Commentaires sur J’étais childfree, je suis devenue mère, et la pression à la maternité m’a fait douter de mes choix

22 Septembre 2011
1 514
8 601
5 194
Incroyable cet article !
Il fait tellement écho en moi que je me sens d'un coup beaucoup moins seule.

J'admire la prise de recul d'Elsa et je la rejoins sur cette injonction permanente que je ressens en tant que childfree, au point de me demander aussi si l'envie qui se dessine en arrière-plan de peut-être un jour changer d'avis vient vraiment de moi ou alors de cette pression sociétale qui me donne l'impression que je vais peut-être passer à côté de quelque chose de grandiose si je n'y cède pas (même ici sur madmoizelle...), alors que j'ai depuis toujours l'intime conviction que ce n'est vraiment pas pour moi et que je risque de le regretter chaque jour de ma vie si je fais le pari de me lancer dans ce projet un jour.

Et plus je vieillis, plus c'est dur de me maintenir sur mes positions.
Déjà, parce que plus le temps passe, moins j'ai le choix. Donc forcément, ça me pousse à y réfléchir très sérieusement et régulièrement, parce qu'on adore rappeler aux femmes que, passée la trentaine, elles périment à grand pas, n'est-ce pas. Surtout que toutes mes copines commencent à s'y mettre, donc plus ça va, plus je me sens seule dans mon choix, et dans ma vie. Et aussi parce que mes rencontres amoureuses sont à présent challengées par cette distinction de CF, car nombreux sont les hommes de mon âge à vouloir un enfant un jour.
Et je suis actuellement si obsédée par l'idée de me mettre en couple que ma plus grande crainte est de tomber amoureuse d'une personne qui a cette vocation paternelle et de finir par céder à son envie d'enfants en me laissant tenter par des projections qui ne correspondront probablement pas à la réalité du quotidien. Parce que même si j'avoue qu'il y a certains aspects de la parentalité qui me font un peu envie (enfanter le fruit de notre amour, puis tous les moments de tendresse/de joie que je peux observer autour de moi), j'ai quand même conscience que tout ça est probablement très fantasmé à cause du modèle familial qu'on veut nous renvoyer en permanence et je crains fortement de me sentir submergée et dépressive les 99% du temps.

Et en même temps l'article me rassure un peu, et je me dis qu'il est possible que toutes les raisons rationnelles que j'ai toujours évoquées pour balayer ce projet d'enfant ne fassent pas le poids face au désir de maternité qui prend progressivement le pas sur ma raison, et que je vive ma meilleure vie si je décide de me jeter à l'eau aussi.

Mais j'ai moi aussi ce sentiment de trahison. De lâcheté. J'ai toujours dit que je ne voulais pas d'enfants. Et d'un coup mon discours change petit à petit. Je me sens faible, pas crédible. Je ne veux pas non plus donner raison à tous ceux qui m'ont toujours dit "tu changeras d'avis". Et d'un autre côté, je n'en peux plus d'être tiraillée et de me sentir coupable de ce revirement, car peu importe ma décision, elle ne regarde que moi au final. Je voudrais juste qu'on nous foute la paix avec la maternité.
 

RaccoonJesus

Raton-laveur mégalomane
27 Janvier 2014
2 213
101 501
4 814
@poulaga : elle écrit pourtant que quand on lui demandait si elle voulait des enfants, elle répondait non à cette question et aussi quand on lui disait qu'elle changerait d'avis. Donc à ces moments T, elle était CF. Peut-être qu'au moment où le stérilet a été retiré, elle a commencé à changer d'avis mais elle a bien été CF. ^^
 
25 Décembre 2010
284
1 468
4 804
Cette article est super intéressant. J'ai deux enfants, j'ai douté pendant environ 10 ans sur le sujet sans être CF et lorsque j'ai pris ma décision il y a toujours eu ce flou où je me demandais est ce bien ma décision ou suis je en train de suivre la vague naturelle des choses imposée par la société.
Au final je pense que je voulais des enfants, je ne le regrette pas. Par contre au niveau timing, on s'y est mis a 30 ans tout pile, comme par hasard... injonction je te vois!
Bref merci pour ce partage bcp de choses résonnent en moi
 

Dog

10 Juin 2015
400
3 901
2 314
Après, on peut ne pas vouloir d'enfant, mais garder une part de soi qui y songe.
Je veux pas d'enfant. Mais je sais que le risque est là, et j'ai même envisagé des prénoms qui me plaisent (en étant claire qu'ils seront attribués si le mome me tombe sur les pieds avant que je m'en rende compte) .
Pour autant, je suis child free, je ne veux pas d'enfant. Mais ça peut arriver.
Et avoir une gymnastique mentale qui prend en compte cette possibilité, c'est possible.
 
8 Avril 2022
32
178
29
Incroyable cet article !
Il fait tellement écho en moi que je me sens d'un coup beaucoup moins seule.

J'admire la prise de recul d'Elsa et je la rejoins sur cette injonction permanente que je ressens en tant que childfree, au point de me demander aussi si l'envie qui se dessine en arrière-plan de peut-être un jour changer d'avis vient vraiment de moi ou alors de cette pression sociétale qui me donne l'impression que je vais peut-être passer à côté de quelque chose de grandiose si je n'y cède pas (même ici sur madmoizelle...), alors que j'ai depuis toujours l'intime conviction que ce n'est vraiment pas pour moi et que je risque de le regretter chaque jour de ma vie si je fais le pari de me lancer dans ce projet un jour.

Et plus je vieillis, plus c'est dur de me maintenir sur mes positions.
Déjà, parce que plus le temps passe, moins j'ai le choix. Donc forcément, ça me pousse à y réfléchir très sérieusement et régulièrement, parce qu'on adore rappeler aux femmes que, passée la trentaine, elles périment à grand pas, n'est-ce pas. Surtout que toutes mes copines commencent à s'y mettre, donc plus ça va, plus je me sens seule dans mon choix, et dans ma vie. Et aussi parce que mes rencontres amoureuses sont à présent challengées par cette distinction de CF, car nombreux sont les hommes de mon âge à vouloir un enfant un jour.
Et je suis actuellement si obsédée par l'idée de me mettre en couple que ma plus grande crainte est de tomber amoureuse d'une personne qui a cette vocation paternelle et de finir par céder à son envie d'enfants en me laissant tenter par des projections qui ne correspondront probablement pas à la réalité du quotidien. Parce que même si j'avoue qu'il y a certains aspects de la parentalité qui me font un peu envie (enfanter le fruit de notre amour, puis tous les moments de tendresse/de joie que je peux observer autour de moi), j'ai quand même conscience que tout ça est probablement très fantasmé à cause du modèle familial qu'on veut nous renvoyer en permanence et je crains fortement de me sentir submergée et dépressive les 99% du temps.

Et en même temps l'article me rassure un peu, et je me dis qu'il est possible que toutes les raisons rationnelles que j'ai toujours évoquées pour balayer ce projet d'enfant ne fassent pas le poids face au désir de maternité qui prend progressivement le pas sur ma raison, et que je vive ma meilleure vie si je décide de me jeter à l'eau aussi.

Mais j'ai moi aussi ce sentiment de trahison. De lâcheté. J'ai toujours dit que je ne voulais pas d'enfants. Et d'un coup mon discours change petit à petit. Je me sens faible, pas crédible. Je ne veux pas non plus donner raison à tous ceux qui m'ont toujours dit "tu changeras d'avis". Et d'un autre côté, je n'en peux plus d'être tiraillée et de me sentir coupable de ce revirement, car peu importe ma décision, elle ne regarde que moi au final. Je voudrais juste qu'on nous foute la paix avec la maternité.
Je te lis, je sens la détresse et les doutes dans tes mots, et j'ai juste envie de te faire un gros câlin et de te dire que quel que soit ton choix (l'inaction en est un), ce sera le bon.
 
8 Avril 2022
32
178
29
Je comprends la notion de cette liberté de choix qui lui a été enlevée. Toutes les injonctions supportées par les femmes au cours de leur vie modèlent leurs choix.

Je comprends aussi parfaitement les CF, et j'espère qu'on finira un jour par leur lâcher les ovaires et arrêter de les infantiliser avec la menace du "un jour tu changeras d'avis et ça sera trop tard et tu finiras ta vie seule et misérable avec une armée de chats qui mangeront ton cadavre" bon je sais j'exagère mais c'est bien l'image que notre société continue de donner.

De mon côté, j'ai toujours su que je voulais des enfants, je les aimais, j'avais envie de pouponner, mais j'en voulais plus tard.
On a fait comme ce couple, juste "attention" parce qu'on ne se sentait pas prêts, on avait la trouille. Dix ans ont passé. Pas de bébé.
L'horloge tournait, je voulais toujours des enfants, mais j'avais aussi envie de continuer à profiter de ma vie sans enfants.
A 35 ans, un médecin m'a demandé (avec quand même du tact et une façon délicate d'amener la question) si je voulais des enfants, et m'a conseillé de commencer à y penser sérieusement, parce que je risquais d'avoir plus de difficultés, passé 35 ans. J'ai eu l'impression d'être happée dans un puits sans fond. J'ai eu peur de ne pas arriver à concevoir.
J'ai commencé à en vouloir à ma moitié de rester aussi passif, puis j'ai réalisé que je n'avais pas eu le courage d'aborder la question frontalement. Ça m'a pris un an. J'avais peur qu'il ait changé d'avis. Ça aurait pu détruire notre couple.

Après lui avoir redemandé sa position, je lui ai expliqué qu'il était temps, que mes œufs avaient une date de péremption, qu'on risquait tout simplement de passer à côté. Et que ça me demolirait de louper le coche.
On a pris la décision de faire un bébé, il a fallu 4 mois pour l'appliquer. Le jour où on n'a pas fait "attention", j'en ai pleuré d'émotion.

L'histoire qui a suivi fut compliquée, en tout il aura fallu 5 ans et 4 grossesses pour que notre petit garçon illumine nos vies. Mon cœur lui appartient. Je l'aime plus que tout au monde, et même si ce n'est pas de tout repos, nous n'avons aucun regret. Notre couple a une nouvelle dynamique, nos vies sont totalement chamboulées, et même si nous prenons soin de nous, fondamentalement, notre bébé passe avant tout.
 
30 Septembre 2021
459
3 355
144
33
Très bel article, et très beau témoignage, merci beaucoup à Elsa !
J'ai la "chance" de ne pas vraiment avoir ressenti d'injonction à la maternité, parce que j'ai toujours voulu des enfants, mais cet article me touche beaucoup car il me permet d'appréhender la façon dont peuvent être ressenties ces injonctions quand on est CF.
Donc soutien aux CF qui doivent se taper tous ces "tu changeras d'avis" tous les jours ou presque.
 
4 Mars 2016
1
24
1 554
Intéressant cet article, d'habitude je lis sans réagir, mais pour une fois...

Je me retrouve un peu dans son vécu, pendant longtemps je ne voulais catégoriquement pas d'enfant, d'ailleurs je n'aime pas les enfants.

Mais j'ai eu un déclic un jour, comme une révélation, brutale et inattendue.
J'étais en stage dans une maternité pour devenir aide-soignante, j'avais choisi ce stage pour "changer" de patientèle, en sachant que ça serait peut-être la seule fois où je pourrai m'occuper de nourrissons.
Et là, en accompagnant les auxiliaires de puériculture, j'ai eu l'occasion de donner un bain à un nouveau-né, j'ai vu tous ces parents heureux avec leur bébé dans les bras, et c'était naturel, simple mais tellement beau... J'en ai pleuré d'émotion en rentrant chez moi, et j'ai su à ce moment là que moi aussi un jour je voudrai un enfant. Mais le moment venu, avec la bonne personne.

5 ans plus tard je suis enceinte, pleine de doutes et de questions (serai-je à la hauteur/ une bonne mère... Etc). Je n'aime toujours pas les enfants des autres. Mais j'attends ma puce dans un mélange d'impatience, d'amour et d'inquiétude.
 

Kettricken

Hate is always foolish. Love is always wise
13 Avril 2011
3 511
46 891
5 664
J'ai adoré ce témoignage qui fait une sorte de miroir avec ce que j'ai vécu. Avec des similitudes mais aussi de grosses différences.
Moi ce que j'ai mal vécu quand j'ai changé d'avis, ça n'est pas la pression extérieure mais l'image effrayante que je m'étais construite de la parentalité pendant toutes ces années où j'étais CF.

Perso, j'ai dit que jamais jamais je n'aurais d'enfant jusqu'à mes 27 ans. Je n'ai pas eu trop d'injonctions à changer d'avis, mais les quelques unes que j'ai eue m'en touchait une sans faire bouger l'autre. :lunette: Je voyais tellement 0 raison à changer d'avis que je m'en fichais de ce que mes collègues me disaient sur "la plus belle chose du monde".
Puis à 27 ans : poussée hormonale de qlq mois pendant laquelle je ne voulais toujours pas d'enfant mais mon corps criait "bébéééé". Heureusement c'est passé
A partir de là, je me suis dis que peut-être dire "jamais" était irréaliste, que la vie était longue, que je n'avais jamais été en situation de couple où la question aurait pu se poser... Donc je disais toujours "non jamais" aux gens, mais dans ma tête, je me disais que c'était "jamais pour le moment"
J'ai changé d'avis à 32 ans après des MOIS à me torturer pour savoir que faire. Mon compagnon était ok avec les deux options (disait-il... je crois qu'il n'assumait pas son envie) mais me demandait de me positionner.

Et bien ce qui a été très dur à l'époque, c'est que j'avais passé des années à me faire une image repoussoir de la parentalité.
Pas aidée par le fait que tout mon entourage était CF ou en tous cas sans enfant. Aucun témoignage positif pour compenser.
Donc je sentais cette envie s'éveiller en moi, mais rationnellement, j'étais toujours d'accord avec mes arguments de CF
C'était très effrayant

Du coup, à la fois j'aurais envie de dire aux personnes CF de ne pas avoir des discours trop virulents car si elles changent d'avis (ça arrive parfois), ça sera contreproductif pour elles.
Et à la fois, j'ai pas envie de le dire car les personnes CF subissent déjà assez d'injonctions. :shifty:
J'ai eu la grande chance d'en avoir peu et de m'en fiche, mais je sais que dans certains entourages, ça peut-être hyper pesant.

Donc globalement : foutez la paix aux gens
Et arrêtez de leur demander s'ils veulent des enfants, ou alors super précautioneusement, car vous ne savez jamais ce qu'il se joue
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes