Commentaires sur Fin de vie : bientôt un grand débat pour une nouvelle loi sur l’aide active à mourir ?

30 Septembre 2021
688
5 288
444
33
@Pipistrelle. je te réponds car je pense que tu as réagi en partie à cause de l'un de mes messages.
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
Je trouve que tu soulèves des points importants dans tes messages, je pense que si l'âge était un critère, cela devrait effectivement être encadré. L'exemple que j'ai donné, sans doute non pertinent comme tous les exemples personnels, tenait plutôt à souligner qu'on devrait laisser la possibilité de choisir aux concernés.
Sinon, par rapport au débat sur les personnes qui ne sont plus en capacité de choisir.
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 
20 Juillet 2011
652
4 977
4 894
Désolée par avance car je ne peux pas mentionner toutes les personnes où je rebondis sur leurs propos.
Quand je parlais du problème de la prise en charge des personnes âgées, c'est pas pour dire qu'on va inciter les vieux à se donner la mort, pas du tout. Mais si je deviens vieille et que je sais que, ce qui m'attends, c'est un EHPAD où on me lavera une fois par semaine, où je devrai rester dans une couche sale 24h, où je serai enfermée dans ma chambre en permanence, c'est certain que je ferai tout pour partir plus vite. En revanche si je sais que je pourrai bénéficier de soins adéquats et que l'établissement fera tout pour rendre mes possibles handicaps/douleurs plus supportable, ça change la donne. Après peut-être que je me fais complètement des idées puisque nos amies belges témoignent que ce n'est pas comme ça chez elles. Mais il reste la situation des ehpad, qui est peut-être bien différente entre les deux pays. À nouveau, le scandale Orpéa ça date de cet été. C'est une réalité.

EDIT : Tiens, j'ajoute également que quand je critique le traitement des personnes âgées, je ne cherche pas à culpabiliser les gens qui envoient leurs proches en établissement. C'est vraiment un problème de la société dans son ensemble selon moi.
 
27 Avril 2018
213
1 873
804
Orpea existe aussi en Belgique. Mon amie qui travaille en EHPAD m'a déjà dit qu'elle s'était toujours refusée à bosser là.
Il y a certainement un gros effort à faire dans la prise en charge des personnes âgées et une priorité à mettre par rapport à ce genre de scandales mais penser que l'euthanasie puisse être une alternative à l'ehpad c'est disproportionné. Aucune demande ne serait acceptée sur cette base. Notamment pcq il y a un libre choix des EHPAD. On peut avancer l'argument du prix mais orpea est privé et on a vu que c'était pas un gage de qualité. Au contraire mon amie bosse pour le public et elle a bcp plus de moyens pour mettre en place des activités et monter des projets. Il n'y a heureusement pas cette logique de profit et le prix est fixé au prorata des revenus (elle a notamment des personnes anciennes SDF dans ses résidents). C'est peut-être une exception (et tout n'est pas rose non plus) mais s'il doit y avoir la question des EHPAD qui se glisse dans le débat sur l'euthanasie c'est plus un argument pour relancer le débat sur les EHPAD et les moyens politiques et publics (notamment de contrôle) qu'on y met qu'un argument valide concernant l'euthanasie.
 
10 Juin 2014
5 370
27 904
4 064
Housse
@Kettricken Tout à fait ! Juste, pour la demande anticipée, elle ne sera valable qu'en cas de coma irréversible (pour tous les autres cas, la demande doit être "actuelle" donc les conditions de discernement etc doivent être remplie jusqu'à l'acte ou du moins quelques jours avant celui-ci).
Par contre, une personne qui n'est plus capable d'écrire (mais qui a toutes ses capacités cognitives, comme dans le cas d'une paralysie. Je suppose que quelqu'un qui ne peut plus parler non plus mais qui communique d'une autre manière peut également le faire) peut quand même faire une demande d'euthanasie via une personne majeure de son choix (qui ne peut avoir AUCUN intérêt matériel à la mort du patient. Donc pas les fils/conjoints, par exemple).

Si vous avez des questions sur l'euthanasie en Belgique, j'ai écrit un article sur le sujet pour mon boulot et je réponds régulièrement à des questions sur le sujet sur la ligne d'écoute de mon boulot également, donc je connais bien la législation en vigueur :)

Je ne peux pas répondre pour le suicide assisté, par contre, je pense que ça doit être une toute autre législation vu que c'est le patient qui se tue lui-même dans ce cas (d'où le nom). Dans le cadre de l'euthanasie, les conditions servent aussi à protéger un autre être humain: le médecin (parce que vous avez le droit de vouloir mourir, mais dans le cadre de l'euthanasie, je rappelle que c'est un autre être humain qui vous tue et ça peut être difficile à vivre pour lui s'il sait qu'il y aurait d'autres solutions à tenter avant. D'où le côté "maladie incurable").

@Chat-au-Chocolat Par contre, la comparaison avec "on laisse bien le faire chez les animaux". Bah pour le coup, chez les animaux, c'est un peu exagéré et on préfère tuer que soigner dans pas mal de cas (c'est limite ridicule "une patte cassée ? Oh il va boiter un peu après, autant l'euthanasier s'il ne peut plus courir à fond de balle derrière le facteur"). D'où l'intérêt d'une législation stricte.

@Arsinoée Alors je connais pas ton problème mais sache que tu n'as pas besoin d'être belge pour bénéficier de l'euthanasie en Belgique (ça rend juste la démarche un peu plus compliquée si tu habites pas proche de la frontière car il y aura plusieurs RDV en Belgique et l'acte ne pourra être pratiqué que sur place). Et que dans le cadre de dépression très très sévère, selon les médecins, cela peut passer comme une raison de pratiquer l'euthanasie.
 
16 Février 2009
1 963
25 110
5 694
J'ai vraiment l'impression qu'on ne parle pas de la même chose, parce que personne n'a dit vouloir mourir juste pour ne pas se sentir dépendant. Je ne prétendrais jamais choisir pour les autres mais moi, je ne veux pas passer par tout ce que j'ai pu voir dans ma famille et ça me gaverait énormément qu'on ne m'accorde pas ce droit. Je n'ai pas envie de finir comme ça, en quoi est-ce un problème pour d'autres gens ? :dunno: Je trouve ça à l'inverse violent de ne pas laisser les gens choisir comment finir leur vie.

Le "mon corps mon choix" a des limites. Le principe vaut pour l'avortement d'une part parce que ce droit a été arraché au patriarcat qui privait les femmes de leur auto-détermination et ensuite parce que le choix des unes n'altère pas le libre arbitre des autres. Ca n'est pas parce que certaines femmes choisissent d'interrompre leur grossesse que ça va mettre la pression à celles qui veulent mener la leur à terme. Par contre la légalisation de certains autres gestes médicaux peut avoir des conséquences qui dépassent les simples choix individuels. Si on pousse cette logique du "mon corps mon choix" jusqu'à l'absurde, pourquoi on n'autoriserait pas les gens à vendre leurs organes par exemple?

On ne peut pas réfléchir que de façon individualiste à ce qui touche la santé humaine. A mon avis c'est une grosse erreur de croire qu'en faisant du "mon corps mon choix" un principe absolu applicable à tout et n'importe quoi, on gagnera en liberté et que ça bénéficiera à tout le monde. Au contraire, ce genre de logique très individualiste c'est la base de l'ultra-libéralisme qui se nourrit et creuse les inégalités entre riches et pauvres et entre dominés et dominants. Par exemple si on libéralisait totalement la GPA, certes, sur le papier on pourrait dire que ce droit élargit la liberté des femmes de disposer de leur corps, mais dans les faits, il y a fort à parier que ça finirait en une marchandisation des ventres de femmes pauvres au profit de couples riches, et que ça ne ferait qu'accentuer tous les rapports de domination pré-existants.

Ensuite, dans le cas de l'euthanasie, le "mon corps mon choix" il va dans les deux sens. C'est facile en étant bien portant de dire "Moi je pourrais jamais vivre dans telle ou telle condition", "plutôt mourir que de perdre telle ou telle faculté", "être condamné à tel ou tel état de santé c'est pas une vie, mieux vaut en finir au plus vite", etc. Le truc c'est que de l'autre côté, ça envoie aussi un message aux personnes qui se trouvent elles-mêmes dans les états redoutés et qui entendent donc qu'à leur place, d'autres préféreraient encore la mort. Peut-être que les premiers concernés demanderaient eux-mêmes à bénéficier de l'euthanasie si elle était autorisée, mais peut-être aussi qu'ils ne voudraient pas exercer ce droit parce qu'ils tiennent à leur vie, malgré l'idée que les personnes valides s'en font. On voit bien avec l'exemple des patients atteints d'Alzheimer et l'expérience de @pikalovescoke , que les choses ne sont pas si simples qu'on pourrait l'imaginer et qu'une bonne part de stéréotypes et de projections intervient dans l'idée qu'on se fait de ce que ces personnes peuvent vouloir ou pas. Donc je trouve qu'il faut être vraiment très prudent sur les termes qu'on utilise et sur les exemples qu'on brandit pour justifier le recours à l'euthanasie, parce qu'en revendiquant le droit individuel de mourir pour une raison X ou Y, on peut potentiellement empiéter sur le droit individuel de vouloir vivre malgré cette raison X ou Y. Je reprends l'exemple de Jacqueline Jenckel qui à 75 ans, militait pour légaliser le droit à mourir pour cause de vieillesse. Quand j'ai entendu son interview chez Konbini, je me suis directement mise à la place des personnes plus âgées qui pourraient entendre ça et qui apprendraient en substance qu'elles n'avaient plus rien à attendre de la vie et qu'en étant aussi âgées il était bien plus sensé de demander à mourir. Ca aurait eu quoi comme conséquences pour l'ensemble des vieux si ses revendications au nom de "mon corps mon choix" avaient abouti?

Pour clore, puisqu'il faut encore le préciser, je ne suis pas contre le principe de l'euthanasie. Peut-être qu'un jour je serais bien contente de pouvoir en profiter et je ne suis personne pour refuser ce droit aux personnes qui y aspirent pour elles-mêmes. Par contre j'estime que ça n'est pas non plus à moi de décréter qu'il faudrait la légaliser pour telle ou telle situation qui me terrifie personnellement. Mes peurs ne sont pas celles de tout le monde et n'ont peut-être pas grand chose à voir avec la réalité vécue par d'autres. Donc pour quelque chose d'aussi fondamental et lourd de conséquences qu'une loi sur l'euthanasie, je pense qu'il faut savoir mettre ses angoisses perso de côté afin de réfléchir à un champ d'application qui soit respectueux du bien commun au sens le plus large possible. Si la loi belge est aussi encadrée c'est pas par hasard!

penser que l'euthanasie puisse être une alternative à l'ehpad c'est disproportionné. Aucune demande ne serait acceptée sur cette base.

Oui, sans doute parce que les législateurs belges ont anticipé sur cette dérive et ont veillé à l'écarter? En attendant en France il n'y a pas encore de loi légalisant l'euthanasie, donc pointer les propos problématiques dans un débat comme celui-ci, c'est pas juste de l'empêchage de tourner en rond et ça n'est pas synonyme d'opposition au principe de l'euthanasie. C'est aussi mettre en garde contre les dérives de certaines logiques et vouloir se prémunir contre les risques d'instrumentalisation de ce droit.
 
Dernière édition :
20 Octobre 2017
2 069
36 615
2 064
@pikalovescoke Je ne connais personne qui fasse euthanasier ses animaux parce qu'ils ne "peuvent plus courir derrière une balle" (et encore moins de véto qui accepterait ça), donc bon cet argument me semble très limité :lunette: d'autant qu'on en revient toujours à un point sur lequel tout le monde est d'accord : il faut un encadrement strict.

@Pipistrelle. Honnêtement, je ne comprends pas tes arguments. Si Michel, 83 ans, est victime d'une maladie incurable qui rend sa vie insupportable, ou que Viviane, 77 ans, qui a Alzheimer, souhaitent mourir dans la dignité, ça empiète sur le libre-arbitre de qui ? Si on les empêche de partir alors qu'ils le souhaitent, c'est pas plutôt leur libre-arbitre qui est bafoué ? Tu dis que ça risque d'envoyer un message négatif aux personnes qui sont dans la même situation, mais je trouve ça pour le moins étrange comme argument. Chacun est potentiellement influencé par les autres, mais je doute fort que ce soit le cas quand on parle d'un truc aussi lourd et déterminant que la fin de vie. Enfin j'ai du mal à imaginer une personne se dire "oh, bah si lui préfère mourir, alors je vais faire la même chose !". C'est la même chose qu'une femme qui avorte : ça ne va pas mettre la pression aux autres femmes enceintes, chacun fait les choix qui lui semblent les plus appropriés dans sa situation.

Le but de la légalisation de l'euthanasie, c'est de laisser chacun choisir en son âme et conscience, tout en proposant (je le souligne encore une fois, car tu oublies cet élément essentiel dans ton message) un encadrement légal. Les gens n'iront pas soudainement faire la queue pour se faire piquer dès qu'ils ont le moindre problème. C'est complètement délirant de penser ça. Simplement, ça permettra de soulager des personnes qui souffrent et n'ont plus aucune raison de vivre, car faut-il le rappeler ? Le but de la vie c'est pas juste d'être physiquement là, c'est aussi d'en retirer un gain/un plaisir/appelle ça comme tu veux.

Quant aux potentielles dérives du "mon corps mon choix", c'est pas pour rien que la loi régule ce champ particulier (délais pour l'IVG, interdiction de vendre ses organes, interdiction de la GPA). Dans le cadre de l'euthanasie, ce serait exactement la même chose. Ce ne sera évidemment pas ouvert à tout le monde en mode "vous en avez marre de vivre ? Venez donc recevoir votre petite piqûre" :lol:
 
23 Octobre 2017
131
786
1 174
Justement, légaliser l'euthanasie ne viendrait pas améliorer grandement la prise en charge de la vieillesse ?
Si les EHPAD ne veulent pas faire faillite face à leur nouveau concurrent "l'euthanasie" ils seront obligés de proposer une prise en charge qui dépassera toutes les attentes.
ça reste un énorme marché pour les EHPAD, on est tous destinés (dans la logique des choses) à devenir vieux et dépendants. S'ils ne veulent pas perdre tous ces "clients" ils n'auront pas d'autre choix que de s'adapter de mon point de vue.
 
  • Big up !
Réactions : jorda

RainyMood

Ne pas citer mes messages, thx :)
1 Mai 2014
10 990
99 261
5 314
C'est bien beau de parler euthanasie, etc...
Mais, ce serait pas plus pertinent que le gouvernement commence à vraiment faire en sorte que les personnes agées, handies, malades, etc... puissent être inclues dans la société en recevant des adaptations, qu'elles soient médicales, sociales, professionnelles, etc... ?
Peut-être déjà commencer par ça ? Non parce que le bail, je le vois comme ça "Tu souffres du fait que la société ne soit pas adaptée pour toi et veuille pas te rendre la vie plus simple ? Je te propose de t'euthanasier au lieu de mettre en place des choses pour que tu vive mieux". Je grossis le trait, mais c'est un peu ça. :lunette:
Cette histoire d'euthanasie, ça pue l'hypocrisie quand même: "Alors on va pas t'aider à mieux vivre, mais on va t'aider à mourir, t'inquiète !".
 
28 Avril 2015
2 212
15 875
3 154
@RainyMood

Je pense pas qu´on parle des mêmes maladies la.
Une des raisons de l’euthanasie par exemple c’est : douleur intolérable. Tu veux faire quoi de plus à part prendre énormément de morphine ?
L’autre raison c’est une maladie incurable.
Je prends l’exemple de la maladie de Charcot, que la société s’améliore ou non tu vas quand même petit à petit perdre l’usage du fonctionnement de ton corps jusqu’à la mort.

Ce que tu proposes, ça s’appelle de l’acharnement thérapeutique, tout simplement. On ne parle pas ici d’handicap ou il suffirait d’améliorer les trottoirs. :dunno:
 
28 Avril 2015
2 212
15 875
3 154
@RainyMood

Mais du coup je pense pas que l’euthanasie leur soit proposé.
En tout cas dans les pays où ça se fait c’est en général vraiment limité à certains cas, typiquement un cancer en phase terminale, une maladie dégénérative, etc.

« Mais l’étude permet au moins de saisir le profil des candidats à la mort assistée : généralement des personnes de 65 ans ou plus atteintes de cancer (40,7 %), de maladies du système nerveux (11,5 %) ou cardiovasculaires (12,8 %) ou encore souffrant de douleurs chroniques, démence, dépression et morbidité multiple (35 %). »
Source : la Croix, c’est un article sur les raisons du suicide assisté en Suisse.

L’idée c’est vraiment un dernier recours quand on a tout essayé avant, je pense pas du tout qu’on se mette à proposer l’euthanasie a n’importe qui ayant un handicap léger, moyen,..
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes