lilith-972;4861202 a dit :
Tout ça pour en venir à cette question/ce constat : comment réagir face à de telles personnes fermées et butées ?! Quand on lit/entend ces réactions pleines de clichés on ne se sent pas vraiment l'envie "d'éduquer". Je pense qu'il y a des limites, je veux bien expliquer à qqn qui veut réellement en savoir plus mais ceux qui font genre "je comprends pas" mais en même temps te ressortent les arguments du siècle derniers MERCI BIEN !! :goth:


Bon aller je me calme... :shifty:
Peut-être aussi qu'à un moment on peut aussi simplement laisser filer... :dunno: Même Anita Sarkeesian a jeté l'éponge et interdit les commentaires sur ses vidéos sur Youtube, et pourtant, on ne peut vraiment pas dire que ce soit une fille fermée à l'idée de faire de la pédagogie ;)
 
agapanthe7;4860632 a dit :
lady-von-duck;4860509 a dit :
J'aime beaucoup l'article mais je partage assez l'avis de @DestyNova     .


Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
Hello,

faisant partie des nanas féministo-sceptiques, je peux, peut-être t'apporter un élément de réponse(tout personnel bien sur), à cette requête.

Dans le cas d'une végétarienne, son choix est d'ordre personnel, les conséquences le sont tout autant, et surtout, elle n'engage qu'elle. Tandis que dans le cas du féminisme, qui est une cause essentielle, primordiale même, ça va au dela de l'individuel. c'est une "ambition" qui devrait, idéalement, toucher toute la société. De fait, demander davantage de pédagogie dans le cas du féminisme me parait normal, puisque le féminisme est une révolution d'ordre sociale et sociétale.

En ce qui me concerne, le texte m'a beaucoup parlé, et je remercie marie charlotte d'avoir tenté de voir les choses différemment, belle ouverture d'esprit. Et je serai ravie que le discours féministe évolue un peu, et évite tous ces insupportables anglicismes par exemple, au profit d'un langage moins "jargonneux" et plus clair, ce qui incitera , je suis sure, davantage de gens(femmes et hommes)à saisir la cause et à y adhérer.
HS
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

i-love-you;4860694 a dit :
maelyra;4860462 a dit :
@I-Love-You    qu'est ce que tu appelles le féminisme "officiel" ? Je ne comprends pas trop à quoi tu te réfères ici.
Imposer comme une vérité générale une seule réponse à une problématique rencontrée par les femmes, tout en refusant que cette réponse soit discutée même quand elle entre en contradiction avec d'autres idéologies, points de vue, pensées et besoins des personnes directement concernées.
Même en ayant une base commune solide, beaucoup de mouvements féministes divergent sur certaines questions, notamment la prostitution. Au delà de ça on ne milite pas de la même manière aux USA, en France, en Inde ou en Afrique du Sud, on ne peut donc pas vraiment parler de féminisme officiel.
Quand tu parles de contradiction avec d'autres idéologies, tu penses à quoi par exemple ?
 
Je suis contente que Marie Charlotte ait abordé ce sujet car je pense que ça permet d'ouvrir pas mal d'horizons et de se questionner sur une dérive qui existe toujours avec le militantisme (quel qui soit): ce côté un peu pédant qui est finalement assez contre-productif.

C'est kool :fleur:


PS: et ah oui j'oubliais, est-ce qu'on peut PAR PITIE se calmer avec la novlangue jargonneuse made in USA ? :gonk:

Je veux dire même moi qui me considère plutôt féministe et qui parle correctement l'anglais, je panne souvent que dalle (ou en tout cas il faut bien un moment pour comprendre) aux "white planning", "male tears" "POC (alors celui là est bien aussi) , au nouveau " tone policing " que je viens de découvrir ... qui peuvent mettre des barrières pour les gens qui ne sont pas familiers avec ce jargon. Et puis c'est parfois une translation directe des USA alors que les enjeux ne sont pas parfois les même en France et qui faussent le débat ...

Et puis ce sont des expressions qui peuvent être traduite en français non ? :hesite:


Voilà c'était le message sponsorisé par Bernard Pivot.
 
i-love-you;4861456 a dit :
lady-von-duck;4861344 a dit :
agapanthe7;4860632 a dit :
lady-von-duck;4860509 a dit :
J'aime beaucoup l'article mais je partage assez l'avis de @DestyNova        .


Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
Hello,

faisant partie des nanas féministo-sceptiques, je peux, peut-être t'apporter un élément de réponse(tout personnel bien sur), à cette requête.

Dans le cas d'une végétarienne, son choix est d'ordre personnel, les conséquences le sont tout autant, et surtout, elle n'engage qu'elle. Tandis que dans le cas du féminisme, qui est une cause essentielle, primordiale même, ça va au dela de l'individuel. c'est une "ambition" qui devrait, idéalement, toucher toute la société. De fait, demander davantage de pédagogie dans le cas du féminisme me parait normal, puisque le féminisme est une révolution d'ordre sociale et sociétale.

En ce qui me concerne, le texte m'a beaucoup parlé, et je remercie marie charlotte d'avoir tenté de voir les choses différemment, belle ouverture d'esprit. Et je serai ravie que le discours féministe évolue un peu, et évite tous ces insupportables anglicismes par exemple, au profit d'un langage moins "jargonneux" et plus clair, ce qui incitera , je suis sure, davantage de gens(femmes et hommes)à saisir la cause et à y adhérer.
HS
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

i-love-you;4860694 a dit :
maelyra;4860462 a dit :
@I-Love-You       qu'est ce que tu appelles le féminisme "officiel" ? Je ne comprends pas trop à quoi tu te réfères ici.
Imposer comme une vérité générale une seule réponse à une problématique rencontrée par les femmes, tout en refusant que cette réponse soit discutée même quand elle entre en contradiction avec d'autres idéologies, points de vue, pensées et besoins des personnes directement concernées.
Même en ayant une base commune solide, beaucoup de mouvements féministes divergent sur certaines questions, notamment la prostitution. Au delà de ça on ne milite pas de la même manière aux USA, en France, en Inde ou en Afrique du Sud, on ne peut donc pas vraiment parler de féminisme officiel.
Quand tu parles de contradiction avec d'autres idéologies, tu penses à quoi par exemple ?
Mais c'est exactement ce que je dénonce et la raison pour laquelle je mets le mot "féminisme officiel" entre guillemet. Certaines personnes voudraient qu'on milite en France comme on milite aux EU, qu'on milite en 2014 comme on milite dans les années 80 et pire, essaient d'imposer une seule vision du féministe en décrétant que celles qui n'y adhèrent pas sont stupides, misogynes ou incultes. Encore plus navrant, n'interrogent pas le féminisme à la lumière d'autres idéologies et pensées comme le libéralisme, le racisme, l'écologie, la responsabilisation collective et individuelle, la biologie, la classe et j'en passe (je réponds à ta question en même temps).
Ce qui donne une sorte de féminocentrisme très désagréable à lire.


Et malheureusement, ça touche aussi certains articles de Madmoizelle.
Je comprends très bien ce que tu veux dire, et je suis d'accord avec toi sur les problèmes que peuvent poser à la longue un "féminocentrisme" mais je pense sincèrement que pour l"instant une grande partie du mouvement échappe à cet écueil.

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Mais après il faut déjà savoir ce qu'est le féminisme pour pouvoir l'intégrer dans une vision plus large du monde et l'articuler à d'autres idéologies. C'est une démarche personnelle qui prend, à mon avis, plusieurs années (en tout cas c'est comme ça que je le vis). Une personne nouvellement féministe donnera peut être l'impression d'être "féministrocentrée" mais ça ne représente pas forcément la mentalité des gens qui bossent sur le terrain et font un travail de fond sur la question.

Madmoizelle fait un peu le travail d'enseigner le B.A. BA, donc forcément les articles s'arrêtent un certain niveau de réflexion. Le magazine n'a pas pour but de théoriser le féminisme. Leur travail est important parce qu'il permet par la suite d’accéder à d'autres choses plus complexes, plus détaillées, plus approfondies et qui, peut être, feront relativiser à certaines mads ce qu'elles avaient lu auparavant sur ce site.


Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Au delà des articles qui sont important, je pense que les commentaires sous ces derniers le sont encore plus, parce qu'ils permettent d'exprimer plus de nuances et plus de complexité. Pour ma part j'ai appris énormément de choses juste en lisant deux madmoizelles féministes débattre ensembles sur les topics (notamment sur la prostitution)
 
@Lady Von Duck : je rejoins @I-Love-You sur ce point-là, j'ai déjà pu observer ce genre de comportements qui consiste à "distribuer des brevets de féminisme", pour reprendre l'expression qu'elle a utilisé dans un autre post.

Certes, il existe différents courants féministes, mais ça ne veut pas dire qu'ils cohabitent tous dans le respect des idées de chacun. Dans les milieux abolitionnistes, notamment, j'ai souvent retrouvé cette idée selon laquelle une bonne féministe est une féministe abolitionniste, et toutes celles qui ne le sont pas sont des petites choses soumises qui jouent le jeu du patriarcat, et ne méritent donc pas l'étiquette de "féministe". Bien évidemment, ces personnes ne souffrent pas les idées contradictoires, même lorsqu'elles émanent (j'ai envie de dire "surtout lorsqu'elles émanent") de personnes prostituées, qui sont tout de même les premières concernées.

Même chose avec la problématique du voile, ou avec celui de la transphobie dans les milieux TERFs.
J'ai d'ailleurs remarqué qu'Isabelle Alonso adopte assez régulièrement ce genre d'attitude.

Sinon, ce qui me gêne un peu avec cet article, c'est que j'ai l'impression que vous partez un peu du principe que toute personne qui est en désaccord avec le féminisme l'est forcément parce qu'elle n'est pas assez renseignée, mais que si elle l'était, elle adhérerait forcément aux idées féministes. Alors, même si je suis assez d'accord avec le fait que ce genre de cas est extrêmement fréquent, ça me gêne quand même un peu de partir du principe que le féminisme ne souffre aucune contradiction valable. Il y a des gens qui ont des raisons tout à fait légitimes de ne pas vouloir s'affirmer féministe (et qui n'ont rien à voir avec une volonté de maintenir le statu quo patriarcal), et qui ont des critiques tout à fait pertinentes et constructives à formuler à l'encontre de certains mouvement féministes, ou du féminisme dans sa globalité.
 
K

katnissvsw

Guest
Je viens de voir passer sur twitter cet article et j'avoue qu'il  résume particulièrement bien ce que je pense.
En particulier quand elle dit que si elles les ont fait ce n'est pas "par accident" mais consciemment.
A un moment, on ne va pas dépenser son énergie pour des personnes qui refusent de remettre en cause leurs stéréotypes sur le féminisme.
Autant pour une personne qui accepte la remise en cause, oui évidemment je vais faire des efforts mais sinon, ça ne servira à rien à part enfoncer celles déjà exclues par la société car de second rang
 
Super article ! Je l'ai d'autant plus apprécié vu que je me suis longtemps déclarée ni féministe, ni rien du tout vu les réponses et le mépris fréquemment reçu par de nombreuses "féministes" dont je ne partageais pas entièrement l'avis.

Les pro-féminisme (comme les pro-écologie en fait) ont un avis trop marginalisé par notre société pour prendre le risque d'écoeurer de potentiels adeptes en agissant avec extrémisme et violence (ce qu'une partie fait et c'est malheureusement celle-là qu'on nous montre le plus afin de dénigrer les idéaux de toute l'idéologie d'un mouvement).

Je suis féministe et écolo, mais je suis avant tout pro-choix, si une femme ne souhaite pas l'égalité des sexes, c'est son choix et je le respecte, c'est le minimum vu que j'attends qu'elle respecte également le mien, ensuite on peut essayer de discuter sans que le ton monte.

Comme dit dans l'article, patience et pédagogie (avec un soupçon de tartes dans la gueule) font mieux que dédain et agressivité :top:
 
@I-Love-You
:dunno:

Pourtant c'est faux. Tu parles de féminocentrisme comme si on avait affaire à des auteures et militantes qui ne discutaient du concept de féminité et de féminisme qu'en dehors de toute pensée plus globale ou intersectionnelle. Pas besoin d'aller très loin pour avoir un exemple de la diversité des pensées féministes et des différentes idéologies qui peuvent s'y mêler. Je pense à Elisabeth Badinter qui incarne le féminisme libéral et donc la responsabilisation individuelle ; à
Crêpe Georgette, Daria Marx et Gaelle-Marie Zimmerman (Les déchaînées) qui au contraire s'intéressent aux questions intersectionnelles, aux problématiques du racisme, de la responsabilisation collective. En France encore, Christine Delphy a développé le concept du féminisme matérialiste, donc dans une logique Marxiste, mais non orthodoxe. En Neurosciences, beaucoup de chercheurs et de neuropsychologues, de développementalistes, travaillent dans le domaine des "études de genre" avec pour base des sciences dites "dures" et non des sciences humaines ... Et toutes ces formes de féminismes sont visibles. Quand on voit comment les féministes se déchirent autour de certaines questions, on voit bien que les idéologies des unes et des autres sont très différentes et que les féministes ne sont pas en-dehors du monde, et étudient la question à la lumière des autres pensées, concepts, sciences ...
 
C'est pour ça que j'adore vos articles. Vous êtes vraiment un relais informatif hyper sympa et facile à comprendre pour les personnes "novices dans le féminisme" et même s'il est parfois choquant de parler par exemple de l'excision des femmes dans les pays Africains, c'est un mal qui permet aux personnes de se rendre compte de la dureté des événements.

Le "combat du féminisme" me fait penser au même que pour celui des Végétariens ^^
 
i-love-you;4862194 a dit :
lady-von-duck;4861582 a dit :
i-love-you;4861456 a dit :
lady-von-duck;4861344 a dit :
agapanthe7;4860632 a dit :
lady-von-duck;4860509 a dit :
J'aime beaucoup l'article mais je partage assez l'avis de @DestyNova            .


Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
Hello,

faisant partie des nanas féministo-sceptiques, je peux, peut-être t'apporter un élément de réponse(tout personnel bien sur), à cette requête.

Dans le cas d'une végétarienne, son choix est d'ordre personnel, les conséquences le sont tout autant, et surtout, elle n'engage qu'elle. Tandis que dans le cas du féminisme, qui est une cause essentielle, primordiale même, ça va au dela de l'individuel. c'est une "ambition" qui devrait, idéalement, toucher toute la société. De fait, demander davantage de pédagogie dans le cas du féminisme me parait normal, puisque le féminisme est une révolution d'ordre sociale et sociétale.

En ce qui me concerne, le texte m'a beaucoup parlé, et je remercie marie charlotte d'avoir tenté de voir les choses différemment, belle ouverture d'esprit. Et je serai ravie que le discours féministe évolue un peu, et évite tous ces insupportables anglicismes par exemple, au profit d'un langage moins "jargonneux" et plus clair, ce qui incitera , je suis sure, davantage de gens(femmes et hommes)à saisir la cause et à y adhérer.
HS
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

i-love-you;4860694 a dit :
maelyra;4860462 a dit :
@I-Love-You           qu'est ce que tu appelles le féminisme "officiel" ? Je ne comprends pas trop à quoi tu te réfères ici.
Imposer comme une vérité générale une seule réponse à une problématique rencontrée par les femmes, tout en refusant que cette réponse soit discutée même quand elle entre en contradiction avec d'autres idéologies, points de vue, pensées et besoins des personnes directement concernées.
Même en ayant une base commune solide, beaucoup de mouvements féministes divergent sur certaines questions, notamment la prostitution. Au delà de ça on ne milite pas de la même manière aux USA, en France, en Inde ou en Afrique du Sud, on ne peut donc pas vraiment parler de féminisme officiel.
Quand tu parles de contradiction avec d'autres idéologies, tu penses à quoi par exemple ?
Mais c'est exactement ce que je dénonce et la raison pour laquelle je mets le mot "féminisme officiel" entre guillemet. Certaines personnes voudraient qu'on milite en France comme on milite aux EU, qu'on milite en 2014 comme on milite dans les années 80 et pire, essaient d'imposer une seule vision du féministe en décrétant que celles qui n'y adhèrent pas sont stupides, misogynes ou incultes. Encore plus navrant, n'interrogent pas le féminisme à la lumière d'autres idéologies et pensées comme le libéralisme, le racisme, l'écologie, la responsabilisation collective et individuelle, la biologie, la classe et j'en passe (je réponds à ta question en même temps).
Ce qui donne une sorte de féminocentrisme très désagréable à lire.


Et malheureusement, ça touche aussi certains articles de Madmoizelle.
Je comprends très bien ce que tu veux dire, et je suis d'accord avec toi sur les problèmes que peuvent poser à la longue un "féminocentrisme" mais je pense sincèrement que pour l"instant une grande partie du mouvement échappe à cet écueil.

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Mais après il faut déjà savoir ce qu'est le féminisme pour pouvoir l'intégrer dans une vision plus large du monde et l'articuler à d'autres idéologies. C'est une démarche personnelle qui prend, à mon avis, plusieurs années (en tout cas c'est comme ça que je le vis). Une personne nouvellement féministe donnera peut être l'impression d'être "féministrocentrée" mais ça ne représente pas forcément la mentalité des gens qui bossent sur le terrain et font un travail de fond sur la question.

Madmoizelle fait un peu le travail d'enseigner le B.A. BA, donc forcément les articles s'arrêtent un certain niveau de réflexion. Le magazine n'a pas pour but de théoriser le féminisme. Leur travail est important parce qu'il permet par la suite d’accéder à d'autres choses plus complexes, plus détaillées, plus approfondies et qui, peut être, feront relativiser à certaines mads ce qu'elles avaient lu auparavant sur ce site.


Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

Au delà des articles qui sont important, je pense que les commentaires sous ces derniers le sont encore plus, parce qu'ils permettent d'exprimer plus de nuances et plus de complexité. Pour ma part j'ai appris énormément de choses juste en lisant deux madmoizelles féministes débattre ensembles sur les topics (notamment sur la prostitution)

"mais je pense sincèrement que pour l"instant une grande partie du mouvement échappe à cet écueil." : je ne te poserais qu'une question.

Si tout va bien, dans le meilleur des mondes, pourquoi en est-on là aujourd'hui? Pourquoi les personnes directement concernées par la question en sont venues à rejeter les démarches qui sont censées en théorie améliorer leurs conditions de vie?
Que les hommes rejettent le féminisme, ça peut parfaitement se comprendre, même si c'est regrettable. Mais les femmes? Y a pas un souci quelque part?

Je veux dire dans les milieux antiracistes tu trouves diverses opinions, tout le monde ne s'entend pas, mais crois-moi, il faut se lever beaucoup tôt pour trouver des Noirs qui te diront qu'ils sont contre les antiracistes et qu'ils n'en ont pas besoin. Je ne dis pas que ça n'existe pas, mais dans une proportion moindre que les antiféministes et surtout quand ils le sont, ils sont beaucoup moins virulents.

Quand des nanas hyper courageuses comme Golshifteh Farahani te balancent comme ça en interview, tranquille :" je ne suis pas du tout féministe. Je suis contre le féminisme."

Je suis désolée, c'est qu'il y a un gros problème.

Maintenant, si les gens ne veulent pas se remettre en question, soit. Mais après, il faut assumer.
La différence n'est pas dans la nature du combat ni dans ses militants mais bien dans la manière qu'à la société de considérer le racisme.
Même si les discriminations existent encore, on nous enseigne depuis le plus jeune age, en tout cas dans l'espace publique, que le racisme c'est mal. On lit des bouquins à ce sujet aux enfants, il y a des dessins animés, ou nous apprend ce qu'à été l'esclavage etc.

Or on apprend pas réellement aux petites filles et aux petits garçons ce qu'est le sexisme ou le féminisme. Maman fait tout le ménage et toutes les courses ? c'est normal, c'est une maman. Les filles aiment le rose, les garçons aiment le bleu, les filles sont douées pour ça et les garçons pour ça. Votre fille aime le sport et se rouler dans la boue ? C'est un garçon manqué. Votre garçon aime jouer à la poupée ? Faites attention, il pourrait devenir homosexuel.
Comment, on veut supprimer le terme mademoiselle ? elles sont folles ces féministes et elles ne servent à rien.

Si énormément de filles découvrent le féminisme à 15, 16, 17 ans voir beaucoup plus tard, il y a bien une raison. C'est parce qu'on ne leur en a jamais parlé avant de manière positive.

Pour faire un parallèle avec la cause anti-raciste: au USA, quand le pays était encore esclavagiste, on retrouvait des noirs esclaves contre leur propre libération, parce qu'ils étaient élevés dans un système qui justifiait leur position de A à Z et qu'ils intégrait que c'était normal. Que les blancs étaient "logiquement" meilleurs qu'eux.

(ça  va paraitre HS mais dans HP JK Rowling explique parfaitement bien ce phénomène avec les elfes de maison)

Je ne dis pas que la condition des femmes françaises est égale à la condition des noir(e)s américain(e)s à cette époque hein, mais juste que quand on est élevé dans un système qui justifie une situation, il est plus difficile, intellectuellement, de s'en détacher pour la remettre en cause.

édit: sinon oui, le mouvement féministe n'est pas exempt de personnes pas prêtes au dialogue, mais pour le coup pour moi c'est exactement la même chose pour tous les mouvements. Tomber sur une personne désagréable ou sur une branche du mouvement qui ne me plait pas ne m'empêche pas de me considérer comme féministe et de penser que ses combats sont essentiels.
 
Dernière édition :
i-love-you;4862308 a dit :
j'ai l'impression qu'à chaque fois qu'il y a des dérives, on soupçonne les nouveaux ou les plus jeunes, alors qu'on trouve aussi des personnes bouchées chez les plus expérimentées ou les plus vieux. Je pense que c'est bien plus une question d'intelligence et d'ouverture d'esprit que d'expérience, même s'il s'agit d'un facteur qui entre bien sûr en compte. Et je ne vais pas te mentir. Le temps est un facteur qui m'a aidé à remettre en question certaines de mes croyances. Je veux dire, il y a une certaine époque, j'aurais sûrement applaudi des deux mains les deux derniers articles de marie.charlotte...

Je ne sais pas trop quoi te dire pour le reste. Pour moi (philosophie personnelle), quand on te décide de s'engager pour une cause, on va jusqu'au bout de la démarche. J'a déjà lu des articles très fouillées et précis sur Madmoizelle sur d'autres questions, donc c'est possible d'arriver je pense à écrire des articles plus précis sur le féminisme.

Mais en fait , je reproche bien plus à Madmoizelle, de manquer de nuance et de recul sur certaines questions que de ne pas suffisamment approfondir ses articles. Or, je ne pense pas qu'il y ait besoin d'écrire des articles de six pages tous les jours pour y arriver. Je ne pense pas non plus que la subjectivité empêche d'arriver à cet équilibre. Le canard enchaîné en ait un très bon exemple.

Je ne pense pas que les commentaires nuancées de certaines lectrices suffisent. Même si le fonctionnement de Madmoizelle est basé sur le communautarisme, c'est d'abord la marque Madmoizelle qu'on entend et qui a un impact.
Mais en fait, voici un exemple concret de ce qui me chiffonne.

Je lis ton message (celui que je cite).

Je suis féministe. Je suis de bonne foi (je ne suis pas un troll). Je ne comprends pas ce que tu me reproches / ce que tu reproches à madmoiZelle.

On est dans le même camp, on se bat pour la même cause, à des échelles différentes et avec des moyens différents.

Est-ce que tu peux/veux m'expliquer ce que tu me/nous reproche ?

Est-ce que c'est à moi de chercher à comprendre ? (Pourquoi j'investirais mon énergie à ça alors que je peux l'investir par ailleurs pour lutter "à mon échelle" ?)

Le fait que nous ne soyons pas au même niveau/degré/plan sur le féminisme, en quoi est-ce un problème ?  Est-ce qu'on ne fait pas déjà avancer le schmillblick chacune à notre échelle, est-ce que ce n'est pas déjà un progrès ?

On parle beaucoup des divergences entre féministes, jusqu'à parler de "divisions". Je nous vois plutôt comme une armée sur un champ de bataille : bien sûr qu'on n'est pas toutes en rang alignées, il y a des gens en première ligne qui se battent sur le front et qui ramassent, il y a des généraux qui font des plans d'attaque et de déploiement, il y a des rabatteurs qui vont enrôler de nouvelles recrues tous les jours, mais ça se passe à l'arrière garde, loin du front. Et il y a bien sûr différents fronts (violences, égalité pro, sexisme ordinaire, culture du viol, etc etc etc)

Clairement, je ne suis pas sur le front. Je recrute à l'arrière. Et on ne peut pas envoyer des novices directement en première ligne, c'est à elles de faire ce chemin (à mon avis très humble) 


Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

En quoi ma démarche est problématique ? (vraie question, ni troll ni ironie dans cette réponse :fleur: )
 
destynova;4861112 a dit :
Par rapport à ce que tu dis @MorganeGirly évidemment je suis d'accord.
Je pense que j'ai du avoir de la chance et passer entre les gouttes parce que je n'ai jamais vu ça sur twitter alors que je suis plusieurs féministes. Mais évidemment je ne cautionne pas les comportements violents, et surtout pas envers les victimes.
Mais je pense qu'on parle de deux choses différentes.
Je ne voulais pas lancer un débat pour/contre la pédagogie mais je voulais soulever la question qu'est-ce qu'on nous demande quand on demande à un mouvement qui fournit déjà énormément de ressources de faire de la pédagogie?

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
Mais comme tu le dis @MorganeGirly je ne suis pas contre discuter, je le fais, les techniques "diplomatiques" dont tu parles, je ne suis pas sûre de ce que c'est mais j'ai l'impression de le faire aussi (on en reparlera sur la VPS si tu veux ; ). Je précise que j'ai bien commencé mon précédent message par "Je suis POUR faire de a pédagogie". Si l'an dernier je me suis engagée dans des associations qui s'adressent à un public jeune, c'est bien que j'ai envie de diffuser des idées à travers le dialogue et l'ouverture aux autres. Parole de qqun qui collecte des sources exprès pour pouvoir donner des explications argumentées, des chiffres et des infographies pour rendre le message plus accessible.
Je ne dis absolument pas qu'il ne faut pas écouter, expliquer, éduquer, apprendre, etc. Mais je me méfie des discours sur la pédagogie qui en gros sont parfois une façon "soft" de considérer par défaut le féminisme comme du féminazisme.

Enfin pour conclure sur la façon de faire, je vais juste reprendre le titre de l'article, disons que c'est un équilibre délicat.

Et PS :  peut-être que certaines se sentiront visées par mes messages mais je ne crois pas m'adresser à certaines d'entre vous en particulier puisqu'ici en général on peut discuter :fleur: Je m'adresse plutôt à certains publics très réticents avec qui on a les discussions du style de mon premier message qui tournent en boucle et au fond refusent tout notre discours et refusent aussi toute "pédagogie" de notre part que par ailleurs ils réclament.
Désolée, j'ai ptete mélangé allègrement toutes sortes de trucs dans une grosse salade parce que j'étais un peu vénère :rire:
Mais j'avais bien compris ce que tu voulais dire et je suis 100% d'accord avec toi. Par exemple, quand tu parles de tes collègues qui font parfois exprès de te provoquer, je pense que c'est très légitime de les envoyer balader sans être patient.

Par contre, sur la partie "on nous traite d'hystériques sans nous connaitre", un grand nombre le font évidemment pour décrédibiliser les revendications ou parce qu'ils n'ont absolument pas envie de se remettre en cause.
Mais il y a aussi des gens qui ont été au contact du militantisme revendicatif sans bien comprendre ce qui s'exprimait et qui ont surtout du coup surtout retenu "elle m'est tombé dessus, j'ai pas compris pourquoi!".
Moi-même, en étant féministe, je l'ai parfois ressenti donc j'imagine même pas comment doivent le percevoir des gens qui sont à mille lieux de comprendre les concepts féministes.
Je pense que tout ça est inhérent au militantisme (j'ai ressenti parfois le même malaise avec les syndicats étudiants ou certains militans végé) mais autant je pense que certains militantisme peuvent se permettre d'être agressifs parce que le but est de passer en force, pas de changer en profondeur la société, d'autres comme le féminisme doivent équilibrer les deux plus habilement : l'agressivité pour obtenir des nouvelles lois et le dialogue patient pour le changement des mentalités afin d'assurer la durabilité des acquis.

En fait, je pense à une anecdote personnelle parce que je lis souvent la métaphore du pied qu'on écrase pour justifier les coups de gueule féministes. J'ai passé pas mal de temps avec une copine un été. Je suis du genre plutôt patiente en général mais je me suis souvent engueulée avec elle pendant ces vacances alors que c'est vraiment pas une fille connue pour être difficile.
Un jour, j'ai compris pourquoi ça collait pas entre nous. Elle était derrière moi, je ne la voyais pas vraiment. J'ai pris mon sac à dos, j'ai voulu le mettre sur mon dos en croyant que ma copine était plus loin et en fait, je l'ai bousculée avec mon sac. Elle a HURLE : "Putain mais faut que tu fasses gaffe quoi, t'es chiante!". Alors que 2 minutes avant, tout se passait bien entre nous et que je ne lui avais pas spécialement déjà envoyé mon sac dans la figure auparavant ;). Je me suis rendue compte que je l'avais bousculée et j'allais m'excuser mais elle m'a devancé en criant. Aussitôt, ça m'est monté à la tête et j'ai répliqué "Bah en même temps, t'avais qu'à pas être là, hein, je t'aurais pas cogné si t'avais pas trainé dans mon dos".
Si on reprend la métaphore du pied qu'on écrase, imaginons une féministe qui se prend le sac dans la figure (métaphore pour l'oppression sexiste). Elle peut dire "Aïe, attention, ça fait mal!" et je ferais "Oups, pardon j'avais pas remarqué!". Elle peut rajouter "Mais pourtant, j'étais juste derrière toi, tu aurais pu regarder car ça m'a fait mal". Et je dirais "Oui, excuse-moi, j'aurais dû regarder et je le ferai la prochaine fois. Est-ce que tu as vraiment très mal?".
Mais réagir avec une violence accusatoire, ça donne surtout envie à la personne visée de contre-attaquer en fait, de chercher la faute chez l'autre.
Donc la personne lambda, qui n'a pas spécialement l'INTENTION d'oppresser et le fait sans y penser, ça n'est pas forcément très productif de venir s'énerver violemment même si c'est normal de crier "aïe, arrête!". Par contre, si on te balance le sac dans la figure en sachant que tu es derrière, la colère est nécessaire car c'est une façon de montrer que tu ne laisseras pas faire une deuxième fois.
 
Dernière édition :
  • Big up !
Reactions : Leech

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes