Je ne supporte pas...

4 Juillet 2018
242
3 838
804
Je ne comprends pas bien cette histoire d'augmenter le tarif de la consultation pour pouvoir payer du personnel administratif. Si on embauche quelqu'un pour gérer l'administratif, c'est bien pour libérer du temps au médecin qui pourra donc faire plus de consultations, non ? A priori un.e médecin est payé beaucoup plus qu'un.e secrétaire médical, donc c'est rentable, non ?
Augmenter le tarif de la consultation pour suivre l'augmentation du coût de la vie, pourquoi pas, encore que ça se discute quand on voit les salaires moyens des médecins libéraux (et dans ce cas il faut en faire de même pour les fonctionnaires, au hasard, les profs :lol:). En revanche augmenter le prix de la consultation pour embaucher du personnel administratif pour faire plus de consultations, je ne comprends pas bien la logique si ce n'est d'augmenter en fait les revenus des médecins libéraux...
 
16 Février 2009
1 959
25 029
5 694
Sinon, je trouve qu'on parle beaucoup des déserts médicaux, mais jamais de l'inverse : les endroits de forte densité. Je ne sais pas ce qu'il en est maintenant, mais il y a 4/5 ans on pouvait trouver des généralistes qui prenaient sans rdv, en semaine en plein centre-ville de Nice. Chose absolument impensable dans ma ville actuellement (et j'imagine même pas le fin fond de la Creuse ou de la Picardie). Comment on est sensé comprendre ce déséquilibre en tant que patients ? Comment ne pas grincer des dents quand on voit les étudiants en médecine se mettre en grève parce qu'on leur parle de leur imposer une année d'internat dans un désert médical ?
 
22 Juin 2018
260
2 178
824
38
On sait très bien que les médecins n'embaucheront pas même avec augmentation de leur consultation. Certains le feront peut-être, mais certainement pas la majorité.

Le boulot de secrétaire médicale tend à disparaître (je suis secrétaire médicale) avec le développement des sites comme doctolib. Même les hôpitaux se mettent à l'utiliser. Les cabinets libéraux s'équipent de reconnaissance vocale, même plus besoin de secrétaire pour taper les comptes rendu. Bref, nope, payer les MG plus ne les fera pas embaucher.

Et puis passer la consultation des MG a 50 euro, ça fera forcément augmenter celle des spécialistes qui est à 55 actuellement. Pas sûr que ça soit une bonne idée pour l'accès aux soins même si on garde en tête qu'on est quand-même bien loti à ce niveau en France.
 
18 Avril 2019
1 521
25 488
1 354
@Pipistrelle.

Le fait qu'ils soient sous-payés et donc pas forcément en mesure de retourner voir leurs familles et amis, le fait qu'il y ait peu de transport et que tout le monde n'a pas le permis ou les moyens de passer le permis et d'acheter une voiture avant la prise de poste, ou même la volonté d'acheter une voiture me paraissent des raisons légitimes.

Nous avons tous une relative liberté de circulation. La situation des internes est catastrophique. Je crois qu'au bout d'un moment ce serait bien de ne pas faire en sorte que l'internat soit une vocation de martyre.
Je ne sais pas quelle est la solution mais sur ce point, je suis de tout coeur avec eux.
 
16 Février 2009
1 959
25 029
5 694
@skärgård clairement ils se font exploiter et ils sont sous pression, donc je dis pas que cette année d'internat imposée serait une solution (du moins pas sans compensation). Maintenant ok ils contestent, ils revendiquent et ils protestent, mais j'aimerais quand même entendre la profession dans son ensemble se saisir de cet aspect du problème aussi : est-ce que c'est vraiment juste de laisser certains praticiens se concentrer dans certaines régions/villes au détriment d'autres endroits moins attractifs ? Est-ce qu'il n'y a pas des responsabilités à prendre à ce niveau-là ?
 

Kaktus

Arrêtez de changer d'avatar, merci.
19 Mars 2021
1 618
20 082
1 054
Mais bien sûr pour ça, il faut aussi que ça n'augmente pas la charge administrative des MG, puisque c'est en partie de ça dont ils se plaignent.

C'est là que je ne comprends pas. En tant qu'ancienne soignante, je suis toujours surprise qu'on trouve que c'est la misère pour les médecins alors qu'ils sont ceux qui bénéficient le plus de rémunérations complémentaires de l'Assurance Maladie. Quand je pense aux conditions d'exercice des infirmiers ou kinésithérapeutes libéraux...

Attention, je ne dis pas que parce qu'il y a pire, les médecins doivent être oubliés. Je dis que les arguments avancés pour dire que les médecins libéraux sont sous-payés sont basés sur des informations tronquées.

Ainsi, le tarif de la consultation n'a pas pour vocation à payer le temps passé sur l'administratif car pour ça, il y a déjà d'autres rémunérations dont le forfait structure.

Car en plus du tarif de la consultation, les médecins bénéficient des rémunérations suivantes :
- les majorations de nuit, de week-end et d'âge (généralement patients de moins de 6 ans ou de plus de 65 ans)
- le forfait structure (secteurs 1 et 2)
- le Forfait Patientèle Médecin Traitant (secteurs 1 et 2)
- la Rémunération sur Objectifs de Santé Publique (secteurs 1 et 2)
- l'Option de Pratique Tarifaire Maîtrisée (secteur 2)
- l’aide à l’embauche d’assistants médicaux dans les cabinets libéraux (avenant 7 à la convention médicale du 20 juin 2019)
- 4 contrats d'aide à l'installation dans les déserts médicaux : 1) le contrat d'aide à l'installation des médecins ; 2) le contrat de stabilisation et de coordination des médecins ; 3) le contrat de transition ; 4) le contrat de solidarité territoriale médecin

Et ça, ce ne sont "que" les rémunérations de l'Assurance Maladie
Je n'ai pas parlé des dépassements d'honoraires des médecins de secteur 2. Sachant que depuis 2021, il y a désormais + de médecins de secteur 2 que de médecins de secteur 1. J'admets néanmoins que c'est l'inverse pour les généralistes car ils sont passés de 14 à 5 % en secteur 2. Mais les difficultés d'accès aux soins des patients ne concernent pas que les généralistes.

On notera également qu'un médecin de secteur 1 paye proportionnellement moins de cotisations sociales qu'un menuisier ou qu'un coiffeur. En effet, les médecins de secteur 1 ont des % de cotisations plus faibles que les autres travailleurs indépendants.

Bref, les médecins libéraux ont des revenus plus que corrects. Quelques extraits d'un article sur la rémunération des médecins libéraux :

D’après la Drees, les médecins libéraux gagnaient en 2017 en moyenne 119 800 euros par an toutes spécialités confondues, 91 670 euros pour les médecins omnipraticiens (principalement les médecins généralistes). En ne prenant en compte que leur revenu libéral, ils gagnaient en moyenne 110 680 euros par an, 87 890 euros pour les omnipraticiens. La médiane des revenus des médecins libéraux est de 97 860 euros, 83 100 euros pour les omnipraticiens.

[...]

Les données exhaustives de rémunération sont également disponibles pour 2014 ce qui permet d’en étudier l’évolution. Elles ont augmenté de 1,9 % par an en moyenne entre 2014 et 2017 en euros constant (c’est-à-dire une fois déduit l’effet de l’inflation). Les rémunérations des médecins spécialistes ont connu des augmentations plus fortes que les omnipraticiens (2,2 % en moyenne contre 1,7 % en moyenne).

Là, ce sont des faits mais sans contexte. On peut toutefois se satisfaire du fait que leur rémunération a augmenté davantage que l'inflation, ce qui n'est pas le cas de toutes les professions.

Comparons maintenant avec les indépendants non-médecins et la population en général.

Dans les deux cas, ces augmentations sont supérieures à celles constatées pour les salariés du privé et du public (0,8 % par an en moyenne sur la période). Ces hausses s’expliquent par de nombreux dispositifs de revalorisation, comme le passage du tarif de la consultation de médecine générale de 23 euros à 25 euros en 2016.

Que représentent ces rémunérations par rapport au reste de la population ? Les auteurs de la recherche de la Drees rappellent que le revenu moyen d’activité des non-salariés s’élevait à 43 000 euros par an en 2017, 57 000 euros pour le secteur des services aux entreprises, et en particulier 100 000 euros pour les activités juridiques et comptables. La même année, le revenu médian en France métropolitaine était de 20 820 euros et 8,9 millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté monétaire (12 492 euros par an pour une personne seule). De leur côté, les 10 % les plus riches percevaient 38 210 euros ou plus.

[...]

Les médecins généralistes français gagnent en moyenne trois fois le revenu médian français, ce qui est supérieur ou égal à tous les autres pays étudiés sauf l’Allemagne (4,4) et le Royaume-Uni (3,3). Les médecins spécialistes français gagnent en moyenne 5,1 fois le revenu médian français, ce qui est supérieur à tous les autres pays étudiés sauf l’Allemagne (5,3) et la Belgique (5,6).

J'entends la charge de travail des médecins, surtout dans les déserts médicaux.

J'entends moins qu'on dise qu'un médecin libéral ne gagne pas assez.

Dans un contexte où des gens crèvent de faim et renoncent aux soins, dans un contexte où les gens se tuent littéralement au travail comme dans les usines ou la restauration, je trouve ça déplacé d'en demander plus.

Côté médecins, ceux de l'hôpital public sont bien plus à plaindre. Je me souviens de collègues médecins quand j'y travaillais et ceux ayant également un cabinet libéral disaient bien que le taux horaire en libéral était plus intéressant. Ils continuaient leur part d'activité à l'hôpital pour d'autres raisons.

Côté libéraux, les auxiliaires médicaux comme les infirmiers et les kinésithérapeutes sont bien plus à plaindre. 16,13 euros les 30 minutes de rééducation d'un genou ou d'une épaule suite à un problème orthopédique : 2,15 euros la valeur du soin AMS ou AMK pour un kiné avec un coefficient de 7,5 pour la rééducation d'un membre. Pas étonnant que pour survivre, certains prennent plusieurs patients en même temps... Pour 20 minutes de rééducation à la déambulation de la personne âgée, c'est coefficient 6 donc 12,90 euros. Et il ne peut rien faire d'autre en même temps pour le coup. Pourtant le matériel d'un kinésithérapeute coûte une blinde et lui aussi a de l'administratif à faire.

Édit : ortho et typo
 
Dernière édition :
18 Avril 2019
1 521
25 488
1 354
@Pipistrelle.
Je ne sais pas dans quelle mesure Le quotidien du médecin est représentatif mais j'ai eu l'impression que différents avis étaient donnés (globalement convergents quand même). J'ai aussi lu quelques tribunes dans les journaux.
Le problème, c'est que j'ai l'impression que la profession est sous verrous. Tout le monde ne peut pas s'exprimer et voter pour définir la direction que peut prendre la profession. Seuls deux ou trois pontes sont pris au sérieux :hesite: J'ai aussi l'impression que seul la volonté des syndics des internes fait que le problème remonte. Ils ont rappelé il y a peu que les nouvelles mesures prises en ce qui les concernent pour lutter contre le suicide et la dépression ne sont pas appliqués.

Ce que je crois, pour faire bref même si c'est raté, c'est que les médecins aimeraient bien se saisir de ces questions mais que l'organisation de la profession fait que ce n'est pas possible. Je crois aussi que personne ne veut être obligé de vivre dans un endroit. Ça se comprend, la santé ce n'est pas l'armée.
Proposer un gros salaire (mérité en terme de volume horaires et de responsabilité en plus) serait une bonne piste. On obtiendrait de bonne volonté.
D'ailleurs, les internes ont leur spé. Dans les déserts médicaux, les spé ne sont pas forcément représentées. On ferait comment dans ce cas? :hesite:

A part ça, tu m'as mis la chanson de Dutronc en tête. Je ne sais pas si la formulation de ta phrase était délibérée mais si ce n'est pas le cas, c'est encore plus drôle.
 
  • Big up !
Réactions : Tamiat
4 Juillet 2018
242
3 838
804
J'ai aussi entendu parler d'une proposition qui consisterait à interdire l'ouverture de nouveaux cabinets dans les zones où il y a déjà trop de médecins (j'imagine en distinguant les différentes spécialités et tout ça), pour lutter contre les déserts médicaux sans avoir à forcer les nouveaux médecins à s'installer à tel endroit. Je crois que c'est déjà le cas pour les pharmacies :hesite:

Imposer aux nouveaux médecins de travailler au moins un temps dans des déserts médicaux ne me paraît pas aberrant en soi (c'est ce qu'il se passe pour les fonctionnaires de l'Etat avec les mutations et c'est ce qui permet d'éviter les déserts de profs par exemple), mais pour que ce soit accepté il faudrait arrêter d'exploiter les internes et les externes dans des conditions super dures. Mais pour ça, il faudrait qu'il n'y ait pas une pénurie de personnels et de moyens à l'hôpital public, c'est un peu le serpent qui se mord la queue...
 

Kaktus

Arrêtez de changer d'avatar, merci.
19 Mars 2021
1 618
20 082
1 054
@Alzire
Je ne sais pas pour les pharmaciens en officine mais pour les infirmiers libéraux c'est le cas dans les zones sur-dotées : il faut attendre qu'une place se libère pour s'installer.

Les démarches complémentaires pour l'accès au conventionnement en zone « sur-dotée »


Si vous envisagez de vous installer dans une zone « sur-dotée », l’accès au conventionnement d’un infirmier ne peut être accordé qu’au seul successeur de l’infirmier cessant définitivement son activité en zone sur-dotée (application de la règle d’une arrivée pour un départ).
C’est pourquoi, si vous souhaitez vous installer en zone sur-dotée, outre le fait de répondre aux conditions générales d’installation, vous devez présenter un dossier de conventionnement spécifique.
Cette demande peut être faite en parallèle de votre demande en ligne sur le site installation-idel.ameli.
En plus des documents habituels relatifs à votre situation personnelle, vous devrez préciser les éléments suivants :
  • le lieu et les conditions exacts de l'installation projetée (reprise d'un cabinet, intégration dans un cabinet de groupe) ;
  • les possibilités d'intégration de votre activité au regard des professionnels déjà installés dans la zone.
Le dossier sera examiné pour avis par la commission paritaire départementale avant décision du directeur de la CPAM/CGSS.

Sachant qu'un infirmier conventionné, lui, n'a pas le droit aux dépassements d'honoraires (sauf cas particuliers d'exigences du patient) contrairement à un médecin conventionné de secteur 2.
 
30 Novembre 2014
2 762
217 500
5 554
Je me permets juste de rajouter sur cette année d'internat en zone sous dotee : c'était une année en plus

Donc des études plus longues pas pour mieux les former mais non pour les obliger à travailler dans une zone sous dotée.

Quand je vois les internes de mon services en larmes. Chaque jour. Voir qu'ils te disent frontalement alors que tu les connais pas plus que ça qu'ils ont des envies suicidaires. Voir qu'ils s'effondrent en plein milieu du service.
( Et ce sont des futurs MG)
Et que leur référent de stage en ont strictement rien à foutre.

Tu m'étonnes qu'ils veulent pas se laisser faire pour cette entubade.
 
5 Décembre 2014
1 245
17 285
3 864
28
Alors pardon, ça va encore être long.
Alors là vu le ras-le-bol général vis-à-vis des cheminots qui "font grève tout le temps" et le discours médiatique systématique de "prise d'otage" de la pauvre population qui ne demande qu'à se réunir en famille, je ne sais pas si on peut dire que les gens trouvent cette grève légitime !
Ah mais je sais, je parlais de l'opinion des gens autour de moi (qui sont pour la grève des cheminots mais râlent sur la grève des médecins). Mais oui c'est sûr, on a bien montré aux infos les papis privés de leurs petits-enfants à Noël pour diaboliser la grève des cheminots :sweatdrop:
j'aimerais bien être rassurée sur le fait que certaines leçons ont été retenues et que la profession s'est réellement saisie du problème. Certes le NC a été supprimé, pour autant les études de médecine se sont-elles réellement démocratisées? Cette logique d'entre soi est-elle un sujet chez les médecins ? À les entendre rejeter toutes les responsabilités sur l'État et les patients, on ne dirait pas...
Mais ce ne sont pas "les médecins" qui décident collectivement de l'avenir de leur profession, comment tu veux qu'on se saisisse du problème ? On avait déjà protesté contre la réforme des études de santé (j'ai mis le nez dedans depuis que je suis universitaire, et je trouve ça encore plus con qu'avant comme système, notamment avec le concept d'oral en première année...super pour l'anonymat et l'égalité des chances ça) mais bien sûr on n'a pas été écoutés. Est-ce que tous les médecins sont d'accord ? Bien sûr que non. Est-ce que de toute façon notre avis fait une différence ? Ben j'ai pas l'impression, non. Alors, tout remettre sur le dos de l'Etat, non, mais quand même, c'est bien principalement le gouvernement qui flingue l'accès aux soins et les moyens de santé depuis des années. Certains médecins aussi certes (style la médecine esthétique des dermatos) mais ce n'est pas ça qui pèse le plus lourd dans la balance.
Je ne comprends pas bien cette histoire d'augmenter le tarif de la consultation pour pouvoir payer du personnel administratif. Si on embauche quelqu'un pour gérer l'administratif, c'est bien pour libérer du temps au médecin qui pourra donc faire plus de consultations, non ? A priori un.e médecin est payé beaucoup plus qu'un.e secrétaire médical, donc c'est rentable, non ?
Embaucher du personnel administratif, je ne sais pas si ça augmenterait le nombre de consultations uniquement, et pas aussi quand même le temps dédié aux consultations. 10-15 minutes de consult, c'est difficilement gérable pour tout faire correctement en fonction des motifs de consult. Et puis ça permettrait aussi peut-être de faciliter les visites à domicile, qui sont galériennes par le temps que ça prend.

Après je ne soutiens pas forcément le doublement du tarif à 50€, mais force est de constater que oui, certains médecins ramènent du taf à la maison après leur journée parce qu'ils n'ont pas eu le temps de lire des courriers, scanner des documents dans les dossiers, remplir des dossiers MDPH, coter des actes...s'ils le font c'est peut-être qu'ils ne peuvent pas payer un AMA à temps plein ?
Comment on est sensé comprendre ce déséquilibre en tant que patients ? Comment ne pas grincer des dents quand on voit les étudiants en médecine se mettre en grève parce qu'on leur parle de leur imposer une année d'internat dans un désert médical ?
Comment ne pas grincer des dents ? Ben en se disant qu'en terminant l'internat de MG, on a à peu près 30 ans, donc potentiellement une vie construite, des enfants, un logement acheté...donc on fait quoi ? Soit on abandonne tout pendant 1 an en recommençant ailleurs, soit on attend encore avant de construire sa vie ? Sa vie, il faut la sacrifier à la médecine en fait ? C'est pas comme ça qu'on va améliorer la santé mentale des internes...

Sans parler de l'aberration logistique de la chose :
1) Les internes sont des étudiants, le concept c'est qu'ils doivent être encadrés, ce qui est donc en contradiction totale avec le fait de les envoyer dans des déserts médicaux où par définition, il n'y aura personne pour les encadrer
=> "Une année d'internat dans un désert médical" en fait ça veut en fait dire "main d'oeuvre pas chère dans un désert médical" et je ne vois pas à quel moment on est censés accepter ça gentiment
2) Et même si ce n'était pas des internes, envoyer des médecins seuls dans une zone qu'ils ne connaissent peut-être pas, dont ils ne connaissent pas les autres acteurs, dont ils ne connaissent pas l'offre de soins, tout ça pour s'en aller au bout d'un an, et a fortiori s'ils ont dû déménager et tout pour ça, ça va les aider à bien travailler et à être épanouis durant cette année :goth:

Cette mesure c'est une mascarade, encore une de ces pirouettes dont le gouvernement macroniste a le secret, et encore une fois, c'est donc les internes qui vont trinquer :top: Mais ça passe, parce que ça joue précisément sur ce que je ne supporte plus : monter les gens contre les méchants médecins qui sont des nantis ingrats qui ne veulent pas s'occuper d'eux :goth:
Eh ben en effet, si c'est à notre détriment, on ne veut pas. Et personne n'a à nous le reprocher, parce que vous ne le feriez pas non plus à notre place.
Quant je pense aux conditions d'exercice des infirmiers ou kinésithérapeutes libéraux...

Attention, je ne dis pas que parce qu'il y a pire,les médecins doivent être oubliés. Je dis que les arguments avancés pour dire que les médecins libéraux sont sous-payés sont basés sur des informations tronquées.
J'imagine que tu parles des médecins invités dans les médias qui se disent sous-payés ? Clairement pas sous-payés, mais payés assez pour être confortable dans la vie perso ET pro (comme je le disais plus haut), ça je ne suis pas sûre...
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes