons jamais en cause leurs méthodes. Juste partir et les voir s'agiter dans leur incompréhension et leur folie me va.:)
 
J'ai pris une certaine conscience de mon burn out. Malheureusement, je peux pas partir pour autant, pas avant quelques mois.

Je vais essayer de décortiquer, de temps en temps, des choses qui se passent à mon boulot et qui me rende dingue. Pour prendre du recul, déjà. Et je me dis que ça servira peut-être de warning à d'autres personnes dans ma situation. Donc, à chaque fois, je vais 1) exposer la situation, 2) analyser sur quel mécanisme problématique elle s'appuie.

Aujourd'hui (11/12), un mail, sec de mon patron, qui me demande :
- D'envoyer un bon de commande "qui aurai du partir la semaine dernière". Sauf que 1) il ne m'a jamais dit que ça devait partir la semaine dernière, et en terme de temps, je n'aurai pas pu le tenir ; 2) Je lui ai envoyé le bordereau la semaine dernière, pour qu'il le valide avant commande, ça n'a jamais été fait.
=> Absence de suivi + reproche de ne pas être omniscient
- Qui me reproche, en sous texte, de ne pas avoir encore fini un compte rendu de réunion, alors que j'ai milles trucs à faire, et deux autres compte rendu urgents à finir avant celui ci
=> Refus de me donner une quantité de travail réalisables (création d'un sentiment de trop plein et d'inaptitude)

La semaine dernière, j'ai eu mon entretien annuel avec lui. J'avais l'impression d'assister à mon procès, dans lequel il aurait eu le rôle à la fois du juge, du procureur, et de l'avocat de l'accusation. En une heure, il m'a descendu, il m'a dit un seul truc positif, sur 30 secondes. Tout le reste a été consacré à une liste de "pourquoi je ne suis pas assez bien pour ce travail". C'était super violent. Et c'était personnel : je réfléchis pas assez, je donne l'impression que ça me passe au dessus, je m'organise mal, je n'ai pas les bons comportements sociaux, j'anticipe mal les situations, je travaille trop lentement, je ne suis pas assez autonome, je m'exprime mal...
Il y avait rien de bon. Manifestement, tout était à jeter chez moi. J'ai pleuré toutes les larmes de mon corps. J'en suis resté sonnée pendant des jours.
ironiquement, c'est d'autant plus violent que c'est nouveau : j'ai toujours été considéré comme la fille brillante partout où je passais. La nana qui fait deux fois plus que les autres dans le même temps, qui est hyper autonome et organisée. Jamais, dans aucun de mes postes avant, on m'avait dit ce genre de choses.
=> Humiliation, dépréciation, dévalorisation (voir violence verbale). Jugement sur la personne. Absence de remise en question personnelle. Torsion de la réalité/manipulation (refus de reconnaître ce que je fais bien, soit 95% de mon travail).

Update :

Hier (12/12) :
Il m'avait donné un dossier urgent à faire pour le 15 décembre max. Je suis resté deux soirs jusqu'à 19h pour le finir, des collègues sont restés m'aider...Mais en téléphonant à la référente du dossier, j'ai appris qu'il était à rendre pour...l'été 2019.
=> Pression inutile ; mensonge (ou transmission d'informations non vérifiés)

Aujourd'hui (13/12)
Nous avons 40 artistes à payer pour un festival. Il a demandé à ma service civique de faire des chèques. Inutile de dire que ça n'est PAS à une service civique de gérer une compta, surtout aussi complexe, engageante, et sans vérification.
(=> Missions inadaptées)
Évidemment, 40 chèques par la poste, sans recommandé, deux se sont perdus.
(=> Organisation inadaptées)
J'ai demandé aux deux artistes dont le chèque s'est égaré de me faire une lettre de désistement. J'ai présenté une lettre à mon boss, avec un nouveau chèque pré-rempli, il l'a signé sans broncher. J'ai présenté la seconde lettre le lendemain, il a refusé de signer le nouveau chèque, en disant que je devais lui présenter la facture originale.
(=> Consignes de travail contradictoires)

Sinon, je lui ai envoyé un compte rendu de réunion, en m'appuyant un compte rendu similaire fait il y a un an. J'ai repris quasiment au mot près le même déroulé et la même mise en page, en mettant les chiffres et les analyses à jour.
Il m'a répondu "Merci de m'envoyer un bilan sur le modèle de celui de l'année dernière"....C'est le cas. Soit il l'a pas lu/ouvert ; Soit il a totalement oublié comment était celui de l'année dernière, et...je ne sais pas ce qu'il veut, dans ce cas.
=> ? Je ne sais même pas comment qualifier ce problème. Refus de reconnaissance de mon travail ? Objectif impossible à atteindre ?
 
Dernière édition :
Alooooors. Ils se font passer pour des martyres.
Vraiment.
Des mecs de 35-40 ans, docteur, chercheur, ingénieur... Se font passer pour des victimes. Attendez je répète : je victimise ces gens, ceux la même qui me parlaient vraiment mal, m'ont fait passer pour une cas sos dans tout le bâtiment, faisaient courir le bruit que j'étais incompétente, stupide et récalcitrante. Donc le personnage qu'ils décrivent de moi. Qui avait un statut bien moins élevé que le leur et qui n'avait que des défauts difficile à vivre pour leur petits cœurs et leurs incroyables intelligences. Les victimise en quittant l'équipe. L-O-L.

Du coup, ils restent au premier étage. Ne viennent plus dans notre bureau. Fusionnent avec les murs lorsqu'ils me croisent dans les couloirs. Tentent de s'attirer la pitié des gens...
Je crois que je peux leur donner la médaille de la mauvaise foi absolue...

Je suis super fière de ma cheffe. Elle ne laisse pas passer et à répondu aux mails de victimisation de mon déchet de chef en lui rappelant qu'elle, ma collègue formatrice et moi même ne l'avions pas attendu pour mettre les choses en place pour faciliter au mieux la reprise du projet sur lequel j'étais si inimportante, récalcitrante, bête et de toute évidence indispensable donc.

Ah putin mais je vaux tellement mieux que ces pauvres types.. La tristesse d'être comme ça à 40 ans franchement. Fin bon voilà. Le retour au travail post - non renouvellement dans mon labo de dégénérés. C'est assez drôle.
Ça renforce ma confiance en moi, mon éthique personnel et professionnel. Mon choix de quitter cet endroit. Vivement dans 13 jours, que je fasse un goûter avec les gens biens de l'étage (j'ai prévenu tout le monde d'ailleurs, ils ont tous été très contents pour moi), un restau avec ma formatrice et ma cheffe et que je dise à jamais à dieu à cet endroit.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes