Les chèques contraception de S. Royal

Sujet dans 'L'actu en France' lancé par AnonymousUser, le 24 novembre 2009.

  1. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Ségolène Royal en tant que présidente de la région Poitou-Charentes compte mettre en place un système de chèques contraception. Ils devraient être distribués aux lycéennes par l'intermédiaire des infirmières scolaires, et offriront la possibilité de consulter un médecin gratuitement, d'acheter des contraceptifs et de faire des analyses. Le but de l'opération est de réduire les grossesses précoces en facilitant l'accès aux soins.

    Le ministre de l'Education Nationale, Luc Chatel s'oppose à cette initiative, car par principe l'Etat, par l'intermédiaire du ministère qui emploie les infirmières scolaires, n'aurait pas à se substituer au planning familial. Planning familial qui ceci dit, est financé par l'Etat (d'ailleurs, dans cette affaire, les chèques sont à la charge de la région uniquement)...

    Selon le ministre toujours : "Distribuer des chèques contraception dans les lycées, c'est donner le sentiment que l'école ne fait rien en matière de prévention" alors que des préservatifs seraient déjà distribués dans les établissements. Selon Béatrice Cormier, rectrice de l'académie de Poitiers : "Certains parents pourraient se retourner contre l'éducation nationale" (mais pour quelle raison puisque des préservatifs sont déjà distribués).

    Que pensez-vous de cette initiative ? Y voyez-vous un autre coup médiatique de la part de Ségolène Royal ? Pensez-vous que les chèques présentent une réelle utilité, en complémentarité de l'action du planning familial ou pas du tout ? Pensez-vous que l'Ecole doit être plus investie dans l'accès à la contraception et la prévention ou en fait-on assez ? Si vous êtes toujours au lycée, seriez vous intéressées par ces chèques ?
     
  2. Aalia

    Aalia
    Expand Collapse
    la vieille

    Eh bien, je n'y vois pas d'incompatibilité, c'est à la fois une bonne initiative (toujours discutable parce que existe déjà gnagna - incite au sexe gnagna etc) ET un coup de pub de Ségolène Royal.

    Je l'imagine très bien en train de se demander ce qu'elle va pouvoir faire comme opération médiatique sans être trop criticable - ou alors uniquement par des réacs réputés.
     
  3. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Je plussoie, d'autant plus qu'une bonne partie des lycées privés n'ont ni infirmières, ni accès aux informations et à la prévention... Mais si on prend son discours au mot, elle dit envoyer des colis aux infirmières scolaires, cette idée ne concerneraient alors que les lycées dotés d'une infirmière?

    (A ce sujet, je cite Christime Boutin qui conteste «La grossesse précoce, ce n'est pas uniquement un accident. C'est autre chose. Il faut savoir que dans la grossesse précoce, il y a énormément de facteurs psychologiques. On note souvent chez les jeunes filles concernées un besoin d'exister ou de sortir de leur famille». Il n'y a que moi que cet argument choque?)

    Enfin, coup médiatique ou pas, l'idée reste bonne. Je serai interessée de voir ces chèques contraceptions mis en place dans la France entière, et la réaction des élèves et parents à ce sujet, justement.
     
  4. Llits

    Llits
    Expand Collapse
    Vide

    Je crois que ça peut être une bonne idée. Le lycée, les filles y vont tous les jours, elles sortent du cadre familial, l'infirmière peut les aider en cas de pépin. Je ne pense pas qu'au vu du nombre d'avortement qu'il y a tous les ans ( et ceci sans juger les jeunes filles qui avortent, hein ), on puisse dire qu'on en fait assez pour éviter ça.
    Faut que je me renseigne un peu plus, mais au final ça va pouvoir se substituer au planning, non ? Les jeunes filles pourront aller voir n'importe quel médecin avec, et aller dans n'importe quelle pharmacie en payant au moyen de ces chèques ? Mais si ce n'est financé que par les régions, ça va très vite être limité.
     
  5. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest


    Qu'entend-il par prévention ? J'ai du mal à saisir.. La prévention passe aussi par la contraception ? Ou alors il parle "prévention = promouvoir l'abstinence ?". Je m'y perds, parce qu'effectivement, si on distribue des capotes, ça n'a aucun sens de râler pour des chèques contraception !

    J'aimerais aussi savoir qui se retournerait contre l'école pour ça.. Si j'avais une fille en âge de faire des galipettes et que pour une raison ou une autre notre relation ne nous ait pas permis de parler contraception/grossesse/... j'aimerais vraiment pouvoir penser qu'au moins, elle a des gens a qui en parler. Enfin, cette initiative me ravit plutôt.

    J'ai eu la chance d'habiter une ville ou il y a deux plannings familiaux et de bénéficier de capotes/pilules/renseignements/consultations gynéco/test de grossesse gratuitement, et je trouve ça génial qu'on pense à l'étendre de cette façon.. Puisque tout le monde n'a pas la chance d'avoir un planning à proximité.

    Coup médiatique ou pas, honnêtement, je m'en fiche. Si ça peut être utile aux jeunes, moi je dis oui.

    Et oui, je pense que dans les écoles, au lieu de continuer à consigner les élèves qui s'embrassent, et se montrent amoureux au sein de l'établissement (comme s'il suffisait de cacher ces démonstrations pour éviter les problèmes ;)), ça serait bien plus chouette de promouvoir cette forme de prévention et d'aide. Plus dans l'air du temps..
     
  6. Russell

    Russell
    Expand Collapse
    Tête d'ampoule

    (Perso j'ai toujours eu des infirmières vraiment bidons jusqu'à la terminale, qui étaient là 1/2 journée par semaine, et encore.)

    Sinon je trouve que c'est vraiment une bonne idée. Puis je trouve ça plus "accessible", et moins dur psychologiquement à utiliser que de prendre rdv au planning.
     
  7. Baba O'Riley

    Baba O'Riley
    Expand Collapse

    D'un premier abord je trouve ça très bien. Certains reproche le fait que l'école se substituerait au planning familial, certes mais tant mieux dans un sens car en campagne, on peut toujours courir après le planning familial.
    Dans ce genre de problème le plus simple pour les jeunes c'est le plus près. En l'occurrence l'école c'est le lieu où ils évoluent tous les jours et leur première source de contact avec des adultes en dehors des parents.
    Après la polémique médiatique enfle sur la façon dont Ségolène Royal s'y prend pour appliquer ça et là on est dans le débat sur son rôle social ou politique, c'est autre chose et c'est nettement moins important que la question de la contraception chez les jeunes.
     
  8. Nadja__

    Nadja__
    Expand Collapse
    Miou.

    Je trouve cette initiative très bonne. C'est pratique pour les lieux où il n'y a pas de planning familial et pour celles qui n'oseraient pas y aller ou qui ne sauraient même pas que ça existe. Je trouve ça vraiment très bien. Je vois même pas comment on peut critiquer une initiative qui cherche à lutter contre les grossesses précoces.
     
  9. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Je trouve que c'est une super initiative, mais ça ne profite qu'au public et pas tous les établissements, c'est bien dommage. Dans le privé, parler de sexualité, contraception, c'est de la science fiction ! Le sujet est abordé au collège quand en bio le chapitre du mois est l'appareil reproducteur et c'est tout. Au lycée on n'en parle pas non plus, pas du tout. On ne distribue pas de préservatifs, j'ai été très surprise d'apprendre que ça se faisait dans le public, ce serait un scandale dans le privé (et pourtant les adolescents sont les mêmes qu'ailleurs). Heureusement qu'il y a le planning, enfin quand on sait qu'il existe.
     
  10. Lady Dylan

    Lady Dylan
    Expand Collapse
    Hazel Tellington

    Effectivement, dans mon lycée il y avait un distributeur payant mais je ne crois pas qu'on nous en ait jamais donné gratuitement... De toutes façons, le préservatif n'est pas le meilleur moyen de contraception et même en en utilisant, je préfèrerais que ma fille (ou mes copines plus jeunes, pour être plus dans le présent) prennent également la pilule, un accident est si vite arrivé... Et vu que le planning familial est en train de se faire détruire complètement (je crois qu'ils n'ont plus beaucoup de subventions ? en tous cas celui de ma ville risque de fermer) j'approuve l'idée. Au mieux, cela renforcera l'effet.

    Cela me choque aussi. Certes, les facteurs psychologiques sont très courants (quoique sûrement pas si simplifiables), mais au fond cela n'a pas d'importance, ce n'est pas une grossesse précoce qui va arranger les choses...
     
  11. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Des distributions de capotes gratuites, il y en a toujours eu chez moi. Mais (aha, faut toujours que je reproche un truc), pas assez. Pas en assez grande quantité (il y avait des paniers pour qu'on se serve, mais à l'âge de 16 ans, qui a assez de courage pour s'en mettre de quoi tenir jusqu'à Noël ? ;)) et pas assez souvent. C'était des initiatives ponctuelles, ce que je regrette. Ca serait chouette d'en venir à les distribuer gratuitement, tout le temps, et en suffisance.

    Je rêve un peu.
     
Chargement...