Dès 2022, les consultations chez le psy seront remboursées. Mais à quel prix ?

28 Juillet 2017
37
565
739
27
@Gringo C'est un questionnement que j'ai également concernant cette "entrée en matière". Ca enlève la parole première du patient. Peut-être qu'en effet qu'il a des troubles anxieux pour telle ou telle raison, mais s'il ne veut pas commencer par une raison, je n'ai pas à le savoir. On peut parfois donner certains éléments s'il y a une passation entre professionnels, mais cela reste très rare et à la demande du patient. J'ai toujours tendance à privilégier que mon patient parle avant que j'assume quoi.

Si un médecin viendrait à me dire cela, "le patient vient pour troubles anxieux suite à un décès familial", (ce que j'ai vu y'a pas longtemps), ben je vais d'abord me dire que c'est l'interprétation du médecin et non pas du patient de ces propres troubles anxieux. Le patient sait pourquoi il vient, c'est lui qui a la connaissance, moi je l'accompagne à mettre du sens sur cette connaissance de soi.

Rien que ce matin, j'ai eu un patient 1 heure 10. C'est le temps que je le consacre habituellement, on pourrait pousser à 1h30 s'il y a vraiment besoin. Et ce patient me paye 50 € (je fais une fourchette de prix 40-60 € et les patients me payent ce qu'ils souhaitent dans cette fourchette là). Si je devais passer à 30 € les 30 minutes, ce serait d'une violence pour lui...On arriverait à rien car il a BESOIN de cette heure là pour mettre en mot son ressenti et avancer.

En soi, tout est fait pour qu'on arrête le libéral, je devrais moi littéralement passer à 80 heures par semaine. Nous sommes 80 000 psychologues pour 66 millions de français. J'estime que ce n'est pas assez. Il n'y a pour l'instant que 500 psychologues dans le dispositif, qui est mis en place depuis .... janvier? Dans le public on nous donne des 10%, 20%, 30% de temps de travail et on jongle avec différents services/institutions.

Ce matin, un de mes amis psy a démissionné de son poste en hôpital. Il sait plus où aller travailler. Aucun de mes amis de la fac (j'ai encore contact sur les groupes, on est 200 environ) ne sont volontaire pour ce dispositif. Et je parle d'une promo d'une fac, d'une année universitaire.

@Lyt'chiie je suis d'accord avec toi, de toute façon, je trouve qu'ils font toujours tout pour embrouiller et les journalistes font avec ce qu'ils peuvent, mais c'est pas "involontaire" de leur part bien au contraire.

Ce qui est bien, c'est qu'on fait passer les libéraux pour 1- des pétés de thunes (je viens de faire ma compta du mois de septembre je suis morte de rire) 2- des insensibles (je n'aurais pas fais ce travail je pense, je me serais pas donné tout ce mal...) 3- des gros relous.

Les gens vont nous détester, ils ont trouvé une bonne cible, comme d'habitude!
 
10 Décembre 2019
32
337
99
29
Je me demande où ça coince... Comment se fait-il qu'il y ait des contradictions entre le discours tenu aux journalistes et la réalité ?
Il faut savoir que 10 milliardaires possèdent 90% des quotidiens français (journaux vendus), 55% des parts d'audience à la télévision et 40% des parts d'audience à la radio. On peut donc s'assoir sur l'objectivité journalistique.
Ces fameux milliardaires sont potes avec nos chers dirgeants et ont vite compris que contrôler/manipuler l'information à leur avantage, c'est contrôler les finances et assoir leur pouvoir. Le peuple et ses petites préoccupations du quotidien, ils s'en fichent. Plus aucun media mainstream n'est fiable et on a eu l'occasion de le constater un nombre incalculable de fois. De même, plusieurs journalistes ont témoigné de sujets brûlants qui ont sauté, ils avaient même été prévenus par les personnes incriminées qu'elles ne s'inquiétaient pas, car cela ne passerait pas après la censure de l'investisseur propriétaire du média qui entre en conflit d'intérêt.
L'arbre "généalogique" est disponible ici :
www.monde-diplomatique.fr/cartes/ppa-archive
 
Dernière édition :
6 Février 2020
416
5 405
404
28
Et qui est au SMIC à peine en début de carrière pour 5 ans.
Il y a aussi les orthophonistes :crying:

Ce qui est compliqué à mes yeux avec ce sujet c'est que la psychologie est une discipline très vaste et qui regroupe un grand nombre de pratiques sur lesquelles on ne peut absolument jamais faire de généralités. Entre un neuropsychologue, qui va s'appuyer sur de la littérature scientifique voulant adapter au psychisme le raisonnement par la preuve, les cohortes, les essais randomisés et tutti quanti, et qui peut-être (je dis bien peut-être) organise déjà son travail sur des séances plus cadrées, chronométrées, pourquoi pas de 30 minutes ; et le psychologue issu de la psychanalyse, de la systémie, de la dialectique, que sais-je encore, qui va utiliser d'autres outils que des outils qu'on va dire "scientifiques" ou "prouvés", qui va laisser plus de place à la parole et donc probablement choisir des séances plus longues qui s'adapteront à la parole du patient le jour J... (Je précise que je ne fais pas là de hiérarchie, je pense qu'à notre stade de connaissances sur le psychisme humain et qu'à cause (ou grâce !) au fait que le psychisme humain est une donnée bien plus complexe à tester que les mathématiques ou la physique, il n'y aura jamais de solution toute faite à tous les problèmes mentaux et dont qu'il est très intéressant d'un point de vue théorique d'avoir un panel de méthodes). Toute considération va être différente : l'emploi du temps, le travail avec le médecin, la teneur des informations sur le patient, la place dans une équipe de soins... Le neuropsychologue peut peut-être plus facilement rentrer dans cette logique de métier "paramédical" parce qu'il va par exemple travailler avec des enfants TDAH, des adultes cérébro-lésés, au même titre qu'une orthophoniste par exemple. Alors que le psychologue issu de la psychanalyse... Quel lien doit-il entretenir avec un médecin généraliste ? :dunno: Chaque pratique va vivre différemment les choses. Et travaillant avec une trentaine de psychologues, tous issus de courants différents... j'ai vu tout le monde recevoir la nouvelle différemment.
J'ai fait énormément de généralités auparavant pour pouvoir illustrer mon propos le plus simplement possible, mais cette richesse nécessaire de la psychologie est bien aussi ce qui va poser souci dans cette question ultra importante d'accès au soin.

Pour se mettre du point de vue du patient, il est bien sûr primordial que des personnes aient le droit d'être remboursées quand elles sont malades, au même titre qu'un rhume ou une tendinite (qui entraînent d'ailleurs bien moins de risques de mortalité qu'une dépression ou un trouble de la personnalité, comme quoi on marche franchement sur la tête). Le passage par un médecin pourrait permettre aux patients mis en difficulté par les manque de lisibilité des pratiques des psychologues (combien de patients ne connaissent même pas la différence entre un psychiatre, un psychologue, un psychopraticien, et les différents types de thérapies proposées ?). Mais passer aujourd'hui par le généraliste ne peut malheureusement que très peu régler ce souci, puisque les généralistes n'y connaissent pas grand chose non plus...

L'idéal, en fait, c'est un système de soin qui permet de donner des soins cohérents, de bien orienter les patients, de faciliter leur parcours de prise en charge et de remboursement. L'idéal, c'est un lieu où il y a plein de professionnels qui se connaissent, ont des temps d'échanges entre eux selon leurs spécialités, où il y a des secrétaires ou des professions annexes qui donnent de l'information, des systèmes performants et pratiques pour garantir le secret médical, des numéros d'écoute... Ca ne vous rappelle pas quelque chose ? Ah si, ça s'appelle l'hôpital public ! Mais le souci, c'est qu'investir dedans pour redonner une cohérence et simplement une dignité aux soins psychiatriques, ça coûte plus cher que rembourser des clopinettes des professionnels éclatés dans leurs bureaux qui n'ont pas le temps et l'argent pour faire le travail comme ils le voudraient. Le temps passé à faire le lien avec les médecins généralistes, les autres professionnels... qui le paye ? Personne ! Bien pratique pour l'Etat.
Ce modèle, c'est le modèle qui est maintenant préconisé partout, pour les enfants avec autisme : le libéral, pour les patients cérébro-lésés : le libéral, pour les troubles psychiques : le libéral. Pour tout : le libéral. N'augmentons pas les salaires du système public, n'embauchons pas plus de personnel, ne rendons surtout pas les conditions de travail plus simples : ça fera partir les pros en libéral, et tant mieux ! La preuve avec ton témoignage qui fait mal au coeur tant je reconnais mes consoeurs orthophonistes aussi dedans, @SalvioHexia : les gens les plus motivés du soin partent en libéral. Quitte à laisser des postes vides dont les fonds disparaissent comme par magie au fil des années...

Ne soyons en plus pas trop dupes : nous n'allons pas vers la gratuité des soins. La sécurité sociale est belle et bien menacée depuis des années, les hôpitaux ont de moins en moins de lits, de personnel, les établissements médico-sociaux également, alors que les initiatives privées sont en plein essor et marchent du feu de dieu. L'ARS fait tout pour encourager les maisons médicales privées à s'ouvrir. Cette mesure de remboursement des psys est une exception qui confirmera bientôt la règle : le futur, ce sont que les meilleurs soins seront donnés dans le libéral/privé, et que les soins publics seront réservés aux plus pauvres car les conditions y seront les plus difficiles, le travail plus bâclé et que les pros motivés préféreront aller ailleurs. C'est déjà le cas pour la psychiatrie : les personnes ayant le plus d'argent consultent en libéral pour avoir des soins plus rapides, les autres se mettent sur les listes d'attente des CMP. Et les pros du CMP, aussi motivés et consciencieux qu'ils soient, galèrent complètement pour bosser. Une de mes amies et collègue psychiatre au CMP d'un département très sous-doté m'a dit un truc terrible un jour : aujourd'hui, une personne qui menace de se suicider ne peut plus être considérée comme prioritaire pour avoir un suivi tellement on a de demandes déjà "prioritaires". C'est ce qui se passe aussi pour l'accompagnement des personnes âgées : bien malheureusement, quand mon papy est passé d'un EHPAD qu'on payait de notre poche une fortune et l'EHPAD public où les infirmières sont en sous-effectif, on a bien senti la différence. Le soin finira à deux vitesses, comme aux states.
Je ne veux pas faire gourou ou complotiste, mais c'est ce qu'il se passe partout. Ce système économique ne veut pas service public, il se débrouillera toujours pour trouver des alternatives. La même sera faite pour l'école.

Force à tous, professionnels et patients, ou ceux qui sont des deux côtés de la médaille comme moi :boxing: Les solutions, elle seront économiques et politiques !
 
28 Juillet 2017
37
565
739
27
@Vogel force à toi aussi collegue ortho <3 on a tellement, tellement besoin de vous !!

Je ne suis que d’accord avec toi. Tu as tellement résumé mon propos. On parle des psychologues aujourd’hui mais ce sont tous les professionnels de santé qui sont menacés…

Concernant les différents champs de la psychologie, elles sont toutes basées sur des faits scientifiques et/ou (je pense à la psychanalyse par exemple qui fait beaucoup débat, bien que je sois très formée à la psychanalyse, je me suis formée auprès des psychologues et les courants possibles) maintenant grâce aux neurosciences se rejoignent et viennent affirmer ce qu’on théorise depuis des années. La liberté de choisir son champ d’intervention, ce qui est aussi menacé, est également une liberté pour le patient de choisir son soin, ce qui lui convient… quelqu’un aura besoin d’une thérapie courte et cognitive quand quelqu’un d’autre aura besoin de systemie, l’autre d’un neuropsychologue… mais par contre j’ai jamais vu même un neuropsychologue ne faire que 30 minutes de séance.

Je sais que tu as dis que tu faisais des généralités pour affirmer ton propos et je suis d’accord avec toi que ça peut autant nous servir que nous desservir d’avoir autant de courants, mais c’est une très grande force si on arrêtait de se taper dessus et si on faisait passer la liberté du patient avant tout de choisir COMMENT il souhaite être accompagné.

Il y avait l’idée pendant un temps de nous faire passer un doctorat, obligatoire, un internat de psychologie et de devenir une profession Médicale qui serait remboursée avec son propre canal, pas par le biais des médecins. Ça a malheureusement été très vite abandonné…
Demander aux médecins généralistes qui n’ont déjà plus le temps de voir leur patient, c’est se tirer une balle dans le pied… et comme tu dis, le souci, c’est qu’ils ne veulent pas renflouer l’hôpital public, comme d’hab! Les gens iront encore moins faire la démarche je pense…
 
10 Juin 2014
5 140
25 709
3 364
Housse
Franchement, je suis pas française mais cette proposition me dégoute de part le peu de connaissances et d'intérêt pour notre métier que cela démontre.
On crie sur tous les toits que la santé mentale, c'est important, qu'il faut consulter si on ne va pas bien mais on ne donne les moyens à personne de le faire (que ce soit aux psy, qui, pour la plupart, cherchent déjà à faire le tarif le plus bas possible tout en payant leurs charges, ou aux patients). Proposer si peu de séances de seulement 30 MINUTES, même si c'était payer plus pour le psychologue, ce serait se foutre de la gueule des patients. 30 min, d'expérience, c'est le temps pour se mettre dans la séance, se sentir à l'aise... Et une psychothérapie, ça prend souvent bien bien bien bien plus qu'une dizaine de séances.

Ce métier n'est vraiment pas respecté à sa juste valeur (c'est un master 2 MINIMUM).
 
19 Mars 2021
410
4 570
154
ça c’est pour l’instant dans le cas où on nous oblige pas à entrer dans le dispositif, ce qu’ils seraient capable de faire, on en est vraiment pas à l’abri.

À l'heure actuelle, aucun professionnel de santé pour qui il existe une convention (car toutes les professions de santé n'ont pas de convention) n'est obligé de se conventionner. La plupart se conventionne car le remboursement des soins bien plus intéressant (plusieurs euros voire dizaines d'euros pour le tarif de responsabilité versus quelques centimes pour le tarif d'autorité) ramène des patients mais ils ont le choix et il y en a qui ne se conventionnent pas. Ce serait donc étrange que ce soit imposé aux psychologues.
 
  • Big up !
Reactions : Lyt'chiie
10 Juin 2014
5 140
25 709
3 364
Housse
@Vogel Je suis neuropsy et je ne vois pas COMMENT faire des séances de 30 min. Pour te donner une idée, généralement, mes séances pour un bilan, ce sont 2x2h. Je me vois mal faire une 1ere séance de 30 min pour le début de l'anamnèse, la reprendre une autre fois et faire les tests en plusieurs fois 30 min me prendra plus que les 3h que ça me prend actuellement (sachant qu'il faudra dans tous les cas 5-10 min au début pour rentrer dans la séance et pareil à la fin, ce qui laisse.... 15 min max). De plus, les tests de mémoire, il faut d'office un délai de 20-30 min entre la première partie du test et la dernière (donc ça rentre pas dans une séance de 30min), y a d'autres tests qui prendront avec certains patients plus de 30 min à finir... Ce n'est pas possible.

Alors oui, ça reste le métier de la psychologie le plus "paramédicalisable" mais pas avec des limites de temps comme ça (pour la neuropsy, y a déjà des fois des bilans sous prescription médicale, en Belgique. Mais ça ne limite pas le temps, le remboursement est de Xeuros pour tout le bilan, le reste à charge du patient, peu importe que l'on passe 1 ou 5h sur le bilan et le montant appliqué par le neuropsychologue. Ce qui me semble cohérent). Pareil pour la rééducation cognitive, y aurait moyen de se faire prescrire X séances (après avis des besoins selon les bilans neuropsy) à reconduire si les besoins sont là (toujours sous appréciation des bilans de progression du neuropsy). Mais pas 30 min à 30e.

Le remboursement serait une bonne chose. Si c'était pas en terme de "temps" et d'honoraires non dépassables comme cela.
 
28 Juillet 2017
37
565
739
27
@Kaktus je suis d’accord avec toi, et j’espère grandement que cela va le rester tel quel, mais je reste tout de même pessimiste au vu de ce que j’ai pu voir dernièrement en institution qui était pas envisageable et impensable, je me dis que ça serait possible (mais du coup pas que pour les psys).

j’espère sincèrement que tu as raison :fleur:
 
  • Big up !
Reactions : Lyt'chiie and Kaktus
6 Février 2020
416
5 405
404
28
@pikalovescoke Bien sûr je ne parlais pas des bilans ! Pour leurs bilans par exemple les orthophonistes sont payées bien plus cher dans leur nomenclature (de 60 à 80 euros) et il faudrait que le bilan de neuropsychologie soit payé à sa juste valeur, bien plus que ça. Je parlais bien des suivis pour de la remédiation cognitive, où par exemple une prescription de séances à la demi-heure me paraît envisageable et à 30 euros c'est plutôt ce qu'il se fait déjà (ma psy me prend 45 euros les 45min voire 1h). En orthophonie il existe aussi une nomenclature adaptée pour les 45 min, c'est faisable aussi. Il faudrait juste des prescriptions adaptées, comme 30 séances par exemple, renouvelables, pour que ce soit vraiment fonctionnel.
 
Dernière édition :

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes