J'ai jamais fumé, et je suis pourtant issue de parents ultra-fumeurs... Sauf que tout ce qu'ils m'ont transmis, c'est un dégoût profond de la clope. L'odeur me donne littéralement envie de gerber, et quand ma même fume à côté de moi c'est un supplice... ><
En tout cas courage à toutes celles qui tentent d'arrêter de fumer, j'imagine que c'est bien difficile de combattre une addiction... Mais ça en vaut la peine! ♥
 
  • Big up !
Reactions : Sophie Riche
Wow, eh beh alors ! Ca fait 9 jours que j'ai arrété de fumer à cause d'un abcès que j'ai eu dans la gorge suite à une angine.
Et j'ai décidé d'en profiter, je tiens le coup mais aujourd'hui j'ai repris les cours et c'était vraiment dur.
Les journées de cours (ou de travail) et leurs pauses sont tellement rythmées par la clope..
Mais j'ai tenu bon, je suis super fière mais également en pleine crise de manque en ce moment, la tout de suite, maintenant.
Bref, ton article m'a bien soutenu, il est poignant. Courage SPP ! Yes yes we can :supermad:
 
  • Big up !
Reactions : Sophie Riche
Moi j'ai fumé ! Régulièrement même. Je suis dans une école de graphisme et beaucoup, BEAUCOUP, de gens fument. Du coup, forcément, tu fumes avec eux, histoire de te faire des potes. Et moi, je fumais une, deux, trois, quatre clopes par jour. Plus même en soirée. (je me souviens d'une soirée mémorable où je me suis envoyée à moi toute seule les trois quarts d'un paquet tout neuf. Autant dire que le lendemain, je parlais pas.) Et puis, je continuais. J'aimais ça. Sauf que.
Mon cardiologue m'a convoqué. On a parlé coeur, comme d'habitude, il a fait sa radio. Bon, l'état est suffisamment préoccupant pour que je fasse gaffe, et que si je n'arrive pas à faire des choses que je faisais avant, bah que je lui dise. ... Ah ouais mais je fume moi. Donc en gros, si je fume, je finis par être plus facilement essoufflée. Et plus facilement essoufflée pour moi, ça veut dire atterrir sur la table pour une opération à coeur ouvert. Ah.
Autant dire que je suis sortie de là, j'ai refilé mon paquet au premier venu et que je n'ai plus jamais retouché depuis.
 
  • Big up !
Reactions : Sophie Riche
Plein de courage aux Madz qui arrêtent ou qui veulent arrêter de fumer !

J'ai arrêté il y a presque deux ans, le 24 mars 2013. J'ai noté la date parce que ça me fait un truc de plus à fêter héhé :joy:. J'avais de grosses bronchites tous les hivers, jusqu'à frôler l'hospitalisation cette année là. Deux semaines couchée, sous cortisone, avec l'impression d'être sur le point de mourir à chaque instant faute de pouvoir respirer. Mon médecin généraliste m'a prévenu : "si vous continuez à fumer, ça va devenir chronique, surtout que vous avez un terrain asthmatique". Merci pour l'électrochoc ! :eek:

Du coup, j'ai chopé le bouquin d'A. Carr qui traînait chez moi depuis des années, je l'ai lu d'une traite, et j'ai arrêté sec. Sans douleur, sans effet de manque ou presque. Un truc qui me paraît important, c'est de comprendre qu'arrêter n'est pas si difficile, d'un point de vue physique on est vite sevré. Le plus dur, c'est ce que je ressens encore parfois : l'envie de fumer, juste parce qu'on peut, qu'on est en terrasse, et qu'on se dit "allez, une petite, je ne replongerai pas!". But it's a trap !

Quand vous avez vraiment envie de fumer, respirez bien et essayez de faire quelque chose qui monopolise votre attention. Parfois rien que d'en parler à quelqu'un qui va vous changer les idées ça peut suffire. L'envie finit toujours par partir, c'est promis :fleur: On est tellement libre (et drôlement moins fauché aussi) après !
 
  • Big up !
Reactions : Sophie Riche
Ça faisait une semaine que je n'avais pas fumé. Et aujourd'hui je ne sais pas pourquoi j'ai racheté un paquet. En fait si, je sais pourquoi, à cause de cette putain d'envie de chialer. Hier j'ai passé mon dimanche dans mon lit, dans le noir à écouter de la musique, j'étais pas bien et aujourd'hui j'ai craqué, 4 clopes, la première particulièrement dégueulasse, les autres pas franchement bonne, très loin des bonnes clopes que j'aimais fumer. Mais l'arrêt de la clope ça exacerbe le fait que je ne suis pas bien dans ma nouvelle vie en banlieue parisienne et que j'ai envie de retourner dans ma ville d'adoption : Bordeaux. Après avoir lu cet article je me suis souvenue pourquoi j'arrêtais, l'odeur dégueu, le prix, ma santé, mes dents, ma peau que je ne veux pas voir vieillir et l'image que renvoient ces vieilles fumeuses qui n'a clairement rien de sexy. Et puis je suis sportive alors c'est encore une bonne raison pour arrêter. J'ai donc pris un petit cahier, et je me suis dit que c'était bon je continuais l'arrêt que j'ai commencé, et que j'écrirais dans ce petit carnet, puisque écrire m'a toujours aidé à faire le deuil. Parce que ça à peut avoir l'air complètement con mais oui, je dois faire le deuil de la clope, celle que je fume quand on m'a énervé, celle que je fume quand je bois un verre avec un mec à qui je me rends compte que je n'ai rien à dire et qui me permet de garder ma contenance, celle que je fume quand j'attends. Cette semaine, j'ai compris que je n'avais pas besoin de clope pour avoir de la contenance et qu'il fallait qu'on se sépare, vraiment. Alors je vais arrêter, pour de vrai, pour toutes les raisons que j'ai cité et milles autres.
Je sais que je vais avoir du mal ce weekend parce que je vais fêter mes 25 ans, que je vais sûrement aller à Bordeaux pour ça, revoir mes amis avec qui j'ai longtemps fumé. Alors j'ai conscience qu'il risque d'y avoir rechute, mais si jamais c'est le cas, ce ne sera que temporaire. Après avoir arrêté 400 fois de fumer et m'être dit "c'est le dernier paquet que j'achète" à chaque fois que j'allais au tabac, après m'être trouvé une excuse chaque fois que j'ai repris, pour une fois je suis déterminée. Je ne me donne pas de fausses excuses, et même si je pourrais avoir mille raisons pour me dire que "ce n'est pas le bon moment pour arrêter" je sais que si, ça l'est. Parce que j'en ai vraiment envie, parce que la clope ça me saoule et parce que le bon moment n'existe pas. Donc j'ai choisi que c'était maintenant le bon moment.
Merci pour cet article qui me rebooste dans ce combat contre moi même et mes mauvaises habitudes et courage à toi, on vaincra ! ;)
 
Quand j'ai arrêté de fumer, c'est venu d'un coup. Je n'avais plus de clopes, et j'en ai taxé une. Que j'ai gardé sur moi sans la toucher, par défi, pour voir combien de temps je tiendrai. Au bout d'une heure c'était "non mais tu vas pas craquer maintenant, si tu as tenu une heure, tu peux bien tenir quelques minutes de plus". Je me suis finalement couchée sans fumer, avec ce raisonnement. Et le lendemain... "non mais tu vas pas craquer maintenant, si tu as tenu une journée, tu vas pas craquer maintenant!". Et j'ai arrêté, par esprit de contradiction envers moi-même.

J'ai repris quelques années plus tard, en sortant avec un mec qui fumait des roulées, et puis "hop, je t'en piquerais bien une". Bon. Sauf que ça m'embêtait d'avoir repris, j'ai fini par ré-arrêté. Un truc m'a aidé à tenir: j'ai bien gardé en tête que mon cerveau avait plus de mal à créer seul la dopamine (une des hormones responsables de la sensation de plaisir), et qu'il dépendait de la nicotine pour faire le boulot à sa place. Je trouve que, comprendre les raisons physiologiques aide à prendre son mal en patience, parce qu'on sait que ce n'est qu'une question de temps. Il suffit de serrer les dents, et d'attendre suffisamment longtemps, tout en ordonnant à sa main "ne mets pas de cigarette dans ma bouche". Cet ordre simple. Je me suis focalisée dessus, et j'ai attendu.
Au bout d'un certain temps, j'avais arrêté. J'ai morflé, voilà, mais je me suis concentrée sur l'aspect "volonté", et j'ai rien lâché. :)
 
Je ne suis pas fumeuse mais ma soeur l'a été, elle a arrêté quand elle est tombée enceinte à cause des nausées et elle n'a jamais fumé à nouveau. Elle ne m'a pas paru ressentir le manque mais bon avec un enfant, elle était sûrement débordée.
 
  • Big up !
Reactions : Sophie Riche
Plein de courage à toi :fleur:
Je suis non fumeuse depuis environ un an :rockon:
Bon je fume des clopes quand je suis extrêmement bourrée, mais comme ça arrive pas souvent j'ai décidé de pas me culpabiliser avec ça. Le plus dur c'est vraiment les soirées, ma vie sociale a pris un coup le jour ou j'ai arrêté de fumer, mais avec le recul j'assume d'être une larve de canapé et de pas m'alcooliser chaque fin de semaine :flappie:
 
Dernière édition :
Ce témoignage tombe à pic ; comme 45 autres millions de messages subliminaux que je reçois depuis que j'essaie d'arrêter de fumer, soit un jour.
J'ai attendu un long moment avant de commencer le bouquin d'Allen Carr, car je savais que ça allait me faire arrêter de fumer, et ça me faisait flipper. Finalement je l'ai fini à midi, et j'ai tenu sans fumer jusqu'à... 19h. Grosse merde que je suis. Je suis super déçue de moi, parce que j'y croyais vraiment.
Je suis fumeuse depuis 10 ans à coup d'un paquet par jour. Donc comme SPP, ça fait 180 balles par mois. Et ça me terrifie quand je pense que je dépense des milliers pour "le plaisir de me bousiller la santé", alors qu'en plus en ce moment c'est vraiment dur financièrement. Et ça me terrifie de me dire que si je n'arrête pas, je serai fumeuse à vie. Je supporte plus l'odeur sur mes vêtements, dans mes cheveux, sur mes doigts, mais je continue.
Vers 17h je suis allée faire des courses après avoir tenu sans clope depuis midi, y'avait du monde, les gens étaient lents, j'avais beaucoup de mal à porter mon sac de courses beaucoup trop lourd, j'étais déjà super tendue, et en sortant, je me prends la fumée d'une cigarette dans le nez. Le moindre tout petit stress et voilà, fini la motivation. J'étais obsédée durant tout le trajet en voiture et j'ai craqué, j'ai fait un détour j'ai acheté un paquet. J'ai aucun mental.
La clope était immonde. Goût dégueulasse, envie de vomir, super vertige. Depuis ça m'a pas empêcher d'en fumer 2 autres.
Le gros point noir, c'est que j'ai peur d'arrêter de fumer. Voilà, c'est trop con, mais de me dire "si j'arrête, je devrais plus jamais toucher une clope", ça me fait complètement paniquer. Comme-ci je perdais quelque chose d'important. Alors que c'est une drogue qui me détruit. Je sais pas je trouve ça complètement fou le pouvoir que ça à sur nous cette merde. D'un côté j'ai peur de fumer à vie, d'un autre j'ai peur de ne plus jamais fumer. coucou la schizophrénie :facepalm:
Et pour le bouquin d'Allen Carr autant j'ai apprécié son livre dans l'ensemble, autant lire toutes les raisons pour lesquelles les gens fument et dans quelles circonstances (après le taff, après un rendez-vous chez le docteur, après un repas...) ne m'a pas du tout du tout passer l'envie, au contraire, je me disais "mais comment je vais faire sans ces clopes :halp:

Bon ça m'empêche pas de dire un grand bravo à SPP, parce que franchement, c'est horriblement dur :gonk:
 
Je me suis bien retrouvée dans ton témoignage!
Sauf que j'ai empilé 11 années de clope avant de me motiver à arreter. Pas envie avant... Ce qui n'est pas évident, c'est que j'avais le profil-type de la fumeuse, je regardais avec envie les adultes fumer quand j'étais gosse...
Et quand j'ai commencé, ce n'était pas en soirée ni même avec des copains... mais toute seule à ma fenêtre comme une grande quiche.
Du coup, 11ans et même avec quelques cas extrêmes (une mononucléose tellement violente que mes amygdales refusaient de laisser passer autre chose que de l'air), après lesquels je me disais "ah mais j'ai teeeeellement pas envie de fumer, cette fois c'est la bonne" et bim 2 jours de convalescence plus tard, rebonjour nicotine.
et puis le bouquin d'allen carr m'a décidé... tout pareil que toi, dernière clope cérémonieuse, joie de vivre et poumons roses, sauf qu'au bout d'un mois et 2-3 soirées arrosées (et tous tes potes qui fument) jai fini par craquer. C'est dangereux les soirées. Faut se méfieeeeer. Parce que le piège c'est à moitié éméchée, tu dis "oh bah tiens c'est pas grave jsuis soule, Yolo" et t'en grattes une, et elle a un gout dégueu et elle t'envoie sur saturne, du coup tu n'y retouches plus pendant des semaines jusqu'a ce que ton cerveau oublie que tu dois faire attention... etc etc etc, soirée aprés soirée jsuis retombée dedans, progressivement. Donc, vigilance toujours, même quand on est tout fier de plus y penser, de plus avoir a y penser (ce qui arrive après 3semaines)...
maintenant, je vapote, j'ai ré-arreté le tabac depuis une semaine et je tiens bon...j'ai vraiment envie que ça marche! :)
courage a toi spp ^^
 
Je vous envie les filles vous semblez toutes avoir une volonté de ouf et avoir eu ce déclic qui vous a fait vous arrêtez :top:. Moi j'ai ni volonté ni déclic , les seules fois ou j'ai arrêter de fumer c'est pendant ma grossesse ( il y à 11 ans ) et quand j'ai des bronchites asthmatiforme , j'ai bon me dire qu'en tant qu'asthmatique c'est vital d’arrêter mais j'en ai même pas l'envie :fear: . Ça fait 17 ans que je fume j'en ai 33 ça fait donc presque la moitié de ma vie que je fume :mur: ... Heu la tout de suite mon estime viens de partir dans une autre galaxie ... :tears:
 
Ça fait deux ans que je fume. Dans les débuts, je fumais quasiment un paquet par jour, puis en arrivant au Caire, un demi-paquet. Aujourd'hui, depuis peut-être un an, je fume une à trois clopes par jour, même quand je suis en soirée. C'est rare que j'en fume plus que ça. Je peux facilement me passer de clopes, je ne me sens pas particulièrement dépendante. A la fois, c'est un espèce de plaisir (nocturne plutôt), et à la fois, ce n'est pas une nécessité. J'envisage sérieusement d'arrêter : pour le peu que je fume, autant arrêter. De plus, j'ai un petit ami à distance non fumeur, et quand je suis avec lui, j'ai honte de l'odeur que je me coltine après avoir fumé. Même mon père a arrêté de fumer grâce à la cigarette électronique, ça doit faire six mois maintenant, et je le vois aller mieux. La clope a bon goût les deux ou trois premières fois que je tire dessus (et seulement à certains moments précis de la journée), et après, elle devient franchement dégueulasse. Et puis l'odeur colle aux doigts. Mais je ne sais pas. Je dois y être attachée aussi un peu finalement. J'ai juste cette "chance" qui fait que je peux oublier la clope toute une journée à force de m'occuper, puis retrouver le même scénario le lendemain, et ainsi de suite. Je pourrais très bien arrêter...
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes